08/01/2009

05/01/2009: Ban-Ki-Moon : Trouble compromission avec l'Otan...

----- Original Message -----
 
Sent: Monday, January 05, 2009 8:00 AM
Subject: Scandaleuse déclaration ONU - OTAN signée en cachette - Danger pour la paix mondiale


Prière de diffuser ce message - Pour recevoir ou ne plus recevoir mes messages ou m'envoyer vos commentaires :  Antonio Artuso, Montréal, Canada - pueblo@sympatico.ca

Please circulate this message - To receive my messages, to be removed from my list or to send comments:                Antonio Artuso, Montreal, Canada - pueblo@sympatico.ca

Por favor difundir este mensaje - Para recibir mis mensajes, dejar de recibirlos o enviar sus comentarios:                    Antonio Artuso, Montreal, Canadá - pueblo@sympatico.ca

 


Scandaleuse « Déclaration commune sur la collaboration des Secrétariats des Nations Unies et de l'OTAN », signée sans que son projet n'ait été soumis à l'examen des pays membres de l'ONU
 
Clandestinement :
- le secrétaire général de l'ONU (Organisation des Nations-Unies), Ban Ki-Moon, et
- le secrétaire général de l'Organisation du traîté de l'Atlantique Nord (OTAN), Jaap de Hoop Scheffer,
ont signé une « Déclaration commune sur la collaboration des Secrétariats des Nations Unies et de l'OTAN ».
 
La Russie a protesté : « Avant de signer une telle déclaration, il est nécessaire d'en soumettre le projet à l'examen des pays membres.  Dans le cas présent, cette procédure n'a pas eu lieu, l'accord entre les secrétariats a été signé en catimini.»
 
Cette déclaration et la manière de faire du secrétaire générale de l'ONU sont scandaleux et extrêmement dangereux pour la paix mondiale pour plusieurs raisons :
 
- parce que le secrétaire de l'ONU n'a pas consulté les membres et a signé la collaboration de l'ONU avec un pacte militaire impérialiste d'un groupe de pays contre un autre groupe de pays SANS DISCUSSION OU CONSENTEMENT des autres membres de l'ONU;
 
- parce que cette Déclaration est signée CONTRE certains de ses membres (entre autres la Russie);
 
-  parce que le contenu de la déclaration est suffisamment vague pour rendre cette coopération extensible à loisir, mais surtout parce que l'existence même d'un tel accord de collaboration vise à octroyer à l'Otan un statut officiel de co-responsabilité dans le maintien de la paix mondiale.
 
Cet article montre l'accentuation des contradictions entre les puissances impérialistes.
La nature des impérialismes est le combat économiquement, politiquement, militairement entre les capitalistes d'un bloc contre les capitalistes d'un autre bloc.  En temps de paix les guerres ne sont pas déclarées, mais peu à peu, les blocs se consolident et la rivalité débouche sur des guerres mondiales.
 
Les États-Unis et l'Union européenne semblent former un bloc militaire et se préparer militairement (1) à s'unir contre la Russie et un groupe de pays; (2) à préparer une guerre mondiale en vue d'un hégémonisme mondial. 
Le secrétaire général de l'ONU est en collusion avec l'impérialisme états-unien et l'impérialisme européen contre la Russie.  Il doit démissionner.
 
La classe ouvrière et le peuple multinational russe, les pays et les nations de l'ancienne URSS, les pays dominés par l'impérialisme doivent se mobiliser contre les guerres impérialistes.  Le Parti communiste russe doit préparer idéologiquement la classe ouvrière et le peuple russe.  Il ne sera pas très difficile, pour la classe ouvrière et le peuple russe de renouer avec le marxisme-léninisme.  Ils comprennent maintenant mieux que jamais pourquoi les communistes avaient raison : ils ont tout perdu et maintenant ils risquent de se faire envahir à nouveau par de nouveaux nazis, cette fois dirigés par les USA et l'Union européenne.
La classe ouvrière et le peuple multinational russe doivent renforcer le Parti communiste, construire l'unité (1) idéologique; (2) politique; et (3) organisationnelle.  Comme le disait Lénine : la révolution communiste pourra conjurer une guerre mondiale ou la guerre mondiale pourrait déclencher la révolution.
 
Étudions le marxisme-léninisme pour l'appliquer.
Lions toujours étroitement la théorie et la pratique.
Construisons l'unité (1) idéologique; (2) politique; et (3) organisationnelle.
La classe ouvrière et les peuples renverseront le capitalisme et instaureront le socialisme puis le communisme.
 
Antonio Artuso - pueblo@sympatico.ca - Montréal, lundi 05 janvier
 

 
From: "rchabert" <rchabert@wanadoo.fr> To: <"Undisclosed-Recipient:;"@orange.fr> Sent: Sunday, January 04, 2009 11:52 PM - Subject: Fw: [romain : paix_socialisme_communisme] Ban -Ki-Moon: trouble compromission avec l'OTAN


From: "Mélanie Gautier" <gautierme@gmail.com> - > To: <romain@yahoogroupes.fr> - Sent: Sunday, January 04, 2009 11:54 AM - Subject: [romain : paix_socialisme_communisme] Ban -Ki-Moon: trouble
> compromission avec l'OTAN

 
Note de RoRo (Roger Romain, militant communiste belge) :
 
Ceci n' est pas nouveau. On se souviendra probablement qu'avant le déclenchement de la lâche agression ricano-otano-occidentale contre la Yougoslavie (Serbie) en 1999, l' ex-secrétaire général de l'Onu avait rendu visite au GQG de l'Otan à Bruxelles... Je me demande toujours bien pourquoi cette visite...


Ban-Ki-Moon : Trouble compromission avec l'Otan
 
Le 23 septembre dernier, Le Secrétaire Général de l'ONU Ban Ki-Moon et le Secrétaire Général de l'Otan Jaap de Hoop Scheffer ont signé en toute discrétion une « Déclaration commune sur la collaboration des Secrétariats des Nations Unies et de l'OTAN ». Ahurissant, non seulement pour le contenu de la déclaration, suffisamment vague pour rendre cette coopération extensible à loisir, mais surtout parce que l'existence même d'un tel accord de collaboration vise à octroyer à l'Otan un statut officiel de co-responsabilité dans le maintien de la paix mondiale.
Accord « secret » ?
 
L'existence de cette Déclaration de coopération a été révélé une première fois 2 semaines après sa signature, par le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, qui s'indignait justement qu'un
tel accord puisse être signé à l'insu de la partie russe : « Avant de signer une telle déclaration, il est nécessaire d'en soumettre le projet à l'examen des pays membres. Dans le cas présent, cette
procédure n'a pas eu lieu, l'accord entre les secrétariats a été signé en catimini. ». Le 3 décembre la Transnational Foundation for Peace and Future Research en publiait une version obtenue, précise-t-elle, sur simple demande auprès de l'Otan1.
 
Si l'accord n'est donc pas à proprement parler 'secret', force est de constater qu'un maximum de discrétion l'entoure. Il n'est toujours pas publié ni sur le site de l'Otan, ni sur celui de l'ONU. Une telle
discrétion devrait à elle seule alerter l'attention : Comment le représentant des Nations Unies peut-il s'octroyer le droit de passer dans l'ombre des accords avec une alliance militaire agressive, en court-circuitant les autres membres du Conseil de Sécurité ?
L'Otan, garante de la paix et du respect de la Charte des Nations-Unies...
« Une coopération [entre l'Otan et l'ONU] plus poussée contribuera de manière significative à faire face aux menaces et aux défis auxquels la communauté internationale est appelée à répondre » lit-on dans la Déclaration.
 
L'Otan est une alliance militaire d'une poignée de pays, qui défend par la menace ou l'agression, les intérêts économiques de l'Occident au détriment du reste du monde. Le concept Stratégique de l'Otan
réaffirmait en 1999 que « la présence de forces nucléaires en Europe reste essentielle pour la sécurité de ce continent (...) [Les armes nucléaires] restent indispensables au maintien de la paix »2 De plus
en plus ouvertement, l'Otan défend le principe d'intervention militaire hors-zone « pour défendre » les intérêts vitaux des pays membres tels que leur approvisionnement en ressources3.
 
Accepterait-on de tels concepts stratégiques de la part de la Chine par exemple ? Ou de l'Iran ? Du Venezuela ? Leurs droits à défendre leurs intérêts vitaux seraient-ils de moindre importance ? Ne feraient-ils pas partie de la même « Communauté Internationale » que les pays de l'Alliance Atlantique ?
Comment enfin le Secrétaire Général de l'ONU, censé être le gardien de la Charte des Nations Unies ose-t'il accorder officiellement le label de garant de la paix et de la sécurité internationales à une
organisation qui a elle même directement violé la Charte des Nations Unies, en 1999, et en apporte jusqu'aujourd'hui son concours à l'agression de l'Irak ? Dont l'ancien Secrétaire Général Solana déclarait benoîtement que l'Otan avait la légitimité d'agir seule, en dehors de l'autorisation des Nations-Unies ?
Les relations ambiguës entre l'Otan et l'ONU
Bien sûr une telle collusion de fait entre le SG des Nations Unies avec les intérêts occidentaux n'est pas une chose tout à fait nouvelle. On peut rappeler comment Richard Holbrooke s'amuse à rapporter que Koffi Annan a gagné son poste en autorisant le bombardement de la Yougoslavie par les USA, en l'absence de son patron Boutros-Ghali. La caution a posteriori des agression de l'Otan en Yougoslavie, ou le silence devant la dérive de l'ISAF, théorique force de maintien de la paix, en force supplétive de l'invasion US en sont d'autres exemples. Par ailleurs, les rencontres informelles entre Otan et le secrétaire générale de l'ONU sont courantes depuis plusieurs années, et le site officiel de l'Otan étale avec complaisance les visites de haut niveau et les réunions de travail entre l'ONU et
l'Otan.
Mais ce qui est réellement en jeu dans cette Déclaration de collaboration, c'est le cachet officiel que l'on espère donner à cette collusion. Car contrairement à une idée répandue jusqu'au sein du mouvement pour la paix, il n'existe à ce jour aucun accord clair et officiel de collaboration liant l'ONU à l'Otan.
 
En particulier, le commandement de l'ISAF n'a jamais été "confié" à l'Otan, malgré ce qu'une confusion entretenue à dessein tente de faire croire. La création d'une force de maintien de la paix (limitée aux
environs de Kaboul dans un premier temps) a bien été votée par la résolution 1386 (décembre 2001), mais la direction de cette force était laissée à la bonne volonté des pays volontaires :
 
[Le Conseil de sécurité] demande aux États Membres de fournir du personnel, du matériel et des ressources à la Force internationale d'assistance à la sécurité, et invite les États Membres intéressés à
se faire connaître auprès du commandement de la Force et du Secrétaire général
En août 2003 l'Otan a pris 'de fait' la direction de l'ISAF, et cela n'est même pas officialisé dans une résolution ultérieure. La résolution 1510 d'octobre 2003 souvent citée, ne mentionne l'Otan que pour « prendre note » de sa demande d'élargir le mandant de l'ISAF à l'ensemble du territoire afghan
 
[Le Conseil de sécurité] prenant note de la lettre datée du 6 octobre 2003 que le Secrétaire général de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN) a adressée au Secrétaire général concernant
un élargissement possible de la mission de la Force internationale d'assistance à la sécurité...

Les résolutions ultérieures telle la 1833 de septembre 2008 peuvent bien « saluer le rôle de premier plan joué par l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN) et la contribution apportée par de
nombreux pays à l'ISAF », ou « prier le commandement de l'ISAF  [soit l'Otan, de fait] de le tenir régulièrement informé, par l'intermédiaire du Secrétaire général, de l'exécution du mandat de la Force », en aucune manière cela ne permet de prétendre que « le commandement de l'ISAF a été donné par les Nations Unies à l'OTAN » comme il est trop souvent admis.
Même la scandaleuse résolution 1244 (juin 1999) qui entérinait l'agression contre la Yougoslavie, n'accorde en fait aucun mandat officiel à l'Otan :

La présence internationale de sécurité, avec une participation substantielle de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord, doit être déployée sous commandement et contrôle unifiés et autorisée à
établir un environnement sûr pour l'ensemble de la population du Kosovo et à faciliter le retour en toute sécurité de toutes les personnes déplacées et de tous les réfugiés.

L'Otan n'est pas le représentant de la (véritable) « Communauté Internationale »

La création des Nations-Unies et l'adoption de sa Charte ont représenté une avancée majeure de l'humanité : pour la première fois le droit international était au moins formellement opposé au droit du
plus fort.
 
Bien évidemment ce n'est pas du tout un combat gagné d'avance, et en particulier depuis l'effondrement de l'URSS, les États-Unis et l'Otan tentent de toutes les manières, avec les meilleurs habillages
possibles (droit d'ingérence humanitaire, imposition de la démocratie, lutte contre le terrorisme... ) de remettre en cause ce droit international, pour un 'droit' où ces immenses puissances militaires
sont gagnantes à coup sûr – le droit du plus fort. Le concept médiatique de Communauté Internationale sert à masquer cette tentative de décrédibilisation des Nations Unies.

Cette scandaleuse signature de Ban Ki-Moon est un pas de plus dans la même direction. Nous ne devrions pas accueillir ce texte avec indifférence, comme l'a fait l'ensemble de nos médias. L'ambassadeur russe auprès de l'OTAN Dmitri Rogozine ne s'y est pas trompé : "Ban Ki-moon a reconnu l'alliance non pas comme une organisation militaire régionale, mais comme un remplaçant de l'ONU dans toutes les affaires liées à la sécurité internationale. Le secrétaire général de l'ONU risque de subir une destitution. Ses actions sont honteuses".

Roland Marounek

1. Cette Déclaration peut être lue sur notre site www.csotan.org
2. cf www.grip.org/bdg/g1027.html
3. Lire par exemple L'OTAN et la sécurité énergétique : «notre pétrole», Horizons et débats mai 2008

11:17 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Tags : medias, presse, onu, silence, otan, democratie, imperialisme, liberte, romain, television, usa, actualite, agressions, belgique, courcelles, euro-dictature, fascisme, histoire, information | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |