22/08/2008

21/08/2008: Sur l'agression des États-Unis et de l'OTAN dans le Caucase ...


L' Europe de l' Est n' est pas "libérée" avec la restauration du capitalisme. A l'exemple de la Géorgie, les pays de l' Est sont devenus de véritables colonies des impérialistes et conquérants ricano-otano-occidentaux. Sous la "dictature" "communiste", la Géorgie était une République soviétique et la Paix régnait dans toute cette région et dans toute l' Europe.
RoRo


-------- Message original --------

Sujet: Parti communiste du Canada - Agression des É.-U. et de l'OTAN dans le Caucase - Communist Party of Canada - US / NATO Agression in the Caucasus
Date: Thu, 21 Aug 2008 07:19:22 -0400
De: Antonio Artuso <pueblo@sympatico.ca>

 


Prière de diffuser ce message - J'envoie ce message à + de 250 adresses - Pour recevoir ou ne plus recevoir mes messages ou m'envoyer vos commentaires : pueblo@sympatico.ca

Please circulate this message - Being sent to + than 250 addresses - To receive my messages, to be removed from my list or to send comments: pueblo@sympatico.ca

Por favor difunda este mensaje - Está siendo enviado a + de 250 direcciones - Para recibir mis mensajes, dejar de recibirlos o enviar sus comentarios: pueblo@sympatico.ca


[FRANÇAIS] + [ENGLISH]

Déclaration émise par le Comité exécutif central du Parti communiste du Canada, le 14 août 2008

Sur l'agression des États-Unis et de l'OTAN dans le Caucase

Issued by the Central Executive Committee, Communist Party of Canada, August 14, 2008

On the US/NATO aggression in the Caucasus

 



 

[FRANÇAIS]

 

Sur l'agression des États-Unis et de l'OTAN dans le Caucase

 

Le conflit armé meurtrier déclenché dans le Caucase est non seulement une catastrophe humanitaire, qui a déjà coûté la vie à environ 2000 personnes, mais aussi une menace très réelle d'éclatement de guerres plus étendues dans la région.  Les préparatifs et les agressions militaires menés par l'impérialisme en Géorgie sont des étincelles qui pourraient finir par déclencher une guerre beaucoup plus vaste.  Ils exigent la plus ferme condamnation de la part du mouvement syndical international, ainsi que de toutes les forces de paix et des forces anti-impérialistes.

 

Sans l'entrave que constituait le puissant bloc de pays socialistes, les pays impérialistes, placés sous la direction des États-Unis au sein de l'alliance militaire qu'est l'OTAN, utilisent la Géorgie pour préparer de futures agressions, violant ainsi les principes fondamentaux du droit international, entre autres ceux de la Charte des Nations Unies.

 

Le Parti communiste du Canada dénonce l'invasion géorgienne perpétrée le 7 août, et les bombardements aériens de zones résidentielles, d'hôpitaux et d'écoles de Tskhinvali, capitale de l'Ossétie du Sud, comme étant une agression ne répondant à aucune provocation, qui a plongé le Caucase dans la guerre.  Nous appuyons pleinement les appels lancés par de nombreux pays en vue du retrait total des forces géorgiennes de l'Ossétie du Sud, mesure qui constituerait le premier pas vers une solution pacifique de ce conflit, qui ne devrait pas être autorisé pour éviter qu'il ne se développe au point de devenir une confrontation généralisée au Moyen-Orient et en Asie centrale.

 

Nous constatons également, contrairement aux déclarations des médias occidentaux et du régime Bush, qu'il ne s'agit pas d'une "agression russe".  La source des tensions croissantes survenant dans le Caucase n'est pas la présence de troupes russes.  Celles-ci étaient entrées en Ossétie du Sud au début des années 1990, en tant que gardiens de la paix, après la tentative par la Géorgie d'annexer par la force la région, ce qui avait conduit une grande partie de la population à traverser la frontière pour se rendre en Ossétie du Nord, qui continue de faire partie de la Russie.

La véritable cause de ce conflit réside dans l'expansionnisme des politiques impérialistes des États-Unis et de l'OTAN.  Depuis des décennies, en commençant par la guerre froide, les États-Unis ont cherché à encercler militairement leur rival, l'Union soviétique, à affaiblir ses alliés et, plus tard, la Russie elle-même, en mettant en place des régimes soi-disant "pro-occidentaux", qui permettent l'établissement de bases états-uniennes sur leur territoire et dépendent fortement de la coopération et de l'aide militaires des États-Unis.  La Russie, se souvenant de l'invasion nazie, qui a coûté au pays plus d'une vingtaine de millions de vies, s'oppose fermement à un tel encerclement impérialiste.

 

C'est le cas de la Géorgie, devenue cliente des États-Unis au moment de la guerre illégale menée par l'OTAN contre la Yougoslavie en 1999.  Israël, principal allié des États-Unis dans la région, a également établi des liens politiques et économiques étroits avec le gouvernement géorgien.  Il semble évident, en raison du niveau élevé d'intégration militaire entre les États-Unis, l'OTAN, Israël et la Géorgie, que l'agression du 7 août était déjà connue à l'avance et avait été approuvée par les gouvernements Bush et Olmert.  Ce point de vue semble être confirmé par la décision prise le 9 août par les États-Unis de fournir des avions de transport militaire afin de dépêcher une importante partie du contingent de 2000 soldats géorgiens postés en Irak et de les envoyer combattre dans leur pays.

L'offensive impérialiste visant le pillage du pétrole et des autres ressources vitales constitue un facteur-clé de la déstabilisation de la région.  En particulier le pipeline BTC (Bakou-Tbilissi-Ceyhan) permet le transport de pétrole et de gaz à travers la Géorgie vers la Méditerranée orientale, dont une grande partie du pétrole importé de l'Azerbaïdjan par Israël.  Contrôlé par la British Petroleum et construit avec l'aide des États-Unis, le pipeline BTC est un élément essentiel du bloc militaire et politique constitué par l'Azerbaïdjan, la Géorgie, la Turquie et Israël, jugé indispensable par les États-Unis pour contrebalancer l'influence de la Russie et la Chine dans la région.

 

Tenant compte de la guerre menée par les États-Unis et le Royaume Uni contre l'Iraq et des efforts continuels déployés par les forces d'occupation pour remettre les vastes richesses pétrolières de l'Irak aux sociétés transnationales, personne ne devrait sous-estimer la volonté de la clique d'extrême droite qui gravite autour de Bush, de Cheney et des autres faucons républicains d'utiliser les événements du Moyen-Orient et de Asie centrale pour accroître cette offensive stratégique.  Dans ce contexte, l'agression de la Géorgie contre l'Ossétie du Sud, qui a rapidement dû faire face à une puissante résistance russe, semble avoir été une provocation visant à créer de meilleures conditions pour l'expansion de la présence militaire des États-Unis et de l'OTAN dans la région.

 

La guerre du Caucase pourrait également influer sur les élections présidentielles états-uniennes, en augmentant l'appui des électeurs au candidat républicain John McCain.  Ces événements visent, sans l'ombre d'un doute, à préparer le terrain en vue d'une attaque des États-Unis contre l'Iran, et, à long terme, de la saisie impérialiste des réserves de pétrole de ce pays.  Une telle attaque pourrait déclencher une guerre aux dimensions imprévisibles, au coût de millions de vies, et pourrait s'étendre bien au-delà des frontières du Moyen-Orient.

 

Engagé dans la poursuite de l'hégémonie mondiale, l'impérialisme joue avec le feu, et l'agression récente perpétrée par la Géorgie fait partie de ce vaste plan.  Le Parti communiste du Canada demande instamment un plein appui aux tentatives internationales de circonscrire et d'éteindre ce conflit et de mettre fin à toutes les tentatives impérialistes d'ingérence dans le Caucase.

 

Déclaration émise par le Comité exécutif central du

Parti communiste du Canada

Le 14 août 2008

 

 

[ENGLISH]

 

On the US/NATO aggression in the Caucasus

 

The outbreak of a deadly armed conflict in the Caucasus is not only a humanitarian disaster which has already cost some 2,000 lives, but poses a very real threat of wider wars in the region. Imperialism’s preparations and aggressions in Georgia are sparks that can eventually ignite a much larger conflagration, demanding the sharpest condemnation of the international labour movement and all peace and anti-imperialist forces.

Unhindered by a strong socialist bloc of countries, imperialist countries led by the US in the NATO military alliance are using Georgia to prepare future aggressions, in violation of the basic principles of international law such as those in the United Nations Charter.

The Communist Party of Canada condemns the Georgian invasion on August 7, including bombing raids on residential areas, hospitals, and schools in the South Ossetian capital of Tskhinvali, as an unprovoked assault which plunged the Caucasus into war. We give full support to calls from many countries for the complete withdrawal of Georgian forces from South Ossetia as a first step towards a peaceful solution to this conflict, which must not be allowed to expand into all-out confrontation in the Middle East and Central Asia.

We also note that contrary to claims by much of the western media and by the Bush regime, this is not a case of "Russian aggression." The source of rising tensions in the Caucasus is not the presence of Russian troops, which entered South Ossetia in the early 1990s as peacekeepers after Georgia attempted to forcibly annex the area, driving much of the population across the border into North Ossetia, which remained within Russia.

The real origin of this conflict lies in the US/NATO imperialist policies of expansionism. For decades, starting with the Cold War, the US has sought to place a military ring around its rival, undermining allies of the Soviet Union and later Russia, and imposing so-called "pro-Western" regimes which allow US bases on their soil and rely heavily on US military cooperation and support. Recalling the Nazi invasion which cost their country over twenty million lives, Russia strongly opposes such imperialist encirclement.

This is the case with Georgia, which became a U.S. client state at the time of the illegal NATO war against Yugoslavia in 1999. Israel, the main U.S. ally in the region, has also forged close political and economic links with the Georgian government. The high level of US/NATO/Israeli/Georgian military integration makes it clear that the August 7 aggression must have been known in advance and approved by the Bush and Olmert governments. Bolstering this view is the decision on August 9 by the United States to provide military transport aircraft to fly many of Georgia's 2,000-strong troop contingent out of Iraq to join the fighting at home.

The imperialist drive to plunder oil and other vital resources is a key factor in destabilization of the region. Notably, the Baku-Tblisi-Ceyhan pipeline brings oil and gas through Georgia to the Eastern Mediterranean, including a large part of Israel's oil imports from Azerbaijan. Controlled by British Petroleum and built with US support, the BTC pipeline is a vital piece of the military-political bloc including Azerbaijan, Georgia, Turkey and Israel, which the US considers a vital counter-balance against the influence of Russia and China in the region.

In the wake of the US/UK war against Iraq and the continuing efforts by the occupation forces to turn over Iraq's vast oil wealth to the transnational corporations, nobody should underestimate the desire of the ultra-right clique around Bush, Cheney and other Republican hawks to use events in the Middle East and Central Asia to further this strategic push. Seen in this context, Georgia's aggression against South Ossetia, which quickly met powerful Russian resistance, may have been a provocation to create better conditions for expansion of the US/ NATO military presence in the area.

The Caucasus war could also influence the US presidential election, by tilting voter support towards Republican candidate John McCain. It is not a stretch to wonder if these events may be intended to help lay the groundwork for a US strike against Iran, with the long-range goal of imperialist seizure of that country's oil reserves. Such an attack would unleash a war of unforeseeable dimensions, costing millions of lives and spreading far beyond the borders of the Middle East.

In pursuit of its aim of global hegemony, imperialism is playing with fire, and Georgia's latest aggression is part of this wider pattern. The Communist Party of Canada urges full support for international attempts to contain and extinguish this conflict, and for an end to all imperialist meddling in the Caucasus.

 

Issued by the Central Executive Committee

Communist Party of Canada

August 14, 2008