17/02/2010

14/02/10: 700 Bases militaires sous contrôle US/OTAN...

----- Original Message -----
Sent: Sunday, February 14, 2010 10:13 PM
Subject: [alerte_otan] Occupation de l'Afghanistan : 700 Bases militaires sous contrôle US/OTAN

 

 

 
Tout un réseau de forteresses militaires établies et en pleine expansion en Afghanistan pour une occupation inutile sans fin et dont les coûts en termes humains écologiques et financiers sont monstrueux
 

En 2003 quand l’Administration Bush a envahi l’Irak le Pentagone avait déjà prévu de construire toute une série de méga bases permanentes dans ce pays. Après la chute de Saddam Hussein des centaines de micro bases ont été ajoutées aux méga bases - déjà en 2005 on en comptait 106, et au total c’est plus de 300 qui ont été installées. Sans oublier la gigantesque ambassade américaine construite dans un ancien palais de Saddam Hussein, en bordure du Tigre, au centre de Bagdad et qui a coûté ¾ de milliard de $, la plus grande « ambassade » et la plus chère de toute la planète. Prévue pour accueillir 1000 « diplomates » on parle actuellement d’y doubler leur nombre. Ceci fait partie de la mission de contrôle du Grand Moyen Orient que les US se sont eux -mêmes attribuées. « God Bless América ».
 
En Afghanistan, on compte 700 bases sous contrôle des forces armées US/OTAN
 
Dans la province de Nangarhar dans le district de Shinwar dans un ancien fort utilisé par l’armée britannique au XIXème siècle puis par l’armée soviétique au XXème, c’est au tour de l’armée US d’y avoir installé des troupes en compagnie des forces armées nationales afghanes ( les milices de l’occupant) pour préparer les nouveaux plan d’occupation. Cette base fait partie de centaines d’autres bases éparpillées sur tout le territoire afghan. Les bases militaires occupées par les troupes US et de l’OTAN ainsi que celles des forces armées afghanes comprennent des petites bases telles celle de Shinwar mais aussi des méga bases qui ressemblent à des villes américaines. actuellement selon des sources officielles en Afghanistan on en compte approximativement 700.
 
Ce programme de construction de bases militaires n’est pas rapporté par les médias sous emprise gouvernementale et pourtant c’est une entreprise énorme d’occupation militaire dépendant massivement d’approvisionnements importés de l’étranger qui coûtent extrêmement chers. Alors même que les pays participant à cet occupation subissent une conjoncture économique des plus moroses, la vérité sur les coûts monstrueux de cette guerre d’occupation est enterrée dans des effets d’annonce politico médiatique portant sur une pseudo offensive dans le Sud de l’Afghanistan soit disant pour en chasser les Talibans. Ces derniers- comme tout mouvement de résistance- vont laisser les forces armées étrangères occuper le terrain pour revenir plus tard les harceler.
 
En attendant le « prix Nobel de la Paix » le nègre du complexe militaro industriel des US, Barack Obama- et ses petits nègres que sont Sarkozy, Merkel, Brown et les autres - pourra se vanter que son plan de renforcement des troupes US/OTAN en Afghanistan est un succès.
 
Ces bases s’ajoutent à la longue liste secrète de celles que possèdent le Pentagone, et on ne peut que s’interroger sur la durée d’existence de ces garnisons, et des coûts supportés par les contribuables US et de ceux des pays membres de l’OTAN.
 
400 bases militaires étrangères en Afghanistan
 
Le porte parole de l’ISAF ( International Security Assistance Force ) dirigée par les US, le colonel Wayne Shanks, a dit au site de Tom Dispatch ( voir coordonnées en bas d’article) qu’il y avait à présent prés de 400 bases US et de la coalition en Afghanistan, dont des camps, des bases de relais opérationnels, et des avant postes de combat. En plus, il y a au moins 300 bases des forces armées nationales afghanes (ANA) et de la police nationale afghane, (ANP), la plupart d’entre elles construites entretenues et financées par les US.
 
Un petit nombre des bases de la coalition sont des méga bases tel l’aéroport militaire de Kandahar, l’un des aéroports ayant le plus de trafic au monde, et la base aérienne de Bagram, une ancienne base soviétique rénovée décorée de Big Burger et de Popeye, utilisée actuellement par plus de 20 000 soldats américains en plus de milliers de soldats des forces de la coalition et de personnels civils (dont des mercenaires). A Bagram, il a été rapporté l’automne dernier que des projets de construction d’un montant de plus de 200 millions de $ allant de simples baraquements à des entrepôts étaient en cours ou sur le point d’être réalisés.
 
A Kandahar qui hébergeait déjà en 2007 9000 soldats de la coalition on devrait compter jusqu’à 35 000 soldats quand le renforcement décidé par Obama sera complété. D’importants fonds ont également été débloqués pour l’amélioration de l’aéroport militaire de Kandahar : 65 millions de $ pour la construction d’espaces de parking pour des avions accompagnant les opérations au sol de même qu’activement impliqués dans les opérations de surveillance et de reconnaissance, 61 millions de $ pour la construction d’une piste pour hélicoptères et d’une piste pour des opérations héliportées stratégiques.
 
Actuellement on ignore le chiffre exact de ces bases qui sont agrandies, rénovées, mais selon le porte parole de l’ISAF, il y a des plans militaires d’expansion de plusieurs bases pour l’hébergement du supplément de troupes prévu dans la stratégie de guerre du commandant en chef US en Afghanistan, Stanley McChrystal. En plus, au moins 12 bases vont être construites pour recevoir les quelques 30 000 soldats américains et les milliers de soldats des pays membres de l’OTAN qui devraient bientôt arriver dans le pays.
 
En plus de ces bases étrangères, les US financent également les bases des forces armées et des forces de police afghanes. Selon les données de contrats passés par l’armée US pour la maintenance de celles-ci, il y en aurait au moins 300, et elles ne sont pas incluses dans le chiffre des bases des forces de la coalition US/OTAN. Elles sont plus « rustiques » que les bases américaines et leurs fast food, ».
 
Ainsi, les quartiers généraux de la police afghane dans le district de Khost Farang dans la province de Baghan comprennent-t-ils des bâtiments construits en boue et pierre et entourés d’un mur fait de boue. Cette base n’a même pas de système d’approvisionnement en eau potable, une tranchée ayant été creusée prés d’une source voisine à cet effet. Seuls les avant postes de combats des troupes d’occupation US/OTAN ressemblent à ces bases afghanes rudimentaires.
 
Le Pentagone a établi récemment une liste de ses bases à l’étranger en comptabilisant au total 716. Cela inclue des bâtiments appartenant au Pentagone ou loués par lui partout au Moyen Orient, de même qu’en Europe, et en Asie, tout spécialement au Japon et en Corée du Sud.
 
Mais certainement plus impressionnant encore ce sont les bases du Pentagone non listées ou tenues secrètes. Tandis que les bases situées dans le Golfe Persique, à Bahrain, au Koweït, Oman, et aux Emirats Arabes Unis sont connues publiquement, d’autres sont absentes, telle la base aérienne d’Al-Udeid, située au Qatar et qui a coûté un milliard de dollars. C’est là que les forces de l’armée de l’air US supervisent secrètement les guerres de drones menées en Afghanistan et au Pakistan et qui font de nombreuses victimes civiles chez les populations afghanes et pakistanaises.
 
Ne sont pas non plus incluses dans ce décompte les bases militaires US en Irak 300 en comptant les avant postes selon un chiffre d’Août 2009. Il en va de même des 400 bases en Afghanistan.
 
Combien il y a-t-il de bases militaires des US et de leurs alliés dispersées de par le monde, on ne le saura probablement jamais. Pourtant, une chose est sûre, ce que nous savons de l’expérience des bases US/OTAN construites en Allemagne, au Japon, en Italie, et en Corée du Sud, c’est qu’une fois construites elles deviennent permanentes même après la fin des hostilités ou la signature d’un traité de paix. Ces pays ci-dessus cités sont donc toujours depuis des décennies sous occupation américaine.
 
Pour l’Afghanistan, de même que pour l’Irak, cette occupation ne fait que commencer. Pour l’Afghanistan elle risque de se terminer comme les précédentes, celles des Britanniques et des Soviétiques.
 
En attendant les Talibans se replient du Sud de l’Afghanistan laissant les forces d’occupation crier victoire…. Jusqu’aux prochaines embuscades qui seront de plus en plus meurtrières la résistance afghane étant de plus en plus expérimentée et de plus en plus soutenue par une population civile la première à faire les frais de telles offensives. On est loin de la « conquête des cœurs » et des négociations avec les «Talibans modérés » un discours en général précurseur d’une offensive militaire en préparation comme cela vient une nouvelle fois d’être prouvé.
 
Mais les médias qui marchent au pas cadencé seront « en direct » d’Afghanistan pour relater la « victoire » d’Obama et de ses petits nègres, oubliant de mentionner le nombre de civils afghans déplacés et ou tués dans ces jeux de guerre au coût monstrueux, humainement écologiquement et économiquement.
 
Plus d’information sur ce réseau de bases militaires US/OTAN sur
 
 

18:42 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Tags : histoire, actualite, courcelles, usa, presse, otan, guerre, romain, belgique, afghanistan, colonialisme, europe, fascisme, imperialisme, euro-dictature, capitalisme, silence, medias, nazisme | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

22/11/2009

21/11/09: L'Otan du Kosovo à l'Afghanistan : guerres sans frontières - Diana Johnstone ...

Sent: Saturday, November 21, 2009 9:20 PM
Subject: [romain : paix_socialisme_communisme] L'Otan du Kosovo à l'Afghanistan : guerres sans frontières - Diana Johnstone

 

 

L'OTAN: la BELGIQUE fout encore quoi au sein de cette saloperie d' alliance militariste d' agressions impérialistes et colonialistes, une alliance qui a déjà coûté des milliers de milliards d' euros uniquement pour servir l' anticommunisme et faire les guerres du capitalisme et de l'Amérique ???
 
RoRo 

From: Comité Valmy
Sent: Saturday, November 21, 2009 8:41 PM
Subject: L'Otan du Kosovo à l'Afghanistan : guerres sans frontières - Diana Johnstone


Il existe 761 bases américaines avouées dans le monde dont celle, gigantesque de Bondsteel au Kosovo qui a été arraché par la guerre et illégitimement à la Serbie, avec l'aide décisive des impérialistes euro- atlantistes. CB

Base états unienne de Bondsteel au Kosovo

 

Il y a vingt ans, la fin de la Guerre Froide devait introduire une ère de paix. Pourtant, depuis dix ans, l'Otan fait la guerre – d'abord au Kosovo, aujourd'hui en Afghanistan. C'est la guerre et non la paix qui est de retour. Pourquoi ?

Je veux présenter plusieurs propositions qui à mon avis sont des évidences, mais des évidences qui ne font pas partie du discours officiel relayé par les médias.

1. Première proposition. Le but principal de la guerre menée en 1999 par l'Otan contre la Yougoslavie – dite « guerre du Kosovo » – était de sauver l'Otan en la dotant d'une nouvelle mission de mener des guerres aux endroits et pour des motifs décidés par elle. (Un but secondaire était de débarrasser la Serbie d'un chef considéré comme trop peu empressé de suivre le modèle économique néo-libéral, mais je laisse de côté cet aspect des choses, qui aurait pu être traité autrement que par la guerre, bien que les bombardements aient hâté la privatisation des industries ainsi frappées de façon expéditive.)

2. Ce but a éte atteint, avec l'acceptation par les alliés européens de la nouvelle stratégie de l'Otan, qui préconise la possibilité des interventions militaires n'importe où dans le monde sous n'importe quel prétexte – voir la liste des « menaces » auxquelles ils faut faire face.

3. Ce changement de politique stratégique, avec des implications graves, a été réalisé sans le moindre débat démocratique dans les parlements européens ou ailleurs. Il a été réalisé de façon bureaucratique derrière un épais écran de fumée émotionnel – on dirait des gaz lacrymogènes – sur le besoin de sauver des populations de menaces qui n'existaient pas et qui étaient inventées précisément pour justifier une intervention qui servait les intérêts à la fois des Etats-Unis et des sécessionnistes albanais du Kosovo. En autres mots, la nouvelle politique de guerre sans limites a été décidée presque en huis clos, et vendue au public comme une grande entreprise humanitaire d'une généreuse abnégation, sans précedent dans l'histoire de l'humanité.

C'est ainsi que la « guerre du Kosovo » continue à être célébrée, surtout aux Etats-Unis, servant de preuve que la guerre n'est plus le pire des maux à éviter, mais le meilleur des véhicules du Bien.

4. Suite aux attaques criminelles contre les Tours du World Trade Center le 11 septembre 2001, les alliés européens des Etats-Unis ont suivi sans broncher l'interprétation plus que douteuse donnée par l'administration américaine Bush-Cheney selon laquelle ces attaques constituaient un « acte de guerre ». Encore pris dans un tourbillon sentimental – « nous sommes tous des Américains » – les hommes et les femmes politiques européens ne se sont pas mobilisés pour faire remarquer qu'il s'agissait plutôt d'attaques criminelles – internationales, peut-être, mais qui étaient le fait des individus ou des groupes, non pas d'un Etat, et qui exigeaient logiquement une riposte policière et non pas de guerre. Au lieu de secourir les Américains en leur apportant une dose de bon sens qui visiblement manquait à leurs dirigeants, les dirigeants européens ont invoqué l'Article 5 de l'Otan pour la première fois pour suivre les Etats-Unis agressés dans leur guerre contre les fantômes en Afghanistan. Il y sont toujours…

5. Cinquième proposition. Tout cela fait la démonstration d'une absence quasi totale de débat politique, ou même de pensée, en Europe sur les questions fondamentales de sécurité et de guerre et de paix, et encore moins sur le droit international.

6. Sixième proposition, la plus essentielle et la plus controversée sans doute. Cette lamentable inexistence morale et intellectuelle de l'Europe dans ce chemin vers le désastre est due surtout à une cause : la soi-disante « construction européenne ».

Maintenant je veux revenir sur cette suite d'événements qui nous mène de l'élan « humanitaire » du Kosovo jusqu'au bourbier sanglant d'Afghanistan.

L'Europe et la Yougoslavie

Il est courant de blâmer l'Europe pour son inaction dans l'affaire yougoslave. Mais ce reproche prend le plus souvent la forme d'une lamentation selon laquelle l'Europe aurait dû intervenir militairement pour sauver les victimes, bosniaques, il s'entend. Ce n'est pas une analyse mais une exploitation moralisante par un des partis – les Musulmans de Bosnie – d'une tragédie dans laquelle ils comptent le plus grand nombre de victimes, mais pour laquelle leurs dirigeants politiques (surtout Monsieur Izetbegovic) avaient leur part de responsabilité. Dans cette lamentation sans vraie analyse, l'inaction de l'Europe est attribuée le plus souvent à sa « lâcheté » collective, et même, par certains, à son supposé racisme anti-musulman. Un tel racisme existe en effet ici et là, mais les causes de la faillite européenne dans le cas yougoslave sont ailleurs.

Je voudrais offrir ici une autre interprétation de cette faillite. Elle est plus compliquée, et moins moralisante.

Déjà dans les années 1980, la Yougoslavie sombrait dans une crise à la fois économique et politique. L'endettement du gouvernement central, qui résultait surtout des crises pétrolières et des manipulations du dollar, favorisait la poussée séparatiste des républiques les plus riches, la Slovénie et la Croatie. L'auto-gestion socialiste, paradoxalement, contribuait aussi au mouvement centrifuge. Pourtant le sentiment unitaire restait encore probablement majoritaire. C'est l'époque où précisément une politique attentive européenne d'élargissement aurait pu empêcher le désastre. Après tout, la Yougoslavie, située entre la Grèce et l'Italie, dont le système socialiste était plus libre et plus prospère que le bloc soviétique et qui évoluait déjà vers plus de démocratie de style occidental, était logiquement le candidat prochain pour l'adhésion à la Communauté européenne.

Certaines voix isolées signalaient cette évidence, sans être entendues. Au début des années 1990, c'était le drame. Je ne peux pas raconter toute cette histoire ici, cela se trouve dans mon livre, « La Croisade des fous ». Mais en bref, en 1991, il y avait deux mondes parallèles qui se sont touchés de façon malheureuse. Il y avait le monde yougoslave, où les républiques – c'est ainsi qu'on nommait les composants de la fédération yougoslave – slovène et croate optaient pour la sécession, soutenues par l'Allemagne. Et dans le monde de la construction européenne, le gouvernement français en particulier était totalement absorbé par l'effort de convaincre le gouvernement allemand de fondre son précieux deutschemark dans une nouvelle monnaie européenne, qui servirait de colle dans la transformation de la Communauté européenne en Union européenne. Le résultat est connu. Quoiqu'au départ, aucun autre membre de la Communauté ne voulait suivre l'Allemagne dans la reconnaissance des sécessions sans négociation de la Slovénie et de la Croatie, lorsque la France, en pleines négociations sur la monnaie européenne avec l'Allemagne, a cédé sur les sécessions yougoslaves, toute la Communauté a suivi dans cette décision qui violait le principe de l'inviolabilité des frontières et menait inévitablement à la guerre civile.

Je sais que tout cela devient un peu compliqué, mais je veux souligner un aspect qui est relativement subtil mais essentiel. À cause de la sacrosainte « construction européenne », la Communauté européenne s'est alignée sur la position allemande qui au départ n'était partagée par aucun autre Etat membre. Ils n'ont examiné sérieusement ni les vrais motifs de cette position, ni sa justification, ni ses conséquences programmées. Au lieu de cela, ils ont adopté une version moralisante et unilatérale d'un conflit complexe qui servait surtout à excuser leur violation des pratiques normales – non-reconnaissance des sécessions non-négociées. Mais cela avait pour résultat de les ouvrir aux accusations moralisantes de ne pas avoir fait assez pour « sauver les victimes ». Car une fois admise une vision manichéenne, une solution manichéenne s'impose. S'étant coincée elle-même, l'Europe a essayé de combiner son discours manichéen, qui attribuait toute la culpabilité au seul « nationalisme serbe », avec des efforts de trouver une solution négociée, ce qui était contradictoire et voué à l'échec.

Imaginons par contre que les Etats membres aient agi en Etats indépendants, sans se sentir contraints par la « construction européenne ». L'Allemagne aurait sans doute soutenu ses clients historiques, les séparatistes slovènes et croates, mais elle aurait dû écouter d'autres points de vue. Car la France et la Grande Bretagne, sans doute suivies par d'autres, auraient pensé aux intérêts de leurs alliés historiques, les Serbes. Cela ne veut pas dire qu'on aurait refait la Première Guerre Mondiale – personne n'est aussi fou. Mais on aurait pu reconnaître, de part et d'autre, qu'il y avait d'authentiques conflits non seulement d'intérêts mais aussi d'interprétations juridiques en ce qui concernait le statut des frontières entre républiques, des minorités et ainsi de suite. En regardant le problème yougoslave de cette façon, au lieu de le considérer comme un conflit entre le Bien et le Mal, les puissances européennes auraient pu encourager une médiation et une négociation pour éviter le pire.

L'argument que je veux souligner est le suivant. Un des dogmes de la Construction Européenne est que l'accord entre les Etats Membres est un bien si grand que le contenu de cet accord devient secondaire. On se félicite d'être d'accord, quel que soit la qualité ou les conséquences de cet accord. On cesse de réfléchir. Et l'accord se fait, ou se justifie le plus facilement autour de quelque poncif moralisant – les « droits de l'homme » surtout.

La « construction européenne » ressemble au « processus de paix » au Moyen Orient en ce sens que le mirage d'un avenir hors d'atteinte paralyse le présent, et sert d'excuse pour n'importe quoi.

Je voudrais signaler que, dans le cas yougoslave, les Etats-Unis ne soutenaient pas non plus les sécessions sans négociation de la Slovénie et de la Croatie. L'administration de Bush père était encline à laisser ce problème aux Européens. Donc il est trop facile de blâmer les Etats-Unis. Mais devant l'incurie européenne, et très susceptibles eux-mêmes aux interprétations manichéennes, les Américains de l'administration Clinton ont profité de la situation pour exploiter le désastre yougoslave à leurs propres fins, c'est-à-dire, l'affirmation du rôle dirigeant des Etats-Unis en Europe, la renaissance de l'Otan et quelques miettes sentimentales jetées aux Musulmans pour compenser le soutien sans faille à Israël.

L'Otan et les Menaces

L'évolution des deux dernières décennies pose la question de la poule et de l'oeuf. Autrement dit, est-ce que l'idéologie cause les actions, ou l'inverse ? Je serais tentée, vu ce que je viens de décrire à propos de la Yougoslavie, de dire que c'est l'inverse – au moins, parfois. Ou plutôt, en l'absence de pensée rigoureuse et franche, on est facilement entraîné dans des aventures néfastes par une dialectique entre idéologie et bureaucratie.

Mon deuxième exemple est le rôle de l'Otan dans le monde, et de l'Europe dans l'Otan.

A travers l'Otan, la plupart des pays de l'Union Européenne ont déjà participé à deux guerres d'agression, ou au moins à l'une d'entre elles, et d'autres se préparent. Et tout cela sans véritable débat, sans décision stratégique visible. En attendant la réalisation de la Construction Européenne, l'Union Européenne réellement existante poursuit en somnambule le chemin de guerre tracé pour elle par les Etats-Unis.

Cet état d'inconscience est maintenu par un mythe qui devient plus enfantin avec l'âge, comme une sénilité : le mythe de l'Amérique protectrice, puissante et généreuse, qui est le dernier recours pour sauver l'Europe de tout et surtout d'elle-même. On objectera qu'on n'y croit plus. Mais on fait toujours comme si on y croyait. Qu'ils y croient ou non – et je ne peux pas le savoir – la plupart des dirigeants européens n'hésitent pas à raconter des balivernes à leurs populations, telles que :

 Les Etats-Unis veulent mettre leur bouclier anti-missile en Europe pour défendre les Européens des attaques iraniennes ;

 La guerre en Afghanistan est nécessaire pour éviter les attentats terroristes en Europe ;

 La France est rentrée dans le commandement de l'Otan pour influencer les Etats-Unis ;

 Nous sommes la Communauté Internationale, le monde civilisé, et nous agissons pour défendre les droits de l'homme. Et ainsi de suite.

Les Européens acceptent le vocabulaire « newspeak » de l'Otan. Ainsi pour désigner les multiples prétextes de guerre, on utilise le mot « menaces ». Un pays ou une région qu'on entend attaquer est forcément « stratégique ». Et toute action agressive est naturellement un acte de « défense ».

Ici encore c'est idéologie qui suit la bureaucratie, mais qui devient une force extrêmement dangereuse.

Je m'explique.

L'Otan est surtout une bureaucratie lourde, soutenue par des intérêts économiques et des carrières multiples. A la base de l'Otan se trouve le complexe militaro-industriel américain (ainsi nommé par Eisenhower en 1961, mais qui devait inclure le Congrès dans sa dénomination, car l'industrie militaire est soutenue politiquement par les intérêts économiques localisés dans presque chaque circonscription électorale du pays, défendus avec acharnement par son représentant au Congrès au moment de voter le budget). Depuis cinquante ans, ce complexe forme la base de l'économie des Etats-Unis – un keynésianisme militaire qui évite un keynésianisme social qui bénéficierait à la population mais qui est interdit par un anti-socialisme dogmatique.

Lors de la « Chute du mur » il y a 20 ans, c'est-à-dire de l'écroulement du bloc soviétique, il y avait comme un vent de panique chez son adversaire. Qu'allait-on faire sans la « menace » qui faisait vivre l'économie ? Réponse facile : trouver d'autres menaces. Pour les cibler, il y a les « think tanks », ces boîtes aux idées richement financées par le secteur privé pour donner au secteur public – c'est-à-dire le Pentagone et ses émules au Congrès et à l'exécutif – les raisons d'être et d'agir dont il a besoin.

On connait la suite. On a trouvé le terrorisme sous Reagan et Saddam Hussein sous Bush premier, puis le nationalisme serbe et les violations des droits de l'homme, puis encore le terrorisme, et maintenant il y a une véritable explosion de « menaces » auxquelles « la Communauté internationale », autrement dit l'Otan, doit répondre.

UNE LISTE non exhaustive :

 le sabotage cybernétique

 les changements du climat

 le terrorisme

 les violations des droits de l'homme

 le génocide

 le trafic de drogue

 les états manqués (failed states)

 la piraterie

 la montée des niveaux de la mer

 la pénurie d'eau

 la sécheresse

 le mouvement des populations

 le déclin probable de la production agricole

 la diversification des sources d'énergie

(Sources : l'Otan ; Conférence tenue le premier octobre 2009 organisée conjointement par l'Otan Lloyd's of London - "the world's leading insurance market" le soi-disant numéro un marché d'assurances du monde.)

Ce qui est à signaler est que la réponse supposée à toutes ces menaces, parmi d'autres, est forcément militaire, et non pas diplomatique. On peut parfois jouer à la diplomatie, mais puisqu'on est le plus fort militairement, à Washington celle-ci est vite amenée à préférer le traitement militaire de tout problème.

Toutes ces menaces sont nécessaires pour justifier l'expansion bureaucratique du complexe militaro-industriel et de sa branche armée, l'Otan. La seule idéologie qui peut les unifier n'est plus un système de pensée mais une émotion : la peur. La peur de l'autre, la peur de l'inconnu, la peur de n'importe quoi. Et à cette peur la seule réponse est militaire.

Cette peur tue la diplomatie. Elle tue l'analyse et le débat. Elle tue la pensée.

L'incarnation de cette peur agressive est l'Etat d'Israël. Et l'Occident, au lieu de calmer la peur israélienne, l'adopte et l'intériorise.

La Menace par habitude : la Russie

Mais il y a une menace qui ne se trouve pas sur la longue liste officielle, mais qui pourrait être la plus dangereuse de toutes, pour l'Europe en particulier. On en parle peu, elle prend une place de choix dans les activités frénétiques de l'alliance atlantique : c'est la Russie. La Russie, ou plutôt l'Union Soviétique était l'ennemi contre lequel tout était organisé, eh bien, cela continue. C'est la menace par habitude, ou par inertie bureaucratique.

De plus en plus, l'Otan se trouve engagée dans un encerclement stratégique de la Russie, à l'ouest de la Russie, au Sud de la Russie et au Nord de la Russie.

À l'ouest, notamment, tous les anciens membres du défunt Pacte de Varsovie sont devenus membres de l'Otan, ainsi que les Etats Baltes anciennement membres de l'Union Soviétique même. Certains de ces nouveaux membres appellent à cor et à cri le stationnement de plus de forces américaines en vue d'un éventuel conflit avec la Russie. A Washington il y a quelque jours, le ministre des affaires étrangères de la Pologne, Radek Sikorski, a réclamé le stationnement de troupes américaines dans son pays “pour servir de bouclier contre l'agression russe”. L'occasion était une conférence organisée par le think tank Center for Strategic and International Studies (CSIS) sur “les Etats-Unis et l'Europe centrale” pour célébrer la chute du mur de Berlin. Il est caractéristique de ce que l'ancien ministre de la guerre américain Donald Rumsfeld a appelé “la Nouvelle Europe”, que Sikorski a eu la citoyenneté britannique depuis 1984 (il avait alors 21 ans), a fait ses études à Oxford et a épousé une journaliste américaine, ayant lui-même travaillé comme correspondant pour plusieurs journaux et télévisions américains. Avant de devenir ministre des affaires étrangères de la Pologne, Sikorski a passé plusieurs années (de 2002 à 2005) à Washington dans les think tanks American Enterprise Institute, pépinière des néo-conservateurs, et la New Atlantic Initiative en tant que directeur exécutif. Ce Polonais appartient donc à cette couche très particulière de stratèges originaires de l'Europe centrale qui, depuis le début de la Guerre Froide en 1948, ont considérablement influencé la politique étrangère américaine. Un des plus importants de ceux-ci, Polonais lui aussi, Zbigniew Brzezinski, a parlé à la même conférence des “aspirations impériales” de la Russie, de ces menaces envers la Géorgie et l'Ukraine et de l'intention de la Russie de devenir “une puissance mondiale impériale”.

Il est largement oublié que la Russie avait volontairement et pacifiquement laissé filer ces Etats qui aujourd'hui se prétendent « menacés ». Il est encore plus oublié que les Etats-Unis avaient, le 9 février 1990, à l'occasion de négociations sur l'avenir des deux états allemands, rassuré Gorbachev en lui promettant que si l'Allemagne unifiée intégrait l'Otan, « il n'y aurait aucune extension des forces de l'Otan d'un centimètre de plus à l'est ». Et lorsque Gorbachev revenait à ce sujet, en précisant : « Toute extension de la zone de l'Otan est inacceptable », le secrétaire d'Etat américain James Baker a répondu, « Je suis d'accord ».

Ainsi rassuré, Gorbachev a accepté l'appartenance de l'Allemagne réunifiée à l'Otan en croyant – naïvement – que les choses s'arrêteraient là et que l'Otan empêcherait efficacement tout « revanchisme » allemand. Mais, déjà l'année suivante, le gouvernement de l'Allemagne réunifiée a mis le feu aux poudres balkaniques en soutenant les sécessions slovènes et croates…

Mais revenons au présent. La mobilisation contre la prétendue « menace » russe ne se limite pas aux discours. Pendant que Sikorski épatait ses anciens collègues des think tanks washingtoniens, les militaires étaient à l'oeuvre.

En octobre, des vaisseaux de guerre américains sont arrivées directement de manoeuvres au larges des côtes écossaises pour participer à des exercices militaires avec les marines polonaises et baltes. Cela fait partie de ce que le porte parole de la Marine américaine décrit comme sa « présence continue » dans la Mer Baltique, tout près de Saint Petersbourg. À cette occasion, les responsables des pays baltes parlaient de « nouvelles menaces depuis l'invasion russe de la Géorgie » et des exercices navals de grandes envergure à venir l'été prochain. Tout cela en projetant l'augmentation des budgets militaires – 60 milliards d'euros par la Pologne pour améliorer ses forces armées.

Il est important de noter que cette activité dans la Mer Baltique sert aussi à faire entrer officieusement les pays scandinaves historiquement neutres, la Suède et la Finlande, dans les exercices et les plans stratégiques de l'Otan. Les pays scandinaves, avec le Canada, auront un rôle à jouer dans la course pour s'accaparer des ressources minérales qui deviendront accessibles avec le retrait de la calotte glacière. Des manoeuvres se font déjà en préparation de cette éventualité. Ainsi l'encerclement de la Russie par le nord se poursuit.

Aujourd'hui, non contents d'avoir absorbé les Etats baltes, la Pologne, la Tchéquie, la Slovaquie, la Hongrie, la Bulgarie et j'en passe, les dirigeants américains, vigoureusement soutenus par « la Nouvelle Europe », insistent sur la nécessité de faire entrer dans le giron de l'Alliance dite « Atlantique » deux voisins proches de la Russie, la Géorgie et l'Ukraine.

Dans ces deux cas, on s'approche dangereusement à la possibilité d'une vraie guerre avec la Russie… surtout en Ukraine.

L'Ukraine est une très grande « Krajina » yougoslave… les deux mots signifient « frontières » en slave … divisée toutes les deux entre Orthodoxes et Catholiques (Uniates dans le cas de l'Ukraine), avec en prime la grande base navale russe à Sébastopol, dans une Crimée à la population majoritairement russe… réclamée par les dirigeants actuels ukrainiens qui la transféreraient volontiers aux Etats-Unis. Voilà l'endroit rêvé pour déclencher la Troisième Guerre Mondiale – qui serait sans doute la vraie « der des ders ».

Les dirigeants baltes sont là pour interpréter l'inquiétude russe devant cette expansion de l'Otan comme la preuve de la « menace russe ». Ainsi, dans une « lettre ouverte à l'administration Obama de l'Europe centrale et orientale » du juillet dernier, Lech Walesa, Vaclav Havel, Alexander Kwasniewski, Valdas Adamkus et Vaira Vike-Freiberga ont déclaré que “la Russie est de retour en tant que puissance révisionniste en train de poursuivre un programme du 19ème siècle avec les tactiques et les méthodes du 21ème siècle”. Le danger, selon eux, est que ce qu'ils appellent “l'intimidation larvée” et “l'influence colportée” (influence peddling) de la Russie pourrait à la longue mener à une “de facto neutralisation de la région”.

On peut se demander où serait le mal ? Mais le mal est dans le passé et le passé est dans le présent. Ces Américanophiles continuent : “Notre région”, disent-ils, “a souffert quand les Etats-Unis ont succombé au ‘réalisme' à Yalta. … Si un point de vue ‘réaliste' avait prévalu au début des années 1990, nous ne serions pas dans l'Otan aujourd'hui…” Mais ils y sont, et ils réclament “une renaissance de l'Otan”, qui doit “reconfirmer sa fonction centrale de défense collective en même temps que nous nous adaptons aux nouvelles menaces du 21ème siècle.” Et ils ajoutent, avec un brin de chantage, que leur “capacité de participation dans les expéditions lointaines est lié à leur sécurité chez eux.”

La Géorgie est là pour montrer le danger représenté par ces petits pays prêts à entraîner l'Alliance Atlantique dans leurs querelles de frontières avec la Russie. Mais ce qui est très curieux est le fait que ces dirigeants particulièrement belliqueux de petits pays de l'Est ont souvent passé des années aux Etats-Unis dans les institutions proches du pouvoir ou ont même la double nationalité. Ils sont patriotes de leur petit pays tout en se sentant protégés par la seule superpuissance du monde, ce qui peut mener à une agressivité particulièrement irresponsable. Ce président géorgien, Mikeil Saakachvili, qui en août 2008 n'a pas hésité à provoquer une guerre avec la Russie, a été boursier du Département d'Etat des Etats-Unis dans les années '90, recevant les diplômes des universités de Columbia et de George Washington, dans la capitale.

Parmi les signataires de la lettre citée, il faut noter que Valdas Adamkus est essentiellement un Américain, immigré de Lithanie dans les années 40, qui a servi dans le renseignement militaire américain et dans l'administration Reagan, qui l'a décoré, et qui a pris sa retraite en Lithuanie en 1997… pour être tout de suite élu comme Président de cet Etat de 1998 jusqu'au mois de juillet dernier. Le parcours de Vaira Vike-Freiberga est semblable : d'une famille qui a fuit la Lettonie pour l'Allemagne en 1945, elle a fait carrière au Canada avant de rentrer en Lettonie juste à temps pour être élue présidente de la République entre 1999 et 2007.

La Construction européenne contre le monde

En épousant ces peurs, qui à l'origine sont des constructions pour justifier une militarisation, les Etats membres de l'Union Européenne se mettent en opposition avec le reste du monde. Le reste du monde étant une source inépuisable de « menaces ». La reddition inconditionnelle de l'Europe devant la bureaucratie militaro-industrielle et son idéologie de la peur était confirmé récemment par le retour de la France dans le commandement de l'Otan. Une des raisons de cette capitulation est la psychologie du président Sarkozy lui-même, dont l'adoration pour les aspects les plus superficiels des Etats-Unis s'est exprimée dans son discours embarrassant devant le Congrès des Etats-Unis en novembre 2007.

L'autre cause, moins flagrante mais plus fondamentale, est la récente expansion de l'Union Européenne. L'absorption rapide de tous les anciens satellites d'Europe de l'Est, ainsi que des anciennes républiques soviétiques d'Estonie, de Lettonie et de Lituanie, a radicalement changé l'équilibre du pouvoir au sein de l'UE elle-même. Les nations fondatrices, la France, l'Allemagne, l'Italie et les pays du Bénélux, ne peuvent plus guider l'Union vers une politique étrangère et de sécurité unifiée. Après le refus de la France et de l'Allemagne d'accepter l'invasion de l'Irak, Donald Rumsfeld a discrédité ces deux pays comme faisant partie de la « vieille Europe » et il s'est gargarisé de la volonté de la « nouvelle Europe » de suivre l'exemple des Etats-Unis. La Grande-Bretagne à l'Ouest et les « nouveaux » satellites européens à l'Est sont plus attachés aux Etats-Unis, politiquement et émotionnellement, qu'ils ne le sont à l'Union Européenne qui les a accueillis et leur a apportés une considérable aide économique au développement et un droit de veto sur les questions politiques majeures.

Il est vrai que, même hors du commandement intégré de l'OTAN, l'indépendance de la France n'était que relative. La France a suivi les Etats-Unis dans la première guerre du Golfe – le Président François Mitterrand espéra vainement gagner ainsi de l'influence à Washington, le mirage habituel qui attire les alliés dans les opérations étasuniennes douteuses. La France s'est jointe à l'OTAN en 1999 dans la guerre contre la Yougoslavie, malgré les doutes aux plus hauts niveaux. Mais en 2003, le Président Jacques Chirac et son ministre des affaires étrangères Dominique de Villepin ont réellement usé de leur indépendance en rejetant l'invasion de l'Irak. Il est généralement reconnu que la position française a permis à l'Allemagne de faire de même. La Belgique a suivi.

Le discours de Villepin, le 14 février 2003, au Conseil de Sécurité des Nations-Unies, donnant la priorité au désarmement et à la paix sur la guerre, reçut une rare « standing ovation ». Le discours de Villepin fut immensément populaire dans le monde entier et a accru énormément le prestige de la France, en particulier dans le monde arabe. Mais, de retour à Paris, la haine personnelle entre Sarkozy et Villepin a atteint des sommets passionnels et la persécution judiciaire de Villepin dans l'affaire obscure de Clearstream représente l'ensevelissement de la dernière velléité d'indépendance politique de la France sous une avalanche de boue vengeresse.

Qui parle aujourd'hui pour la France ? Officiellement, Bernard Kouchner, prophète de l'ingérence humanitaire qui, lui, approuvait l'invasion de l'Irak. Officieusement, les soi-disant « néo-conservateurs » qu'on ferait mieux d'appeler les « impérialistes sionistes », tant leur véritable projet est un nouvel impérialisme agressif occidental au sein duquel Israël trouverait une place de choix.

Le 22 septembre 2009, le Guardian de Londres a publié une lettre demandant que l'Europe prenne fait et cause pour la Géorgie dans le conflit de l'Ossétie du Sud. Signée par Vaclav Havel, Valdas Adamkus, Mart Laar, Vytautas Landsbergis, Otto de Habsbourg, Daniel Cohn Bendit, Timothy Garton Ash, André Glucksmann, Mark Leonard, Bernard-Henri Lévy, Adam Michnik et Josep Ramoneda, la lettre proférait les habituelles platitudes prétentieuses sur les « leçons de l'histoire » , toutes justifiant l'utilisation de la puissance militaire occidentales, bien sûr : Munich, le pacte Ribbentrop-Molotov, le mur de Berlin. Les signataires exhortent les 27 dirigeants démocratiques de l'Europe à « définir une stratégie pro-active pour aider la Géorgie à reprendre pacifiquement son intégrité territoriale et obtenir le retrait des forces russes stationnées illégalement sur le sol géorgien… »

Pendant ce temps, les alliés de l'Otan continuent à tuer et à se faire tuer en Afghanistan. On peut se demander quel est le vrai but de cette guerre, qui, au début, était de capturer et punir Osama bin Laden.

Un autre objectif, plus confidentiel, est valable quelle que soit l'issue de ce conflit : l'Afghanistan sert à forger une armée internationale pour policer la « globalisation » à l'américaine. L'Europe est surtout une « boîte à outils » dans laquelle les Etats-Unis peuvent puiser pour poursuivre ce qui est essentiellement un projet de conquête de la planète. Ou, comme on dit officiellement, la « bonne gouvernance » d'un monde « globalisé ».

Les « impérialistes sionistes » sont sûrement conscients de ce but et le soutiennent. Mais les autres ? A par ces illuminés, on a l'impression d'une Europe somnambule, qui suit la voix de son maître américain, en espérant qu'Obama sauvera tout le monde, mais sans pensée et sans volonté propres. Plus triste que les tropiques.

Pour conclure, je reviens à la fameuse « construction européenne ». Je suis consciente qu'il y avait une époque où il était permis, et presque raisonnable, d'espérer que les vieilles nations européennes se mettraient ensemble paisiblement dans ce que Gorbatchev, ce grand cocu de l'histoire, appelait « notre maison commune ». Mais depuis il y a eu Maastricht, le néo-libéralisme, le Traité constitutionnel rejeté puis adopté contre toute procédure démocratique, et surtout, les élargissements irréfléchis vers les pays dont les dirigeants pensent à poursuivre la Guerre froide jusqu'à l'humiliation totale de la Russie.

Aujourd'hui, cette construction a ceci de paradoxal : elle sert d'Utopie qui distrait du présent en attendant un avenir qui domine l'horizon. Et pourtant, elle est vide de contenu. Elle est dictée beaucoup moins par un espoir d'avenir que par une peur et une honte du passé. L'Europe des nations a perdu sa fierté et même sa raison d'être dans les deux grandes guerres du vingtième siècle, dans le "totalitarisme" mais surtout – et cela est relativement récent, depuis 1967 pour être précis – à cause de l'Holocauste. L'Europe doit se rendre incapable de commettre une nouvelle Shoah en abolissant l'Etat nation, jugé intrinsèquement coupable, en devenant "multiculturelle" et en se joignant à la Croisade menée par son sauveur historique, les Etats-Unis, pour apporter la bonne gouvernance et les Droits de l'Homme au monde entier. L'Union Européenne n'a pas de contenu, elle est vouée à se fondre dans "la Communauté Internationale" à côté des Etats-Unis. La Construction européenne est donc tout d'abord une "déconstruction", pour emprunter un mot de philosophe.

Ce mirage cache un avenir totalement imprévu et, aujourd'hui, imprévisible.

10:57 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Tags : histoire, politique, courcelles, usa, presse, otan, guerre, television, colonialisme, balkans, europe, imperialisme, euro-dictature, silence, medias, omain | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

10/04/2009

10/04/2009: Alliance atlantique, alliance impérialiste! Dissolution de l'OTAN!

 
From: Coordination Communiste 59/62
Sent: Friday, April 10, 2009 1:37 PM
To: Undisclosed-Recipient:;
Subject: communiqué après la manif anti-OTAN à Strasbourg


Alliance atlantique, alliance impérialiste! Dissolution de l'OTAN!

Tel est le mot d'ordre que la provocation policière a voulu étouffer à Strasbourg!

 
Des dizaines de milliers de manifestants ont défilé à Strasbourg pour dénoncer l’OTAN, cette alliance guerrière des États-Unis et de l’Union Européenne en construction contre les peuples et les travailleurs. Le Rassemblement des Cercles Communistes y a défilé avec le PCOF.
L’OTAN n’a jamais été une «alliance défensive» comme les discours et les médias impérialistes tentent de le présenter. Son maintien est une menace pour tous les peuples et tous les travailleurs comme l’a déjà subi la Yougoslavie en 1999 et le subit aujourd’hui le peuple afghan.

L’OTAN est le pendant militaire agressif des institutions financières comme le Fonds Monétaire International (FMI) et la Banque Mondiale qui vont être renfloué de près de 1000 milliards de dollars par le G20.

L’OTAN est le bras séculier de l’impérialisme en crise pour punir les pays, États, nations et peuples qui résistent et refusent le diktat libéral des puissances impérialistes qui dominent le monde (USA et UE). L’OTAN servira aussi à écraser toute révolution dans les pays d’Europe notamment.

Voilà pourquoi la police a été chargée de bloquer la manifestation pour la dissolution de l’OTAN et de l’empêcher de bouger sur un axe le long d’un chemin de fer parsemé de cailloux. L’objectif était manifestement de pousser à une confrontation violente avec les manifestants afin que les dégâts causés soient présentés par les médias comme le fait de «casseurs, violents avec des drapeaux rouges marqués du marteau et de la faucille».

L'objectif politique était de dissuader, aujourd'hui mais aussi dans la perspective des prochains sommets, toute action de protestation politique contre les sommets des va t-en guerre de l’OTAN.

Mais le «voleur qui crie le premier au voleur», l’incendiaire qui crie à l’incendie est bien confronté aux questions de bon sens des populations que les médias cherchent à manipuler : «Pourquoi attendre si longtemps avant d’intervenir» se demandent les habitants du quartier du Port du Rhin? Pourquoi avoir bloqué la manifestation à cet endroit le long des rails avec autant de cailloux? La provocation est claire.

A l'inverse, en distribuant de l'eau, les populations des quartiers populaires ont réservé un bon accueil aux manifestants gazés par les tirs de lacrymogènes et autres balles en caoutchouc des 10000 policiers et militaires.

Non seulement, c’est un sommet guerrier des violents et casseurs de la paix et des acquis sociaux et démocratiques, mais c’est aussi le sommet des menteurs qui préparent les futures guerres de l’OTAN contre les peuples et les travailleurs!

Rassemblement des Cercles Communistes

Cercle Henri Barbusse,

Coordination Communiste 59/62,

Cercle Communiste d’Alsace

Cercle Communiste de Région Parisienne,

http://www.rassemblementcommuniste.org

14:30 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Tags : courcelles, histoire, romain, guerre, silence, presse, actualite, otan, imperialisme, usa, europe, euro-dictature, belgique | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

12/03/2009

12/03/2009: Ne croyez pas ce que VOS médias et politiciens vous racontent sur l’Afghanistan...

 

 
1-2 Ne croyez pas ce que VOS médias et politiciens vous racontent sur l’Afghanistan.

Presque toutes les informations que nous avons sur cette guerre qui dure depuis 5 ans en Afghanistan sont fournies par les officiers des relations publiques des Etats-Unis ou de l’OTAN, ou par des journalistes «embedded» (incorporés) qui ne font que répéter comme des perroquets les informations fournies par les militaires.

 Demandez vous quand est ce que vous avez lu pour la dernière fois un article d’un journaliste couvrant ce qui se passe du côté des talibans et des forces de résistance afghanes...

Reconstruction: un témoignage récent de l’inspecteur général pour la reconstruction de l’Irak a révélé comment l’Agence étasunienne pour le développement international (Usaid) manipule ses propres comptes pour cacher les coûts gigantesques ajoutés aux projets d’aide par les problèmes de sécurité (on arrive à des majorations de 418%).

Maintenant, la version officielle à l’eau de rose des faits est formellement contredite par des observateurs impartiaux.
Le respecté « Think Tank » européen le Conseil de Senlis, qui se concentre sur l’Afghanistan, vient juste de rapporter que le mouvement taliban « est entrain de reprendre l’Afghanistan » et contrôle maintenant la moitié sud du pays.
Ceci s’éloigne de façon extraordinaire des affirmations des Us et de ses alliés de l’OTAN qu’ils sont entrain progressivement de gagner la guerre en Afghanistan. Mais, plus précisément, la regagner, depuis que l’Administration Bush a proclamé en 2001 sa victoire totale en Afghanistan. A l’époque, nous avions dans cette colonne prédit que cette victoire était illusoire et que la guerre reprendrait dans 4 ou 5 ans.
Selon le Conseil de Senlis, le sud de l’Afghanistan souffre « d’une crise humanitaire de pauvreté et de famine » causée par… « les politiques militaires Us et britanniques ».
Démontant les rapports occidentaux optimistes, les enquêteurs de Senlis ont trouvé que «les politiques américaines en Afghanistan ont re-crée un paradis sûr pour le terrorisme que l’invasion de 2001 avait pour but de détruire. » Ceci est une bombe.
Les Us et l’OTAN ont insisté sur le fait que tout retrait de leurs forces d’Afghanistan – ou d’Irak – laisserait un vide certainement rempli par des extrémistes. Ces affirmations sont erronées, étant donné que la moitié de l’Afghanistan et un tiers de l’Irak sont déjà largement contrôlés par des forces anti-occidents.
S’il n’y avait pas la toute puissance de l’aviation américaine, les forces armées Us et celles de l’OTAN seraient rapidement chassées de l’Afghanistan et de l’Irak. Si les forces de la résistance afghane et irakienne arrive un jour à obtenir des armes antiaériennes portables efficaces tel que le Stinger Us ou le SA-18 russe, l’occupation de ces nations dirigée par les Us deviendrait intenable. L’occupation soviétique de l’Afghanistan pendant les années 80 a échoué dés lors que les forces des mujahidins ont obtenu le Stringer américain et des missiles antiaériens.
La semaine dernière, les commandants canadiens et britanniques se sont vantés d’être sur le point d’annihiler les forces des Talibans « encerclées » à Panjwai et Zahri. Ils exultaient et ont « estimé » que 500 Talibans avaient déjà été tués.
Une tourmente de bombardements et de pilonnages ont tué beaucoup d’Afghans, mais la plupart des morts « suspectés être des militants talibans » se sont avérés, comme d’habitude, être des civils. L’OTAN n’a pu montrer les corps des combattants ennemis morts pour prouver ses affirmations absurdes.
Quand les forces de l’OTAN sont entrées dans Panjwai, après des semaines de bombardements aériens et de pilonnages à l’artillerie, les soit disant talibans « s’étant rendus » avaient disparu. Les commandants britanniques et canadiens embarrassés ont admis « nous avons été surpris, l’ennemi s’était enfui ». Surpris ?
Est ce que personne ne se souvient des missions de recherches et de destructions infructueuses menées pendant la guerre du Vietnam et les données chiffrées gonflées des combattants ennemis tués ?

Est-ce que les commandants de l’OTAN savent que chacun de leur mouvement est télégraphié à l’avance aux forces talibans ?

Est-ce qu’ils ne voient pas ce qui se passe en Irak actuellement ?
Est-ce que les officiers canadiens qui ont fait des déclarations aussi fantaisistes croient vraiment que les vétérans des guérillas talibans seraient assez stupides pour attendre assis d’être détruits par la puissance aérienne américaine ?
Maintenant, les forces de l’OTAN dirigées par les canadiens exultent en annonçant fièrement avoir finalement occupé Panjwai où les « talibans ont fui » ! ». Est-ce qu’ils ne comprennent pas que les forces de la guérilla ne s’accrochent pas à des positions fixes ?

Occuper le terrain n’a pas de sens dans la guérilla.
Semblant immunisé contre les leçons de l’histoire ou celles du bon sens, le Canada envoie quelques centaines de troupes en plus et une poignée de tanks obsolètes en Afghanistan ; la Pologne, elle, qui envoie des troupes n’importe où si elle est payée le juste prix, ajoutera 1000 soldats l’année prochaine.
Les politiciens anglais et canadiens disent qu’ils sont surpris de l’intensification de la résistance des Talibans. Ils n’ont qu’à s’en prendre à leur propre ignorance.
Attaquer les Pashtouns, renommés pour leur xénophobie, leur esprit guerrier, et leur amour de l’indépendance, est une mission de fous. Les Pashtouns sont l’ethnie majoritaire en Afghanistan. Les Talibans sont un rejeton du peuple Pashtoun. La stabilité nationale à long terme est impossible sans leur représentation et leur coopération.
Ce que l’occident appelle « Taliban » est en fait une coalition grandissante de combattants vétérans talibans conduit par le Mollah Dadullah, d’autres clans de guerriers tribaux Pashtoun, et des forces nationalistes de la résistance conduites par Jalalladin Hakkani et l’ancien premier ministre, Gulbadin Hekmatyar, que la CIA a essayé à maintes reprises d’assassiner
Beaucoup des anciens mujahidins étaient appelés autrefois « des combattants de la liberté » par l’occident, et dénoncés comme des « terroristes » par les soviets. Ils représentent la résistance nationale à l’occupation étrangère. En fait, ce que les Us et ses alliés de l’OTAN font en Afghanistan aujourd’hui, est une réplique étonnamment ressemblante de l’occupation brutale soviétique des années 80.
L’agence anti narcotique de l’ONU rapporte que l’Afghanistan fournit actuellement 92% de l’héroïne mondiale.

La production * a augmenté de 40% pour la seule année 2005.

Qui est responsable ?

Les Etats-Unis et l’OTAN. Ils possèdent maintenant un narco-état celui de l’Afghanistan.
Dominer la principale route de l’exportation du pétrole tel était l’objectif premier de l’invasion par les Etats-Unis de l’Afghanistan. Ironiquement, au lieu de bénéficier du bonus pétrole attendu, les Us se retrouvent profondément enlisé dans le commerce de la drogue en Afghanistan.
Washington et l’OTAN ne peuvent pas continuer à prétendre que c’est le problème de quelqu’un d’autre. L’argent de la drogue alimente l’économie afghane et maintient la loyauté des seigneurs de la guerre locaux à l’égard du régime de Kaboul installé par les américains.
Le nord de l’Afghanistan est devenue une sphère d’influence de la Russie et de ses alliés locaux, l’Alliance du nord Uzbek Tajik, dirigée par des dirigeants du vieux parti communiste afghan.
L’Us et ses alliés ne vont pas gagner la guerre en Afghanistan. Ils auront de la chance s’ils ne la perdent pas de façon humiliante.
Un dernier point. Les forces Us et de l’OTAN ne combattent pas des « terroristes » comme leurs gouvernements le prétendent. Ils combattent le peuple afghan.

Dans les années 80, j’ai vu des mudjahidins trop pauvres pour acheter des chaussures portant attachés sur leur dos des obus de mortier d’environ 50 kgs et procéder à l’ascension de montagnes pendant 6-8 heures à travers la neige pour bombarder une base communiste, puis marcher péniblement pour entrer à la maison. Ce sont ces personnes que nous combattons. Quiconque connaît les afghans sait qu’ils ne seront pas vaincus, même s’ils doivent résister le temps de toute une génération.
Eric Margolis

Eric Margolis est un journaliste canadien contribuant à la rubrique de politique étrangère du Sun National Media Canada. Il est l’auteur d’un livre intitulé « War at the Top of The World » ( Guerre au Sommet du Monde).

Extrait du journal de Marc Lemaire

 
.

__,_._,___

10:24 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Tags : courcelles, romain, histoire, presse, silence, usa, imperialisme, guerres, euro-dictature, otan, europe, colonialisme, facisme, irak, afghanistan | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

07/02/2009

07/02/2009: Stalingrad: la raclée infligée par les Soviétique au IIIe Reich, le grand tournant de la seconde guerre mondiale ...

Stalingrad: la raclée infligée par les Soviétique au IIIe Reich, le grand tournant de la seconde guerre mondiale ...

----- Original Message -----
Sent: Saturday, February 07, 2009 12:20 AM
Subject: [Fwd: stalingrad]


      2 février 1943 – 2 février 2009 : Gratitude éternelle aux
      combattants de Stalingrad !

*2 février 1943 – 2 février 2009*

*Gratitude éternelle aux combattants de Stalingrad !*

*Refusons l’amalgame odieux entre le 3ème Reich nazi et les Soviétiques
qui lui portèrent le coup fatal !*

*Rassemblons-nous pour que vivent l’esprit de la Résistance antifasciste
et les conquêtes de 1945* !

2 février 43 : à l’issue de combats acharnés menés au prix de sacrifices
insurpassables, l’Armée Rouge portait un coup mortel à la Wehrmacht en
contraignant le maréchal Von Paulus à la capitulation. L’élite de l’ «
invincible » Wehrmacht était anéantie : commençait alors la
contre-offensive soviétique qui devait s’achever à Berlin par la prise
du Reichstag. Le sort de la guerre basculait, et cela bien avant que
Washington n’acceptât d’ouvrir un « second front » à l’Ouest. Dans le
monde entier, l’espoir changeait de camp et la résistance populaire au
nazisme prenait un élan nouveau. Par sa portée historique, cette
bataille, la plus meurtrière et la plus décisive de la Seconde Guerre
mondiale, ne peut se comparer qu’à la bataille de Marathon, où les cités
grecques défirent le despotisme perse, ou à Valmy, où l’armée de la
Révolution balaya l’armée des rois. Le régime nazi expression politique
impérialiste, exterminatrice, raciste et antisémite, du complexe
militaro-industriel allemand, fut frappé à mort à Stalingrad.

Le 2 février 1943 l’armée Soviétique à Stalingrad fit enfin pivoter le
monde et changea la face de l’histoire. Cette victoire décisive pour
l’avenir de l’humanité toute entière apporta un souffle puissant à la
Résistance.

Le 10 février 1943, Charles de Gaulle, dans une lettre au comité central
du PCF, saluait l’accord réalisé entre les communistes et la France
combattante, la mise à disposition « /des vaillantes formations de
francs-tireurs que vous avez formées et animées/ »… puis il soulignait …
: « /au moment où sous les coups des vaillantes armées russes la
puissance/ /militaire allemande chancelle, il importe que les Français
patriotes prennent leur part aux/ /côtés de nos alliés, russes et
anglo-américains, à la libération du territoire national. Je sais que la
France combattante peut compter sur le Parti Communiste Français/ ».
Celui-ci, le 30 novembre 1944, alla saluer Stalingrad la glorieuse et
déclarait, en 1966, lors d’un voyage à Moscou « l/es Français savent que
la Russie Soviétique a payé le prix principal pour leur/ /libération/ ».

Avec la défaite hitlérienne à Stalingrad l’histoire clouait aussi au
pilori les forces qui, par esprit de classe et anticommunisme, se
placèrent sous la bannière « /plutôt Hitler que le Front Populaire/ ».

Hitler et Mussolini purent ainsi assassiner la République espagnole,
annexer l’Autriche, triompher à Munich. Les « munichois », de la cagoule
à ceux qui éprouvèrent un lâche soulagement, acclamèrent Daladier et
Chamberlain, et livrèrent la Tchécoslovaquie à l’entreprise
nazi-fasciste qui déferlait sur l’Europe. Le tour de la Pologne
approchait bien que son gouvernement se soit joint à Hilter dans le
dépeçage de la Tchécoslovaquie.

L’URSS proposa l’ultime chance pour sauver la paix, mais les « munichois
» torpillèrent l’alliance militaire en cautionnant le gouvernement
polonais qui interdisait à l’Armée Rouge le passage sur son territoire
et en ne prévoyant à l’Ouest aucun dispositif militaire en cas
d’agression allemande. Le piège grossier visant à jeter Hitler contre
l’Union Soviétique fut déjoué. Le cynisme des « munichois » apparut au
grand jour lorsqu’ils laissèrent écraser la Pologne en laissant les 115
divisions anglo-françaises l’arme au pied, évitant la défaite à Hitler,
comme le reconnurent les généraux nazis Jold et Keitel au procès de
Nuremberg.

Les « munichois » firent la « drôle de guerre » et donnèrent libre cours
à l’intérieur à la vraie guerre qu’ils faisaient aux communistes. Ils se
déchaînèrent dans un antisoviétisme virulent préparant une agression
contre l’URSS avec le bombardement des installations pétrolières du
Caucase programmé pour juillet 1940. Ce gouvernement « munichois » qui
décrétait en avril 1940 sur proposition du socialiste Sérol la peine de
mort pour activité communiste, se révéla, en mai, le gouvernement de la
défaite et, en juin, celui de la trahison en portant le félon Pétain au
pouvoir.

De Munich à Vichy, la boucle fut bouclée.

La vérité historique discrédite les éructeurs de tous poils qui n’ont
que le Pacte à la bouche. Ne leur en déplaise c’est bien le Pacte,
lorsque la trahison des « munichois » fut avérée, qui jeta les bases de
la future coalition alliée. Churchill et de Gaulle, en 1941, furent les
premiers à se tourner vers Moscou.

Aujourd’hui, dans le sérail de l’Europe du grand capital, la bête
immonde est de retour. Des adeptes de Mussolini et de Hitler sont au
pouvoir en Italie et dans les Pays Baltes ou participent au gouvernement
dans d’autres pays. En Allemagne, les nazis qui infiltrent les
structures du pouvoir battent le pavé et clament leur fidélité au
/führer/ en toute impunité. Au sein des institutions de l’Union
Européenne, la campagne pour la banalisation et la réhabilitation du
fascisme se camoufle derrière l’entreprise forcenée visant à
l’interdiction des partis communistes.

Parmi les leaders anticommunistes notons Alessandra Mussolini,
petite-fille du Duce, Pozzo di Borgo, sénateur français traitant Lionel
Jospin de complice des rouges, Cohn Bendit, partisan de l’envoi, à
nouveau, des troupes allemandes dans le Caucase sous couvert de l’OTAN
pour sauver le président de la Géorgie, marionnette de la CIA, et enfin
le libéral-fasciste suédois Göran Lindblad qui, le 3 juin 2004 à 11 h
45, à Riga, s’inclina et fleurit le mémorial aux SS lettons, dont les
crimes égalèrent dans l’horreur ceux de Tulle et d’Oradour-sur-Glane.

Ce négationnisme historique sert de couverture à une offensive sans
précédent contre les acquis sociaux, les libertés civiques et
l’indépendance des peuples. En France, un idéologue du MEDEF, félicite
ouvertement le chef de l’Etat de /« démonter systématiquement le/
/programme du CNR, fruit du compromis entre gaullistes et communistes/ ».

L heure est venue de construire une nouvelle Résistance dans l’union des
travailleurs, manuels et intellectuels, des antifascistes, des patriotes
et des républicains pour un nouveau Conseil National de la Résistance.
L’ampleur des luttes et la mobilisation du 29 janvier 2009 sont un
encouragement.

La victoire de Stalingrad restera un puissant stimulant pour les luttes
des peuples et en France pour la reconquête de notre indépendance
nationale et de la totale souveraineté de notre peuple.

*/Léon Landini/*/, président de l’Amicale Carmagnole Liberté; ///

*/Jean-Pierre Hemmen/*/, fils de Jean Hemmen, brigadiste d’Espagne,
fusillé au Mont Valérien; ///

*/Georges Hage/*/, ancien doyen de l’Assemblée Nationale ; ///

*/Pierre Pranchère/*/, député honoraire, ancien franc-tireur et partisan
de France.

/**

__._,_.___

13:03 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Tags : france, resistance, allemagne, romain, courcelles, histoire, actualite, urss, stalingrad, fascisme, imperialisme, nazisme, guerre, silence, europe, euro-dictature | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

05/02/2009

05/02/2009: Le PRCF condamne la soumission accélérée de la France à l'impérialisme allemand et à l'Union européenne de Merkel et du MEDEF...

Sent: Thursday, February 05, 2009 12:40 AM
Subject: la France aide le potentiel militaire allemand à se reconstituer

*Le PRCF condamne la soumission accélérée de la France à l'impérialisme allemand et à l'Union européenne de Merkel et du MEDEF.*

    Ainsi donc, un bataillon allemand va désormais être stationné... en Alsace ( voir P.J.), avec l'appui du grand "patriote" qui siège à l'Elysée et se plaît tant, dit-on, à se faire nommer "Sarko l'Américain"...
    Oubliés les crimes innombrables commis sur notre sol par l'impérialisme allemand avec la "collaboration" de ceux qui disaient "plutôt Hitler que le Front populaire" et qui firent hier sciemment le "choix de la défaite" comme le démontre le livre éponyme d'Annie Lacroix-Riz!
    En réalité, la volonté manifeste de Sarkozy de Nagy-Bocsa, est de plus en plus claire: banaliser le retour sur la scène militaire européenne et mondiale de la réaction allemande, puissance tutélaire traditionnelle de la réaction française (depuis les émigrés de Coblence, depuis l'entente cordiale entre Thiers et Bismarck pour écraser les Communards et depuis Vichy), pour accoutumer l'opinion à voir la Bundeswehr "sortir de ses frontières" et pour aider le gouvernement réactionnaire allemand, qui détruit les acquis sociaux de son peuple, à reconstituer un puissant potentiel militaire agressif qui redeviendra tôt ou tard un nouveau et grave danger pour la paix mondiale, alors que la crise du capitalisme va nécessairement faire monter les tendances bellicistes de l'ensemble des Etats impérialistes.
    Désormais c'est ensemble que l'impérialisme allemand et l'impérialisme français, qui casse la nation française républicaine et qui se fond de plus en plus dans la "Françallemagne" et dans la "Franceurope", s'en prennent aux peuples du Sud et font la police du capitalisme mondialisé, des Balkans à l'Afrique subsaharienne.
    Il faut interpréter dans le même esprit la tentative anticommuniste de certains députés UMP, accompagnateurs des projets européens de criminalisation du communisme. En effet, pour préparer la campagne euro-maccarthyste qui accompagnera à n'en pas douter la célébration du 9 novembre 2009 (chute de la frontière berlinoise de la RDA), ces députés veulent instituer une journée anticommuniste, anti-RDA et antisoviétique pan-européenne annuelle ce même 9 novembre. A coup sûr une telle journée ne peut qu'être une bacchanale réactionnaire tournée contre les forces anticapitalistes d'Europe, mais aussi une journée de célébration et de réhabilitation de la puissance retrouvée de l'impérialisme allemand. Un impérialisme avide sous ses airs "européens", qui ne s'est pas contenté d'absorber la RDA et de plonger des millions d' "Ossies" dans la jungle capitaliste du chômage et de la casse sociale, mais qui n'a eu de cesse depuis le 9 novembre 1989 de diviser et de satelliser ses voisins proches ou lointains: Yougoslavie, pays baltes anciennement soviétiques (où l'on célèbre ouvertement les Waffen SS tout en persécutant les antifascistes communistes), Tchécoslovaquie, et dans un proche avenir peut-être, Belgique divisée en Flandres et Wallonie pour le plus grand profit des patronats allemand et américain qui dominent le port d'Anvers! Que pourra être une telle journée sinon un temps fort de la mobilisation réactionnaire pour de futures croisades contre la Russie, la Biélorussie, et tous les pays comme l'Ukraine et la Géorgie, que l'OTAN et l'UE veulent annexer à leur sphère d'influence?
    Quant à la France, c'est la mise aux normes du modèle fédéraliste allemand qui la guette avec le projet sarkozyste d'en finir avec les départements et avec l'Etat-nation centralisé hérités de 1793 pour mettre en place des euro-régions, véritables féodalités du grand capital qui auront tout pouvoir pour dynamiter les acquis sociaux obtenus à l'échelle nationale par la classe laborieuse de notre pays: statuts, services publics, Sécurité sociale, bref, tous les acquis du Conseil national de la Résistance que Denis Kessler, éminence grise du MEDEF, félicite Sarkozy de vouloir "démanteler" sous le nom de "rupture".
    On comprend mieux décidément pourquoi Hortefeux, l'homme qui veut encore amoindrir le droit de grève à la SNCF, a récemment réuni A VICHY les ministres européens de (la chasse à) l'immigration!
    Et pendant que Sarkozy démantèle les régiments français chargés de veiller sur les frontières de notre pays, liquidant du même coup le principe même d'une défense nationale, le même homme ouvre les portes de notre pays à une armée étrangère qui a laissé tant d'horribles souvenirs aux Alsaciens-Lorrains...
    Mais que se passerait-il donc demain si la France, retrouvant la voie du progrès social, de l'indépendance nationale et de la démocratie, choisissait de rompre avec l'U.E. supranationale, et s'orientait ouvertement vers le socialisme en appelant à la solidarité internationale la puissante classe ouvrière allemande, dont une bonne partie n'a pas oublié Liebknecht, Thälmann, Luxemburg et... Marx ?
    De plus en plus il est clair que la défense de la nation, écorchée vive par Sarko-MEDEF et par l'UE du capital, va de pair avec la renaissance d'un puissant mouvement ouvrier anticapitaliste et d'un large front populaire anti-union européenne, comme il est clair que vont de pair la domination du grand capital sur la France et le sarko-arasement de moins en moins caché de la France républicaine issue des Lumières, de 1789 et de 1945.
    Le PRCF sait qu'il peut compter sur les communistes allemands pour condamner cette intrusion de l'armée allemande sur le sol français. Il en appelle aussi aux résistants antifascistes, à tous les amis républicains de l'indépendance nationale pour fustiger cette décision anti-nationale de Sarkozy. Par indifférence et par hostilité déplacée avec la nation, qu'il ne faut pas confondre avec l'impérialisme français qui la détruit, l' euro-gauche officielle et l' euro-extrême-gauche trotskiste du NPA approuveront-elles tacitement ce fait très grave pour l'avenir de la paix et du droit du peuple français à disposer de lui-même pour se débarrasser de l'UE et du capitalisme? Les communistes véritables, les républicains de progrès doivent en tout cas s'unir pour dénoncer ensemble avec vigueur la décision de Sarko-Merkel. Le PRCF est prêt à tout contact utile pour donner à cette dénonciation le retentissement qu'elle mérite.

La CE du PRCF

21:33 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Tags : medias, nazisme, occupation, otan, paix, paris, romain, resistance, television, usa, actualite, courcelles, capitalisme, democratie, europe, euro-dictature, france, fascisme, information, imperialisme, silence | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

09/08/2008

09/08/2008: Alerte rouge dans le Caucase, que cherchent les Etats-Unis ?

-------- Message original --------

Sujet: russie-georgie
Date: Sat, 9 Aug 2008 12:53:06 +0200
De: bleitrach.danielle <bleitrach.danielle@wanadoo.fr>

 

Alerte rouge dans le Caucase, que cherchent les Etats-Unis ? par danielle Bleitrach

 

Il s’est produit des affrontements  militaires d’une trés grande gravité entre les armées du régime marionnette de Washington de Géorgie ( le Caucase du Nord ) et la republique autonome d’Ossétie du Sud appuyée par la Russie, y compris le bombardement hier de la capitale autonome de l’Ossétie, Tskhinvali. L’assaut de la Georgie qui a par ailleurs fait 15 morts de soldats russes de maintien de la paix dans leur caserne a entraîné une réaction de la Russie et on peut parler de guerre, avec entrée des chars russes, de l’aviation et de nombreux volontaires venus de l’Ossetie du nord.

Il y aurait eu dans l’attaque géorgienne contre l’Ossetie 1 400 morts, en majorité des civils, selon l’agence de presse russe Interfax, qui cite le chef des séparatistes ossètes, Edouard Kokoity.

Des avis contradictoires sur le nombre des victimes

La capitale ossète,Tskhinvali , a été investie par la Georgie qui a prétendu venir mater les “tendances spératistes”. On compte de nombreuses victimes, mais les communiqués venus des deux camps sont contradictoires. Un porte-parole de l’Agence des Nations unies pour les réfugiés en Ossétie du Sud a aussi indiqué que de nombreux immeubles et maisons avaient été détruits dans le combat.

La Russie n’a pas tardé à réagir, d’autant que des tirs géorgiens avaient tué dix soldats russes dans une caserne de la force de maintien de la paix, à Tskhinvali. Cent cinquante chars et véhicules blindés russes sont entrés en Ossétie du Sud, alors que, à Moscou, se tenait un conseil de sécurité sous la présidence de Medvedev. La Géorgie a fait état du bombardement de sa base aérienne de Vaziani, à 25 km de Tbilissi, par l’aviation russe.

En occident, on présente l’Ossétie commme ayant choisi le séparatisme, mais c’est oublier qu’à l’époque de l’URSS, l’Ossétie du Sud avait le statut de “région autonome” au sein de la RSS de Géorgie, qu’elle est peuplée par une population qui a souvent le double passeport et qu’elle est proche de l’Ossetie du Nord qui est restée russe.

En 1991, elle a proclamé son indépendance envers Tbilissi après la suppression de son autonomie par le premier président géorgien Zviad Gamsakhourdia. Tbilissi a perdu le contrôle du territoire sud-Ossète en 1992 à la suite d’un conflit meurtrier. La paix dans la zone du conflit osséto-géorgien est actuellement maintenue par un contingent composé de trois bataillons (russe, géorgien et ossète), fort de 500 hommes chacun  comme soldats de la paix.  Dans son attaque de l’Ossétie la Georgie a tué des soldats russes chargés de maintenir la paix.

La Georgie est devenue la marionnette des Etats-Unis

Dans ce conflit nous sommes devant le résultat du dépeçage de l’ex-URSS, dépeçage organisé par les Etats-Unis en particulier par le milliardaire Soros, homme de la CIA, qui a entredtenu une masse d’ONG provoquant des guerres civiles, des mouvements sociaux en profitant de la débandande des institutions et des pouvoirs. Le tout sur la décomposition de l’ancien appareil d’Etat soviétique et la ruée des apparatchiks vers l’appropriation privée des ressources nationales.

Georges Soros, le milliardaire américain a soutenu financièrement les mouvements étudiants géorgiens et le parti de Saakachvili. il a financé la carrière politique de Saakachvili depuis le début. Son influence continue aujourd’hui à être grande sur le nouveau gouvernement géorgien. Des ministres de l’actuel gouvernement sont des anciens collaborateurs du financier américain au sein de sa fondation.   Un certain nombre de jeunes conseillers de Saakachvili ont également été formés aux Etats-Unis dans le cadre des échanges universitaires mis en place et gérés par la Fondation privée de Soros. Le gouvernement américain, quant à lui, a doublé son aide économique bilatérale à la Géorgie depuis la révolution. Cette aide annuelle atteint donc aujourd’hui 185 millions de dollars. De plus, la Maison-Blanche est engagée dans un programme de formation des forces spéciales de l’armée géorgienne dans le cadre de la lutte contre le terrorisme islamiste dans la région avec l’aide d’Israël. Les Etats-Unis ont également débloqué de l’argent pour régler la facture énergétique de la Géorgie au lendemain de la révolution de novembre 2003. Il est évident que Soros qui y trouve ses propres intérêts financiers a joué en lien étroit avec la CIA un rôle dans la main mise directe des Etats-unis sur cette zone strétégique d’abord sur un plan énergétique mais pas seulement.(1)

C’est un scénario que l’on a vu s’appliquer dans bien d’autres endroits, cette “balkanisation”, vassalisation est partout y compris en Amérique latine, en Asie,  comme en Europe, le moyen d’asseoir la puissance étasunienne face à des pays rebelles. Aujourd’hui c’est l’avancée de l’OTAN, l’installation de missile dirigés contre l’iran mais en fait contre la Russie. Mais pourquoi envahir l’Ossétie indépendante de fait depuis de nombreuses années? S’agit-il de créer une situation irreversible avant le départ de l’actuel hôte de la maison Blanche? Si l’influence de Soros reste déterminante s’agit-il au contraire de jouer la carte dessinée par Obama du renforcement de l’intervention vers l’Afghanistan et vers une zone irano-orientale ?

Pourtant recemment Condolezza rice était à Tiblissi et on imagine mal que l’opération se soit faite sans son aval. Sous l’influence de Washington, qui souhaite l’intégration de la Georgie dans l’OTAN .

Depuis la Georgie est totalement vassalisée aux Etats-Unis et d’un point de vue militaire trés liée à Israël.  il est donc  peu probable que la Georgie ait lancé l’assaut sur l’Ossétie, tué dans leur caserne des soldats russes du contingent de la paix, sans l’accord des Etats-Unis.

Dans un premier temps la Géorgie, puissamment armée et entraînée par israël a contesté l’organe chargé de régler le conflit - la Commission mixte de contrôle - est coprésidé par la Russie, la Géorgie, l’Ossétie du Nord et l’Ossétie du Sud. Et a suivi le 7 août,  l’attaque contre l’Ossetie, le bombardement de sa capitale, les populations civiles qui fuient, on parle d’un désastre humanitaire et c’est enfin l’affrontement direct avec les forces russes.

Une attaque contre l’Ossétie mais aussi contre la Russsie

Aujourd’hui les dirigeants  politiques géorgiens  prétendent mener une opération de pacification. Tbilissi se dit prêt à arrêter le bain de sang si Tskhinvali [capitale sud-ossète] accepte une négociation directe [sans médiation russe], ce qui signifierait une capitulation des ossètes. Tbilissi promet par ailleurs d’octroyer à la république “une large autonomie au sein de la Géorgie et une aide humanitaire de 35 millions de dollars pour la reconstruction.” Le Premier ministre géorgien Vladimir Gourguénidzé a également proposé “une amnistie juridico-politique pour tous les hauts fonctionnaires de la république autoproclamée” tout en réitérant la volonté de Tbilissi de “poursuivre [l'action militaire] jusqu’au rétablissement de l’ordre“.

Dans son allocution à la nation, citée par l’agence d’information géorgienne Akhali Ambebi Sakartvelo, le président géorgien Mikhaïl Saakachvili a annoncé que dans la matinée du 8 août, “la majeure partie de l’Ossétie du Sud était libérée et contrôlée par les forces gouvernementales géorgiennes”. Il a ensuite accusé Moscou d’avoir envoyé des bombardiers SU-24 frapper les alentours de la ville géorgienne de Gori [à une cinquantaine de kilomètres de Tskhinvali] et les régions de Kareli et de Variani. Information catégoriquement démentie par la Russie : “C’est du délire, une énième provocation nauséabonde de Tbilissi”, a rétorqué un haut fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères russe, cité par Izvestia.

Le même jour ce “délire” sur le bombardement de Gori était relayé par toutes les agences de presse occidentales qui faisaient avec une belle unanimité de la Russie l’agresseur.

Le premier dirigeant russe  à avoir réagi à l’escalade de la violence a été le chef du gouvernement Vladimir Poutine. Depuis Pékin, il a regretté le non-respect par la Géorgie de la trêve olympique et a promis “une riposte à l’agression géorgienne“, rapporte le quotidien en ligne russe Vzgliad. L’agence russe Ria Novosti fait état des propos de Wladimir Poutine auprès de Bush affirmant que les peuple russe en particulier ceux du caucase n’accepteront une telle agression contre leur compatriote. Bush parait avoir manifesté de l’embarras. Pour sa part,  le président russe Dimitri Medvedev a promis de protéger la population civile ossète dont la majorité possède un passeport russe, informe Vzgliad. “Nous n’accepterons pas la mort impunie de nos concitoyens où qu’ils se trouvent“, a-t-il martelé. Selon Vzgliad, le jour même des troupes et des blindés russes franchissaient  la frontière russo-géorgienne et se dirigeraient vers Tskhinvali.

Les Etats-Unis par la bouche de Condoleezza Rice ont réclamé la fin de combat alors que la vraie question est leur implication dans l’assaut. Quant à la communauté internationale, l’OTAN, l’ONU et le Conseil de l’Europe ont appelé les parties à cesser le feu et à s’asseoir autour de la table des négociations. A l’heure actuelle, la pacification semble toutefois être un vœu pieux.

Le Caucase s’embrase ?

La fièvre monte du côté russe, en particulier dans le Caucase, l’agence de presse Ria novosti nous apprend que “les Cosaques ont lancé la formation de bataillons de volontaires pour faire face à une éventuelle aggravation de la situation en Ossétie du Sud, a annoncé mardi aux journalistes le chef (ataman) de la Troupe des Cosaques du Don, Viktor Vodolatski.
“Ces bataillons sont prêts à aller dès demain en Ossétie du Sud”, a indiqué l’ataman. Selon lui, les bataillons sont formés de Cosaques qui ont servi dans l’armée.  “Nous voulons que les meilleurs Cosaques qui défendront l’Ossétie du Sud et la Russie en fassent partie”, a souligné l’ataman.
Selon les responsables sud-ossètes, si la Géorgie déclenche une guerre contre la république autoproclamée, on fera appel à ces bataillons. “Dans ce cas-là, les Cosaques auront le statut de militaires sud-ossètes”, a précisé Anatoli Barankevitch, secrétaire du Conseil de sécurité de la république.  Ces deniers jours, a-t-il poursuivi, la Géorgie a multiplié ses provocations, “tuant, lors de tirs, six personnes et en blessant 13 autres”.
“Sur les six tués, trois sont des civils”, a-t-il rappelé, ajoutant que l’évacuation des femmes et des enfants des zones menacées par les tirs géorgiens avait été ordonnée le 2 août
.”

Au-delà de l’événement

Comme toujours on ne peut dire la véritable signification de l’événement - et a fortiori qui en sortira victorieux-  ne peut se comprendre qu’en le  renvoyant à la totalité historique qui lui donne sens.

Le fond est ce que nous avons décrit le dépeçage des marches de l’ex-Urss et la tentative de poursuivre l’assaut en particulier à travers l’Otan qui tente d’intégrer la Géorgie et l’Ukraine. Partout ont été installés par de pseudo- révolutions populaires et des élections achetées, manipulées des hommes de paille dont la politique consiste à s’approprier sous couvert de privatisation les ressources du pays, entraînant une aggravation de la situation des populations. Il faut également mesurer que l’entreprise est partie dès Gorbatchev , qui sous couvert de créer un pluripartisme a sollicité partout des partis “nationalistes” ou plutôt régionalistes issus de l’appareil, avec une propagande en faveur des autonomies puis des indépendances.

la Géorgie était l’une des Républiques où le niveau de vie était le plus élevé aux côtés des Pays baltes et certaines régions de la Russie occidentale. Quelques années après la chute de l’Union Soviétique,  la Géorgie  était dans le peloton de queue des républiques post-soviétiques. Si l’on prend les revenus par habitant, la Géorgie est aujourd’hui dans les trois ou quatre derniers pays de l’ex-Union soviétique. Le PIB a chuté de manière très spectaculaire : le PIB de 1993 représentait 17% de celui de 1989. Au lendemain de la disparition de l’URSS, il y a donc eu une décomposition totale du tissu économique. Depuis 1995-1996, la croissance est redevenue positive. A partir de 1998, la crise financière russe a marqué la Géorgie. La corruption et la criminalisation de l’économie sont également entrées en jeu à partir de la fin des années 90 entravant sérieusement le développement de l’économie. En matière économique, la Géorgie est ainsi devenue un pays en proie à des groupes d’intérêts politico-mafieux qui empêchaient tout investissement étranger. Les seules entreprises étrangères qui sont parvenues à s’implanter dans le pays, notamment dans la distribution d’électricité ou la production de vin ou d’eau minérale, ont du quitter le pays au bout de deux ou trois ans en raison de la pression de ces groupes criminels. Il y eu aussi des enlèvements d’hommes d’affaires a plusieurs reprises. 

La révolution de velours, menée en fait directement par les Etats-Unis avec des “experts” et politiciens directement importés de ce pays a été mené contre la corruption et les bandes mafieuses. Il a fait grand bruit de quelques arrestations de responsables politiques impliqués dans la corruption de l’ancien régime. Les ministres de l’Energie, des Transports, le directeur des chemins de fer ou encore le président de la Fédération géorgienne de Football ont ainsi figuré sur la ” black list ” de l’équipe Saakachvili.  Mais en fait il y a eu entente entre les nouveaux et les anciens dans le dépeçage et le peuple qui avait accueilli avec soulagement le changement d’équipe a rapidement déchanté.

Qu’est-ce qui peut donc expliquer cette offensive contre une région autonome depuis pas mal de temps et surtout contre l’armée russe ?  

Ce qu’il faut voir c’est que le Caucase du sud est une région stratégique d’une très grande hétérogénéité ethnique qui est la région qui sert de lien entre la Russie et l’Asie Mineure, et qui après la chute de l’URSS s’est convertie en une zone de tension et de conflits armées. Le gouvernement de georgie est un agent nord-américain, c’est un avocat new yorkais d’origine géorgienne Mijail Shajashvili, cette situation créée de toute pièce est un des principaux facteurs d’instabilité à cause de la politique intérieure de privatisation et d’hostilité à l’égard de russophones. Du côté Russe, la défense de dignité nationale par Poutine a d’abord consisté à enrayer le dépeçage et cette politique a été menée aussi  en s’appuyant sur la résistance des populations russophones à la soumission aux Etats-unis. on retrouve en ukraine un cas de figure comparable. On connait par ailleurs la manière dont la Russie a été conduite à créer autour d’elle un glacis d’alliance dont le plus célèbre est l’organisation de Coopération de shanghai, mais il faut également considérer l’organisation des riverains de la mer Caspienne proche de cette zone. Partout la Russie a sollicité des alliances défensives contre les assauts conjugués de pseudo terroristes et de séparatistes dirigés par des hommes de paille, avec intégration dans l’OTAN.

Parce que l’autre facteur de déstabilisation est le rôle que les etats-Unis et leur allié Israêl prétendent faire jouer à la Georgie.  La Georgie, en effet, constitue une des pièces du dispositif contre l’Iran autant qu’un des facteurs de démantélement de l’ex-Union Soviétique, voir de la Russie elle-même. C’est même une chaîne de poudrière qui comprend la Tchétchénie, le Daguestan avec ses réserves et l’enclave arménienne de Nagorno-Karabaj dans le territoire de l’ Azerbaidzhan. Pour bien mesurer l’ensemble il faut encore avoir en mémoire que se multiplient dans la même zone les agressions de la Turquie contre les Kurdes, le tout dans le contexte explosif de l’iran.

Derrière ces conflits ethniques il y a en effet le grand jeu pour le contrôle des gazéoduccs et oléoducs. C’est le gaz du Turkménistan et les réserves pétrolières d’Azerbadjian. Les Américains sont actifs depuis longtemps dans cette région en raison des ressources énergétiques de la Caspienne. Ils sont également entrain de déplacer leurs bases militaires de l’Europe de l’Ouest vers l’Europe de l’Est et l’Asie centrale officiellement dans le cadre de leur stratégie de lutte contre le terrorisme. Washington envisage notamment d’installer de nouvelles bases en Géorgie ou en Azerbaïdjan. La Géorgie est le véritable verrou stratégique du Caucase car c’est le seul pays qui a un accès à une mer ouverte et qui a une frontière très longue avec le Caucase russe. La Géorgie est un pays clef pour la stabilité régionale dans le Caucase

Alors que le conflit armé paraissait improbable, il semble que celui-ci ait été décidé ce qui est trés inquiétant pour l’embrasement de la zone. S’agit-il d’une mise à feu dont la poudrière serait l’Iran? Avec les Etats-Unis on peut s’attendre à tout.

Danielle bleitrach

(1) Cela dit Soros dont nul ne peut nier le rôle dans la destabilisation qui lui rapporte en général pas mal d’opérations financières est actuellement en crise ouverte avec le gouvernement Bush et un des plus gros soutiens financiers de Obama. C’est un personnage qui s’agite beaucoup mais est-ce lui qui tire les ficelles, on peut en douter, le complexe militaro-industriel étasunien se méfie de cet aventurier, l’utilise

 

05/04/2008

04/04/2008: Elargissement de l'OTAN limité à la Croatie et à l'Albanie...


En fait les ex-"satellites" de l' Urss, les uns après les autres, sont occupés à devenir les satellites des Usa, de l' Euro-dictature et de l' Otan. Les marionnettes mises au pouvoir dans ces pays par les ricano-otano-occidentaux, avec tous les appuis et subsides du Monde "libre" capitaliste font leur maximum. Tu parles de la "Liberté et de "l'Indépendance nationale" retrouvées ... C'est la soumission totale ... aux intérêts du capitalisme et de l' impérialisme pour la domination et monde et le pillage colonialiste des richesses des autres nations
RoRo



-------- Message original -------- Sujet:
Un nouvel article sur le blog atlasalternatif.over-blog.com
Date: Fri, 4 Apr 2008 19:15:33 +0200 (CEST)
Répondre à :: <newsletter@over-blog.com>
Pour :: <roger.romain@skynet.be>


Un nouvel article sur le blog atlasalternatif.over-blog.com

Vous recevez cet email car vous vous êtes abonné au blog atlasalternatif.over-blog.com

Elargissement de l'OTAN limité à la Croatie et à l'Albanie

Les Etats-Unis, le Canada et les pays d'Europe centrale voulaient élargir l'OTAN à l'Ukraine et à la Géorgie. La France et l'Allemagne, soucieuses de ménager la Russie, ont fait échouer le proje ...

Pour lire la suite cliquez ici


© 2008 atlasalternatif.over-blog.com

Pour ne plus recevoir d'email d'alerte lors de la publication d'un nouvel article sur le blog atlasalternatif.over-blog.com,

14:59 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Général | Lien permanent | Tags : democratie, liberte, europe, imperialisme, histoire, actualkite, romain, courcelles, medias, usa, cia, guerre, silence, otan, belgique, colonialisme, euro-dictature | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |