13/02/2010

13/02/10: Iran, un appel qui alimente le feu de la guerre...

To:
Sent: Saturday, February 13, 2010 12:06 AM
Subject: [alerte_otan] Iran, un appel qui alimente le feu de la guerre

 

 

Iran, un appel qui alimente le feu de la guerre
Par Domenico Losurdo, Gianni Vattimo 

« Il manifesto » de samedi 6 février a publié un Appel « Pour la liberté d’expression et la fin de la violence en Iran ». Le signent, ensemble avec des intellectuels habitués à légitimer ou à justifier toutes les guerres et les actes de guerre (blocus et embargos) déchaînés et opérés par les Usa et Israël, d’autres personnes qui, par contre, en de plus nombreuses occasions, ont participé activement à la lutte pour la paix et pour la fin de l‘interminable martyre imposé au peuple palestinien. Malheureusement, ceux qui donnent le ton de l’Appel sont les premiers.
 
1) Dès le début, on parle des « résultats falsifiés de l’élection présidentielle du 12 juin 2009 » et de « fraudes électorales ». Entre autres, c’est le président brésilien Lula qui a mis en doute ou ridiculisé cette accusation. Pourquoi donc devrions-nous accorder foi à ceux qui régulièrement, à la veille de toute agression militaire, ont recours à des falsifications et manipulations en tous genres ? Qui ne se souvient des « preuves » exhibées par Colin Powell et Tony Blair sur les armes de destruction massive (chimiques et nucléaires) possédées par Saddam Hussein ?
 
2) L’Appel continue en opposant la violence du régime iranien à la « non-violence » des opposants. En réalité des victimes se trouvent aussi parmi les forces de police. Mais c’est un autre refoulement surtout qui est grave : depuis de nombreuses années l’Iran est la cible d’attentats terroristes accomplis soit par certains mouvements d’opposition soit par des services secrets états-uniens ou israéliens. En ce qui concerne ces derniers attentats, voilà ce qu’écrivait G. Olimpio sur le Corriere della Sera en 2003 (le 7 octobre) déjà : « en parfaite identité de vue avec Washington », les services secrets israéliens ont la tâche d’ « éliminer » aussi, en même temps que les « chefs des groupes palestiniens où qu’ils se trouvent », les « scientifiques iraniens engagés dans le projet de la Bombe » et jusque ceux qui, dans d’autres pays, sont « suspectés de collaborer avec l’Iran ».
 
3) L’Appel s’attarde lourdement sur la brutalité de la répression à l’œuvre en Iran, mais ne dit rien du fait que ce pays est sous la menace non seulement d’une agression militaire, mais d’une agression militaire qui est prête à prendre les formes les plus barbares : sur le Corriere della Sera du 20 juillet 2008, un illustre historien israélien (Benni Morris) évoquait tranquillement la perspective d’ « une action nucléaire préventive de la part d’Israël » contre l’Iran. Dans quel monde vivent les signataires de l’Appel : est-il possible qu’ils n’aient pas lu chez les auteurs classiques même de la tradition libérale (Madison, Hamilton etc. ) que la guerre et la menace de guerre constituent le plus grave obstacle à la liberté ?
 
S’il n’est pas étonnant que les idéologues des guerres déchaînées par Washington et Tel Aviv soient signataires (ou fassent la promotion) de l’Appel, ce serait bien que les signataires d’orientation différente s’interrogent : l’éthique de la responsabilité impose à tout le monde de ne pas contribuer à nourrir le feu d’une guerre qui menace le peuple iranien dans son ensemble et qui, dans les intentions de certains de ses promoteurs, ne doit pas hésiter devant l’occurrence d’avoir recours à l’arme nucléaire.
 
Blog de Domenico Losurdo ici.

Outre Il manifesto, l’ « Appel » auquel font référence D. Losurdo et G. Vattimo a été publié
- samedi 6 février sur le quotidien tunisien Al Awan, (et non égyptien, comme indiqué par le Nouvel Observateur...)
puis,
- mardi 9 février, en français sur
• Libération : « Liberté pour l’Iran » http://www.liberation.fr/monde/0101618129-liberte-pour-l-iran et
• le site du Nouvel Observateur : « Appel international – Pour la liberté d’expression et la fin de la violence en Iran ». http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/proche_moyenorient/20100209.OBS6375/pour_la_liberte_dexpression_et_la_fin_de_la_violence_en.html
 
La réponse des deux philosophes italiens à leurs collègues "illustres intellectuels, universitaires et miliants associatifs" (cf. le Nouvel Observateur) est donc parue le même jour que la version française (originale de l'"Appel"). La version italienne ne fait pas mention d'une traduction ni de source pour l'original. (NdT)
 
   Source : Il manifesto  
   Traduction : Marie-Ange Patrizio

 

__._,_.___

19:41 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Tags : histoire, actualite, courcelles, usa, presse, guerre, television, romain, colonialisme, democratie, iran, imperialisme, euro-dictature, israel, silence, liberte, medias, petrole | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

26/12/2009

26/12/098: Quand Michael MOORE écrit à Obama ... Arrêtez la guerre, M. le Président ! par Michael Moore...

Quand Michael MOORE écrit à Obama ... Arrêtez la guerre, M. le Président ! par Michael Moore


 

 

Arrêtez la guerre, M. le Président ! par Michael Moore« Qu´aurait fait Martin Luther King ? ... Il n´aurait pas envoyé encoreplus de pauvres s´en aller tuer d´autres pauvres qui ne les menacent pas. Nidépensé des milliards et des milliers de milliards pour faire la guerre, alorsque les enfants d´Amérique dorment sur les trottoirs et font la queue pourobtenir du pain. » Michael Moore, qui avait espéré, comme tantd´américains, qu´Obama sache sortir de l´engrenage des conflits, laisseéclater sa profonde déception et lance un dernier appel désespéré pourtenter de convaincre le Président de ne pas choisir la voie de l´escaladedans la guerre d´Afghanistan.Lettre ouverte au Président ObamaPar Michael Moore, 30 novembre 2009Cher Président Obama,Voulez-vous vraiment être un nouveau « président de guerre » ? Si vous vousrendez demain soir à West Point pour annoncer une escalade, au lieu d´unretrait des troupes en Afghanistan, vous serez un nouveau président de guerre.Purement et simplement. Et du même coup, vous ferez la pire chose que vouspuissiez faire - détruire les espoirs et les rêves que tant de millions degens ont placés en vous. En un seul discours demain soir, vous pourrieztransformer en cyniques désabusés la multitude de jeunes qui ont formé lacheville ouvrière de votre campagne. Vous allez leur apprendre que ce qu´ilsont toujours entendu dire est vrai - que tous les politiques sont pareils. Je nepeux tout simplement pas croire que vous êtes sur le point de faire ce qu´ilsdisent que vous êtes sur le point de faire. S´il vous plaît, dites qu´iln´en est rien.Votre travail ne consiste pas à faire ce que les généraux vous disent defaire. Notre gouvernement est dirigé par les civils. C´est nous qui disonsquoi faire à l´état-major des armées, et non l´inverse. Le généralWashington y avait insisté. Et c´est ce que le président Truman a faitsavoir au général MacArthur, lorsqu´il a voulu envahir la Chine. « Vousêtes viré ! », lui a dit Truman, et puis c´est tout. Et vous auriez duvirer le général Mc Chrystal lorsqu´il a tenté de vous forcer la main endisant à la presse ce que vous devriez faire. Permettez-moi d´être franc :Nous aimons nos gamins qui sont dans les forces armées, mais nous avons uneP*#&... de haine pour ces généraux, depuis Westmoreland au Vietnam jusqu´àColin Powell, oui même lui, qui a menti à l´ONU avec ses faux graphiquesd´armes de destruction massive (depuis, il s´est amendé).Aujourd´hui, vous vous sentez coincé. Il y a 30 ans ce jeudi, les générauxsoviétiques ont eu une sacré idée : « Envahissons l´Afghanistan ! » Ehbien, cela s´est avéré être le dernier clou enfoncé dans le cercueil del´URSS.Il y a une bonne raison pour que l´Afghanistan ne porte pas le surnom d´ «Etat Jardin » (Bien qu´on pourrait y penser en voyant que le frère duprésident corrompu Karzaï, que nous soutenons, fait dans le commerce del´héroïne et cultive du pavot). Le surnom de l´Afghanistan, c´est le «cimetière des empires ». Si vous ne le croyez pas, téléphonez donc auxbritanniques. Je vous aurais volontiers suggéré d´appeler Gengis Khan, maisj´ai perdu son numéro. Mais j´ai par contre celui de Gorbatchev. C´est le41 22 789 1662. Je suis sûr qu´il aurait des tas de choses à vous direconcernant l´erreur historique que vous vous apprêtez à commettre.Si vous devenez un « président de guerre, » avec cette crise économique quise poursuit, avec le sacrifice de notre jeunesse sur l´autel de l´arroganceet la cupidité, cette grande civilisation que nous appelons l´Amérique va seprécipiter à pleins gaz vers sa chute et l´abîme. Les empires ne croientjamais que leur fin est proche, jusqu´à qu´elle soit là. Les empirescroient qu´en faisant encore plus de mal, ils forceront les païens à rentrerdans le rang - et pourtant cela ne fonctionne jamais. Les païens finissent engénéral par tailler en pièces les empires.Réfléchissez avec soin, Président Obama. Vous êtes le premier à savoir quecela ne doit pas se dérouler ainsi. Il vous reste quelques heures pour écoutervotre coeur et faire appel à votre raison. Vous savez que rien de bon nesortira de l´envoi de nouveaux soldats à l´autre bout du monde, dans unerégion que ni vous, ni eux, ne comprennent, pour atteindre un objectif dont nivous, ni eux, ne savent ce qu´il est, et ce dans un pays qui ne veut pas denous. Vous pouvez le ressentir au plus profond de vous.Je sais que vous savez qu´il reste moins d´une centaine de partisans d´AlQaïda en Afghanistan ! Une centaine de milliers de soldats tenteraientd´écraser une centaine de types qui vivent dans des cavernes ? Vous êtessérieux ? Avez-vous gouté à la même liqueur que Bush ? Je me refuse à lecroire.Votre décision éventuelle d´étendre la guerre (tout en affirmant que vousle faites pour vous permettre de « mettre fin à la guerre »), fera davantagepour graver dans la pierre votre place dans l´histoire qu´aucune des grandeschoses que vous avez accomplies et dites durant votre première année demandat. Si vous jetez encore un os à ronger aux Républicains, la coalition desgens qui espèrent en vous et de ceux qui étaient désespérés pourraitdisparaître - et le sort de cette nation reviendra alors dans les mains de ceuxqui répandent la haine, en moins de temps qu´il n´en faut pour crier « TeaParty » ! [1]Choisissez avec soin, Monsieur le Président. Les entreprises qui ont financévotre campagne vont vous abandonner dès qu´il sera clair que vousn´exercerez pas de second mandat, et que le destin de la nation reviendra ànouveau entre les mains des idiots habituels qui leurs attribuent des marchés.Cela pourrait se produire dès mercredi matin.Nous, le peuple, nous vous aimons toujours. Nous, les citoyens, nous conservonstoujours une lueur d´espoir. Mais nous, les citoyens, nous n´en accepteronspas plus. Nous ne pouvons accepter de vous voir faire encore et encore desconcessions, alors que nous vous avons élu à cette fonction avec une largemajorité de millions de voix pour que le travail soit fait. Quelle est donc ladimension de cette « victoire écrasante » qui vous échappe ?Ne vous laissez pas abuser en pensant que l´envoi d´un nombre inférieur desoldats en Afghanistan fera une différence, ou vous gagnera le respect de ceuxqui vous haïssent. Ils ne s´arrêteront pas avant que ce pays ne soit réduiten lambeaux et que le dernier dollar n´ait été extorqué aux pauvres et àceux qui vont le devenir. Vous pourriez envoyer là-bas un million de soldats,et la droite hystérique ne serait toujours pas satisfaite. Vous seriez toujoursvictime de leur venin, répandu sans cesse par des radios et télévisionshaineuses, parce que peu importe ce que vous faites, vous ne pouvez pas changerla seule chose en vous-même qui les mets hors d´eux-mêmes.Ces gens pleins de haine ne sont pas ceux qui vous ont élu, et ils ne pourrontpas être ralliés, même si vous nous abandonnez.Président Obama, il est temps de rentrer à la maison. Demandez donc à vosvoisins à Chicago et aux parents des jeunes hommes et femmes qui se battent etmeurent, s´ils veulent voir encore plus de soldats et de milliards envoyés enAfghanistan. Pensez-vous qu´ils vous répondraient : « Non, nous n´avonspas besoin d´assurance santé, nous n´avons pas besoin d´emplois, nousn´avons pas besoin de logements. Allez-y, M. le Président, et envoyez notrerichesse, nos fils et nos filles à l´étranger, nous n´avons besoin derien. »Qu´aurait fait Martin Luther King ? Qu´aurait fait votre grand-mère ? Ilsn´auraient pas envoyé encore plus de pauvres s´en aller tuer d´autrespauvres qui ne les menacent pas... Ni dépensé des milliards et des milliers demilliards pour faire la guerre, alors que les enfants d´Amérique dorment surles trottoirs et font la queue pour obtenir du pain.Tous ceux qui ont voté pour vous, ont prié pour vous, et pleuré le soir devotre victoire, tous ont enduré un enfer orwellien durant ces huit années decrimes commis en notre nom : torture, prisons secrètes, suspension de ladéclaration des droits, invasion de nations qui ne nous avaient pas attaqué,bombardement des quartiers où Saddam « pouvait » se trouver (sans y êtrejamais), massacre de cortèges de mariages en Afghanistan. Nous avons vu descentaines de milliers de civils irakiens se faire abattre et des dizaines demilliers de nos braves jeunes hommes et femmes se faire tuer, mutiler, ressentirl´angoisse. Ce fut une terreur totale dont nous ne soupçonnions qu´à peinel´existence.Lorsque nous vous avons élu, nous ne nous attendions pas à des miracles. Nousnous ne nous attendions même pas à beaucoup de changements. Mais nous enattendions quelques-uns. Nous avons pensé que vous alliez arrêter cette folie.Arrêter le massacre. Abandonner cette idée folle que des hommes en armespourraient réorganiser une nation qui ne fonctionne même pas en tant quenation, et ne l´a jamais fait.Arrêtez, arrêtez, arrêtez ! Pour la vie des jeunes Américains et des civilsafghans, arrêtez. Pour votre présidence, l´espérance et l´avenir de notrenation, arrêtez. Pour l´amour de Dieu, arrêtez.Ce soir, nous avons encore espoir.Demain, nous verrons. La balle est dans votre camp. Vous ne devez PAS le faire.Vous pouvez être un exemple de courage. Vous pouvez être le digne fils devotre mère.Nous comptons sur vous.

18:49 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Tags : histoire, actualite, courcelles, usa, presse, guerre, irak, palestine, television, romain, afghanistan, terrorisme, colonialisme, democratie, imperialisme, capitalisme, silence, medias, information, gaza, ligberte | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

05/02/2009

05/02/2009: Le PRCF condamne la soumission accélérée de la France à l'impérialisme allemand et à l'Union européenne de Merkel et du MEDEF...

Sent: Thursday, February 05, 2009 12:40 AM
Subject: la France aide le potentiel militaire allemand à se reconstituer

*Le PRCF condamne la soumission accélérée de la France à l'impérialisme allemand et à l'Union européenne de Merkel et du MEDEF.*

    Ainsi donc, un bataillon allemand va désormais être stationné... en Alsace ( voir P.J.), avec l'appui du grand "patriote" qui siège à l'Elysée et se plaît tant, dit-on, à se faire nommer "Sarko l'Américain"...
    Oubliés les crimes innombrables commis sur notre sol par l'impérialisme allemand avec la "collaboration" de ceux qui disaient "plutôt Hitler que le Front populaire" et qui firent hier sciemment le "choix de la défaite" comme le démontre le livre éponyme d'Annie Lacroix-Riz!
    En réalité, la volonté manifeste de Sarkozy de Nagy-Bocsa, est de plus en plus claire: banaliser le retour sur la scène militaire européenne et mondiale de la réaction allemande, puissance tutélaire traditionnelle de la réaction française (depuis les émigrés de Coblence, depuis l'entente cordiale entre Thiers et Bismarck pour écraser les Communards et depuis Vichy), pour accoutumer l'opinion à voir la Bundeswehr "sortir de ses frontières" et pour aider le gouvernement réactionnaire allemand, qui détruit les acquis sociaux de son peuple, à reconstituer un puissant potentiel militaire agressif qui redeviendra tôt ou tard un nouveau et grave danger pour la paix mondiale, alors que la crise du capitalisme va nécessairement faire monter les tendances bellicistes de l'ensemble des Etats impérialistes.
    Désormais c'est ensemble que l'impérialisme allemand et l'impérialisme français, qui casse la nation française républicaine et qui se fond de plus en plus dans la "Françallemagne" et dans la "Franceurope", s'en prennent aux peuples du Sud et font la police du capitalisme mondialisé, des Balkans à l'Afrique subsaharienne.
    Il faut interpréter dans le même esprit la tentative anticommuniste de certains députés UMP, accompagnateurs des projets européens de criminalisation du communisme. En effet, pour préparer la campagne euro-maccarthyste qui accompagnera à n'en pas douter la célébration du 9 novembre 2009 (chute de la frontière berlinoise de la RDA), ces députés veulent instituer une journée anticommuniste, anti-RDA et antisoviétique pan-européenne annuelle ce même 9 novembre. A coup sûr une telle journée ne peut qu'être une bacchanale réactionnaire tournée contre les forces anticapitalistes d'Europe, mais aussi une journée de célébration et de réhabilitation de la puissance retrouvée de l'impérialisme allemand. Un impérialisme avide sous ses airs "européens", qui ne s'est pas contenté d'absorber la RDA et de plonger des millions d' "Ossies" dans la jungle capitaliste du chômage et de la casse sociale, mais qui n'a eu de cesse depuis le 9 novembre 1989 de diviser et de satelliser ses voisins proches ou lointains: Yougoslavie, pays baltes anciennement soviétiques (où l'on célèbre ouvertement les Waffen SS tout en persécutant les antifascistes communistes), Tchécoslovaquie, et dans un proche avenir peut-être, Belgique divisée en Flandres et Wallonie pour le plus grand profit des patronats allemand et américain qui dominent le port d'Anvers! Que pourra être une telle journée sinon un temps fort de la mobilisation réactionnaire pour de futures croisades contre la Russie, la Biélorussie, et tous les pays comme l'Ukraine et la Géorgie, que l'OTAN et l'UE veulent annexer à leur sphère d'influence?
    Quant à la France, c'est la mise aux normes du modèle fédéraliste allemand qui la guette avec le projet sarkozyste d'en finir avec les départements et avec l'Etat-nation centralisé hérités de 1793 pour mettre en place des euro-régions, véritables féodalités du grand capital qui auront tout pouvoir pour dynamiter les acquis sociaux obtenus à l'échelle nationale par la classe laborieuse de notre pays: statuts, services publics, Sécurité sociale, bref, tous les acquis du Conseil national de la Résistance que Denis Kessler, éminence grise du MEDEF, félicite Sarkozy de vouloir "démanteler" sous le nom de "rupture".
    On comprend mieux décidément pourquoi Hortefeux, l'homme qui veut encore amoindrir le droit de grève à la SNCF, a récemment réuni A VICHY les ministres européens de (la chasse à) l'immigration!
    Et pendant que Sarkozy démantèle les régiments français chargés de veiller sur les frontières de notre pays, liquidant du même coup le principe même d'une défense nationale, le même homme ouvre les portes de notre pays à une armée étrangère qui a laissé tant d'horribles souvenirs aux Alsaciens-Lorrains...
    Mais que se passerait-il donc demain si la France, retrouvant la voie du progrès social, de l'indépendance nationale et de la démocratie, choisissait de rompre avec l'U.E. supranationale, et s'orientait ouvertement vers le socialisme en appelant à la solidarité internationale la puissante classe ouvrière allemande, dont une bonne partie n'a pas oublié Liebknecht, Thälmann, Luxemburg et... Marx ?
    De plus en plus il est clair que la défense de la nation, écorchée vive par Sarko-MEDEF et par l'UE du capital, va de pair avec la renaissance d'un puissant mouvement ouvrier anticapitaliste et d'un large front populaire anti-union européenne, comme il est clair que vont de pair la domination du grand capital sur la France et le sarko-arasement de moins en moins caché de la France républicaine issue des Lumières, de 1789 et de 1945.
    Le PRCF sait qu'il peut compter sur les communistes allemands pour condamner cette intrusion de l'armée allemande sur le sol français. Il en appelle aussi aux résistants antifascistes, à tous les amis républicains de l'indépendance nationale pour fustiger cette décision anti-nationale de Sarkozy. Par indifférence et par hostilité déplacée avec la nation, qu'il ne faut pas confondre avec l'impérialisme français qui la détruit, l' euro-gauche officielle et l' euro-extrême-gauche trotskiste du NPA approuveront-elles tacitement ce fait très grave pour l'avenir de la paix et du droit du peuple français à disposer de lui-même pour se débarrasser de l'UE et du capitalisme? Les communistes véritables, les républicains de progrès doivent en tout cas s'unir pour dénoncer ensemble avec vigueur la décision de Sarko-Merkel. Le PRCF est prêt à tout contact utile pour donner à cette dénonciation le retentissement qu'elle mérite.

La CE du PRCF

21:33 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Tags : medias, nazisme, occupation, otan, paix, paris, romain, resistance, television, usa, actualite, courcelles, capitalisme, democratie, europe, euro-dictature, france, fascisme, information, imperialisme, silence | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

08/01/2009

05/01/2009: Ban-Ki-Moon : Trouble compromission avec l'Otan...

----- Original Message -----
 
Sent: Monday, January 05, 2009 8:00 AM
Subject: Scandaleuse déclaration ONU - OTAN signée en cachette - Danger pour la paix mondiale


Prière de diffuser ce message - Pour recevoir ou ne plus recevoir mes messages ou m'envoyer vos commentaires :  Antonio Artuso, Montréal, Canada - pueblo@sympatico.ca

Please circulate this message - To receive my messages, to be removed from my list or to send comments:                Antonio Artuso, Montreal, Canada - pueblo@sympatico.ca

Por favor difundir este mensaje - Para recibir mis mensajes, dejar de recibirlos o enviar sus comentarios:                    Antonio Artuso, Montreal, Canadá - pueblo@sympatico.ca

 


Scandaleuse « Déclaration commune sur la collaboration des Secrétariats des Nations Unies et de l'OTAN », signée sans que son projet n'ait été soumis à l'examen des pays membres de l'ONU
 
Clandestinement :
- le secrétaire général de l'ONU (Organisation des Nations-Unies), Ban Ki-Moon, et
- le secrétaire général de l'Organisation du traîté de l'Atlantique Nord (OTAN), Jaap de Hoop Scheffer,
ont signé une « Déclaration commune sur la collaboration des Secrétariats des Nations Unies et de l'OTAN ».
 
La Russie a protesté : « Avant de signer une telle déclaration, il est nécessaire d'en soumettre le projet à l'examen des pays membres.  Dans le cas présent, cette procédure n'a pas eu lieu, l'accord entre les secrétariats a été signé en catimini.»
 
Cette déclaration et la manière de faire du secrétaire générale de l'ONU sont scandaleux et extrêmement dangereux pour la paix mondiale pour plusieurs raisons :
 
- parce que le secrétaire de l'ONU n'a pas consulté les membres et a signé la collaboration de l'ONU avec un pacte militaire impérialiste d'un groupe de pays contre un autre groupe de pays SANS DISCUSSION OU CONSENTEMENT des autres membres de l'ONU;
 
- parce que cette Déclaration est signée CONTRE certains de ses membres (entre autres la Russie);
 
-  parce que le contenu de la déclaration est suffisamment vague pour rendre cette coopération extensible à loisir, mais surtout parce que l'existence même d'un tel accord de collaboration vise à octroyer à l'Otan un statut officiel de co-responsabilité dans le maintien de la paix mondiale.
 
Cet article montre l'accentuation des contradictions entre les puissances impérialistes.
La nature des impérialismes est le combat économiquement, politiquement, militairement entre les capitalistes d'un bloc contre les capitalistes d'un autre bloc.  En temps de paix les guerres ne sont pas déclarées, mais peu à peu, les blocs se consolident et la rivalité débouche sur des guerres mondiales.
 
Les États-Unis et l'Union européenne semblent former un bloc militaire et se préparer militairement (1) à s'unir contre la Russie et un groupe de pays; (2) à préparer une guerre mondiale en vue d'un hégémonisme mondial. 
Le secrétaire général de l'ONU est en collusion avec l'impérialisme états-unien et l'impérialisme européen contre la Russie.  Il doit démissionner.
 
La classe ouvrière et le peuple multinational russe, les pays et les nations de l'ancienne URSS, les pays dominés par l'impérialisme doivent se mobiliser contre les guerres impérialistes.  Le Parti communiste russe doit préparer idéologiquement la classe ouvrière et le peuple russe.  Il ne sera pas très difficile, pour la classe ouvrière et le peuple russe de renouer avec le marxisme-léninisme.  Ils comprennent maintenant mieux que jamais pourquoi les communistes avaient raison : ils ont tout perdu et maintenant ils risquent de se faire envahir à nouveau par de nouveaux nazis, cette fois dirigés par les USA et l'Union européenne.
La classe ouvrière et le peuple multinational russe doivent renforcer le Parti communiste, construire l'unité (1) idéologique; (2) politique; et (3) organisationnelle.  Comme le disait Lénine : la révolution communiste pourra conjurer une guerre mondiale ou la guerre mondiale pourrait déclencher la révolution.
 
Étudions le marxisme-léninisme pour l'appliquer.
Lions toujours étroitement la théorie et la pratique.
Construisons l'unité (1) idéologique; (2) politique; et (3) organisationnelle.
La classe ouvrière et les peuples renverseront le capitalisme et instaureront le socialisme puis le communisme.
 
Antonio Artuso - pueblo@sympatico.ca - Montréal, lundi 05 janvier
 

 
From: "rchabert" <rchabert@wanadoo.fr> To: <"Undisclosed-Recipient:;"@orange.fr> Sent: Sunday, January 04, 2009 11:52 PM - Subject: Fw: [romain : paix_socialisme_communisme] Ban -Ki-Moon: trouble compromission avec l'OTAN


From: "Mélanie Gautier" <gautierme@gmail.com> - > To: <romain@yahoogroupes.fr> - Sent: Sunday, January 04, 2009 11:54 AM - Subject: [romain : paix_socialisme_communisme] Ban -Ki-Moon: trouble
> compromission avec l'OTAN

 
Note de RoRo (Roger Romain, militant communiste belge) :
 
Ceci n' est pas nouveau. On se souviendra probablement qu'avant le déclenchement de la lâche agression ricano-otano-occidentale contre la Yougoslavie (Serbie) en 1999, l' ex-secrétaire général de l'Onu avait rendu visite au GQG de l'Otan à Bruxelles... Je me demande toujours bien pourquoi cette visite...


Ban-Ki-Moon : Trouble compromission avec l'Otan
 
Le 23 septembre dernier, Le Secrétaire Général de l'ONU Ban Ki-Moon et le Secrétaire Général de l'Otan Jaap de Hoop Scheffer ont signé en toute discrétion une « Déclaration commune sur la collaboration des Secrétariats des Nations Unies et de l'OTAN ». Ahurissant, non seulement pour le contenu de la déclaration, suffisamment vague pour rendre cette coopération extensible à loisir, mais surtout parce que l'existence même d'un tel accord de collaboration vise à octroyer à l'Otan un statut officiel de co-responsabilité dans le maintien de la paix mondiale.
Accord « secret » ?
 
L'existence de cette Déclaration de coopération a été révélé une première fois 2 semaines après sa signature, par le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, qui s'indignait justement qu'un
tel accord puisse être signé à l'insu de la partie russe : « Avant de signer une telle déclaration, il est nécessaire d'en soumettre le projet à l'examen des pays membres. Dans le cas présent, cette
procédure n'a pas eu lieu, l'accord entre les secrétariats a été signé en catimini. ». Le 3 décembre la Transnational Foundation for Peace and Future Research en publiait une version obtenue, précise-t-elle, sur simple demande auprès de l'Otan1.
 
Si l'accord n'est donc pas à proprement parler 'secret', force est de constater qu'un maximum de discrétion l'entoure. Il n'est toujours pas publié ni sur le site de l'Otan, ni sur celui de l'ONU. Une telle
discrétion devrait à elle seule alerter l'attention : Comment le représentant des Nations Unies peut-il s'octroyer le droit de passer dans l'ombre des accords avec une alliance militaire agressive, en court-circuitant les autres membres du Conseil de Sécurité ?
L'Otan, garante de la paix et du respect de la Charte des Nations-Unies...
« Une coopération [entre l'Otan et l'ONU] plus poussée contribuera de manière significative à faire face aux menaces et aux défis auxquels la communauté internationale est appelée à répondre » lit-on dans la Déclaration.
 
L'Otan est une alliance militaire d'une poignée de pays, qui défend par la menace ou l'agression, les intérêts économiques de l'Occident au détriment du reste du monde. Le concept Stratégique de l'Otan
réaffirmait en 1999 que « la présence de forces nucléaires en Europe reste essentielle pour la sécurité de ce continent (...) [Les armes nucléaires] restent indispensables au maintien de la paix »2 De plus
en plus ouvertement, l'Otan défend le principe d'intervention militaire hors-zone « pour défendre » les intérêts vitaux des pays membres tels que leur approvisionnement en ressources3.
 
Accepterait-on de tels concepts stratégiques de la part de la Chine par exemple ? Ou de l'Iran ? Du Venezuela ? Leurs droits à défendre leurs intérêts vitaux seraient-ils de moindre importance ? Ne feraient-ils pas partie de la même « Communauté Internationale » que les pays de l'Alliance Atlantique ?
Comment enfin le Secrétaire Général de l'ONU, censé être le gardien de la Charte des Nations Unies ose-t'il accorder officiellement le label de garant de la paix et de la sécurité internationales à une
organisation qui a elle même directement violé la Charte des Nations Unies, en 1999, et en apporte jusqu'aujourd'hui son concours à l'agression de l'Irak ? Dont l'ancien Secrétaire Général Solana déclarait benoîtement que l'Otan avait la légitimité d'agir seule, en dehors de l'autorisation des Nations-Unies ?
Les relations ambiguës entre l'Otan et l'ONU
Bien sûr une telle collusion de fait entre le SG des Nations Unies avec les intérêts occidentaux n'est pas une chose tout à fait nouvelle. On peut rappeler comment Richard Holbrooke s'amuse à rapporter que Koffi Annan a gagné son poste en autorisant le bombardement de la Yougoslavie par les USA, en l'absence de son patron Boutros-Ghali. La caution a posteriori des agression de l'Otan en Yougoslavie, ou le silence devant la dérive de l'ISAF, théorique force de maintien de la paix, en force supplétive de l'invasion US en sont d'autres exemples. Par ailleurs, les rencontres informelles entre Otan et le secrétaire générale de l'ONU sont courantes depuis plusieurs années, et le site officiel de l'Otan étale avec complaisance les visites de haut niveau et les réunions de travail entre l'ONU et
l'Otan.
Mais ce qui est réellement en jeu dans cette Déclaration de collaboration, c'est le cachet officiel que l'on espère donner à cette collusion. Car contrairement à une idée répandue jusqu'au sein du mouvement pour la paix, il n'existe à ce jour aucun accord clair et officiel de collaboration liant l'ONU à l'Otan.
 
En particulier, le commandement de l'ISAF n'a jamais été "confié" à l'Otan, malgré ce qu'une confusion entretenue à dessein tente de faire croire. La création d'une force de maintien de la paix (limitée aux
environs de Kaboul dans un premier temps) a bien été votée par la résolution 1386 (décembre 2001), mais la direction de cette force était laissée à la bonne volonté des pays volontaires :
 
[Le Conseil de sécurité] demande aux États Membres de fournir du personnel, du matériel et des ressources à la Force internationale d'assistance à la sécurité, et invite les États Membres intéressés à
se faire connaître auprès du commandement de la Force et du Secrétaire général
En août 2003 l'Otan a pris 'de fait' la direction de l'ISAF, et cela n'est même pas officialisé dans une résolution ultérieure. La résolution 1510 d'octobre 2003 souvent citée, ne mentionne l'Otan que pour « prendre note » de sa demande d'élargir le mandant de l'ISAF à l'ensemble du territoire afghan
 
[Le Conseil de sécurité] prenant note de la lettre datée du 6 octobre 2003 que le Secrétaire général de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN) a adressée au Secrétaire général concernant
un élargissement possible de la mission de la Force internationale d'assistance à la sécurité...

Les résolutions ultérieures telle la 1833 de septembre 2008 peuvent bien « saluer le rôle de premier plan joué par l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN) et la contribution apportée par de
nombreux pays à l'ISAF », ou « prier le commandement de l'ISAF  [soit l'Otan, de fait] de le tenir régulièrement informé, par l'intermédiaire du Secrétaire général, de l'exécution du mandat de la Force », en aucune manière cela ne permet de prétendre que « le commandement de l'ISAF a été donné par les Nations Unies à l'OTAN » comme il est trop souvent admis.
Même la scandaleuse résolution 1244 (juin 1999) qui entérinait l'agression contre la Yougoslavie, n'accorde en fait aucun mandat officiel à l'Otan :

La présence internationale de sécurité, avec une participation substantielle de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord, doit être déployée sous commandement et contrôle unifiés et autorisée à
établir un environnement sûr pour l'ensemble de la population du Kosovo et à faciliter le retour en toute sécurité de toutes les personnes déplacées et de tous les réfugiés.

L'Otan n'est pas le représentant de la (véritable) « Communauté Internationale »

La création des Nations-Unies et l'adoption de sa Charte ont représenté une avancée majeure de l'humanité : pour la première fois le droit international était au moins formellement opposé au droit du
plus fort.
 
Bien évidemment ce n'est pas du tout un combat gagné d'avance, et en particulier depuis l'effondrement de l'URSS, les États-Unis et l'Otan tentent de toutes les manières, avec les meilleurs habillages
possibles (droit d'ingérence humanitaire, imposition de la démocratie, lutte contre le terrorisme... ) de remettre en cause ce droit international, pour un 'droit' où ces immenses puissances militaires
sont gagnantes à coup sûr – le droit du plus fort. Le concept médiatique de Communauté Internationale sert à masquer cette tentative de décrédibilisation des Nations Unies.

Cette scandaleuse signature de Ban Ki-Moon est un pas de plus dans la même direction. Nous ne devrions pas accueillir ce texte avec indifférence, comme l'a fait l'ensemble de nos médias. L'ambassadeur russe auprès de l'OTAN Dmitri Rogozine ne s'y est pas trompé : "Ban Ki-moon a reconnu l'alliance non pas comme une organisation militaire régionale, mais comme un remplaçant de l'ONU dans toutes les affaires liées à la sécurité internationale. Le secrétaire général de l'ONU risque de subir une destitution. Ses actions sont honteuses".

Roland Marounek

1. Cette Déclaration peut être lue sur notre site www.csotan.org
2. cf www.grip.org/bdg/g1027.html
3. Lire par exemple L'OTAN et la sécurité énergétique : «notre pétrole», Horizons et débats mai 2008

11:17 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Tags : medias, presse, onu, silence, otan, democratie, imperialisme, liberte, romain, television, usa, actualite, agressions, belgique, courcelles, euro-dictature, fascisme, histoire, information | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

27/08/2008

27/08/2008: Afghanistan : plus d'une centaine de civils massacrés par l'OTAN...

 -------- Message original --------

Sujet: : Afghanistan : plus d'une centaine de civils massacrés par l'OTAN
Date: Wed, 27 Aug 2008 08:36:34 +0200
De: melusine <melusine@nerim.net>
Pour :: sortir de l europe <sortirdeleurope@yahoogroupes.fr>

 

 
----- Original Message -----
Sent: Tuesday, August 26, 2008 10:31 PM
Subject: Fw: Afghanistan : plus d'une centaine de civils massacrés par l'OTAN

Représailles des "Occidentaux"  ou simple routine ?
GP
----- Original Message -----
From: ecolonna
Sent: Monday, August 25, 2008 10:25 PM
Subject: Afghanistan : plus d'une centaine de civils massacrés par l'OTAN

Afghanistan : plus d’une centaine de civils massacrés par l’OTAN
 
lundi 25 août 2008 - Al Jazeera.net
 
 
 
Les attaques de l’OTAN sont régulièrement ponctuées de massacres de civils afghans

 

 

La décision est intervenue après qu’une délégation désignée par Karzai se soit rendue à l’aéroport de Shindand et dans le village d’Azizabad au coeur de l’ouest de l’Afghanistan pour enquêter sur le fait que des civils avaient été tués.

Les témoins visuels et les habitants attestent que plus de 100 civils, dont la grande majorité sont des femmes et des enfants, ont été tués dans l’attaque de l’OTAN.

Les officiels américains prétendent que seulement trois civils ont été tués en plus de 25 combattants Talibans.

Le Général Jalandar Shah Behnam, responsable de l’armée pour l’ouest de l’Afghanistan, et le commandant Abdul Jabar ont été limogés pour « négligence et dissimulation » selon un décret présidentiel publié dimanche.

« Dans cette tragique attaque aérienne et l’opération militaire irresponsable et imprécise contre le village d’Azizabad dans la zone de Shindand, plus de 89 de nos compatriotes innocents, y compris des femmes et des enfants, ont été martyrisés », dit le rapport.

Zeina Khodr d’Al Jazeera rapporte depuis Kaboul que les deux responsables avaient été rappelés dans la capitale pour y être interrogés par le ministère de la défense.

« Karzai est sous forte pression, il a perdu beaucoup de soutien parmi la population locale en raison de ces attaques aériennes, » explique Zeina Khodr.

Le président a régulièrement fait appel aux Etats-Unis et aux forces dirigées par l’OTAN pour qu’ils accordent plus d’attention aux pertes infligées aux civils, avertissant que de tels incidents sapent la bonne volonté du peuple afghan.

Les Nations Unies ont signalé que 255 des presque 700 décès civils lors de combats en Afghanistan cette année ont été provoquées par les troupes afghanes et les troupes internationales sous direction américaine.

Le chef de la police dans la province d’Hérat située à l’ouest de l’Afghanistan a déclaré à Al Jazeera dimanche que 95 civils avaient été tués.

Le ministère de l’intérieur avait d’abord estimé le nombre de morts à 76, dont une cinquantaine d’enfants et 19 femmes.

Environ 15 des maisons qui ont été détruites lors des bombardements appartiennent aux hommes qui travaillent comme gardes de sécurité sur une piste d’atterrissage employée par les troupes internationales à environ 120 kilomètres au sud de de la ville d’Hérat, ont fait savoir des gens du pays.

Les villageois et les parents des victimes ont organisé une manifestation de colère samedi, mettant le feu à un fourgon de police, retournant un camion de transport et portant des banderolles sur lequelles on pouvait lire « mort à l’Amérique ».

« [Le secteur] est calme maintenant. Nous enquêtons sur ce qui s’est passé, » a déclaré le Général Mohammad Zahir Azimi, un porte-parole du ministère de la défense.

« Notre première enquête prouve qu’un grand nombre de civils ont été tués. La tragédie est beaucoup plus grave que ce nous avions tout d’abord pensé, » a-t-il avoué.

Sur le même thème :

  Afghanistan : nouveau massacre de civils par l’OTAN - 23 août 2008 
  Afghanistan : les survivants témoignent du bombardement d’une cérémonie de mariage - 15 juillet 2008 
  Afghanistan : les crimes de l’impérialisme - 13 juillet 2008 
  Afghanistan : l’OTAN massacre des civils lors de raids aériens - 3 août 2007 
  Afghanistan, terre d’expérimentation - 2 juillet 2007 
  Afghanistan : nouveau massacre de civils par les troupes d’occupation - 1e juillet 2007 
  Afghanistan, Irak : quand la mort vient du ciel - 5 juin 2007 
  Les Afghans dénoncent les victimes civiles des bombardements - 12 mai 2007 
  Un massacre provoque des manifestations anti-américaines en Afghanistan - 7 mars 2007 
  Afghanistan : massacre de civils par les forces américaines - 6 mars 2007

24 août 2008 - Al Jazeera.net - Vous pouvez consulter cet article à :
http://english.aljazeera.net/news/a...
[Traduction : Info-Palestine.net]

La colère aussi au Pakistan
 

22/08/2008

21/08/2008: Sur l'agression des États-Unis et de l'OTAN dans le Caucase ...


L' Europe de l' Est n' est pas "libérée" avec la restauration du capitalisme. A l'exemple de la Géorgie, les pays de l' Est sont devenus de véritables colonies des impérialistes et conquérants ricano-otano-occidentaux. Sous la "dictature" "communiste", la Géorgie était une République soviétique et la Paix régnait dans toute cette région et dans toute l' Europe.
RoRo


-------- Message original --------

Sujet: Parti communiste du Canada - Agression des É.-U. et de l'OTAN dans le Caucase - Communist Party of Canada - US / NATO Agression in the Caucasus
Date: Thu, 21 Aug 2008 07:19:22 -0400
De: Antonio Artuso <pueblo@sympatico.ca>

 


Prière de diffuser ce message - J'envoie ce message à + de 250 adresses - Pour recevoir ou ne plus recevoir mes messages ou m'envoyer vos commentaires : pueblo@sympatico.ca

Please circulate this message - Being sent to + than 250 addresses - To receive my messages, to be removed from my list or to send comments: pueblo@sympatico.ca

Por favor difunda este mensaje - Está siendo enviado a + de 250 direcciones - Para recibir mis mensajes, dejar de recibirlos o enviar sus comentarios: pueblo@sympatico.ca


[FRANÇAIS] + [ENGLISH]

Déclaration émise par le Comité exécutif central du Parti communiste du Canada, le 14 août 2008

Sur l'agression des États-Unis et de l'OTAN dans le Caucase

Issued by the Central Executive Committee, Communist Party of Canada, August 14, 2008

On the US/NATO aggression in the Caucasus

 



 

[FRANÇAIS]

 

Sur l'agression des États-Unis et de l'OTAN dans le Caucase

 

Le conflit armé meurtrier déclenché dans le Caucase est non seulement une catastrophe humanitaire, qui a déjà coûté la vie à environ 2000 personnes, mais aussi une menace très réelle d'éclatement de guerres plus étendues dans la région.  Les préparatifs et les agressions militaires menés par l'impérialisme en Géorgie sont des étincelles qui pourraient finir par déclencher une guerre beaucoup plus vaste.  Ils exigent la plus ferme condamnation de la part du mouvement syndical international, ainsi que de toutes les forces de paix et des forces anti-impérialistes.

 

Sans l'entrave que constituait le puissant bloc de pays socialistes, les pays impérialistes, placés sous la direction des États-Unis au sein de l'alliance militaire qu'est l'OTAN, utilisent la Géorgie pour préparer de futures agressions, violant ainsi les principes fondamentaux du droit international, entre autres ceux de la Charte des Nations Unies.

 

Le Parti communiste du Canada dénonce l'invasion géorgienne perpétrée le 7 août, et les bombardements aériens de zones résidentielles, d'hôpitaux et d'écoles de Tskhinvali, capitale de l'Ossétie du Sud, comme étant une agression ne répondant à aucune provocation, qui a plongé le Caucase dans la guerre.  Nous appuyons pleinement les appels lancés par de nombreux pays en vue du retrait total des forces géorgiennes de l'Ossétie du Sud, mesure qui constituerait le premier pas vers une solution pacifique de ce conflit, qui ne devrait pas être autorisé pour éviter qu'il ne se développe au point de devenir une confrontation généralisée au Moyen-Orient et en Asie centrale.

 

Nous constatons également, contrairement aux déclarations des médias occidentaux et du régime Bush, qu'il ne s'agit pas d'une "agression russe".  La source des tensions croissantes survenant dans le Caucase n'est pas la présence de troupes russes.  Celles-ci étaient entrées en Ossétie du Sud au début des années 1990, en tant que gardiens de la paix, après la tentative par la Géorgie d'annexer par la force la région, ce qui avait conduit une grande partie de la population à traverser la frontière pour se rendre en Ossétie du Nord, qui continue de faire partie de la Russie.

La véritable cause de ce conflit réside dans l'expansionnisme des politiques impérialistes des États-Unis et de l'OTAN.  Depuis des décennies, en commençant par la guerre froide, les États-Unis ont cherché à encercler militairement leur rival, l'Union soviétique, à affaiblir ses alliés et, plus tard, la Russie elle-même, en mettant en place des régimes soi-disant "pro-occidentaux", qui permettent l'établissement de bases états-uniennes sur leur territoire et dépendent fortement de la coopération et de l'aide militaires des États-Unis.  La Russie, se souvenant de l'invasion nazie, qui a coûté au pays plus d'une vingtaine de millions de vies, s'oppose fermement à un tel encerclement impérialiste.

 

C'est le cas de la Géorgie, devenue cliente des États-Unis au moment de la guerre illégale menée par l'OTAN contre la Yougoslavie en 1999.  Israël, principal allié des États-Unis dans la région, a également établi des liens politiques et économiques étroits avec le gouvernement géorgien.  Il semble évident, en raison du niveau élevé d'intégration militaire entre les États-Unis, l'OTAN, Israël et la Géorgie, que l'agression du 7 août était déjà connue à l'avance et avait été approuvée par les gouvernements Bush et Olmert.  Ce point de vue semble être confirmé par la décision prise le 9 août par les États-Unis de fournir des avions de transport militaire afin de dépêcher une importante partie du contingent de 2000 soldats géorgiens postés en Irak et de les envoyer combattre dans leur pays.

L'offensive impérialiste visant le pillage du pétrole et des autres ressources vitales constitue un facteur-clé de la déstabilisation de la région.  En particulier le pipeline BTC (Bakou-Tbilissi-Ceyhan) permet le transport de pétrole et de gaz à travers la Géorgie vers la Méditerranée orientale, dont une grande partie du pétrole importé de l'Azerbaïdjan par Israël.  Contrôlé par la British Petroleum et construit avec l'aide des États-Unis, le pipeline BTC est un élément essentiel du bloc militaire et politique constitué par l'Azerbaïdjan, la Géorgie, la Turquie et Israël, jugé indispensable par les États-Unis pour contrebalancer l'influence de la Russie et la Chine dans la région.

 

Tenant compte de la guerre menée par les États-Unis et le Royaume Uni contre l'Iraq et des efforts continuels déployés par les forces d'occupation pour remettre les vastes richesses pétrolières de l'Irak aux sociétés transnationales, personne ne devrait sous-estimer la volonté de la clique d'extrême droite qui gravite autour de Bush, de Cheney et des autres faucons républicains d'utiliser les événements du Moyen-Orient et de Asie centrale pour accroître cette offensive stratégique.  Dans ce contexte, l'agression de la Géorgie contre l'Ossétie du Sud, qui a rapidement dû faire face à une puissante résistance russe, semble avoir été une provocation visant à créer de meilleures conditions pour l'expansion de la présence militaire des États-Unis et de l'OTAN dans la région.

 

La guerre du Caucase pourrait également influer sur les élections présidentielles états-uniennes, en augmentant l'appui des électeurs au candidat républicain John McCain.  Ces événements visent, sans l'ombre d'un doute, à préparer le terrain en vue d'une attaque des États-Unis contre l'Iran, et, à long terme, de la saisie impérialiste des réserves de pétrole de ce pays.  Une telle attaque pourrait déclencher une guerre aux dimensions imprévisibles, au coût de millions de vies, et pourrait s'étendre bien au-delà des frontières du Moyen-Orient.

 

Engagé dans la poursuite de l'hégémonie mondiale, l'impérialisme joue avec le feu, et l'agression récente perpétrée par la Géorgie fait partie de ce vaste plan.  Le Parti communiste du Canada demande instamment un plein appui aux tentatives internationales de circonscrire et d'éteindre ce conflit et de mettre fin à toutes les tentatives impérialistes d'ingérence dans le Caucase.

 

Déclaration émise par le Comité exécutif central du

Parti communiste du Canada

Le 14 août 2008

 

 

[ENGLISH]

 

On the US/NATO aggression in the Caucasus

 

The outbreak of a deadly armed conflict in the Caucasus is not only a humanitarian disaster which has already cost some 2,000 lives, but poses a very real threat of wider wars in the region. Imperialism’s preparations and aggressions in Georgia are sparks that can eventually ignite a much larger conflagration, demanding the sharpest condemnation of the international labour movement and all peace and anti-imperialist forces.

Unhindered by a strong socialist bloc of countries, imperialist countries led by the US in the NATO military alliance are using Georgia to prepare future aggressions, in violation of the basic principles of international law such as those in the United Nations Charter.

The Communist Party of Canada condemns the Georgian invasion on August 7, including bombing raids on residential areas, hospitals, and schools in the South Ossetian capital of Tskhinvali, as an unprovoked assault which plunged the Caucasus into war. We give full support to calls from many countries for the complete withdrawal of Georgian forces from South Ossetia as a first step towards a peaceful solution to this conflict, which must not be allowed to expand into all-out confrontation in the Middle East and Central Asia.

We also note that contrary to claims by much of the western media and by the Bush regime, this is not a case of "Russian aggression." The source of rising tensions in the Caucasus is not the presence of Russian troops, which entered South Ossetia in the early 1990s as peacekeepers after Georgia attempted to forcibly annex the area, driving much of the population across the border into North Ossetia, which remained within Russia.

The real origin of this conflict lies in the US/NATO imperialist policies of expansionism. For decades, starting with the Cold War, the US has sought to place a military ring around its rival, undermining allies of the Soviet Union and later Russia, and imposing so-called "pro-Western" regimes which allow US bases on their soil and rely heavily on US military cooperation and support. Recalling the Nazi invasion which cost their country over twenty million lives, Russia strongly opposes such imperialist encirclement.

This is the case with Georgia, which became a U.S. client state at the time of the illegal NATO war against Yugoslavia in 1999. Israel, the main U.S. ally in the region, has also forged close political and economic links with the Georgian government. The high level of US/NATO/Israeli/Georgian military integration makes it clear that the August 7 aggression must have been known in advance and approved by the Bush and Olmert governments. Bolstering this view is the decision on August 9 by the United States to provide military transport aircraft to fly many of Georgia's 2,000-strong troop contingent out of Iraq to join the fighting at home.

The imperialist drive to plunder oil and other vital resources is a key factor in destabilization of the region. Notably, the Baku-Tblisi-Ceyhan pipeline brings oil and gas through Georgia to the Eastern Mediterranean, including a large part of Israel's oil imports from Azerbaijan. Controlled by British Petroleum and built with US support, the BTC pipeline is a vital piece of the military-political bloc including Azerbaijan, Georgia, Turkey and Israel, which the US considers a vital counter-balance against the influence of Russia and China in the region.

In the wake of the US/UK war against Iraq and the continuing efforts by the occupation forces to turn over Iraq's vast oil wealth to the transnational corporations, nobody should underestimate the desire of the ultra-right clique around Bush, Cheney and other Republican hawks to use events in the Middle East and Central Asia to further this strategic push. Seen in this context, Georgia's aggression against South Ossetia, which quickly met powerful Russian resistance, may have been a provocation to create better conditions for expansion of the US/ NATO military presence in the area.

The Caucasus war could also influence the US presidential election, by tilting voter support towards Republican candidate John McCain. It is not a stretch to wonder if these events may be intended to help lay the groundwork for a US strike against Iran, with the long-range goal of imperialist seizure of that country's oil reserves. Such an attack would unleash a war of unforeseeable dimensions, costing millions of lives and spreading far beyond the borders of the Middle East.

In pursuit of its aim of global hegemony, imperialism is playing with fire, and Georgia's latest aggression is part of this wider pattern. The Communist Party of Canada urges full support for international attempts to contain and extinguish this conflict, and for an end to all imperialist meddling in the Caucasus.

 

Issued by the Central Executive Committee

Communist Party of Canada

August 14, 2008

 

 

21/08/2008

20/08/2008: Retrait immédiat des troupes françaises d'Afghanistan...

-------- Message original --------

Sujet: TROUPES FRANCAISES HORS D AFGHANISTAN
Date: Wed, 20 Aug 2008 20:35:54 +0000 (GMT)
Répondre à :: fischer02003@yahoo.fr



Retrait immédiat des troupes françaises d'Afghanistan


www.democratie-socialisme.org


L’actuelle guerre prolongée d'invasion et d'occupation de l'Afghanistan n'a rien à voir, contrairement à ce que prétendent Sarkozy, le va t ‘en guerre Kouchner (rapporteur pour Total en Birmanie) et Fillon avec la lutte contre le terrorisme. Bin Laden court toujours ! C'est une guerre pour le pétrole au service essentiel des intérêts américains. Hamid Karzaï, pachtoune, est l'homme de la RAND Corporation, formé et recruté aux USA, employé du pétrolier UNOCAL lié au vice-président Dick Cheney, dans le but de construire le pipe-line qui doit traverser l'Afghanistan et driver le pétrole d'Asie centrale. Karzaï avait collaboré et négocié, pour ce faire, avec les talibans lorsque ceux-ci étaient encore alliés des USA. Et c'est ce fantoche Hamid Karzaï qu'ils ont mis en en place et dont ils défendent par la violence le pouvoir à Kaboul.

S’ils aidaient vraiment le peuple afghan à s’émanciper, à se développer, ils auraient progressé depuis sept ans, vu les énormes moyens investis. Une petite partie de ces moyens auraient pu servir à construire une voie ferrée, des écoles et des hôpitaux. Mais comme leurs but de guerre ne sont pas du tout tout d’aider "le peuple afghan à se libérer des terroristes et des intégristes”, en dépit de 70 000 hommes de troupes internationales venues de 28 pays depuis 7 ans, ils ne parviennent à rien d’autre qu’à unifier contre eux le peuple afghan et à le ressouder avec les talibans. Au point qu’ils ont perdu le contrôle de plus de la moitié du pays. S’ils agissaient pour la population et si la population était de leur côté en serait-il ainsi ? Non.

Ce n’est pas le progrès qu’ils ont apporté en sept ans, mais la progression de la fabrication et de la vente de l’opium, dont le frère Ahmed Wali Karzai, est un des plus grands trafiquants du pays. Toutes les opérations brutales de police et d’occupation étrangère, menées la coalition américaine, dont 3000 français, au lieu d’isoler les intégristes Talibans, ont contribué à développer un sentiment national que les talibans exploitent.

C’est pourquoi cette guerre sera fatalement perdue : toute escalade nourrira les résistants afghans, et la défaite est au bout de chaque embuscade. Les Afghans sont chez eux, c’est leur terre, leur pays, ils ont le temps pour eux, les armées étrangères d’occupation perdront fatalement comme chaque fois que l’Afghanistan a été occupé depuis un siècle.

Sarkozy, qui avait, dans sa campagne électorale annoncé avec tambours et trompettes, le retrait des troupes françaises d’Afghanistan, et qui une fois élu, s’est démenti, en envoyant mille hommes de plus, est le responsable direct des 10 soldats morts et des 21 blessés tombés en embuscade le 19 août 2008. Il se rend à Kaboul ? S’il poursuit cette guerre, il sera obligé de s’y rendre souvent !

C’est pourquoi toute la gauche doit s’unir et convaincre le peuple français d’imposer au pouvoir sarkozyste le retrait immédiat de tous nos soldats d’Afghanistan.

Gérard Filoche, le 19 août 2008

17/08/2008

15/08/2008: Le menace se précise - rejoignez nous pour empêcher la guerre contre l’Iran !

Une armada d' agresseurs, d' envahisseurs, d'occupants et de tueurs "libérateurs" et "démocrates" ...
Bref, tout ce qu'il faut pour faire régner la Pax Americana sur le Monde ...
Ces gangsters du Texas n' arrêteront donc jamais ...
A remarquer que les comprères français et britanniques sont de nouveau de la partie..., la main sur la couture du pantalon.
RoRo


-------- Message original --------

Sujet: : BELLACIAO - Alerte : Armada US se dirige vers l'Iran - STOP WAR ON IRAN
Date: Fri, 15 Aug 2008 09:05:03 +0200
Répondre à :: melusine <melusine@nerim.net>
Pour :: sortir de l europe <sortirdeleurope@yahoogroupes.fr>

 
 

mercredi 13 août 2008 (01h49) :
Alerte : Armada US se dirige vers l’'Iran

Le menace se précise - rejoignez nous pour empêcher la guerre contre l’Iran !

Au moment même où nous écrivons, l’arrivée de nouveaux navires de guerre étatsuniens marquera le plus grand rassemblement de forces navales depuis la guerre du golfe de 1991.

Les porte-avions USS Theodore Roosevelt et USS Ronald Reagan, avec le navire d’assault amphibie USS Iwo Jima, sont en route vers le golfe persique pour renforcer les forces de frappes US dans la région, en compagne d’un navire britannique et d’un sous-marin français.

Ce mouvement se produit après l’opération Brimstone, un exercice militaire important comprenant des dizaines de navires de guerre des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et de la France dans l’océan Atlantique en préparation d’une confrontation éventuelle avec l’Iran.

Le USS Roosevelet, qui vient de participer à cet exercice, et l’USS Ronald Reagn rejoindront les deux groupes de navires de guerre dans la zone. (...)

Les navires actuellement en route vers le Golfe sont les suivants :

Carrier Strike Group Nine :

USS Abraham Lincoln (CVN72) nuclear powered carrier with its Carrier Air Wing Two

Destroyer Squadron Nine :
 
USS Mobile Bay (CG53) guided missile cruiser
USS Russell (DDG59) guided missile destroyer
USS Momsen (DDG92) guided missile destroyer
USS Shoup (DDG86) guided missile destroyer
USS Ford (FFG54) guided missile frigate
USS Ingraham (FFG61) guided missile frigate
USS Rodney M. Davis (FFG60) guided missile frigate
USS Curts (FFG38) guided missile frigate
Plus one or more nuclear hunter-killer submarines
 
Peleliu Expeditionary Strike Group :
 
USS Peleliu (LHA-5) a Tarawa-class amphibious assault carrier
USS Pearl Harbor (LSD52) assult ship
USS Dubuque (LPD8) assult ship/landing dock
USS Cape St. George (CG71) guided missile cruiser
USS Halsey (DDG97) guided missile destroyer
USS Benfold (DDG65) guided missile destroyer
 
Carrier Strike Group Two :
 
USS Theodore Roosevelt (DVN71) nuclear powered carrier with its Carrier Air Wing Eight
 
Destroyer Squadron 22 :
 
USS Monterey (CG61) guided missile cruiser
USS Mason (DDG87) guided missile destroyer
USS Nitze (DDG94) guided missile destroyer
USS Sullivans (DDG68) guided missile destroyer
USS Springfield (SSN761) nuclear powered hunter-killer submarine
IWO ESG Iwo Jima Expeditionary Strike Group
USS Iwo Jima (LHD7) amphibious assault carrier with its Amphibious Squadron Four
and with its 26th Marine Expeditionary Unit
USS San Antonio (LPD17) assault ship
USS Velia Gulf (CG72) guided missile cruiser
USS Ramage (DDG61) guided missile destroyer
USS Carter Hall (LSD50) assault ship
USS Roosevelt (DDG80) guided missile destroyer
USS Hartfore (SSN768) nuclear powered hunter-killer submarine
 
Carrier Strike Group Seven :
 
USS Ronald Reagan (CVN76) nuclear powered carrier with its Carrier Air Wing 14
Destroyer Squadron 7 :
USS Chancellorsville (CG62) guided missile cruiser
USS Howard (DDG83) guided missile destroyer
USS Gridley (DDG101) guided missile destroyer
USS Decatur (DDG73) guided missile destroyer
USS Thach (FFG43) guided missile frigate
USNS Rainier (T-AOE-7) fast combat support ship
 
Ce déploiement massif signifie que des centaines d’avions équipés d’armes nucléaires, des milliers de troupes et des destroyers capables de lancer des missiles de croisière équipés d’armes nucléaires, des "bunker busters" (briseurs de bunkers) ou des bombes à fragmentation seront prêts à frapper l’Iran. Tandis que la Russie est occupée par la crise en Géorgie, et la Chine avec les jeux olympiques, l’administration Bush pourrait penser que le moment est venu de frapper. Ce déploiement massif intervient au moment où les deux chambres du Congrés se préparent à voter une résolution qui autoriserait le blocus US (considéré comme un acte de guerre selon le droit international).

Le moment est venu d’agir.

Texte en anglais (8 aout 2008) :
http://bellaciao.org/en/spip.php?ar...


http://www.bellaciao.org/fr/spip.php?article69978
--

09/08/2008

09/08/2008: Alerte rouge dans le Caucase, que cherchent les Etats-Unis ?

-------- Message original --------

Sujet: russie-georgie
Date: Sat, 9 Aug 2008 12:53:06 +0200
De: bleitrach.danielle <bleitrach.danielle@wanadoo.fr>

 

Alerte rouge dans le Caucase, que cherchent les Etats-Unis ? par danielle Bleitrach

 

Il s’est produit des affrontements  militaires d’une trés grande gravité entre les armées du régime marionnette de Washington de Géorgie ( le Caucase du Nord ) et la republique autonome d’Ossétie du Sud appuyée par la Russie, y compris le bombardement hier de la capitale autonome de l’Ossétie, Tskhinvali. L’assaut de la Georgie qui a par ailleurs fait 15 morts de soldats russes de maintien de la paix dans leur caserne a entraîné une réaction de la Russie et on peut parler de guerre, avec entrée des chars russes, de l’aviation et de nombreux volontaires venus de l’Ossetie du nord.

Il y aurait eu dans l’attaque géorgienne contre l’Ossetie 1 400 morts, en majorité des civils, selon l’agence de presse russe Interfax, qui cite le chef des séparatistes ossètes, Edouard Kokoity.

Des avis contradictoires sur le nombre des victimes

La capitale ossète,Tskhinvali , a été investie par la Georgie qui a prétendu venir mater les “tendances spératistes”. On compte de nombreuses victimes, mais les communiqués venus des deux camps sont contradictoires. Un porte-parole de l’Agence des Nations unies pour les réfugiés en Ossétie du Sud a aussi indiqué que de nombreux immeubles et maisons avaient été détruits dans le combat.

La Russie n’a pas tardé à réagir, d’autant que des tirs géorgiens avaient tué dix soldats russes dans une caserne de la force de maintien de la paix, à Tskhinvali. Cent cinquante chars et véhicules blindés russes sont entrés en Ossétie du Sud, alors que, à Moscou, se tenait un conseil de sécurité sous la présidence de Medvedev. La Géorgie a fait état du bombardement de sa base aérienne de Vaziani, à 25 km de Tbilissi, par l’aviation russe.

En occident, on présente l’Ossétie commme ayant choisi le séparatisme, mais c’est oublier qu’à l’époque de l’URSS, l’Ossétie du Sud avait le statut de “région autonome” au sein de la RSS de Géorgie, qu’elle est peuplée par une population qui a souvent le double passeport et qu’elle est proche de l’Ossetie du Nord qui est restée russe.

En 1991, elle a proclamé son indépendance envers Tbilissi après la suppression de son autonomie par le premier président géorgien Zviad Gamsakhourdia. Tbilissi a perdu le contrôle du territoire sud-Ossète en 1992 à la suite d’un conflit meurtrier. La paix dans la zone du conflit osséto-géorgien est actuellement maintenue par un contingent composé de trois bataillons (russe, géorgien et ossète), fort de 500 hommes chacun  comme soldats de la paix.  Dans son attaque de l’Ossétie la Georgie a tué des soldats russes chargés de maintenir la paix.

La Georgie est devenue la marionnette des Etats-Unis

Dans ce conflit nous sommes devant le résultat du dépeçage de l’ex-URSS, dépeçage organisé par les Etats-Unis en particulier par le milliardaire Soros, homme de la CIA, qui a entredtenu une masse d’ONG provoquant des guerres civiles, des mouvements sociaux en profitant de la débandande des institutions et des pouvoirs. Le tout sur la décomposition de l’ancien appareil d’Etat soviétique et la ruée des apparatchiks vers l’appropriation privée des ressources nationales.

Georges Soros, le milliardaire américain a soutenu financièrement les mouvements étudiants géorgiens et le parti de Saakachvili. il a financé la carrière politique de Saakachvili depuis le début. Son influence continue aujourd’hui à être grande sur le nouveau gouvernement géorgien. Des ministres de l’actuel gouvernement sont des anciens collaborateurs du financier américain au sein de sa fondation.   Un certain nombre de jeunes conseillers de Saakachvili ont également été formés aux Etats-Unis dans le cadre des échanges universitaires mis en place et gérés par la Fondation privée de Soros. Le gouvernement américain, quant à lui, a doublé son aide économique bilatérale à la Géorgie depuis la révolution. Cette aide annuelle atteint donc aujourd’hui 185 millions de dollars. De plus, la Maison-Blanche est engagée dans un programme de formation des forces spéciales de l’armée géorgienne dans le cadre de la lutte contre le terrorisme islamiste dans la région avec l’aide d’Israël. Les Etats-Unis ont également débloqué de l’argent pour régler la facture énergétique de la Géorgie au lendemain de la révolution de novembre 2003. Il est évident que Soros qui y trouve ses propres intérêts financiers a joué en lien étroit avec la CIA un rôle dans la main mise directe des Etats-unis sur cette zone strétégique d’abord sur un plan énergétique mais pas seulement.(1)

C’est un scénario que l’on a vu s’appliquer dans bien d’autres endroits, cette “balkanisation”, vassalisation est partout y compris en Amérique latine, en Asie,  comme en Europe, le moyen d’asseoir la puissance étasunienne face à des pays rebelles. Aujourd’hui c’est l’avancée de l’OTAN, l’installation de missile dirigés contre l’iran mais en fait contre la Russie. Mais pourquoi envahir l’Ossétie indépendante de fait depuis de nombreuses années? S’agit-il de créer une situation irreversible avant le départ de l’actuel hôte de la maison Blanche? Si l’influence de Soros reste déterminante s’agit-il au contraire de jouer la carte dessinée par Obama du renforcement de l’intervention vers l’Afghanistan et vers une zone irano-orientale ?

Pourtant recemment Condolezza rice était à Tiblissi et on imagine mal que l’opération se soit faite sans son aval. Sous l’influence de Washington, qui souhaite l’intégration de la Georgie dans l’OTAN .

Depuis la Georgie est totalement vassalisée aux Etats-Unis et d’un point de vue militaire trés liée à Israël.  il est donc  peu probable que la Georgie ait lancé l’assaut sur l’Ossétie, tué dans leur caserne des soldats russes du contingent de la paix, sans l’accord des Etats-Unis.

Dans un premier temps la Géorgie, puissamment armée et entraînée par israël a contesté l’organe chargé de régler le conflit - la Commission mixte de contrôle - est coprésidé par la Russie, la Géorgie, l’Ossétie du Nord et l’Ossétie du Sud. Et a suivi le 7 août,  l’attaque contre l’Ossetie, le bombardement de sa capitale, les populations civiles qui fuient, on parle d’un désastre humanitaire et c’est enfin l’affrontement direct avec les forces russes.

Une attaque contre l’Ossétie mais aussi contre la Russsie

Aujourd’hui les dirigeants  politiques géorgiens  prétendent mener une opération de pacification. Tbilissi se dit prêt à arrêter le bain de sang si Tskhinvali [capitale sud-ossète] accepte une négociation directe [sans médiation russe], ce qui signifierait une capitulation des ossètes. Tbilissi promet par ailleurs d’octroyer à la république “une large autonomie au sein de la Géorgie et une aide humanitaire de 35 millions de dollars pour la reconstruction.” Le Premier ministre géorgien Vladimir Gourguénidzé a également proposé “une amnistie juridico-politique pour tous les hauts fonctionnaires de la république autoproclamée” tout en réitérant la volonté de Tbilissi de “poursuivre [l'action militaire] jusqu’au rétablissement de l’ordre“.

Dans son allocution à la nation, citée par l’agence d’information géorgienne Akhali Ambebi Sakartvelo, le président géorgien Mikhaïl Saakachvili a annoncé que dans la matinée du 8 août, “la majeure partie de l’Ossétie du Sud était libérée et contrôlée par les forces gouvernementales géorgiennes”. Il a ensuite accusé Moscou d’avoir envoyé des bombardiers SU-24 frapper les alentours de la ville géorgienne de Gori [à une cinquantaine de kilomètres de Tskhinvali] et les régions de Kareli et de Variani. Information catégoriquement démentie par la Russie : “C’est du délire, une énième provocation nauséabonde de Tbilissi”, a rétorqué un haut fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères russe, cité par Izvestia.

Le même jour ce “délire” sur le bombardement de Gori était relayé par toutes les agences de presse occidentales qui faisaient avec une belle unanimité de la Russie l’agresseur.

Le premier dirigeant russe  à avoir réagi à l’escalade de la violence a été le chef du gouvernement Vladimir Poutine. Depuis Pékin, il a regretté le non-respect par la Géorgie de la trêve olympique et a promis “une riposte à l’agression géorgienne“, rapporte le quotidien en ligne russe Vzgliad. L’agence russe Ria Novosti fait état des propos de Wladimir Poutine auprès de Bush affirmant que les peuple russe en particulier ceux du caucase n’accepteront une telle agression contre leur compatriote. Bush parait avoir manifesté de l’embarras. Pour sa part,  le président russe Dimitri Medvedev a promis de protéger la population civile ossète dont la majorité possède un passeport russe, informe Vzgliad. “Nous n’accepterons pas la mort impunie de nos concitoyens où qu’ils se trouvent“, a-t-il martelé. Selon Vzgliad, le jour même des troupes et des blindés russes franchissaient  la frontière russo-géorgienne et se dirigeraient vers Tskhinvali.

Les Etats-Unis par la bouche de Condoleezza Rice ont réclamé la fin de combat alors que la vraie question est leur implication dans l’assaut. Quant à la communauté internationale, l’OTAN, l’ONU et le Conseil de l’Europe ont appelé les parties à cesser le feu et à s’asseoir autour de la table des négociations. A l’heure actuelle, la pacification semble toutefois être un vœu pieux.

Le Caucase s’embrase ?

La fièvre monte du côté russe, en particulier dans le Caucase, l’agence de presse Ria novosti nous apprend que “les Cosaques ont lancé la formation de bataillons de volontaires pour faire face à une éventuelle aggravation de la situation en Ossétie du Sud, a annoncé mardi aux journalistes le chef (ataman) de la Troupe des Cosaques du Don, Viktor Vodolatski.
“Ces bataillons sont prêts à aller dès demain en Ossétie du Sud”, a indiqué l’ataman. Selon lui, les bataillons sont formés de Cosaques qui ont servi dans l’armée.  “Nous voulons que les meilleurs Cosaques qui défendront l’Ossétie du Sud et la Russie en fassent partie”, a souligné l’ataman.
Selon les responsables sud-ossètes, si la Géorgie déclenche une guerre contre la république autoproclamée, on fera appel à ces bataillons. “Dans ce cas-là, les Cosaques auront le statut de militaires sud-ossètes”, a précisé Anatoli Barankevitch, secrétaire du Conseil de sécurité de la république.  Ces deniers jours, a-t-il poursuivi, la Géorgie a multiplié ses provocations, “tuant, lors de tirs, six personnes et en blessant 13 autres”.
“Sur les six tués, trois sont des civils”, a-t-il rappelé, ajoutant que l’évacuation des femmes et des enfants des zones menacées par les tirs géorgiens avait été ordonnée le 2 août
.”

Au-delà de l’événement

Comme toujours on ne peut dire la véritable signification de l’événement - et a fortiori qui en sortira victorieux-  ne peut se comprendre qu’en le  renvoyant à la totalité historique qui lui donne sens.

Le fond est ce que nous avons décrit le dépeçage des marches de l’ex-Urss et la tentative de poursuivre l’assaut en particulier à travers l’Otan qui tente d’intégrer la Géorgie et l’Ukraine. Partout ont été installés par de pseudo- révolutions populaires et des élections achetées, manipulées des hommes de paille dont la politique consiste à s’approprier sous couvert de privatisation les ressources du pays, entraînant une aggravation de la situation des populations. Il faut également mesurer que l’entreprise est partie dès Gorbatchev , qui sous couvert de créer un pluripartisme a sollicité partout des partis “nationalistes” ou plutôt régionalistes issus de l’appareil, avec une propagande en faveur des autonomies puis des indépendances.

la Géorgie était l’une des Républiques où le niveau de vie était le plus élevé aux côtés des Pays baltes et certaines régions de la Russie occidentale. Quelques années après la chute de l’Union Soviétique,  la Géorgie  était dans le peloton de queue des républiques post-soviétiques. Si l’on prend les revenus par habitant, la Géorgie est aujourd’hui dans les trois ou quatre derniers pays de l’ex-Union soviétique. Le PIB a chuté de manière très spectaculaire : le PIB de 1993 représentait 17% de celui de 1989. Au lendemain de la disparition de l’URSS, il y a donc eu une décomposition totale du tissu économique. Depuis 1995-1996, la croissance est redevenue positive. A partir de 1998, la crise financière russe a marqué la Géorgie. La corruption et la criminalisation de l’économie sont également entrées en jeu à partir de la fin des années 90 entravant sérieusement le développement de l’économie. En matière économique, la Géorgie est ainsi devenue un pays en proie à des groupes d’intérêts politico-mafieux qui empêchaient tout investissement étranger. Les seules entreprises étrangères qui sont parvenues à s’implanter dans le pays, notamment dans la distribution d’électricité ou la production de vin ou d’eau minérale, ont du quitter le pays au bout de deux ou trois ans en raison de la pression de ces groupes criminels. Il y eu aussi des enlèvements d’hommes d’affaires a plusieurs reprises. 

La révolution de velours, menée en fait directement par les Etats-Unis avec des “experts” et politiciens directement importés de ce pays a été mené contre la corruption et les bandes mafieuses. Il a fait grand bruit de quelques arrestations de responsables politiques impliqués dans la corruption de l’ancien régime. Les ministres de l’Energie, des Transports, le directeur des chemins de fer ou encore le président de la Fédération géorgienne de Football ont ainsi figuré sur la ” black list ” de l’équipe Saakachvili.  Mais en fait il y a eu entente entre les nouveaux et les anciens dans le dépeçage et le peuple qui avait accueilli avec soulagement le changement d’équipe a rapidement déchanté.

Qu’est-ce qui peut donc expliquer cette offensive contre une région autonome depuis pas mal de temps et surtout contre l’armée russe ?  

Ce qu’il faut voir c’est que le Caucase du sud est une région stratégique d’une très grande hétérogénéité ethnique qui est la région qui sert de lien entre la Russie et l’Asie Mineure, et qui après la chute de l’URSS s’est convertie en une zone de tension et de conflits armées. Le gouvernement de georgie est un agent nord-américain, c’est un avocat new yorkais d’origine géorgienne Mijail Shajashvili, cette situation créée de toute pièce est un des principaux facteurs d’instabilité à cause de la politique intérieure de privatisation et d’hostilité à l’égard de russophones. Du côté Russe, la défense de dignité nationale par Poutine a d’abord consisté à enrayer le dépeçage et cette politique a été menée aussi  en s’appuyant sur la résistance des populations russophones à la soumission aux Etats-unis. on retrouve en ukraine un cas de figure comparable. On connait par ailleurs la manière dont la Russie a été conduite à créer autour d’elle un glacis d’alliance dont le plus célèbre est l’organisation de Coopération de shanghai, mais il faut également considérer l’organisation des riverains de la mer Caspienne proche de cette zone. Partout la Russie a sollicité des alliances défensives contre les assauts conjugués de pseudo terroristes et de séparatistes dirigés par des hommes de paille, avec intégration dans l’OTAN.

Parce que l’autre facteur de déstabilisation est le rôle que les etats-Unis et leur allié Israêl prétendent faire jouer à la Georgie.  La Georgie, en effet, constitue une des pièces du dispositif contre l’Iran autant qu’un des facteurs de démantélement de l’ex-Union Soviétique, voir de la Russie elle-même. C’est même une chaîne de poudrière qui comprend la Tchétchénie, le Daguestan avec ses réserves et l’enclave arménienne de Nagorno-Karabaj dans le territoire de l’ Azerbaidzhan. Pour bien mesurer l’ensemble il faut encore avoir en mémoire que se multiplient dans la même zone les agressions de la Turquie contre les Kurdes, le tout dans le contexte explosif de l’iran.

Derrière ces conflits ethniques il y a en effet le grand jeu pour le contrôle des gazéoduccs et oléoducs. C’est le gaz du Turkménistan et les réserves pétrolières d’Azerbadjian. Les Américains sont actifs depuis longtemps dans cette région en raison des ressources énergétiques de la Caspienne. Ils sont également entrain de déplacer leurs bases militaires de l’Europe de l’Ouest vers l’Europe de l’Est et l’Asie centrale officiellement dans le cadre de leur stratégie de lutte contre le terrorisme. Washington envisage notamment d’installer de nouvelles bases en Géorgie ou en Azerbaïdjan. La Géorgie est le véritable verrou stratégique du Caucase car c’est le seul pays qui a un accès à une mer ouverte et qui a une frontière très longue avec le Caucase russe. La Géorgie est un pays clef pour la stabilité régionale dans le Caucase

Alors que le conflit armé paraissait improbable, il semble que celui-ci ait été décidé ce qui est trés inquiétant pour l’embrasement de la zone. S’agit-il d’une mise à feu dont la poudrière serait l’Iran? Avec les Etats-Unis on peut s’attendre à tout.

Danielle bleitrach

(1) Cela dit Soros dont nul ne peut nier le rôle dans la destabilisation qui lui rapporte en général pas mal d’opérations financières est actuellement en crise ouverte avec le gouvernement Bush et un des plus gros soutiens financiers de Obama. C’est un personnage qui s’agite beaucoup mais est-ce lui qui tire les ficelles, on peut en douter, le complexe militaro-industriel étasunien se méfie de cet aventurier, l’utilise

 

02/05/2008

01/05/2008: La Clinton veut détruire l'Iran si....

Et dire que c'est une femme qui profère ce genre d'ineptie. 
ginette





01.05.2008 Edicom
L'Iran se plaint à l'ONU de propos tenus par Hillary Clinton
http://www.edicom.ch/fr/news/international/l-iran-se-plaint-a-l-onu-de-
propos-tenus-par-hillary-clinton_1188-5282828

L'Iran a formulé mercredi une plainte auprès des Nations Unies à la
suite de propos tenus par la sénatrice américaine Hillary Clinton durant
sa campagne électorale pour la Maison Blanche. Elle avait mis en garde
Téhéran contre une attaque contre Israël.

La candidate démocrate à l'investiture de son parti avait déclaré la
semaine dernière que si elle était élue présidente en novembre et que
les dirigeants iraniens lançaient une attaque nucléaire sur Israël, les
Etats-Unis seraient prêts à "totalement les réduire à néant".
L'ambassadeur adjoint de l'Iran aux Nations unies a adressé une lettre
au secrétaire général Ban Ki-moon et au président du Conseil de sécurité
dans laquelle il exprime la condamnation iranienne "d'une telle
déclaration, provocatrice, déplacée et irresponsable".

Mme Clinton avait tenu ces paroles sur la chaîne télévisée ABC. Elle
entendait par là faire savoir à Téhéran ce qu'elle serait prête à
décider en cas d'attaque nucléaire contre Israël, a-t-elle par la suite
précisé.

"Je veux que les Iraniens sachent que si je suis présidente, nous
attaquerons l'Iran (s'il attaque Israël)", avait-elle déclaré.

"S'ils tentent stupidement, lors de ces dix prochaines années, de lancer
une attaque contre Israël, nous serons en mesure de les réduire à
néant", avait-elle ajouté.

"C'est terrible de dire cela, mais ces gens qui dirigent l'Iran doivent
le comprendre, car cela les dissuadera peut-être d'entreprendre quelque
chose d'irréfléchi, de stupide et de tragique", avait-elle aussi poursuivi.

Dans sa lettre datée du 30 avril, l'ambassadeur adjoint Mehdi
Danesh-Yazdi a indiqué vouloir réaffirmer le rejet par l'Iran de toutes
les armes de destruction massive, y compris les armes nucléaires.

"De plus, je souhaite réaffirmer la position de mon gouvernement, selon
laquelle la République islamique d'Iran n'a l'intention d'attaquer aucun
autre pays", a-t-il ajouté.

"Néanmoins, l'Iran n'hésiterait pas à agir en légitime défense en
répondant à toute attaque contre la nation iranienne et en prenant des
mesures défensives appropriées pour se protéger", a-t-il encore dit.

SDA-ATS News Service


30.04.2008. Edicom
Arrivée dans le Golfe d'un second porte-avions de l'US Navy

http://www.edicom.ch/fr/news/international/arrivee-dans-le-golfe-d-un-
second-porte-avions-de-l-us-navy_1188-5275775

Le secrétaire américain à la Défense Robert Gates a indiqué mardi que la
marine américaine avait envoyé un second porte-avions dans le Golfe
arabo-persique. Ce geste selon lui peut être considéré comme un "rappel"
à l'intention de l'Iran.

M. Gates, qui effectuait un déplacement au Mexique, a toutefois souligné
qu'il ne s'agissait pas d'un renforcement à long terme de la présence
militaire américaine dans la région.

Il a également rejeté l'hypothèse selon laquelle l'arrivée du nouveau
bâtiment américain augurait d'une intervention militaire contre Téhéran.

"Ce déploiement avait été prévu de longue date", a déclaré Gates. "Je ne
pense pas que nous aurons deux porte-avions là-bas pour une durée
prolongée. Je ne considère donc pas cela comme une escalade. Je pense
que cela peut en revanche être perçu comme un rappel", a-t-il ajouté.

M. Gates n'a pas souhaité faire davantage de commentaires, ni fournir de
détails sur le déploiement.

Un porte-parole du Pentagone a par la suite indiqué que le second
porte-avions était arrivé mardi dans le Golfe en remplacement de celui
qui s'y trouvait, lequel doit quitter la région dans deux jours.

Les autorités de l'US Navy n'étaient pas disponibles dans l'immédiat
pour réagir à cette annonce.

SDA-ATS News Service

20:46 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Général | Lien permanent | Tags : actualite, democratie, imperialisme, liberte, information, silence, courcelles, belgique, usa, romain, histoire, general, guerre, colonialisme, medias, presse, television | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

18/04/2008

17/04/2008: Bush reçoit un camouflet au sommet de l’OTAN....

 -------- Message original --------
Sujet: EUROPE ET AMERIQUE
Date: Thu, 17 Apr 2008 20:22:12 +0000 (GMT)
Répondre à :: fischer02003@yahoo.fr


Bush reçoit un camouflet au sommet de l’OTAN

Par Stefan Steinberg
12 avril 2008

www.wsws.org

Lors du sommet de l´OTAN du week-end dernier à Bucarest, la capitale roumaine, le président américain George W. Bush eut à faire à une opposition européenne concertée contre ses plans de poursuite de l’élargissement de l’Alliance vers l’Europe de l’Est. Seul un compromis de dernière minute a permis au président américain de ne pas perdre la face. Selon la presse, les politiciens allemands en particulier se sont montrés contrariés et inquiets face à l’obstination du président américain d’accueillir rapidement la Géorgie et l’Ukraine dans les rangs de l’Organisation du traité de l’Atlantique-Nord.

Mercredi soir, lors du dîner officiel du sommet, l’opposition française et allemande aux projets de Bush s’est vue renforcée par le soutien de l’Italie, de la Hongrie et des pays du Benelux. Même le plus proche allié de Bush en Europe, le premier ministre britannique Gordon Brown, a déclaré qu’il était bien trop tôt pour l’OTAN d’accepter les deux anciennes républiques soviétiques.

Lors du dîner qui a duré deux heures de plus que prévu, Bush aurait finalement reconnu qu’il ne lui serait pas possible de faire accepter sa proposition. Selon un haut fonctionnaire du gouvernement américain, « la discussion avait plutôt mobilisé les Européens » et plusieurs alliés européens se sont énervés à cause de l’attitude de Bush. Dans le but évident de donner une tournure favorable au différend, le même fonctionnaire a déclaré: « On était tout à fait divisé, mais c´était une bonne division. »

Mercredi soir, après d’intenses délibérations entre le ministre des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier allemand (SPD) et la secrétaire d’Etat américaine, Condoleezza Rice, un compromis fut finalement trouvé. La formulation acceptée jeudi par les participants au sommet omet de façon évidente d’avancer le moindre calendrier pour l’adhésion de la Géorgie et de l’Ukraine. Le compromis fut largement considéré comme un moyen de permettre au président américain de sauver la face et comme une victoire de la diplomatie allemande.

Dans leurs comptes-rendus des tensions survenues au sommet de Bucarest entre les Etats-Unis et leurs alliés européens, les journaux allemands ont ouvertement qualifié le comportement du président américain de provocation visant à diviser l’alliance.

Dans le Süddeutsche Zeitung, Stefan Cornelius a rapporté que la chancelière allemande, Angela Merkel (CDU), avait clairement fait comprendre au président américain il y a un an que l’Allemagne était opposée à toute adhésion à court terme de la Géorgie et de l’Ukraine à l’OTAN. Lors de plusieurs vidéoconférences avec Washington tenues ces derniers mois, Merkel avait réitéré que l’Allemagne n’était pas disposée à céder sur ce point. Jusqu’à la semaine dernière, les diplomates allemands avaient été confiants qu’une solution diplomatique serait trouvée pour résoudre la question tout en évitant un conflit ouvert lors du sommet.

Cette option allait échouer suite aux déclarations faites cette semaine à plusieurs reprises par le président Bush et dans lesquelles il insistait sur un calendrier de négociations en faveur d’une entrée rapide des deux pays dans l’Alliance atlantique. Mardi, Bush apparaissait à Kiev aux côtés du président ukrainien Viktor Iouchtchenko pour déclarer que « les Etats-Unis soutenaient entièrement [sa] demande » d’intégration à l’OTAN.

Moscou a répondu sur-le-champ à la proposition de Bush. Le ministre russe adjoint des Affaires étrangères, Grigory Karasin, a réitéré qu´une adhésion ukrainienne à l’OTAN entraînerait une crise profonde dans les relations russo-ukrainiennes et l’envoyé de la Russie auprès de l’OTAN, Dmitry Rogozin, a déclaré que, si l’Ukraine et la Géorgie étaient accueillies dans le soi-disant Plan d’action en vue de l’adhésion (Membership Action Plan, MAP), cela « marquerait un point de non retour dans les relations de son pays avec l’Alliance. »

Ecartant toute critique de ses projets, Bush a repris mercredi dans la capitale roumaine le thème de l’élargissement de l’OTAN devant un auditoire de 500 dirigeants du monde politique et des affaires ainsi que lors d’une réunion du fonds Marshall allemand.

Suite à quoi le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a réprouvé les propos de Bush, qualifiant sa proposition d´élargissement « d’artificielle et de tout à fait inutile » et lançant un avertissement ostensible depuis la Douma (le parlement) à Moscou… « Quand cela se passera, notre réponse ne se fera pas attendre, je vous l’assure. »

Le ministre des Affaires étrangères allemand, Frank-Walter Steinmeier, a déclaré mardi dans une interview accordée au Leipziger Volkszeitung qu’il existait beaucoup de scepticisme en Europe quant au soutien américain à l’entrée de la Géorgie et de l’Ukraine à l’OTAN. Steinmeier a dit qu’après la « difficile décision sur la reconnaissance du Kosovo, il est clair que nous avons atteint, en ce qui concerne notre politique étrangère, le seuil de tolérance de la Russie. »

Steinmeier, tout comme Merkel, avance l´argument que ni la Géorgie sous son président de la république autoritaire Mikheïl Saakaschvili ni l’Ukraine où une grande majorité de la population est opposée à l’adhésion à l’OTAN, ne sont prêtes pour rejoindre l’alliance.

Dans son article de tête sur l’ouverture du sommet, la Süddeutsche Zeitung a commenté : « la stratégie de confrontation de Bush dès le début du sommet a été décrite par les diplomates d’extraordinaire parce qu’elle aurait pu conduire à ce que soit le président soit son adversaire, en l’occurrence la chancelière allemande, y perde la face… »

L’avenir de l’OTAN en jeu

A l’époque de la guerre froide, l’OTAN avait été la pierre angulaire de la politique militaire occidentale sur la scène internationale. A présent, deux décennies après l’effondrement de l’Union soviétique et dans des conditions de crise financière et politique croissante aux Etats-Unis même, certains commentateurs politiques soulignent que l’apparition de divergences profondes entre l’Europe et les Etats-Unis est une menace pour l’existence même de l’alliance.

Dans un article publié dans le journal britannique Independent et intitulé : « N’est-il pas temps de dissoudre l’OTAN maintenant que la guerre froide est finie ? », Adrian Hamilton énumère un certain nombre de sujets de désaccords au sommet de Bucarest : « Les participants sont en désaccord au sujet de l’élargissement vers l’est, les Etats-Unis, soutenus par les membres plus récents, insistant pour une adhésion de la Géorgie et de l’Ukraine malgré le doute exprimé publiquement par l’Allemagne et l’opposition farouche de la Russie. Les membres du noyau central [de l´alliance] sont en désaccord au sujet de leur contribution individuelle à la guerre en Afghanistan. Même la question relativement peu controversée de l’intégration de la Macédoine dans l’organisation est menacée de veto par les Grecs si le nouveau membre refuse de changer de nom. »

Hamilton poursuit : « S’il s’agissait d’une famille, elle pourrait se mesurer aux Royal Tenenbaums [dans le film du même nom de Wes Anderson] et remporter la palme du dysfonctionnement. » Et il conclut : « La perspective angoissante qui règne à Bucarest est qu’en permettant que l’OTAN ne soit poussée dans une nouvelle direction avant que soit réglée la difficile question de son avenir, on risque de détruire l’alliance toute entière. »

L’avenir de l’OTAN fut également abordé par l’ancien ministre des Affaires étrangères allemand, Joschka Fischer, qui considère que le conflit grandissant entre l’Allemagne et les Etats-Unis est au cœur des différends survenus à Bucarest.

Fischer a écrit dans le journal Die Zeit de lundi : « L’avenir de l’OTAN en tant qu’Alliance mondiale pour l’intervention et la sécurité n’est pas à l’ordre du jour officiel du sommet de l’OTAN à Bucarest mais c’est précisément ce dont il sera question. »

En énumérant trois questions fondamentales du sommet, l’Afghanistan, l’élargissement de l’OTAN, les relations OTAN-Russie, Fischer conclut : « Il est remarquable que sur les trois questions décisives de Bucarest, le gouvernement allemand soit en opposition au gouvernement Bush. »

Il vaut la peine d’examiner les commentaires de Fischer de plus près. Contrairement à son prédécesseur, le dirigeant du SPD Gerhard Schröder, Angela Merkel a déclaré soutenir l’invasion américaine de l’Irak en 2003. Si elle avait été au pouvoir à l’époque, des troupes allemandes seraient très probablement engagées dans le bourbier irakien à l´heure qu´il est.

Depuis sa prise de pouvoir en 2005, elle s’est efforcée de surmonter la rupture qui était survenue dans les relations avec les Etats-Unis suite au refus de Schröder de défendre ouvertement l’invasion et l’occupation américaines de l´Irak. Il n’y a pas l’ombre d’un doute quant à la crédibilité atlantiste de Merkel. Mais à présent, selon Fischer, la chancelière allemande est, en dépit de ses efforts, en désaccord avec le président américain sur trois questions cruciales de la politique étrangère.

L’Allemagne est très certainement désireuse de maintenir de bonnes relations de travail avec la Russie, pays dont dépend fortement son approvisionnement en énergie. Les tentatives actuelles de Washington de raviver la guerre froide, la Russie jouant le rôle de l’ancienne Union soviétique, ne suffisent pourtant pas à expliquer l’intensité des conflits existant entre l’Allemagne et son allié d’après-guerre le plus étroit. Après la Deuxième Guerre mondiale, les nations occidentales européennes, et l’Allemagne en particulier, ont considéré les Etats-Unis comme un bastion de stabilité économique et politique.

Etant en mesure de compter sur le soutien économique et militaire des Etats-Unis dans le cadre de l’OTAN, il fut possible à l’Allemagne et aux autres pays européens de s’occuper de la reconstruction de leurs économies nationales après la guerre. Après l’effondrement de l’Union soviétique en 1991, les Etats-Unis furent considérés dans les milieux politiques influents, en Europe de l’Est comme de l’Ouest, comme un modèle de développement économique et politique.

Aujourd’hui, au début du 21e siècle, la donne est tout à fait différente. Le premier grand coup porté contre l’OTAN durant ce siècle fut donné par le gouvernement Bush avec la mise en place de la « coalition des volontaires » pour l’aider à mener sa guerre contre l´Irak et à s’assurer les ressources de pétrole du Proche-Orient. La formation d’une coalition de puissances hors des structures internationales existantes dont les Etats-Unis avaient été les pionniers après la Seconde Guerre mondiale, fut correctement interprétée par les puissances européennes comme une tentative de la part de Washington de compenser le déclin de son influence au sein de l’ONU et de l’OTAN.

A la débâcle des cinq années de guerre en Irak s’ajoutent à présent les revers qui se multiplient pour les troupes de la coalition en Afghanistan. Bush s’est rendu à Bucarest avec la ferme intention de réclamer que davantage de troupes combattent dans ce pays ravagé, mais les dirigeants européens sont tout à fait conscients à quel point cette guerre est impopulaire aux yeux de leurs électorats respectifs.

Seul le président français, Nicolas Sarkozy, a réagi au récent appel de Bush en acceptant, sans information de son parlement, d’envoyer 700 soldats français supplémentaires dans l’est de l’Afghanistan. Pour donner une idée des proportions : le commandant en chef de la force internationale de l’OTAN en Afghanistan, le général américain Dan McNeill, a déclaré il y a une semaine que plus de 400.000 hommes étaient nécessaires pour que l’alliance menée par les Etats-Unis puisse combattre efficacement les talibans dans la région. Après sept années de guerre, en plus des signes d’une activité accrue des talibans, McNeill dispose actuellement de moins de 60 000 hommes.

Fischer, au même titre que Merkel, est tout à fait conscient de la dette que le capitalisme de l’Allemagne d’après-guerre a envers les Etats-Unis mais il considère que le gouvernement Bush est trop « faible » et trop « incompétent » pour mener à bien cette besogne en Afghanistan. Fischer affirme que l’Allemagne doit surmonter ses scrupules, envoyer des troupes de combat dans des zones dangereuses et aider les Etats-Unis à tirer les marrons du feu en déployant des soldats dans les régions du sud du pays ravagé par la guerre.

Durant les derniers mois du mandat de Bush, la politique étrangère du président américain revêt un caractère de plus en plus imprévisible et agressif. Ceci a sonné l’alarme dans les milieux politiques européens tout en obligeant les puissances européennes à adopter une attitude de plus en plus indépendante en matière de sécurité et de défense.

L’influent magazine politique allemand IP (Internationale Politik) avait déjà publié des débats sur l’avenir de l’OTAN dans la période précédant le sommet de Bucarest. S’exprimant contre une poursuite de l’alliance, l’expert hollandais de la défense, Peter van Ham, y a affirmé : « Ce n’est qu’une question de temps avant que l’UE ne remplace l’OTAN comme garant de la sécurité et de la défense en Europe. » Ham a accusé les Etats-Unis d’avilir l’OTAN : « Pour eux, l’OTAN n’est rien moins qu’une sorte de saloon où le shérif américain rassemble rapidement sa bande pour traquer les méchants. En mobilisant leur alliance, les Etats-Unis peuvent acquérir le cachet de la légitimité internationale sans que leur marge de manœuvre en matière de politique extérieure ne soit réduite. »

Argumentant contre cette position, un expert plus expérimenté en matière de sécurité, le professeur Karl Kaiser, rappelle que l’objectif initial de la construction de l’OTAN n’avait pas été de combattre une menace extérieure, mais d’empêcher la guerre entre les Etats-membres. En d’autres termes, les pressions centrifuges évidentes à Bucarest et qui menacent à présent de faire éclater l’OTAN, créent également les conditions pour de nouvelles confrontations militaires entre les principales puissances militaires.

(Article original paru le 4 avril 2008)

19:43 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Général | Lien permanent | Tags : histoire, courcelles, romain, actualite, medias, guerre, usa, otan, belgique, silence, democratie, imlperialisme | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

05/04/2008

04/04/2008: Elargissement de l'OTAN limité à la Croatie et à l'Albanie...


En fait les ex-"satellites" de l' Urss, les uns après les autres, sont occupés à devenir les satellites des Usa, de l' Euro-dictature et de l' Otan. Les marionnettes mises au pouvoir dans ces pays par les ricano-otano-occidentaux, avec tous les appuis et subsides du Monde "libre" capitaliste font leur maximum. Tu parles de la "Liberté et de "l'Indépendance nationale" retrouvées ... C'est la soumission totale ... aux intérêts du capitalisme et de l' impérialisme pour la domination et monde et le pillage colonialiste des richesses des autres nations
RoRo



-------- Message original -------- Sujet:
Un nouvel article sur le blog atlasalternatif.over-blog.com
Date: Fri, 4 Apr 2008 19:15:33 +0200 (CEST)
Répondre à :: <newsletter@over-blog.com>
Pour :: <roger.romain@skynet.be>


Un nouvel article sur le blog atlasalternatif.over-blog.com

Vous recevez cet email car vous vous êtes abonné au blog atlasalternatif.over-blog.com

Elargissement de l'OTAN limité à la Croatie et à l'Albanie

Les Etats-Unis, le Canada et les pays d'Europe centrale voulaient élargir l'OTAN à l'Ukraine et à la Géorgie. La France et l'Allemagne, soucieuses de ménager la Russie, ont fait échouer le proje ...

Pour lire la suite cliquez ici


© 2008 atlasalternatif.over-blog.com

Pour ne plus recevoir d'email d'alerte lors de la publication d'un nouvel article sur le blog atlasalternatif.over-blog.com,

14:59 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Général | Lien permanent | Tags : democratie, liberte, europe, imperialisme, histoire, actualkite, romain, courcelles, medias, usa, cia, guerre, silence, otan, belgique, colonialisme, euro-dictature | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |