04/07/2010

14/10/09: Kosovo: Menace d'un nouveau conflit en Europe...

 

Sent: Wednesday, October 14, 2009 9:38 PM
To:
Subject: [romain : paix_socialisme_communisme] : Menace d'un nouveau conflit en Europe

 

 


 

Menace d’un nouveau conflit en Europe : Une Grande Albanie parrainée par l’Occident par Rick Rozoff

lundi 12 octobre 2009, par Comité Valmy


 

L’Europe peut être perchée au-dessus du précipice de son premier conflit armé depuis les 78 jours de bombardement de la guerre de l’OTAN contre la Yougoslavie en 1999 et l’invasion armée de la Macédoine qui a suivi lancée à partir du Kosovo occupé par l’OTAN deux ans plus tard.

Avec l’accession formelle, en avril, de l’Albanie à l’OTAN comme membre à part entière et la victoire de la réélection (au moins formellement) qui a suivi, du premier ministre de la nation Sali Berisha, le théâtre est prêt pour la réalisation du projet de nouveau retraçage des frontières de l’Europe du Sud-est à la recherche d’une grande Albanie.

Les étapes précédentes dans cette direction ont été la guerre menée par les États-Unis et l’OTAN contre la République Fédérale de Yougoslavie il y a dix ans pour le compte de l’ainsi dite Armée de Libération du Kosovo (AKL, en albanais UÇK) et de connivence avec elle, une violation criminelle du droit international qui s’est terminée par l’arrachage de la province serbe du Kosovo en même temps à la Serbie et à la Yougoslavie.

50 000 soldats de l’OTAN versés dans le Kosovo en juin 1999, accompagnés par les dirigeants et les combattants de l’ALK basés en Albanie, sous les auspices de la Résolution 1244 des Nations Unies qui, entre autres, condamnait les "actes terroristes commis par l’une ou l’autre partie "et" [réaffirmait] l’engagement de tous les états membres pour la souveraineté et l’intégrité territoriale de la République Fédérale de Yougoslavie et des autres états de la région, conformément à l’acte final d’Helsinki et à l’annexe 2".

Les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN n’avaient pas l’intention de respecter les dispositions de la résolution 1244 de l’ONU et ils ont montré leur mépris pour un document qu’eux-mêmes avaient signé en réarmant les combattants de l’ALK, qui pendant des années avaient attaqué, enlevé et assassiné des civils de toutes provenances ethniques et en transformant l’ancien groupe armé sécessionniste en Corps de Protection du Kosovo.

La Résolution 1244 de l’ONU ordonnait expressément que l’ALK et ses gangsters affiliés devaient être désarmés, alors les puissances de l’OTAN ont contourné cette exigence par un tour de passe-passe en fournissant à l’ALK de nouveaux uniformes, de nouvelles armes et un nouveau nom. Mais pas un nouveau commandant. Celui qui a été choisi pour ce rôle a été Agim Ceku, commandant de l’armée croate durant la brutale campagne Opération Tempête de 1995 "la plus grande offensive terrestre européenne depuis la seconde guerre mondiale" [1] - et chef d’état-major de l’ALK au cours de sa guerre commune avec l’OTAN contre la Yougoslavie quatre ans plus tard.

Encouragée par le soutien militaire de l’Occident dans la réalisation de son programme séparatiste, l’ALK a lâché ses groupes affiliés contre la Serbie du Sud et la Macédoine : l’Armée de Libération de Presevo, Medveda et Bujanovac dans le premier cas à partir de 1999 et l’Armée de Libération Nationale dans le second, qui a commencé les attaques à l’intérieur de la Macédoine à partir de sa base au Kosovo en 2001.

Seule la capitulation du gouvernement de la Serbie après octobre 2000 et un semblable fléchissement sous la pression - pression occidentale – du gouvernement de la Macédoine en 2001 ont satisfait les longues attentes des extrémistes armés pan-albanais dans les deux nations pour une éventuelle unification au-delà des différentes frontières nationales avec le soutien des États-Unis et de leurs alliés de l’OTAN.

La confirmation décisive du soutien occidental est arrivée en février 2008 avec la déclaration unilatérale d’indépendance des forces séparatistes du Kosovo. L’ancien chef de l’ALK et protégé de l’Amérique Hashim Thaci, alors premier ministre en titre, a proclamé la sécession d’avec la Serbie et la plupart des nations de l’OTAN se sont précipitées pour gratifier l’entité illégale d’une reconnaissance diplomatique.

Vingt mois après, plus des deux-tiers des pays du monde, y compris la Russie, la Chine et l’Inde, n’ont pas légitimé cette abomination par la reconnaissance, mais l’Occident est resté inébranlable dans son mépris pour le droit international et dans le soutien apporté aux extrémistes violents au Kosovo, qui ont des ambitions plus vastes pour l’ensemble de la région, ambitions encouragées par l’appui consistant des États-Unis et de l’OTAN et la conviction que l’Occident poursuivra ce soutien à l’avenir.

L’Albanie étant maintenant un état membre à part entière de l’OTAN et en tant que tel sous la protection de la clause d’assistance militaire mutuelle de l’article 5 de l’Alliance, les appels à une Grande Albanie au détriment du territoire de plusieurs autres pays européens sont devenus plus forts et plus acharnés.

En réponse à la campagne grandissante pour étendre le modèle du Kosovo au sud de la Serbie à la Macédoine, au Monténégro et même en Grèce (Épire), il y a deux mois le Ministre des Affaires étrangères russe Sergei Lavrov a admonesté les nations qui envisagent de reconnaître le statut d’état du Kosovo en leur conseillant de "réfléchir très attentivement avant de prendre cette décision très dangereuse qui aurait un résultat imprévisible et qui n’est pas bonne pour la stabilité de l’Europe. » [2]

Neuf jours plus tard le premier ministre albanais Berisha a déclaré sans détours que « le projet de l’unité nationale de tous les Albanais devrait être un phare directeur pour les politiciens en Albanie et au Kosovo. » Il a dit avec insistance que « l’Albanie et le Kosovo ne doivent en aucun cas se considérer mutuellement comme des états étrangers. » [3]

Un commentateur russe a répondu à cette déclaration en avertissant que "toute tentative de mise en œuvre de l’idée d’une Grande Albanie est similaire à la réouverture d’une boîte de Pandore. Cela pourrait déstabiliser la situation dans les Balkans et déclencher une guerre sur le continent, semblable à celle de la fin des années 1990." [4]

Parlant du " projet d’une soi-disant Grande Albanie qui embrasse tous les territoires des Balkans où vivent des Albanais ethniques, y compris le Kosovo, certaines régions de la Macédoine, le Monténégro et plusieurs autres pays ", l’analyste politique russe Pyotr Iskenderov a dit que « la déclaration de l’indépendance du Kosovo et la reconnaissance de cet acte illicite par les États-Unis et les principaux membres de l’Union Européenne ont stimulé la mise en œuvre de l’idée d’une soi-disant Grande Albanie. » [5]

Le reste de la Serbie est également affecté - la vallée de Presevo dans le sud de la nation où la Serbie proprement dite, le Kosovo et la Macédoine se rejoignent - et pareillement la Grèce si l’on doit croire un rapport de 2001. À l’époque Ali Ahmeti, fondateur et commandant de l’ALK, puis chef de l’Armée Nationale de Libération (ANL) qui avait commencé à lancer des attaques meurtrières contre la Macédoine depuis sa base dans la ville de Prizren au Kosovo, a été signalé comme ayant glorifié une Armée de Libération de Chameria dans la région d’Epire du Nord-Ouest de la Grèce, une armée équipée d’un arsenal d’armes impressionnant.

Le drapeau national introduit après février 2008 contient une esquisse du Kosovo avec six étoiles blanches au-dessus de lui. Alors qu’il n’a pas été reconnu pour des raisons évidentes, les étoiles sont supposées représenter les nations ayant des populations albanaises ethniques : le Kosovo, l’Albanie, la Serbie, la Macédoine, le Monténégro et la Grèce.

L’entraînement militaire et l’aptitude au combat des groupes séparatistes et irrédentistes pan-Albanais sont en train d’être augmentés à un niveau plus élevé que jamais auparavant par les principaux pays de l’OTAN. En mars la Force du Kosovo dirigée par l’OTAN (KFOR) a commencé à remanier le Corps de Protection du Kosovo, lui-même un avatar de l’Armée de Libération du Kosovo, en une armée nationale embryonnaire, la Force de Sécurité du Kosovt o, dont le chef d’état-major est le Lieutenant General [1] Sylejman Selimi venant en transition directe du poste de commandant du Corps de Protection du Kosovo. Un sympathique reportage d’information de décembre dernier a décrit plus précisément son nouveau poste comme Chef d’Etat-major de l’Armée de la République du Kosovo. [6]

La Force de Sécurité du Kosovo (FSK) comme le Corps de Protection du Kosovo avant elle est vantée dans les cercles occidentaux comme une prétendue force de police multiethnique ; elle n’est ni multiethnique, ni une force de police, mais une armée naissante, une armée que l’autoproclamé président du Kosovo, le président Fatmir Sejdiu en juin dernier a caractérisée comme étant "une force moderne qui se construit en conformité avec les standards de l’OTAN". [7]

Dans le même mois l’OTAN a annoncé que l’armée du Kosovo prototype serait prête en septembre et "que l’OTAN devrait augmenter ses capacités de contrôle au sein de la FSK afin d’assurer le meilleur renforcement des capacités de la FSK ". [8]

Un rapport antérieur du Kosovo a également démontré que les nouvelles forces armées de l’entité illégitime ne seraient rien d’autre qu’un accessoire militaire de l’OTAN : « La force de sécurité doit être entraînée par des officiers de l’armée britannique, les uniformes ont été fournis par les États-Unis et les véhicules ont été fournis par L’Allemagne.

« La Force de Sécurité du Kosovo doit être conforme aux standards de l’OTAN. » [9]

En février l’Italie a annoncé qu’elle ferait un don de 2 millions d’euros et l’ Allemagne qu’elle donnerait 200 véhicules militaires pour l’armée dans le processus. Le Commandant suprême allié de l’OTAN en Europe de l’époque, le général John Craddock, s’est rendu au Kosovo pour lancer la création de la Force de Sécurité du Kosovo et il a visité le Camp d’Entrainement National de la FSK à Vucitrn, voyage au cours duquel il a dit "Je suis satisfaits de l’état d’avancement à ce jour. À la fin de la première phase de recrutement nous avons quelque 4.900 candidats pour environ 300 postes dans la FSK dans cette première tranche de recrutement ". [10]

En mai de cette année, le Ministère de la Défense britannique a signé un accord avec la Force de Sécurité du Kosovo balbutiante pour "donner une formation aux membres de la FSK en différents domaines conformément aux standards de l’OTAN."

L’Ambassadeur britannique au Kosovo Andrew Sparks a été cité comme disant "Nous espérons qu’après la signature de cet accord et l’expansion de notre coopération, le Kosovo parviendra à devenir un membre de l’OTAN." [11]

Comme les soldats d’Albanie auxquels l’OTAN a apporté une expérience des zones de combat en Irak et en Afghanistan, la nouvelle armée du Kosovo sera, comme les forces armées des autres nouvelles nations de l’OTAN, utilisée pour les guerres à l’étranger. Un exemple récent, en août le chef du Quartier Général de la Macédoine, le General Lieutenant Colonel Miroslav Stojanovski, "a souligné que plus d’ un quart de la composition des unités du service combattant de l’AMR (Forces Armées Macédoniennes), soit 1.746 soldats ont participé aux missions de paix," ce qui signifie les déploiements de l’OTAN. [12] Cependant plus de soldats macédoniens ont été tués en 2001 par l’Armée de Libération Nationale avatar de l’ALK qu’il y en a de morts à ce jour en Afghanistan et en Irak.

Un rapport d’information de mai dernier a apporté davantage de détails sur l’envergure initiale et l’objectif à long terme de la nouvelle armée du Kosovo : "Selon la Constitution de la République du Kosovo, la FSK est censée avoir 3 000 soldats actifs et 2 000 réservistes. Ils sont organisés conformément aux standards de l’OTAN. Il y a également la possibilité de leur déploiement à l’étranger, garantie de la situation mondiale dans l’avenir." [13]

Lorsque le nouveau Secrétaire général de l’OTAN Anders Fogh Rasmussen a rendu sa première visite en tant que tel au Kosovo en août pour rencontrer le Commandant de la KFOR Giuseppe Emilio Gai, le Président du Kosovo Fatmir Sejdiu, le premier ministre Hashim Thaci et le Ministre des Forces de Sécurité du Kosovo Fehmi Mujota, "le Président du Kosovo Fatmir Sejdiu a déclaré qu’il espère que l’état participera aux opérations de maintien de la paix de l’OTAN à l’étranger. » [14] L’Afghanistan est le premier déploiement apparent.

Six ans plus tôt Agim Ceku avait offert les troupes du Corps de Protection du Kosovo aux États-Unis en vue de la guerre et de l’occupation en Irak comme contrepartie du maintien des troupes de l’OTAN au Kosovo.

L’OTAN a déployé des soldats venant de nations comme la Géorgie, l’Azerbaïdjan, l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne et la Finlande en Afghanistan pour la formation dans le cadre des conditions de combat dans la réalité, pour les utiliser plus près de chez eux une fois revenus comme l’ont reconnu ouvertement des officiers des armées des nations ci-dessus nommées. Plusieurs milliers de soldats d’Albanie et du Kosovo endurcis par les opérations dans la zone de guerre afghane seront de formidables forces combattantes pour de futurs conflits dans les Balkans.

La distinction entre les forces armées de l’Albanie et du Kosovo, devient en grande partie académique. En août le premier ministre albanais Berisha a publié un déclaration sans équivoque selon laquelle "l’idée d’unité nationale est fondée sur les principes et les idéaux européens.... De ce fait le Premier ministre du Kosovo Hashim Thaci, et moi-même travaillerons en vue de la suppression de tous les obstacles qui empêchent les Albanais de de sentir unis quel que soit l’endroit où ils vivent," ajoutant que " il ne doit pas y avoir d’administration des douanes et l’Albanie et le Kosovo ne devraient pas se considérer mutuellement comme des pays étrangers...." [15]

L’Albanie est maintenant un membre complet de l’OTAN et comme l’Alliance elle-même pourrait être appelée à réagir si les autorités du Kosovo provoquaient une confrontation avec des voisins comme la Serbie, et la Macédoine et l’Albanie insistent pour affirmer qu’elles et le Kosovo ne sont pas des "pays étrangers." Si l’Albanie intervient au nom de sa « nation frère » dans un conflit militaire avec un adversaire non-Alliance, l’OTAN deviendra impliquée ipso facto.

En septembre, les ministères des affaires étrangères de la Russie et de la Roumanie ont exprimé leurs graves préoccupations concernant l’évolution dans et se rapportant au Kosovo. La Roumanie est un des trois seuls pays membres de l’OTAN qui n’ont pas reconnu l’indépendance du Kosovo, les deux autres étant l’Espagne et la Slovaquie. Toutes ces trois nations craignent que le précédent du Kosovo puisse contribuer à l’éclatement par la force de leurs propres pays.

Le porte-parole du ministère russe des affaires étrangères, Andrei Nesterenko, a déclaré qu’un " conflit potentiel considérable " persistait au Kosovo et qu’il attendait des représentants de la communauté internationale qu’ils agissent avec impartialité pour empêcher de "nouvelles provocations anti-serbes".

Il a ajouté que "les événements dans la province montrent qu’un conflit potentiel considérable " demeure et que les plus récent affrontements inter-ethnies ont été un résultat du désir des Albanais du Kosovo pour compresser à tout prix le territoire serbe ethnique" et que "dans l’ensemble, le problème du Kosovo reste un des plus sérieux problèmes posés à la sécurité de la région. » [16]

Nullement découragée, l’OTAN a annoncé le 16 septembre sur son site web de la KFOR que « la Force de Sécurité du Kosovo (FSK) a acquis la capacité opérationnelle initiale (COI).

« La décision a été rendue après l’exercice Lion Agile, qui était le point d’aboutissement d’un peu plus de sept mois de dur labeur de la KFOR et de la FSK pour recruter, former et équiper la force.

« Le prochain objectif de la FSK est de parvenir à la pleine capacité opérationnelle. La KFOR va encadrer et soutenir ce processus qui devrait prendre 2 à 5 ans. » [17]

Le jour précédent le nouvel ambassadeur U.S. au Kosovo, Christopher Dell, avait signé le premier accord interétat des États-Unis avec l’entité dissidente, démontrant "l’engagement de l’Amérique pour un Kosovo indépendant," avec Fatmir Sejdiu et Hashim Thaci. Le président putatif Sejdiu a déclaré à l’occasion : "Cet accord élève cela au niveau de la coopération d’état entre les États-Unis et le Kosovo, pas seulement par le biais des divers organismes des USA et du Kosovo, comme ce fut le cas jusqu’à maintenant. » [18]

Ce que l’extension du "Kosovo indépendant" laisse présager a été indiqué fin septembre lorsque les policiers serbes ont découvert une importante cache d’armes dans la Vallée de Presevo près des frontières Serbie-Macédoine-Kosovo qui comportait " des mitrailleuses, des bombes, des lance-fusées, 16 grenades à main et plus de 20 mines, ainsi qu’un grand contingent de munitions"[19] et plus tard au début du mois d’octobre lorsque la police des frontières macédonienne a été "attaquée avec des armes automatiques alors qu’elle menait une patrouille de routine le long de la frontière du Kosovo...." [20].

Ce qui peut également être en magasin a été révélé tardivement le mois dernier lorsque l’Allemagne a déporté les premiers des 12. 000 Roms (gitans) qu’elle renvoie de force au Kosovo. Vers l’exclusion, la persécution, les attentats et la mort. Les Roms qui restent sont en train de mourir dans les abris où la mission intérimaire d’administration des Nations Unies au Kosovo (MINUK) les abandonne après la prise de la province par l’OTAN et l’ALK en juin 1999. é « Les camps, près d’un complexe fermé de mine et de fonderie qui comprend un monceau de scories de 100 millions de tonnes de matières toxiques, ont été envisagés comme une mesure temporaire après qu’un quartier qui avait été un foyer pour 9 000 tsiganes a été détruit par les Albanais ethniques alors que les forces de sécurité serbes avaient quitté la zone dans les derniers jours du conflit du Kosovo en juin 1999. » [21]

Quelques semaines avant la Russie avait averti qu’elle envisageait "l’arrêt de la mission de l’OSCE [Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe] au Kosovo instituée pour protéger les droits des communautés ethniques inacceptables."

L’ambassadeur de Russie à l’OSCE, Anvar Azimov, a déclaré « De telles mesures, sanctionnées par personne, sont unilatérales et ont une incidence sur l’activité globale sous le mandat de cette mission ». [22]

Le 5 septembre une source de nouvelles serbe a signalé que plus de 200 000 réfugiés du Kosovo ont été enregistrés en Serbie, comprenant des Serbes ethniques, des Roms, des Gorans et autres non-Albanais. Ce nombre excluait ceux qui n’étaient pas inscrits, ceux qui avaient fui vers d’autres pays comme la Macédoine et ceux chassés de leurs foyers mais restés au Kosovo.

Au cours des dix dernières années des centaines de milliers de résidents du Kosovo, y compris Albanais ethniques, ont été assassinés et chassés de la province. Des organisations de Roms ont estimé que le nombre des Roms, des Ashkalis et des Egyptiens ainsi touchés se comptent avec six chiffres. Des Serbes, des Gorans, des Turcs, des Bosniaques, des Monténégrins et autres victimes de la terreur raciale et de l’extermination au Kosovo se comptent également en centaines de milliers.

Les médias occidentaux ont affirmé régulièrement depuis dix ans maintenant que le Kosovo était à 90 pour cent albanais ethnique. Il pourrait bien en être ainsi maintenant après de telles expulsions à grande échelle, mais les chiffres ci-dessus réfutent que c’était auparavant le cas dans une province de pas plus de deux millions d’habitants.

Après la première déclaration du Premier ministre albanais que son pays et le peuple du Kosovo et les siens sont un, le Ministre des affaires étrangères russe Sergei Lavrov a publié une condamnation de cette déclaration et par forte implication de l’Ouest : « Nous sommes très préoccupés par la déclaration du Premier ministre albanais.

« Nous sommes convaincus qu’il devrait y avoir des réactions appropriées à la déclaration - tout d’abord, de l’UE et également de l’OTAN. Nous n’avons pas encore eu ces réactions. Nous espérons que, malgré le fait qu’aucune des déclarations publiques ne sont venues des capitales européennes, les négociations avec les autorités albanaises sont en route ». [23]

"Moscou est préoccupée par les déclarations de Tirana sur « l’indispensable unification de tous les Albanais » "[24]

À moins que les commentaires de Lavrov n’aient été que strictement rhétoriques, il lui faudra attendre longtemps avant que les responsables des USA, de l’OTAN et de l’Union européenne ne fassent quelques déclarations, beaucoup moins critiques, sur les demandes de Berisha et de ses homologues du Kosovo et de Macédoine pour une grande Albanie unifié (ou un Grand Kosovo). Les nations de l’OTAN ont armé, entraîné et doté d’ un soutien logistique l’Armée de Libération du Kosovo dans sa guerre contre les forces de sécurité serbes et yougoslaves à la fin des années 1990 ; ils entrèrent en marchant côte à côte avec l’ALK dans le Kosovo et l’ont institutionnalisée comme Corps de Protection du Kosovo la même année ; ils ont tiré son Armée de Libération Nationale d’une cuisante défaite de la part de l’Armée Macédonienne en 2001 ; Ils l’ont recréée à nouveau cette année en tant que noyau d’une future armée nationale du Kosovo, la Force de Sécurité du Kosovo ; et ils ont reconnu la déclaration unilatérale de l’indépendance d’un Kosovo dirigé par l’ ex chef de l’ALK Hashim Thaci l’an dernier.

Il n’y a aucune raison de croire que Washington et Bruxelles abandonneront maintenant leurs clients et leur projet de subversion et de mutilation de quatre pays voisins pour créer un super-état étendu Albanie-Kosovo ethniquement purifié, en proie au crime, alors que ce dernier approche de sa réalisation.

Le 6 octobre Berisha a été à Pristina, la capitale du Kosovo, "pour signer un certain nombre d’accords. Selon [Berisha], son gouvernement travaillera mener à bien les projets d’infrastructure qui prévoient une unification des systèmes économiques de l’Albanie et du Kosovo, la création de voies de communications pour expédier des marchandises et pourvoir à la migration économique de la population. [25]

Un compte-rendu de nouvelles italien de la visite a signalé que "l’Albanie a également cédé au Kosovo le port adriatique de Shendjin (Shengjin), donnant ainsi à l’état nouvellement indépendant une issue vers la mer." [26]

Selon les propres termes de Berisha, "le port de Shengjin est maintenant l’issue à la mer du Kosovo ".[27] Accès à l’Adriatique que la Serbie n’a plus depuis l’éclatement de l’Union de la Serbie et du Monténégro il y a trois ans.

Son homologue, l’ancien chef de bande Hashim Thaci, s’est fait l’écho de la déclaration précédente de son invité en disant "Les Albanais vivent dans de nombreux pays, mais nous sommes une seule nation. Les pays de la région ont deux pays amis au Kosovo et en Albanie, pays partenaires, pour la coopération, la paix et stabilité, pour l’investissement dans la région et pour l’intégration européenne." [28]

Le premier ministre albanais a été cité sur le site web du président du Kosovo le 7 octobre promettant que "l’Albanie aidera le Kosovo de toutes les manières possibles. L’Albanie est résolue à renouveler, de la manière la plus rapide possible, tous ses liens infrastructurels avec le Kosovo. Dans les quatre prochaines années, la construction de l’autoroute Qafe Morine–Shkoder sera terminée et cela donnera au Kosovo occidental un accès rapide à la mer. L’année prochaine, mon gouvernement mettra en œuvre une étude de faisabilité et élaborera le projet d’un chemin de fer Albanie-Kosovo. De nombreuses autres lignes infrastructurelles sont et seront construites. [29]

Berisha a également rencontré le commandant de la Force du Kosovo de l’OTAN (KFOR), le Lieutenant général allemand Markus Bentler et il a dit "Les troupes albanaises pourraient faire partie de la KFOR" avant de déposer une couronne sur la tombe d’ Adem Jashari, le premier commandant de l’ALK. [30]

Le jour précédent de la réunion Berisha-Thaci à Pristina, l’accommodant gouvernement serbe du Président Boris Tadic et du Ministre des affaires étrangères Vuk Jeremic se sont avérés d’accord sur les raisons pour lesquelles les intentions de l’OTAN et les intentions pan-albanaises dans la région ont rencontré peu d’opposition. Jeremic, tout en déclarant pour la forme que sa nation n’adhérerait pas à l’OTAN dans l’avenir immédiat (bien qu’elle ait rejoint le programme transitoire de Partenariat pour la Paix), a déclaré « Nous poursuivons une étroite coopération parce que l’OTAN est le facteur le plus important pour assurer la sécurité dans le monde. »

Un site d’actualités russe informant de cette affirmation a rappelé à ses lecteurs que " en 1999 les forces aériennes de l’OTAN ont bombardé Belgrade et d’autres villes serbes en soutenant les séparatistes albanais du Kosovo. Puis plus de 3 000 Serbes sont morts et des dizaines de milliers de personnes ont été blessées. L’OTAN a également fait la promotion de la séparation du Kosovo de la Serbie...." [31]

A la fin du mois dernier l’amiral américain James Stavridis, chef du Commandement Européen des USA et Commandant Suprême Allié en Europe de l’OTAN, ont assisté à une réunion de Charte de l’Adriatique que Washington a signé avec l’Albanie, la Macédoine, la Croatie, la Bosnie et le Monténégro en 2003 pour les préparer eux et en réalité l’ensemble des Balkans à l’adhésion à l’OTAN. Stavridis est ensuite parti pour la Croatie pour superviser les manœuvres de guerre multinationales Jackal Stone 09 dont l’objectif était "d’améliorer avec succès la capacité des participants à mener des opérations de contre-insurrection."le

Co-organisé par le Commandement des Opérations Spéciales Europe des États-Unis , le commandant de ce dernier, le Major General Frank Kisner a vanté le succès de l’exercice : « Cette planification ininterrompue a réuni les représentants de 10 Nations et leur a permis d’exécuter efficacement une multitude de tâches dans les airs, sur terre et sur mer. [32]

Jackal Stone 09 a été le premier exercice militaire mené en Croatie depuis son entrée dans l’OTAN au début de cette année. Des responsables des États-Unis et l’OTAN ont à maintes reprises affirmé qu’après la Croatie et Albanie, la Macédoine, la Bosnie et le Monténégro allaient les premiers devenir membres à part entière et que la Serbie et le Kosovo viendraient ensuite.

Le 2 octobre la Bosnie a présenté au Secrétaire général de l’OTAN Anders Fogh Rasmussen une demande formelle d’un plan d’action pour l’adhésion, à l’OTAN une demande de facto d’adhésion à part entière. Rasmussen a déclaré, « je crois que cette demande est la meilleure route pour une stabilité durable dans la région euro-atlantique. C’est ma vision pour que tous les pays des Balkans occidentaux soient intégrés dans l’OTAN. » [33]

L’OTAN a utilisé plusieurs prétextes pour une intervention militaire dans les Balkans au cours des quinze dernières années, bon nombre de ces prétextes étant contradictoires comme avec le Kosovo contre la République serbe de Bosnie et avec le Kosovo dans son ensemble contre le Nord Kosovska Mitrovica. Son intention, cependant, n’a pas varié et elle persiste : pour absorber chaque nation et pseudo-nation de la région dans ses rangs et recruter parmi ses nouveaux membres et partenaires pour des guerres plus lointaines.

Le séparatisme armé a été l’outil utilisé pour commencer l’éclatement de la République fédérale socialiste de Yougoslavie en 1992, un processus qui a maintenant fragmenté cette nation en ses six républiques fédérales constitutives et dans le cas du Kosovo arraché une province à une ancienne république.

Mais la refonte des frontières nationales, avec les perturbations et la violence qu’elle implique inévitablement, n’est pas terminée.

Le Kosovo est indiscutablement une boîte de Pandore au fond de laquelle l’espoir n’attend pas nécessairement. Il reste une étincelle potentielle, capable d augmenter le danger, comme on l’a vu précédemment, pour "déstabiliser la situation dans les Balkans et déclencher une guerre sur le continent, similaire à celle de la fin des années 1990."

Traduction : André Compte pour Mondialisation.ca

Notes

1) Wikipedia

2) Black Sea Press, August 6, 2009

3) Voice of Russia, August 20, 2009

4) Ibid

5) Ibid

6) New Kosova Report, December 20, 2009

7) Kosovo Times, June 9, 2009

8) Kosovo Times, June 8, 2009

9) Kosovo Times, May 27, 2009

10) NATO, Supreme Headquarters Allied Powers Europe, February 18, 2009

11) Southeast European Times, May 21, 2009

12) Makfax, August 17, 2009

13) New Kosova Report, May 20, 2009

14) Focus News Agency, August 13, 2009

15) Sofia News Agency. August 16, 2009

16) Tanjug News Agency, September 4, 2009

17) NATO, Kosovo Force, September 16, 2009

18) Beta News Agency, September 15, 2009

19) Tanjug News Agency, September 23, 2009

20) Makfax, October 2, 2009

21) Washington Times, May 3, 2009

22) FoNet, September 11, 2009

23) Russia Today, October 5, 2009

24) Voice of Russia, October 6, 2009

25) Ibid

26) ADN Kronos International, October 6, 2009

27) B92, October 6, 2009

28) B92, Beta News Agency, Tanjug News Agency, October 6, 2009

29) President of the Republic of Kosovo, October 7, 2009

30) Beta News Agency, October 7, 2009

31) Voice of Russia, October 5, 2009

32) United States European Command, September 28, 2009

33) NATO, October 2, 2009

Rick Rozoff est un collaborateur régulier de Mondialisation.ca.

Notes

[1] général de corps d’armée

.

__,_._,___

15:36 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Tags : histoire, actualite, courcelles, usa, presse, otan, guerre, television, romain, fascisme, imperialisme, euro-dictature, silence, kosovo, yougoslavie | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

29/05/2010

29/05/10: Dénonçons les tentatives de créer un prétexte pour l'agression dans la péninsule coréenne...

L'incident de la corvette Cheonan

Dénonçons les tentatives de créer un prétexte pour l'agression dans la péninsule coréenne

Dénonçons les tentatives de créer un prétexte pour l'agression dans la péninsule coréenne
Fausse enquête sur le naufrage du Cheonan
Opposons-nous à la participation du Canada aux intrigues impérialistes et aux demandes de sanctions!
Le burlesque de mauvais goût de Clinton
Pyongyang considère une implication américaine dans le naufrage du Cheonan - Chol Myong Kim, Asia Times Online

Accueil | Archives | English

L'incident de la corvette Cheonan

Dénonçons les tentatives de créer un prétexte
pour l'agression dans la péninsule coréenne

Le 26 mars, la corvette sud-coréenne de 1 200 tonnes, le Cheonan, a coulé près de l'île Baek-Ryong dans la mer Jaune. Elle faisait partie d'une formation qui participait à des exercices militaires conjoints des États-Unis et de la Corée du sud, partie de l'activité hostile continuelle contre la République populaire démocratique de Corée (RPDC). L'île est à moins de 16 km de la côte de la RPDC et à plus de 160 km du territoire sud-coréen. Le Cheonan transportait 104 membres d'équipage, dont 58 ont été rescapés. Il était armé de missiles Boeing, de quatre canons de gros calibre, de torpilles et de grenades sous-marines. Les deux moitiés de l'épave ont été remontées plus tard à l'aide d'une grue flottante.

Durant les deux mois écoulés depuis l'incident, le régime fantoche de Lee Myung-bak a attribué la responsabilité du naufrage à la RPDC et a ensuite cherché à étayer son accusation non fondée avec une panoplie de fabrications et une campagne d'hystérie et de gestes hostiles envers la RPDC, y compris la menace de guerre.

Malgré tous les efforts de la RPDC pour calmer les esprits et prévenir une escalade, les États-Unis et les autorités du régime sud-coréen à leur service ont montré leur résolution à utiliser le naufrage comme prétexte pour la guerre. Le 21 mai, les autorités sud-coréennes ont publié un « rapport d'enquête » fallacieux qui attribue le naufrage du Cheonan à une torpille d'un sous-marin de la RPDC. S'appuyant sur cette fabrication, le 24 mai le gouvernement de Lee a procédé à l'annonce officielle de mesures injustes et hostiles contre la RPDC. Elles comprennent l'interdiction de passage des navires de la RPDC dans les eaux du côté sud, un « arrêt du commerce et des échanges entre le sud et le nord » et l'exercice du « droit à la légitime défense », c'est-à-dire le « droit » de déclencher une guerre d'agression en guise de représailles. Lee Myung-bak a dit que son gouvernement allait porter l'affaire devant le Conseil de sécurité de l'ONU et il a demandé à la RPDC d'accepter la responsabilité du naufrage et de présenter des excuses. Le régime Lee a également annoncé la reprise des opérations de guerre psychologique anticommuniste contre la RPDC, qui avaient cessé il y a six ans, dans la Zone démilitarisée.

Loin d'être sur la défensive, le 25 mai la RPDC a émis un communiqué, par la voix du Comité pour la réunification pacifique de la Corée, annonçant qu'elle instituait « des mesures résolues pour geler complètement les relations intercoréennes, abroger complètement l'accord de non-agression entre le nord et le sud et cesser complètement toute coopération intercoréenne ». En d'autres mots, le gouvernement Lee, qui agit au service des impérialistes américains, a dégénéré à tel point dans la trahison et le sabotage qu'il n'est désormais plus possible d'entretenir le dialogue avec lui, qui n'a cessé de détruire les instruments de paix et de réunification depuis qu'il est au pouvoir. La RPDC annonce par conséquent les mesures diplomatiques et économiques suivantes, comme première phase de la défense de sa souveraineté et de sa dignité :

1. Toutes les relations avec le régime fantoche sont rompues.

2. Il n'y aura ni dialogue, ni contact entre les autorités tant que Lee Myung-bak est au pouvoir. [Son mandat se termine en 2013 – ndlr]

3. L'activité des agents de liaison de la Croix rouge de Panmunjom est suspendue.

4. Tous les liens de communication entre le nord et le sud seront rompus.

5. Le Bureau de consultation pour la coopération économique nord-sud dans la zone industrielle de Kaesong est aboli et le personnel représentant la partie sud sera expulsé sans autre délai.

6. La RPDC amorce une contre-attaque contre les « opérations de guerre psychologique » du régime fantoche.

7. Le passage dans les eaux territoriales et l'espace aérien du nord est complètement interdit aux navires et avions sud-coréens.

8. Toutes les questions relatives aux relations intercoréennes seront soumises à une loi de guerre.

Le Marxiste-Léniniste appuie sans équivoque la RPDC et les mesures qu'elle prend pour faire triompher la paix et la justice dans la péninsule coréenne. Nous sommes convaincus qu'en conséquence de la position résolue et de principe de la RPDC, ce sont les impérialistes américains et leurs serviteurs qui finiront par être isolés pour leur activité belliciste et leurs crimes contre la paix mondiale. Dans cet esprit, nous dénonçons également le rôle insidieux que joue le gouvernement du Canada, d'abord par l'envoie de spécialistes pour participer à la fausse enquête, puis par l'annonce de sanctions contre la RPDC par le premier ministre Stephen Harper le 24 mai. Ça ne doit pas passer ! Bas les pattes de la Corée ! Nous lançons l'appel à tous à voir à ce que la classe ouvrière et le peuple soient informés de la vérité concernant la Corée, y compris concernant le rôle criminel des États-Unis.

Dans un communiqué dénonçant les tentatives des États-Unis et du régime sud-coréen de démoniser la RPDC, le ministère des Affaires étrangères de la RPDC fait le parallèle avec la tragédie que les États-Unis ont laissé s'abattre sur l'Irak :

« Les États-Unis, cependant, devraient savoir que ce n'est pas si facile de jeter de la poudre aux yeux des peuples du monde.

« Ils se souviennent très bien de l'optimiste et "convaincant" secrétaire d'État américain Powell lisant pendant 70 minutes des informations confidentielles sur l'existence d'armes de destruction massive en Irak lors de la réunion du Conseil de sécurité de l'ONU en février 2003. C'est avec ce mensonge sans précédent que les États-Unis ont justifié une invasion armée de l'Irak et ils ne sont pas encore exempts de ces retombées honteuses. Si les États-Unis racontent un autre mensonge sur la péninsule coréenne et laissent ses laquais déformer la situation, ils devront payer un prix incomparablement plus élevé que pour la guerre en Irak. »

Le Marxiste-Léniniste lance l'appel à toutes les personnes éprises de paix et de justice à dénoncer les tentatives de se servir du naufrage du Cheonan pour diviser le peuple coréen et comme prétexte pour intensifier l'agression dans la péninsule coréenne.

Les impérialistes américains et leurs alliés en Corée du sud ont une longue histoire de mise en scène d'actes de provocation tout en masquant leur rôle d'agresseur afin de créer un prétexte à de nouvelles agressions, comme lors du début de la guerre de Corée elle-même. Depuis la division de la Corée, les forces sud-coréennes en collaboration avec l'armée américaine ont systématiquement tenu des exercices de guerre et transgressé l'espace aérien et les frontières maritimes de la RPDC, et commis d'innombrables actes d'espionnage aérien et maritime.

Depuis sa fondation il y a 61 ans, la RPDC a mené sans fléchir une lutte contre l'occupation militaire américaine dans le sud de la Corée. Cette dernière tentative de déformer les faits et de diaboliser la RPDC montre qu'aujourd'hui les États-Unis sont plus actifs que jamais à poursuivre leurs efforts pour conquérir l'ensemble de la péninsule coréenne comme tremplin pour dominer l'ensemble de l'Asie. Face à cette intransigeance, loin d'être l'agresseur la RPDC continue d'exiger que les États-Unis signent un traité de paix pour mettre fin à la guerre de Corée et mettre un terme à ces activités dangereuses.

Le Marxiste-Léniniste invite les gens à appuyer la juste proposition du gouvernement de la RPDC pour un traité de paix signé par les États-Unis et la RPDC pour mettre fin à la guerre de Corée, réduire les tensions dans la péninsule coréenne, normaliser les relations entre les États-Unis et la RPDC et contribuer à la dénucléarisation de la péninsule en tant que contribution à la paix en Asie orientale et dans le monde.

Troupes américaines, hors de Corée !
Appuyons la réunification pacifique et indépendante de la Corée !

Haut de page


Fausse enquête sur le naufrage du Cheonan

Moins de deux semaines après le naufrage du navire de la marine sud-coréenne le 26 mars, un certain nombre de responsables sud-coréens ont conclu qu'il n'y avait pas de lien direct entre la RPDC et le naufrage. Parmi ceux niant un lien, on retrouve Won See-hoon, directeur du renseignement national de la Corée du sud ; Kim Tae-young, ministre de la Défense de la Corée du sud ; Lee Ki-sik, chef du bureau des opérations maritimes à l'état-major sud-coréen ; Won Tae-jae, porte-parole du ministère de la Défense, et le contre-amiral Lee, chef du bureau des opérations maritimes.

Faisant fi des déclarations de ces responsables, le président Lee Myung-bak s'est mis à déclarer que la RPDC avait coulé le Cheonan. Avec la complicité des États-Unis, Lee a mis en place un « Groupe mixte civil-militaire d'enquête (GME) » pour enquêter sur le naufrage. Le GME se composait de 25 experts sud-coréens et 24 experts étrangers en provenance des États-Unis, de l'Australie, du Royaume-Uni, de la Suède et du Canada. Le 20 mai, l'équipe a publié son rapport dans lequel il affirme que l'épave récupérée du site laisse voir qu'une torpille de la RPDC a coulé le Cheonan et que cette conclusion est étayée par des preuves récupérées sur les lieux. Les chercheurs ont conclu qu'il n'y avait « pas d'autre explication plausible ».

La RPDC a fermement dénoncé le rapport du GME et a nié catégoriquement toute implication dans le naufrage du Cheonan. La RPDC déclare qu'il n'y a pas de preuve la liant à l'incident et que le rapport est une pure invention. Elle affirme que les résultats de l'enquête conjointe sont une autre tentative pour « tromper l'opinion publique à l'intérieur et à l'extérieur de la Corée » et que le président sud-coréen « prend l'initiatives dans cette campagne de dénigrement contre la RPDC ». « Les agresseurs américains et japonais se joignent aussi au bal. » La RPDC déclare que, en réponse au faux rapport, son Comité national de défense « enverra un groupe d'inspection sur le lieu de l'incident en Corée du sud afin de vérifier les preuves matérielles concernant les liens. Le groupe de traîtres devrait produire devant le digne groupe d'inspection de la RPDC les éléments prouvant que le naufrage du navire de guerre est lié à nous. »

Le ministre des Forces armées populaires de la RPDC, Kim Yong-chun, a fait remarquer la semaine dernière que conformément au Pacte fondamental de non-agression nord-sud, la partie sud a l'obligation d'accueillir une équipe d'inspection du Comité de la défense nationale. Vendredi le 21 mai, les autorités sud-coréennes ont communiqué leur refus, une position que le ministre Kim Yong-chun considère comme une provocation, rapporte l'agence coréenne KCNA.

Plusieurs commentateurs ont fait remarquer que pour que la RPDC mène à bien une attaque clandestine de la sorte, il aurait fallu une série de coïncidences très peu probables et une capacité militaire qu'elle n'a pas. Bref, les probabilités que la RPDC soit responsable de l'attaque sont pratiquement nulles. Les observateurs ajoutent par ailleurs que l'attribution de la responsabilité du naufrage du Cheonan à un acte hostile de la RPDC ne peut être qu'à de sombres desseins. Les tentatives de passer outre aux protocoles, d'internationaliser le conflit et d'isoler la RPDC prouvent l'existence de visées suspectes de la part des États-Unis et du régime sud-coréen.

Haut de page


Opposons-nous à la participation du Canada aux intrigues impérialistes et aux demandes de sanctions!

Le gouvernement canadien joué un rôle actif dans la désinformation concernant le naufrage du Cheonan. Le 16 mai il a envoyé trois « experts » participer à l'enquête officielle (en cours depuis avril) sur l'incident. Lorsque les résultats de l'« enquête » ont été rendus publics, le 20 mai, le gouvernement Harper a émis deux déclarations honteuses qui reprennent ses constatations non fondées.

Le 19 mai, le ministre des Affaires étrangères Lawrence Cannon et le ministre de la Défense nationale Peter MacKay ont émis une déclaration conjointe. Le ministre Cannon a dit : « Tels que présentés ce soir, les faits indiquent, de manière concluante, qu'une torpille nord-coréenne est responsable du naufrage du navire Cheonan. Il n'y a aucune autre explication plausible. Nous travaillerons en étroite collaboration avec la Corée du Sud ainsi qu'avec nos alliés et partenaires afin de déterminer la meilleure marche à suivre. Le Canada demeure résolu envers l'objectif d'une péninsule coréenne paisible, stable et prospère. Le Canada condamne avec énergie ce violent acte d'agression du régime nord-coréen. Nous appuyons pleinement la Corée du Sud, notre allié et notre ami démocratique. » Le ministre MacKay a pour sa part vanté le rôle méprisable que le Canada a joué dans « l'enquête ». « Le Canada se réjouit d'avoir apporté sa contribution avec une équipe d'experts de la Marine canadienne afin d'aider à réaliser cette enquête multinationale. Les hommes et les femmes de la Marine canadienne sont parmi les meilleurs au monde et cette contribution poursuit le soutien de longue date qu'apporte le Canada à ses amis et alliés lorsque ceux-ci demandent son aide. »

Cette déclaration qui accepte les yeux fermés les constatations américaines comme étant « concluantes » est conforme à la désinformation et à la décontextualisation répandues par les impérialistes sur la situation dans la péninsule coréenne. La déclaration conjointe ne fait même pas mention des questions pertinentes qui peuvent expliquer pourquoi un incident comme celui-là peut se produire : pourquoi y-a-t-il encore deux Corées et pourquoi la RPDC est-elle encore en état de guerre avec les impérialistes américains ; pourquoi les forces armées des États-Unis occupent-elles militairement la République de Corée et le Japon 65 ans après la fin de la Deuxième Guerre mondiale et 57 ans après l'Armistice coréenne, etc. ? Le Marxiste-Léniniste dénonce le gouvernement canadien pour son appui à cette soi-disant enquête, à ses soi-disant constatations et à la décontextualisation de la situation dans la péninsule coréenne qui a pour but de promouvoir les « conclusions » des impérialistes américains à l'effet que la RPDC est responsable.

La réalité actuelle de la Corée est faite d'exercices de guerre américains continuels tout près de la Ligne de démarcation et de la Ligne limite septentrionale, en plus d'activités d'espionnage et d'autres activités provocatrices qui menacent le droit à l'existence du peuple coréen. Faisant comme si tout cela n'existait pas, le gouvernement canadien feint l'ignorance afin de pouvoir conclure tout ce qu'il veut au sujet de la destruction du navire et de toute autre question qui concerne la péninsule coréenne. En ignorant la cause du conflit sur la péninsule coréenne, qui est l'occupation militaire américaine continue dans le sud et le désir de l'impérialisme américain d'étendre son empire au nord, de conquérir la RPDC et d'étendre son occupation militaire aux frontières de la Chine, le gouvernement canadien rejette de façon intéressée la possibilité bien réelle que le naufrage ait été accidentel ou pire encore un prétexte organisé par les États-Unis et les agences d'espionnage sud-coréennes.

Le 24 mai, le premier ministre Harper a ajouté à l'infamie commise par le Canada par rapport à la situation en Corée en émettant une déclaration à l'effet que le Canada va imposer des sanctions à la RPDC sur la base de la fausse affirmation que la RPDC est responsable de l'incident du Cheonan et qu'elle doit être blâmée pour « cette violation éhontée de la loi internationale et son mépris flagrant envers ses obligations internationales ».

Bien au contraire, c'est le Canada qui a violé le droit international en s'ingérant dans les affaires intérieures de plusieurs pays, militairement ou autrement : en Corée, en Haïti et en Afghanistan, pour n'en nommer que quelques uns. Le gouvernement canadien a moins que jamais le droit d'entraîner le Canada dans les affaires intérieures du peuple coréen et de violer une nouvelle fois le droit international. Le Marxiste-Léniniste lance l'appel à toutes les personnes éprises de paix et de justice et aux peuples du monde de condamner les sanctions injustes que le gouvernement Harper vient d'imposer à la RPDC.

La participation du Canada aux intrigues impérialistes contre la Corée remonte au déploiement de soldats et à l'utilisation d'armes biologiques durant la Guerre de Corée. Plus récemment, le premier ministre canadien Stephen Harper a annoncé que des sanctions économiques et politiques contre la RPDC et l'Iran seraient à l'ordre du jour des sommets du G8 et du G20 en juin. De plus, depuis l'établissement de relations diplomatiques avec la RPDC en janvier 2001, les gouvernements qui se sont succédés au Canada n'ont pas fait le moindre effort pour normaliser les relations entre les deux pays ou contribuer à la paix et à la stabilité sur la péninsule coréenne. Et maintenant le gouvernement Harper ajoute à l'injustice en se joignant à la campagne contre la RPDC.

L'affirmation du gouvernement canadien selon laquelle il n'y a « aucune autre explication plausible » signifie qu'une fois de plus le peuple canadien se fait dire que le peuple coréen n'a pas droit à son indépendance et à son droit de décider de ses propres affaires. Le peuple coréen mérite d'être occupé par l'impérialisme américain, comme ce fut le cas après la Deuxième Guerre mondiale, ce qui a mené aux ravages de la péninsule coréenne dans la guerre de 1950 à 1953, à l'occupation du sud par la force et aux menaces d'invasion et de destruction de la RPDC qui se poursuivent à ce jour. Le peuple canadien est constitué de gens provenant de toutes les nations du monde, dont plusieurs ont souffert aux mains des impérialistes américains et de leurs alliés. Les peuples ont une riche expérience des mensonges et de la traîtrise des manoeuvres des impérialistes pour la contre-révolution, les invasions, l'organisation de coups d'État et de prétextes pour la guerre qui font des victimes innombrables et ils ne se laisseront pas tromper par cette prétendue enquête sur le naufrage ou par les actions obséquieuses du gouvernement canadien. Les Canadiens n'appuient pas la participation du Canada dans les guerres d'agression des États-Unis et ils n'accepteront pas non plus que le Canada contribue à créer un prétexte pour la guerre.

Non aux sanctions canadiennes contre la RPDC !
Luttons pour un gouvernement antiguerre !

Haut de page


Le burlesque de mauvais goût de Clinton

Comme ce fut le cas avec l'Irak et l'Afghanistan, la comédie organisée autour
du navire qui a coulé est un prétexte pour les impérialistes américains pour la
guerre et l'occupation. L'impérialisme américain, ses fantoches et ceux qui concilient
avec lui constituent le plus grand danger pour la paix mondiale.

Les peuples du monde riraient de cette farce mélodramatique dirigée par la secrétaire d'État Hillary Clinton si cela ne représentait pas une provocation aussi dangereuse. Les peuples en ont franchement assez des prétextes sans fin que les impérialistes américains inventent pour leurs guerres et leurs occupations et pour maintenir leur empire militaire mondial. Ils ont toujours vivant à la mémoire le souvenir de Colin Powell, l'ex-secrétaire d'État américain, mentant effrontément devant le Conseil de sécurité de l'ONU sur les armes de destruction massive de l'Irak pour créer un prétexte pour la guerre et l'occupation.

Au moment même où la population d'Okinawa au Japon développe un puissant mouvement pour forcer le départ de toutes les bases américaines de leurs îles et à l'approche des élections du 2 juin en Corée, l'impérialisme américain et ses fantoches en République de Corée et au Japon sont les réalisateurs d'une autre farce mélodramatique. Ils ont transformé le naufrage du navire de guerre de Corée du sud en une grande provocation en accusant la République démocratique populaire de Corée de l'avoir torpillé. La RPDC a dit à maintes reprises qu'elle n'est pour rien dans ce naufrage. On a interdit à ses experts d'examiner les preuves afin qu'elle puisse prouver ses dires. Que le naufrage du navire de guerre ait été réellement un accident ou qu'il ait été organisé par les agences d'espionnage des États-Unis et ses fantoches coréens n'est pas ce qui est en cause ici. Ce qui est en cause, c'est que les forces armées des États-Unis sont déterminées à utiliser ce naufrage pour la guerre et le maintient de l'occupation militaire de la Corée et du Japon. Les Canadiens doivent dénoncer ce comportement de voyou et s'unir aux autres peuples pour demander que les troupes américaines sortent de Corée et du Japon et laissent les peuples d'Asie de l'Est régler leurs affaires. La nécessité de bâtir un gouvernement antiguerre apparaît encore une fois dans toute sa force.

L'opportunisme et la conciliation sans vergogne du gouvernement japonais avec le fascisme

La farce du navire de guerre coréen arrive à un moment on ne peut plus approprié pour le premier ministre du Japon Yukio Hatoyama qui avait promis pendant la campagne électorale de l'été 2009 de retirer les bases militaires américaines d'Okinawa. Des membres du cabinet d'Obama se sont rendus l'un après l'autre à Tokyo pour rappeler à Hatoyama que les États-Unis vont maintenir leur occupation militaire du Japon en dépit du mouvement de masse qui demande le départ des troupes américaines.


Okinawa, Japon, le 26 avril 2010: Manifestation de 100 000 personnes contre les bases militaires américaines à Okinawa.   (Translators for Peace)

La population d'Okinawa a tenu des manifestations répétées de dizaines de milliers de personnes pour réclamer le départ des bases militaires américaines. Lors d'une de ces manifestations, la base aérienne américaine de Futenma a été complètement encerclée par une chaîne humaine de gens qui réclamaient la fin de l'occupation militaire. Tous les principaux dirigeants politiques d'Okinawa sont du côté du mouvement de masse pour demander le départ des troupes américaines. L'assemblée de la préfecture d'Okinawa a passé à l'unanimité une résolution en mars demandant le départ immédiat des îles de tout le personnel militaire américain et de ses armes. L'opposition à l'occupation militaire américaine a maintenant de l'influence dans un secteur grandissant de l'élite dirigeante du Japon, comme on peut le voir dans la déclaration du parti au pouvoir qui demande le départ des bases mais hésite à passer aux actes.

Les remous au sein de l'élite dirigeante japonaise contre l'impérialisme américain sont le fait d'une force émergente qui recherche de nouveaux arrangements en Asie de l'Est avec la République de Corée, la RPDC, la Chine et les États-Unis. Les remarques de l'ancien commandant en chef des forces de l'air japonaises Tomizawa Hikaru sont un bon exemple de cette demande de nouveaux arrangements. Il a dit que les bases américaines au Japon ne sont pas là pour défendre le Japon mais pour maintenir l'ordre mondial centré sur la domination américaine. Tomizawa a reproche au gouvernement actuel de ne pas se prononcer clairement mais de tenter de continuer à amener l'opinion publique à croire que les bases américaines sont là pour défendre le pays. Cela démontre à quel point la contradiction avec les forces d'occupation américaines est devenue aiguë. Les impérialistes américains ne reculent devant rien, face à ce mouvement de masse grandissant et à la participation d'une section de l'élite dirigeante du Japon, pour maintenir leur occupation et ils jouent continuellement la « carte coréenne » pour envenimer les rapports avec la RPDC.

Il est très intéressant de noter que dès que les États-Unis et son régime fantoche de Corée du sud ont lancé l'idée du rôle présumé de la RPDC dans le naufrage du navire coréen, à peine une journée avant l'arrivée de Clinton à Tokyo, le premier ministre Hatoyama ait semblé changer de message sur la nécessité du départ des bases américaines d'Okinawa. Il a dit : « Maintenant que les tensions montent dans la péninsule coréenne et considérant leur impact en Asie et pour la paix du Japon, nous achevons de mettre au point une solution à ce problème » (un nouvel arrangement avec les États-Unis sur le statut des forces d'occupation).

Le jour suivant, aux côtés de Clinton, le ministre de la Défense du Japon a été plus direct. Il a déclaré que le gouvernement croit de plus en plus qu'une forte présence militaire au Japon et en Corée est toujours cruciale pour la défense du Japon et la stabilité de toute la région de l'Asie-Pacifique.

L'ex-premier ministre éduqué en Grande-Bretagne et proche allié de l'impérialisme américain Lee Kuan Yew est venu à la rescousse d'Hatoyama, qui est largement critiqué pour sa violation de sa promesse électorale, en disant aux médias japonais : « Si le Japon ferme Okinawa (les bases américaines), je pense que cela sera un recul sérieux pour le déploiement des forces américaines, ce qui ne sera pas à l'avantage de l'Asie. Les Américains ont maintenu depuis la fin de la guerre en 1945 la stabilité et la sécurité des régions de l'Asie de l'Est, de la Corée à l'Asie du Sud-Est. Il faut maintenir un équilibre entre la Chine et les États-Unis ».

Hatoyama s'est rendu une fois de plus à Okinawa le 23 mai pour convaincre les dirigeants locaux et la population que la « preuve » de l'implication de la RPDC dans le naufrage du navire de guerre montre que les bases militaires américaines doivent demeurer non seulement à Okinawa mais dans tout le Japon.

Les peuples prennent de plus en plus conscience du fait que les États-Unis et leurs fantoches en Corée du sud inventent de nouveaux prétextes chaque fois qu'un mouvement de masse surgit pour forcer le départ des troupes américaines du Japon. La carte coréenne commence à être usée. La population d'Okinawa a beaucoup d'expérience avec ce type de manipulation de l'opinion publique par l'organisation de prétextes et elle persiste à dire Non aux bases américaines. Ce mouvement antiguerre déterminé qui dit « Non aux bases militaires américaines ! » et « Soldats américains, rentrez chez vous ! » pourrait bien s'étendre à tout le Japon.

Haut de page


Pyongyang considère une implication américaine
dans le naufrage du Cheonan

Même si elle a nié fermement toute implication et exprimé sa sympathie pour la perte de concitoyens coréens, les doigts sont pointés vers la Corée du nord au sujet du tragique naufrage de la corvette sud-coréenne de 1 200 tonnes, le Cheonan, dans la mer Jaune ou mer de l'Ouest durant la nuit du 26 mars.

« Une attaque à la torpille par la Corée du nord est la cause la plus probable du naufrage d'un navire de guerre sud-coréen le mois dernier », a déclaré le 26 avril à CNN sous couvert de l'anonymat un représentant militaire des États-Unis. Au moins 46 des 104 marins du navire ont été tués dans le naufrage.

Apparemment, la Corée du nord est désignée comme le bouc émissaire dans un incident si mystérieux qu'un article du Los Angeles Times du 26 avril en provenance de Séoul s'intitule « Des théories à la James Bond sont soulevées dans le naufrage du navire coréen ». Jusqu'à présent, aucune preuve tangible n'a été produite reliant la Corée du nord à la catastrophe. Cependant, cela n'a pas empêché les médias et les experts de tenir le Nord pour responsable. Le quotidien sud-coréen Chosun Ilbo indique le 29 avril : « Il est difficile d'imaginer qu'un pays autre que la Corée du nord puisse lancer une attaque à la torpille contre un navire de guerre sud-coréen ».

La preuve circonstancielle

Est-il possible que la Corée du nord ait eu l'audace de torpiller une corvette sud-coréenne participant à un exercice de guerre américano-sud-coréen ? La réponse est un non catégorique. La preuve circonstancielle est très révélatrice, car elle montre qui est le coupable le plus probable.

Mission impossible

Il y a quatre points importants qui montrent clairement que la corvette sud coréenne n'a pas été coulée par un sous-marin nord-coréen.

1er fait : Les sous-marins nord-coréens ne sont pas suffisamment furtifs pour pénétrer dans les eaux sud-coréennes fortement gardées durant la nuit et demeurer non détectés par les très efficaces unités de lutte anti-sous-marine des forces américaines et sud-coréennes. Un sous-marin nord-coréen ne serait pas en mesure de déjouer une série impressionnante de navires de guerre Aegis haute technologie, d'identifier la corvette Cheonan, puis la couper en deux avec une torpille avant de s'échapper indemne, ne laissant aucune trace sur son passage.

2e fait : Le naufrage a eu lieu non pas dans les eaux nord-coréennes, mais bien à l'intérieur des eaux sud-coréennes étroitement surveillées, où un sous-marin lent de la Corée du nord aurait de grandes difficultés à fonctionner subrepticement et en toute sécurité, à moins qu'il ne soit équipé de la technologie AIP (propulsion anaérobique).

3e fait : La catastrophe a eu lieu précisément dans les eaux où ce que le Pentagone a appelé « un des plus grands exercices de simulation au monde » était en cours. Cet exercice de guerre, connu sous le nom « Key Resolve / Foal Eagle » ne s'est pas terminé le 18 mars tel qu'annoncé mais en fait s'est déroulé du 18 mars au 30 avril.

4e fait : L'exercice Key Resolve / Foal Eagle en mer Jaune près de la ligne de limite septentrionale (NLL) visait à surveiller plus étroitement la Corée du nord ainsi qu'à s'entraîner à la destruction des armes de destruction massive dans le Nord. Il impliquait un grand nombre de navires de guerre américains et sud-coréens nouveaux, ultra-modernes et équipés des dernières technologies.

Parmi la flotte, il y avait quatre navires Aegis : le USS Shiloh (CG-67), un croiseur de la classe Ticonderoga de 9 600 tonnes ; le USS Curtis Wilbur (DDG-54), un destroyer lance-missiles de classe Arleigh Burke de 6 800 tonnes ; le USS Lassen, un destroyer lance-missiles de classe Arleigh Burke de 9200 tonnes, et le Grand Sejong, un destroyer sud-coréen lance-missiles de 8 500 tonnes.

Les quatre navires de surface sont les actifs les plus importants des deux marines et sont en mesure de mener grâce à des plate-formes multifonctionnelles différentes missions telles que la guerre anti-sous-marine. Il est fort probable qu'ils ont été soutenus par des sous-marins américains à propulsion nucléaire et un sous-marin sud-coréen « Type 214 » qui utilise la technologie AIP.

Le naufrage du Cheonan a fait les manchettes partout dans le monde. S'il est vrai qu'il s'avérait un accident causé par les États-Unis, ce serait embarrassant pour ce qui est de la précision des systèmes d'armement coûteux des États-Unis, le premier exportateur mondial d'armes. Cela mine également la crédibilité des Américains en tant que superpuissance gardienne du sud. Ironie du sort, cela a rendu les armes nord-coréennes plus attrayantes sur le marché international.

Les Sud-Coréens et les Américains inculpant les Nord-Coréens du naufrage du navire mouillant en eaux sud-coréennes ne font que souligner la mauvaise performance de leurs coûteux navires de guerre Aegis et la futilité des exercices de guerre conjoints États-Unis-Corée du sud et de la présence militaire américaine en Corée.

5e fait : Le secrétaire d'État adjoint James Steinberg a déclaré le 30 mars qu'il doutait de l'implication de la Corée du nord dans le naufrage : « De toute évidence l'enquête complète doit se poursuivre. Mais à ma connaissance, il n'y a aucune raison de croire ou de craindre qu'elle en a été la cause. »

Le général Walter Sharp, commandant des Forces américaines en Corée (USFK), n'a également vu aucun lien entre la Corée du nord et le naufrage. Lors d'une conférence de presse le 6 avril, il a dit : « Nous, en tant que Commandement des forces combinées et chef d'état-major de la ROK [République de Corée], surveillons quotidiennement la Corée du nord de très près et nous continuons de le faire. Et encore, comme cela a été dit, nous ne voyons aucune activité inhabituelle en ce moment. »

Le mobile de la vengeance est exclu

Quelques rapports ici et là mentionnent que le naufrage était un acte de représailles à une escarmouche navale en novembre de l'année dernière « au cours de laquelle le Nord a mal paru », comme le rapporte le 22 avril le Times de Londres.

Comme l'a rappelé un officier de la marine nord-coréenne, Kim Gwang-il, à la télévision nord-coréenne lors de la Journée des Forces armées, le 25 avril : « [Durant cet incident] un navire de guerre de notre marine à dû faire face à lui tout seul à plusieurs navires de guerre ennemis, pour garder la NLL... [le navire de guerre du nord] leur a infligé des coups sans pitié dans une démonstration de la puissance de la Marine de l'héroïque Armée populaire coréenne (APC). »

Le premier devoir de l'Armée populaire coréenne est d'empêcher la guerre tout en protégeant jalousement le territoire aérien, maritime et terrestre de la République populaire démocratique de Corée, comme manière d'assurer la paix et la sécurité de la péninsule coréenne.

La marine de l'Armée populaire coréenne n'attaquerait pas les navires de guerre sud-coréens ou américains à moins d'être provoquée, étant donné que ces navires transportent des soldats innocents en haute mer. Certes, la marine coréenne serait en droit de torpiller un navire américain Aegis ou un sous-marin nucléaire s'il est pris en flagrant délit. Mais la marine coréenne ne s'abaisserait pas à attaquer au hasard un navire sud-coréen dans les eaux sud-coréennes sauf s'il revenait après avoir commis des actes hostiles contre la Corée du nord.

Un tir ami

Il y a sept faits qui indiquent que le naufrage naval a probablement été causé par un tir ami. Il n'est peut-être pas exagéré de dire que le président sud-coréen et ses chefs militaires n'ont versé que des larmes de crocodile sur la mort des marins sud-coréens.

Il est possible qu'une torpille ait été lancée par un des navires ou avions de guerre américains ou sud-coréens qui prenaient part à l'exercice Foal Eagle aux côtés de la malheureuse corvette Cheonan.

Les quatre navires Aegis et la plupart des navires de guerre sud-coréens sont équipés de torpilles Mark 46 qui ont perfectionné la performance en eau peu profonde dans la guerre aux sous-marins et les opérations contre des navires.

Le général Sharp a émis un message en cinq points le 4 mars sur la sécurité dans lequel il avertit « qu'un seul accident peut éliminer les avantages de l'entraînement que vous recevrez dans le cadre du KR/FE 2010. Soyez vigilants et actifs ».

Il semble que les craintes de Sharp se soient réalisées et que les États-Unis ont encore une fois commis un tir ami comme ils l'ont fait à plusieurs reprises en Irak et en Afghanistan.

L'édition du 30 mars du Kyonggi Ilbo rapporte que suite à l'incident naval du 26 mars, Sharp a coupé court à une visite qu'il faisait à Washington pour témoigner devant le Congrès et a pris l'avion pour Séoul.

Le Joong Ang Ilbo rapportait le 14 avril que le président Obama a téléphoné à son homologue sud-coréen le 1er avril, officiellement pour lui offrir ses condoléances pour le désastre, mais également pour lui offrir le privilège d'être l'hôte du prochain sommet sur la sécurité nucléaire en 2012.

Obama a fait cette offre une semaine avant de signer à Prague, avec le président russe Dmitry Medvedev, un traité sur la réduction des armes nucléaires, et deux semaines avant le sommet de 2010 sur la sécurité nucléaire à Washington.

Lorsque le président Obama a annoncé sa décision de choisir la Corée du sud comme hôte du prochain sommet sur la sécurité nucléaire en 2012, l'Agence France-Presse a rapporté que « l'annonce en a surpris plusieurs ». Selon de nombreux observateurs c'est la Russie qui devait présider le prochain sommet.

L'explication la plus plausible est qu'Obama a offert le sommet à la Corée du sud pour atténuer le ressentiment possible des Sud-Coréens pour le tir ami tout en cachant l'implication américaine. Il est fort probable que Sharp a informé Obama des conséquences potentiellement désastreuses que cela causerait si le public apprenait la véritable nature de l'incident. Cela aurait produit une vague massive de sentiments antiaméricains et aurait placé Obama et le président sud-coréen Lee Myung-bak dans une position très embarrassante.

Obama a dû être soulagé de voir le président sud-coréen accepter d'emblée son offre de compensation. Un article du numéro du 14 avril du Jonng Ang Ilbo portait comme titre : « Selon le vice-président Biden, LMB [Lee Myung-bak] est le préféré d'Obama ». Biden a fait ce commentaire le 12 avril, la veille du sommet.

Sharp a participé de façon inattendue le 3 avril aux funérailles du plongeur de sauvetage sud-coréen Han Ju Ho qui est mort pendant les recherches des marins manquants de la corvette. Sharp a été vu en train de consoler la famille éplorée dans un élan de sympathie inusité.

Le Jonng Ang Ilbo a rapporté le 27 avril que le gouvernement sud-coréen a dit qu'il va répondre aux rumeurs qui circulent largement sur l'Internet à l'effet que c'est une collision avec un sous-marin nucléaire américain qui a causé le naufrage.

L'équipe du gouvernement sud-coréen qui enquête sur ce désastre ferait bien mieux d'en attribuer la responsabilité à une vieille mine. C'est facile d'accuser faussement la Corée du nord, mais la pression publique pour des représailles militaires contre la Corée du nord va croître et celle-ci aura tôt fait de réagir en mettant Séoul en flammes en moins de cinq minutes. La Corée du nord ne va pas hésiter à utiliser les armes nucléaires si les États-Unis interviennent.

(Traduit de l'anglais par Le Marxiste-Léniniste)

Haut de page


Lisez Le Marxiste-Léniniste
Site web:  www.pccml.ca   Courriel: redaction@cpcml.ca

13:43 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Tags : histoire, courcelles, usa, presse, guerre, television, romain, coree, imperialisme, occupation, silence, medias, agression | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

29/03/2010

29/03/10: Pour la paix, Non à l’OTAN !


From: nicolas
Sent: Monday, March 29, 2010 9:59 PM
To:
Subject: [romain : paix_socialisme_communisme] Fwd: pour lapaix, NOn à l'Otan

 

Lundi 29 mars 2010 1 29 /03 /2010 09:31


Renforcer la coopération et avancer dans la lutte.
En vue du sommet de l’OTAN de Novembre à Lisbonne :
Pour la paix, Non à l’OTAN !

Ce week-end dernier s’est réuni, à Lisbonne, le Groupe de Travail de la Rencontre Internationale des Partis Communistes et Ouvriers. Les participants ont préparé la 12ème Rencontre Internationale des Partis Communistes et Ouvriers, prévue pour les 3,4 et 5 décembre 2010, à Johannesbourg (Afrique du Sud), décidé de marquer le 65ème anniversaire de la victoire sur le nazisme et le fascisme et adopté une déclaration commune pour la paix et contre l’OTAN, dont le sommet aura lieu en Novembre au Portugal.


Le Groupe de Travail était dans la capitale portugaise, à l’invitation du Parti Communiste Portugais (PCP) et du Parti Communiste Sud-Africain (SACP), avec l’objectif de préparer la grande réunion des Partis Communistes et Ouvriers, dont l’hôte sera le SACP, qui se tiendra avec comme thème : « L’approfondissement de la crise systèmique du capitalisme ; les tâches des communistes dans la défense de la souveraineté et dans l’approfondissement des alliances sociales, en renforçant le front anti-impérialiste dans la lutte pour la paix, le progrès et le socialisme ».

« Comme cela se passe habituellement, la réunion a été ouverte à tous les partis qui participent au processus des Rencontres Internationales », explique-t-on dans le communiqué de presse, après avoir noté la présence de « tous les membres du Groupe de Travail », souligne-t-on.

« La réunion a rendu possible un échange utile d’informations et de points de vue sur les plus récents développements de la situation internationale, en mettant en évidence l’approfondissement de la crise capitaliste et l’intensification de l’offensive exploiteuse et agressive de l’impérialisme, mais aussi la forte résistance des travailleurs et des peuples, une lutte avec laquelle a été déjà exprimée une solidarité internationaliste active », ajoute-t-on dans le texte diffusé à la presse.


En ce sens, les partis présents ont adopté une motion spécifique de solidarité avec Cuba socialiste (que nous transcrirons par la suite dans son intégralité), et « ont exprimé également leur solidarité avec la lutte du peuple Chypriote contre l’occupation turque et pour la réunification de leur patrie ».

Pendant les travaux, le Groupe de Travail a encore réaffirmé « son engagement à poursuivre dans la voie des lignes d’action adoptées lors de la Rencontre Internationale réalisée à Delhi, en Novembre 2009 » et, ainsi, a décidé « de marquer le 65ème anniversaire de la victoire sur le nazisme et le fascisme avec l’adoption d’une déclaration commune et l’appel à la réalisation d’actions populaires dans les différents pays, à l’occasion du 9 Mai 2010. »


Pour la paix, contre l’OTAN


A la réunion de Lisbonne, le Parti Communiste Sud-Africain (SACP), le Parti du Travail de Belgique (PTB), le Parti Communiste du Brésil (PcdoB), le Parti Communiste de Bohême-Moravie (KSCM), le Parti Progressiste des Travailleurs de Chypre (AKEL), le Parti Communiste de Cuba (PCC), le Parti Communiste d’Espagne (PCE), le Parti Communiste de Grèce (KKE), le Parti Communiste d’Inde (PCI), le Parti Communiste d’Inde-Marxiste (PCI-M), le Parti Communiste Libanais (PCL), le Parti Communiste Portugais (PCP) et le Parti Communiste de la Fédération Russe (KPRF) ont donné une égale importance à la décision de « promouvoir des actions communes contre l’OTAN et son expansion mondiale, contre la recrudescence de l’agressivité militaire impérialiste et contre les bases militaires étrangères. »

Etant donné « la réalisation du Sommet de ce bloc politico-militaire, prévue pour Novembre, au Portugal, les partis participants ont adopté une déclaration commune où ils en appellent aux travailleurs et aux peuples du monde entier, aux forces progressistes et de gauche, au mouvement ouvrier et aux autres organisations sociales qui se mobilisent dans la lutte pour la paix, contre la guerre et l’OTAN, saluent « la ’Campagne pour défendre la paix et contre le Sommet de l’OTAN au Portugal – Oui à la Paix ! Non à l’OTAN ! » et manifestent leur volonté que les actions de lutte contre l’OTAN et son nouveau concept stratégique prévues pour Novembre 2010 au Portugal aient une forte expression ».


Le texte que nous publions ici dans son intégralité a comme premiers signataires tous les partis présents à la réunion de Lisbonne et est ouverte à la signature de tous les partis qui participent au processus des Rencontres Internationales.


« Pour la paix ! Non à l’OTAN ! »


« Dans un contexte marqué par l’approfondissement de la crise structurelle du capitalisme, par l’approfondissement de l’exploitation des travailleurs et des peuples, par les rivalités inter-impérialistes et par des processus complexes de réagencement des forces à l’échelle internationale, l’impérialisme se lance dans de nouvelles dérives anti-démocratiques et des interventions militaristes et avance avec des solutions de force pour tenter de se perpétuer et de défendre ses intérêts de classe. »


« L’offensive militarisée menée par les puissances impérialistes et par l’OTAN a un caractère global et multiforme.


« La guerre impérialiste s’intensifie à l’échelle mondiale sous prétexte de lutte contre le terrorisme. Les blocs impérialistes, comme l’OTAN, se renforcent. La militarisation de l’Union Européenne s’accélère avec l’adoption frauduleuse du Traité de Lisbonne dans lequel est inscrit la conception de l’Union comme pilier européen de l’OTAN. La course aux armements se poursuit ainsi que l’investissement dans de nouvelles armes encore plus meurtrières. Les dépenses militaires atteignent des chiffres records, notamment aux Etats-Unis et dans l’Union Européenne. L’élargissement des zones d’influence et des alliances militaro-stratégiques impérialistes progresse, notamment à travers ce qu’on appelle ’les partenariats pour la paix’, en Asie, dans les territoires d’ex-URSS, tout comme en Afrique.

Le maillage mondial des bases militaires des Etats-Unis et des pays de l’OTAN se densifie et leurs forces militaires se déploient de l’Amérique Latine à l’Afrique ; du Moyen-Orient, de l’Océan Indien et de l’Asie Centrale à l’Europe de l’Est, au Caucase et à la Mer Noire.


« Les occupations de l’Afghanistan et de l’Irak se poursuivent et on se lance dans des agressions militaires contre plusieurs pays. Les conspirations et les manœuvres d’ingérence se succèdent en Amérique Latine et dans plusieurs pays du continent Africain et les provocations se multiplient, comme au Liban. La question palestinienne n’est toujours pas réglée, comme celle du Sahara Occidental, alors que les crimes impérialistes continuent à rester impunis. Les provocations s’intensifient contre la République Populaire de Chine, dont la vente d’armes à Taiwan par les Etats-Unis constitue un exemple particulièrement grave, ainsi que les menaces proférées contre des pays comme l’Iran et la Syrie.


« Les attaques contre la souveraineté des Etats s’intensifient, notamment à travers des modifications de frontières, dont l’indépendance auto-proclamée de la province serbe du Kosovo est un grave exemple. Le Droit International, produit du rapport de force résultant de la défaite du nazisme et du fascisme lors de la Seconde guerre mondiale, est sérieusement remis en cause et la cible d’un processus qui vise à sa destruction.


« Au nom de la ’sécurité’ et du ’combat contre le terrorisme’, on relance des dérives sécuritaires, on attise le nationalisme xénophobe et l’intolérance religieuse et culturelle, des crimes se commettent contre les droits de l’Homme, comme contre les droits économiques, sociaux, démocratiques et de participation et d’organisation politique et sociale ; des campagnes anti-communistes se développent et on persécute les forces qui résistent à l’offensive de l’impérialisme et défendent les droits sociaux et nationaux des peuples.

La réalité dément les campagnes de réhabilitation de l’impérialisme


« La réalité mondiale de ce début de XXIème siècle dément les campagnes de réhabilitation de l’image de l’impérialisme nord-américain déclenchées autour de l’élection de Barack Obama. La nature et les objectifs de la politique des Etats-Unis et de l’OTAN sont clairs désormais : la domination sur les ressources natures et énergétiques, le contrôle des technologies, l’expansion des marchés, la domination militaire et géo-stratégique. Autrement dit, une réponse par la force à l’affaiblissement relatif de la position des Etats-Unis au niveau international.


« La rhétorique du ’multilatéralisme’ et du ’dialogue’ est démasquée par la politique belliciste et interventionniste des Etats-Unis, l’Union Européenne et l’OTAN, par l’offensive impérialiste en cours et par le risque réel de nouveaux conflits militaires du Moyen-Orient et de l’Asie Centrale à l’Amérique Latine. En dépit des antagonismes entre les Etats-Unis et l’Union Européenne, les deux convergent dans l’offensive contre les droits sociaux et nationaux des peuples.


« La guerre et l’agression sont l’autre visage de la mondialisation économique impérialiste et l’OTAN est une pièce maîtresse de sa stratégie de domination hégémonique et de persécution des forces et des pays qui s’y opposent. L’OTAN joue un rôle central dans la militarisation des relations internationales et dans la course aux armements, en étant le principal fauteur des conflits et de la tension qui rythment l’actualité. Sous l’allusion aux ’nouvelles menaces globales’ – doctrine qui se substitue au vieux prétexte de ’menace communiste’ – l’OTAN impose une escalade belliciste et militariste à grande échelle – dont la guerre en Afghanistan est un élément clé.


« L’OTAN organisera, en Novembre, au Portugal, un Sommet dans lequel elle cherchera à rénover sa doctrine stratégique et qui représentera un nouveau et extrêmement dangereux saut qualitatif dans le rôle, la mission et les objectifs de l’Organisation.


« Avec sa nouvelle doctrine stratégique, l’OTAN envisage de changer sa doctrine pour y inscrire ce qu’elle fait déjà en pratique : étendre son champ d’intervention et la projection de ces forces sur l’ensemble du globe ; élargir le cadre de ses missions à des questions comme l’énergie, l’environnement, les migrations et les questions de sécurité interne des Etats ; se réaffirmer comme un bloc militaire nucléaire malgré la rhétorique du désarmement militaire, en prévoyant l’usage de l’arme nucléaire dans des attaques militaires ; développer davantage le complexe militaro-industriel et la recherche militaire et exiger de tous leurs membres une augmentation des dépenses militaires ; inclure dans ses missions des actions d’ingérence directe et d’occupation sous couvert de missions d’interposition et de maintien de la paix ; aller plus loin dans l’instrumentalisation de l’ONU pour poursuivre ses objectifs et approfondir son rôle de bras armé de l’impérialisme.

Les peuples luttent et résistent


« L’impérialisme paraît être tout-puissant, mais il ne l’est pas. Comme la réalité nous le montre, aux grands dangers résultant de la réponse par la force de l’impérialisme à la crise du capitalisme s’opposent à la lutte progressiste et révolutionnaire des peuples. Dans de nombreuses régions du monde, les peuples prennent entre leurs mains la défense de leurs droits et de la souveraineté et de l’indépendance de leurs pays, résistent sous les formes les plus variées et imposent des revers importants à la stratégie de domination impérialiste.

« En ce sens, et en exprimant notre profonde conviction que, par la lutte, il est possible de mettre en échec l’OTAN et ses objectifs bellicistes et militaristes, il est possible de construire un avenir de paix, de progrès et de justice sociale, où chaque peuple peut décider librement de son destin, inséparable de la lutte pour le socialisme, nous, Partis Communistes et Ouvriers signataires de cette déclaration :


● « Exigeons la fin de la course aux armements, le désarmement nucléaire en commençant par les plus grandes puissances nucléaires du Monde, comme les Etats-Unis, la destruction complète des armes chimiques et biologiques, la fin des bases militaires étrangères.


● « Lançons un appel aux travailleurs et aux peuples du monde entier, aux forces progressistes et de gauche, au mouvement ouvrier et aux autres organisations sociales qui se mobilisent et renforcent la lutte pour la paix, contre la guerre et l’OTAN. Nous réaffirmons notre soutien de toujours au mouvement pour la paix. Nous félicitons le Conseil Mondial de la Paix pour son 60ème anniversaire et pour sa campagne contre l’OTAN.


● « Déclarons notre intention de marquer les 65 ans de la victoire sur le nazisme et le fascisme comme une importante journée de lutte pour la paix et contre la distorsion monumentale de l’Histoire qui tente d’effacer le rôle central des communistes dans la libération des peuples du joug nazi et fasciste et mettre sur le même plan nazisme et communisme.


● « Réaffirmons notre solidarité avec les peuples qui résistent aux occupations, agressions et ingérences de l’impérialisme et qui mènent de rudes batailles pour leur auto-détermination et leur indépendance, notamment avec les peuples du Moyen-Orient, les peuples palestiniens, libanais et syrien, et d’Asie Centrale. Nous exigeons le retrait immédiat de toutes les troupes engagées en Irak et en Afghanistan et dans toutes les autres interventions impérialistes dans le monde.


● « Exigeons la dissolution de l’OTAN et soutenons le droit souverain des peuples à décider de la sortie de leurs pays de cette alliance agressive. Nous réaffirmons notre opposition frontale à la militarisation de l’Union Européenne et à sa politique militariste et impérialiste, à l’élargissement de l’OTAN et à la mise en place du nouveau ’système anti-missile’ des Etats-Unis et de l’OTAN en Roumanie et en Bulgarie. Nous exprimons notre solidarité avec le peuple de Chypre (Greco-Chypriotes et Turco-Chypriotes) et à sa lutte contre l’occupation turque et pour la réunification de leur patrie, pour une solution juste au problème chypriote.


● « Exigeons la fin des provocations et des ingérences en Amérique Latine et dans les Caraibes. Nous exprimons notre solidarité avec Cuba Socialiste et avec les peuples, les forces politiques et les gouvernements nationaux de nature démocratique, progressiste, populaire et anti-impérialiste de la région comme ceux du Vénézuela Bolivarien, de la Bolivie, de l’Équateur et du Nicaragua. Nous exigeons la libération des cinq patriotes cubains injustement prisonniers aux Etats-Unis. Nous réitérons notre soutien à la lutte du peuple hondurien pour la démocratie et contre le régime putschiste et pour son droit à décider de son avenir. Nous exigeons le retrait de la IV ème Flotte Nord-Américaine dirigée contre l’Amérique Centrale et du Sud, la fermeture des bases militaires des Etats-Unis dans la région, notamment celle de Guantanamo et les bases en Colombie. Nous dénonçons l’intervention militaire des Etats-Unis à Haïti et réclamons que les Nations Unies interviennent, dans le cadre d’une mission civile, dans ce Pays. Nous revendiquons que les actions de solidarité et de coopération avec le peuple haïtien contribuent au renforcement de l’État national indépendant et au développement économique et social du pays.


● « Exprimons notre solidarité avec les peuples d’Afrique dans leur lutte pour le droit au développement et avec le peuple du Sahara Occidental pour le droit à son auto-détermination. Nous exigeons la fin de la militarisation et de l’ingérence impérialiste sur le continent, notamment sur les côtes de Somalie, dans toutes la région de la corne de l’Afrique, en République Démocratique du Congo et au Soudan. Nous réaffirmons notre engagement à poursuivre la lutte contre le commandement militaire nord-américain sur le continent (AFRICOM)


● « Exprimons notre soutien au mouvement de la paix, au mouvement syndical de classe, de jeunesse, des femmes et à d’autres organisations qui au Portugal ont animé la Campagne pour la Paix et contre l’OTAN. Nous prenons l’engagement de faire tout ce qui est à notre pouvoir pour soutenir et mobiliser pour des actions de lutte contre l’OTAN et sa nouvelle doctrine stratégique prévues pour Novembre de cette année au Portugal.


Lisbonne, 14 Mars 2010


Les participants à la réunion du Groupe de Travail de la Rencontre Internationale des Partis Communistes et Ouvriers


Parti Communiste Portugais (PCP)

Parti Communiste Sud-Africain (SACP)

Parti du Travail de Belgique (PTB)

Parti Communiste du Brésil (PCdoB)

Parti Communiste de Bohême-Moravie (KSCM)

Parti Progressiste des travailleurs (AKEL)

Parti Communiste de Cuba (PCC)

Parti Communiste d’Espagne (PCE)

Parti Communiste de Grèce (KKE)

Parti Communiste d’Inde (Marxiste)

Parti Communiste d’Inde

Parti Communiste Libanais

Parti Communiste de la Fédération de Russie (KPRF)

23:25 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Tags : histoire, actualite, courcelles, usa, presse, otan, guerre, television, romain, colonialisme, fascisme, euro-dictature, silence, medias, pc, nazisme | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

27/03/2010

25/03/10: 11 ANS DEPUIS LE DEBUT DU BOMBARDEMENT PAR L’OTAN ...

----- Original Message -----
To: 
Sent: Thursday, March 25, 2010 11:03 PM
Subject: [alerte_otan] 11 ans depuis le début du bombardement par l'Otan

 11 ANS DEPUIS LE DEBUT DU BOMBARDEMENT PAR L’OTAN   
Le 24 mars 2010

 
A travers la Serbie est marqué 11 ans depuis le début de bombardement de l’ex-République fédérale de Yougoslavie par l’Alliance militaire de l’OTAN sous prétexte qu’en raison des positions de Belgrade avaient échoué les négociations sur le futur statut du Kosovo-Metochie. Dans les villes qui étaient les cibles de l’aviation de l’OTAN, le 24 mars 1999 ont eu lieu des rassemblements commémoratifs et l’hommage est rendu aux victimes. Pendant les 78 jours de l’opération aérienne, intitulée „L’ange miséricordieux“, exécutée pour la première fois sans approbation du Conseil de sécurité de l’ONU, sont morts plus de 1 000 éléments de l’Armée de Yougoslavie et de la police serbe et environ 2 500 civils. Un aperçu de la plume de Mirjana Nikolic.
 
Le patriarche serbe Irénée a servi, à l’église de Saint-Marc à Belgrade, le requiem pour toutes les victimes innocentes de l’agression par l’OTAN et les combattants morts en défendant leur patrie. Le ministre de l’Intérieur, Ivica Dacic a déposé la gerbe sur le monument aux éléments de l’Armée de Yougoslavie sur la colline Strazevica, près de Belgrade. Dacic a déclaré que le bombardement de 1999 ne devrait pas être oublié et qu’il faut tirer des leçons pour l’avenir de cet événement. Il a notamment mis en relief l’obligation de l’Etat de prendre soin des familles des éléments de l’armée et de la police qui sont morts, mais aussi des civils qui ont péri dans l’agression. Le ministre de la Défense, Dragan Sutanovac a déposé à Valjevo des gerbes sur le monument érigé au colonnel pilote Milenko Pavlovic et sur le monument des victimes de la région de Valjevo mortes pour la patrie entre 1990 et 1999. Le secrétaire d’Etat au Ministère du Travail et de la politique sociale, Zoran Martinovic a déposé la gerbe sur le monument dans le parc de Tasmajdan, à Belgrade, érigé en l’honneur des enfants morts pendant les bombardements de la Serbie par l’OTAN et il a rappelé que 89 enfants sont morts pendant l’agression. Le maire de Belgrade, Dragan Djilas et le directeur de Radio et télévision de Serbie, Aleksandar Tijanic ont déposé des fleurs devant le monument „Pourquoi?“ en signe de souvenir des 16 employés de la RTS morts dans le bombardement du bâtiment de ce média par l’OTAN.
 
Le bombardement, qualifié d’agression par le gouvernement de la République fédérale de Yougoslavie et par de nombreux experts juridiques de Serbie et du monde, a suivi après des négociations échouées sur le règlement de la crise au Kosovo, qui ont eu lieu à Rambouillet et à Paris, en février et en mars 1999. Lors des négociations avec la délégation des Albanais du Kosovo, en France, en présence des médiateurs, les autorités serbes ont refusé d’accepter l’annexe militaire au contrat qui signifierait, selon les interprétations, l’occupation du pays. Le Parlement serbe a adopté le 24 mars 1999 la décision sur la non-acceptation des troupes étrangères, et le même soir, à 19 heures 45, les forces de l’OTAN ont entamé le bombardement, sur l’ordre du secrétaire général de l’OTAN de l’époque, Javier Solana (note de RoRo: "socialiste" espagnol). Le gouvernement yougoslave a proclamé la même nuit l’état de guerre. Un conflit de la police et des éléments de l’Armée libératrice du Kosovo terroriste dans le village Racak, le 15 janvier 1999, a servi de motif immédiat pour l’attaque de l’OTAN. Le chef de la mission d’observateurs de l’OSCE, William Walker a proclamé la mort de 45 Albanais de massacre de civils innocents, avant l’ouverture d’une enquête officielle. Les représentants officiels de la Serbie affirmaient cependant qu’à Racak avait eu lieu un conflit entre la police et les terroristes albanais.
 
Pendant l’opération ont eu lieu plus de 2 000 attaques aériennes. 45 ponts routiers et 28 ponts ferroviaires ont été démolis, de même que l’ambassade de Chine à Belgrade, environ 300 écoles, plusieurs dizaines d’hôpitaux et 176 monuments de culture serbes ont subi des dommages graves et légers. Selon les estimations d’experts, le dommage matériel causé par les bombardements est évalué à plus de 30 milliards de dollars. Presque tous les transmetteurs de Radio et télévision de Serbie ont été démolis, y compris la tour à Avala.
 
Suite à plusieurs initiatives diplomatiques, l’intervention militaire a été achevée par la signature de l’Accord technico-militaire le 9 juin 1999 à Kumanovo, et trois jours plus tard a commencé le retrait de l’Armée de Yougoslavie et de la police serbe du Kosovo-Metochie. Le secrétaire général de l’OTAN a issu l’ordre sur l’arrêt des bombardements le 10 juin, et le même jour le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté la Résolution 1244. Environ 37 000 soldats de 36 pays sont arrivés au Kosovo dans la composition de la Kfor. A l’entre-temps, le nombre d’effectifs est réduit à 10 000. Selon les données de l’UNHCR, environ 230 000 Serbes et autres non-albanais ont quitté le Kosovo depuis l’arrivée des forces de la paix, tandis que seulement environ 16 000 personnes déplacées sont revenues dans la Province.

19:58 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Tags : histoire, courcelles, usa, presse, otan, guerre, television, romain, fascisme, imperialisme, euro-dictature, silence, medias, agression, nazisme, kosovo, yougoslavie | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

17/02/2010

14/02/10: 700 Bases militaires sous contrôle US/OTAN...

----- Original Message -----
Sent: Sunday, February 14, 2010 10:13 PM
Subject: [alerte_otan] Occupation de l'Afghanistan : 700 Bases militaires sous contrôle US/OTAN

 

 

 
Tout un réseau de forteresses militaires établies et en pleine expansion en Afghanistan pour une occupation inutile sans fin et dont les coûts en termes humains écologiques et financiers sont monstrueux
 

En 2003 quand l’Administration Bush a envahi l’Irak le Pentagone avait déjà prévu de construire toute une série de méga bases permanentes dans ce pays. Après la chute de Saddam Hussein des centaines de micro bases ont été ajoutées aux méga bases - déjà en 2005 on en comptait 106, et au total c’est plus de 300 qui ont été installées. Sans oublier la gigantesque ambassade américaine construite dans un ancien palais de Saddam Hussein, en bordure du Tigre, au centre de Bagdad et qui a coûté ¾ de milliard de $, la plus grande « ambassade » et la plus chère de toute la planète. Prévue pour accueillir 1000 « diplomates » on parle actuellement d’y doubler leur nombre. Ceci fait partie de la mission de contrôle du Grand Moyen Orient que les US se sont eux -mêmes attribuées. « God Bless América ».
 
En Afghanistan, on compte 700 bases sous contrôle des forces armées US/OTAN
 
Dans la province de Nangarhar dans le district de Shinwar dans un ancien fort utilisé par l’armée britannique au XIXème siècle puis par l’armée soviétique au XXème, c’est au tour de l’armée US d’y avoir installé des troupes en compagnie des forces armées nationales afghanes ( les milices de l’occupant) pour préparer les nouveaux plan d’occupation. Cette base fait partie de centaines d’autres bases éparpillées sur tout le territoire afghan. Les bases militaires occupées par les troupes US et de l’OTAN ainsi que celles des forces armées afghanes comprennent des petites bases telles celle de Shinwar mais aussi des méga bases qui ressemblent à des villes américaines. actuellement selon des sources officielles en Afghanistan on en compte approximativement 700.
 
Ce programme de construction de bases militaires n’est pas rapporté par les médias sous emprise gouvernementale et pourtant c’est une entreprise énorme d’occupation militaire dépendant massivement d’approvisionnements importés de l’étranger qui coûtent extrêmement chers. Alors même que les pays participant à cet occupation subissent une conjoncture économique des plus moroses, la vérité sur les coûts monstrueux de cette guerre d’occupation est enterrée dans des effets d’annonce politico médiatique portant sur une pseudo offensive dans le Sud de l’Afghanistan soit disant pour en chasser les Talibans. Ces derniers- comme tout mouvement de résistance- vont laisser les forces armées étrangères occuper le terrain pour revenir plus tard les harceler.
 
En attendant le « prix Nobel de la Paix » le nègre du complexe militaro industriel des US, Barack Obama- et ses petits nègres que sont Sarkozy, Merkel, Brown et les autres - pourra se vanter que son plan de renforcement des troupes US/OTAN en Afghanistan est un succès.
 
Ces bases s’ajoutent à la longue liste secrète de celles que possèdent le Pentagone, et on ne peut que s’interroger sur la durée d’existence de ces garnisons, et des coûts supportés par les contribuables US et de ceux des pays membres de l’OTAN.
 
400 bases militaires étrangères en Afghanistan
 
Le porte parole de l’ISAF ( International Security Assistance Force ) dirigée par les US, le colonel Wayne Shanks, a dit au site de Tom Dispatch ( voir coordonnées en bas d’article) qu’il y avait à présent prés de 400 bases US et de la coalition en Afghanistan, dont des camps, des bases de relais opérationnels, et des avant postes de combat. En plus, il y a au moins 300 bases des forces armées nationales afghanes (ANA) et de la police nationale afghane, (ANP), la plupart d’entre elles construites entretenues et financées par les US.
 
Un petit nombre des bases de la coalition sont des méga bases tel l’aéroport militaire de Kandahar, l’un des aéroports ayant le plus de trafic au monde, et la base aérienne de Bagram, une ancienne base soviétique rénovée décorée de Big Burger et de Popeye, utilisée actuellement par plus de 20 000 soldats américains en plus de milliers de soldats des forces de la coalition et de personnels civils (dont des mercenaires). A Bagram, il a été rapporté l’automne dernier que des projets de construction d’un montant de plus de 200 millions de $ allant de simples baraquements à des entrepôts étaient en cours ou sur le point d’être réalisés.
 
A Kandahar qui hébergeait déjà en 2007 9000 soldats de la coalition on devrait compter jusqu’à 35 000 soldats quand le renforcement décidé par Obama sera complété. D’importants fonds ont également été débloqués pour l’amélioration de l’aéroport militaire de Kandahar : 65 millions de $ pour la construction d’espaces de parking pour des avions accompagnant les opérations au sol de même qu’activement impliqués dans les opérations de surveillance et de reconnaissance, 61 millions de $ pour la construction d’une piste pour hélicoptères et d’une piste pour des opérations héliportées stratégiques.
 
Actuellement on ignore le chiffre exact de ces bases qui sont agrandies, rénovées, mais selon le porte parole de l’ISAF, il y a des plans militaires d’expansion de plusieurs bases pour l’hébergement du supplément de troupes prévu dans la stratégie de guerre du commandant en chef US en Afghanistan, Stanley McChrystal. En plus, au moins 12 bases vont être construites pour recevoir les quelques 30 000 soldats américains et les milliers de soldats des pays membres de l’OTAN qui devraient bientôt arriver dans le pays.
 
En plus de ces bases étrangères, les US financent également les bases des forces armées et des forces de police afghanes. Selon les données de contrats passés par l’armée US pour la maintenance de celles-ci, il y en aurait au moins 300, et elles ne sont pas incluses dans le chiffre des bases des forces de la coalition US/OTAN. Elles sont plus « rustiques » que les bases américaines et leurs fast food, ».
 
Ainsi, les quartiers généraux de la police afghane dans le district de Khost Farang dans la province de Baghan comprennent-t-ils des bâtiments construits en boue et pierre et entourés d’un mur fait de boue. Cette base n’a même pas de système d’approvisionnement en eau potable, une tranchée ayant été creusée prés d’une source voisine à cet effet. Seuls les avant postes de combats des troupes d’occupation US/OTAN ressemblent à ces bases afghanes rudimentaires.
 
Le Pentagone a établi récemment une liste de ses bases à l’étranger en comptabilisant au total 716. Cela inclue des bâtiments appartenant au Pentagone ou loués par lui partout au Moyen Orient, de même qu’en Europe, et en Asie, tout spécialement au Japon et en Corée du Sud.
 
Mais certainement plus impressionnant encore ce sont les bases du Pentagone non listées ou tenues secrètes. Tandis que les bases situées dans le Golfe Persique, à Bahrain, au Koweït, Oman, et aux Emirats Arabes Unis sont connues publiquement, d’autres sont absentes, telle la base aérienne d’Al-Udeid, située au Qatar et qui a coûté un milliard de dollars. C’est là que les forces de l’armée de l’air US supervisent secrètement les guerres de drones menées en Afghanistan et au Pakistan et qui font de nombreuses victimes civiles chez les populations afghanes et pakistanaises.
 
Ne sont pas non plus incluses dans ce décompte les bases militaires US en Irak 300 en comptant les avant postes selon un chiffre d’Août 2009. Il en va de même des 400 bases en Afghanistan.
 
Combien il y a-t-il de bases militaires des US et de leurs alliés dispersées de par le monde, on ne le saura probablement jamais. Pourtant, une chose est sûre, ce que nous savons de l’expérience des bases US/OTAN construites en Allemagne, au Japon, en Italie, et en Corée du Sud, c’est qu’une fois construites elles deviennent permanentes même après la fin des hostilités ou la signature d’un traité de paix. Ces pays ci-dessus cités sont donc toujours depuis des décennies sous occupation américaine.
 
Pour l’Afghanistan, de même que pour l’Irak, cette occupation ne fait que commencer. Pour l’Afghanistan elle risque de se terminer comme les précédentes, celles des Britanniques et des Soviétiques.
 
En attendant les Talibans se replient du Sud de l’Afghanistan laissant les forces d’occupation crier victoire…. Jusqu’aux prochaines embuscades qui seront de plus en plus meurtrières la résistance afghane étant de plus en plus expérimentée et de plus en plus soutenue par une population civile la première à faire les frais de telles offensives. On est loin de la « conquête des cœurs » et des négociations avec les «Talibans modérés » un discours en général précurseur d’une offensive militaire en préparation comme cela vient une nouvelle fois d’être prouvé.
 
Mais les médias qui marchent au pas cadencé seront « en direct » d’Afghanistan pour relater la « victoire » d’Obama et de ses petits nègres, oubliant de mentionner le nombre de civils afghans déplacés et ou tués dans ces jeux de guerre au coût monstrueux, humainement écologiquement et économiquement.
 
Plus d’information sur ce réseau de bases militaires US/OTAN sur
 
 

18:42 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Tags : histoire, actualite, courcelles, usa, presse, otan, guerre, romain, belgique, afghanistan, colonialisme, europe, fascisme, imperialisme, euro-dictature, capitalisme, silence, medias, nazisme | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

13/02/2010

13/02/10: Iran, un appel qui alimente le feu de la guerre...

To:
Sent: Saturday, February 13, 2010 12:06 AM
Subject: [alerte_otan] Iran, un appel qui alimente le feu de la guerre

 

 

Iran, un appel qui alimente le feu de la guerre
Par Domenico Losurdo, Gianni Vattimo 

« Il manifesto » de samedi 6 février a publié un Appel « Pour la liberté d’expression et la fin de la violence en Iran ». Le signent, ensemble avec des intellectuels habitués à légitimer ou à justifier toutes les guerres et les actes de guerre (blocus et embargos) déchaînés et opérés par les Usa et Israël, d’autres personnes qui, par contre, en de plus nombreuses occasions, ont participé activement à la lutte pour la paix et pour la fin de l‘interminable martyre imposé au peuple palestinien. Malheureusement, ceux qui donnent le ton de l’Appel sont les premiers.
 
1) Dès le début, on parle des « résultats falsifiés de l’élection présidentielle du 12 juin 2009 » et de « fraudes électorales ». Entre autres, c’est le président brésilien Lula qui a mis en doute ou ridiculisé cette accusation. Pourquoi donc devrions-nous accorder foi à ceux qui régulièrement, à la veille de toute agression militaire, ont recours à des falsifications et manipulations en tous genres ? Qui ne se souvient des « preuves » exhibées par Colin Powell et Tony Blair sur les armes de destruction massive (chimiques et nucléaires) possédées par Saddam Hussein ?
 
2) L’Appel continue en opposant la violence du régime iranien à la « non-violence » des opposants. En réalité des victimes se trouvent aussi parmi les forces de police. Mais c’est un autre refoulement surtout qui est grave : depuis de nombreuses années l’Iran est la cible d’attentats terroristes accomplis soit par certains mouvements d’opposition soit par des services secrets états-uniens ou israéliens. En ce qui concerne ces derniers attentats, voilà ce qu’écrivait G. Olimpio sur le Corriere della Sera en 2003 (le 7 octobre) déjà : « en parfaite identité de vue avec Washington », les services secrets israéliens ont la tâche d’ « éliminer » aussi, en même temps que les « chefs des groupes palestiniens où qu’ils se trouvent », les « scientifiques iraniens engagés dans le projet de la Bombe » et jusque ceux qui, dans d’autres pays, sont « suspectés de collaborer avec l’Iran ».
 
3) L’Appel s’attarde lourdement sur la brutalité de la répression à l’œuvre en Iran, mais ne dit rien du fait que ce pays est sous la menace non seulement d’une agression militaire, mais d’une agression militaire qui est prête à prendre les formes les plus barbares : sur le Corriere della Sera du 20 juillet 2008, un illustre historien israélien (Benni Morris) évoquait tranquillement la perspective d’ « une action nucléaire préventive de la part d’Israël » contre l’Iran. Dans quel monde vivent les signataires de l’Appel : est-il possible qu’ils n’aient pas lu chez les auteurs classiques même de la tradition libérale (Madison, Hamilton etc. ) que la guerre et la menace de guerre constituent le plus grave obstacle à la liberté ?
 
S’il n’est pas étonnant que les idéologues des guerres déchaînées par Washington et Tel Aviv soient signataires (ou fassent la promotion) de l’Appel, ce serait bien que les signataires d’orientation différente s’interrogent : l’éthique de la responsabilité impose à tout le monde de ne pas contribuer à nourrir le feu d’une guerre qui menace le peuple iranien dans son ensemble et qui, dans les intentions de certains de ses promoteurs, ne doit pas hésiter devant l’occurrence d’avoir recours à l’arme nucléaire.
 
Blog de Domenico Losurdo ici.

Outre Il manifesto, l’ « Appel » auquel font référence D. Losurdo et G. Vattimo a été publié
- samedi 6 février sur le quotidien tunisien Al Awan, (et non égyptien, comme indiqué par le Nouvel Observateur...)
puis,
- mardi 9 février, en français sur
• Libération : « Liberté pour l’Iran » http://www.liberation.fr/monde/0101618129-liberte-pour-l-iran et
• le site du Nouvel Observateur : « Appel international – Pour la liberté d’expression et la fin de la violence en Iran ». http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/proche_moyenorient/20100209.OBS6375/pour_la_liberte_dexpression_et_la_fin_de_la_violence_en.html
 
La réponse des deux philosophes italiens à leurs collègues "illustres intellectuels, universitaires et miliants associatifs" (cf. le Nouvel Observateur) est donc parue le même jour que la version française (originale de l'"Appel"). La version italienne ne fait pas mention d'une traduction ni de source pour l'original. (NdT)
 
   Source : Il manifesto  
   Traduction : Marie-Ange Patrizio

 

__._,_.___

19:41 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Tags : histoire, actualite, courcelles, usa, presse, guerre, television, romain, colonialisme, democratie, iran, imperialisme, euro-dictature, israel, silence, liberte, medias, petrole | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

08/01/2010

07/01/10: Le rôle du Pentagone dans la catastrophe mondiale ...

From: nicolas
Sent: Thursday, January 07, 2010 11:14 PM
To: Romain
Subject: [romain : paix_socialisme_communisme] Fw: le pentagone et la pollution

 
Le rôle du Pentagone dans la catastrophe mondiale
Sara Flounders   
Au terme de la Conférence de Copenhague sur le changement climatique – qui a rassemblé plus de 15 000 participants issus de 192 pays, dont une centaine de chefs d'Etat, ainsi que 100 000 manifestants – une question s'impose : Comment se peut-il que le plus gros pollueur de la planète, qu'il s'agisse de dioxyde de carbone ou d'autres émissions toxiques, n'ait fait l'objet d'aucune discussion ni d'aucune proposition de restriction ?

Le Pentagone est sans conteste l'institution la plus gourmande en produits pétroliers et, de manière général, en énergie. Toutefois, il bénéficie d'une exemption générale dans tous les accords internationaux.

Ni les guerres menées par le Pentagone en Irak et en Afghanistan, ni ses opérations secrètes au Pakistan, ni l'équipement du millier de bases qu'il possède dans le monde entier, ni ses 6000 installations aux Etats-Unis, ni les opérations de l'OTAN, ni ses porte-avions, ni sa flotte aérienne, ni ses entraînements, ses essais ou ses ventes d'armes n'entrent en compte pour les quotas d'émission de gaz à effet de serre attribués aux Etats-Unis, ni dans aucune autre mesure.
 
Le 17 février 2007, le site Energy Bulletin publiait le détail de la consommation en pétrole du Pentagone pour ses seuls avions, bateaux, véhicules terrestres et installation, des chiffres qui en faisaient le premier consommateur de pétrole du monde. A l'époque, la marine des Etats-Unis (U.S. Navy) disposait de 285 navires de combat et de transport ainsi que d'environ 4 000 avions opérationnels. Quand à l'armée de terre, elle ne possédait pas moins de 28 000 blindés, 140 000 véhicules tout-terrain, 4000 hélicoptères de combat, plusieurs centaines d'avions et 187 500 voitures. Hormis 80 sous-marins et porte-avions nucléaires, source de pollution radioactive, tous les véhicules fonctionnent à l'essence.
 
Selon le classement présenté dans l'édition 2006 du CIA World Factbook [1], 35 pays seulement (sur les 210 que compte le monde) affichent une consommation journalière de pétrole supérieure à celle du Pentagone.
 
Officiellement, l'armée américaine consomme chaque jour 320 000 barils de pétrole, un chiffre qui n'inclut pas la consommation des entreprises travaillant sur mandat ni des installations louées ou privatisées, sans parler des énormes quantités d'énergie et de ressources englouties dans la production et l'entretien de son arsenal meurtrier, comme les bombes, les grenades ou les missiles.
 
Selon Steve Kretzmann, directeur d'Oil Change International [2], "la guerre d'Irak a produit au moins 141 millions de tonnes équivalent dioxyde de carbone (MMTCO2e) entre mars 2003 et décembre 2007. (...) La guerre dégage plus d'émissions que 60 % des pays du monde. (...) Cette information n'est pas disponible comme telle car les émanations provoquées par l'armée en dehors des USA ne sont pas soumises à la législation américaine en matière d'obligations nationales de déclaration, ni à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques" (www.naomiklein.org, 10 décembre 2009). La plupart des scientifiques s'accordent à dire que le dioxyde de carbone est un gaz à effet de serre et qu'il participe au changement climatique.
 
Dans son nouveau livre intitulé "The Green Zone: The Environmental Costs of Militarism", Bryan Farrell  indique que "la pire agression commise sur l'environnement et sur la population mondiale est l'œuvre d'une seule entité : les forces armées des Etats-Unis."
 
Comment se fait-il que le Pentagone ne soit pas concerné par les accords sur le climat ? Lors des négociations sur l'accord de Kyoto, les Etats-Unis ont imposé une clause précisant que les opérations militaires qu'ils mèneraient dans le monde entier et celles auxquelles ils participeraient avec les Nations Unies ou l'OTAN seraient intégralement exemptées de toute obligation de mesure ou de réduction. Une fois cette énorme concession obtenue, l'administration Bush a refusé de signer l'accord.

Dans un article publié le 18 mai 1998 et intitulé "National security and military policy issues involved in the Kyoto treaty", la position du Pentagone a été décrite par Jeffrey Salmon, qui cite le rapport annuel 1997 rendu au Congrès par le secrétaire à la Défense de l'époque,  William Cohen : "Le Département de la Défense recommande vivement que les Etats-Unis insistent pour qu'une disposition de sécurité nationale soit inscrite dans le protocole sur le changement climatique actuellement en négociation" (www.marshall.org).
 
Selon Jeffrey Salmon, cette disposition a été formulée dans un projet demandant que l'ensemble du secteur militaire ne soit pas soumis aux limites fixées en matière d'émission de gazes à effet de serre. Le projet inclut non seulement les opérations multilatérales, telles que les activités approuvées par l'OTAN ou les Nations Unies, mais aussi les actions liées de près ou de loin à la sécurité nationale, à savoir toutes les formes d'actions militaires unilatérales, ainsi que les entraînements préalables."
 
Jeffrey Salmon cite également l'ancien sous-secrétaire d'Etat Stuart Eizenstat, qui menait la délégation américaine à Kyoto. Celui-ci a déclaré que "le Département de la Défense et les militaires en uniforme se trouvant à mes côtés à Kyoto obtenaient tout ce qu'ils demandaient. Il s'agit d'autodéfense, de maintien de la paix, d'aide humanitaire."

Bien que les Etats-Unis aient déjà reçu des garanties lors des négociations, le Congrès américain a adopté une disposition explicite assurant l'exemption totale pour les activités militaires américaines. Le 21 mai 1998, Inter Press Service annonçait : "Dernier coup porté aux efforts internationaux déployés pour freiner le réchauffement climatique, les législateurs américains ont établi aujourd'hui que les opérations militaires américaines ne seront pas soumise à l'accord de Kyoto, lequel contient des engagements contraignants de réduction des émissions de gaz à effet de serre. La Chambre des Représentants a adopté un amendement à la loi sur le budget militaire de l'année prochaine interdisant la restriction des forces armées dans le cadre du Protocole de Kyoto".
 
Aujourd'hui à Copenhague, les accords et orientations concernant les gaz à effets de serre sont toujours d'actualité. Toutefois, il est extrêmement difficile de trouver ne serait-ce qu'une allusion à cette omission flagrante.
 
Johanna Peace, journaliste spécialisée dans les questions d'environnement, relève que les activités militaires ne seront pas non plus concernées par une décision du pouvoir exécutif signée par le président Barack Obama exigeant des agences fédérales qu'elles réduisent leurs émissions de gaz à effet de serre d'ici 2020. Pourtant, "la demande en énergie du gouvernement fédéral est à 80 % destinée à l'armée" (solveclimate.com, 1er septembre 2009).
 
L'exclusion de l'ensemble des opérations du Pentagone fausse les données relatives à la production de dioxyde de carbone par les Etats-Unis, qui semble nettement inférieure à ce qu'elle est en réalité. Il n'en demeure pas moins que, même sans compter les activités militaires, les Etats-Unis occupent la tête du classement mondial dans ce domaine.


AUTRES SUBSTANCES POLLUANTES
 
Hormis le dioxyde de carbone, les opérations militaires américaines répandent dans l'air, l'eau et le sol d'autres produits, hautement toxiques et radioactifs.
 
Les armes américaines à uranium appauvri ont libéré des dizaines de tonnes de microparticules radioactives et fortement toxiques au Moyen Orient, en Asie centrale et dans les Balkans.
 
Les Etats-Unis vendent des mines terrestres et des bombes à sous-munitions, deux types d'armes à l'origine des explosions tardives qui blessent et estropient notamment des paysans et des habitants de régions rurales en Afrique, en Asie et en Amérique latine. A titre d'exemple, au cours de l'invasion du Liban, en 2006, Israël a lancé plus d'un million de bombes à sous-munitions acquises auprès des USA.
 
La guerre du Vietnam a pollué avec l'herbicide surnommé "agent orange" de vastes espaces qui, encore aujourd'hui, présentent un taux de dioxine 300 à 400 fois supérieur au niveau maximum considéré "sans danger". Trois générations plus tard, les cas de malformations congénitales graves et de maladies cancéreuses dues à la pollution de l'environnement restent très nombreux.

La guerre d'Irak, en 1991, suivie de 13 années de sanctions visant à affamer le pays, puis de l'invasion et de l'occupation américaine depuis 2003 ont fait de cette région – qui est le grenier du Moyen Orient  depuis plus de 5 000 ans – un désastre écologique. Les terres arables et fertiles y ont été transformées en un désert où la plus faible brise soulève des nuages de poussière. Autrefois exportateur de denrées alimentaires, l'Irak importe désormais 80% de ses vivres. Selon le ministère de l'Agriculture irakien, une grave désertification affecte 90 % des terres.


GUERRE ECOLOGIQUE INTERNE
 
Le Département de la Défense a pris pour habitude de résister à l'Agence de Protection de l'Environnement lorsque celle-ci l'invite formellement à assainir les bases américaines contaminées (Washington Post, 30 juin 2008). Les bases militaires du Pentagone, responsables de l'infiltration de substances dans les nappes aquifères et les sols, occupent la première place de la liste "Superfund"[3] des sites les plus pollués.
 
Le Pentagone a également torpillé les efforts fournis par l'agence pour instaurer de nouvelles normes concernant deux produits toxiques, dont les sites militaires sont très largement imbibés : le perchlorate, qui entre dans la composition du propulseur utilisé pour les roquettes et les missiles, et le trichloréthylène, utilisé pour dégraisser les pièces métalliques. Ce dernier est le polluant de l'eau le plus répandu dans le pays, notamment en Californie, à New York, au Texas et en Floride.

Aux Etats-Unis, plus de 1 000 sites militaires ont été souillés par des produits chimiques. Les populations les plus pauvres, en particulier les communautés afro-américaines, sont les plus touchées. Dans le sud-ouest des Etats-Unis et dans les îles du Pacifique sud, les essais d'armes nucléaires ont répandu des substances radioactives dans des millions de sites et de points d'eau. Des montagnes de résidus d'uranium toxiques et radioactifs ont été abandonnées sur le territoire indigène du sud-ouest et plus de 1 000 mines de cet élément délaissées dans les réserves Navajo en Arizona et au Nouveau Mexique.
 
Dans le monde entier, que ce soit dans ses ancienne bases ou dans ses bases actuelles à Puerto Rico, aux Philippines, en Corée du Sud, au Vietnam, au Laos, au Cambodge, au Japon, au Nicaragua, au Panama ou en ex-Yougoslavie, le Pentagone commet le geste criminel d'abandonner des barils rouillés contenant des produits chimiques et des solvants, ainsi que des millions de cartouches de munitions
 
Pour faire disparaître une grande partie de la pollution, il faudrait supprimer le Pentagone ; le combat contre le changement climatique doit passer par un changement radical de système.

NdTr

[1]Publication annuelle officielle de la CIA détaillant chaque pays du monde, du point de vue géographique, démographique, politique, économique, des communications et militaire.

https://www.cia.gov/library/publications/download/download-2006/index.html

[2]http://priceofoil.org/about/

[3]Loi fédérale américaine sur le nettoyage des sites pollués par des déchets toxiques, en vertu de laquelle l'Agence de Protection de l'Environnement est autorisée à identifier les parties responsables de la pollution de sites et de les contraindre à les assainir http://en.wikipedia.org/wiki/Superfund

Traduit par Chloé Meier pour Investig'Action

Source: IAC

20:33 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Tags : histoire, actualite, courcelles, usa, presse, guerre, television, romain, imperialisme, capitalisme, climat, silence, medias, information, copenhague | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

26/12/2009

26/12/098: Quand Michael MOORE écrit à Obama ... Arrêtez la guerre, M. le Président ! par Michael Moore...

Quand Michael MOORE écrit à Obama ... Arrêtez la guerre, M. le Président ! par Michael Moore


 

 

Arrêtez la guerre, M. le Président ! par Michael Moore« Qu´aurait fait Martin Luther King ? ... Il n´aurait pas envoyé encoreplus de pauvres s´en aller tuer d´autres pauvres qui ne les menacent pas. Nidépensé des milliards et des milliers de milliards pour faire la guerre, alorsque les enfants d´Amérique dorment sur les trottoirs et font la queue pourobtenir du pain. » Michael Moore, qui avait espéré, comme tantd´américains, qu´Obama sache sortir de l´engrenage des conflits, laisseéclater sa profonde déception et lance un dernier appel désespéré pourtenter de convaincre le Président de ne pas choisir la voie de l´escaladedans la guerre d´Afghanistan.Lettre ouverte au Président ObamaPar Michael Moore, 30 novembre 2009Cher Président Obama,Voulez-vous vraiment être un nouveau « président de guerre » ? Si vous vousrendez demain soir à West Point pour annoncer une escalade, au lieu d´unretrait des troupes en Afghanistan, vous serez un nouveau président de guerre.Purement et simplement. Et du même coup, vous ferez la pire chose que vouspuissiez faire - détruire les espoirs et les rêves que tant de millions degens ont placés en vous. En un seul discours demain soir, vous pourrieztransformer en cyniques désabusés la multitude de jeunes qui ont formé lacheville ouvrière de votre campagne. Vous allez leur apprendre que ce qu´ilsont toujours entendu dire est vrai - que tous les politiques sont pareils. Je nepeux tout simplement pas croire que vous êtes sur le point de faire ce qu´ilsdisent que vous êtes sur le point de faire. S´il vous plaît, dites qu´iln´en est rien.Votre travail ne consiste pas à faire ce que les généraux vous disent defaire. Notre gouvernement est dirigé par les civils. C´est nous qui disonsquoi faire à l´état-major des armées, et non l´inverse. Le généralWashington y avait insisté. Et c´est ce que le président Truman a faitsavoir au général MacArthur, lorsqu´il a voulu envahir la Chine. « Vousêtes viré ! », lui a dit Truman, et puis c´est tout. Et vous auriez duvirer le général Mc Chrystal lorsqu´il a tenté de vous forcer la main endisant à la presse ce que vous devriez faire. Permettez-moi d´être franc :Nous aimons nos gamins qui sont dans les forces armées, mais nous avons uneP*#&... de haine pour ces généraux, depuis Westmoreland au Vietnam jusqu´àColin Powell, oui même lui, qui a menti à l´ONU avec ses faux graphiquesd´armes de destruction massive (depuis, il s´est amendé).Aujourd´hui, vous vous sentez coincé. Il y a 30 ans ce jeudi, les générauxsoviétiques ont eu une sacré idée : « Envahissons l´Afghanistan ! » Ehbien, cela s´est avéré être le dernier clou enfoncé dans le cercueil del´URSS.Il y a une bonne raison pour que l´Afghanistan ne porte pas le surnom d´ «Etat Jardin » (Bien qu´on pourrait y penser en voyant que le frère duprésident corrompu Karzaï, que nous soutenons, fait dans le commerce del´héroïne et cultive du pavot). Le surnom de l´Afghanistan, c´est le «cimetière des empires ». Si vous ne le croyez pas, téléphonez donc auxbritanniques. Je vous aurais volontiers suggéré d´appeler Gengis Khan, maisj´ai perdu son numéro. Mais j´ai par contre celui de Gorbatchev. C´est le41 22 789 1662. Je suis sûr qu´il aurait des tas de choses à vous direconcernant l´erreur historique que vous vous apprêtez à commettre.Si vous devenez un « président de guerre, » avec cette crise économique quise poursuit, avec le sacrifice de notre jeunesse sur l´autel de l´arroganceet la cupidité, cette grande civilisation que nous appelons l´Amérique va seprécipiter à pleins gaz vers sa chute et l´abîme. Les empires ne croientjamais que leur fin est proche, jusqu´à qu´elle soit là. Les empirescroient qu´en faisant encore plus de mal, ils forceront les païens à rentrerdans le rang - et pourtant cela ne fonctionne jamais. Les païens finissent engénéral par tailler en pièces les empires.Réfléchissez avec soin, Président Obama. Vous êtes le premier à savoir quecela ne doit pas se dérouler ainsi. Il vous reste quelques heures pour écoutervotre coeur et faire appel à votre raison. Vous savez que rien de bon nesortira de l´envoi de nouveaux soldats à l´autre bout du monde, dans unerégion que ni vous, ni eux, ne comprennent, pour atteindre un objectif dont nivous, ni eux, ne savent ce qu´il est, et ce dans un pays qui ne veut pas denous. Vous pouvez le ressentir au plus profond de vous.Je sais que vous savez qu´il reste moins d´une centaine de partisans d´AlQaïda en Afghanistan ! Une centaine de milliers de soldats tenteraientd´écraser une centaine de types qui vivent dans des cavernes ? Vous êtessérieux ? Avez-vous gouté à la même liqueur que Bush ? Je me refuse à lecroire.Votre décision éventuelle d´étendre la guerre (tout en affirmant que vousle faites pour vous permettre de « mettre fin à la guerre »), fera davantagepour graver dans la pierre votre place dans l´histoire qu´aucune des grandeschoses que vous avez accomplies et dites durant votre première année demandat. Si vous jetez encore un os à ronger aux Républicains, la coalition desgens qui espèrent en vous et de ceux qui étaient désespérés pourraitdisparaître - et le sort de cette nation reviendra alors dans les mains de ceuxqui répandent la haine, en moins de temps qu´il n´en faut pour crier « TeaParty » ! [1]Choisissez avec soin, Monsieur le Président. Les entreprises qui ont financévotre campagne vont vous abandonner dès qu´il sera clair que vousn´exercerez pas de second mandat, et que le destin de la nation reviendra ànouveau entre les mains des idiots habituels qui leurs attribuent des marchés.Cela pourrait se produire dès mercredi matin.Nous, le peuple, nous vous aimons toujours. Nous, les citoyens, nous conservonstoujours une lueur d´espoir. Mais nous, les citoyens, nous n´en accepteronspas plus. Nous ne pouvons accepter de vous voir faire encore et encore desconcessions, alors que nous vous avons élu à cette fonction avec une largemajorité de millions de voix pour que le travail soit fait. Quelle est donc ladimension de cette « victoire écrasante » qui vous échappe ?Ne vous laissez pas abuser en pensant que l´envoi d´un nombre inférieur desoldats en Afghanistan fera une différence, ou vous gagnera le respect de ceuxqui vous haïssent. Ils ne s´arrêteront pas avant que ce pays ne soit réduiten lambeaux et que le dernier dollar n´ait été extorqué aux pauvres et àceux qui vont le devenir. Vous pourriez envoyer là-bas un million de soldats,et la droite hystérique ne serait toujours pas satisfaite. Vous seriez toujoursvictime de leur venin, répandu sans cesse par des radios et télévisionshaineuses, parce que peu importe ce que vous faites, vous ne pouvez pas changerla seule chose en vous-même qui les mets hors d´eux-mêmes.Ces gens pleins de haine ne sont pas ceux qui vous ont élu, et ils ne pourrontpas être ralliés, même si vous nous abandonnez.Président Obama, il est temps de rentrer à la maison. Demandez donc à vosvoisins à Chicago et aux parents des jeunes hommes et femmes qui se battent etmeurent, s´ils veulent voir encore plus de soldats et de milliards envoyés enAfghanistan. Pensez-vous qu´ils vous répondraient : « Non, nous n´avonspas besoin d´assurance santé, nous n´avons pas besoin d´emplois, nousn´avons pas besoin de logements. Allez-y, M. le Président, et envoyez notrerichesse, nos fils et nos filles à l´étranger, nous n´avons besoin derien. »Qu´aurait fait Martin Luther King ? Qu´aurait fait votre grand-mère ? Ilsn´auraient pas envoyé encore plus de pauvres s´en aller tuer d´autrespauvres qui ne les menacent pas... Ni dépensé des milliards et des milliers demilliards pour faire la guerre, alors que les enfants d´Amérique dorment surles trottoirs et font la queue pour obtenir du pain.Tous ceux qui ont voté pour vous, ont prié pour vous, et pleuré le soir devotre victoire, tous ont enduré un enfer orwellien durant ces huit années decrimes commis en notre nom : torture, prisons secrètes, suspension de ladéclaration des droits, invasion de nations qui ne nous avaient pas attaqué,bombardement des quartiers où Saddam « pouvait » se trouver (sans y êtrejamais), massacre de cortèges de mariages en Afghanistan. Nous avons vu descentaines de milliers de civils irakiens se faire abattre et des dizaines demilliers de nos braves jeunes hommes et femmes se faire tuer, mutiler, ressentirl´angoisse. Ce fut une terreur totale dont nous ne soupçonnions qu´à peinel´existence.Lorsque nous vous avons élu, nous ne nous attendions pas à des miracles. Nousnous ne nous attendions même pas à beaucoup de changements. Mais nous enattendions quelques-uns. Nous avons pensé que vous alliez arrêter cette folie.Arrêter le massacre. Abandonner cette idée folle que des hommes en armespourraient réorganiser une nation qui ne fonctionne même pas en tant quenation, et ne l´a jamais fait.Arrêtez, arrêtez, arrêtez ! Pour la vie des jeunes Américains et des civilsafghans, arrêtez. Pour votre présidence, l´espérance et l´avenir de notrenation, arrêtez. Pour l´amour de Dieu, arrêtez.Ce soir, nous avons encore espoir.Demain, nous verrons. La balle est dans votre camp. Vous ne devez PAS le faire.Vous pouvez être un exemple de courage. Vous pouvez être le digne fils devotre mère.Nous comptons sur vous.

18:49 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Tags : histoire, actualite, courcelles, usa, presse, guerre, irak, palestine, television, romain, afghanistan, terrorisme, colonialisme, democratie, imperialisme, capitalisme, silence, medias, information, gaza, ligberte | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

16/12/2009

15/12/09: Le prix Nobel de la guerre a abattu ses cartes ...


From: nicolas
Sent: Tuesday, December 15, 2009 5:55 PM
To: Romain
Subject: [romain : paix_socialisme_communisme] Fw: Le prix Nobel de la guerre a abattu ses cartes (comaguer)

 

 

Sent: Tuesday, December 15, 2009 3:18 PM
Subject: Fw: Le prix Nobel de la guerre a abattu ses cartes (comaguer)                                          

Au fil des jours et des lectures n°54

14 Décembre 2009

Le Prix Nobel de la guerre a abattu ses cartes

Retour sur le 11 Septembre 2001

Le 11 Septembre 2001 les attentats les plus spectaculaires de l’Histoire de l’Humanité frappent la première puissance militaire mondiale sur son propre sol. Dans les heures qui suivent, ils sont attribués, sans l’ombre d’une enquête, à un groupe terroriste islamiste qui n’a jusqu’alors à son actif que des attentats sans commune mesure avec ceux du 11 Septembre et  commis à des milliers de kilomètres du territoire des Etats-Unis.

Il ne faut que quelques jours pour identifier les supposés coupables directs et leur organisation.

Que ces terroristes de seconde zone, ces pilotes amateurs, aient pu déjouer toutes les protections des sites les mieux surveillés de la première armée du monde, qu’ils aient pu frapper  les Etats-Unis en plein cœur, qu’ils aient atteint,  sans que les services de renseignement les plus puissants du monde  n’y prennent garde, un niveau technique proprement stupéfiant dans l’organisation et la coordination des attentats, ne suscite aucune interrogation officielle .  

Bien au contraire le suspect officiel va être aussitôt condamné sans jugement et sans preuves (quand le FBI lui-même précisera plus tard qu’il ne dispose pas d’éléments lui permettant  d’accuser  AL QAIDA pour  les attentats du Onze Septembre,  il n’en sera tenu aucun compte)  et aussitôt puni de mort.

Et c’est ainsi que moins d’un mois après le Onze Septembre, l’armée US prend d’assaut l’Afghanistan pour capturer celui à qui est attribué l’organisation de ces attentats.

Huit ans plus tard, la plus grande armée du monde a échoué dans cette gigantesque chasse à l’homme. Elle a pourtant déployé dans ce pays très pauvre et déjà dévasté par plusieurs guerres plus de 100 000 soldats et obtenu de l’aide de ses alliés de l’OTAN qui ont envoyé 30000 hommes pour participer à cette traque gigantesque. Pour la poursuite de cette guerre en terre lointaine elle a dépensé depuis 8 ans 233 milliards de dollars et consommé des millions de tonnes de carburant partis en fumée de CO2 dans l’atmosphère*. Sans succès.

Cette obstination invraisemblable, cette onéreuse persévérance dans l’échec ont d’abord été attribuées au Président en exercice au moment des attentats que l’on présentait comme têtu et borné.  Mais le monde entier découvre avec consternation que son successeur a décidé de poursuivre et même d’amplifier le même politique en réaffirmant à nouveau que 19 terroristes de petit niveau et leur chef  toujours caché en Afghanistan  et toujours introuvable étaient bien les auteurs et les concepteurs des attentats du 11 Septembre. 

Ce genre d’affirmation veut continuer à faire croire qu’« AL QAIDA », qui , selon des sources officielles US, ne compterait plus aujourd’hui qu’une centaine de combattants,  aurait réussi à  tenir  tête pendant huit ans à l’armée, aux services de renseignement  et aux  forces spéciales des Etats-Unis  et de tous les membres de l’OTAN, la plus puissante coalition militaire du monde. Ce défi à l’intelligence est entretenu par un verrouillage médiatique sans précédent qui vise à empêcher  de répondre à la  question centrale :

Qui,  de « AL QAIDA » et des USA, a le plus fait avancer ses objectifs stratégiques avec ces attentats ?

EN REITERANT LE PLUS GRAND MENSONGE DU XXI° SIECLE, OBAMA VIENT D’Y REPONDRE LUI-MEME :

« Le seul des deux qui avait des objectifs stratégiques ! »

LES ETATS-UNIS ONT DECIDE D’INSTALLER DURABLEMENT UNE PUISSANTE FORCE MILITAIRE AU CŒUR DE L’ASIE CENTRALE, FORCE A LA FOIS DEMESUREE ET INADAPTEE A L’OBJECTIF ANNONCE QU’ILS S’EMPLOIERONT A NE PAS ATTEINDRE, CAR ELLE EST, EN REALITE, LE PREMIER ELEMENT D’UNE GUERRE DE BASSE INTENSITE AVEC LEURS RIVAUX STRATEGIQUES : CHINE ET RUSSIE , UNE MENACE PERMANENTE SUR L’IRAN VOISIN ET UN OUTIL DE DESTRUCTION DE L’ETAT PAKISTANAIS INSUFFISEMMENT DOCILE.

MAIS LE CRIME NE LUI PROFITERA PAS !

Les « ennemis » ont tous très bien compris cette stratégie d’occupation permanente de l’Asie Centrale. Ils s’emploient à mettre en place un cordon de protection pour éviter le déplacement du conflit chez eux et les infiltrations de « terroristes » made in Afghanistan, les poches pleines d’opio-dollars. Ils éviteront tout accrochage militaire direct avec les Etats-Unis. Seul le Pakistan n’a pas pu pour l’heure éviter la contamination mais des forces sociales existent dans le pays qui appellent à la résistance. Tous attendent l’enlisement de l’envahisseur et son épuisement financier.

L’AFGHANISTAN, CIMETIERE DES IMPERIALISMES, TIENT SA PROIE.

*

·  Quelques chiffres pour se distraire des Copenhâneries

·  Consommation de carburants de l’US ARMY EN 2006 : 18 millions de tonnes

·  Consommation d’un bombardier B 52 : 7755 litres / heure

·  Consommation d’un chasseur F16 : 1880 litres/ heure

·  Consommation d’un tank Abrams : 250 litres au cent km

·  En Irak en 2005, l’armée US consommait 6,5 millions de litres de carburant par jour, les opérations afghanes amplifiées devraient conduire à des consommations du même ordre.

·  La consommation annuelle de carburant par soldat US  (division du budget carburant du ministère de la défense par effectif des forces armées) est 10 fois celle d’un habitant de la Chine.

20:17 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Tags : histoire, actualite, courcelles, usa, presse, guerre, irak, palestine, television, romain, afghanistan, colonialisme, imperialisme, euro-dictature, capitalisme, silence, gb, medias, information | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

22/11/2009

21/11/09: L'Otan du Kosovo à l'Afghanistan : guerres sans frontières - Diana Johnstone ...

Sent: Saturday, November 21, 2009 9:20 PM
Subject: [romain : paix_socialisme_communisme] L'Otan du Kosovo à l'Afghanistan : guerres sans frontières - Diana Johnstone

 

 

L'OTAN: la BELGIQUE fout encore quoi au sein de cette saloperie d' alliance militariste d' agressions impérialistes et colonialistes, une alliance qui a déjà coûté des milliers de milliards d' euros uniquement pour servir l' anticommunisme et faire les guerres du capitalisme et de l'Amérique ???
 
RoRo 

From: Comité Valmy
Sent: Saturday, November 21, 2009 8:41 PM
Subject: L'Otan du Kosovo à l'Afghanistan : guerres sans frontières - Diana Johnstone


Il existe 761 bases américaines avouées dans le monde dont celle, gigantesque de Bondsteel au Kosovo qui a été arraché par la guerre et illégitimement à la Serbie, avec l'aide décisive des impérialistes euro- atlantistes. CB

Base états unienne de Bondsteel au Kosovo

 

Il y a vingt ans, la fin de la Guerre Froide devait introduire une ère de paix. Pourtant, depuis dix ans, l'Otan fait la guerre – d'abord au Kosovo, aujourd'hui en Afghanistan. C'est la guerre et non la paix qui est de retour. Pourquoi ?

Je veux présenter plusieurs propositions qui à mon avis sont des évidences, mais des évidences qui ne font pas partie du discours officiel relayé par les médias.

1. Première proposition. Le but principal de la guerre menée en 1999 par l'Otan contre la Yougoslavie – dite « guerre du Kosovo » – était de sauver l'Otan en la dotant d'une nouvelle mission de mener des guerres aux endroits et pour des motifs décidés par elle. (Un but secondaire était de débarrasser la Serbie d'un chef considéré comme trop peu empressé de suivre le modèle économique néo-libéral, mais je laisse de côté cet aspect des choses, qui aurait pu être traité autrement que par la guerre, bien que les bombardements aient hâté la privatisation des industries ainsi frappées de façon expéditive.)

2. Ce but a éte atteint, avec l'acceptation par les alliés européens de la nouvelle stratégie de l'Otan, qui préconise la possibilité des interventions militaires n'importe où dans le monde sous n'importe quel prétexte – voir la liste des « menaces » auxquelles ils faut faire face.

3. Ce changement de politique stratégique, avec des implications graves, a été réalisé sans le moindre débat démocratique dans les parlements européens ou ailleurs. Il a été réalisé de façon bureaucratique derrière un épais écran de fumée émotionnel – on dirait des gaz lacrymogènes – sur le besoin de sauver des populations de menaces qui n'existaient pas et qui étaient inventées précisément pour justifier une intervention qui servait les intérêts à la fois des Etats-Unis et des sécessionnistes albanais du Kosovo. En autres mots, la nouvelle politique de guerre sans limites a été décidée presque en huis clos, et vendue au public comme une grande entreprise humanitaire d'une généreuse abnégation, sans précedent dans l'histoire de l'humanité.

C'est ainsi que la « guerre du Kosovo » continue à être célébrée, surtout aux Etats-Unis, servant de preuve que la guerre n'est plus le pire des maux à éviter, mais le meilleur des véhicules du Bien.

4. Suite aux attaques criminelles contre les Tours du World Trade Center le 11 septembre 2001, les alliés européens des Etats-Unis ont suivi sans broncher l'interprétation plus que douteuse donnée par l'administration américaine Bush-Cheney selon laquelle ces attaques constituaient un « acte de guerre ». Encore pris dans un tourbillon sentimental – « nous sommes tous des Américains » – les hommes et les femmes politiques européens ne se sont pas mobilisés pour faire remarquer qu'il s'agissait plutôt d'attaques criminelles – internationales, peut-être, mais qui étaient le fait des individus ou des groupes, non pas d'un Etat, et qui exigeaient logiquement une riposte policière et non pas de guerre. Au lieu de secourir les Américains en leur apportant une dose de bon sens qui visiblement manquait à leurs dirigeants, les dirigeants européens ont invoqué l'Article 5 de l'Otan pour la première fois pour suivre les Etats-Unis agressés dans leur guerre contre les fantômes en Afghanistan. Il y sont toujours…

5. Cinquième proposition. Tout cela fait la démonstration d'une absence quasi totale de débat politique, ou même de pensée, en Europe sur les questions fondamentales de sécurité et de guerre et de paix, et encore moins sur le droit international.

6. Sixième proposition, la plus essentielle et la plus controversée sans doute. Cette lamentable inexistence morale et intellectuelle de l'Europe dans ce chemin vers le désastre est due surtout à une cause : la soi-disante « construction européenne ».

Maintenant je veux revenir sur cette suite d'événements qui nous mène de l'élan « humanitaire » du Kosovo jusqu'au bourbier sanglant d'Afghanistan.

L'Europe et la Yougoslavie

Il est courant de blâmer l'Europe pour son inaction dans l'affaire yougoslave. Mais ce reproche prend le plus souvent la forme d'une lamentation selon laquelle l'Europe aurait dû intervenir militairement pour sauver les victimes, bosniaques, il s'entend. Ce n'est pas une analyse mais une exploitation moralisante par un des partis – les Musulmans de Bosnie – d'une tragédie dans laquelle ils comptent le plus grand nombre de victimes, mais pour laquelle leurs dirigeants politiques (surtout Monsieur Izetbegovic) avaient leur part de responsabilité. Dans cette lamentation sans vraie analyse, l'inaction de l'Europe est attribuée le plus souvent à sa « lâcheté » collective, et même, par certains, à son supposé racisme anti-musulman. Un tel racisme existe en effet ici et là, mais les causes de la faillite européenne dans le cas yougoslave sont ailleurs.

Je voudrais offrir ici une autre interprétation de cette faillite. Elle est plus compliquée, et moins moralisante.

Déjà dans les années 1980, la Yougoslavie sombrait dans une crise à la fois économique et politique. L'endettement du gouvernement central, qui résultait surtout des crises pétrolières et des manipulations du dollar, favorisait la poussée séparatiste des républiques les plus riches, la Slovénie et la Croatie. L'auto-gestion socialiste, paradoxalement, contribuait aussi au mouvement centrifuge. Pourtant le sentiment unitaire restait encore probablement majoritaire. C'est l'époque où précisément une politique attentive européenne d'élargissement aurait pu empêcher le désastre. Après tout, la Yougoslavie, située entre la Grèce et l'Italie, dont le système socialiste était plus libre et plus prospère que le bloc soviétique et qui évoluait déjà vers plus de démocratie de style occidental, était logiquement le candidat prochain pour l'adhésion à la Communauté européenne.

Certaines voix isolées signalaient cette évidence, sans être entendues. Au début des années 1990, c'était le drame. Je ne peux pas raconter toute cette histoire ici, cela se trouve dans mon livre, « La Croisade des fous ». Mais en bref, en 1991, il y avait deux mondes parallèles qui se sont touchés de façon malheureuse. Il y avait le monde yougoslave, où les républiques – c'est ainsi qu'on nommait les composants de la fédération yougoslave – slovène et croate optaient pour la sécession, soutenues par l'Allemagne. Et dans le monde de la construction européenne, le gouvernement français en particulier était totalement absorbé par l'effort de convaincre le gouvernement allemand de fondre son précieux deutschemark dans une nouvelle monnaie européenne, qui servirait de colle dans la transformation de la Communauté européenne en Union européenne. Le résultat est connu. Quoiqu'au départ, aucun autre membre de la Communauté ne voulait suivre l'Allemagne dans la reconnaissance des sécessions sans négociation de la Slovénie et de la Croatie, lorsque la France, en pleines négociations sur la monnaie européenne avec l'Allemagne, a cédé sur les sécessions yougoslaves, toute la Communauté a suivi dans cette décision qui violait le principe de l'inviolabilité des frontières et menait inévitablement à la guerre civile.

Je sais que tout cela devient un peu compliqué, mais je veux souligner un aspect qui est relativement subtil mais essentiel. À cause de la sacrosainte « construction européenne », la Communauté européenne s'est alignée sur la position allemande qui au départ n'était partagée par aucun autre Etat membre. Ils n'ont examiné sérieusement ni les vrais motifs de cette position, ni sa justification, ni ses conséquences programmées. Au lieu de cela, ils ont adopté une version moralisante et unilatérale d'un conflit complexe qui servait surtout à excuser leur violation des pratiques normales – non-reconnaissance des sécessions non-négociées. Mais cela avait pour résultat de les ouvrir aux accusations moralisantes de ne pas avoir fait assez pour « sauver les victimes ». Car une fois admise une vision manichéenne, une solution manichéenne s'impose. S'étant coincée elle-même, l'Europe a essayé de combiner son discours manichéen, qui attribuait toute la culpabilité au seul « nationalisme serbe », avec des efforts de trouver une solution négociée, ce qui était contradictoire et voué à l'échec.

Imaginons par contre que les Etats membres aient agi en Etats indépendants, sans se sentir contraints par la « construction européenne ». L'Allemagne aurait sans doute soutenu ses clients historiques, les séparatistes slovènes et croates, mais elle aurait dû écouter d'autres points de vue. Car la France et la Grande Bretagne, sans doute suivies par d'autres, auraient pensé aux intérêts de leurs alliés historiques, les Serbes. Cela ne veut pas dire qu'on aurait refait la Première Guerre Mondiale – personne n'est aussi fou. Mais on aurait pu reconnaître, de part et d'autre, qu'il y avait d'authentiques conflits non seulement d'intérêts mais aussi d'interprétations juridiques en ce qui concernait le statut des frontières entre républiques, des minorités et ainsi de suite. En regardant le problème yougoslave de cette façon, au lieu de le considérer comme un conflit entre le Bien et le Mal, les puissances européennes auraient pu encourager une médiation et une négociation pour éviter le pire.

L'argument que je veux souligner est le suivant. Un des dogmes de la Construction Européenne est que l'accord entre les Etats Membres est un bien si grand que le contenu de cet accord devient secondaire. On se félicite d'être d'accord, quel que soit la qualité ou les conséquences de cet accord. On cesse de réfléchir. Et l'accord se fait, ou se justifie le plus facilement autour de quelque poncif moralisant – les « droits de l'homme » surtout.

La « construction européenne » ressemble au « processus de paix » au Moyen Orient en ce sens que le mirage d'un avenir hors d'atteinte paralyse le présent, et sert d'excuse pour n'importe quoi.

Je voudrais signaler que, dans le cas yougoslave, les Etats-Unis ne soutenaient pas non plus les sécessions sans négociation de la Slovénie et de la Croatie. L'administration de Bush père était encline à laisser ce problème aux Européens. Donc il est trop facile de blâmer les Etats-Unis. Mais devant l'incurie européenne, et très susceptibles eux-mêmes aux interprétations manichéennes, les Américains de l'administration Clinton ont profité de la situation pour exploiter le désastre yougoslave à leurs propres fins, c'est-à-dire, l'affirmation du rôle dirigeant des Etats-Unis en Europe, la renaissance de l'Otan et quelques miettes sentimentales jetées aux Musulmans pour compenser le soutien sans faille à Israël.

L'Otan et les Menaces

L'évolution des deux dernières décennies pose la question de la poule et de l'oeuf. Autrement dit, est-ce que l'idéologie cause les actions, ou l'inverse ? Je serais tentée, vu ce que je viens de décrire à propos de la Yougoslavie, de dire que c'est l'inverse – au moins, parfois. Ou plutôt, en l'absence de pensée rigoureuse et franche, on est facilement entraîné dans des aventures néfastes par une dialectique entre idéologie et bureaucratie.

Mon deuxième exemple est le rôle de l'Otan dans le monde, et de l'Europe dans l'Otan.

A travers l'Otan, la plupart des pays de l'Union Européenne ont déjà participé à deux guerres d'agression, ou au moins à l'une d'entre elles, et d'autres se préparent. Et tout cela sans véritable débat, sans décision stratégique visible. En attendant la réalisation de la Construction Européenne, l'Union Européenne réellement existante poursuit en somnambule le chemin de guerre tracé pour elle par les Etats-Unis.

Cet état d'inconscience est maintenu par un mythe qui devient plus enfantin avec l'âge, comme une sénilité : le mythe de l'Amérique protectrice, puissante et généreuse, qui est le dernier recours pour sauver l'Europe de tout et surtout d'elle-même. On objectera qu'on n'y croit plus. Mais on fait toujours comme si on y croyait. Qu'ils y croient ou non – et je ne peux pas le savoir – la plupart des dirigeants européens n'hésitent pas à raconter des balivernes à leurs populations, telles que :

 Les Etats-Unis veulent mettre leur bouclier anti-missile en Europe pour défendre les Européens des attaques iraniennes ;

 La guerre en Afghanistan est nécessaire pour éviter les attentats terroristes en Europe ;

 La France est rentrée dans le commandement de l'Otan pour influencer les Etats-Unis ;

 Nous sommes la Communauté Internationale, le monde civilisé, et nous agissons pour défendre les droits de l'homme. Et ainsi de suite.

Les Européens acceptent le vocabulaire « newspeak » de l'Otan. Ainsi pour désigner les multiples prétextes de guerre, on utilise le mot « menaces ». Un pays ou une région qu'on entend attaquer est forcément « stratégique ». Et toute action agressive est naturellement un acte de « défense ».

Ici encore c'est idéologie qui suit la bureaucratie, mais qui devient une force extrêmement dangereuse.

Je m'explique.

L'Otan est surtout une bureaucratie lourde, soutenue par des intérêts économiques et des carrières multiples. A la base de l'Otan se trouve le complexe militaro-industriel américain (ainsi nommé par Eisenhower en 1961, mais qui devait inclure le Congrès dans sa dénomination, car l'industrie militaire est soutenue politiquement par les intérêts économiques localisés dans presque chaque circonscription électorale du pays, défendus avec acharnement par son représentant au Congrès au moment de voter le budget). Depuis cinquante ans, ce complexe forme la base de l'économie des Etats-Unis – un keynésianisme militaire qui évite un keynésianisme social qui bénéficierait à la population mais qui est interdit par un anti-socialisme dogmatique.

Lors de la « Chute du mur » il y a 20 ans, c'est-à-dire de l'écroulement du bloc soviétique, il y avait comme un vent de panique chez son adversaire. Qu'allait-on faire sans la « menace » qui faisait vivre l'économie ? Réponse facile : trouver d'autres menaces. Pour les cibler, il y a les « think tanks », ces boîtes aux idées richement financées par le secteur privé pour donner au secteur public – c'est-à-dire le Pentagone et ses émules au Congrès et à l'exécutif – les raisons d'être et d'agir dont il a besoin.

On connait la suite. On a trouvé le terrorisme sous Reagan et Saddam Hussein sous Bush premier, puis le nationalisme serbe et les violations des droits de l'homme, puis encore le terrorisme, et maintenant il y a une véritable explosion de « menaces » auxquelles « la Communauté internationale », autrement dit l'Otan, doit répondre.

UNE LISTE non exhaustive :

 le sabotage cybernétique

 les changements du climat

 le terrorisme

 les violations des droits de l'homme

 le génocide

 le trafic de drogue

 les états manqués (failed states)

 la piraterie

 la montée des niveaux de la mer

 la pénurie d'eau

 la sécheresse

 le mouvement des populations

 le déclin probable de la production agricole

 la diversification des sources d'énergie

(Sources : l'Otan ; Conférence tenue le premier octobre 2009 organisée conjointement par l'Otan Lloyd's of London - "the world's leading insurance market" le soi-disant numéro un marché d'assurances du monde.)

Ce qui est à signaler est que la réponse supposée à toutes ces menaces, parmi d'autres, est forcément militaire, et non pas diplomatique. On peut parfois jouer à la diplomatie, mais puisqu'on est le plus fort militairement, à Washington celle-ci est vite amenée à préférer le traitement militaire de tout problème.

Toutes ces menaces sont nécessaires pour justifier l'expansion bureaucratique du complexe militaro-industriel et de sa branche armée, l'Otan. La seule idéologie qui peut les unifier n'est plus un système de pensée mais une émotion : la peur. La peur de l'autre, la peur de l'inconnu, la peur de n'importe quoi. Et à cette peur la seule réponse est militaire.

Cette peur tue la diplomatie. Elle tue l'analyse et le débat. Elle tue la pensée.

L'incarnation de cette peur agressive est l'Etat d'Israël. Et l'Occident, au lieu de calmer la peur israélienne, l'adopte et l'intériorise.

La Menace par habitude : la Russie

Mais il y a une menace qui ne se trouve pas sur la longue liste officielle, mais qui pourrait être la plus dangereuse de toutes, pour l'Europe en particulier. On en parle peu, elle prend une place de choix dans les activités frénétiques de l'alliance atlantique : c'est la Russie. La Russie, ou plutôt l'Union Soviétique était l'ennemi contre lequel tout était organisé, eh bien, cela continue. C'est la menace par habitude, ou par inertie bureaucratique.

De plus en plus, l'Otan se trouve engagée dans un encerclement stratégique de la Russie, à l'ouest de la Russie, au Sud de la Russie et au Nord de la Russie.

À l'ouest, notamment, tous les anciens membres du défunt Pacte de Varsovie sont devenus membres de l'Otan, ainsi que les Etats Baltes anciennement membres de l'Union Soviétique même. Certains de ces nouveaux membres appellent à cor et à cri le stationnement de plus de forces américaines en vue d'un éventuel conflit avec la Russie. A Washington il y a quelque jours, le ministre des affaires étrangères de la Pologne, Radek Sikorski, a réclamé le stationnement de troupes américaines dans son pays “pour servir de bouclier contre l'agression russe”. L'occasion était une conférence organisée par le think tank Center for Strategic and International Studies (CSIS) sur “les Etats-Unis et l'Europe centrale” pour célébrer la chute du mur de Berlin. Il est caractéristique de ce que l'ancien ministre de la guerre américain Donald Rumsfeld a appelé “la Nouvelle Europe”, que Sikorski a eu la citoyenneté britannique depuis 1984 (il avait alors 21 ans), a fait ses études à Oxford et a épousé une journaliste américaine, ayant lui-même travaillé comme correspondant pour plusieurs journaux et télévisions américains. Avant de devenir ministre des affaires étrangères de la Pologne, Sikorski a passé plusieurs années (de 2002 à 2005) à Washington dans les think tanks American Enterprise Institute, pépinière des néo-conservateurs, et la New Atlantic Initiative en tant que directeur exécutif. Ce Polonais appartient donc à cette couche très particulière de stratèges originaires de l'Europe centrale qui, depuis le début de la Guerre Froide en 1948, ont considérablement influencé la politique étrangère américaine. Un des plus importants de ceux-ci, Polonais lui aussi, Zbigniew Brzezinski, a parlé à la même conférence des “aspirations impériales” de la Russie, de ces menaces envers la Géorgie et l'Ukraine et de l'intention de la Russie de devenir “une puissance mondiale impériale”.

Il est largement oublié que la Russie avait volontairement et pacifiquement laissé filer ces Etats qui aujourd'hui se prétendent « menacés ». Il est encore plus oublié que les Etats-Unis avaient, le 9 février 1990, à l'occasion de négociations sur l'avenir des deux états allemands, rassuré Gorbachev en lui promettant que si l'Allemagne unifiée intégrait l'Otan, « il n'y aurait aucune extension des forces de l'Otan d'un centimètre de plus à l'est ». Et lorsque Gorbachev revenait à ce sujet, en précisant : « Toute extension de la zone de l'Otan est inacceptable », le secrétaire d'Etat américain James Baker a répondu, « Je suis d'accord ».

Ainsi rassuré, Gorbachev a accepté l'appartenance de l'Allemagne réunifiée à l'Otan en croyant – naïvement – que les choses s'arrêteraient là et que l'Otan empêcherait efficacement tout « revanchisme » allemand. Mais, déjà l'année suivante, le gouvernement de l'Allemagne réunifiée a mis le feu aux poudres balkaniques en soutenant les sécessions slovènes et croates…

Mais revenons au présent. La mobilisation contre la prétendue « menace » russe ne se limite pas aux discours. Pendant que Sikorski épatait ses anciens collègues des think tanks washingtoniens, les militaires étaient à l'oeuvre.

En octobre, des vaisseaux de guerre américains sont arrivées directement de manoeuvres au larges des côtes écossaises pour participer à des exercices militaires avec les marines polonaises et baltes. Cela fait partie de ce que le porte parole de la Marine américaine décrit comme sa « présence continue » dans la Mer Baltique, tout près de Saint Petersbourg. À cette occasion, les responsables des pays baltes parlaient de « nouvelles menaces depuis l'invasion russe de la Géorgie » et des exercices navals de grandes envergure à venir l'été prochain. Tout cela en projetant l'augmentation des budgets militaires – 60 milliards d'euros par la Pologne pour améliorer ses forces armées.

Il est important de noter que cette activité dans la Mer Baltique sert aussi à faire entrer officieusement les pays scandinaves historiquement neutres, la Suède et la Finlande, dans les exercices et les plans stratégiques de l'Otan. Les pays scandinaves, avec le Canada, auront un rôle à jouer dans la course pour s'accaparer des ressources minérales qui deviendront accessibles avec le retrait de la calotte glacière. Des manoeuvres se font déjà en préparation de cette éventualité. Ainsi l'encerclement de la Russie par le nord se poursuit.

Aujourd'hui, non contents d'avoir absorbé les Etats baltes, la Pologne, la Tchéquie, la Slovaquie, la Hongrie, la Bulgarie et j'en passe, les dirigeants américains, vigoureusement soutenus par « la Nouvelle Europe », insistent sur la nécessité de faire entrer dans le giron de l'Alliance dite « Atlantique » deux voisins proches de la Russie, la Géorgie et l'Ukraine.

Dans ces deux cas, on s'approche dangereusement à la possibilité d'une vraie guerre avec la Russie… surtout en Ukraine.

L'Ukraine est une très grande « Krajina » yougoslave… les deux mots signifient « frontières » en slave … divisée toutes les deux entre Orthodoxes et Catholiques (Uniates dans le cas de l'Ukraine), avec en prime la grande base navale russe à Sébastopol, dans une Crimée à la population majoritairement russe… réclamée par les dirigeants actuels ukrainiens qui la transféreraient volontiers aux Etats-Unis. Voilà l'endroit rêvé pour déclencher la Troisième Guerre Mondiale – qui serait sans doute la vraie « der des ders ».

Les dirigeants baltes sont là pour interpréter l'inquiétude russe devant cette expansion de l'Otan comme la preuve de la « menace russe ». Ainsi, dans une « lettre ouverte à l'administration Obama de l'Europe centrale et orientale » du juillet dernier, Lech Walesa, Vaclav Havel, Alexander Kwasniewski, Valdas Adamkus et Vaira Vike-Freiberga ont déclaré que “la Russie est de retour en tant que puissance révisionniste en train de poursuivre un programme du 19ème siècle avec les tactiques et les méthodes du 21ème siècle”. Le danger, selon eux, est que ce qu'ils appellent “l'intimidation larvée” et “l'influence colportée” (influence peddling) de la Russie pourrait à la longue mener à une “de facto neutralisation de la région”.

On peut se demander où serait le mal ? Mais le mal est dans le passé et le passé est dans le présent. Ces Américanophiles continuent : “Notre région”, disent-ils, “a souffert quand les Etats-Unis ont succombé au ‘réalisme' à Yalta. … Si un point de vue ‘réaliste' avait prévalu au début des années 1990, nous ne serions pas dans l'Otan aujourd'hui…” Mais ils y sont, et ils réclament “une renaissance de l'Otan”, qui doit “reconfirmer sa fonction centrale de défense collective en même temps que nous nous adaptons aux nouvelles menaces du 21ème siècle.” Et ils ajoutent, avec un brin de chantage, que leur “capacité de participation dans les expéditions lointaines est lié à leur sécurité chez eux.”

La Géorgie est là pour montrer le danger représenté par ces petits pays prêts à entraîner l'Alliance Atlantique dans leurs querelles de frontières avec la Russie. Mais ce qui est très curieux est le fait que ces dirigeants particulièrement belliqueux de petits pays de l'Est ont souvent passé des années aux Etats-Unis dans les institutions proches du pouvoir ou ont même la double nationalité. Ils sont patriotes de leur petit pays tout en se sentant protégés par la seule superpuissance du monde, ce qui peut mener à une agressivité particulièrement irresponsable. Ce président géorgien, Mikeil Saakachvili, qui en août 2008 n'a pas hésité à provoquer une guerre avec la Russie, a été boursier du Département d'Etat des Etats-Unis dans les années '90, recevant les diplômes des universités de Columbia et de George Washington, dans la capitale.

Parmi les signataires de la lettre citée, il faut noter que Valdas Adamkus est essentiellement un Américain, immigré de Lithanie dans les années 40, qui a servi dans le renseignement militaire américain et dans l'administration Reagan, qui l'a décoré, et qui a pris sa retraite en Lithuanie en 1997… pour être tout de suite élu comme Président de cet Etat de 1998 jusqu'au mois de juillet dernier. Le parcours de Vaira Vike-Freiberga est semblable : d'une famille qui a fuit la Lettonie pour l'Allemagne en 1945, elle a fait carrière au Canada avant de rentrer en Lettonie juste à temps pour être élue présidente de la République entre 1999 et 2007.

La Construction européenne contre le monde

En épousant ces peurs, qui à l'origine sont des constructions pour justifier une militarisation, les Etats membres de l'Union Européenne se mettent en opposition avec le reste du monde. Le reste du monde étant une source inépuisable de « menaces ». La reddition inconditionnelle de l'Europe devant la bureaucratie militaro-industrielle et son idéologie de la peur était confirmé récemment par le retour de la France dans le commandement de l'Otan. Une des raisons de cette capitulation est la psychologie du président Sarkozy lui-même, dont l'adoration pour les aspects les plus superficiels des Etats-Unis s'est exprimée dans son discours embarrassant devant le Congrès des Etats-Unis en novembre 2007.

L'autre cause, moins flagrante mais plus fondamentale, est la récente expansion de l'Union Européenne. L'absorption rapide de tous les anciens satellites d'Europe de l'Est, ainsi que des anciennes républiques soviétiques d'Estonie, de Lettonie et de Lituanie, a radicalement changé l'équilibre du pouvoir au sein de l'UE elle-même. Les nations fondatrices, la France, l'Allemagne, l'Italie et les pays du Bénélux, ne peuvent plus guider l'Union vers une politique étrangère et de sécurité unifiée. Après le refus de la France et de l'Allemagne d'accepter l'invasion de l'Irak, Donald Rumsfeld a discrédité ces deux pays comme faisant partie de la « vieille Europe » et il s'est gargarisé de la volonté de la « nouvelle Europe » de suivre l'exemple des Etats-Unis. La Grande-Bretagne à l'Ouest et les « nouveaux » satellites européens à l'Est sont plus attachés aux Etats-Unis, politiquement et émotionnellement, qu'ils ne le sont à l'Union Européenne qui les a accueillis et leur a apportés une considérable aide économique au développement et un droit de veto sur les questions politiques majeures.

Il est vrai que, même hors du commandement intégré de l'OTAN, l'indépendance de la France n'était que relative. La France a suivi les Etats-Unis dans la première guerre du Golfe – le Président François Mitterrand espéra vainement gagner ainsi de l'influence à Washington, le mirage habituel qui attire les alliés dans les opérations étasuniennes douteuses. La France s'est jointe à l'OTAN en 1999 dans la guerre contre la Yougoslavie, malgré les doutes aux plus hauts niveaux. Mais en 2003, le Président Jacques Chirac et son ministre des affaires étrangères Dominique de Villepin ont réellement usé de leur indépendance en rejetant l'invasion de l'Irak. Il est généralement reconnu que la position française a permis à l'Allemagne de faire de même. La Belgique a suivi.

Le discours de Villepin, le 14 février 2003, au Conseil de Sécurité des Nations-Unies, donnant la priorité au désarmement et à la paix sur la guerre, reçut une rare « standing ovation ». Le discours de Villepin fut immensément populaire dans le monde entier et a accru énormément le prestige de la France, en particulier dans le monde arabe. Mais, de retour à Paris, la haine personnelle entre Sarkozy et Villepin a atteint des sommets passionnels et la persécution judiciaire de Villepin dans l'affaire obscure de Clearstream représente l'ensevelissement de la dernière velléité d'indépendance politique de la France sous une avalanche de boue vengeresse.

Qui parle aujourd'hui pour la France ? Officiellement, Bernard Kouchner, prophète de l'ingérence humanitaire qui, lui, approuvait l'invasion de l'Irak. Officieusement, les soi-disant « néo-conservateurs » qu'on ferait mieux d'appeler les « impérialistes sionistes », tant leur véritable projet est un nouvel impérialisme agressif occidental au sein duquel Israël trouverait une place de choix.

Le 22 septembre 2009, le Guardian de Londres a publié une lettre demandant que l'Europe prenne fait et cause pour la Géorgie dans le conflit de l'Ossétie du Sud. Signée par Vaclav Havel, Valdas Adamkus, Mart Laar, Vytautas Landsbergis, Otto de Habsbourg, Daniel Cohn Bendit, Timothy Garton Ash, André Glucksmann, Mark Leonard, Bernard-Henri Lévy, Adam Michnik et Josep Ramoneda, la lettre proférait les habituelles platitudes prétentieuses sur les « leçons de l'histoire » , toutes justifiant l'utilisation de la puissance militaire occidentales, bien sûr : Munich, le pacte Ribbentrop-Molotov, le mur de Berlin. Les signataires exhortent les 27 dirigeants démocratiques de l'Europe à « définir une stratégie pro-active pour aider la Géorgie à reprendre pacifiquement son intégrité territoriale et obtenir le retrait des forces russes stationnées illégalement sur le sol géorgien… »

Pendant ce temps, les alliés de l'Otan continuent à tuer et à se faire tuer en Afghanistan. On peut se demander quel est le vrai but de cette guerre, qui, au début, était de capturer et punir Osama bin Laden.

Un autre objectif, plus confidentiel, est valable quelle que soit l'issue de ce conflit : l'Afghanistan sert à forger une armée internationale pour policer la « globalisation » à l'américaine. L'Europe est surtout une « boîte à outils » dans laquelle les Etats-Unis peuvent puiser pour poursuivre ce qui est essentiellement un projet de conquête de la planète. Ou, comme on dit officiellement, la « bonne gouvernance » d'un monde « globalisé ».

Les « impérialistes sionistes » sont sûrement conscients de ce but et le soutiennent. Mais les autres ? A par ces illuminés, on a l'impression d'une Europe somnambule, qui suit la voix de son maître américain, en espérant qu'Obama sauvera tout le monde, mais sans pensée et sans volonté propres. Plus triste que les tropiques.

Pour conclure, je reviens à la fameuse « construction européenne ». Je suis consciente qu'il y avait une époque où il était permis, et presque raisonnable, d'espérer que les vieilles nations européennes se mettraient ensemble paisiblement dans ce que Gorbatchev, ce grand cocu de l'histoire, appelait « notre maison commune ». Mais depuis il y a eu Maastricht, le néo-libéralisme, le Traité constitutionnel rejeté puis adopté contre toute procédure démocratique, et surtout, les élargissements irréfléchis vers les pays dont les dirigeants pensent à poursuivre la Guerre froide jusqu'à l'humiliation totale de la Russie.

Aujourd'hui, cette construction a ceci de paradoxal : elle sert d'Utopie qui distrait du présent en attendant un avenir qui domine l'horizon. Et pourtant, elle est vide de contenu. Elle est dictée beaucoup moins par un espoir d'avenir que par une peur et une honte du passé. L'Europe des nations a perdu sa fierté et même sa raison d'être dans les deux grandes guerres du vingtième siècle, dans le "totalitarisme" mais surtout – et cela est relativement récent, depuis 1967 pour être précis – à cause de l'Holocauste. L'Europe doit se rendre incapable de commettre une nouvelle Shoah en abolissant l'Etat nation, jugé intrinsèquement coupable, en devenant "multiculturelle" et en se joignant à la Croisade menée par son sauveur historique, les Etats-Unis, pour apporter la bonne gouvernance et les Droits de l'Homme au monde entier. L'Union Européenne n'a pas de contenu, elle est vouée à se fondre dans "la Communauté Internationale" à côté des Etats-Unis. La Construction européenne est donc tout d'abord une "déconstruction", pour emprunter un mot de philosophe.

Ce mirage cache un avenir totalement imprévu et, aujourd'hui, imprévisible.

10:57 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Tags : histoire, politique, courcelles, usa, presse, otan, guerre, television, colonialisme, balkans, europe, imperialisme, euro-dictature, silence, medias, omain | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

14/10/2009

14/10/09: Obama et le prix Nobel : Lorsque la guerre devient la paix, lorsque le mensonge devient vérité...

From: Comité Valmy
Sent: Wednesday, October 14, 2009 7:35 PM
Subject: Obama et le prix Nobel : Lorsque la guerre devient la paix, lorsque le mensonge devient vérité par Michel Chossudovsky

 

Lorsque la guerre devient la paix,

 Lorsque les concepts et les réalités sont sens dessus dessous,

Lorsque la fiction devient vérité et que la vérité devient fiction,

Lorsqu'un programme militaire mondial est annoncé comme un effort de paix,

Lorsque l'on maintient que la tuerie de civils est un « dommage collatéral »,

Lorsque ceux qui résistent à l'invasion de leur pays par les États-Unis et l'OTAN sont qualifiés d'« insurgés » ou de « terroristes »,

Lorsque l'on affirme que la guerre nucléaire préventive constitue de l'autodéfense,

Lorsque la torture et des techniques d'« interrogation » avancées sont utilisées couramment afin de « protéger les opérations de maintien de la paix »,

Lorsque le Pentagone claironne que les armes nucléaires tactiques sont « inoffensives pour la population civile environnante »,

Lorsque les trois quarts des revenus de l'impôt fédéral des particuliers des États-Unis sont alloués au financement de ce que l'on appelle euphémiquement la « défense nationale »,

Lorsque l'on présente le commandant en chef de la plus grande force militaire de la planète Terre comme un artisan de la paix,

Lorsque le mensonge devient vérité.

La « Guerre sans frontières » d'Obama

Nous sommes au carrefour de la crise la plus sérieuse de l'histoire moderne. Les États-Unis en partenariat avec l'OTAN et Israël ont lancé une aventure militaire mondiale, laquelle menace, de manière très réelle, le futur de l'humanité.

À ce moment critique de notre histoire, la décision du comité Nobel norvégien de décerner le prix Nobel de la paix au président et commandant en chef Barack Obama constitue un parfait outil de propagande et de manipulation, soutenant sans réserve la « Longue guerre » du Pentagone : « Une guerre sans frontières » dans le vrai sens du terme, caractérisée par le déploiement planétaire de la puissance militaire des États-Unis.

Outre la rhétorique diplomatique, il n'y a pas eu de renversement significatif de la politique étrangère des États-Unis par rapport à la présidence de George W. Bush, ce qui aurait pu justifier un tant soit peu l'octroi du prix Nobel à Obama. En fait c'est plutôt le contraire. Le programme militaire d'Obama a cherché à élargir la guerre à de nouvelles frontières. Avec une nouvelle équipe de conseillers militaires et de conseillers en politique étrangère, le programme guerrier d'Obama a été bien plus efficace dans la promotion de l'escalade militaire que ne l'a été celui des néoconservateurs.

Depuis les débuts de la présidence d'Obama ce projet militaire mondial est devenu de plus en plus omniprésent, avec le renforcement de la présence militaire étatsunienne dans toutes les grandes régions du monde ainsi que le développement de systèmes d'armement perfectionné dans des proportions sans précédent.

Accorder le prix Nobel de la paix à Barack Obama donne de la légitimité aux pratiques illégales de la guerre, à l'occupation militaire de pays étrangers et à la tuerie incessante de civils au nom de la « démocratie ».

À la fois l'administration Obama et l'OTAN menacent directement la Russie, la Chine et l'Iran. Sous Obama, les États-Unis développent un « système de bouclier antimissile mondial contre les premières frappes » :

« Avec les armes spatiales, le laser aéroporté constitue la prochaine frontière de la défense. […] Le rêve de Ronald Reagan de défense multicouche antimissile – qui se résume à la Guerre des étoiles – n'a jamais été si près de se réaliser, du moins d'un point de vue technologique. »

Le 11 août, en réaction à cette consolidation de modernisation et de perfectionnement du potentiel étatsunien de frappe nucléaire mondiale, le commandant en chef des Forces aériennes russes – le même Alexander Zelin cité plus tôt à propos des menaces de frappes étatsuniennes en provenance de l'espace sur toute la Russie – a déclaré que les « Forces aériennes russes se préparent à faire face aux menaces résultant de la création du Global Strike Command au sein des Forces aériennes étatsuniennes » et que la Russie développe « des systèmes appropriés pour faire face aux menaces qui pourraient survenir ». (Rick Rozoff, Showdown with Russia and China : U.S. Advances First Strike Global Missile Shield System, Global Research, 19 août 2009)

Depuis la crise des missiles de Cuba, jamais le monde n'a été aussi près de l'impensable : un scénario de Troisième Guerre mondiale, un conflit militaire planétaire impliquant l'utilisation d'armes nucléaires.

1. Le soi-disant bouclier antimissile, ou initiative de Guerre des étoiles, comportant l'utilisation d'armes nucléaires pour les premières frappes sera dorénavant développé mondialement, dans différentes régions du monde. Ce bouclier est largement dirigé contre la Russie, la Chine, l'Iran et la Corée du Nord.

2. De nouvelles bases militaires étatsuniennes ont été établies dans le but à la fois d'instaurer des sphères d'influence étatsuniennes dans chaque région du monde, ainsi que d'entourer et de confronter la Russie et la Chine.

3. Il y a eu une escalade dans la guerre d'Asie Centrale et du Moyen-Orient. Le budget de la Défense sous Obama a monté en flèche avec l'augmentation des affectations en Afghanistan ainsi qu'en Irak.

4. Sous les ordres du président Obama, agissant à titre de commandant en chef, le Pakistan fait désormais l'objet de bombardements aériens de routine par les États-Unis, en violation de sa souveraineté nationale, en utilisant la « guerre mondiale au terrorisme » comme justification.

5. La construction de nouvelles bases militaires est envisagée en Amérique Latine, y compris en Colombie, à la frontière immédiate du Venezuela.

6. L'aide militaire à Israël a augmenté. La présidence Obama a exprimé son soutient inébranlable à Israël et à l'armée israélienne. Obama est demeuré muet en ce qui concerne les atrocités qu'Israël a commises à Gaza. Il n'y a même pas eu un semblant de reprise des négociations israélo-palestiniennes.

7. Il y a eu un renforcement des nouveaux commandements régionaux, incluant AFRICOM et SOUTHCOM.

8. Une nouvelle ronde de menaces a été dirigée contre l'Iran.

9. Les États-Unis sont résolus à encourager davantage de divisions entre le Pakistan et l'Inde, ce qui pourrait mener à une guerre régionale, ainsi qu'à l'utilisation de l'arsenal nucléaire indien comme moyen indirect de menacer la Chine.

Les grandes lignes de la nature diabolique de ce projet militaire ont été tracées dans le Project for a New American Century (PNAC) en 2000. Les objectifs du PNAC sont :

- défendre la patrie étatsunienne ;

- se battre et gagner résolument de multiples guerres de théâtre simultanées ;

- effectuer les tâches « constabulaires » associées au modelage de l'environnement sécuritaire dans des régions critiques ;

- transformer les forces étatsuniennes afin d'exploiter la « révolution dans les affaires militaires » Project for a New American Century, Rebuilding Americas Defenses.pdf, septembre 2000)

La « Révolution dans les affaires militaires » fait référence au développement de nouveaux systèmes d'armement perfectionné. La militarisation de l'espace, les nouvelles armes chimiques et biologiques, les missiles à guidage laser sophistiqués, les bombes antiblockhaus, sans parler du programme de guerre climatique des Forces aériennes étatsuniennes (HAARP) basé à Gokona en Alaska, font partie de l'« arsenal humanitaire » d'Obama.

Une guerre contre la vérité

Il s'agit d'une guerre contre la vérité. Lorsque la guerre devient la paix, le monde est tourné sens dessus dessous. La conceptualisation n'est alors plus possible et un système social inquisitorial émerge.

La compréhension des événements sociaux et politiques fondamentaux se voit remplacée par un monde de pure fantaisie, où rôdent des « êtres malfaisant ». L'objectif de la « guerre mondiale au terrorisme », entièrement cautionnée par l'administration Obama, a été de galvaniser l'appui de l'opinion publique pour une campagne mondiale contre l'hérésie.

Aux yeux de l'opinion publique, le fait de détenir une « cause juste » pour mener la guerre est essentiel. On dit d'une guerre qu'elle est « juste » si elle est menée pour des motifs moraux, religieux ou éthiques. Le consensus est en faveur de la guerre. Les gens ne peuvent plus penser par eux-mêmes. Ils acceptent l'autorité et la sagesse de l'ordre social établi.

Le comité Nobel estime que le président Obama a donné au monde « l'espoir d'un avenir meilleur ». Le prix est accordé en raison des

« efforts extraordinaires [d'Obama] pour renforcer la diplomatie internationale et la coopération entre les peuples. Le comité a attaché une importance particulière à la vision d'Obama d'un monde sans armes nucléaires ainsi qu'à son travail dans ce sens.

[…] Sa diplomatie se base sur le concept voulant que ceux qui mènent le monde doivent le faire sur la base des valeurs et des attitudes partagées par la majorité de la population du monde. » (Nobel Press Release, October 9, 2009)

L'octroi du prix Nobel de la « paix » au président Barack Obama est devenu partie intégrante de la machine de propagande du Pentagone. Il donne un visage humain aux envahisseurs, il confirme la diabolisation de ceux qui s'opposent aux interventions militaires étatsuniennes.

Il ne fait aucun doute que la décision de décerner le prix Nobel de la paix à Obama a été soigneusement négociée avec le comité norvégien aux plus hauts échelons du gouvernement des États-Unis et celle-ci a des profondes implications.

Cette décision soutient sans équivoque la guerre menée par les États-Unis comme une « juste cause ». Elle efface les crimes de guerre commis à la fois sous l'administration Bush et sous celle d'Obama.

Propagande de guerre : Jus ad Bellum

La théorie de la « guerre juste » sert à camoufler la nature de la politique étrangère étatsunienne, tout en conférant aux envahisseurs un visage humain.

À la fois dans sa version classique et contemporaine, la théorie de la guerre juste soutient la guerre comme « opération humanitaire ». Elle réclame l'intervention militaire sur des bases éthiques et morales contre les « insurgés », les « terroristes », les « États défaillants » ou les « États voyous ».

La guerre juste a été proclamée par le comité Nobel comme instrument de paix. Obama personnifie la « guerre juste ».

Enseignée dans les académies militaires, une version moderne de la théorie de la « guerre juste » a été incorporée dans la doctrine militaire étatsunienne. La « guerre au terrorisme » et la notion de « guerre préventive » sont basées sur le droit à l'« autodéfense ». Elles définissent « quand il est permis de mener la guerre » : jus ad bellum.

Jus ad bellum a servi à constituer un consensus au sein des structures de commandement des Forces armées. Ce principe a également contribué à convaincre les troupes qu'elles se battent pour une « cause juste ». De manière plus générale, la sa version moderne de la théorie de la guerre juste fait partie intégrante de la propagande de guerre et de la désinformation médiatique, utilisées pour obtenir l'appui du public pour un programme guerrier. Sous Obama en tant que lauréat du prix Nobel de la paix, la guerre juste devient acceptée universellement, cautionnée par la soi-disant communauté internationale.

Le but ultime est de maîtriser les citoyens, de dépolitiser complètement la vie sociale aux États-Unis et d'empêcher les gens de penser et de conceptualiser, d'analyser les faits et de contester la légitimité de la guerre menée par les États-Unis et l'OTAN.

La guerre devient la paix, une « entreprise humanitaire » qui en vaut la peine. La dissidence pacifique, elle, se transforme en hérésie.

Une escalade militaire au visage humain : le comité Nobel accorde le « feu vert »

De façon plus significative, le prix Nobel de la paix concède la légitimité à une « escalade » sans précédent des opérations militaires menées par les États-Unis et l'OTAN sous la bannière du rétablissement de la paix.

Il contribue à falsifier la nature de l'ordre du jour militaire des États-Unis et de l'OTAN.

Entre 40 000 et 60 000 troupes étatsuniennes et alliées de plus devraient être envoyées en Afghanistan sous une enseigne de rétablissement de la paix. Le 8 octobre, un jour avant la décision du comité Nobel, le Congrès étatsunien a entériné un projet de loi d'autorisation à la défense de 680 milliards de dollars, destiné à financer le processus d'escalade militaire :

« Washington et ses alliés de l'OTAN prévoient une augmentation sans précédent des troupes pour la guerre en Afghanistan, en plus des 17 000 nouvelles forces étatsuniennes et des milliers de forces de l'OTAN qui se sont jusqu'à présent dévouées à la guerre cette année. »

Selon des reportages jusqu'ici non corroborés concernant les demandes du commandant des États-Unis et de l'OTAN Stanley McChrystal et du président de l'Instance collégiale des chefs d'état-major Michael Mullen à la Maison-Blanche, le nombre de troupes varie de 10 000 à 45 000.

Fox News a cité des chiffres aussi élevés que 45 000 soldats étatsuniens de plus et ABC News jusqu'à 40 000. Le 15 septembre, le Christian Science Monitor mentionnait que cela irait « peut-être jusqu'à 45 00 ».

La similitude des évaluations indique que l'on s'est entendu sur un nombre et que les médias obéissants des États-Unis préparent l'auditoire national à l'éventualité de la plus grande escalade de forces armées étrangères de l'histoire de l'Afghanistan. Il y a sept ans seulement, les États-Unis avaient 5000 troupes dans le pays, mais planifiaient d'augmenter ce nombre à 68 000 pour décembre, avant même que ne surgissent les reportages pour de nouveaux déploiements. (Rick Rozoff, U.S., NATO Poised For Most Massive War In Afghanistan's History, Global Research, 24 septembre 2009)

Quelques heures après la décision du comité Nobel norvégien, Obama a rencontré le conseil de guerre ou peut-être devrions-nous le nommer « conseil de paix ». Cette réunion avait été soigneusement planifiée pour coïncider avec celle du comité Nobel.

Cette réunion clé derrière les portes closes de la salle de gestion de crise de la Maison-Blanche comprenait le vice-président Joe Biden, la secrétaire d'État Hillary Clinton, le secrétaire à la Défense Robert Gates, ainsi que d'importants conseillers politiques et militaires. Le général Stanley McChrystal a participé à la rencontre par vidéoconférence depuis Kaboul.

Le général Stanley McChrystal aurait offert au commandant en chef « plusieurs alternatives », « incluant un ajout maximal de 60 000 troupes supplémentaires ». Le nombre 60 000 a été cité à la suite d'une fuite du Wall Street Journal (AFP : After Nobel nod, Obama convenes Afghan war council, October 9, 2009)

Selon un représentant officiel de l'administration, « [l]e président a eu une conversation corsée sur la sécurité et les défis politiques en Afghanistan, et les options visant à élaborer une approche stratégique allant de l'avant ». (Cité dans AFP : After Nobel nod, Obama convenes Afghan war council October 9, 2009)

Le comité Nobel avait en un sens donné le feu vert à Obama. La réunion du 9 octobre dans la salle de gestion de crise avait pour but de jeter les bases d'une autre escalade du conflit sous le blason de la contre-insurrection et de l'instauration de la démocratie.

Entre-temps, au cours des derniers mois, les forces étatsuniennes ont intensifié leurs bombardements aériens de communautés villageoises dans les zones tribales du nord du Pakistan, sous l'emblème du combat contre Al Qaïda.

Traduction : Julie Lévesque pour Mondialisation.ca

21:13 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Tags : histoire, courcelles, usa, presse, guerre, television, romain, imperialisme, capitalisme, silence, medias, obama | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

02/08/2009

02/08/2009: Uranium appauvri : Un holocauste nucléaire mondial nous menace...

Leuren Moret : Uranium appauvri : Un holocauste nucléaire mondial nous menace.
Interview de Leuren Moret, (spécialiste des sciences de la Terre) par W. Leon Smith et Nathan Diebenow, journalistes au « Lone Star Iconoclast », Texas
Leuren Moret est une spécialiste des sciences de la Terre qui passe tout son temps à informer les citoyens, les médias, les membres des parlements et du Congrès ainsi que d’autres responsables sur les problèmes posés par la radioactivité.
Elle a commencé à tirer la sonnette d’alarme en 1991 au Livermore Nuclear Weapons Lab après avoir été témoin d’une fraude scientifique importante sur le Yucca Mountain Project.
Elle travaille actuellement en tant que scientifique indépendante spécialiste de la radioactivité dans différents groupements de par le monde.
Elle a participé à la sous-commission des Nations Unies qui a enquêté sur l’uranium appauvri (UA).
Elle a été témoin au Tribunal pénal pour l’Afghanistan au Japon en 2003, présenté un exposé à la Conférence mondiale sur les armes à l’uranium, à Hambourg, en octobre 2003, et est intervenue en janvier 2004, à Bombay, au Tribunal mondial des femmes sur les crimes de guerre des Etats-Unis ainsi qu’au Forum social mondial.

Iconoclast : Quels sont les derniers développements en matière de réduction de l’exposition des troupes américaines à l’UA ?
Leuren Moret : Une jeune ancienne combattante, Melissa Sterry, a déposé dans son Etat du Connecticut un projet de loi demandant des examens médicaux indépendants pour les vétérans des guerres du Golfe et d’Afghanistan jusqu’en 2001. Elle a dit l’avoir fait parce qu’elle était malade et que ses amis étaient morts pour avoir servi lors de la guerre de 2003. Je me suis intéressé à cette loi et je lui ai parlé. Hier, elle a témoigné deux fois aux Nations Unies. J’ai dit : « Pourquoi ne pas introduire cette loi dans la législature de tous les Etats américains, car elle informe le public et incite les médias à en parler ? »
Les USA refusent toute responsabilité aux niveaux international ou national. Ils ont totalement étouffé l’affaire, comme pour l’agent Orange, les « vétérans atomiques »1 et le projet Mkultra.2 C’est le même phénomène, mais le problème est beaucoup plus grave, parce qu’il concerne l’avenir génétique de tous ceux qui ont été contaminés. Maintenant, de vastes régions du globe sont contaminées par l’UA. On en a utilisé une telle quantité ! En nombre d’atomes libérés dans l’atmosphère – un professeur japonais a fait le calcul – cela représente plus de 400 000 bombes de Nagasaki. Et ce nombre est sous-estimé.
La plus grande tragédie de l’histoire du monde
Je suis allée en Louisiane en avril 2005, invitée à parler pendant trois jours à l’université de la Nouvelle-Orléans. Un des vétérans présents m’a demandé de participer à leur manifestation dans les rues de la ville. Il a présenté la loi du Connecticut aux législateurs, appuyé par deux d’entre eux, et il leur a dit : « Il vous suffit de remplacer Connecticut par Louisiane. » Eh bien, vous n’allez pas me croire, la loi a été adoptée hier par 101 voix sans oppositions ni abstentions.
Je souhaite que vous en parliez, car nous avons besoin de cette loi au Texas. Le Nevada est sur le point de la proposer. Le député au Congrès Jim McDermott va l’introduire dans la législation de l’Etat de Washington. Nous voulons que le gouverneur du Montana le fasse également car c’est le premier gouverneur à demander le retour de sa Garde nationale. Je crois que la moitié de ses membres est de retour. Il a dit : « J’en ai besoin dans mon Etat. »
Le problème de l’UA est vraiment épouvantable. Je ne crois pas qu’il y ait une plus grande tragédie dans l’histoire du monde.
Y a-t-il un risque que les armes à l’UA utilisées ailleurs contaminent l’atmosphère ici ?
L’atmosphère est contaminée partout dans le monde. Il suffit d’une année pour que le mélange se fasse complètement. Je suis une spécialiste des poussières atmosphériques, une spécialiste des sciences de la Terre, une géologue, et c’est pourquoi j’ai étudié la question. C’est vraiment un sujet fascinant. Nous avons de gigantesques tempêtes d’un million de miles carrés qui transportent des millions de tonnes de poussières et de sable chaque année dans le monde.
Le principal centre de ces tempêtes est le désert de Gobi, endroit où les Chinois ont fait des essais atomiques si bien que tout est contaminé par la radioactivité. Les poussières vont directement au Japon, traversent le Pacifique et viennent se déposer aux Etats-Unis. Elles contiennent des isotopes radioactifs, des suies, des pesticides, des produits chimiques, des champignons, des bactéries, des virus, etc.
Le désert du Sahara est une autre énorme zone de poussières qui montent en Europe, traversent l’Atlantique, arrivent aux Caraïbes et de là sur la côte Est des Etats-Unis. Bien sûr, elles parviennent au Texas avec les ouragans.
La troisième région est l’Ouest des Etats-Unis, où est située la zone d’essais du Nevada. Les Américains y ont fait 1200 essais d’armes nucléaires si bien que cette radioactivité, qui est toujours là, a provoqué une épidémie mondiale de cancers depuis 1945. Le total de ces radiations représente l’équivalent de 40 000 bombes de Nagasaki. Aujourd’hui, il doit être dix fois plus élevé.
En avril 2003, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déclaré qu’elle s’attendait à ce que le taux mondial de cancers augmente de 50% d’ici à 2020. La mortalité infantile, indicateur de la pollution radioactive, augmente de nouveau dans le monde.
Lorsque les Etats-Unis et la Russie eurent signé le Traité d’interdiction partielle des essais nucléaires en 1963, la mortalité infantile recommença à baisser, ce qui est normal.
Cancers, malformations, atteintes du cerveau

Un de nos correspondants m’a envoyé une série de photos de la tempête de sable Al-Asad du 28 avril en Irak.
C’est justement de ces poussières que je parle.
On y voit une gigantesque muraille de sable.
Je possède 16 photos de cette tempête qu’on m’a envoyées avec celles d’enfants atteints de cancer et de leucémie prises par des médecins irakiens. Qu’est-ce que vous avez pensé de cette tempête ?
J’ai pensé que c’était spectaculaire.
Cela déplace toute la radioactivité, mais ce sont les plus grosses particules. L’UA brûle à des températures très élevées. Les projectiles de gros calibre sont déjà en feu quand ils sortent du canon parce qu’ils sont enflammés par le frottement à l’intérieur du canon. 70% de l’UA se transforme en vapeur métallique. Il s’agit là en réalité d’armes à gaz radioactif qui contamine le terrain. Je vais vous indiquer le site Internet où vous trouverez la note de 1943 adressée au général Leslie Grove dans le cadre du Projet Manhattan. Ils ont largué les bombes atomiques mais ils n’ont pas utilisé les armes à l’UA parce qu’ils les trouvaient trop effroyables. J’ai voyagé dans tout le Japon avec un pédiatre de Bassora et un oncologiste. Ces malheureux médecins, leurs familles tout entières sont en train de mourir d’un cancer. Et il ne s’agit là que des effets de la première guerre du Golfe, mais les Forces
armées en ont utilisé beaucoup plus en 2003, dans tout le pays.
A quoi les soldats peuvent-ils s’attendre quand ils rentrent chez eux ?
S’ils se trouvaient dans des blindés Bradley, ils rentrent chez eux avec des cancers du rectum parce qu’ils étaient assis sur des caisses de munitions. Les jeunes femmes souffrent de graves endométrioses et elles n’arrêtent pas de saigner. Certaines d’entre elles ont un cancer de l’utérus, des filles de 18, 19, 20 ans. L’Armée ne veut même pas les examiner ni les traiter. Elle les renvoie sur les champs de bataille. 20 soldats ont été transférés du Koweït à Bagdad en 2003 : ils souffrent tous de tumeurs malignes.
Est-ce que le fait d’avoir été exposés à l’UA affecte leur psychisme quand ils rentrent chez eux ?
L’UA forme, à des températures très élevées, des particules d’oxyde d’uranium qui ne sont pas solubles. Elles sont au moins 100 fois plus petites qu’un globule blanc. Les soldats les absorbent en respirant. Elles traversent le nez, puis le bulbe olfactif et pénètrent dans le cerveau où elles s’attaquent aux processus cognitifs. Cela affecte les mécanismes de contrôle de l’humeur. Quatre soldats de Fort Bragg rentrés d’Afghanistan ont tué leur femme dans un délai de deux mois.
Selon une étude de l’Association des Vétérans, sur un groupe de 251 vétérans de la première guerre du Golfe originaires du Mississipi, 67 avaient à leur retour de l’UA dans leur équipement, leur organisme, leur sperme. En outre, alors qu’ils avaient eu des bébés sains avant de partir, ceux nés après la guerre présentaient de graves malformations congénitales – absence de cerveau, d’yeux, de bras, de jambes, d’organes internes – et souffraient de terribles maladies de sang. C’est horrible.
Le magazine Life a publié un article illustré de photos intitulé « Les toutes petites victimes de Tempête du Désert. Vous devriez voir ça, ces enfants d’après la guerre du Golfe jouant avec leurs frères et soeurs normaux. Au fond, c’est comme fumer du crack, sauf qu’ici la substance est radioactive. Elle pénètre directement dans la circulation sanguine et atteint les os, la moelle épinière, le cerveau et également le foetus. C’est un poison systémique et radiologique.
L’UA tue tous les êtres vivants
Qu’en est-il des gens ici, aux Etats-Unis ? Vous dites que l’UA se mélange et se répand dans le monde entier.
Oui, il se mélange dans le monde entier. Nous respirons ici la fumée secondaire, comme les non-fumeurs, dans une pièce, respirent celle des fumeurs.
Est-ce que cette fumée secondaire s’épaissit tandis que nous parlons ?
Oui, la concentration de particules d’UA dans l’atmosphère dans le monde entier est en train d’augmenter. On a des raisons de penser que les Etats-Unis ont l’intention de bombarder l’Iran. Nous surveillons les usines d’armement américaines.. Elles ont reçu d’importantes commandes de ces énormes bombes antibunker dont les têtes contiennent 5000 livres d’UA.
Donc le pronostic pour l’Amérique n’est pas vraiment bon. Non, il est vraiment mauvais.
Et si ça continue ?
Cela tuera la population du monde entier. Cela a déjà commencé, et cela n’affecte pas seulement les hommes, mais aussi les plantes, les animaux, les bactéries, tout.
Ainsi, notre nourriture, par exemple, si elle contient de l’UA, celui-ci va pénétrer dans notre organisme puis cela va polluer les océans et affecter toute la vie sous-marine ?
Oui, l’UA est dans l’air, l’eau et le sol. La demi-vie de l’UA, l’uranium 238, est de 4,5 milliards d’année, l’âge de la Terre.
Pouvons-nous revenir en arrière en ce qui concerne les dommages déjà causés ?

Peut-on procéder à une décontamination ?
Non. C’est impossible. Ce qui se passe, c’est que ces toutes petites particules flottent dans l’atmosphère tout autour du globe. Il y a déjà des particules de plutonium et d’uranium qui flottent depuis les essais de bombes atomiques. Elles sont si petites que les molécules qui viennent les heurter les maintiennent en suspension dans l’air si bien que seuls la pluie, la neige, le brouillard et la pollution en débarrassent l’atmosphère en les déposant dans l’environnement. La surface de ces particules devient humide, elles tombent sur les matières et y collent comme de la glu. Vous ne pourrez jamais détacher ces particules. Avez-vous jamais essayé de faire tomber une goutte d’eau sur une autre goutte d’eau se trouvant sur la lame porte-objet d’un microscope ? Vous ne pouvez plus les séparer. C’est ce qui se produit avec les particules radioactives. Une fois qu’elles ne circulent plus dans l’atmosphère, elles collent à
toutes les surfaces sur lesquelles elles atterrissent. On ne peut pas les laver. S’il pleut continuellement ou qu’elles se trouvent dans une rivière, sur un rocher, sur une pierre, etc. elles y resteront. Vous ne pensiez pas que c’était aussi grave.
Non, pas à ce point. Je croyais que c’était un phénomène assez isolé.
Non. Ce qui était là-bas, en Irak, un jour donné apparaît chez nous au bout de quatre jours environ. Je ne sais pas si vous avez suivi la catastrophe de Tchernobyl. Ce gros nuage radioactif a fait plusieurs fois le tour du globe, il fait partie maintenant de la poussière atmosphérique. Elle va partout, comme la poussière de la tempête que vous voyez sur cette photo.
Se trouve-t-elle dans la couche supérieure ou inférieure de l’atmosphère ?
Dans la partie inférieure de l’espace orbital. Ils ont ramené à terre la station orbitale Mir quand ils eurent fini de l’utiliser. Il y avait une sorte de filet qui recouvrait l’électronique à l’extérieur de la station qui la protégeait de la radioactivité solaire car l’électronique y est très vulnérable. Ils ont analysé la surface de ce filet et ont trouvé de l’uranium et des produits de désintégration de l’uranium. Ils ont dit qu’ils provenaient des essais nucléaires atmosphériques ou de stations orbitales ayant des matériaux nucléaires ou des réacteurs nucléaires à bord et qui avaient brûlé. L’uranium peut également provenir de supernovae mais on a pensé que l’origine la plus probable étaient les essais dans l’atmosphère et la matière nucléaire que nous y mettons.
Des armes utilisées depuis 1973
Vous voulez dire avant tout que nous sommes en train de mener une guerre nucléaire.
Oui, exactement. Depuis 1991, nous avons mené 4 guerres nucléaires. L’UA est une arme nucléaire.
A votre avis en tant que scientifique, que faut-il faire pour remédier à cela ?
Il faut cesser de l’utiliser. Nous avons créé un mouvement international pour faire cesser la fabrication, le stockage, le commerce et l’utilisation des armes à l’UA.
Les munitions que nous vendons aux autres pays contiennent-elles de l’UA ?
Oui. Le premier système d’armes à l’UA pour lequel nous ayons trouvé un brevet est apparu soudain en 1968 au Bureau américain des brevets. Il était destiné à la marine. C’était une sorte de canon Gatling à monter sur des navires. Il tirait rapidement environ 2000 projectiles à la minute.
Il en tire plus de 3000 maintenant, car on l’a amélioré. Puis, en 1973, les Etats-Unis ont donné des armes à l’UA aux Israéliens et ils en ont surveillé l’emploi. Ces derniers les ont utilisées dans la guerre israélo-arabe et ils ont anéanti leur adversaire en cinq jours. Et c’était parti. C’était la première véritable démonstration de cette nouvelle arme sur un champ de bataille.
Hughes Aircraft a mis au point le système destiné à la marine, le canon Gatling, qui est encore utilisé. Il a été fabriqué et testé en 1974. En l’espace de 6 mois, le gouvernement américain avait vendu ces armes à l’UA à de nombreuses divisions des Forces armées notamment. Il en a vendu en outre à environ une douzaine de pays ou peut-être un peu plus. Normalement, elles auraient dû être vendues à 80, 100, 120 pays. Or la bonne nouvelle, c’est que, en raison des risques radiologiques, biologiques et environnementaux, des quantités de pays ne les achètent pas et que ceux qui les ont achetées ont peur de les utiliser. Les seuls pays dont nous savons qu’ils les ont utilisées sont les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et Israël.
En 1996, les Nations Unies ont adopté une résolution aux termes de laquelle les armes à l’UA sont des armes de destruction massive, des armes illégales au regard de la totalité des lois et des traités internationaux.> En 2001, le Parlement européen a adopté une résolution sur l’UA. C’est que les force de l’OTAN, en 1998 et 1999, avaient effectué en Yougoslavie 39 000 attaques aériennes qui avaient laissé des amas de décombres radioactifs. Ce sont les Etats-Unis et l’Allemagne qui ont réalisé le plus de profits avec ces armes et qui se sont arrangés pour qu’on envoie dans les régions les plus contaminées les soldats des pays qui ignoraient tout de l’UA, comme l’Italie et le Portugal. Ils envoyèrent leurs propres troupes dans les régions les moins contaminées. Ces malheureux soldats rentrèrent chez eux et moururent au bout de quelques jours, de quelques semaines ou de quelques mois. Leurs parents, furieux,
s’adressèrent aux Parlements et aux médias et il y eut un déluge d’articles au sujet de l’UA.
Le pot aux roses fut découvert à la suite de l’invasion de la Yougoslavie par l’OTAN, mais les troupes japonaises d’autoDefense furent envoyées à Samawa, zone la plus contaminée parce que c’est là qu’avaient eu lieu les combats les plus violents. On peut supposer que ces soldats sont très malades.
Des pays inhabitables
Qu’en est-il de l’Irak même. Qu’est-ce qui a été fait jusqu’ici ?
Il est inhabitable. La Yougoslavie, l’Irak, l’Afghanistan sont totalement inhabitables.
Mais il y a des gens qui y vivent, qui y vivront et souffriront ?
Quand on est au courant des maladies et des malformations congénitales des bébés, on se rend compte que c’est grave. Chaque année, le nombre des malformations et des maladies croîtra parce que le niveau de contamination total chez tous les êtres vivants augmentera étant donné qu’ils respirent un air contaminé, boivent de l’eau contaminée et mangent de la nourriture provenant de sols contaminés. Nous sommes condamnés à une mort lente, comme en Yougoslavie et en Afghanistan.
L’UA est une arme biologique extrêmement efficace. C’est d’ailleurs la raison principale de son utilisation. Marion Falk, un physicien-chimiste à la retraite qui a construit des bombes nucléaires pendant plus de 20 ans au laboratoire Lawrence Livermore, scientifique du Projet Manhattan avec qui j’ai travaillé, m’a presque tout appris sur la radioactivité, les particules et l’UA. Il m’a dit que l’objectif des armes utilisées par l’armée n’est pas seulement de blesser et de tuer les soldats ennemis, mais de tuer, de mutiler et de rendre malade la population civile parce que cela diminue la productivité du pays et qu’il ne tardera pas à utiliser une quantité importante de ses ressources pour soigner ses malades. Il y a de moins en moins de travailleurs en bonne santé.
Evidemment, une fois que vous provoquez des mutations de l’ADN, les dommages affectent les générations futures, et cela concerne aussi bien les animaux et les plantes que les êtres humains. L’ADN ne se répare pas lui-même. Les maladies sont transmises à toutes les générations futures.
Un génome endommagé à jamais
Ainsi les mutations seraient probablement plus destructives que constructives.
Ce sont les mutations qui provoquent ces malformations congénitales.
Alors si la radioactivité m’a prédisposé aux maladies cardiaques, mes descendants auront le même problème ?
Si vous endommagez la cellule ou des parties de cellules ou si vous portez atteinte au fonctionnement des cellules, cela n’endommage pas forcément l’ADN. Il y a deux sortes de dommages. Les premiers concernent les cellules des organismes vivants et cela peut ne pas se transmettre aux descendants ; les autres concernent l’ADN dans l’ovule ou le sperme et ceux-là se transmettent. Ainsi, le sperme des soldats qui reviennent de la guerre est probablement …Détérioré. Ils ont de l’UA dans leur sperme et lors des rapports sexuels, ils contaminent leur partenaire. Les femmes tombent également malades. Elles ont de l’UA dans leur organisme. On appelle ça « syndrome du sperme brûlant ». C’est horrible.
David Rose a écrit un article à ce sujet dans le numéro de novembre 2004 de Vanity Fair que l’on peut lire sur Internet. Il est intitulé Weapons of self-destruction. Une amie à moi est la veuve d’un ancien combattant de la première guerre du Golfe. Dans une interview accordée à David Rose, elle s’est plainte du sperme brûlant : « J’avais constamment 20 préservatifs remplis de pois gelés dans mon congélateur et après les rapports sexuels, j’en introduisais un dans mon vagin. C’était le seul moyen de supporter les douleurs provoquées par le sperme brûlant. Ajoutons que ce sperme brûlant passe à travers les préservatifs.
Ça alors !
Oui, vous devriez voir les réactions des classes de high schools lorsque je leur parle du sperme brûlant et de la contamination interne. Les bouches des filles forment un O et les garçons sont paniqués, eux qui s’imaginent ne jamais tomber malades.
Conséquences des essais nucléaires
Quelle quantité d’UA faudra-t-il pour tuer toute vie sur cette planète ?
La quantité de radioactivité va certainement avoir un effet global extrêmement important. Ainsi, la mortalité infantile augmente déjà dans le monde. Le foetus est ce qu’il y a de plus vulnérable à la radioactivité parce que toutes les cellules se divisent rapidement, que le corps se développe, si bien que si vous commencez à introduire des substances toxiques et des radiations, cela affecte le processus naturel du développement foetal.
C’est à cause de l’augmentation de la mortalité infantile que l’on a pu convaincre le Sénat de signer le Traité d’interdiction partielle des essais nucléaires en 1963. Elle avait diminué de 3 à 4% par année pendant une longue période en raison de l’amélioration des soins prénataux et de l’éducation des mères. Elle avait recommencé à augmenter après Hiroshima et Nagasaki et particulièrement dans les années 50 lorsque commencèrent les grands essais atomiques.
En 1963, il était devenu évident que les essais avaient, dans le monde entier, des effets sur les enfants à naître. Les Etats-Unis et la Russie signèrent le Traité et mirent fin aux essais dans l’atmosphère. Le taux de mortalité infantile baissa tout de suite. Mais maintenant, il croît de nouveau. C’est une pollution radioactive planétaire. Personne ne sait combien de temps il faudra pour éliminer toute vie, mais il est certain que l’UA est une arme biologique extrêmement efficace.
Je le répète, l’utilisation des armes vise deux objectifs : le premier est de tuer les soldats ennemis et le second, tout aussi important, de détruire la population ennemie. En provoquant des maladies, de longues maladies, on s’attaque à la productivité et à l’économie d’un pays. C’est Tchernobyl et d’autres catastrophes nucléaires qui ont en réalité provoqué l’effondrement de l’Union soviétique parce que ses habitants étaient très malades à la suite de toute la radioactivité dégagée. Ils ont été beaucoup plus négligents que nous.
J’ai une enquête sur la santé dans le monde que l’OMS a publiée dans le Journal of American Medical Association en juin 2004. Les effets des essais atmosphériques apparaissent de manière très nette quand on considère le pourcentage de personnes souffrant de maladies mentales dans les différents pays étudiés. Par exemple 8,8% au Japon, mais 4,7% au Nigeria, ce qui est très bas. Il n’y a presque pas de radioactivité au Nigeria. En Ukraine, où s’est produit l’accident de Tchernobyl, le taux est de 20,4%. Il est de 9,2% en Espagne et de 8,2% en Italie. Ces deux derniers chiffres sont relativement bas, car ces pays n’ont pas de centrales nucléaires. La France dépend à 75% de l’énergie nucléaire et son taux de maladies mentales est de 18,4%. Le Mexique se situe à 12, 2% et les Etats-Unis à 26%. C’est le taux le plus élevé au monde.
George W. Bush et ses frères et soeurs ont tous été exposés in utero aux retombées des essais atomiques effectués aux Etats-Unis. Il avait une petite soeur qui est morte d’une leucémie vers l’âge de trois ans.
J’ai travaillé dans une équipe appelée Radiation and Public Health Projet (cf. www.radiation.org). Nous sommes tous des scientifiques indépendants, des spécialistes renommés. Nous avons recueilli 6000 dents de bébés à proximité de centrales nucléaires et avons mesuré leur radioactivité. Et l’un de nos membres est le voisin de la femme qui a aidé les enfants Bush, y compris le Président, parce qu’ils avaient tous de graves problèmes d’apprentissage.
Comment savons-nous que les enfants Bush ont été exposés ?
D’après l’année où leur mère les ont portés. Vous n’avez qu’à voir combien de matières radioactives ont été dégagées dans l’atmosphère et vous trouverez une corrélation directe entre les résultats aux tests d’intelligence SAT auxquels on soumet les adolescents et l’année où leur mère les a portés. Ce sont des effets différés de l’exposition in utero aux radiations.
Vivant dans le Connecticut, ils ressentaient les effets des radiations du Nevada ?
Il y a deux ans, le gouvernement américain a reconnu que tous ceux qui avaient vécu aux Etats-Unis entre 1957 et 1963 avaient été exposés de manière interne aux radiations. Le foetus de toutes les femmes enceintes était donc exposé
Pas un génocide, un « omnicide ».
De quels niveaux de radiations parlons-nous ?
Ce sont de bas niveaux et les principaux vecteurs sont l’eau potable et les produits laitiers. Cela a suffi à tuer des petits poissons dans l’Atlantique. Le strontium-90 est un isotope artificiel dégagé par les bombes et les réacteurs nucléaires. En Norvège, on a mesuré les taux de strontium-90 dans le lait des années 1950 aux années 1970 et le volume de pêche durant la même période. A mesure que le taux de strontium-90 augmentait dans le lait, le volume de pêche diminuait.
En 1963, lorsque les Etats-Unis testaient la bombe nucléaire (ils ont effectué 250 essais en une année parce que le Traité allait être signé), le volume de pêche a diminué de 50%. Dans le Pacifique, il a diminué de 60% parce que c’est là que les Russes, les Chinois, les Français et les Américains ont procédé à leurs essais.
Source : Bernard Batt

09-07
Avertissement
Palestine - Solidarité a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Moyen-Orient, de l'Amérique latine et de la Corse.
L'auteur du site travaille à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui lui seraient signalées.
Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas Palestine - Solidarité ne saurait être tenue responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.
D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont elle n'a pas la gestion, Palestine - Solidarité n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.Uranium appauvri

 

Extrait du journal de C.De Broeder et M.Lemaire

15:01 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Tags : histoire, politique, courcelles, usa, presse, otan, guerre, television, romain, belgique, colonialisme, imperialisme, euro-dictature, capitalisme, silence, medias, information | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

10/04/2009

10/04/2009: Alliance atlantique, alliance impérialiste! Dissolution de l'OTAN!

 
From: Coordination Communiste 59/62
Sent: Friday, April 10, 2009 1:37 PM
To: Undisclosed-Recipient:;
Subject: communiqué après la manif anti-OTAN à Strasbourg


Alliance atlantique, alliance impérialiste! Dissolution de l'OTAN!

Tel est le mot d'ordre que la provocation policière a voulu étouffer à Strasbourg!

 
Des dizaines de milliers de manifestants ont défilé à Strasbourg pour dénoncer l’OTAN, cette alliance guerrière des États-Unis et de l’Union Européenne en construction contre les peuples et les travailleurs. Le Rassemblement des Cercles Communistes y a défilé avec le PCOF.
L’OTAN n’a jamais été une «alliance défensive» comme les discours et les médias impérialistes tentent de le présenter. Son maintien est une menace pour tous les peuples et tous les travailleurs comme l’a déjà subi la Yougoslavie en 1999 et le subit aujourd’hui le peuple afghan.

L’OTAN est le pendant militaire agressif des institutions financières comme le Fonds Monétaire International (FMI) et la Banque Mondiale qui vont être renfloué de près de 1000 milliards de dollars par le G20.

L’OTAN est le bras séculier de l’impérialisme en crise pour punir les pays, États, nations et peuples qui résistent et refusent le diktat libéral des puissances impérialistes qui dominent le monde (USA et UE). L’OTAN servira aussi à écraser toute révolution dans les pays d’Europe notamment.

Voilà pourquoi la police a été chargée de bloquer la manifestation pour la dissolution de l’OTAN et de l’empêcher de bouger sur un axe le long d’un chemin de fer parsemé de cailloux. L’objectif était manifestement de pousser à une confrontation violente avec les manifestants afin que les dégâts causés soient présentés par les médias comme le fait de «casseurs, violents avec des drapeaux rouges marqués du marteau et de la faucille».

L'objectif politique était de dissuader, aujourd'hui mais aussi dans la perspective des prochains sommets, toute action de protestation politique contre les sommets des va t-en guerre de l’OTAN.

Mais le «voleur qui crie le premier au voleur», l’incendiaire qui crie à l’incendie est bien confronté aux questions de bon sens des populations que les médias cherchent à manipuler : «Pourquoi attendre si longtemps avant d’intervenir» se demandent les habitants du quartier du Port du Rhin? Pourquoi avoir bloqué la manifestation à cet endroit le long des rails avec autant de cailloux? La provocation est claire.

A l'inverse, en distribuant de l'eau, les populations des quartiers populaires ont réservé un bon accueil aux manifestants gazés par les tirs de lacrymogènes et autres balles en caoutchouc des 10000 policiers et militaires.

Non seulement, c’est un sommet guerrier des violents et casseurs de la paix et des acquis sociaux et démocratiques, mais c’est aussi le sommet des menteurs qui préparent les futures guerres de l’OTAN contre les peuples et les travailleurs!

Rassemblement des Cercles Communistes

Cercle Henri Barbusse,

Coordination Communiste 59/62,

Cercle Communiste d’Alsace

Cercle Communiste de Région Parisienne,

http://www.rassemblementcommuniste.org

14:30 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Tags : courcelles, histoire, romain, guerre, silence, presse, actualite, otan, imperialisme, usa, europe, euro-dictature, belgique | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

12/03/2009

12/03/2009: Ne croyez pas ce que VOS médias et politiciens vous racontent sur l’Afghanistan...

 

 
1-2 Ne croyez pas ce que VOS médias et politiciens vous racontent sur l’Afghanistan.

Presque toutes les informations que nous avons sur cette guerre qui dure depuis 5 ans en Afghanistan sont fournies par les officiers des relations publiques des Etats-Unis ou de l’OTAN, ou par des journalistes «embedded» (incorporés) qui ne font que répéter comme des perroquets les informations fournies par les militaires.

 Demandez vous quand est ce que vous avez lu pour la dernière fois un article d’un journaliste couvrant ce qui se passe du côté des talibans et des forces de résistance afghanes...

Reconstruction: un témoignage récent de l’inspecteur général pour la reconstruction de l’Irak a révélé comment l’Agence étasunienne pour le développement international (Usaid) manipule ses propres comptes pour cacher les coûts gigantesques ajoutés aux projets d’aide par les problèmes de sécurité (on arrive à des majorations de 418%).

Maintenant, la version officielle à l’eau de rose des faits est formellement contredite par des observateurs impartiaux.
Le respecté « Think Tank » européen le Conseil de Senlis, qui se concentre sur l’Afghanistan, vient juste de rapporter que le mouvement taliban « est entrain de reprendre l’Afghanistan » et contrôle maintenant la moitié sud du pays.
Ceci s’éloigne de façon extraordinaire des affirmations des Us et de ses alliés de l’OTAN qu’ils sont entrain progressivement de gagner la guerre en Afghanistan. Mais, plus précisément, la regagner, depuis que l’Administration Bush a proclamé en 2001 sa victoire totale en Afghanistan. A l’époque, nous avions dans cette colonne prédit que cette victoire était illusoire et que la guerre reprendrait dans 4 ou 5 ans.
Selon le Conseil de Senlis, le sud de l’Afghanistan souffre « d’une crise humanitaire de pauvreté et de famine » causée par… « les politiques militaires Us et britanniques ».
Démontant les rapports occidentaux optimistes, les enquêteurs de Senlis ont trouvé que «les politiques américaines en Afghanistan ont re-crée un paradis sûr pour le terrorisme que l’invasion de 2001 avait pour but de détruire. » Ceci est une bombe.
Les Us et l’OTAN ont insisté sur le fait que tout retrait de leurs forces d’Afghanistan – ou d’Irak – laisserait un vide certainement rempli par des extrémistes. Ces affirmations sont erronées, étant donné que la moitié de l’Afghanistan et un tiers de l’Irak sont déjà largement contrôlés par des forces anti-occidents.
S’il n’y avait pas la toute puissance de l’aviation américaine, les forces armées Us et celles de l’OTAN seraient rapidement chassées de l’Afghanistan et de l’Irak. Si les forces de la résistance afghane et irakienne arrive un jour à obtenir des armes antiaériennes portables efficaces tel que le Stinger Us ou le SA-18 russe, l’occupation de ces nations dirigée par les Us deviendrait intenable. L’occupation soviétique de l’Afghanistan pendant les années 80 a échoué dés lors que les forces des mujahidins ont obtenu le Stringer américain et des missiles antiaériens.
La semaine dernière, les commandants canadiens et britanniques se sont vantés d’être sur le point d’annihiler les forces des Talibans « encerclées » à Panjwai et Zahri. Ils exultaient et ont « estimé » que 500 Talibans avaient déjà été tués.
Une tourmente de bombardements et de pilonnages ont tué beaucoup d’Afghans, mais la plupart des morts « suspectés être des militants talibans » se sont avérés, comme d’habitude, être des civils. L’OTAN n’a pu montrer les corps des combattants ennemis morts pour prouver ses affirmations absurdes.
Quand les forces de l’OTAN sont entrées dans Panjwai, après des semaines de bombardements aériens et de pilonnages à l’artillerie, les soit disant talibans « s’étant rendus » avaient disparu. Les commandants britanniques et canadiens embarrassés ont admis « nous avons été surpris, l’ennemi s’était enfui ». Surpris ?
Est ce que personne ne se souvient des missions de recherches et de destructions infructueuses menées pendant la guerre du Vietnam et les données chiffrées gonflées des combattants ennemis tués ?

Est-ce que les commandants de l’OTAN savent que chacun de leur mouvement est télégraphié à l’avance aux forces talibans ?

Est-ce qu’ils ne voient pas ce qui se passe en Irak actuellement ?
Est-ce que les officiers canadiens qui ont fait des déclarations aussi fantaisistes croient vraiment que les vétérans des guérillas talibans seraient assez stupides pour attendre assis d’être détruits par la puissance aérienne américaine ?
Maintenant, les forces de l’OTAN dirigées par les canadiens exultent en annonçant fièrement avoir finalement occupé Panjwai où les « talibans ont fui » ! ». Est-ce qu’ils ne comprennent pas que les forces de la guérilla ne s’accrochent pas à des positions fixes ?

Occuper le terrain n’a pas de sens dans la guérilla.
Semblant immunisé contre les leçons de l’histoire ou celles du bon sens, le Canada envoie quelques centaines de troupes en plus et une poignée de tanks obsolètes en Afghanistan ; la Pologne, elle, qui envoie des troupes n’importe où si elle est payée le juste prix, ajoutera 1000 soldats l’année prochaine.
Les politiciens anglais et canadiens disent qu’ils sont surpris de l’intensification de la résistance des Talibans. Ils n’ont qu’à s’en prendre à leur propre ignorance.
Attaquer les Pashtouns, renommés pour leur xénophobie, leur esprit guerrier, et leur amour de l’indépendance, est une mission de fous. Les Pashtouns sont l’ethnie majoritaire en Afghanistan. Les Talibans sont un rejeton du peuple Pashtoun. La stabilité nationale à long terme est impossible sans leur représentation et leur coopération.
Ce que l’occident appelle « Taliban » est en fait une coalition grandissante de combattants vétérans talibans conduit par le Mollah Dadullah, d’autres clans de guerriers tribaux Pashtoun, et des forces nationalistes de la résistance conduites par Jalalladin Hakkani et l’ancien premier ministre, Gulbadin Hekmatyar, que la CIA a essayé à maintes reprises d’assassiner
Beaucoup des anciens mujahidins étaient appelés autrefois « des combattants de la liberté » par l’occident, et dénoncés comme des « terroristes » par les soviets. Ils représentent la résistance nationale à l’occupation étrangère. En fait, ce que les Us et ses alliés de l’OTAN font en Afghanistan aujourd’hui, est une réplique étonnamment ressemblante de l’occupation brutale soviétique des années 80.
L’agence anti narcotique de l’ONU rapporte que l’Afghanistan fournit actuellement 92% de l’héroïne mondiale.

La production * a augmenté de 40% pour la seule année 2005.

Qui est responsable ?

Les Etats-Unis et l’OTAN. Ils possèdent maintenant un narco-état celui de l’Afghanistan.
Dominer la principale route de l’exportation du pétrole tel était l’objectif premier de l’invasion par les Etats-Unis de l’Afghanistan. Ironiquement, au lieu de bénéficier du bonus pétrole attendu, les Us se retrouvent profondément enlisé dans le commerce de la drogue en Afghanistan.
Washington et l’OTAN ne peuvent pas continuer à prétendre que c’est le problème de quelqu’un d’autre. L’argent de la drogue alimente l’économie afghane et maintient la loyauté des seigneurs de la guerre locaux à l’égard du régime de Kaboul installé par les américains.
Le nord de l’Afghanistan est devenue une sphère d’influence de la Russie et de ses alliés locaux, l’Alliance du nord Uzbek Tajik, dirigée par des dirigeants du vieux parti communiste afghan.
L’Us et ses alliés ne vont pas gagner la guerre en Afghanistan. Ils auront de la chance s’ils ne la perdent pas de façon humiliante.
Un dernier point. Les forces Us et de l’OTAN ne combattent pas des « terroristes » comme leurs gouvernements le prétendent. Ils combattent le peuple afghan.

Dans les années 80, j’ai vu des mudjahidins trop pauvres pour acheter des chaussures portant attachés sur leur dos des obus de mortier d’environ 50 kgs et procéder à l’ascension de montagnes pendant 6-8 heures à travers la neige pour bombarder une base communiste, puis marcher péniblement pour entrer à la maison. Ce sont ces personnes que nous combattons. Quiconque connaît les afghans sait qu’ils ne seront pas vaincus, même s’ils doivent résister le temps de toute une génération.
Eric Margolis

Eric Margolis est un journaliste canadien contribuant à la rubrique de politique étrangère du Sun National Media Canada. Il est l’auteur d’un livre intitulé « War at the Top of The World » ( Guerre au Sommet du Monde).

Extrait du journal de Marc Lemaire

 
.

__,_._,___

10:24 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Tags : courcelles, romain, histoire, presse, silence, usa, imperialisme, guerres, euro-dictature, otan, europe, colonialisme, facisme, irak, afghanistan | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

04/03/2009

01/03/2009: Plan D'Obama Pour L'Irak : Se Retirer Sans Se Retirer - Mentir Comme Bush, Yes I Can !

Sent: Sunday, March 01, 2009 11:39 PM
Subject: [romain : paix_socialisme_communisme] Plan D'Obama Pour L'Irak :
Se Retirer Sans Se Retirer - Mentir Comme Bush, Yes I Can !

Plan D'Obama Pour L'Irak : Se Retirer Sans Se Retirer - Mentir Comme Bush, Yes I Can !

Par abubilel,
dimanche 1 mars 2009

"...L'un des plus remarquables aspects du plan " war lite " d' Obama c'est son mépris éhonté, total pour l'accord signé entre les Etats Unis et le gouvernement irakien supposé souverain garantissant le retrait complet de toutes les troupes américaines pour fin 2011..." Et quand Obama affirme, comme dans son discours sur l'Etat de l'Union, qu'il mettra fin à la guerre, c'est simple, il ment et il le fait délibérément. Mentir comme Bush, Yes I can !

Orwell à Babylone : se retirer sans se retirer. Est-ce superflu de faire remarquer qu'un plan pour "mettre fin" à une guerre qui inclut le maintien d'une garnison de 50 000 soldats en terre hostile est, en réalité, une façon de continuer la guerre, et non pas d'y mettre fin. Pour produire un tel plan et affirmer qu'il "met fin" à la guerre c'est l'équivalent précis de vider sa vessie chez son voisin et lui dire que le liquide est en fait une pluie bienfaisante.

Mais c'est exactement ce que l' Administration Obama propose pour l'Irak. Des "hauts fonctionnaires de l' Administration" ont fait passer le message du retrait, utilisant des "journaux respectables" (qui n'ont même pas critiqué la propagande du gouvernement) comme quoi le Président Obama et ses généraux (ou plutôt, les généraux et les larbins du Pentagone dont il a hérités de Georges W Bush, et qu'il s'est empressé de maintenir en poste) se sont mis d'accord sur un compromis concernant le plan de retrait d'un certain nombre de soldats américains du pays que les Etats Unis ont détruit dans une guerre d'agression sans provocation. Obama voulait un agenda de retrait partiel de 16 mois, son rival potentiel pour la campagne présidentielle de 2012, le Général David Petraeus, voulait 23 mois. Donc, animé par la sagesse de Salomon, ils ont coupé la poire en deux et retireront, au lieu des 16 ou 23 mois, une partie des soldats américains en 19 mois.

Mais le plan envisage clairement une présence militaire américaine substantielle et surtout permanente en Irak, qui dominera les orientations politiques de cette importante et riche nation pétrolière, ce qui était bien sûr dés le départ l'un des principaux objectifs des agresseurs militaires de l' Administration Bush. En mettant en application son plan pour continuer la guerre, Obama complète l'oeuvre de Bush et de sa clique de militaristes. Du New York Times :

"Même avec cet ordre de retrait, Mr Obama projette de laisser derrière une "force résiduelle" de dizaines de milliers de soldats ( 50 000 selon les derniers chiffres cités ndlt) pour continuer à entraîner les forces de sécurité irakiennes, chasser les groupes de "terroristes" étrangers et protéger les institutions américaines..."

Et un "officier de haut rang " envoyé pour semer la propagande au Los Angeles Times a ajouté un autre rôle potentiel pour ces soldats américains restants : combattre pour l'Irak toute guerre contre l'Irak. Il a également fait preuve d'une franchise rafraîchissante sur les intentions finales du plan :

"L'officier de haut rang a dit que les soldats pourraient aussi aider à protéger l'Irak d'une attaque extérieure, quelque chose que les irakiens ne peuvent pas encore faire."

"Quand le Président Obama a dit que nous allions nous retirer en 16 mois, certaines personnes ont entendu " retirer" et que tout le monde partait. Mais ce n'est pas ce qui va se passer a dit l'officier."

Non, effectivement, "ce n'est pas ce qui va se passer." L'un des plus remarquables aspects du plan " war lite" d'Obama c'est son mépris éhonté, total pour l'accord signé entre les Etats Unis et le gouvernement irakien supposé souverain garantissant le retrait complet de toutes les troupes américaines pour fin de 2011. Bien sûr, cet "accord" a toujours été considéré par tout le monde comme une farce - à l'exception des médias de masse US qui ont continué de rapporter les "dures négociations" comme si le pacte aurait une quelconque signification dans le monde réel.. L'accord contient des clauses échappatoires permettant au gouvernement irakien de " requérir" une présence militaire américaine continuelle après la date butoir de 2011 - et, considérant que tout gouvernement irakien en place en 2011 sera désespérément dépendant des armes et de l'argent américain pour se maintenir au pouvoir, une telle "requête" a toujours été une certitude absolue. Donc, je suppose que nous devons admirer la candeur de l'Administration Obama qui abandonne toute prétention comme quoi les forces US vont quitter l'Irak à un moment donné du futur proche.

Mais l'hypocrisie - littéralement une hypocrisie meurtrière - d'affirmer que ce plan " laisse l'Irak à son peuple et met fin à la guerre de manière responsable" , comme l'a affirmé Obama dans son discours de l'Etat de L'Union, est écoeurante. Il ne fait pas une telle chose et il le sait.

Au lieu de cela, ce plan plonge de plus en plus profondément les Etats Unis dans une guerre de "contre insurrection" pour le compte de toute clique ou faction de partis sectaires en Irak, moyen le plus efficace d'adhérer à l'agenda dominateur de l'Amérique dans la région. Il envoie un flot apparemment sans fin de soldats américains mourir - - et ce en plus grand nombre - - et tuer, dans le cadre d'une action criminelle qui a aidé à provoquer la faillite de notre propre pays tout en envoyant des ondes de violente instabilité et d'extrémisme partout dans le monde. Il développera encore plus l'étendue de la corruption et des profits de guerre qui ont déjà atteint des proportions mondiales historiques vertigineuses..

C'est tout ce que le plan d'Obama-Petraeus fera. Mais ce qu'il ne fera pas c'est de "mettre fin à la guerre" - - "de manière responsable" ou autre.. Quand Obama dit qu'il le fera - - comme il l'a dit la nuit dernière devant une audience en extase - - c'est simple, il ment et il le fait délibérément.

Chris Floyd 25/02/09 www.counterpunch.org

Chris Floyd est un écrivain américain et contribue régulièrement au site de Counterpunch. . Son blog, Empire Burlesque: High Crimes and Low Comedy in the American Imperium : www.chris-floyd.com.

Information complémentaire

Lors d'une déclaration faite aux médias, John McHugh, le représentant républicain au sein de la commission sénatoriale sur les forces armées US , a dit que " Il ( Obama) m'a assuré qu'il reverrait son plan si la situation sur le terrain se détériore et si la violence s'accroît". Il a également affirmé qu'Obama l'avait assuré qu'il existait un Plan B parce que l'Irak est confronté à des défis importants.

Obama a affirmé que l'armée US n'a pas non plus l'intention de rester en Afghanistan pendant longtemps alors même qu'il vient d'envoyer 17000 soldats supplémentaires, ce qui veut dire accroître l'effort de guerre. Ramener le nombre de soldats en Irak à peu prés au même nombre que celui en Afghanistan, 50 000, est vendu à l'opinion publique par les médias propagandistes comme la fin de la guerre, "Mission Accomplished" comme l'avait affirmé son prédécesseur à la Maison Blanche.

Ces soldats américains qui vont rester stationnés en Irak ne serviront pas seulement à l'entraînement des troupes irakiennes mais seront également engagés dans des opérations de combat. Le secrétaire à la défense US, Robert Gates, qu'Obama a confirmé dans son poste qu'il occupait pendant l'Administration Bush, a déjà dit qu'il pense que c'est une bonne idée de conserver une " présence modeste US " en Irak après 2012. Cette "modeste présence" fait probablement partie du Plan B d'Obama.

Samedi 28 Février 2009 Traducton et synthèse Mireille Delamarre
http://www.planetenonviolence.org/

source : alterinfo

11:31 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Tags : irak, imperialisme, guerre, romain, courcelles, histoire, usa | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

07/02/2009

07/02/2009: Stalingrad: la raclée infligée par les Soviétique au IIIe Reich, le grand tournant de la seconde guerre mondiale ...

Stalingrad: la raclée infligée par les Soviétique au IIIe Reich, le grand tournant de la seconde guerre mondiale ...

----- Original Message -----
Sent: Saturday, February 07, 2009 12:20 AM
Subject: [Fwd: stalingrad]


      2 février 1943 – 2 février 2009 : Gratitude éternelle aux
      combattants de Stalingrad !

*2 février 1943 – 2 février 2009*

*Gratitude éternelle aux combattants de Stalingrad !*

*Refusons l’amalgame odieux entre le 3ème Reich nazi et les Soviétiques
qui lui portèrent le coup fatal !*

*Rassemblons-nous pour que vivent l’esprit de la Résistance antifasciste
et les conquêtes de 1945* !

2 février 43 : à l’issue de combats acharnés menés au prix de sacrifices
insurpassables, l’Armée Rouge portait un coup mortel à la Wehrmacht en
contraignant le maréchal Von Paulus à la capitulation. L’élite de l’ «
invincible » Wehrmacht était anéantie : commençait alors la
contre-offensive soviétique qui devait s’achever à Berlin par la prise
du Reichstag. Le sort de la guerre basculait, et cela bien avant que
Washington n’acceptât d’ouvrir un « second front » à l’Ouest. Dans le
monde entier, l’espoir changeait de camp et la résistance populaire au
nazisme prenait un élan nouveau. Par sa portée historique, cette
bataille, la plus meurtrière et la plus décisive de la Seconde Guerre
mondiale, ne peut se comparer qu’à la bataille de Marathon, où les cités
grecques défirent le despotisme perse, ou à Valmy, où l’armée de la
Révolution balaya l’armée des rois. Le régime nazi expression politique
impérialiste, exterminatrice, raciste et antisémite, du complexe
militaro-industriel allemand, fut frappé à mort à Stalingrad.

Le 2 février 1943 l’armée Soviétique à Stalingrad fit enfin pivoter le
monde et changea la face de l’histoire. Cette victoire décisive pour
l’avenir de l’humanité toute entière apporta un souffle puissant à la
Résistance.

Le 10 février 1943, Charles de Gaulle, dans une lettre au comité central
du PCF, saluait l’accord réalisé entre les communistes et la France
combattante, la mise à disposition « /des vaillantes formations de
francs-tireurs que vous avez formées et animées/ »… puis il soulignait …
: « /au moment où sous les coups des vaillantes armées russes la
puissance/ /militaire allemande chancelle, il importe que les Français
patriotes prennent leur part aux/ /côtés de nos alliés, russes et
anglo-américains, à la libération du territoire national. Je sais que la
France combattante peut compter sur le Parti Communiste Français/ ».
Celui-ci, le 30 novembre 1944, alla saluer Stalingrad la glorieuse et
déclarait, en 1966, lors d’un voyage à Moscou « l/es Français savent que
la Russie Soviétique a payé le prix principal pour leur/ /libération/ ».

Avec la défaite hitlérienne à Stalingrad l’histoire clouait aussi au
pilori les forces qui, par esprit de classe et anticommunisme, se
placèrent sous la bannière « /plutôt Hitler que le Front Populaire/ ».

Hitler et Mussolini purent ainsi assassiner la République espagnole,
annexer l’Autriche, triompher à Munich. Les « munichois », de la cagoule
à ceux qui éprouvèrent un lâche soulagement, acclamèrent Daladier et
Chamberlain, et livrèrent la Tchécoslovaquie à l’entreprise
nazi-fasciste qui déferlait sur l’Europe. Le tour de la Pologne
approchait bien que son gouvernement se soit joint à Hilter dans le
dépeçage de la Tchécoslovaquie.

L’URSS proposa l’ultime chance pour sauver la paix, mais les « munichois
» torpillèrent l’alliance militaire en cautionnant le gouvernement
polonais qui interdisait à l’Armée Rouge le passage sur son territoire
et en ne prévoyant à l’Ouest aucun dispositif militaire en cas
d’agression allemande. Le piège grossier visant à jeter Hitler contre
l’Union Soviétique fut déjoué. Le cynisme des « munichois » apparut au
grand jour lorsqu’ils laissèrent écraser la Pologne en laissant les 115
divisions anglo-françaises l’arme au pied, évitant la défaite à Hitler,
comme le reconnurent les généraux nazis Jold et Keitel au procès de
Nuremberg.

Les « munichois » firent la « drôle de guerre » et donnèrent libre cours
à l’intérieur à la vraie guerre qu’ils faisaient aux communistes. Ils se
déchaînèrent dans un antisoviétisme virulent préparant une agression
contre l’URSS avec le bombardement des installations pétrolières du
Caucase programmé pour juillet 1940. Ce gouvernement « munichois » qui
décrétait en avril 1940 sur proposition du socialiste Sérol la peine de
mort pour activité communiste, se révéla, en mai, le gouvernement de la
défaite et, en juin, celui de la trahison en portant le félon Pétain au
pouvoir.

De Munich à Vichy, la boucle fut bouclée.

La vérité historique discrédite les éructeurs de tous poils qui n’ont
que le Pacte à la bouche. Ne leur en déplaise c’est bien le Pacte,
lorsque la trahison des « munichois » fut avérée, qui jeta les bases de
la future coalition alliée. Churchill et de Gaulle, en 1941, furent les
premiers à se tourner vers Moscou.

Aujourd’hui, dans le sérail de l’Europe du grand capital, la bête
immonde est de retour. Des adeptes de Mussolini et de Hitler sont au
pouvoir en Italie et dans les Pays Baltes ou participent au gouvernement
dans d’autres pays. En Allemagne, les nazis qui infiltrent les
structures du pouvoir battent le pavé et clament leur fidélité au
/führer/ en toute impunité. Au sein des institutions de l’Union
Européenne, la campagne pour la banalisation et la réhabilitation du
fascisme se camoufle derrière l’entreprise forcenée visant à
l’interdiction des partis communistes.

Parmi les leaders anticommunistes notons Alessandra Mussolini,
petite-fille du Duce, Pozzo di Borgo, sénateur français traitant Lionel
Jospin de complice des rouges, Cohn Bendit, partisan de l’envoi, à
nouveau, des troupes allemandes dans le Caucase sous couvert de l’OTAN
pour sauver le président de la Géorgie, marionnette de la CIA, et enfin
le libéral-fasciste suédois Göran Lindblad qui, le 3 juin 2004 à 11 h
45, à Riga, s’inclina et fleurit le mémorial aux SS lettons, dont les
crimes égalèrent dans l’horreur ceux de Tulle et d’Oradour-sur-Glane.

Ce négationnisme historique sert de couverture à une offensive sans
précédent contre les acquis sociaux, les libertés civiques et
l’indépendance des peuples. En France, un idéologue du MEDEF, félicite
ouvertement le chef de l’Etat de /« démonter systématiquement le/
/programme du CNR, fruit du compromis entre gaullistes et communistes/ ».

L heure est venue de construire une nouvelle Résistance dans l’union des
travailleurs, manuels et intellectuels, des antifascistes, des patriotes
et des républicains pour un nouveau Conseil National de la Résistance.
L’ampleur des luttes et la mobilisation du 29 janvier 2009 sont un
encouragement.

La victoire de Stalingrad restera un puissant stimulant pour les luttes
des peuples et en France pour la reconquête de notre indépendance
nationale et de la totale souveraineté de notre peuple.

*/Léon Landini/*/, président de l’Amicale Carmagnole Liberté; ///

*/Jean-Pierre Hemmen/*/, fils de Jean Hemmen, brigadiste d’Espagne,
fusillé au Mont Valérien; ///

*/Georges Hage/*/, ancien doyen de l’Assemblée Nationale ; ///

*/Pierre Pranchère/*/, député honoraire, ancien franc-tireur et partisan
de France.

/**

__._,_.___

13:03 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Tags : france, resistance, allemagne, romain, courcelles, histoire, actualite, urss, stalingrad, fascisme, imperialisme, nazisme, guerre, silence, europe, euro-dictature | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

05/02/2009

05/02/2009: Le PRCF condamne la soumission accélérée de la France à l'impérialisme allemand et à l'Union européenne de Merkel et du MEDEF...

Sent: Thursday, February 05, 2009 12:40 AM
Subject: la France aide le potentiel militaire allemand à se reconstituer

*Le PRCF condamne la soumission accélérée de la France à l'impérialisme allemand et à l'Union européenne de Merkel et du MEDEF.*

    Ainsi donc, un bataillon allemand va désormais être stationné... en Alsace ( voir P.J.), avec l'appui du grand "patriote" qui siège à l'Elysée et se plaît tant, dit-on, à se faire nommer "Sarko l'Américain"...
    Oubliés les crimes innombrables commis sur notre sol par l'impérialisme allemand avec la "collaboration" de ceux qui disaient "plutôt Hitler que le Front populaire" et qui firent hier sciemment le "choix de la défaite" comme le démontre le livre éponyme d'Annie Lacroix-Riz!
    En réalité, la volonté manifeste de Sarkozy de Nagy-Bocsa, est de plus en plus claire: banaliser le retour sur la scène militaire européenne et mondiale de la réaction allemande, puissance tutélaire traditionnelle de la réaction française (depuis les émigrés de Coblence, depuis l'entente cordiale entre Thiers et Bismarck pour écraser les Communards et depuis Vichy), pour accoutumer l'opinion à voir la Bundeswehr "sortir de ses frontières" et pour aider le gouvernement réactionnaire allemand, qui détruit les acquis sociaux de son peuple, à reconstituer un puissant potentiel militaire agressif qui redeviendra tôt ou tard un nouveau et grave danger pour la paix mondiale, alors que la crise du capitalisme va nécessairement faire monter les tendances bellicistes de l'ensemble des Etats impérialistes.
    Désormais c'est ensemble que l'impérialisme allemand et l'impérialisme français, qui casse la nation française républicaine et qui se fond de plus en plus dans la "Françallemagne" et dans la "Franceurope", s'en prennent aux peuples du Sud et font la police du capitalisme mondialisé, des Balkans à l'Afrique subsaharienne.
    Il faut interpréter dans le même esprit la tentative anticommuniste de certains députés UMP, accompagnateurs des projets européens de criminalisation du communisme. En effet, pour préparer la campagne euro-maccarthyste qui accompagnera à n'en pas douter la célébration du 9 novembre 2009 (chute de la frontière berlinoise de la RDA), ces députés veulent instituer une journée anticommuniste, anti-RDA et antisoviétique pan-européenne annuelle ce même 9 novembre. A coup sûr une telle journée ne peut qu'être une bacchanale réactionnaire tournée contre les forces anticapitalistes d'Europe, mais aussi une journée de célébration et de réhabilitation de la puissance retrouvée de l'impérialisme allemand. Un impérialisme avide sous ses airs "européens", qui ne s'est pas contenté d'absorber la RDA et de plonger des millions d' "Ossies" dans la jungle capitaliste du chômage et de la casse sociale, mais qui n'a eu de cesse depuis le 9 novembre 1989 de diviser et de satelliser ses voisins proches ou lointains: Yougoslavie, pays baltes anciennement soviétiques (où l'on célèbre ouvertement les Waffen SS tout en persécutant les antifascistes communistes), Tchécoslovaquie, et dans un proche avenir peut-être, Belgique divisée en Flandres et Wallonie pour le plus grand profit des patronats allemand et américain qui dominent le port d'Anvers! Que pourra être une telle journée sinon un temps fort de la mobilisation réactionnaire pour de futures croisades contre la Russie, la Biélorussie, et tous les pays comme l'Ukraine et la Géorgie, que l'OTAN et l'UE veulent annexer à leur sphère d'influence?
    Quant à la France, c'est la mise aux normes du modèle fédéraliste allemand qui la guette avec le projet sarkozyste d'en finir avec les départements et avec l'Etat-nation centralisé hérités de 1793 pour mettre en place des euro-régions, véritables féodalités du grand capital qui auront tout pouvoir pour dynamiter les acquis sociaux obtenus à l'échelle nationale par la classe laborieuse de notre pays: statuts, services publics, Sécurité sociale, bref, tous les acquis du Conseil national de la Résistance que Denis Kessler, éminence grise du MEDEF, félicite Sarkozy de vouloir "démanteler" sous le nom de "rupture".
    On comprend mieux décidément pourquoi Hortefeux, l'homme qui veut encore amoindrir le droit de grève à la SNCF, a récemment réuni A VICHY les ministres européens de (la chasse à) l'immigration!
    Et pendant que Sarkozy démantèle les régiments français chargés de veiller sur les frontières de notre pays, liquidant du même coup le principe même d'une défense nationale, le même homme ouvre les portes de notre pays à une armée étrangère qui a laissé tant d'horribles souvenirs aux Alsaciens-Lorrains...
    Mais que se passerait-il donc demain si la France, retrouvant la voie du progrès social, de l'indépendance nationale et de la démocratie, choisissait de rompre avec l'U.E. supranationale, et s'orientait ouvertement vers le socialisme en appelant à la solidarité internationale la puissante classe ouvrière allemande, dont une bonne partie n'a pas oublié Liebknecht, Thälmann, Luxemburg et... Marx ?
    De plus en plus il est clair que la défense de la nation, écorchée vive par Sarko-MEDEF et par l'UE du capital, va de pair avec la renaissance d'un puissant mouvement ouvrier anticapitaliste et d'un large front populaire anti-union européenne, comme il est clair que vont de pair la domination du grand capital sur la France et le sarko-arasement de moins en moins caché de la France républicaine issue des Lumières, de 1789 et de 1945.
    Le PRCF sait qu'il peut compter sur les communistes allemands pour condamner cette intrusion de l'armée allemande sur le sol français. Il en appelle aussi aux résistants antifascistes, à tous les amis républicains de l'indépendance nationale pour fustiger cette décision anti-nationale de Sarkozy. Par indifférence et par hostilité déplacée avec la nation, qu'il ne faut pas confondre avec l'impérialisme français qui la détruit, l' euro-gauche officielle et l' euro-extrême-gauche trotskiste du NPA approuveront-elles tacitement ce fait très grave pour l'avenir de la paix et du droit du peuple français à disposer de lui-même pour se débarrasser de l'UE et du capitalisme? Les communistes véritables, les républicains de progrès doivent en tout cas s'unir pour dénoncer ensemble avec vigueur la décision de Sarko-Merkel. Le PRCF est prêt à tout contact utile pour donner à cette dénonciation le retentissement qu'elle mérite.

La CE du PRCF

21:33 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Tags : medias, nazisme, occupation, otan, paix, paris, romain, resistance, television, usa, actualite, courcelles, capitalisme, democratie, europe, euro-dictature, france, fascisme, information, imperialisme, silence | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

26/01/2009

26/01/2009: Obama est un faucon ...

 
 
 
Subject: [romain : paix_socialisme_communisme] Fw: Obama est un faucon
dans la grande tradition américaine (site TSS)

 
:: John Pilger*
17/11/08 :: 21:55
inv
Obama est un faucon, dans la grande tradition américaine.
inv
Dans son dernier article pour The New Stateman, John Pilger revient sur l'histoire du parti Démocrate et décrit sa tradition guerrière et expansioniste. Il y a peu de chance que Barak Obama ne la suive pas.
_______________

En 1941, l'editeur, Edward Dowling écrivait : " les deux plus grands obstacles à la Démocratie aux Etats Unis sont, premièrement, l'illusion trés répandue chez les pauvres que nous avons une Démocratie, et deuxièmement, la terreur chronique chez les riches qu'on en est une". Qu'est ce qui a changé ? La terreur des riches n'a jamais été aussi grande, et les pauvres ont transmis leur illusion à ceux qui croient que quand George. W . Bush finira finalement son mandat en Janvier, les nombreuses menaces qu'il fait courir au reste de l'humanité vont diminué.


L'election à venir ( cet article a été rédigé avant le résultat des élections, et est prémonitoire de ce qui va se passer ndlt) de Barak Obama qui selon un commentateur en extase " marque un moment véritablement excitant et historique dans l'histoire des US" est le produit d'une nouvelle illusion. En fait cela semble nouveau. Mais des moments historiques vraiment excitants ont été fabriqués lors de campagnes présidentielles US aussi loin que je puisse m'en souvenir, créant ce que l'on peut simplement décrire comme de la "merde" (bullshit) à grande échelle. La race, le sexe, l'apparence, le langage corporel, les épouses, les enfants, même les crises à dimension tragique (style la grand mère maternelle d'Obama meurt - est débranchée - la veille de l'élection ndlt), tout cela est manipulé par le marketing et la "fabrique d'image", maintenant magnifiée par la technologie "virtuelle". Grâce à un système collégial électoral non démocratique (ou, dans le cas de Bush, des machines à voter trafiquées) seuls ceux qui à la fois contrôlent et obéissent au système peuvenr gagner. C'est le cas depuis la véritable victoire historique et excitante d'Harry Truman, le Démocrate libéral, qu'on a dit être un homme humble issu du peuple, et qui a montré combien c'était un homme de poigne en rasant deux villes avec la bombe atomique.


Comprendre Obama comme président des Etats Unis, n'est pas possible sans comprendre les exigences d'un système de pouvoir toujours le même : c'est en fait un grand jeu médiatique. Par exemple, depuis que j'ai comparé Obama à Robert Kennedy dans ces pages, il a fait deux déclarations importantes, dont les implications n'ont pas été autorisées à spolier les festivités. La première faite à la conférence d'AIPAC, le lobby sioniste, qui, comme l'a fait remarqué Ian Williams, " fera qu'on vous accusera d'anti sémitisme si vous citez sont propre site (AIPAC) sur son pouvoir". Obama a déjà offert sa genuflexion, mais le 4 juin il est allé plus loin. il a promis de soutenir " une Jérusalem indivisible" comme capitale d'Israël. Aucun gouvernement sur terre ne soutient l'annexion par Israël de tout Jerusalem, y compris le régime de Bush qui reconnait la résolution de l'ONU désignant Jerusalem comme ville internationale.


Sa deuxième déclaration, largement ignorée, a été faite à Miami le 23 mai. S'adressant à la communauté d'expatriés cubains- qui depuis des années produit immanquablement des terroristes, des assassins, et des traficants de drogue pour les administrations US - Obama a promis de continuer l'embargo qui paralyse Cuba depuis 47 ans, et qui a été déclaré illégal par l'ONU d'année en année.


De nouveau Obama est allé plus loin que Bush. Il a dit que les Etats Unis avaient "perdu l'Amérique Latine". Il a décrit les gouvernements démocratiquement élus du Venezuela, de la Bolivie, du Nicaragua comme des " vides" à combler. Il a soulevé le problème de l'influence iranienne en Amérique Latine, un non sens, et a approuvé le "droit de frapper les terroristes qui cherchent refuge dans des zones transfrontalières" de la Colombie. Traduit cela veut dire le "droit" pour un régime dont le président et les plus importants hommes poliques sont liés aux escadrons de la mort, d'envahir ses voisins de la part de Washington. Il a aussi approuvé l'initiative dite de Merida, qu'Amnesty International et d'autres ont condamnée pour que les US transplante la "solution colombienne" au Mexique. Il ne s'est pas arrêté là. "Nous devons de même faire pression plus au Sud" a-t-il dit. Même Bush n'avait pas dit cela.


Il est temps que les penseurs bien intentionnés grandissent politiquement et discutent du monde du pouvoir tel qu'il est et non pas tel qu'ils espèrent qu'il soit. Tout comme les candidats sérieux à la présidentielle, passés et présents, Obama est un faucon et un expansioniste. Il est issu d'une tradition Démocrate ininterrompue, comme les présidents guerriers, Truman, Kennedy, Johnson, Carter et Clinton l'ont prouvé. La différence d'Obama peut être c'est qu'il se sent un besoin encore plus grand de montrer combien il peut être dur. Même si la couleur de sa peau fait sortir à la fois supporters et racistes, pour le grand jeu du pouvoir cela ne compte pas. "Le véritable moment excitant et historique, dans l'histoire des US" n'aura lieu que quand ce jeu sera contesté.
______________________________
*John Pilger 12/06/08 www.johnpilger.com - John Pilger est journaliste et producteur de films.
Traduction Mireille Delamarre pour www.planetenonviolence.org

__._,_.___
 
.


.


13:08 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Tags : courcelles, romain, histoire, obama, usa, cuba, presse, silence | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

15/01/2009

15/01/2008: Monsieur Obama, à propos de vos deux filles, vous oubliez quelque chose...

Date : 14/01/2009 17:41:38
Sujet : Monsieur Obama, à propos de vos deux filles, vous oubliez quelque chose...
 
Vous désinscrire, changer ou ajouter une adresse ? Cliquer directement Désinscrire

Monsieur Obama, à propos de vos deux filles,
vous oubliez quelque chose...


Michel Collon

Cher Monsieur Obama,

Vous avez déclaré à propos du conflit entre Israël et les Palestiniens : "Si quelqu'un tirait des roquettes sur ma maison où mes deux filles dorment chaque soir, je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour faire cesser cela."

Protéger vos enfants ? Comme je vous comprends! Mais, pour être tout à fait correct envers vos filles, ne devriez-vous pas leur raconter l'histoire de cette maison ? Dire que vous l'avez volée à ses propriétaires ? Et aussi le jardin, et tous les champs autour ! Et que vous avez obligé l'ancien propriétaire à aller vivre dans la niche du chien ? Car c'est exactement ce qu'Israël a fait en volant leurs maisons et leurs terres aux Palestiniens, et en les forçant à vivre dans des camps de réfugiés (voir les livres d'historiens israéliens comme Benny Morris).

Dès lors, cher Monsieur Obama, pourriez-vous prétendre vivre dans cette maison tranquillement, comme si de rien n'était ? Alors, juste une question : votre "changement" consistera-t-il à répéter ces vieux mensonges sur la maison, déjà ressassés par tous vos prédécesseurs ?

Recevez, cher Monsieur Obama, mes meilleurs sentiments. Et dites à vos amis que, sur cette terre de Palestine, il y a de la place pour tout le monde. A moins qu'une différence de religion ou de couleur de peau pose un problème à quelqu'un ?

Michel Collon
13 janvier 2009

Retrouvez chaque jour des témoignages, analyses, critiques d'infos sur Gaza à
www.michelcollon.info

19:35 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Tags : nazisme, colonialisme, presse, information, silence, solidarite, romain, courcelles, belgique, israel, guerre, paix, agressions, occupation, sionisme, fascisme, imperialisme, mediaux, television, resistance, histoire, gazza, palestine | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

08/01/2009

05/01/2009: Ban-Ki-Moon : Trouble compromission avec l'Otan...

----- Original Message -----
 
Sent: Monday, January 05, 2009 8:00 AM
Subject: Scandaleuse déclaration ONU - OTAN signée en cachette - Danger pour la paix mondiale


Prière de diffuser ce message - Pour recevoir ou ne plus recevoir mes messages ou m'envoyer vos commentaires :  Antonio Artuso, Montréal, Canada - pueblo@sympatico.ca

Please circulate this message - To receive my messages, to be removed from my list or to send comments:                Antonio Artuso, Montreal, Canada - pueblo@sympatico.ca

Por favor difundir este mensaje - Para recibir mis mensajes, dejar de recibirlos o enviar sus comentarios:                    Antonio Artuso, Montreal, Canadá - pueblo@sympatico.ca

 


Scandaleuse « Déclaration commune sur la collaboration des Secrétariats des Nations Unies et de l'OTAN », signée sans que son projet n'ait été soumis à l'examen des pays membres de l'ONU
 
Clandestinement :
- le secrétaire général de l'ONU (Organisation des Nations-Unies), Ban Ki-Moon, et
- le secrétaire général de l'Organisation du traîté de l'Atlantique Nord (OTAN), Jaap de Hoop Scheffer,
ont signé une « Déclaration commune sur la collaboration des Secrétariats des Nations Unies et de l'OTAN ».
 
La Russie a protesté : « Avant de signer une telle déclaration, il est nécessaire d'en soumettre le projet à l'examen des pays membres.  Dans le cas présent, cette procédure n'a pas eu lieu, l'accord entre les secrétariats a été signé en catimini.»
 
Cette déclaration et la manière de faire du secrétaire générale de l'ONU sont scandaleux et extrêmement dangereux pour la paix mondiale pour plusieurs raisons :
 
- parce que le secrétaire de l'ONU n'a pas consulté les membres et a signé la collaboration de l'ONU avec un pacte militaire impérialiste d'un groupe de pays contre un autre groupe de pays SANS DISCUSSION OU CONSENTEMENT des autres membres de l'ONU;
 
- parce que cette Déclaration est signée CONTRE certains de ses membres (entre autres la Russie);
 
-  parce que le contenu de la déclaration est suffisamment vague pour rendre cette coopération extensible à loisir, mais surtout parce que l'existence même d'un tel accord de collaboration vise à octroyer à l'Otan un statut officiel de co-responsabilité dans le maintien de la paix mondiale.
 
Cet article montre l'accentuation des contradictions entre les puissances impérialistes.
La nature des impérialismes est le combat économiquement, politiquement, militairement entre les capitalistes d'un bloc contre les capitalistes d'un autre bloc.  En temps de paix les guerres ne sont pas déclarées, mais peu à peu, les blocs se consolident et la rivalité débouche sur des guerres mondiales.
 
Les États-Unis et l'Union européenne semblent former un bloc militaire et se préparer militairement (1) à s'unir contre la Russie et un groupe de pays; (2) à préparer une guerre mondiale en vue d'un hégémonisme mondial. 
Le secrétaire général de l'ONU est en collusion avec l'impérialisme états-unien et l'impérialisme européen contre la Russie.  Il doit démissionner.
 
La classe ouvrière et le peuple multinational russe, les pays et les nations de l'ancienne URSS, les pays dominés par l'impérialisme doivent se mobiliser contre les guerres impérialistes.  Le Parti communiste russe doit préparer idéologiquement la classe ouvrière et le peuple russe.  Il ne sera pas très difficile, pour la classe ouvrière et le peuple russe de renouer avec le marxisme-léninisme.  Ils comprennent maintenant mieux que jamais pourquoi les communistes avaient raison : ils ont tout perdu et maintenant ils risquent de se faire envahir à nouveau par de nouveaux nazis, cette fois dirigés par les USA et l'Union européenne.
La classe ouvrière et le peuple multinational russe doivent renforcer le Parti communiste, construire l'unité (1) idéologique; (2) politique; et (3) organisationnelle.  Comme le disait Lénine : la révolution communiste pourra conjurer une guerre mondiale ou la guerre mondiale pourrait déclencher la révolution.
 
Étudions le marxisme-léninisme pour l'appliquer.
Lions toujours étroitement la théorie et la pratique.
Construisons l'unité (1) idéologique; (2) politique; et (3) organisationnelle.
La classe ouvrière et les peuples renverseront le capitalisme et instaureront le socialisme puis le communisme.
 
Antonio Artuso - pueblo@sympatico.ca - Montréal, lundi 05 janvier
 

 
From: "rchabert" <rchabert@wanadoo.fr> To: <"Undisclosed-Recipient:;"@orange.fr> Sent: Sunday, January 04, 2009 11:52 PM - Subject: Fw: [romain : paix_socialisme_communisme] Ban -Ki-Moon: trouble compromission avec l'OTAN


From: "Mélanie Gautier" <gautierme@gmail.com> - > To: <romain@yahoogroupes.fr> - Sent: Sunday, January 04, 2009 11:54 AM - Subject: [romain : paix_socialisme_communisme] Ban -Ki-Moon: trouble
> compromission avec l'OTAN

 
Note de RoRo (Roger Romain, militant communiste belge) :
 
Ceci n' est pas nouveau. On se souviendra probablement qu'avant le déclenchement de la lâche agression ricano-otano-occidentale contre la Yougoslavie (Serbie) en 1999, l' ex-secrétaire général de l'Onu avait rendu visite au GQG de l'Otan à Bruxelles... Je me demande toujours bien pourquoi cette visite...


Ban-Ki-Moon : Trouble compromission avec l'Otan
 
Le 23 septembre dernier, Le Secrétaire Général de l'ONU Ban Ki-Moon et le Secrétaire Général de l'Otan Jaap de Hoop Scheffer ont signé en toute discrétion une « Déclaration commune sur la collaboration des Secrétariats des Nations Unies et de l'OTAN ». Ahurissant, non seulement pour le contenu de la déclaration, suffisamment vague pour rendre cette coopération extensible à loisir, mais surtout parce que l'existence même d'un tel accord de collaboration vise à octroyer à l'Otan un statut officiel de co-responsabilité dans le maintien de la paix mondiale.
Accord « secret » ?
 
L'existence de cette Déclaration de coopération a été révélé une première fois 2 semaines après sa signature, par le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, qui s'indignait justement qu'un
tel accord puisse être signé à l'insu de la partie russe : « Avant de signer une telle déclaration, il est nécessaire d'en soumettre le projet à l'examen des pays membres. Dans le cas présent, cette
procédure n'a pas eu lieu, l'accord entre les secrétariats a été signé en catimini. ». Le 3 décembre la Transnational Foundation for Peace and Future Research en publiait une version obtenue, précise-t-elle, sur simple demande auprès de l'Otan1.
 
Si l'accord n'est donc pas à proprement parler 'secret', force est de constater qu'un maximum de discrétion l'entoure. Il n'est toujours pas publié ni sur le site de l'Otan, ni sur celui de l'ONU. Une telle
discrétion devrait à elle seule alerter l'attention : Comment le représentant des Nations Unies peut-il s'octroyer le droit de passer dans l'ombre des accords avec une alliance militaire agressive, en court-circuitant les autres membres du Conseil de Sécurité ?
L'Otan, garante de la paix et du respect de la Charte des Nations-Unies...
« Une coopération [entre l'Otan et l'ONU] plus poussée contribuera de manière significative à faire face aux menaces et aux défis auxquels la communauté internationale est appelée à répondre » lit-on dans la Déclaration.
 
L'Otan est une alliance militaire d'une poignée de pays, qui défend par la menace ou l'agression, les intérêts économiques de l'Occident au détriment du reste du monde. Le concept Stratégique de l'Otan
réaffirmait en 1999 que « la présence de forces nucléaires en Europe reste essentielle pour la sécurité de ce continent (...) [Les armes nucléaires] restent indispensables au maintien de la paix »2 De plus
en plus ouvertement, l'Otan défend le principe d'intervention militaire hors-zone « pour défendre » les intérêts vitaux des pays membres tels que leur approvisionnement en ressources3.
 
Accepterait-on de tels concepts stratégiques de la part de la Chine par exemple ? Ou de l'Iran ? Du Venezuela ? Leurs droits à défendre leurs intérêts vitaux seraient-ils de moindre importance ? Ne feraient-ils pas partie de la même « Communauté Internationale » que les pays de l'Alliance Atlantique ?
Comment enfin le Secrétaire Général de l'ONU, censé être le gardien de la Charte des Nations Unies ose-t'il accorder officiellement le label de garant de la paix et de la sécurité internationales à une
organisation qui a elle même directement violé la Charte des Nations Unies, en 1999, et en apporte jusqu'aujourd'hui son concours à l'agression de l'Irak ? Dont l'ancien Secrétaire Général Solana déclarait benoîtement que l'Otan avait la légitimité d'agir seule, en dehors de l'autorisation des Nations-Unies ?
Les relations ambiguës entre l'Otan et l'ONU
Bien sûr une telle collusion de fait entre le SG des Nations Unies avec les intérêts occidentaux n'est pas une chose tout à fait nouvelle. On peut rappeler comment Richard Holbrooke s'amuse à rapporter que Koffi Annan a gagné son poste en autorisant le bombardement de la Yougoslavie par les USA, en l'absence de son patron Boutros-Ghali. La caution a posteriori des agression de l'Otan en Yougoslavie, ou le silence devant la dérive de l'ISAF, théorique force de maintien de la paix, en force supplétive de l'invasion US en sont d'autres exemples. Par ailleurs, les rencontres informelles entre Otan et le secrétaire générale de l'ONU sont courantes depuis plusieurs années, et le site officiel de l'Otan étale avec complaisance les visites de haut niveau et les réunions de travail entre l'ONU et
l'Otan.
Mais ce qui est réellement en jeu dans cette Déclaration de collaboration, c'est le cachet officiel que l'on espère donner à cette collusion. Car contrairement à une idée répandue jusqu'au sein du mouvement pour la paix, il n'existe à ce jour aucun accord clair et officiel de collaboration liant l'ONU à l'Otan.
 
En particulier, le commandement de l'ISAF n'a jamais été "confié" à l'Otan, malgré ce qu'une confusion entretenue à dessein tente de faire croire. La création d'une force de maintien de la paix (limitée aux
environs de Kaboul dans un premier temps) a bien été votée par la résolution 1386 (décembre 2001), mais la direction de cette force était laissée à la bonne volonté des pays volontaires :
 
[Le Conseil de sécurité] demande aux États Membres de fournir du personnel, du matériel et des ressources à la Force internationale d'assistance à la sécurité, et invite les États Membres intéressés à
se faire connaître auprès du commandement de la Force et du Secrétaire général
En août 2003 l'Otan a pris 'de fait' la direction de l'ISAF, et cela n'est même pas officialisé dans une résolution ultérieure. La résolution 1510 d'octobre 2003 souvent citée, ne mentionne l'Otan que pour « prendre note » de sa demande d'élargir le mandant de l'ISAF à l'ensemble du territoire afghan
 
[Le Conseil de sécurité] prenant note de la lettre datée du 6 octobre 2003 que le Secrétaire général de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN) a adressée au Secrétaire général concernant
un élargissement possible de la mission de la Force internationale d'assistance à la sécurité...

Les résolutions ultérieures telle la 1833 de septembre 2008 peuvent bien « saluer le rôle de premier plan joué par l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN) et la contribution apportée par de
nombreux pays à l'ISAF », ou « prier le commandement de l'ISAF  [soit l'Otan, de fait] de le tenir régulièrement informé, par l'intermédiaire du Secrétaire général, de l'exécution du mandat de la Force », en aucune manière cela ne permet de prétendre que « le commandement de l'ISAF a été donné par les Nations Unies à l'OTAN » comme il est trop souvent admis.
Même la scandaleuse résolution 1244 (juin 1999) qui entérinait l'agression contre la Yougoslavie, n'accorde en fait aucun mandat officiel à l'Otan :

La présence internationale de sécurité, avec une participation substantielle de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord, doit être déployée sous commandement et contrôle unifiés et autorisée à
établir un environnement sûr pour l'ensemble de la population du Kosovo et à faciliter le retour en toute sécurité de toutes les personnes déplacées et de tous les réfugiés.

L'Otan n'est pas le représentant de la (véritable) « Communauté Internationale »

La création des Nations-Unies et l'adoption de sa Charte ont représenté une avancée majeure de l'humanité : pour la première fois le droit international était au moins formellement opposé au droit du
plus fort.
 
Bien évidemment ce n'est pas du tout un combat gagné d'avance, et en particulier depuis l'effondrement de l'URSS, les États-Unis et l'Otan tentent de toutes les manières, avec les meilleurs habillages
possibles (droit d'ingérence humanitaire, imposition de la démocratie, lutte contre le terrorisme... ) de remettre en cause ce droit international, pour un 'droit' où ces immenses puissances militaires
sont gagnantes à coup sûr – le droit du plus fort. Le concept médiatique de Communauté Internationale sert à masquer cette tentative de décrédibilisation des Nations Unies.

Cette scandaleuse signature de Ban Ki-Moon est un pas de plus dans la même direction. Nous ne devrions pas accueillir ce texte avec indifférence, comme l'a fait l'ensemble de nos médias. L'ambassadeur russe auprès de l'OTAN Dmitri Rogozine ne s'y est pas trompé : "Ban Ki-moon a reconnu l'alliance non pas comme une organisation militaire régionale, mais comme un remplaçant de l'ONU dans toutes les affaires liées à la sécurité internationale. Le secrétaire général de l'ONU risque de subir une destitution. Ses actions sont honteuses".

Roland Marounek

1. Cette Déclaration peut être lue sur notre site www.csotan.org
2. cf www.grip.org/bdg/g1027.html
3. Lire par exemple L'OTAN et la sécurité énergétique : «notre pétrole», Horizons et débats mai 2008

11:17 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Tags : medias, presse, onu, silence, otan, democratie, imperialisme, liberte, romain, television, usa, actualite, agressions, belgique, courcelles, euro-dictature, fascisme, histoire, information | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

23/09/2008

22/09/2008: Acculée en Afghanistan, l’OTAN organise un attentat au Pakistan ...

From: sc
Sent: Monday, September 22, 2008 6:12 PM
To: sc
Subject: [Transfer_info] PAKISTAN : L'OTAN organise un attentat

« L’attentat d’Islamabad, c’est le 11-Septembre du Pakistan »
Acculée en Afghanistan, l’OTAN organise un attentat au Pakistan
par Thierry Meyssan*

Le slogan comparant l’attentat d’Islamabad et le 11-Septembre est plus réaliste qu’il n’y paraît. Ce carnage non-revendiqué sert en effet exclusivement les intérêts de l’OTAN : l’Alliance atlantique doit prendre le contrôle de toute urgence de la passe pakistanaise de Khybar pour approvisionner ses troupes en Afghanistan. Dans le cas où l’Alliance ne parviendrait qu’à rétablir partiellement sa logistique, Washington envisage de sacrifier les troupes alliées.

Un attentat d’une violence sans précédent dans le pays a ravagé l’hôtel Marriott d’Islamabad, le 21 septembre 2008. Un camion piégé, contenant une puissance explosive estimée à au moins 600 kg de TNT et diverses munitions, a creusé un vaste cratère, tué plus de 60 personnes et blessé plus de 226 autres. Commentant l’événement à la télévision, le rédacteur en chef du Daily Times a déclaré : « C’est le 11-Septembre du Pakistan ». Ce cri a été repris par l’ensemble des agences de presse occidentales. Bien qu’il n’ait pas été revendiqué, l’attentat a été attribué par les autorités à la mouvance Al-Qaida. En réaction, le président Zardari a annoncé qu’il ne renoncerait pas et intensifierait sa lutte contre le terrorisme.

Replacés dans leur contexte, ces événements n’ont malheureusement rien de surprenant.

Dans la foulée de l’effondrement de l’Union soviétique et de l’indépendance des États d’Asie centrale, les grandes compagnies pétrolières occidentales ont multiplié les plans pour exploiter les hydrocarbures du Bassin caspien. La firme californienne UNOCAL a porté deux vastes projets. Le premier (dit BTC) devait relier la Caspienne à la Mer noire en passant par l’Azerbaïdjan, la Géorgie et la Turquie, notamment avec l’aide du britannique BP ; le second devait relier la Caspienne à l’Océan indien via le Turkmenistan, l’Afghanistan et le Pakistan, principalement avec l’aide du saoudien Delta Oil.

Si le BTC a été construit sans grande difficultés, il n’en fut pas de même pour le pipe-line trans-afghan. UNOCAL se heurta au chaos régnant dans le pays et se rapprocha de la Maison-Blanche pour obtenir la stabilisation de cette région. La firme engagea Henry Kissinger comme consultant, et confia la direction du projet aux ambassadeurs John J. Maresca, Robert B. Oakley et à deux experts Zalmay Khalilzad et Hamid Karzaï. Washington acheta l’aide des talibans, qui contrôlaient la majeure partie du pays. Pour ce faire, le département d’État leur accorda une subvention de 43 millions de dollars en mai 2001. Avec l’accord du G8 (sommet de Gênes, 20-22 juillet 2001), des négociations multilatérales furent alors ouvertes à Berlin avec l’Émirat islamique bien que celui-ci ne soit pas reconnu par la communauté internationale. Cependant, les talibans émirent de nouvelles exigences et elles échouèrent.

Les États-Unis et le Royaume-Uni planifièrent alors une invasion de l’Afghanistan. Fin août 2001, ils concentrèrent leurs forces navales en mer d’Oman et acheminèrent 40 000 hommes en Égypte. Le 9 septembre 2001, le leader tadjik pro-russe Shah Massoud fut assassiné, mais la nouvelle fut gardée secrète. Le 11 septembre 2001, le président Bush accusa les talibans d’être impliqués dans les attentats qui venaient de survenir à New York et Washington et leur adressa un ultimatum. Puis, les Anglo-Saxons renversèrent les talibans et prirent le contrôle du pays lors de l’opération « Liberté immuable » [1].

7 ans plus tard, le pipe-line n’est toujours pas construit et le pays est toujours en proie au chaos. UNOCAL a été absorbé par Chevron avec la bénédiction de Condoleezza Rice ; John J. Maresca est devenu le patron du Business Humanitarian Forum qui s’occupe activement de la culture du pavot en Afghanistan à des fins médicinales (sic) ; Robert B. Oakley est chargé de proposer un plan de réorganisation des institutions militaires ; Zalmay Khalilzad est devenu ambassadeur des États-Unis à l’ONU ; Hamid Karzaï a fait usage de sa double nationalité pour devenir président de l’Afghanistan transformée en narco-État.

Le Pentagone, absorbé par le bourbier irakien, a largement délégué l’occupation militaire de l’Afghanistan à ses alliés de l’OTAN. Pour approvisionner ses troupes, l’Alliance atlantique a signé un protocole avec l’Organisation du Traité de sécurité collective (sommet de Bucarest, 4 avril 2008). La logistique est acheminée via la Russie, l’Ouzbékistan et le Tadjikistan. Commentant cette étrange facilitée accordée à l’OTAN, le ministre russe des Affaires étrangères Serguei Lavrov a rappelé l’importance de la coopération internationale contre le terrorisme ; plus direct, l’ambassadeur Zamil Kabulov a déclaré à Vremya Novostei que l’intérêt de Moscou était de voir les Occidentaux s’embourber et mourir en Afghanistan.

Or le 8 août 2008, les États-Unis et Israël ont lancé les troupes géorgiennes à l’attaque des populations russes d’Ossétie du Sud. En riposte, l’armée russe a bombardé les deux aéroports militaires israéliens en Géorgie et le pipe-line BTC. Puis, le président Medvedev a réunit l’Organisation du Traité de sécurité collective qui a abrogé le protocole le liant à l’OTAN. Enfin, les médias publics russes ont soudain remis en cause le lien supposé entre les attentats du 11 septembre 2001 et la colonisation de l’Afghanistan par l’OTAN.

Ce retournement est d’autant plus grave pour l’OTAN qu’elle essuie défaite sur défaite. 54 % du territoire afghan est aux mains des insurgés. Pour leur faire face, le général David McKiernan exige l’envoi de trois brigades supplémentaires (soit 15 000 hommes, qui devraient être prélevés sur le contingent irakien). Mais il n’est évidemment plus question d’envoyer des renforts alors que les 47 600 hommes déjà présents ne sont plus approvisionnés et sont donc en très grand danger.

Pour rétablir sa chaîne logistique, l’Alliance doit impérativement trouver d’urgence une voie d’acheminement. Aucune solution satisfaisante ne peut être effective à brève échéance. Cherchant d’abord à sauver en priorité les GI’s pris au piège, le secrétaire à la Défense Robert Gates a multiplié les considérations ampoulées sur le manque de coordination entre l’ISAF, les Forces spéciales US et l’armée afghane, pour proposer en définitive de modifier la chaîne de commande. Toutes les troupes, y compris alliées, seraient placées directement sous l’autorité du CENTCOM. En d’autres termes, les Alliés n’auraient plus leur mot à dire et le Pentagone pourrait servir les troupes anglo-saxonnes (US, UK, Canada et Australie) et laisser les autres se débrouiller tous seuls (Allemagne, France, Italie, Pays-Bas, etc.).

L’Afghanistan étant fermé à l’Est par une haute barrière montagneuse, le seul corridor d’approvisionnement est la passe de Khyber, située en territoire pakistanais. Elle était utilisée uniquement pour le ravitaillement des troupes en carburant. Lors du week-end prolongé de l’anniversaire de la naissance du prophète (23 avril 2008), une soixantaine de camions citerne se sont entassés au poste-frontière de Torkham. Les insurgés ont attaqué le camion central au RPG et l’ensemble s’est enflammé en un gigantesque brasier. Depuis, les convois ne se déplacent que sous bonne escorte.

Pour sécuriser la passe de Khyber, le Pentagone a bombardé des cibles suspectes en territoire pakistanais, le 3 septembre. L’ultra pro-US Ali Asif Zardari a été élu président du Pakistan, le 5 septembre. Le chef d’état-major interarmes US, l’amiral Mike Müllen, a effectué une visite surprise au Pakistan, le 15 septembre. Il a exigé que le Pakistan cède le contrôle de la passe de Khyber aux États-Unis.

Le 21 septembre, le président Zardari a prononcé son discours d’investiture devant le Parlement. Il s’est engagé à soutenir les efforts du Pentagone contre les « terroristes » afghans. À l’issue de la cérémonie, les membres du gouvernement et les parlementaires ont été invités à l’iftar (rupture du jeûne de ramadan). La plupart d’entre eux étaient furieux à la fois parce que le nouveau président n’avait pas confirmé son engagement de rétablir les juges de la Cour suprême et par ce qu’il avait laissé entendre qu’il abandonnerait la souveraineté sur la passe de Khyber. Au cours de la réception, un camion piégé a frappé le bâtiment voisin (hôtel Marriott). Cet attentat ne pouvait être compris par les parlementaires que comme un avertissement de l’OTAN qui n’hésiterait pas à les éliminer s’ils s’opposaient à ses projets. Au plan médiatique, cet attentat justifie la prise de contrôle US d’une portion de territoire pakistanais, comme ceux du 11-Septembre avaient justifié l’invasion de l’Afghanistan.

Intervenant à la télévision, Najam Sethi, le rédacteur en chef du quotidien libéral Daily Times, s’est exclamé : « C’est le 11-Septembre du Pakistan ». M. Sethi est un journaliste connu pour son alignement sur Washington dont il a soutenu toutes les incohérences. Ainsi a-t-il approuvé le coup d’État militaire du général Musharraf en 1999 au nom de l’« ordre » et défend-il aujourd’hui le nouveau pion US, Ali Asif Zardari, au nom de la « démocratie » cette fois. Il a fondé le Daily Times avec des capitaux états-uniens, début 2002, à l’issue de l’opération Liberté immuable.

Quoi qu’il en soit, cet attentat marque l’extension de la guerre d’Afghanistan au Pakistan et remet en cause l’équilibre régional.

Thierry Meyssan
Analyste politique, fondateur du Réseau Voltaire. Dernier ouvrage paru : L’Effroyable imposture 2 (le remodelage du Proche-Orient et la guerre israélienne contre le Liban).

http://www.voltairenet.org/article158100.html

27/08/2008

27/08/2008: Afghanistan : plus d'une centaine de civils massacrés par l'OTAN...

 -------- Message original --------

Sujet: : Afghanistan : plus d'une centaine de civils massacrés par l'OTAN
Date: Wed, 27 Aug 2008 08:36:34 +0200
De: melusine <melusine@nerim.net>
Pour :: sortir de l europe <sortirdeleurope@yahoogroupes.fr>

 

 
----- Original Message -----
Sent: Tuesday, August 26, 2008 10:31 PM
Subject: Fw: Afghanistan : plus d'une centaine de civils massacrés par l'OTAN

Représailles des "Occidentaux"  ou simple routine ?
GP
----- Original Message -----
From: ecolonna
Sent: Monday, August 25, 2008 10:25 PM
Subject: Afghanistan : plus d'une centaine de civils massacrés par l'OTAN

Afghanistan : plus d’une centaine de civils massacrés par l’OTAN
 
lundi 25 août 2008 - Al Jazeera.net
 
 
 
Les attaques de l’OTAN sont régulièrement ponctuées de massacres de civils afghans

 

 

La décision est intervenue après qu’une délégation désignée par Karzai se soit rendue à l’aéroport de Shindand et dans le village d’Azizabad au coeur de l’ouest de l’Afghanistan pour enquêter sur le fait que des civils avaient été tués.

Les témoins visuels et les habitants attestent que plus de 100 civils, dont la grande majorité sont des femmes et des enfants, ont été tués dans l’attaque de l’OTAN.

Les officiels américains prétendent que seulement trois civils ont été tués en plus de 25 combattants Talibans.

Le Général Jalandar Shah Behnam, responsable de l’armée pour l’ouest de l’Afghanistan, et le commandant Abdul Jabar ont été limogés pour « négligence et dissimulation » selon un décret présidentiel publié dimanche.

« Dans cette tragique attaque aérienne et l’opération militaire irresponsable et imprécise contre le village d’Azizabad dans la zone de Shindand, plus de 89 de nos compatriotes innocents, y compris des femmes et des enfants, ont été martyrisés », dit le rapport.

Zeina Khodr d’Al Jazeera rapporte depuis Kaboul que les deux responsables avaient été rappelés dans la capitale pour y être interrogés par le ministère de la défense.

« Karzai est sous forte pression, il a perdu beaucoup de soutien parmi la population locale en raison de ces attaques aériennes, » explique Zeina Khodr.

Le président a régulièrement fait appel aux Etats-Unis et aux forces dirigées par l’OTAN pour qu’ils accordent plus d’attention aux pertes infligées aux civils, avertissant que de tels incidents sapent la bonne volonté du peuple afghan.

Les Nations Unies ont signalé que 255 des presque 700 décès civils lors de combats en Afghanistan cette année ont été provoquées par les troupes afghanes et les troupes internationales sous direction américaine.

Le chef de la police dans la province d’Hérat située à l’ouest de l’Afghanistan a déclaré à Al Jazeera dimanche que 95 civils avaient été tués.

Le ministère de l’intérieur avait d’abord estimé le nombre de morts à 76, dont une cinquantaine d’enfants et 19 femmes.

Environ 15 des maisons qui ont été détruites lors des bombardements appartiennent aux hommes qui travaillent comme gardes de sécurité sur une piste d’atterrissage employée par les troupes internationales à environ 120 kilomètres au sud de de la ville d’Hérat, ont fait savoir des gens du pays.

Les villageois et les parents des victimes ont organisé une manifestation de colère samedi, mettant le feu à un fourgon de police, retournant un camion de transport et portant des banderolles sur lequelles on pouvait lire « mort à l’Amérique ».

« [Le secteur] est calme maintenant. Nous enquêtons sur ce qui s’est passé, » a déclaré le Général Mohammad Zahir Azimi, un porte-parole du ministère de la défense.

« Notre première enquête prouve qu’un grand nombre de civils ont été tués. La tragédie est beaucoup plus grave que ce nous avions tout d’abord pensé, » a-t-il avoué.

Sur le même thème :

  Afghanistan : nouveau massacre de civils par l’OTAN - 23 août 2008 
  Afghanistan : les survivants témoignent du bombardement d’une cérémonie de mariage - 15 juillet 2008 
  Afghanistan : les crimes de l’impérialisme - 13 juillet 2008 
  Afghanistan : l’OTAN massacre des civils lors de raids aériens - 3 août 2007 
  Afghanistan, terre d’expérimentation - 2 juillet 2007 
  Afghanistan : nouveau massacre de civils par les troupes d’occupation - 1e juillet 2007 
  Afghanistan, Irak : quand la mort vient du ciel - 5 juin 2007 
  Les Afghans dénoncent les victimes civiles des bombardements - 12 mai 2007 
  Un massacre provoque des manifestations anti-américaines en Afghanistan - 7 mars 2007 
  Afghanistan : massacre de civils par les forces américaines - 6 mars 2007

24 août 2008 - Al Jazeera.net - Vous pouvez consulter cet article à :
http://english.aljazeera.net/news/a...
[Traduction : Info-Palestine.net]

La colère aussi au Pakistan
 

22/08/2008

21/08/2008: Sur l'agression des États-Unis et de l'OTAN dans le Caucase ...


L' Europe de l' Est n' est pas "libérée" avec la restauration du capitalisme. A l'exemple de la Géorgie, les pays de l' Est sont devenus de véritables colonies des impérialistes et conquérants ricano-otano-occidentaux. Sous la "dictature" "communiste", la Géorgie était une République soviétique et la Paix régnait dans toute cette région et dans toute l' Europe.
RoRo


-------- Message original --------

Sujet: Parti communiste du Canada - Agression des É.-U. et de l'OTAN dans le Caucase - Communist Party of Canada - US / NATO Agression in the Caucasus
Date: Thu, 21 Aug 2008 07:19:22 -0400
De: Antonio Artuso <pueblo@sympatico.ca>

 


Prière de diffuser ce message - J'envoie ce message à + de 250 adresses - Pour recevoir ou ne plus recevoir mes messages ou m'envoyer vos commentaires : pueblo@sympatico.ca

Please circulate this message - Being sent to + than 250 addresses - To receive my messages, to be removed from my list or to send comments: pueblo@sympatico.ca

Por favor difunda este mensaje - Está siendo enviado a + de 250 direcciones - Para recibir mis mensajes, dejar de recibirlos o enviar sus comentarios: pueblo@sympatico.ca


[FRANÇAIS] + [ENGLISH]

Déclaration émise par le Comité exécutif central du Parti communiste du Canada, le 14 août 2008

Sur l'agression des États-Unis et de l'OTAN dans le Caucase

Issued by the Central Executive Committee, Communist Party of Canada, August 14, 2008

On the US/NATO aggression in the Caucasus

 



 

[FRANÇAIS]

 

Sur l'agression des États-Unis et de l'OTAN dans le Caucase

 

Le conflit armé meurtrier déclenché dans le Caucase est non seulement une catastrophe humanitaire, qui a déjà coûté la vie à environ 2000 personnes, mais aussi une menace très réelle d'éclatement de guerres plus étendues dans la région.  Les préparatifs et les agressions militaires menés par l'impérialisme en Géorgie sont des étincelles qui pourraient finir par déclencher une guerre beaucoup plus vaste.  Ils exigent la plus ferme condamnation de la part du mouvement syndical international, ainsi que de toutes les forces de paix et des forces anti-impérialistes.

 

Sans l'entrave que constituait le puissant bloc de pays socialistes, les pays impérialistes, placés sous la direction des États-Unis au sein de l'alliance militaire qu'est l'OTAN, utilisent la Géorgie pour préparer de futures agressions, violant ainsi les principes fondamentaux du droit international, entre autres ceux de la Charte des Nations Unies.

 

Le Parti communiste du Canada dénonce l'invasion géorgienne perpétrée le 7 août, et les bombardements aériens de zones résidentielles, d'hôpitaux et d'écoles de Tskhinvali, capitale de l'Ossétie du Sud, comme étant une agression ne répondant à aucune provocation, qui a plongé le Caucase dans la guerre.  Nous appuyons pleinement les appels lancés par de nombreux pays en vue du retrait total des forces géorgiennes de l'Ossétie du Sud, mesure qui constituerait le premier pas vers une solution pacifique de ce conflit, qui ne devrait pas être autorisé pour éviter qu'il ne se développe au point de devenir une confrontation généralisée au Moyen-Orient et en Asie centrale.

 

Nous constatons également, contrairement aux déclarations des médias occidentaux et du régime Bush, qu'il ne s'agit pas d'une "agression russe".  La source des tensions croissantes survenant dans le Caucase n'est pas la présence de troupes russes.  Celles-ci étaient entrées en Ossétie du Sud au début des années 1990, en tant que gardiens de la paix, après la tentative par la Géorgie d'annexer par la force la région, ce qui avait conduit une grande partie de la population à traverser la frontière pour se rendre en Ossétie du Nord, qui continue de faire partie de la Russie.

La véritable cause de ce conflit réside dans l'expansionnisme des politiques impérialistes des États-Unis et de l'OTAN.  Depuis des décennies, en commençant par la guerre froide, les États-Unis ont cherché à encercler militairement leur rival, l'Union soviétique, à affaiblir ses alliés et, plus tard, la Russie elle-même, en mettant en place des régimes soi-disant "pro-occidentaux", qui permettent l'établissement de bases états-uniennes sur leur territoire et dépendent fortement de la coopération et de l'aide militaires des États-Unis.  La Russie, se souvenant de l'invasion nazie, qui a coûté au pays plus d'une vingtaine de millions de vies, s'oppose fermement à un tel encerclement impérialiste.

 

C'est le cas de la Géorgie, devenue cliente des États-Unis au moment de la guerre illégale menée par l'OTAN contre la Yougoslavie en 1999.  Israël, principal allié des États-Unis dans la région, a également établi des liens politiques et économiques étroits avec le gouvernement géorgien.  Il semble évident, en raison du niveau élevé d'intégration militaire entre les États-Unis, l'OTAN, Israël et la Géorgie, que l'agression du 7 août était déjà connue à l'avance et avait été approuvée par les gouvernements Bush et Olmert.  Ce point de vue semble être confirmé par la décision prise le 9 août par les États-Unis de fournir des avions de transport militaire afin de dépêcher une importante partie du contingent de 2000 soldats géorgiens postés en Irak et de les envoyer combattre dans leur pays.

L'offensive impérialiste visant le pillage du pétrole et des autres ressources vitales constitue un facteur-clé de la déstabilisation de la région.  En particulier le pipeline BTC (Bakou-Tbilissi-Ceyhan) permet le transport de pétrole et de gaz à travers la Géorgie vers la Méditerranée orientale, dont une grande partie du pétrole importé de l'Azerbaïdjan par Israël.  Contrôlé par la British Petroleum et construit avec l'aide des États-Unis, le pipeline BTC est un élément essentiel du bloc militaire et politique constitué par l'Azerbaïdjan, la Géorgie, la Turquie et Israël, jugé indispensable par les États-Unis pour contrebalancer l'influence de la Russie et la Chine dans la région.

 

Tenant compte de la guerre menée par les États-Unis et le Royaume Uni contre l'Iraq et des efforts continuels déployés par les forces d'occupation pour remettre les vastes richesses pétrolières de l'Irak aux sociétés transnationales, personne ne devrait sous-estimer la volonté de la clique d'extrême droite qui gravite autour de Bush, de Cheney et des autres faucons républicains d'utiliser les événements du Moyen-Orient et de Asie centrale pour accroître cette offensive stratégique.  Dans ce contexte, l'agression de la Géorgie contre l'Ossétie du Sud, qui a rapidement dû faire face à une puissante résistance russe, semble avoir été une provocation visant à créer de meilleures conditions pour l'expansion de la présence militaire des États-Unis et de l'OTAN dans la région.

 

La guerre du Caucase pourrait également influer sur les élections présidentielles états-uniennes, en augmentant l'appui des électeurs au candidat républicain John McCain.  Ces événements visent, sans l'ombre d'un doute, à préparer le terrain en vue d'une attaque des États-Unis contre l'Iran, et, à long terme, de la saisie impérialiste des réserves de pétrole de ce pays.  Une telle attaque pourrait déclencher une guerre aux dimensions imprévisibles, au coût de millions de vies, et pourrait s'étendre bien au-delà des frontières du Moyen-Orient.

 

Engagé dans la poursuite de l'hégémonie mondiale, l'impérialisme joue avec le feu, et l'agression récente perpétrée par la Géorgie fait partie de ce vaste plan.  Le Parti communiste du Canada demande instamment un plein appui aux tentatives internationales de circonscrire et d'éteindre ce conflit et de mettre fin à toutes les tentatives impérialistes d'ingérence dans le Caucase.

 

Déclaration émise par le Comité exécutif central du

Parti communiste du Canada

Le 14 août 2008

 

 

[ENGLISH]

 

On the US/NATO aggression in the Caucasus

 

The outbreak of a deadly armed conflict in the Caucasus is not only a humanitarian disaster which has already cost some 2,000 lives, but poses a very real threat of wider wars in the region. Imperialism’s preparations and aggressions in Georgia are sparks that can eventually ignite a much larger conflagration, demanding the sharpest condemnation of the international labour movement and all peace and anti-imperialist forces.

Unhindered by a strong socialist bloc of countries, imperialist countries led by the US in the NATO military alliance are using Georgia to prepare future aggressions, in violation of the basic principles of international law such as those in the United Nations Charter.

The Communist Party of Canada condemns the Georgian invasion on August 7, including bombing raids on residential areas, hospitals, and schools in the South Ossetian capital of Tskhinvali, as an unprovoked assault which plunged the Caucasus into war. We give full support to calls from many countries for the complete withdrawal of Georgian forces from South Ossetia as a first step towards a peaceful solution to this conflict, which must not be allowed to expand into all-out confrontation in the Middle East and Central Asia.

We also note that contrary to claims by much of the western media and by the Bush regime, this is not a case of "Russian aggression." The source of rising tensions in the Caucasus is not the presence of Russian troops, which entered South Ossetia in the early 1990s as peacekeepers after Georgia attempted to forcibly annex the area, driving much of the population across the border into North Ossetia, which remained within Russia.

The real origin of this conflict lies in the US/NATO imperialist policies of expansionism. For decades, starting with the Cold War, the US has sought to place a military ring around its rival, undermining allies of the Soviet Union and later Russia, and imposing so-called "pro-Western" regimes which allow US bases on their soil and rely heavily on US military cooperation and support. Recalling the Nazi invasion which cost their country over twenty million lives, Russia strongly opposes such imperialist encirclement.

This is the case with Georgia, which became a U.S. client state at the time of the illegal NATO war against Yugoslavia in 1999. Israel, the main U.S. ally in the region, has also forged close political and economic links with the Georgian government. The high level of US/NATO/Israeli/Georgian military integration makes it clear that the August 7 aggression must have been known in advance and approved by the Bush and Olmert governments. Bolstering this view is the decision on August 9 by the United States to provide military transport aircraft to fly many of Georgia's 2,000-strong troop contingent out of Iraq to join the fighting at home.

The imperialist drive to plunder oil and other vital resources is a key factor in destabilization of the region. Notably, the Baku-Tblisi-Ceyhan pipeline brings oil and gas through Georgia to the Eastern Mediterranean, including a large part of Israel's oil imports from Azerbaijan. Controlled by British Petroleum and built with US support, the BTC pipeline is a vital piece of the military-political bloc including Azerbaijan, Georgia, Turkey and Israel, which the US considers a vital counter-balance against the influence of Russia and China in the region.

In the wake of the US/UK war against Iraq and the continuing efforts by the occupation forces to turn over Iraq's vast oil wealth to the transnational corporations, nobody should underestimate the desire of the ultra-right clique around Bush, Cheney and other Republican hawks to use events in the Middle East and Central Asia to further this strategic push. Seen in this context, Georgia's aggression against South Ossetia, which quickly met powerful Russian resistance, may have been a provocation to create better conditions for expansion of the US/ NATO military presence in the area.

The Caucasus war could also influence the US presidential election, by tilting voter support towards Republican candidate John McCain. It is not a stretch to wonder if these events may be intended to help lay the groundwork for a US strike against Iran, with the long-range goal of imperialist seizure of that country's oil reserves. Such an attack would unleash a war of unforeseeable dimensions, costing millions of lives and spreading far beyond the borders of the Middle East.

In pursuit of its aim of global hegemony, imperialism is playing with fire, and Georgia's latest aggression is part of this wider pattern. The Communist Party of Canada urges full support for international attempts to contain and extinguish this conflict, and for an end to all imperialist meddling in the Caucasus.

 

Issued by the Central Executive Committee

Communist Party of Canada

August 14, 2008

 

 

21/08/2008

20/08/2008: Retrait immédiat des troupes françaises d'Afghanistan...

-------- Message original --------

Sujet: TROUPES FRANCAISES HORS D AFGHANISTAN
Date: Wed, 20 Aug 2008 20:35:54 +0000 (GMT)
Répondre à :: fischer02003@yahoo.fr



Retrait immédiat des troupes françaises d'Afghanistan


www.democratie-socialisme.org


L’actuelle guerre prolongée d'invasion et d'occupation de l'Afghanistan n'a rien à voir, contrairement à ce que prétendent Sarkozy, le va t ‘en guerre Kouchner (rapporteur pour Total en Birmanie) et Fillon avec la lutte contre le terrorisme. Bin Laden court toujours ! C'est une guerre pour le pétrole au service essentiel des intérêts américains. Hamid Karzaï, pachtoune, est l'homme de la RAND Corporation, formé et recruté aux USA, employé du pétrolier UNOCAL lié au vice-président Dick Cheney, dans le but de construire le pipe-line qui doit traverser l'Afghanistan et driver le pétrole d'Asie centrale. Karzaï avait collaboré et négocié, pour ce faire, avec les talibans lorsque ceux-ci étaient encore alliés des USA. Et c'est ce fantoche Hamid Karzaï qu'ils ont mis en en place et dont ils défendent par la violence le pouvoir à Kaboul.

S’ils aidaient vraiment le peuple afghan à s’émanciper, à se développer, ils auraient progressé depuis sept ans, vu les énormes moyens investis. Une petite partie de ces moyens auraient pu servir à construire une voie ferrée, des écoles et des hôpitaux. Mais comme leurs but de guerre ne sont pas du tout tout d’aider "le peuple afghan à se libérer des terroristes et des intégristes”, en dépit de 70 000 hommes de troupes internationales venues de 28 pays depuis 7 ans, ils ne parviennent à rien d’autre qu’à unifier contre eux le peuple afghan et à le ressouder avec les talibans. Au point qu’ils ont perdu le contrôle de plus de la moitié du pays. S’ils agissaient pour la population et si la population était de leur côté en serait-il ainsi ? Non.

Ce n’est pas le progrès qu’ils ont apporté en sept ans, mais la progression de la fabrication et de la vente de l’opium, dont le frère Ahmed Wali Karzai, est un des plus grands trafiquants du pays. Toutes les opérations brutales de police et d’occupation étrangère, menées la coalition américaine, dont 3000 français, au lieu d’isoler les intégristes Talibans, ont contribué à développer un sentiment national que les talibans exploitent.

C’est pourquoi cette guerre sera fatalement perdue : toute escalade nourrira les résistants afghans, et la défaite est au bout de chaque embuscade. Les Afghans sont chez eux, c’est leur terre, leur pays, ils ont le temps pour eux, les armées étrangères d’occupation perdront fatalement comme chaque fois que l’Afghanistan a été occupé depuis un siècle.

Sarkozy, qui avait, dans sa campagne électorale annoncé avec tambours et trompettes, le retrait des troupes françaises d’Afghanistan, et qui une fois élu, s’est démenti, en envoyant mille hommes de plus, est le responsable direct des 10 soldats morts et des 21 blessés tombés en embuscade le 19 août 2008. Il se rend à Kaboul ? S’il poursuit cette guerre, il sera obligé de s’y rendre souvent !

C’est pourquoi toute la gauche doit s’unir et convaincre le peuple français d’imposer au pouvoir sarkozyste le retrait immédiat de tous nos soldats d’Afghanistan.

Gérard Filoche, le 19 août 2008

17/08/2008

15/08/2008: Le menace se précise - rejoignez nous pour empêcher la guerre contre l’Iran !

Une armada d' agresseurs, d' envahisseurs, d'occupants et de tueurs "libérateurs" et "démocrates" ...
Bref, tout ce qu'il faut pour faire régner la Pax Americana sur le Monde ...
Ces gangsters du Texas n' arrêteront donc jamais ...
A remarquer que les comprères français et britanniques sont de nouveau de la partie..., la main sur la couture du pantalon.
RoRo


-------- Message original --------

Sujet: : BELLACIAO - Alerte : Armada US se dirige vers l'Iran - STOP WAR ON IRAN
Date: Fri, 15 Aug 2008 09:05:03 +0200
Répondre à :: melusine <melusine@nerim.net>
Pour :: sortir de l europe <sortirdeleurope@yahoogroupes.fr>

 
 

mercredi 13 août 2008 (01h49) :
Alerte : Armada US se dirige vers l’'Iran

Le menace se précise - rejoignez nous pour empêcher la guerre contre l’Iran !

Au moment même où nous écrivons, l’arrivée de nouveaux navires de guerre étatsuniens marquera le plus grand rassemblement de forces navales depuis la guerre du golfe de 1991.

Les porte-avions USS Theodore Roosevelt et USS Ronald Reagan, avec le navire d’assault amphibie USS Iwo Jima, sont en route vers le golfe persique pour renforcer les forces de frappes US dans la région, en compagne d’un navire britannique et d’un sous-marin français.

Ce mouvement se produit après l’opération Brimstone, un exercice militaire important comprenant des dizaines de navires de guerre des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et de la France dans l’océan Atlantique en préparation d’une confrontation éventuelle avec l’Iran.

Le USS Roosevelet, qui vient de participer à cet exercice, et l’USS Ronald Reagn rejoindront les deux groupes de navires de guerre dans la zone. (...)

Les navires actuellement en route vers le Golfe sont les suivants :

Carrier Strike Group Nine :

USS Abraham Lincoln (CVN72) nuclear powered carrier with its Carrier Air Wing Two

Destroyer Squadron Nine :
 
USS Mobile Bay (CG53) guided missile cruiser
USS Russell (DDG59) guided missile destroyer
USS Momsen (DDG92) guided missile destroyer
USS Shoup (DDG86) guided missile destroyer
USS Ford (FFG54) guided missile frigate
USS Ingraham (FFG61) guided missile frigate
USS Rodney M. Davis (FFG60) guided missile frigate
USS Curts (FFG38) guided missile frigate
Plus one or more nuclear hunter-killer submarines
 
Peleliu Expeditionary Strike Group :
 
USS Peleliu (LHA-5) a Tarawa-class amphibious assault carrier
USS Pearl Harbor (LSD52) assult ship
USS Dubuque (LPD8) assult ship/landing dock
USS Cape St. George (CG71) guided missile cruiser
USS Halsey (DDG97) guided missile destroyer
USS Benfold (DDG65) guided missile destroyer
 
Carrier Strike Group Two :
 
USS Theodore Roosevelt (DVN71) nuclear powered carrier with its Carrier Air Wing Eight
 
Destroyer Squadron 22 :
 
USS Monterey (CG61) guided missile cruiser
USS Mason (DDG87) guided missile destroyer
USS Nitze (DDG94) guided missile destroyer
USS Sullivans (DDG68) guided missile destroyer
USS Springfield (SSN761) nuclear powered hunter-killer submarine
IWO ESG Iwo Jima Expeditionary Strike Group
USS Iwo Jima (LHD7) amphibious assault carrier with its Amphibious Squadron Four
and with its 26th Marine Expeditionary Unit
USS San Antonio (LPD17) assault ship
USS Velia Gulf (CG72) guided missile cruiser
USS Ramage (DDG61) guided missile destroyer
USS Carter Hall (LSD50) assault ship
USS Roosevelt (DDG80) guided missile destroyer
USS Hartfore (SSN768) nuclear powered hunter-killer submarine
 
Carrier Strike Group Seven :
 
USS Ronald Reagan (CVN76) nuclear powered carrier with its Carrier Air Wing 14
Destroyer Squadron 7 :
USS Chancellorsville (CG62) guided missile cruiser
USS Howard (DDG83) guided missile destroyer
USS Gridley (DDG101) guided missile destroyer
USS Decatur (DDG73) guided missile destroyer
USS Thach (FFG43) guided missile frigate
USNS Rainier (T-AOE-7) fast combat support ship
 
Ce déploiement massif signifie que des centaines d’avions équipés d’armes nucléaires, des milliers de troupes et des destroyers capables de lancer des missiles de croisière équipés d’armes nucléaires, des "bunker busters" (briseurs de bunkers) ou des bombes à fragmentation seront prêts à frapper l’Iran. Tandis que la Russie est occupée par la crise en Géorgie, et la Chine avec les jeux olympiques, l’administration Bush pourrait penser que le moment est venu de frapper. Ce déploiement massif intervient au moment où les deux chambres du Congrés se préparent à voter une résolution qui autoriserait le blocus US (considéré comme un acte de guerre selon le droit international).

Le moment est venu d’agir.

Texte en anglais (8 aout 2008) :
http://bellaciao.org/en/spip.php?ar...


http://www.bellaciao.org/fr/spip.php?article69978
--