29/08/2011

Le : Libye ,le grd soir: Wanted: la tête de Kadhali, mise à prix , mort ou vif, pour 1,7 millions de dollars, selon les coutumes du Texas...

Libye , le grand soir: Wanted: la tête de Kadhali, mise à prix, mort ou vif, pour 1,7 million de dollars, selon les coutumes du Texas...

 
Comme pour Saddam Hussein, jusqu’au moment où un renégat dénoncera sa cache, sous le couvert de l’anonymat...
Ce sont des hommes d’ affaires, protecteurs du Cnt et amis de Washington, de Berlusconi et de Sarko, qui proposent cette somme paraît-il.
Normal, ils attendent impatiemment le moment d’instaurer l’économie de marché en Libye.
Le Cnt et les ricano-otano-occidentaux ne savent même pas terminer proprement une guerre civile qu’ils ont déclenchée de l’ extérieur...
Selon les coutumes et les lois du Texas: on a les amis que l’on mérite ...
On ne peut que vomir ...
Prochains objectifs: l’Iran, la Syrie, la Corée du Nord, le Zimbabwe, peut être le Venezuela, Cuba... Et les inconditionnels de l’Amérique et de l’impérialisme applaudiront de nouveau ...
RoRo
 
 
 
Comme
 
envoyer l'article par mail envoyer par mail | Partager411

23 août 2011

Article en PDF : Enregistrer au format PDF

Une photo publiée par le New York Times raconte, plus que beaucoup de paroles, ce qui est en train d’arriver en Libye : elle montre le corps carbonisé d’un soldat de l’armée gouvernementale, à côté des restes d’un véhicule brûlé, avec trois rebelles autour qui le regardent avec curiosité. Ce sont eux qui témoignent que le soldat a été tué par un raid de l’OTAN.

 

 


En moins de cinq mois, informe le Commandement conjoint allié de Naples, l’OTAN a effectué plus de 20.000 raids aériens, dont 8.000 par bombes et missiles. Cette action, déclarent au NYT de hauts fonctionnaires étasuniens et OTAN, a été décisive pour resserrer l’étau autour de Tripoli.


Les attaques sont devenues de plus en plus précises, détruisant les infrastructures libyennes et empêchant ainsi le commandement de Tripoli de contrôler et d’approvisionner ses forces. Aux chasseurs-bombardiers qui larguent des bombes à guidage laser d’une tonne, dont les têtes pénétrantes à l’uranium appauvri et tungstène peuvent détruire des édifices renforcés, se sont joints les hélicoptères de combat, dotés des systèmes d’armements les plus modernes. Parmi eux, le missile à guidage laser Hellfire, qui est lancé à 8 km de l’objectif, utilisé aussi en Libye par les avions télécommandés étasuniens Predator/Reaper.

 

Les objectifs sont repérés, non seulement par les avions radar Awacs, qui décollent de Trapani (côte sud-ouest de la Sicile), et par les Predator italiens qui décollent d’Amendola (Foggia, province des Pouilles), en survolant la Libye 24h/24. Ils sont aussi signalés - indiquent au New York Times les fonctionnaires de l'OTAN - par les rebelles. Ceux-ci, tout en étant « mal entraînés et mal organisés », sont en mesure, « grâce des technologies fournies par des pays de l’OTAN », de transmettre d’importantes informations au « team OTAN en Italie, qui choisit les objectifs à frapper ». De plus, rapportent les fonctionnaires, « la Grande-Bretagne, la France et d’autres pays ont déployé des forces spéciales sur le terrain en Libye ». Officiellement pour entraîner et armer les rebelles, en réalité surtout pour des tâches opérationnelles.


On voit ainsi émerger le cadre réel. Si les rebelles sont arrivés à Tripoli, c’est dû non pas à leur capacité de combat, mais au fait que les chasseurs-bombardiers, les hélicoptères et les Predator de l’OTAN leur ouvrent la voie, en pratiquant la terre brûlée. Au sens littéral du terme, comme le montre le corps du soldat libyen carbonisé par le raid OTAN. En d’autres termes, on a créé à l’usage des media l’image d’une résistance avec une force capable de battre une armée professionnelle. Même si, évidemment des rebelles meurent dans les affrontements, ce ne sont pas eux qui sont en train de s’emparer de Tripoli. C’est l’OTAN qui, forte d’une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU, est en train de démolir un Etat au motif de défendre les civils. De toute évidence, depuis qu’il y a un siècle les troupes italiennes débarquèrent à Tripoli, l’art de la guerre coloniale a fait de grands pas en avant.


Edition de mardi 23 juillet de il manifesto

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

 
mél
 
 
A Tripoli les « rebelles » des forces spéciales OTAN (Il Manifesto)
Manlio DINUCCI
L’ambassade du Qatar à Tripoli - d’après une vidéo - http://www.youtube.com/user/ZZ7L?ob=5#p/a/u/0/PybQX__fLWQ - a été rouverte il y a trois jours (lundi 22 août 2011) par des hommes armés qui, une fois entrés dans l’édifice endommagé, y ont immédiatement fixé le drapeau national. On est ainsi informé de la présence en Libye de forces spéciales qataries. Des forces spéciales de Grande-Bretagne, France et Qatar, écrit le New York Times (23 août 2011), sont en train de fournir un appui tactique aux forces rebelles et des conseillers de la Cia aident le gouvernement de Benghazi à s’organiser. Des commandos britanniques et français, confirme un officier supérieur de l’OTAN, sont sur le terrain avec les rebelles à Tripoli. Et, à la question de savoir si des agents de la Cia y sont aussi, l’officier répond qu’il en est certainement ainsi. Et c’est ainsi aussi qu’est désavouée l’OTAN qui jusqu’à présent a dit ne pas avoir de « boots on the ground », à savoir de militaires sur le terrain, en Libye. Les forces (...) Lire la suite »
1
 
A Tripoli les « rebelles » des forces spéciales OTAN (Il Manifesto)
Manlio DINUCCI
L’ambassade du Qatar à Tripoli - d’après une vidéo - http://www.youtube.com/user/ZZ7L?ob=5#p/a/u/0/PybQX__fLWQ  - a été rouverte il y a trois jours (lundi 22 août 2011) par des hommes armés qui, une fois entrés dans l’édifice endommagé, y ont immédiatement fixé le drapeau national. On est ainsi informé de la présence en Libye de forces spéciales qataries. Des forces spéciales de Grande-Bretagne, France et Qatar, écrit le New York Times (23 août 2011), sont en train de fournir un appui tactique aux forces rebelles et des conseillers de la Cia aident le gouvernement de Benghazi à s’organiser. Des commandos britanniques et français, confirme un officier supérieur de l’OTAN, sont sur le terrain avec les rebelles à Tripoli. Et, à la question de savoir si des agents de la Cia y sont aussi, l’officier répond qu’il en est certainement ainsi. Et c’est ainsi aussi qu’est désavouée l’OTAN qui jusqu’à présent a dit ne pas avoir de « boots on the ground », à savoir de militaires sur le terrain, en Libye. Les forces (...) Lire la suite »
1
Sarkozy vous invite au buffet de la Libye
Gaëtan PELLETIER
1er septembre 2011 La conférence des amis de la Libye On dit, « Paris convie les amis de la Libye »… On prépare la table pour charcuter et dépecer la prise. Le convivial Sarkozy et autres bienfaiteurs de l’humanité sont déjà à planifier « l’après-Kadhafi ». Les États-Unis avaient offert une aide au CNT ( Conseil National de Transition) de 1,5 milliards. Mais L’Afrique du Sud a appliqué son droit de véto. N’en déplaise, les avoirs de « Kadhafi », qualifiés de plusieurs milliards de dollars, seront débloqués. Une aide serait offerte par la France pour la …rentrée scolaire en septembre. Ce qui s’ajoute aux « armes légères données par « La France » aux rebelles libyens en juillet au sud-est de la Libye… Parole de Sarkozy… Mais pas de forces spéciales : seulement des observateurs. Dans le langage du renseignement, on sait ce qu’est un observateur… Le mot – pris au sens primaire – fait allusion a une forme de voyeurisme. Parlons de voyeurisme « actif »… Le dictionnaire des politiciens est semblable à un pistolet muni (...) Lire la suite »
2
Les fatwas !
Serge CHARBONNEAU
Vous savez, les fatwas… Ces commandes barbares d'assassinats lancées par ces fanatiques "religieux" ! On a commandé une fatwa contre Salman Rushdie, une autre contre des caricaturistes. Oui, on commande des assassinats contre des gens qui sont considérés avoir commis des gestes méritant la mort. La fatwa existe aux États-Unis, depuis longtemps. À l'époque du Far West, la fameuse affiche « Wanted » mort ou vif (et de préférence mort) était partout. Le célèbre et humanitaire (sic) président Bush a remis à la mode ces fatwas du Far West. On a lancé une fatwa contre Ben Laden. http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/asia/afghanistan/1... Une autre contre Saddam et possiblement certaines autres que j'ai oubliées. Les fatwas… Des gestes barbares ! Des commandes d'assassinats avec même une prime pour tuer. On vient de lancer une nouvelle fatwa à l'américaine, cette fois-ci contre le colonel Kadhafi ! Tuez-le et vous recevrez une récompense de 1,7 million de dollars. 1,7 million

21:40 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

l: Comment l'Otan va s'y prendre pour cacher les actes de terreur ... ?

 
 

27 août 2011

Article en PDF : Enregistrer au format PDF

Peu à peu se confirme l’horrible vérité. Que signalaient depuis avril - mais en vain - diverses missions internationales d’enquête : les troupes de choc des « rebelles démocrates » n’ont cessé de commettre des atrocités, des viols barbares, des pillages, des lynchages racistes et des crimes de guerre. Quand ils ne se tuent pas entre eux.

 
Nous recevons de nombreux témoignages de là-bas : ce n’est pas la liberté qu’ils font régner à Tripoli, c’est la terreur. Ce ne sont pas eux qui ont tué les forces de défense libyenne, ce sont les armes sophistiquées de l’Otan. Les pays les plus puissants de la Terre écrasent la petite armée d’un pays de cinq millions, après avoir privé la population d’eau, de nourriture et d’électricité et ils appellent ça une « libération ».
Le dernier exploit des « rebelles » racistes a consisté à menotter des dizaines de civils noirs, à les torturer et à les exécuter. Nous avons montré les images. Bien sûr, on va les présenter comme des « mercenaires de Kadhafi », mais c’est entièrement faux, nous avions parlé récemment avec ces personnes qui ont été massacrées, vous avez pu voir les images sur michelcollon.info et vous pouvez lire bientôt l’interview que nous avions réalisée.
 
 

 
La « gestion des mauvaises nouvelles »
 
Alors, aujourd’hui et dans les jours qui viennent comment l’Otan et ses agents de désinformation vont-ils s’y prendre pour neutraliser l’effet de ces révélations ? Comment vont-ils « travailler » l’opinion pour l’anesthésier ? C’est simple, nous avons déjà étudié ces méthodes du Pentagone pour « gérer les mauvaises nouvelles » dans notre livre « Attention, médias ! »(1991). Elles avaient en effet été révélées par le colonel de l’US Air Force Darryl Henderson.
Le premier jour, on va temporiser. Dire qu’on ne sait pas quel camp a commis cet acte, qu’on va vérifier. En fait, on le sait très bien, mais ça permet de semer la confusion et de gagner du temps.
Le deuxième jour, on reconnaîtra que ce sont bien des rebelles qui l’ont fait, mais avec beaucoup de flou et on prétendra « qu’une enquête est en cours ». On gagne encore du temps. En même temps, pour faire diversion, on présentera un « massacre » attribué à Kadhafi. Ce sera démenti par la suite, mais le démenti viendra trop tard, sera discret et l’effet voulu aura été produit. Ca s’appelle noyer le poisson.
 
Le troisième jour, on annoncera qu’une procédure est en cours pour retrouver et punir les coupables, bien évidemment cette procédure prendra du temps.
 
« Gérer les mauvaises nouvelles », c’est gagner du temps, semer la confusion, noyer le poisson et faire diversion.

 
Après, il faut se poser une question : les Etats-Unis qui se sont alliés à la section libyenne d’al-Qaida, sont-ils vraiment surpris et embarrassés par ces atrocités ? Ou bien le chaos et les prochains affrontements entre rebelles leur seront-ils « utiles » pour imposer leur présence ? En « travaillant » l’opinion, on peut tout faire passer…
 
 
Légitimation du massacre par Le Figaro : 
 
 
++++++++++++++
 
 
Dans le livre de poche Libye, Otan et médiamensonges, Michel Collon analyse toute la désinformation qui a préparé et accompagné cette guerre : « Bombardements sur la population », « mercenaires », « viols au Viagra », « rivières de sang »,« défections massives », « guerre humanitaire » ou guerre économique, rivalités Paris – Rome – Washington, rôle des services secrets occidentaux, qui a refusé de négocier, qui compose vraiment le CNT, alliance de l’Otan avec al-Qaida, rôle des tribus, rôle des médias, agences de com et campagnes de diabolisation, comment Al-Jazeera a trahi son public…
Sortie le 8 septembre.

CNT - Darryl Henderson - Libye - Mouammar Kadhafi - OTAN


Haut de la page - Accueil

21:12 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

26/08/2011

C'est l'OTAN qui est à la conquête de Tripoli

 
C’est l’Otan (Organisation des Assassins sans Frontières) qui fait la conquêtes de Tripoli et ... qui tue, qui détruit les infrastructures civiles.  Ce sont des crimes de guerre ...
RoRo
 
 
 
----- Original Message -----
Sent: Saturday, August 25, 2012 7:37 AM
Subject: C'est l'OTAN qui est à la conquête de Tripoli
 
Se désinscrire, changer d'adresse, inviter un ami| Nous écrire | Faire un don| Israël, parlons-en

Investig'Action - michelcollon.info

C'est l'OTAN qui est à la conquête de Tripoli
Manlio DINUCCI


Posté mardi : Une photo publiée par le New York Times raconte, plus que beaucoup de paroles, ce qui est en train d'arriver en Libye : elle montre le corps carbonisé d'un soldat de l'armée gouvernementale, à côté des restes d'un véhicule brûlé, avec trois rebelles autour qui le regardent avec curiosité. Ce sont eux qui témoignent que le soldat a été tué par un raid de l'OTAN. Lire l'article

Pour soutenir le travail d'Investig'Action et permettre son développement, c'est ici.


Diffusé lundi :
Libye : conseils anti-manips
Michel Collon

+ Informations rassemblées par Cédric Rutter

D'autres infos régulièrement sur michelcollon.info Merci de diffuser. Toute guerre est d'abord une guerre de l'info.

20:48 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

LIBYE : suivez les événèments, mobilisez-vous, restez critique...

----- Original Message -----
Sent: Friday, August 26, 2011 12:49 PM
Subject: LIBYE : suivez les événèments, mobilisez-vous, restez critique...
 
Se désinscrire, changer d'adresse, inviter un ami| Nous écrire | Faire un don | Livres et DVD
________________________________________________________________________________

Investig'Action - michelcollon.info

Actualité sur l'invasion de Tripoli - Investig'Action
Suivez le cours des événèments. Page actualisée au fil des heures.

La Libye et NOTRE propagande de guerre - Anne Morelli
Un monstre contre des chevaliers, des bavures face à des atrocités. Comment rester critique ?

Kadhafi était un tyran sanguinaire. Je le croyais puis j'ai changé d'avis - R. Benaissa
Changement d'opinion après une visite en Libye

Anti-guerre : manif à Paris + pétition Intal
Mobilisez-vous ! Manifestez ! Signez la pétition !
________________________________________________________________________________
Pour soutenir le travail d'Investig'Action et permettre son développement, c'est ici.

16:40 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

24/08/2011

LIBYE (déclaration PRCF)

 
 
Sent: Monday, August 22, 2011 6:59 PM
 
Subject: LIBYE (déclaration PRCF)
 
Chers camarades et amis,
 
merci de prendre connaissance du texte ci-dessous (et mis en PJ).
Merci aussi de le diffuser si vous le jugez utile.
Bien cordialement,
Jany Sanfelieu (pour le secrétariat du PRCF)
 
 

LA « VICTOIRE » provisoire de Sarkozy, de l’OTAN et de leurs complices libyens est aussi une défaite pour le peuple français !

 

Sarkozy peut, -provisoirement-, se réjouir bruyamment et coiffer les lauriers sanglants du « conquérant » et du « chef de guerre » : pris en tenailles entre d’une part, les bombardements sanglants de l’OTAN et des « Rafales », et d’autre part les groupes tribaux copieusement alimentés en armes lourdes et en argent par l’impérialisme anglo-franco-américain, le régime de Tripoli est dans une situation de plus en plus difficile après avoir vaillamment résisté durant des mois.

Plus que jamais il apparaît que le but des impérialistes franco-anglo-américains n’était pas de « soutenir la révolution arabe », comme l’a prétendu Mélenchon qui a fait preuve en la matière d’un grand cynisme ou d’une invraisemblable naïveté : il s’agissait au contraire, alors que Sarkozy et la caricaturale Alliot-Marie s’étaient discrédités dans tout le monde arabe suite à la révolution tunisienne, de récupérer - voire fomenter, allons savoir! - politiquement et militairement la guerre civile libyenne pour éliminer le régime de Kadhafi.

Certes, ce régime affiche un bilan social et démocratique contrasté, certes, il avait donné des gages d’ « assagissement » auprès des impérialistes dans la dernière période. Mais ce que l’impérialisme ne pouvait lui pardonner, ce n’étaient pas ses fautes, c’était au contraire d’avoir nationalisé le pétrole libyen, d’avoir chassé le régime néo-colonial du roi Idriss, le valet des Anglais et de BP, d’avoir tenu les intégristes à distance et d’avoir utilisé pour une part l’argent du pétrole pour impulser un mouvement de solidarité économique entre les peuples africains.

Quant au fameux « mandat de l’ONU », sur lequel s’assoit quotidiennement l’Etat d’Israël qui piétine toutes les résolutions de l’Assemblée générale (deux poids, deux mesures), il n’a cessé d’être grossièrement violé par l’intervention impérialiste : combien de milliers de morts civils sous prétexte de « protéger les civils » ? Quand l’ONU, dont la charte fait toujours référence au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes sans ingérence des grands Etats, a-t-elle mandaté Sarkozy pour changer le régime d’un Etat qui n’a jamais attaqué la France et que Sarkozy lui-même a reçu en grandes pompes il y a peu ? La réalité est que Sarkozy, de plus en plus inféodé à l’impérialisme US et à l’OTAN, veut recoloniser la Libye avec l’aide de l’ancien colonisateur, l’impérialisme britannique. « TOTAL », qui saigne les automobilistes français à la pompe, aura tout à y gagner. Mais les travailleurs et les citoyens français paieront la facture (combien tout cela aura-t-il coûté au moment où, « pour sauver l’euro », Sarkozy ne cesse d’appeler les travailleurs à serrer la ceinture ?). ET dans la prochaine période, combien de morts, d’attentats, va coûter la consolidation du nouveau régime pro-impérialiste à Tripoli si cette ville tombe ?

Quant au PS qui, conformément à sa tradition social-impérialiste datant de 1914, a soutenu de bout en bout l’aventure impérialiste travestie en intervention humanitaire par le pseudo-« philosophe » BHL, il a gravement aidé Sarkozy, en perdition dans les sondages après la contre-réforme des retraites, à remonter dans l’opinion en plein lancement de la présidentielle. Drôle d’ « opposition » en vérité !

Plus que jamais, il faut aussi que les vrais communistes s’interrogent et se remettent en question. Comment se fait-il qu’en dehors de communiqués communs avec l’URCF et le RCC, nous n’ayons pas fait le nécessaire pour nous unir et intervenir ensemble contre cette guerre néo-coloniale caractérisée, menée par le régime le plus réactionnaire que notre pays ait connu depuis 1940 ? Plus que jamais, et sur tous les sujets, le PRCF appelle les communistes de base à exiger l’unité d’action des groupes franchement communistes, internes ou externes au PCF ! ne laissons plus passer passivement, camarades, les atermoiements, les prétextes, les faux procès et l’intérêt de boutique, ce qui se prépare sur tous les terrains est trop grave pour les peuples, à commencer par le nôtre !

Cela vaut aussi pour tous les mouvements franchement républicains et progressistes, car « un peuple qui en opprime un autre ne saurait être libre » (Marx). L’écrasement de pays plus faibles par l’impérialisme constitue une défaite pour le peuple de France, comme tout ce qui renforce le régime UMP : celui-ci étant occupé en permanence à démanteler la nation, la classe ouvrière industrielle et la république, tout succès militaire de l’impérialisme « national » à l’extérieur est en réalité un coup grave contre la nation populaire ! Plus que jamais, en France et à l’extérieur, défendons le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, c’est l’intérêt, non seulement des peuples agressés par « notre » impérialisme, mais du peuple et de la classe ouvrière de notre propre pays !

 

Le secrétariat politique du PRCF.

 

 

 

 


LYBIE (22 Ao

Libye: le principal motif de l'agression: le Dinar Or (VOSTF)

 
 
Sent: Wednesday, August 24, 2011 12:19 PM
Subject: Libye: le principal motif de l'agression: le Dinar Or (VOSTF)
 
 
 
From: Hess Madeleine
Sent: Wednesday, August 24, 2011 10:53 AM
 
Subject: Tr : Libye: le principal motif de l'agression: le Dinar Or (VOSTF)
 
 
De Ginette Hess Skanrani : grianala@yahoo.fr
La Voix de la Libye



Envoyé le : Mer 24 août 2011, 6h 13min 15s
Objet : Libye: le principal motif de l'agression: le Dinar Or (VOSTF)


Internationalnews Encore une fois la chaine de télévision Russia Today offre un point de vue intéressant sur les véritables raisons de l'attaque en Lybie. Le pétrole est certes une explication possible mais il s'agirait surtout d'empecher Kadhafi de ventre son pétrole en Gold Dinars (en or) au détriment du dollars, de changer le système bancaire de la nation Lybienne en imposant une banque centrale privée et mettre la main sur les réserves d'Or colossales de la Lybie. La Lybie vend pour des […]
 
 

Internationalnews

0img111.jpg

 

Encore une fois la chaine de télévision Russia Today offre un point de vue intéressant sur les véritables raisons de l'attaque en Lybie.

Le pétrole est certes une explication possible mais il s'agirait surtout d'empecher Kadhafi de vendre son pétrole en Gold Dinars (en or) au détriment du dollars, de changer le système bancaire de la nation Lybienne en imposant une banque centrale privée et mettre la main sur les réserves d'Or colossales de la Lybie.

La Lybie vend pour des milliards de dollars de pétrole chaque année, comme tous les pays producteurs de pétrole elle doit vendre son pétrole en dollars ce qui soutien le cours du dollars en créant une demande d'achat de dollars necessaire à l'achat de pétrole.

Le cours du dollars est dépendant de l'offre et de la demande, plus y a de demande plus le cours augmente, plus les gens ont confiance dans le dollars.

Autrement dit vous devez d'abord acheter des dollars avant de pouvoir acheter du pétrole car les achats/ventes de dollars se font dans la monnaie de réserve internationale, le dollars.

Kadhafi en menaçant de vendre son pétrole en Or (Gold Dinar) aurait tout simplement diminué drastiquement la demande en dollars, ce qui aurait eu des répercutions sur le cours du dollars, provoquant sa chute et accélérant la chute du système monétaire actuel.

Pour rappel, le dernier chef d'état ayant menacé de vendre son pétrole en Or est Saddam Hussein.

( on Aug 4, 2011)

 

 

http://www.internationalnews.fr/article-libye-le-principal-motif-de-l-agression-contre-la-libye-lle-dinar-or-vostf--82307466.html

12:46 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Libye : communiqué Polex

 
LIBYE: gangstérisme international ... !
RoRo
 
Sent: Wednesday, August 24, 2011 10:56 AM
Subject: Libye : communiqué Polex
 
Communiqué du Collectif communiste Polex In english below De l’Assemblée nationale à la télévision, le déshonneur français. En juillet 2011, les députés français se sont déshonorés en approuvant massivement l’expédition coloniale de l’OTAN et de Sarkozy en Libye, droite et socialistes inclus… Seule une minorité, les députés communistes et quelques isolés comme le socialiste Emmanuelli et le nationaliste Dupont-Aignan ont eu le courage et la lucidité de voter contre. Depuis plusieurs mois, les bombardements intensifs des installations libyennes par les avions de l’OTAN, ont réduit à néant les capacités de défense de la petite armée de ce pays africain. Malgré cela, les rebelles soutenus par les Occidentaux n’ont pu que faire la preuve de leur incapacité à conquérir le territoire national, malgré leurs rodomontades parsemées de slogans intégristes. Devant cette impasse, et bien que se poursuivent des négociations entre protagonistes sous l’égide de l’Union africaine, Sarkozy a décidé la fuite en avant, par une action guerrière sans équivalent par son ampleur depuis les bombardements des villes vietnamiennes par les USA, il y a plus d’une génération. Couronnement d’une guerre engagée sous le seul prétexte hypocrite de protéger les civils libyens contre les exactions de leur gouvernement, les bombardiers français ont écrasé plusieurs quartiers de Tripoli, tuant un millier au moins de leurs habitants, civils et militaires. Les rebelles ont alors pu progresser dans les zones urbaines bombardées, sans combattre, malgré la résistance isolée de quelques survivants. A cette heure, l’ordre sarkozien règne dans les faubourgs de Tripoli, l’ordre de l’OTAN, des financiers occidentaux et de leurs serviteurs locaux. La joie des préposés français au formatage de l’opinion par le biais de la télévision, glorifiant une conquête en évitant de montrer les maisons éventrées et les cadavres, est indécente et méprisable. Assez de sang en Libye ! Assez de terrorisme guerrier ! Retrait des forces de l’OTAN et de la France de la zone ! Il est plus que temps de faire enfin place à la négociation ! Le 23 août 2011 France’s disgrace: from the National Assembly to television In July 2011 the members of France’s National Assembly acted disgracefully in approving NATO’s and Sarkozy’s colonial expedition in Libya by an overwhelming majority including both the Right and the Socialists. Only a small minority – the Communist deputies and a few lone individuals such as the Socialist Emmanuelli and the nationalist Dupont-Aignan – had the courage and clear-sightedness to vote against it. For months, intensive bombing of Libyan infrastructure by NATO aircraft has been steadily annihilating the defence capability of this African country’s small army. This fact notwithstanding, the Western-supported rebels have been unable to do more than demonstrate their inability to conquer the country despite their sabre-rattling riddled with fundamentalist slogans. Faced with this stalemate, and although negotiations between the protagonists have been continuing under the aegis of the African Union, Sarkozy has decided on precipitate military action on a scale unparalleled since the US bombing of Vietnamese towns and cities over a generation ago. To crown a war started solely on the hypocritical pretext of protecting Libyan civilians from their government’s acts of violence, French bombers have flattened several areas of Tripoli, killing a least a thousand of the city’s inhabitants, both civilians and soldiers. The pleasure of the minions in France who shape public opinion through television, glorifying victory whilst avoiding showing corpses or gutted houses, is obscene and despicable. Stop the bloodshed in Libya! Stop this military terrorism! NATO and French forces out of the region! It is high time for negotiation! 23 August 2011

12:22 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

23/08/2011

LIBYE: en tant que communiste, je dis non, non, non ... !

 
 
 
LIBYE: en tant que communiste, je dis non, non, non ... !
 
Écoeurant ce qui se passe en LIBYE, depuis 5 moins.
 
Face à cette agression et cette contre-révolution orchestrée de l’ extérieur, je ne cesse de m’interroger sur le rôle joué par la fausse “gauche” internationale: les “socialistes” et les colos-colos bien sûr, mais aussi ces “communistes” reconvertis et intégrés. Des communistes, dans le camp des Ricains, de l’alliance d’agressions impérialistes et de (re)conquêtes colonialistes otaniennes, de Sarkozy et des marchands de canons, face à ce qui était quand même un régime de conquêtes révolutionnaires, mais qui leur déplait tout simplement... Ces “communistes” sont partisans de la “révolution”, d’ abattre (peut être un jour le capitalisme), mais en faisant la révolution uniquement sans dégâts, bien assis dans leur canapé, remuant leurs états d’ âme.
La LYBIE de Kadhafi, quoi que l’on en pense, a quand même donné à 6 millions de Libyens un niveau de vie des plus élevés de toute l’ Afrique et même du Monde. Un niveau de vie que même bien des pays capitalistes des plus évolués ont été incapables d’assurer à leur peuple, malgré des décennies d’exploitation, de luttes syndicales, de révolutions et de révoltes populaires.
Ces gens n’ont pourtant que les mots “démocratie”, “Liberté” et “Droits de l’Homme” à la bouche. Mais leur “démocratie”, c’ est juste le droit de les élire. Quels que soient les résultats des élections, rien ne change et leur système reste bien en place.
On retiendra la journée du 22 août 2011: l’hystérie des médias du capitalisme était à son comble, à son top: le régime libyen “terrassé” selon l’ Humanité, n’ en avait plus que pour quelques heures, quelques minutes... Hélas, autre son de cloche, les médias aux ordres, interrogent ce jour les “spécialistes”, les “professeurs”, les “analystes”, les “connaisseurs du Monde arabe”, pour nous expliquer ce que sera l’ après-Kadhafi, après cinq mois d’ agonie, et dont les jours sont comptés. Comme au Vietnam, en Irak, en Afghanistan, en Côte d’Ivoire, cette agression est une fois de plus principalement basée sur des prétextes, des mensonges, des mois mois, voire des décennies, de mensonges, de manipulations, de conditionnement... Mais le régime libyen résiste depuis 5 mois, sous les bombes et les missiles otaniens, pratiquement seul contre tous les rapaces du monde entier.
Ce que sera l’ avenir de la Libye, et par conséquence du reste de l’ Afrique après Kadhafi, l’ avenir va nous l’ apprendre rapidement ...
Communiste, presque de naissance, je n’ ai pas lutté toute ma vie pour une telle Kollaboration ...   Kadhafi (qui n’ est pas nécessairement ma tasse de lait ...), n’est bien sûr pas la fin de l’ Histoire et de nos combats... “Ami, si tu tombes, un ami sort de l’ombre à ta place !”...
RoRo
 
avions-militaires
 
Avec ces assassins sans frontières, la “démocratie”, la “liberté”, la justice”, les “droits de l’homme”, la “solidarité”, la fraternité”, “l’égalité”, la “souveraineté et l’indépendance des peuples”, tombent du ciel !

18:14 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

19/08/2011

[alerte_otan] Pogroms anti-noirs à Benghazi et Misrata : manifestation monstre à Harlem

 
mél
 
 
----- Original Message -----
From: Olivier MONTULET
Sent: Thursday, August 18, 2011 10:34 AM
Subject: [alerte_otan] Pogroms anti-noirs à Benghazi et Misrata : manifestation monstre à Harlem
 
 

Oumma.com

Pogroms anti-noirs à Benghazi et Misrata : manifestation monstre à Harlem

Par Gilles Munier

Publié le jeudi 18 août 2011

http://oumma.com/local/cache-vignettes/L145xH80/arton6794-9e195.jpg

Les grands médias n’abordent pas la question des meurtres, viols et tortures de Libyens de race noire (Toubous), de travailleurs et d’étudiants africains des régions de Benghazi, de Misrata et de Tawergha, commis par les « libérateurs » du CNT. Bernard Henri Lévy, imposteur « droit de l’hommiste » qui avait de gros intérêts financiers dans le bois en Afrique noire, non plus.

Il a même présenté à Nicolas Sarkozy, en juillet, deux commandants rebelles venus chercher des armes. Il sait pourtant bien qu’une « Brigade de nettoyage des esclaves, des peaux noires » y sévit et que le crime de nettoyage ethnique devrait les conduire devant la Cour Pénale Internationale…

A New York, le 14 août, plusieurs dizaines de milliers de manifestants se sont réunis, Bd Malcom X, dans le quartier de Harlem, à l’appel de Louis Farrakhan, dirigeant de Nation of Islam, du Père Miguel d’Escoto Brockman, ancien vice-président de l’ONU, de Cynthia McKinney, membre de la Chambre des représentants (1993-2003 et 2005-2007), de Sara Flounders (cofondatrice de l’International Action Center, une organisation présidée par Ramsey Clark - ex-ministre américain de la Justice), d’ONG et de partis de gauche, pour condamner le racisme du CNT, l’agression de l’OTAN contre la Libye et l’embargo contre le Zimbabwe. Les médias n’en ont pas parlé… En France, les organisations anti-racistes se taisent.

France Irak Actualité

 Ethnic cleansing of Black Libyans (25/7/11)

Ethnic Hatred Rooted in Battle for Misrata Underlines Challenges the Nation Faces After Gadhafi

http://online.wsj.com/article/SB100...

Discours de Louis Farrakhan :

Visionner la vidéo sur Youtube :

http://www.youtube.com/watch?v=hDUQjLywTRI&feature=pl...

Olivier MONTULET

« L'homme, en effet, ne pourrait jamais atteindre le possible s'il ne tentait d'abord l'impossible, et cela requiert plus de souffle que de science »

Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

Déclaration Universelle des Droits de l'Homme  - Article 19

 
Activités récentes:
Pour vous désabonner de cette liste de diffusion, envoyez un email à :
alerte_otan-unsubscribe@yahoogroupes.fr

Pour retrouver les messages précédemment envoyés : http://fr.groups.yahoo.com/group/alerte_otan/messages

Cette liste est gérée par des membres du Comité de Surveillance OTAN. Les opinions éventuellement exprimées n'engagent que les auteurs des messages, et non le CSO.

__,_._,___

18:54 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Qui peut sauver la Libye de ses sauveurs occidentaux? Pas l a ga uche française

http://static.skynetblogs.be/media/1356/img_titre_pub-thumb.3.pnghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/arton9347-62d96-thumb.3.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/img_comment_icon_20x20-thumb.2.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/img_nav_envoyer_article-thumb.2.pnghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/img_nav_imprimer-thumb.2.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/check-small-thumb.2.pnghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/img_carre_blanc-thumb.4.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/img_carre_bleu-thumb.4.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/img_grey_font_scale-thumb.5.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/img_grey_font_scale_none-thumb.5.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/img_grey_font_scale_less-thumb.5.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/arton14407-940d6-thumb.3.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/img_1pixel-thumb.4.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/img_titre_pub-thumb.2.pnghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/arton9347-62d96-thumb.2.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/img_comment_icon_20x20-thumb.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/img_nav_envoyer_article-thumb.pnghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/img_nav_imprimer-thumb.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/check-small-thumb.pnghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/img_carre_blanc-thumb.3.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/img_carre_bleu-thumb.3.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/img_grey_font_scale-thumb.4.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/img_grey_font_scale_none-thumb.4.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/img_grey_font_scale_less-thumb.4.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/arton14407-940d6-thumb.2.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/img_1pixel-thumb.3.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/img_titre_pub-thumb.pnghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/arton9347-62d96-thumb.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/img_carre_blanc-thumb.2.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/img_carre_bleu-thumb.2.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/img_grey_font_scale-thumb.3.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/img_grey_font_scale_none-thumb.3.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/img_grey_font_scale_less-thumb.3.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/arton14407-940d6-thumb.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/img_1pixel-thumb.2.gif
 
 
Sent: Friday, August 19, 2011 4:53 PM
Subject: Qui peut sauver la Libye de ses sauveurs occidentaux? Pas l a gauche française
 
Mais la gauche en Europe ne s’y oppose pas.”: cette “gauche” ne s’y oppose pas car elle est complètement intégrée à l’ EURO-DICTATURE capitaliste, à l’OTAN (l’organisation des assassins sans frontières) et au ricanisme ... J’ ajouterai que 99 % des syndicats européens ne bougent pas non plus contre cette guerre impérialiste, d’ agression, de pillage et de (re)conquête colonialiste.
Les ordres viennent de Washington, depuis la Libération en ‘44 – ‘45. Il ne faut pas chercher midi à 14 heures ...
RoRo
 
 
 
mél
 
 
Subject: Qui peut sauver la Libye de ses sauveurs occidentaux? Pas l a gauche française
 
 
     a gauche française

Qui peut sauver la Libye de ses sauveurs occidentaux ? Pas la gauche française.

Jean BRICMONT, Diana JOHNSTONE
illustration : "laissez-moi vous montrer comment fonctionne la démocratie"


En mars, une coalition de puissances occidentales et d’autocraties arabes se sont unies pour soutenir ce qui était présenté comme une sorte de petite opération militaire pour « protéger les civils libyens ».

Le 17 mars, le conseil de sécurité de l’ONU a adopté la résolution 1973 qui donnait à cette « coalition de volontaires » un peu particulière le feu vert pour commencer leur petite guerre, en contrôlant d’abord l’espace aérien libyen, ce qui permit ensuite de bombarder ce que l’OTAN a choisi de bombarder. Les dirigeants de la coalition espéraient manifestement que les citoyens libyens reconnaissants sauteraient sur l’occasion fournie par cette « protection » vigoureuse pour renverser Mouammar Kadhafi qui, prétendait-on, voulait « tuer son propre peuple ». En se basant sur l‘idée que la Libye était divisée de façon nette entre « le peuple » d’un côté et « le mauvais dictateur » de l’autre, on s’attendait à ce que ce renversement se produise en quelques jours. Aux yeux des occidentaux, Kadhafi était un dictateur pire que Ben Ali en Tunisie ou Moubarak en Égypte qui étaient tombés sans intervention de l’OTAN et donc Kadhafi aurait dû tomber beaucoup plus vite.

Cinq mois plus tard, il est devenu évident que toutes les suppositions sur lesquels cette guerre se fondait étaient plus ou moins fausses. Les organisations de défense des droits de l’homme ne sont pas arrivées à trouver des preuves des « crimes contre l’humanité » soi-disant commis par Kadhafi contre « son propre peuple ». La reconnaissance du Conseil National de Transition (CNT) comme « seul représentant légitime du peuple libyen » par les gouvernements occidentaux, qui était pour le moins prématurée, est devenue grotesque. L’OTAN s’est engagée dans une guerre civile, tout en l’exacerbant, et sans la faire sortir de l’impasse.

Mais aussi absurde et dénuée de justification que cette guerre puisse être, elle continue. Et qu’est ce qui peut l’arrêter ?

Un des meilleurs livres à lire cet été était l’excellent nouvel ouvrage d’Adam Hochschild To End All Wars, sur la première guerre mondiale et les mouvements pacifistes de cette époque. Il y a beaucoup de leçons d’actualité que l’on peut trouver dans ce livre, mais la plus pertinente est sans doute le fait que, une fois qu’une guerre est commencée, il est très difficile de l’arrêter.

Les hommes qui ont commencé la première guerre mondiale pensaient aussi qu’elle serait courte. Mais même lorsque des millions de gens furent pris dans la tourmente meurtrière et que le caractère absurde de toute l’entreprise devint clair comme de l’eau de roche, la guerre a continué pendant quatre tragiques années. La guerre elle-même engendre la haine et une volonté de revanche. Une fois qu’une grande puissance commence une guerre, elle « doit » la gagner, quelque en soit le coût - pour elle-même mais surtout pour les autres.

Jusqu’à présent, le coût de la guerre contre la Libye pour les agresseurs de l’OTAN est purement financier, et cela est compensé par l’espoir d’un pillage du pays, lorsqu’il sera « libéré » et qu’il payera pour rembourser ceux qui l’ont bombardé. Ce n’est que le peuple libyen qui perd des vies ainsi que son infrastructure.

Pendant la première guerre mondiale, il existait un courageux mouvement d’opposition à la guerre qui a affronté l’hystérie et le chauvinisme de cette période et qui plaidait en faveur de la paix. Ses membres risquaient des attaques physiques ainsi que la prison. La façon dont Hochschild raconte la lutte pour la paix de ces hommes et de ces femmes en Grande-Bretagne devrait servir d’inspiration - mais pour qui ? Les risques impliqués par l’opposition à la guerre en Libye sont minimaux en comparaison de ce qu’ils étaient lors de la guerre de 1914 - 1918. Mais pour le moment, une opposition active est à peine visible.

Ceci est particulièrement vrai en France, pays dont le président Nicolas Sarkozy a pris l’initiative de commencer cette guerre.

Les témoignages s’accumulent de la mort de civils libyens, y compris d’enfants, causée par les bombardements de l’OTAN (voir par exemple la vidéo http://www.youtube.com/watch?v=vtS2qJeeXUA ). Ces bombardements visent l’infrastructure civile, afin de priver la majorité de la population qui vit dans la partie du pays loyale à Kadhafi des biens de première nécessité, de la nourriture et de l’eau, afin de pousser le peuple à renverser Kadhafi. La guerre pour « protéger les civils » est déjà devenue une guerre pour les terroriser et les tourmenter de façon à ce que le CNT soutenu par l’OTAN puisse prendre le pouvoir.

Cette petite guerre en Libye montre que l’OTAN est à la fois criminel et incompétent.

Mais elle montre également que les organisations de gauche dans les pays de l’OTAN sont totalement inutiles.Mais la gauche en Europe ne s’y oppose pas.

Il n’y a probablement jamais une guerre à laquelle il était plus facile de s’opposer. Il y a trois mois, quand l’hystérie médiatique à propos de la Libye fut lancée par la télévision du Qatar Al-Jazeera, la gauche n’a pas hésité à prendre position. Quelques dizaines d’organisations de gauche françaises et nord-africaines ont signé un appel pour « une marche de solidarité avec le peuple libyen » à Paris le 26 mars (http://menilmontant.typepad.fr/7avous/2011/03/solidarite-...). En montrant leur absence totale de cohérence, ces organisations ont simultanément exigé, d’une part, « la reconnaissance du CNT, seul représentant légitime du peuple libyen », et d’autre part « la protection des résidents étrangers et des migrants » qui, en réalité, devaient précisément être protégés des rebelles représentés par ce conseil. Tout en soutenant implicitement des opérations militaires d’aide au CNT, ces groupes appelaient aussi à la « vigilance » à propos de « la duplicité des gouvernements occidentaux et de la ligue Arabe » ainsi que d’une « escalade » possible des opérations militaires.

Les organisations qui signaient cet appel incluaient des groupes d’oppositions en exil libyen, syrien, tunisien, marocain et algérien, ainsi que les Verts français, le NPA, le parti communiste français, le parti de gauche, le mouvement antiraciste MRAP, le parti des Indigènes de la République et ATTAC. Ces groupes représentent pratiquement tout ce qu’il y a d’organisé à la gauche du parti socialiste – qui, de son côté, (à l’exception d’Emmanueli) soutenait la guerre sans même faire appel à la « vigilance ».

Alors que le nombre des victimes civiles des bombardements de l’OTAN augmente, il n’y a aucun manifestation de la vigilance promise « à propos de l’escalade de la guerre » qui sortirait du cadre des résolutions du conseil de sécurité de l’ONU.

Les militants qui, en mars, insistaient pour dire que « nous devons faire quelque chose » pour arrêter un massacre hypothétique ne font rien aujourd’hui pour arrêter un massacre qui n’est pas hypothétique mais bien réel et visible, et perpétré justement par ceux qui « ont fait quelque chose ».

L’erreur fondamentale de ceux qui, à gauche, disent « nous devons faire quelque chose » réside dans l’ambigüité du mot « nous ». S’ils veulent dire « nous » littéralement, alors la seule chose qu’ils pourraient faire serait de mettre sur pied des sortes de brigades internationales pour combattre avec les rebelles. Mais bien sûr, malgré les grandes déclarations selon lesquelles « nous » devons « tout » faire pour soutenir le « peuple libyen », cette possibilité n’a jamais été sérieusement envisagée.

Donc le « nous » signifie en pratique les puissances occidentales, l’OTAN et, avant tout, les États-Unis, qui sont les seuls à posséder les « capacités uniques » nécessaires pour mener une telle guerre.

Les gens qui crient « nous devons faire quelque chose » mélangent en général deux sortes d’exigences : l’une dont ils peuvent s’attendre de façon réaliste à ce qu’elles soient acceptée par les puissances occidentales - soutien aux rebelles, reconnaissance du CNT comme seul représentant légitime du peuple libyen - et une autre dont ils ne peuvent absolument pas s’attendre de façon réaliste à ce que les grandes puissances les acceptent, et qu’ils sont eux-mêmes totalement incapables de mettre en oeuvre : limiter les bombardements à des cibles militaires et à la protection des civils, et rester scrupuleusement dans le cadre des résolutions de l’ONU.

Ces deux types d’exigences se contredisent l’une l’autre. Dans une guerre civile, aucune des deux parties n’est principalement préoccupée par les subtilités des résolutions de l’ONU ou par la protection des civils. Chaque partie veut tout simplement gagner et la volonté de revanche mène souvent à des atrocités. Si l’on « soutient » les rebelles, on leur donne en pratique un chèque en blanc pour faire ce qu’ils jugent nécessaire afin de gagner.

Mais on donne également un chèque en blanc aux alliés occidentaux et à l’OTAN, qui sont peut-être moins avides de sang que les rebelles mais qui ont de bien plus grands moyens de destruction à leur disposition. Et l’OTAN est une immense bureaucratie, dont un des buts essentiels est de survivre. Elle doit absolument gagner, sinon elle a un problème de « crédibilité », ainsi d’ailleurs que les politiciens qui ont soutenu cette guerre ; et ce problème pourrait mener à une perte de financement et de ressources. Une fois que la guerre est commencée il n’y a simplement aucune force en Occident, en l’absence de mouvements anti-guerre déterminés, qui peut obliger l’OTAN à se limiter à ce qui est autorisé par les résolutions de l’ONU. Par conséquent, la deuxième sorte d’exigences de la gauche tombe dans l’oreille d’un sourd. Ces exigences servent simplement à prouver que la gauche pro-intervention elle-même a des intentions pures.

En « soutenant » les rebelles, cette gauche a de fait tué le mouvement anti-guerre. En effet, cela n’a pas de sens de soutenir un camp dans une guerre civile, camp qui veut désespérément être aidé par des interventions extérieures, et, en même temps, de s’opposer à de telles interventions. La droite pro-intervention est bien plus cohérente.

Ce que la gauche et la droite pro-intervention ont en commun est la conviction que « nous » (c’est-à-dire « l’Occident démocratique civilisé « ) avons le droit et la capacité d’imposer notre volonté à d’autres pays. Certains mouvements français (comme le MRAP) qui vivent littéralement de l’exploitation de la culpabilité à propos du racisme et du colonialisme, semblent avoir oublié que beaucoup de conquêtes coloniales se sont faites contre des satrapes, des princes indiens et des rois africains qui étaient dénoncés comme autocrates (ce qu’ils étaient) et ils ne se semblent pas se rendre compte qu’il y a quelque chose d’un peu incongru, pour des organisations françaises, de décider qui sont les « représentants légitimes » du peuple libyen.

Malgré les efforts de quelques individus isolés, aucun mouvement populaire en Europe n’est capable d’arrêter ou même d’affaiblir l’attaque de l’OTAN. Le seul espoir pourrait être un effondrement des rebelles, ou une opposition aux États-Unis, où une décision de la part des oligarchies dominantes de limiter les frais. En attendant, la gauche européenne a raté une occasion de renaître en s’opposant à une des guerres les plus manifestement injustifiables de l’histoire. L’Europe tout entière souffrira de cet échec moral.

Jean Bricmont et Diana Johnstone

URL de cet article 14407
http://www.legrandsoir.info/qui-peut-sauver-la-libye-de-s...
 
Que fait l’armée française en Afrique ?
Raphaël GRANVAUD
Préface d’Odile Tobner-Biyidi Que fait l’armée française en Afrique ? Et de quel droit s’y trouve-t-elle encore aujourd’hui ? Si l’on en croit les discours officiels, elle n’y aurait plus depuis longtemps que des missions humanitaires et de maintien de la paix. La page du néocolonialisme et de la Françafrique aurait été tournée en même temps que finissait la guerre froide. Ce « Dossier noir » examine, à travers de nombreux exemples concrets, la réalité de cette présence depuis deux décennies. Après un (...) Lire la suite »

16:58 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Libye ? Vous vous êtes encore fait avoir ? Oui, encore !

----- Original Message -----
Sent: Friday, August 19, 2011 12:54 PM
Subject: Libye ? Vous vous êtes encore fait avoir ? Oui, encore !
 
Changer d'adresse, inviter un ami| Nous écrire | Faire un don | <>

Investig'Action - michelcollon.info

Libye ? Vous vous êtes encore fait avoir ? Oui, encore ! par Michel COLLON

Les « armes de destruction massive », ça n'a pas suffi ? Le martyre de l'Irak, frappé d'abord par les médiamensonges et ensuite par les bombes, on n'en a pas tiré les leçons ? Non, on n'en a pas tiré les leçons. On sait que les Etats-Unis ont menti sur le Vietnam, l'Irak, la Yougoslavie, l'Afghanistan et Gaza, mais on croit que cette fois-ci, sur la Libye, ils disent la vérité pour une fois. Etrange. Lire l'article...

Pour soutenir le travail d'Investig'Action et permettre son développement, c'est ici.
 

18 août 2011

Article en PDF : Enregistrer au format PDF

Les « armes de destruction massive », ça n’a pas suffi ? Le martyre de l’Irak, frappé d’abord par les médiamensonges et ensuite par les bombes, on n’en a pas tiré les leçons ? Non, on n’en a pas tiré les leçons. On sait que les Etats-Unis ont menti sur le Vietnam, l’Irak, la Yougoslavie, l’Afghanistan et Gaza, mais on croit que cette fois-ci, sur la Libye, ils disent la vérité. Etrange.


La majorité de nos concitoyens croient encore ce que l’Otan a raconté sur la Libye. Y compris les Arabes car cette fois, Al Jazeera s’est aligné sur l’OTAN (on verra bientôt pourquoi).

Pourtant, dans nos infos quotidiennes, tellement d’indices devraient nous pousser à la méfiance. Juste un exemple… Depuis le début, l’Otan et les médias nous racontent que les rebelles ne cessent de se progresser, qu’ils ont conquis telle et telle ville, et qu’ils seront très bientôt dans Tripoli, où Kadhafi, « isolé et détesté », va tomber rapidement.

Ça fait cinq mois qu’on nous dit (comme toujours) que la guerre sera rapide et propre, presque joyeuse, ne vous faites pas de soucis ! Tous les quinze jours, les « rebelles » effectuent une « percée décisive ». Cette semaine, on le lit encore partout.

Depuis cinq mois qu’ils ne cessent « d’avancer », les rebelles devraient déjà se trouver à Paris ! Mais de « succès » en « succès », ils se retrouvent à piétiner au même point et cela bien qu’ils disposent de deux avantages énormes :
1. Les bombardements effectués par les armées les plus puissantes du monde.
2. Des livraisons d’armes ultra-modernes par la France, le Qatar (tiens, les propriétaires d’Al Jazeera !), et d’autres pays.

Alors pourquoi les rebelles piétinent-ils malgré tout ? Serait-ce qu’en fait ils n’ont pas le soutien massif de la population, comme on nous le prétend ?

Si vous vous renseignez ailleurs que chez les médias pro-Otan, vous entendrez une toute autre explication sur la situation militaire. En fait, les rebelles « progressent » seulement quand l’Otan a bombardé des positions de l’armée libyenne ou des milices de défense. Alors, ils prennent vite possession des zones « libérées », se font photographier avec un drapeau, envoient un communiqué aux médias complaisants et puis se retirent rapidement car la population ne les soutient pas et ils commettent quantité de crimes pour l’intimider. Donc, un pas en avant, deux pas en arrière, tout le temps.


 Ça n’a rien à voir avec un soulèvement massif de toute la population contre Ben Ali ou Moubarak, et c’est pour ça que ça dure des mois.

Et donc, ça vaudrait la peine de se pencher sur tous les autres manipulations médiatiques, qui a mené à soutenir cette guerre en ignorant la véritable situation. Ces manipulations médiatiques, nous allons les examiner dans un petit livre de poche qui sortira le 8 septembre 
Libye, Otan et médiamensonges(1). Afin que plus jamais vous ne deviez dire : « Ah oui, je me suis fait avoir encore une fois ».

Bruxelles, 17 août 2011


1. 
Vous pouvez commander dès maintenant ce livre de 120 pages pour un tarif de 9 euros (+ frais de port)



INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER HEBDOMADAIRE POUR RECEVOIR TOUTES LES INFORMATIONS

Libye - Médiamensonges - OTAN



15:28 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

[Reseau Voltaire] Les principaux titres de la semaine

 
 
 
Sent: Thursday, August 18, 2011 11:48 AM
Subject: [Reseau Voltaire] Les principaux titres de la semaine
 
Si ce message ne s’affiche pas correctement, cliquez ici
Réseau Voltaire
Focus
En bref

 
1er juillet 2011 : manifestation monstre à Tripoli
 

 
DSK bientôt libre
 

 
Saoudiens et Anglo-Saxons prennent acte de l’éloignement de leurs intérêts
 

 
Libye : la France arme et encadre les forces « rebelles »
 

 
L’OTAN détruit des installations civiles pour empêcher Thierry Meyssan de s’adresser au peuple libyen
 
Controverses
Fil diplomatique

 
Déclaration de Ban Ki Moon aux parties au conflit en Libye
 
Veille documentaire

 
Le G-20 sert-il à quelque chose ?
 

 
 
« Horizons et débats », 11e année, n° 32, 15 août 2011
L’anti-modèle US
Partenaires, 15 août 2011
« Tendances de l’Orient »
La crise du capitalisme sauvage
par Pierre Khalaf, Partenaires, 15 août 2011
« Journal de la guerre contre la Libye »
Ban Ki Moon déclare que l’OTAN est partie au conflit
Partenaires, 13 août 2011
« Tendances de l’Orient »
Des propos russes révèlent un plan d’invasion de la Syrie par l’Otan
par Pierre Khalaf, Partenaires, 8 août 2011
« Horizons et débats », 11e année, n° 31, 8 août 2011
La haute finance US, nouvelle forme d’impérialisme
Partenaires, 8 août 2011

 
 


_______________________________________________
Voltaire-ef mailing list
Voltaire-ef@voltairenet.org
http://lists.voltairenet.org/mailman/listinfo/voltaire-ef

15:06 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Chroniques d’un monde à l’envers la Libye attaque l'Italie La guerre impérialiste cont re la LIBYE s’ étend donc en Europe

 
La guerre impérialiste contre la LIBYE s’ étend donc en Europe:  Rome, Naples, Bologne, Turin, Venise, Verone, et la plupart des grandes villes italiennes bombardés nuit et jour par l’ aviation libyenne ...
RoRo 
 
 
 
 
----- Original Message ----- From: "Bruno DRWESKI" mailto:drweski.bruno@orange.fr> 

Sent: Thursday, August 18, 2011 10:59 AM
Subject: la Libye attaque l'Italie


au moins en Italie, il y en a qui ont encore le sens de l'humour ........ Il est où en France ?

http://www.uam93.com/news/chroniques-dun-monde-a-lenvers....
Chroniques d’un monde à l’envers
Écrit par Ilyess   
Mardi, 16 Août 2011 05:57

Samedi 13 Rabî Ath-Thânî 1432 (date musulmane correspondant à la date grégorienne du 19 mars 2011), des chasseurs bombardiers Ghibli (vent du désert libyen, NdT), ayant décollé du porte-avions libyen al-Mukhtar, attaquent Rome avec des missiles et bombes à guidage laser.

Premiers objectifs : le Quirinal et Palazzo Chigi (sièges de la présidence de la république italienne, et du gouvernement, NdT). Deux jours avant, au quartier général de l’ONU à Addis Abeba, le Conseil de sécurité a émis une résolution qui impose l’interdiction de vol dans l’espace aérien de la République italienne, autorisant toutes les mesures nécessaires pour protéger les civils. Les volontaires, qui mènent l’attaque aéronavale, sont guidés par les USA (Etats-Unis d’Afrique), la plus grande puissance mondiale, au commandement de l’OTAS (Organisation du Traité de l’Atlantique du Sud, qui unit l’Afrique à l’Amérique du sud et s’étend, à l’est, jusqu’à l’Inde et à la Chine).

A l’origine, il y a le « printemps européen » : il a commencé quand, dans le continent le plus pauvre du monde (avec l’Amérique du Nord), des masses de Parisiens affamés ont occupé la place de l’Étoile et, malgré la sanglante répression de l’Elysée, ont obligé le président à quitter le pays. En Italie, le mécontentement envers le gouvernement de Rome, longtemps accumulé dans le Mezzogiorno (sud de l’Italie, NdT) et dans le Nord, se transforme (à la différence d’autres pays européens) en rébellion armée, sur la base d’un plan préparé depuis longtemps, qui provoque la fracture du gouvernement central.

Le drapeau italien ayant été amené et hissé celui du Royaume des Deux Siciles avec les armoiries des Bourbons, les rebelles méridionaux occupent Naples, où se crée un Conseil national transitoire dirigé par des ex-ministres du gouvernement de Rome. En même temps, au Nord de l’Italie, certaines zones sont occupées par des groupes de rebelles armés, qui déploient le drapeau de la Padanie avec le Soleil des Alpes.

L’enjeu est évident. L’Italie est économiquement plus avancée que les autres pays européens, grâce à ses grosses réserves pétrolières, concentrées dans le Mezzogiorno et dans la plaine du Pô. C’est leur contrôle que visent les compagnies pétrolières et les banques d’investissement multinationales des Etats-Unis d’Afrique et des autres puissances de l’OTAS.

A travers l’embargo et le gel des fonds italiens à l’étranger, elles essaient de provoquer l’écroulement du gouvernement de Rome, pour ramener l’Italie à un état pré-unitaire ou pour la garder unie sous la direction d’un gouvernement dépendant des puissances étrangères. La Libye -une fois reconnus le Cnt de Naples et celui de la Padanie comme « seuls représentants légitimes du peuple italien »- arme, entraîne et finance leurs troupes, tandis que les chasseurs-bombardiers et les hélicoptères de l’OTAS leur ouvrent la voie.

En trois mois ils effectuent 15 mille incursions aériennes, dont 5 mille d’attaque avec bombes et missiles, en démolissant les bases matérielles de l’Etat italien. Ainsi, déclare le président libyen, notre pays « accomplit sa part pour qu’avance dans le monde la cause de la paix, des droits humains et de la démocratie ». A cause de la guerre, des masses d’immigrés venus en Italie des pays les plus pauvres d’Europe (Suisse, Allemagne, France, Grande-Bretagne, Suède et autres), se trouvant sans travail, traversent la Méditerranée depuis les côtes siciliennes, sur de misérables embarcations qui, souvent, coulent en tentant de rejoindre la riche Afrique. Celle d’où, il y a un siècle, étaient parties les troupes libyennes au chant de « Rome, belle terre d’amour », commençant les trente années d’occupation coloniale de l’Italie.

Source : de il manifesto, traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio


15:04 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

17/08/2011

Sénégal: lettre ouverte à N.Sarkosy (canempechepasnicolas)



Sénégal: lettre ouverte à N.Sarkosy (canempechepasnicolas)
 
 
LA FRANCE colonialiste, sous Sarkozy: Après la Côte d’Ivoire, la Libye, le Sénégal ... ?
RoRo
 
 

REGARDS CROISES:

Le Blog de Fernand Dindé

dimanche, 14 août 2011

SENEGAL:

LETTRE OUVERTE

A NICOLAS SARKOZY

NICOLAS SARKOZY 4.jpg

 

Monsieur le Président Sarkozy :

 

Que vient faire votre gouvernement au Sénégal ?


Monsieur le Président, vous venez d'envoyer au Sénégal le Général Saint Quentin, « présumé génocidaire au Rwanda », que la France refuse de présenter devant le « Tribunal Pénal International sur le Rwanda (TPIR) » qui l'a convoqué à plusieurs reprises pour l'entendre sur les faits graves qui lui sont reprochés dans le « Rapport » de l'« ONU » sur le Rwanda.

Le Général Saint Quentin vient, dans notre pays, pour prendre le Commandement de ce qui reste, au Sénégal, des troupes françaises, rebaptisées « Eléments Français au Sénégal (EFS) ».

Vous comprenez dès lors, Monsieur le Président, qu'il soit légitime de vous interroger sur les raisons d'un tel choix, dans un contexte pré électoral au Sénégal, marqué par la « stratégie de chaos » de Wade, qui veut à tout prix imposer sa candidature inconstitutionnelle pour un 3ème mandat, en vue de mettre en œuvre son plan de dévolution monarchique du pouvoir à son fils. Du reste, il se dit que vous avez, jusqu'à récemment, soutenu ce projet et même tenté de le « vendre » à Obama, de la manière que l'on sait ...

 

Toujours est-il, que l' envoi de ce Général « présumé génocidaire », à Dakar, fait suite à la demande de votre Ambassadeur à Dakar, qu'il a adressée à l'opposition, de « permettre à Wade de briguer un 3 ème mandat », en violation flagrante de notre « Constitution », et de la déclaration fracassante de votre Ministre, chargé de la Coopération, soutenant que « c'est au peuple Sénégalais de résoudre cette question de candidature » !

 

Cette attitude de votre Gouvernement sur la question du 3ème mandat de Wade, disqualifie d'office le « Conseil Constitutionnel » du Sénégal, qui vient pourtant d'achever une mission de concertation avec son homologue français à Paris.

 

L'on devrait donc s'attendre, en suivant votre logique, à ce que le « Conseil Constitutionnel » du Sénégal se « déclare incompétent », pour permettre au peuple sénégalais de trancher la question !

Or, notre Peuple ne la trancherait que dans la « rue », précisément parce qu'il serait ridicule d'organiser un référendum sur la question, à sept mois des élections présidentielles auxquelles Wade veut se présenter.

 

Encore une fois, ce qui précède autorise à se demander si le Gouvernement français a déjà pris faits et cause pour la « stratégie de chaos » de Wade de conservation du pouvoir, même si vous semblez, personnellement, ne plus soutenir son projet de succession monarchique au profit de son fils biologique.

 

C'est donc à cette confrontation majeure avec le peuple, à laquelle Wade se prépare, même s'il déclarait récemment, par pure démagogie, qu'il se conformerait aux décisions du « Conseil Constitutionnel » que les Autorités Françaises attendent qu'il se déclare « incompétent ».

 

Cependant, tout en demandant, par pur esprit de propagande, à l'opposition, de s'en remettre au « Conseil Constitutionnel », Abdoulaye Wade peaufine en même temps sa « stratégie de chaos » et mobilise publiquement des nervis pour se préparer à imposer sa candidature dans la «rue», le cas échéant.

 

En envoyant un Général « présumé génocidaire » à Dakar, dans un tel contexte, vous émettez un signal fort et sans équivoque de votre soutien à cette stratégie de Wade !

 

Ainsi, les conditions vont donc être réunies, pour rééditer au Sénégal, la tragédie du peuple de Côte d'Ivoire.

 

En effet, nous ne pouvons jamais oublier que la crise en Côte d'Ivoire a eu pour origine la question de « l'inconstitutionnalité de la candidature de Ouattara » que Bédié, appuyé par la France sous Chirac, avait fait adopter par référendum à son peuple.

 

Le caractère ouvertement « ethniciste » et réactionnaire de cette « Constitution », n'avait pas empêché la France, sans hésitation aucune, d'appuyer Bédié pour lui permettre d'écarter Ouattara, plongeant ainsi ce peuple dans une décennie de tragédie innommable.

 

Aujourd'hui, et vous le savez bien, l'inconstitutionnalité de la candidature de Wade à un 3ème mandat résulte de considérations fondamentalement démocratiques, inscrites dans la « Constitution » de notre pays, en phase avec l'évolution du monde moderne vers le progrès du genre humain.

 

Paradoxalement, la France dont le Gouvernement mène une guerre contre la Libye au nom de la « Démocratie », de la « Liberté » et de l'« Etat de Droit », soutient Wade dans son refus de se conformer à cette « Constitution », et semble s'inscrire, ouvertement, dans sa stratégie pour imposer sa candidature au peuple dans la « rue » !

 

Ainsi, les risques d' « Ivoirisation » du Sénégal sont énormes, et ne peuvent, par conséquent, être conjurés que par une puissante campagne d'information sur ce drame qui se trame contre notre peuple.

Nous sommes décidés de faire porter cette campagne, dans le pays et dans la Diaspora, par un vaste rassemblement de toutes les « Forces Vives » de notre « Nation » qui sont prêtes à faire face à la forfaiture que prépare Wade.

 

C'est d'ailleurs de cette manière que l'on a pu obliger votre Gouvernement, le 23 Juin 2011, à prendre acte de la volonté du peuple Sénégalais qui, ce jour là, dans la « rue », avait rejeté, sans ambigüité, le projet de Wade de transmission monarchique du pouvoir à son fils biologique.

 

C'est dans cette perspective que nous exigeons le départ immédiat du Sénégal, de ce Général « présumé génocidaire », et la fin de toutes vos immixtions dans les affaires politiques intérieures de notre pays.

 

Car, ce n'est pas à la France de décider du choix de qui va gouverner demain le Sénégal, mais bien notre peuple dans le respect strict des dispositions de la « Constitution » qu'il s'est donnée.

 

Cinquante ans après les Indépendances africaines, les Patriotes, Démocrates et Républicains sénégalais ne sauraient plus tolérer de voir leur pays réduit en succursale ou filiale des Entreprises Françaises du « CAC 40 ».

Pas plus qu'ils ne peuvent plus accepter que les dirigeants de leur Etat soient choisis par des officines au service du Gouvernement Français.

 

Plus vite vous et votre Gouvernement comprendrez ce tournant historique dans les relations entre nos Etats, davantage sera mutuellement bénéfique et fraternelle la coopération entre nos deux pays et nos deux peuples.

 

C'est dans la paix et la stabilité qu'une telle coopération se construit, et non dans le chaos et dans la tragédie, comme en atteste éloquemment la Côte d'Ivoire, après plus d'une décennie de guerre civile dans laquelle, la France était partie prenante du début jusqu'à son épilogue tragique récent.

Dans le même temps, nous attirons l'attention du « Conseil de Sécurité » de l'« ONU », des Autorités de l'« Union Européenne », et de l'« Union Africaine », sur la responsabilité pleine et entière de votre Gouvernement, dans la tragédie que Wade est en train de planifier contre le peuple Sénégalais, et que vous et vos services, êtes activement et publiquement en train d'appuyer.

 

Du fait de leur responsabilité dans le maintien de la paix et de la sécurité des peuples dans le monde, ces Institutions sont interpelées, pour éviter que le Sénégal ne plonge dans l'horreur, avant qu'elles ne soient contraintes à agir en «sapeurs pompiers» pour mettre notre peuple sous tutelle, sous prétexte de sauver des vies.

 

Elles doivent peser de tout leur poids, dès maintenant, pour empêcher le Gouvernement de la France de parrainer une nouvelle tragédie au Sénégal, après celles de la Côte d'Ivoire et de la Lybie.

C'est cela aussi que nous attendons des authentiques amis français du Sénégal, qui sont soucieux des récents développements de votre politique envers notre pays, et qui tiennent à bâtir avec nous, de solides relations de coopération entre nos peuples, dans le cadre de nos valeurs partagées d'« indépendance nationale », de « liberté », d'« égalité », de « démocratie » et de « fraternité ».

 

Le Sénégal ne saurait être ni la Côte d'Ivoire, encore moins la Lybie.

 

Votre Gouvernement ne devrait jamais l'oublier et devrait, dès maintenant, en tirer toutes les conséquences avant qu'il ne soit trop tard.


«PARTI DE L'INDEPENDANCE ET DU TRAVAIL (PIT-SENEGAL)»

Le Secrétariat du «Comité Central»


Ibra Yali


Fait à Dakar le 9 Août 2011.

23:30 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

[alerte_otan] Washington tente de voler 1,5 milliard de dollars pour payer ses salariés du CNT (Réseau Voltaire)

 
 
 
 
Silence !
C’est du gangstérisme au niveau international !
RoRo
 
 
mél
 
 
----- Original Message -----
Sent: Wednesday, August 17, 2011 7:01 AM
Subject: [alerte_otan] Washington tente de voler 1,5 milliard de dollars pour payer ses salariés du CNT (Réseau Voltaire)
 
 

La main dans le sac

Washington tente de voler 1,5 milliard de dollars pour payer ses salariés du CNT
 
par Thierry Meyssan

Les États-Unis ont tenté de s’emparer lundi dernier d’’1 500 000 000 de dollars appartenant à l’État libyen, mais en ont été empêchés in extremis par l’Afrique du Sud. Les documents produits lors de cet épisode, et que révèle le Réseau Voltaire, attestent que les membres du CNT et leurs fonctionnaires sont directement salariés par un organe US.
 
Réseau Voltaire | Tripoli (Libye) | 16 août 2011
http://www.voltairenet.org/Washington-tente-de-voler-1-5

 
Mardi 9 août 2011, Sana Khan, secrétaire du Comité des sanctions mis en place par la résolution 1970 du Conseil de sécurité, a transmis aux membres du Comité un avis émanant de l’ambassadrice Susan Rice, représentante permanente des États-Unis à l’ONU.
 
Dans cette missive, dont le Réseau Voltaire s’est procuré une copie [document téléchargeable sur http://www.voltairenet.org/Washington-tente-de-voler-1-5], Washington informe le Comité de son intention de dégeler 1 500 000 000 de dollars appartenant à la Banque centrale de Libye, à l’Autorité libyenne d’investissement, à la Banque étrangère de Libye, au Portefeuille d’investissement libyen en Afrique et à la Compagnie nationale libyenne du pétrole.
 
Arguant que ce dégel est légal lorsque les fonds sont destinés à des fins humanitaires ou civiles (article 19 de la Résolution 1970 [1]), Washington indique qu’il affectera unilatéralement cette somme comme suit :

  • 500 000 000 de dollars à des organisations humanitaires de son choix « pour répondre aux besoins humanitaires actuels et à ceux que l’on peut anticiper, dans la ligne de l’appel des Nations Unies et de ses mises à jour prévisibles » ;
  • 500 000 000 de dollars à « des sociétés d’approvisionnement en fuel et en biens humanitaires nécessaires  » ;
  • 500 000 000 de dollars au Temporary Financial Mechanism (TFM) pour « payer les salaires et les dépenses de fonctionnement des fonctionnaires libyens, des dépenses alimentaires, de l’électricité et d’autres achats humanitaires  ». Sur cette somme, 100 000 000 de dollars seront provisionnées afin d’être ultérieurement affectés aux besoins humanitaires des Libyens dans les zones non contrôlées par le Conseil de transition nationale (CNT) lorsque celui-ci aura établi « un mécanisme crédible, transparent et effectif » pour les leur transmettre.
 
En clair, les États-Unis ont informé le Comité des sanctions de leur intention de s’emparer 1,5 milliard de dollars qu’ils attribueraient pour un tiers à leurs propres services humanitaires (USAID…), pour un second tiers à leurs propres multinationales (Exxon, Halliburton etc.), et pour le restant au TFM, un bureau du LIEM, lequel n’est qu’un organe officieux créé par Washington et avalisé par le Groupe de contact pour administrer la Libye [2].
 
Washington a fait savoir qu’il considérerait avoir l’accord tacite du Comité des sanctions dans les cinq jours suivant la réception de sa notification.
 
Malheureusement, la Libye ne pouvait pas s’opposer à ce vol, car elle n’est pas représentée à ce Comité. En effet, son ancien ambassadeur a fait défection, et —en violation de l’Accord de siège— le Département d’État n’a toujours pas délivré de visa à son nouvel ambassadeur.
 
Washington entendait bien profiter de cette absence forcée pour s’emparer du butin. Au demeurant, la France a déjà ouvert une brèche en volant 128 millions de dollars dans les mêmes conditions.
C’est en définitive le représentant permanent de l’Afrique du Sud, l’ambassadeur Baso Sangqu, qui a fait obstacle à la manoeœuvre.
 
Outre la rapacité des États-Unis, cet invraisemblable épisode confirme que l’auto-proclamée « Libye libre » de Benghazi et Misrata n’est pas gouvernée par le Conseil national de transition (CNT). Celui-ci n’est qu’une façade, au demeurant fort lézardée. L’Est de la Libye, contrôlé par l’OTAN, est administré par le Libyan Information Exchange Mechanism (LIEM), un organe informel, sans personnalité juridique, mis en place à Naples par les seuls États-Unis, même si certains de ses employés sont des Italiens.
Les fonds que l’on présente comme attribués au CNT sont en réalités remis au LIEM qui les utilise pour salarier les membres du CNT et leurs fonctionnaires. La différence est de taille : le Conseil national de transition n’a pas de politique propre, il se contente d’exécuter la politique des États-Unis. Et c’est bien normal lorsque l’on sait que le CNT n’a pas été formé lors des événements de Benghazi, mais plusieurs années avant à Londres comme un gouvernement provisoire en exil.
 
Par conséquent, l’action militaire des États-Unis et de leurs alliés de l’OTAN ou du Conseil de coopération du Golfe n’a pas pour objectif de mettre en œuvre la protection des civils prévue par la résolution 1973, et encore moins la « libération des Libyens », mais bien la colonisation du pays.
 
[1] « Résolution 1970 sur la Libye », Réseau Voltaire, 26 février 2011.
http://www.voltairenet.org/article168680.html
[2] « Libye : Washington prépare sa revanche », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 21 juillet 2011.
http://www.voltairenet.org/article170857.html
 
__._,_.___
Activités récentes:


Pour retrouver les messages précédemment envoyés : http://fr.groups.yahoo.com/group/alerte_otan/messages

Cette liste est gérée par des membres du Comité de Surveillance OTAN. Les opinions éventuellement exprimées n'engagent que les auteurs des messages, et non le CSO.


 
.

__,_._,___

11:54 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

16/08/2011

[alerte_otan] Bruxelles, 23 août : Ouverture du procès intenté p ar un Marocain contre l'OTAN

 
SILENCE !
 
mél
 
 
----- Original Message -----
Sent: Tuesday, August 16, 2011 8:55 AM
Subject: [alerte_otan] Bruxelles, 23 août : Ouverture du procès intenté par un Marocain contre l'OTAN
 
 


Ouverture du procès intenté par un Marocain contre l'OTAN 
15.08.2011
http://www.yabiladi.com/articles/details/6593/ouverture-p...
 
Le mardi 23 août, un procès historique devrait s’ouvrir au tribunal de première instance de Bruxelles. Il oppose le père d’une Marocaine tuée en Libye et la famille d’un dignitaire du régime de Kadhafi, à l’OTAN. L’’Organisation du Traité de l’’Atlantique Nord est accusée de « l’’assassinat » de leurs proches. La Marocaine, Aïcha Chlih, a été tuée le 20 juin dans un bombardement qui visait le domicile supposé Khouildi Hemidi, compagnon de route de Kadhafi, où elle travaillait comme dame de maison.
 
Son père, Abdellatif Chlih, après avoir été mis au courant de la mort de sa fille dans cette attaque, s’est joint à la plainte déposée à Bruxelles par Khaled Hemidi, fils du dignitaire libyen, qui a perdu ses trois enfants et sa femme dans cette attaque.
 
Ce procès contre l'Otan est une première. Son secrétaire général, Anders Fogh Rasmussen, et le général canadien général Charles Bouchard, qui commande l'opération de l'Otan en Libye, « Unified Protector », depuis le QG de l'Otan installé à Naples, dans sud de l'Italie sont les principaux visés. Les plaignants réclament la réparation du dommage moral (la perte de leurs proches) et matériel (la destruction de la maison) subi lors de cette attaque.




Pour retrouver les messages précédemment envoyés : http://fr.groups.yahoo.com/group/alerte_otan/messages

Cette liste est gérée par des membres du Comité de Surveillance OTAN. Les opinions éventuellement exprimées n'engagent que les auteurs des messages, et non le CSO.

11:48 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

11/08/2011

Victimes civiles en Libye : les mensonges de l'OTAN

 
 
 
----- Original Message -----
 
Sent: Wednesday, August 10, 2011 8:56 PM
Subject: Victimes civiles en Libye : les mensonges de l'OTAN
 
Changer d'adresse, inviter un ami ou vous désinscrire | Nous écrire | Participer | Israël, parlons-en !
_________________________________________________________

Investig'Action - michelcollon.info

Victimes civiles en Libye : les mensonges de l'OTAN
Simon de Beer - Investig'Action
Le jour où la coalition a bombardé la résidence de Khouildi Hamidi à Sorman, tuant treize civils dont une femme enceinte, quatre enfants et un bébé, l'OTAN a publié un communiqué de presse dans lequel elle justifiait son action. Investig'Action a analysé ce communiqué ainsi que la photo qui l'accompagne.
_________________________________________________________
Po
UR NOUS SOUTENIR, C'EST ICI / POUR NOUS ECRIRE C'EST LA
 
 

10 août 2011

Article en PDF : Enregistrer au format PDF

Le jour où la coalition a bombardé la résidence de Khouildi Hamidi à Sorman, tuant treize civils dont une femme enceinte, quatre enfants et un bébé, l'OTAN a publié un communiqué de presse dans lequel elle justifiait son action. Investig'Action a analysé ce communiqué ainsi que la photo qui l'accompagne.


 

 

1 - COMMUNIQUE - 20 juin 2011 : L’OTAN frappe un centre de commandement et de contrôle militaire


FAUX : Nous nous sommes rendus sur place. Rien n'indique qu'il s'agissait d'une cible militaire. De plus, la veille des bombardements, toute la famille s'était réunie pour fêter un anniversaire. Qui, en temps de guerre, aurait l'idée de se réunir dans un centre de commandement militaire ?

 

 

 

 

 



2 - NAPLES – L’OTAN a connaissance des allégations selon lesquelles un de ses raids aériens aurait pris pour cible un immeuble résidentiel à proximité de Sorman, à l’ouest de Tripoli, tôt lundi matin.

A l’issue d’un contrôle minutieux, l’OTAN est en mesure de confirmer avoir effectivement mené un raid aérien dans cette zone à ce moment-là : il s’agissait d’une frappe de précision visant une cible militaire légitime, à savoir un centre de commandement et de contrôle directement impliqué dans la coordination d’attaques systématiques contre la population libyenne.

 

VRAI : Il s'agissait bien d'une « frappe de précision » : les huit roquettes ont entièrement détruit plusieurs bâtiments de la propriété tout en épargnant les maisons et la mosquée alentour.

 

 




3 - Bien que l’OTAN ne soit pas à même de confirmer qu’il y ait eu des victimes, elle déplorerait toute perte de vie civile et met tout en œuvre pour éviter de telles pertes. Cette approche est diamétralement opposée à celle du régime de Kadhafi, qui poursuit sa politique de violence systématique et soutenue contre la population libyenne.

 

MAUVAISE FOI  : Le lendemain des bombardements, la presse s'est rendue sur place et a constaté la mort d'une quinzaine de personnes, dont plusieurs enfants. Dès 12h00, plusieurs journaux ont révélé ces informations sur leurs sites web.

 

 

 





4 
- C’est au terme d’une analyse rigoureuse, basée sur une mission permanente de renseignement, de surveillance et de reconnaissance et conduite sur une longue période que les installations objets du raid aérien ont été identifiées comme étant un centre de commandement et de contrôle. L’OTAN ne prend pas pour cible des personnes spécifiques.

 

VRAI et FAUX  : La précision des bombardements laisse penser que l'OTAN avait un complice sur place pour lui fournir des renseignements ou placer des balises. Or, ce complice ne pouvait ignorer qu'une fête devait avoir lieu la veille de l'attaque. Aussi, en choisissant de bombarder à ce moment-là, l'OTAN a délibérément pris pour cible des « personnes spécifiques »

 

 

 

 

 





5 
- «
Cette frappe portera un coup important à la capacité des forces du régime de Kadhafi à poursuivre leurs assauts barbares contre le peuple libyen  » a déclaré le général Charles Bouchard, commandant de l’opération Unified Protector.

 

NON-SENS  : La cible n'étant pas militaire, sa destruction n'amoindrit pas les forces de Kadhafi. D'ailleurs, depuis l'attaque, des centaines de Libyens se réunissent chaque jour sur place pour exprimer leur soutien à la famille Hamidi. Serait-ce le cas si la cible était réellement un centre militaire impliqué dans une répression « barbare » ?

 

 

 

 

 




6 
- L’OTAN poursuivra sa mission de protection de la population libyenne, en totale conformité avec la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l’ONU.

 

FAUX  : La résolution 1973 de l'ONU autorisait une intervention pour « protéger les populations et les zones civiles menacées d’attaque  ». Le bombardement de la résidence de Hamidi à Sorman ne répond pas à un tel objectif.






 


**********

La preuve par l'image ?


L'OTAN prétend avoir bombardé un centre de commandement militaire. Comme unique preuve de la légitimé de la cible, elle a fourni cette photo du site, disant que les points blancs étaient des antennes paraboliques.

 

 



Voici une autre photo du village de Sorman, prise avec Google Earth. Il ne s'agit pas d'une luxueuse résidence comme celle de Hamidi mais de simples maisons. Néanmoins, leurs toits sont également couverts d'antennes paraboliques. S'agit-il pour autant de centres de commandement militaire ?



Avant de passer à l'acte, l'OTAN dit avoir procédé à « une analyse rigoureuse, basée sur une mission permanente de renseignement, de surveillance et de reconnaissance et conduite sur une longue période ». Elle savait donc ce qu'elle faisait en bombardant la résidence de Hamidi alors que toute la famille y était réunie. Ainsi, c'est de façon délibérée que l'Alliance s'en est pris à des civils.


D'après les Libyens que nous avons rencontrés, il s'agit malheureusement d'une pratique habituelle de l'organisation. Voyant qu'elle s'embourbe dans un nouveau conflit, elle cherche sans doute à faire payer à la population libyenne le prix de sa résistance, pour la diviser ou la retourner contre Kadhafi. Quoi qu'il en soit, on ne voit pas en quoi, comme elle le prétend, son « approche est diamétralement opposée à celle du régime de Kadhafi ».

 

Voir le communiqué sur le site de l'OTAN

Voir aussi :VIDEO : Sarkozy, combien d’enfants as-tu tués cette nuit ?


Analyse en PDF

PDF - 78 ko


Source : michelcollon.info

 

Libye





18:54 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

09/08/2011

Un nouveau défenseur des Droits de l'Homme: le roi Abdallah d'Ar abie (canempechepasnicolas)

From: Hess Madeleine
Sent: Tuesday, August 09, 2011 10:52 AM
 
Subject: Tr : Un nouveau défenseur des Droits de l'Homme: le roi Abdallah d'Arabie (canempechepasnicolas)
 
A: Ginette Hess Skandrani : grinanla@...
 
Objet : Fw: Un nouveau défenseur des Droits de l'Homme: le roi Abdallah d'Arabie (canempechepasnicolas)


 
-----  
Lundi 8 août 2011 1 08 /08 /Août /2011 16:36

Un nouveau défenseur

des Droits-de-l’Homme :

le roi Abdallah d’Arabie

par Jean LEVY

  

Les médias français, à la pointe du combat, contre le pouvoir syrien de Bechar el Asad, se félicitent du renfort apporté à la cause occidentale par le roi Abdallah d’Arabie. Ce dernier, rappelant son ambassadeur à Damas, a déclaré :

 «La Syrie n'a que deux choix pour son avenir: opter volontairement pour la sagesse, ou s'enliser dans le chaos et la violence».

La caution ainsi donnée par le souverain d’Arabie saoudite vaut de l’or, et même de l’or noir. En effet, qui peut mieux qu’Abdallah parler au nom des droits de l’homme ?

  

Wikipédia nous apprend que

  

« l'Arabie Saoudite est réputée pour violer systématiquement les droits les plus fondamentaux des personnes vivant dans ce pays. Il n'existe ni parti politique, ni élection, ni Parlement autonome, ni magistrature indépendante, ni syndicat, ni organisation vouée à la défense des droits humains.  Tout individu résidant en Arabie Saoudite qui critique le régime est sévèrement puni; tout opposant politique ou religieux est arrêté et incarcéré sans jugement, pour une durée illimitée, ou condamné à de lourdes peines d'emprisonnement. Le recours à la torture est très répandu dans ce pays. Non seulement la peine de mort est appliquée, mais le nombre des amputations (main, pied, oeil, etc.) et flagellations semble avoir augmenté de façon alarmante. Les étrangers (travailleurs immigrés) constituent la moitié du contingent des condamnés à mort dans une année (plus d'une centaine en moyenne). Ces abus de pouvoir sont favorisés par  l'absence de tout contrôle judiciaire au moment de l'arrestation et la détention. »

  

Bonnes références humanitaires, à faire pleurer de joie Bernard-Henri Lévy.

Le roi Abdallah est orfèvre en matière de démocratie, puisque, c’est toujours Wikipédia qui le précise :

  

« L'Arabie saoudite est une monarchie islamique, le roi (qui est également premier ministre) dirige le pays et le gouvernement suivant le Coran et la Sunna (Shari'a), il n'y a donc pas de suffrage.

La loi fondamentale promulguée en 1992 organise l'Etat et les règles de succession, la loi fondamentale est en quelque sorte la constitution du pays:

Le gouvernement est composé du conseil des ministres dirigé par le roi, il est constitué de ministres tous membres de la famille royale. Depuis 1992 le roi est également secondé dans le domaine législatif par le conseil consultatif "Majilis al Chouras" dont il nomme les 90 membres et 1 président tous les 4 ans. De nombreux princes de sang (env. 4500) liés à la famille royale occupent les postes les plus importants du gouvernement ».

  

Bechar el Asad est un petit garçon à côté d’Abdallah.

Et le régime syrien (laïc, par-dessus le marché), semble un système anarchique, proche d’une AG soixante-huitarde, comparé à celui d’Arabie saoudite.

Mais trêve d’humour, il est piquant de constater que jamais, au grand jamais, notre « classe politique » n’a apporté la moindre critique au

royaume des pétro-dollars. Constatons que l’arbitraire sanglant, qui tient lieu de constitution, n’a gêné aucune âme sensible  politique ou médiatique.  Personne, à l’Onu, n’a revendiqué de sanctions contre Riyad, ni la France, ni l’Union européenne, ni les USA.

  

Le régime saoudien, en place depuis des décennies, n’est pas tancé comme celui de Damas, par nos « démocrates » distingués, pour atteintes aux droits de l’homme et manquement au multipartisme.  

  

Pas le moindre reportage sur les JT de la Une ou de France 2, sur les prisons du roi Abdallah, le sort des femmes ou le fanatisme religieux d’Etat, en Arabie saoudite.

  

C’est vrai, pas la moindre manif’ à Riyad, à Médine ou à La Mecque ou à Djeddah.

  

Vous voyez bien que les Saoudiens aiment tendrement le roi Abdallah

 
 

 

21:08 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

04/08/2011

[alerte_otan] Syrie - Mensonges et manipulations

 
----- Original Message -----
 
Sent: Wednesday, August 03, 2011 9:33 PM
Subject: [alerte_otan] Syrie - Mensonges et manipulations
 
 

«[La source] qui revient et revient, systématiquement, depuis des mois, dans tous les médias, dans tous les communiqués concernant la Syrie, dans tous les quotidiens et sur toutes les chaînes de radio et de télévision. Celle qui est devenue, peu à peu, quasiment la seule source sur les événements qui touchent la Syrie. C’est l’Observatoire syrien des droits de l’homme (l’OSDH). [...] Il ne m’a pas fallu bien longtemps pour découvrir que, derrière cette étiquette aux apparences honorables, comme peuvent l’être des associations telles qu’Amnesty International ou la Ligue des droits de l’homme, se cache une organisation politique, basée à Londres, dont le président, Rami Abdel Ramane, opposant de longue date au régime baathiste, est très connu en Syrie où l’on sait les rapports étroits qu’il entretient avec les Frères musulmans»

Pour confirmer à quel point ce curieux 'Observatoire syrien des droits de l’homme' est la source quasi-exclusive de nos "informations", cf ci-dessous les massacres du jour sur 20minutes.fr & consorts

++++++

Syrie - Mensonges et manipulations (Pierre Piccinin)
Le conseil de sécurité parvient à un accord pour condamner la Syrie (Nouvel Obs, ...)
Rami Abdel Rahmane s’efforce de prouver son existence – et son objectivité (Info Syrie)

++++++

Syrie - Mensonges et manipulations
Pierre Piccinin


Hama - 500.000 manifestants, selon l'AFP [1]
©  photo Pierre PICCININ- HAMA (15 juillet 2011)

Centre de Recherche sur la Mondialisation, 1er août 2011

Durant ce mois de juillet 2011, je me suis rendu en Syrie, dans le but d’y vérifier une hypothèse relative aux origines de la contestation. 

J’ai pu circuler en toute liberté et indépendance dans tout le pays, de Deraa à Damas et de Damas à Alep, en croisant tout le Djebel druze, au sud, en passant par Homs, Hama, Maarat-an-Nouman, Jisr-al-Shugur, en longeant la frontière turque et en inspectant les points de passage vers la Turquie, par lesquels, comme on sait, les réfugiés ont quitté la Syrie, puis de Alep à Deir-ez-Zor, tout à l’est du pays, en traversant le désert syrien suivant plusieurs itinéraires… 

J’ai ainsi pu vérifier que, d’une part, le mouvement issu de la société civile aspirant à la démocratisation du régime s’essouffle et que, d’autre part, il existe d’autres mouvances d’opposition, parfois violentes et dont les objectifs ne sont pas identiques à ceux des démocrates pacifiques.

C’est notamment le cas de la fraction islamiste de la communauté sunnite, organisée autour des Frères musulmans, qui ambitionnent l’instauration d’une république islamique en Syrie, ce qui terrifie les Chrétiens et la plupart des autres minorités, dès lors favorables au statu quo actuel et au parti Baath, garant de la laïcité de l’État.

Mais, outre cette vérification dans le cadre de mes recherches sur le Printemps arabe, j’ai aussi été confronté, de facto, à une constatation qui m’a stupéfait, alors que je m’attendais à trouver un pays en révolution : l’image de la Syrie qui est proposée dans les médias occidentaux, image d’un pays en plein chaos régulièrement ébranlé par des manifestations gigantesques rassemblant plusieurs centaines de milliers de personnes, ne correspond en aucun cas à la réalité observable sur le terrain.

En effet, déjà minoritaire à l’origine, la contestation démocratique des débuts s’est progressivement étiolée, notamment du fait de la répression exercée par le gouvernement, et se limite aujourd’hui à quelques quartiers périphériques des grandes villes, où se rassemblent épisodiquement quelques centaines de personnes seulement, quelques milliers parfois, le plus souvent le vendredi, à la sortie des mosquées, non sans une certaine influence islamiste, très présente dans ces quartiers défavorisés. Ces manifestations n’ont que peu de conséquence sur le régime.

A côté de ce mouvement démocratique, la contestation se traduit aussi dans l’action de bandes armées, principalement à Homs, en une forme de guérilla urbaine, dont il est bien difficile de déterminer l’origine et les objectifs. Ces jeunes, cagoulés et violents, peu nombreux, ne constituent pas non plus une réelle menace pour le gouvernement.

Par contre, une contestation plus ample se poursuit à Hama, fief des Frères musulmans, la seule ville de Syrie, quasiment en état de siège, où ont encore lieu de grandes manifestations.

Hama avait été le centre d’une violente révolte, en 1982, qui avait été écrasée par Hafez al-Assad, le père de l’actuel président, Bashar al-Assad. Le bilan de la répression avait été estimé entre dix et quarante mille morts.

Lorsque la contestation a commencé, en février dernier, les Frères ont relancé leur mouvement à Hama et le régime, craignant une insurrection similaire à celle de 1982, a directement ouvert le feu contre un mouvement qui, cette fois, s’est révélé, à ce stade, non-violent (à Hama du moins).

Les habitants de Hama ont dès lors fortifié les entrées de la ville, dont l’armée s’est aujourd’hui retirée et qu’elle a encerclée de blindés prêts à intervenir en cas de débordement. Le gouvernement, de toute évidence, a choisi d’éviter le bain de sang, par crainte des réactions de la communauté internationale, et, la contestation s’essoufflant partout ailleurs, en dépit de tentatives d'incursion régulières, semble avoir opté pour le pourrissement.


©  photo Pierre PICCININ- HAMA (15 juillet 2011)

Le vendredi 15 juillet, je suis entré dans Hama, sans être arrêté aux barrages routiers. Dans la ville, déserte, c’est le chaos : voitures et autocars calcinés, gravats, rues fermées par des barricades de fortunes, immondices qui ne sont plus enlevés… L’ordre y est maintenu par des groupes de jeunes en moto qui sillonnent les boulevards.

Très vite, j’ai été entouré par ces jeunes, inquiets de me voir prendre des photographies. Quand j’ai montré mon passeport belge, la situation s’est détendue : « Belgîcaa !, Belgîcaa ! » ; seul observateur étranger sur place ce jour-là (le régime refuse l’entrée dans le pays aux journalistes), j’ai été encadré par ces jeunes qui m’ont fait toute une fête ; j’ai pu me déplacer parmi les manifestants, puis accéder à un haut immeuble, d’où j’ai pris une série de clichés d’ensemble.

Sur la place Asidi, au bas de la grande avenue al-Alhamein, la prière terminée, des milliers de personnes sont sorties des mosquées et ont déboulé de tous les quartiers de la ville. Au cri de « Allah akbar ! », elles ont invectivé le régime. « Voulez-vous de Bashar ? » ; « Non ! ». Un long cortège a ensuite fait le tour de la place, déployant un drapeau syrien de plusieurs dizaines de mètres. L’armée n’est pas intervenue ; il n’y a pas eu de violence. J’ai ensuite eu l’occasion de m’entretenir avec ces jeunes, qui m’ont demandé de témoigner de leur mouvement.

Le soir même, rentré dans ma chambre d’hôtel, quelle ne fut pas ma surprise de lire la dépêche de l’AFP, qui annonçait un million de manifestants à travers la Syrie, ce 15 juillet, considéré comme la journée ayant connu la plus forte mobilisation depuis le début de la contestation, dont 500.000 à Hama.

A Hama, ils n’étaient, en réalité, pas 10.000.

Hama et Deir ez-Zor - 1,2 million de manifestants, selon Le Monde [2]

Cette « information » est d’autant plus absurde que la ville de Hama ne compte que 370.000 habitants (environ 500.000 si l'on comptabilise les villages du gouvernorat, tous sous contrôle de l'armée). D’autres dépêches ont suivi, tout aussi absurdes : 450.000, puis 650.000 manifestants à Deir ez-Zor, une ville de 240.000 habitants. Je m’y suis rendu ; la ville est l’une des plus calmes du pays. 

Certes, les chiffres sont toujours différents, d’une source à l’autre ; ils varient parfois très sensiblement ; et les estimations ne sont pas toujours aisées.

Mais, dans ce cas-ci, il ne s’agit plus d’estimations difficiles ou de variantes ; dans ce cas, il s’agit « d’intox », de désinformation, de propagande. 500.000 manifestants peuvent ébranler le régime ; 10.000 n’ont que peu de conséquence.

Et toutes les « informations » qui sont diffusées sur la Syrie depuis des mois sont du même ordre; le nombre des manifestants, la mobilisation en faveur de l'opposition, le détail des victimes de la répression, des morts, tout est exagéré, tout vient du même tonneau.

Comment ces 10.000 manifestants ont-ils pu ainsi miraculeusement se multiplier en 500.000 dans les dépêches de l’AFP ?

La source de l’AFP ?

Celle qui revient et revient, systématiquement, depuis des mois, dans tous les médias, dans tous les communiqués concernant la Syrie, dans tous les quotidiens et sur toutes les chaînes de radio et de télévision. Celle qui est devenue, peu à peu, quasiment la seule source sur les événements qui touchent la Syrie. C’est l’Observatoire syrien des droits de l’homme (l’OSDH).

Je me suis immédiatement intéressé à cet OSDH. Il ne m’a pas fallu bien longtemps pour découvrir que, derrière cette étiquette aux apparences honorables, comme peuvent l’être des associations telles qu’Amnesty International ou la Ligue des droits de l’homme, se cache une organisation politique, basée à Londres, dont le président, Rami Abdel Ramane, opposant de longue date au régime baathiste, est très connu en Syrie où l’on sait les rapports étroits qu’il entretient avec les Frères musulmans, dont il serait lui-même membre.

C’est cette même organisation, l’OSDH, qui multiplie les vidéos sur Youtube, montrant, soi-disant, des « dizaines de milliers de manifestants », dans toutes les grandes ville de Syrie, alors que, si l’on examine ces vidéos, on ne peut compter que quelques dizaines de personnes, filmées en plans rapprochés, qui, certes, donnent une impression de masse, mais ne trompent pas l’œil un tant soit peu critique. 

Ainsi, depuis plusieurs mois, c’est une « réalité imaginaire » que les médias diffusent à propos de la Syrie, une réalité revue et corrigée par une source unique sur laquelle personne, semble-t-il, n’a jugé utile de s’interroger.

Cette image d’une Syrie en pleine révolution et d’un parti Baath au bord du gouffre ne correspond en aucun cas à la réalité du terrain, où le pouvoir contrôle la situation et où la contestation s’est considérablement réduite.

Mais, au-delà de cette désinformation relative au cas syrien, il y a plus grave : de manière générale, les leçons de Timisoara, de la Guerre du Golfe ou des événements de Yougoslavie n’ont toujours pas porté. Et les médias, même les plus fiables, continuent de se laisser prendre au piège des dépêches hâtives, sans prendre davantage le temps d’en vérifier ni le contenu, ni l’origine, au risque de servir à leurs lecteurs une « réalité virtuelle », de leur construire un monde de conte de fées...

[1] Syrie : un million de manifestants contre le régime, 28 morts (Agence France-Presse, 15 juillet 2011).

[2] Syrie : 1,2 million de manifestants à Hama et Deir Ezzor, Le Monde, 22 juillet 2011.

Lien(s) utile(s) : Centre de Recherche sur la Mondialisation.

 +++++++

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20110803.O...

Nouvel Obs, 3/08/2011, 17:30

[...] Des centaines de chars de l'armée syrienne entouraient mercredi plusieurs villes du pays touchées par la contestation. "Il y a une centaine de chars et transports de troupes sur la route qui conduit au centre de Hama (centre) et environ deux cents près de Deir Ezzor (est)", a déclaré à l'AFP Rami Abdel Rahmane, président de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG installée en Grande-Bretagne.

Il a précisé que toutes les communications téléphoniques et l'internet avaient été coupés dans Hama et sa région, où l'armée a lancé une vaste offensive dimanche, tuant une centaine de manifestants. Plusieurs quartiers de cette ville rebelle, située à 210 km au nord de Damas, étaient la cible de bombardements. "D'après ce qu'on entend, c'est une véritable guerre", a dit un militant sous couvert de l'anonymat.[...]

http://www.20minutes.fr/article/765572/syrie-conseil-secu...
20minutes.fr 03/08/2011 à 06h43

Le Conseil de sécurité de l'ONU a échoué mardi pour le deuxième jour consécutif à s'accorder sur une position commune sur la répression en Syrie, qui a fait au moins trois nouvelles victimes dans la journée, après plus de 160 morts depuis dimanche.

Des diplomates ont indiqué que des progrès avaient été effectués mardi au Conseil, mais que des divisions persistaient entre ses 15 membres. Les diplomates doivent consulter leurs capitales respectives et reprendre les discussions mercredi. Evoquant les violences meurtrières, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon a estimé que le président Bachar al-Assad avait «perdu toute humanité». [et Ban Ki-Moon n'a plus de lucidité ou d'honnêteté à perdre]

Mardi à Hama (centre), deux frères ont été tués par une roquette tirée sur leur voiture et un autre civil est mort après avoir été visé par un tireur embusqué, a affirmé le président de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, Rami Abdel Rahmane. L'armée et les forces de sécurité ont lancé dimanche une vaste offensive dans cette ville rebelle à 210 km au nord de Damas, tuant cent personnes dimanche et quatre lundi.

[...] Lundi, au moins 25 personnes avaient été tuées dans tout le pays, dont 10 après la prière des Tarawih, selon un nouveau bilan communiqué par Rami Abdel Rahmane. Les autorités redoutent cette prière du soir pendant le ramadan, qui multiplie les occasions de rassemblements. Face à cette répression sanglante, le Conseil de sécurité de l'ONU s'est de nouveau réuni mardi, au lendemain d'une première réunion qui s'était achevée sans résultat concret.

[...]Depuis le début de la contestation le 15 mars, plus de 1.600 civils ont été tués, selon l'OSDH. Près de 3.000 personnes sont portées disparues et quelque 12.000 ont été emprisonnées en quatre mois et demi de révolte, d'après les ONG. Malgré la répression, les militants ont affirmé sur leur page Facebook [tient donc] leur volonté de manifester «tous les soirs après les (prières du) Tarawih, pour riposter» au régime.

Mardi soir, des manifestations ont ainsi eu lieu à Homs (centre) et dans plusieurs villages aux alentours, en dépit d'un «déploiement massif de chars» sur la route entre Homs et la localité voisine de Ruston. Il y a eu aussi des rassemblements sur la côte méditerranéenne, à Lattaquié et dans la région de Banias, selon Rami Abdel Rahmane.

++++++

Rami Abdel Rahmane s’efforce de prouver son existence – et son objectivité

Par Guy Delorme,

__._,_.___
Activités récentes:
    Pour vous désabonner de cette liste de diffusion, envoyez un email à :
    alerte_otan-unsubscribe@yahoogroupes.fr

    Pour retrouver les messages précédemment envoyés : http://fr.groups.yahoo.com/group/alerte_otan/messages

    Cette liste est gérée par des membres du Comité de Surveillance OTAN. Les opinions éventuellement exprimées n'engagent que les auteurs des messages, et non le CSO.

    .

    __,_._,___

    15:54 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |