29/08/2011

Le : Libye ,le grd soir: Wanted: la tête de Kadhali, mise à prix , mort ou vif, pour 1,7 millions de dollars, selon les coutumes du Texas...

Libye , le grand soir: Wanted: la tête de Kadhali, mise à prix, mort ou vif, pour 1,7 million de dollars, selon les coutumes du Texas...

 
Comme pour Saddam Hussein, jusqu’au moment où un renégat dénoncera sa cache, sous le couvert de l’anonymat...
Ce sont des hommes d’ affaires, protecteurs du Cnt et amis de Washington, de Berlusconi et de Sarko, qui proposent cette somme paraît-il.
Normal, ils attendent impatiemment le moment d’instaurer l’économie de marché en Libye.
Le Cnt et les ricano-otano-occidentaux ne savent même pas terminer proprement une guerre civile qu’ils ont déclenchée de l’ extérieur...
Selon les coutumes et les lois du Texas: on a les amis que l’on mérite ...
On ne peut que vomir ...
Prochains objectifs: l’Iran, la Syrie, la Corée du Nord, le Zimbabwe, peut être le Venezuela, Cuba... Et les inconditionnels de l’Amérique et de l’impérialisme applaudiront de nouveau ...
RoRo
 
 
 
Comme
 
envoyer l'article par mail envoyer par mail | Partager411

23 août 2011

Article en PDF : Enregistrer au format PDF

Une photo publiée par le New York Times raconte, plus que beaucoup de paroles, ce qui est en train d’arriver en Libye : elle montre le corps carbonisé d’un soldat de l’armée gouvernementale, à côté des restes d’un véhicule brûlé, avec trois rebelles autour qui le regardent avec curiosité. Ce sont eux qui témoignent que le soldat a été tué par un raid de l’OTAN.

 

 


En moins de cinq mois, informe le Commandement conjoint allié de Naples, l’OTAN a effectué plus de 20.000 raids aériens, dont 8.000 par bombes et missiles. Cette action, déclarent au NYT de hauts fonctionnaires étasuniens et OTAN, a été décisive pour resserrer l’étau autour de Tripoli.


Les attaques sont devenues de plus en plus précises, détruisant les infrastructures libyennes et empêchant ainsi le commandement de Tripoli de contrôler et d’approvisionner ses forces. Aux chasseurs-bombardiers qui larguent des bombes à guidage laser d’une tonne, dont les têtes pénétrantes à l’uranium appauvri et tungstène peuvent détruire des édifices renforcés, se sont joints les hélicoptères de combat, dotés des systèmes d’armements les plus modernes. Parmi eux, le missile à guidage laser Hellfire, qui est lancé à 8 km de l’objectif, utilisé aussi en Libye par les avions télécommandés étasuniens Predator/Reaper.

 

Les objectifs sont repérés, non seulement par les avions radar Awacs, qui décollent de Trapani (côte sud-ouest de la Sicile), et par les Predator italiens qui décollent d’Amendola (Foggia, province des Pouilles), en survolant la Libye 24h/24. Ils sont aussi signalés - indiquent au New York Times les fonctionnaires de l'OTAN - par les rebelles. Ceux-ci, tout en étant « mal entraînés et mal organisés », sont en mesure, « grâce des technologies fournies par des pays de l’OTAN », de transmettre d’importantes informations au « team OTAN en Italie, qui choisit les objectifs à frapper ». De plus, rapportent les fonctionnaires, « la Grande-Bretagne, la France et d’autres pays ont déployé des forces spéciales sur le terrain en Libye ». Officiellement pour entraîner et armer les rebelles, en réalité surtout pour des tâches opérationnelles.


On voit ainsi émerger le cadre réel. Si les rebelles sont arrivés à Tripoli, c’est dû non pas à leur capacité de combat, mais au fait que les chasseurs-bombardiers, les hélicoptères et les Predator de l’OTAN leur ouvrent la voie, en pratiquant la terre brûlée. Au sens littéral du terme, comme le montre le corps du soldat libyen carbonisé par le raid OTAN. En d’autres termes, on a créé à l’usage des media l’image d’une résistance avec une force capable de battre une armée professionnelle. Même si, évidemment des rebelles meurent dans les affrontements, ce ne sont pas eux qui sont en train de s’emparer de Tripoli. C’est l’OTAN qui, forte d’une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU, est en train de démolir un Etat au motif de défendre les civils. De toute évidence, depuis qu’il y a un siècle les troupes italiennes débarquèrent à Tripoli, l’art de la guerre coloniale a fait de grands pas en avant.


Edition de mardi 23 juillet de il manifesto

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

 
mél
 
 
A Tripoli les « rebelles » des forces spéciales OTAN (Il Manifesto)
Manlio DINUCCI
L’ambassade du Qatar à Tripoli - d’après une vidéo - http://www.youtube.com/user/ZZ7L?ob=5#p/a/u/0/PybQX__fLWQ - a été rouverte il y a trois jours (lundi 22 août 2011) par des hommes armés qui, une fois entrés dans l’édifice endommagé, y ont immédiatement fixé le drapeau national. On est ainsi informé de la présence en Libye de forces spéciales qataries. Des forces spéciales de Grande-Bretagne, France et Qatar, écrit le New York Times (23 août 2011), sont en train de fournir un appui tactique aux forces rebelles et des conseillers de la Cia aident le gouvernement de Benghazi à s’organiser. Des commandos britanniques et français, confirme un officier supérieur de l’OTAN, sont sur le terrain avec les rebelles à Tripoli. Et, à la question de savoir si des agents de la Cia y sont aussi, l’officier répond qu’il en est certainement ainsi. Et c’est ainsi aussi qu’est désavouée l’OTAN qui jusqu’à présent a dit ne pas avoir de « boots on the ground », à savoir de militaires sur le terrain, en Libye. Les forces (...) Lire la suite »
1
 
A Tripoli les « rebelles » des forces spéciales OTAN (Il Manifesto)
Manlio DINUCCI
L’ambassade du Qatar à Tripoli - d’après une vidéo - http://www.youtube.com/user/ZZ7L?ob=5#p/a/u/0/PybQX__fLWQ  - a été rouverte il y a trois jours (lundi 22 août 2011) par des hommes armés qui, une fois entrés dans l’édifice endommagé, y ont immédiatement fixé le drapeau national. On est ainsi informé de la présence en Libye de forces spéciales qataries. Des forces spéciales de Grande-Bretagne, France et Qatar, écrit le New York Times (23 août 2011), sont en train de fournir un appui tactique aux forces rebelles et des conseillers de la Cia aident le gouvernement de Benghazi à s’organiser. Des commandos britanniques et français, confirme un officier supérieur de l’OTAN, sont sur le terrain avec les rebelles à Tripoli. Et, à la question de savoir si des agents de la Cia y sont aussi, l’officier répond qu’il en est certainement ainsi. Et c’est ainsi aussi qu’est désavouée l’OTAN qui jusqu’à présent a dit ne pas avoir de « boots on the ground », à savoir de militaires sur le terrain, en Libye. Les forces (...) Lire la suite »
1
Sarkozy vous invite au buffet de la Libye
Gaëtan PELLETIER
1er septembre 2011 La conférence des amis de la Libye On dit, « Paris convie les amis de la Libye »… On prépare la table pour charcuter et dépecer la prise. Le convivial Sarkozy et autres bienfaiteurs de l’humanité sont déjà à planifier « l’après-Kadhafi ». Les États-Unis avaient offert une aide au CNT ( Conseil National de Transition) de 1,5 milliards. Mais L’Afrique du Sud a appliqué son droit de véto. N’en déplaise, les avoirs de « Kadhafi », qualifiés de plusieurs milliards de dollars, seront débloqués. Une aide serait offerte par la France pour la …rentrée scolaire en septembre. Ce qui s’ajoute aux « armes légères données par « La France » aux rebelles libyens en juillet au sud-est de la Libye… Parole de Sarkozy… Mais pas de forces spéciales : seulement des observateurs. Dans le langage du renseignement, on sait ce qu’est un observateur… Le mot – pris au sens primaire – fait allusion a une forme de voyeurisme. Parlons de voyeurisme « actif »… Le dictionnaire des politiciens est semblable à un pistolet muni (...) Lire la suite »
2
Les fatwas !
Serge CHARBONNEAU
Vous savez, les fatwas… Ces commandes barbares d'assassinats lancées par ces fanatiques "religieux" ! On a commandé une fatwa contre Salman Rushdie, une autre contre des caricaturistes. Oui, on commande des assassinats contre des gens qui sont considérés avoir commis des gestes méritant la mort. La fatwa existe aux États-Unis, depuis longtemps. À l'époque du Far West, la fameuse affiche « Wanted » mort ou vif (et de préférence mort) était partout. Le célèbre et humanitaire (sic) président Bush a remis à la mode ces fatwas du Far West. On a lancé une fatwa contre Ben Laden. http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/asia/afghanistan/1... Une autre contre Saddam et possiblement certaines autres que j'ai oubliées. Les fatwas… Des gestes barbares ! Des commandes d'assassinats avec même une prime pour tuer. On vient de lancer une nouvelle fatwa à l'américaine, cette fois-ci contre le colonel Kadhafi ! Tuez-le et vous recevrez une récompense de 1,7 million de dollars. 1,7 million

21:40 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.