09/08/2011

Un nouveau défenseur des Droits de l'Homme: le roi Abdallah d'Ar abie (canempechepasnicolas)

From: Hess Madeleine
Sent: Tuesday, August 09, 2011 10:52 AM
 
Subject: Tr : Un nouveau défenseur des Droits de l'Homme: le roi Abdallah d'Arabie (canempechepasnicolas)
 
A: Ginette Hess Skandrani : grinanla@...
 
Objet : Fw: Un nouveau défenseur des Droits de l'Homme: le roi Abdallah d'Arabie (canempechepasnicolas)


 
-----  
Lundi 8 août 2011 1 08 /08 /Août /2011 16:36

Un nouveau défenseur

des Droits-de-l’Homme :

le roi Abdallah d’Arabie

par Jean LEVY

  

Les médias français, à la pointe du combat, contre le pouvoir syrien de Bechar el Asad, se félicitent du renfort apporté à la cause occidentale par le roi Abdallah d’Arabie. Ce dernier, rappelant son ambassadeur à Damas, a déclaré :

 «La Syrie n'a que deux choix pour son avenir: opter volontairement pour la sagesse, ou s'enliser dans le chaos et la violence».

La caution ainsi donnée par le souverain d’Arabie saoudite vaut de l’or, et même de l’or noir. En effet, qui peut mieux qu’Abdallah parler au nom des droits de l’homme ?

  

Wikipédia nous apprend que

  

« l'Arabie Saoudite est réputée pour violer systématiquement les droits les plus fondamentaux des personnes vivant dans ce pays. Il n'existe ni parti politique, ni élection, ni Parlement autonome, ni magistrature indépendante, ni syndicat, ni organisation vouée à la défense des droits humains.  Tout individu résidant en Arabie Saoudite qui critique le régime est sévèrement puni; tout opposant politique ou religieux est arrêté et incarcéré sans jugement, pour une durée illimitée, ou condamné à de lourdes peines d'emprisonnement. Le recours à la torture est très répandu dans ce pays. Non seulement la peine de mort est appliquée, mais le nombre des amputations (main, pied, oeil, etc.) et flagellations semble avoir augmenté de façon alarmante. Les étrangers (travailleurs immigrés) constituent la moitié du contingent des condamnés à mort dans une année (plus d'une centaine en moyenne). Ces abus de pouvoir sont favorisés par  l'absence de tout contrôle judiciaire au moment de l'arrestation et la détention. »

  

Bonnes références humanitaires, à faire pleurer de joie Bernard-Henri Lévy.

Le roi Abdallah est orfèvre en matière de démocratie, puisque, c’est toujours Wikipédia qui le précise :

  

« L'Arabie saoudite est une monarchie islamique, le roi (qui est également premier ministre) dirige le pays et le gouvernement suivant le Coran et la Sunna (Shari'a), il n'y a donc pas de suffrage.

La loi fondamentale promulguée en 1992 organise l'Etat et les règles de succession, la loi fondamentale est en quelque sorte la constitution du pays:

Le gouvernement est composé du conseil des ministres dirigé par le roi, il est constitué de ministres tous membres de la famille royale. Depuis 1992 le roi est également secondé dans le domaine législatif par le conseil consultatif "Majilis al Chouras" dont il nomme les 90 membres et 1 président tous les 4 ans. De nombreux princes de sang (env. 4500) liés à la famille royale occupent les postes les plus importants du gouvernement ».

  

Bechar el Asad est un petit garçon à côté d’Abdallah.

Et le régime syrien (laïc, par-dessus le marché), semble un système anarchique, proche d’une AG soixante-huitarde, comparé à celui d’Arabie saoudite.

Mais trêve d’humour, il est piquant de constater que jamais, au grand jamais, notre « classe politique » n’a apporté la moindre critique au

royaume des pétro-dollars. Constatons que l’arbitraire sanglant, qui tient lieu de constitution, n’a gêné aucune âme sensible  politique ou médiatique.  Personne, à l’Onu, n’a revendiqué de sanctions contre Riyad, ni la France, ni l’Union européenne, ni les USA.

  

Le régime saoudien, en place depuis des décennies, n’est pas tancé comme celui de Damas, par nos « démocrates » distingués, pour atteintes aux droits de l’homme et manquement au multipartisme.  

  

Pas le moindre reportage sur les JT de la Une ou de France 2, sur les prisons du roi Abdallah, le sort des femmes ou le fanatisme religieux d’Etat, en Arabie saoudite.

  

C’est vrai, pas la moindre manif’ à Riyad, à Médine ou à La Mecque ou à Djeddah.

  

Vous voyez bien que les Saoudiens aiment tendrement le roi Abdallah

 
 

 

21:08 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.