30/07/2011

Cogner Kadhafi

 
mél
 
----- Original Message -----
From: Hess Madeleine
Sent: Thursday, July 28, 2011 9:55 AM
Subject: Fw : Cogner Kadhafi
 


--- En date de : Jeu 28.7.11, Jean-Michel Vernochet <jean-michel.vernochet8@...> a écrit :



  
Cogner Kadhafi
Jianping Fan,
Guangzhou, Chine
 
 

 
 

20:30 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

26/07/2011

Guerre humanitaire, pas entendu aux infos

 
Quand l’ OTAN, protecteur humanitaire des civiles libyens, bombarde ....
RoRo
 
mél
 
 
----- Original Message -----
To:
Sent: Tuesday, July 26, 2011 9:31 AM
Subject: [alerte_otan] Guerre humanitaire, pas entendu aux infos
 
 

L'OTAN bombarde un dispensaire dans l'est de Tripoli : 7 morts
Lundi 25 Juillet 2011 - 23:27
http://www.atlasinfo.fr/L-OTAN-bombarde-un-dispensaire-da...
 
L'OTAN a bombardé, lundi, un dispensaire à Zliten (est de Tripoli) faisant au moins sept morts, ont dénoncé les autorités libyennes. Les autorités ont conduit des journalistes accrédités à Zliten où ils ont pu voir un bâtiment complètement détruit, avec le croissant rouge à l'entrée et des produits pharmaceutiques, un brancard, des gants, des bouteilles d'oxygène éparpillées.
 
Dans l'après-midi, les secours s'activaient en quête d'éventuels survivants.
 
Dans une autre zone, les journalistes ont constaté que des dépôts de produits alimentaires étaient endommagés, et le 4e était en flammes. Les journalistes ont vu des centaines de sacs de riz, des tomates, de l'huile végétale partir en fumée.


__,_._,___

18:22 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

25/07/2011

Libye : Michel Collon interpelle le gouvernement belge

Michel COLLON, journaliste politique belge bien connu, témoin sur place en LIBYE des crimes des agresseurs ricano-otano-occidentaux, pose 3 questions à Yves  LETERME, Premier Ministre Belge...
Yves LETERME va-t-il lui répondre ???    Chiche !
Il aurait peut être pu poser les mêmes questions à Pieter DE CREM belge de la “Défense” (Cd&V) ..., le plus ricanisé de nos ministres ...
RoRo
 
 
mél
 
----- Original Message -----
Sent: Monday, July 25, 2011 4:09 PM
Subject: Libye : Michel Collon interpelle le gouvernement belge
 
Inviter un ami| Nous écrire | Faire un don | <>

Investig'Action - michelcollon.info

Djerba, Tunisie - Après un séjour de deux semaines en Libye, Michel Collon interpelle M. Leterme, Premier ministre belge, qui a suivi l'OTAN dans l'attaque sur la Libye.
VOIR LA VIDEO

Pour soutenir le travail d'Investig'Action et permettre son développement, c'est ici.

19:34 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

24/07/2011

Libye: guerre humanitaire ou "sale" pour la domination du monde

 
mél
 
 
 
 

Libye : Guerre humanitaire, ou "sale", pour la domination du monde ?

kadhafi68

"Avec moi, c’est le changement !"
a promis Hollande.
Et il l’a prouvé aussitôt en votant pour la continuité des guerres sales (Libye, Afghanistan..).

Installer la démocratie en bombardant :
"Démocratie irréprochable" ?
Ou démonNcratie ?

"On va sortir du bourbier lybien par la diplomatie"
nous chantent les Médias.
Laquelle ? Celle des diplomates musclés comme l’homme de Sarkozy en Tunisie ?

"La guerre ne répond jamais aux enjeux du vivre ensemble"
("Ca vous regarde", LCP, J.P. Lecoq, PC)

Au début de la guerre contre la Libye, j’ai écrit : Attention ! Kadhafi dérange car il est un non-aligné ! En triant mes archives pour mon futur déménagement, je venais en effet de trouver un "Dossier et Documents" du Monde, ancien, comprenant des articles sur tout ce que le dirigeant libyen a entrepris pour moderniser son pays, en faire un Etat prospère (Education, Soins, accueil de migrants - presque la moitié de la population -, subvention des produits de première nécessité, promotion des femmes, etc) et même aider les pays africains. En réalité, Kadhafi, révolutionnaire romantique, influencé par Nasser, rêvait d’abord de pan-arabisme, puis de favoriser le "pan-africanisme". Au lieu d’offrir les ressources pétrolières du pays aux Compagnies occidentales, moyennant leur reconnaissance sonnante et trébuchante, le dirigeant libyen a préféré nationaliser - et élever le niveau de vie de son peuple. Bref, il dérangeait ! C’est la vraie raison de cette guerre sale et banalement coloniale contre Kadhafi, contre un homme qui, de surcroît, avait osé fermer les bases américaines.

Il ne s’agit en aucun cas de protéger les populations, mais de faire main-basse sur le pays, d’y installer un pantin soumis et aussi des bases militaires - à l’heure, justement, où les "Révolutions arabes" inquiètent les Occidentaux. Derrière cette sale guerre comme derrière l’Irakienne (et toutes les autres, d’ailleurs) il y a évidemment la main d’Israël, le principal déstabilisateur de la planète avec Anglais et Américains et - désormais - les Français. N’oublions pas, à ce sujet, le rôle de BHL, d’ailleurs une rumeur circule : Il souhaiterait se porter candidat à la Présidence d’Israël. Vrai, ou faux ? Significatif, en tous cas...

Quels sont donc les enjeux de cette sale guerre impérialiste ? Outre le pillage des ressources et le contrôle des révolutions arabes voisines, la future conquête du continent africain et de ses richesses, au détriment des Etats souverains et des populations locales. C’est un CRIME de plus de l’Occident, maquillé en guerre humanitaire, avec l’aide des Médias collabos.

Ce qu’il faut retenir, surtout, c’est que Sarkozy, placé à la tête de la France par Israéliens et Anglo-Saxons (en faisant croire aux Français qu’ils avaient le choix entre deux candidats alors que tout a été fait pour déconsidérer Ségolène Royal), conduit la France dans une politique étrangère diamétralement opposée à la sienne, d’essence gaullienne, pour l’aligner sur celle de l’Empire, au détriment de notre indépendance et de nos traditions. L’Histoire jugera cette haute trahison... comme celle d’un PS qui promet le changement, et qui, en réalité, cautionne la politique néo-conservatrice de Sarkozy, clone de Bush. Nous n’avons rien à attendre d’un tel PS ! Et avez-vous vu l’image de N. Dupont-Aignan bâillonné, au Parlement, empêché d’exprimer l’autre voix de la France ? Tout cela est minable. La liquidation de la France, avec l’UMP comme avec le PS, est en marche !

Et la deuxième chose que je voudrais souligner, c’est la direction que l’UMPS a donnée à la France, en matière de politique étrangère. Non seulement aux antipodes de celle du Gl de Gaulle, mais dans la droite ligne de la honteuse politique d’ingérence de notre Dr Jekyll and M. Hyde, le très néoconservateur Bernard Kouchner. Ce faux humaniste, ce faux humanitaire, est un authentique va-t-en guerre animé d’une idéologie messianique qui rappelle étonnamment celle des pires Républicains américains. Avec les conséquences que l’on sait pour les peuples, sacrifiés aux intérêts financiers et industriels assassins de l’Occident criminel. Il faut démasquer les impostures, qu’il s’agisse de faux prétextes de guerres ou de faux humanitaires !

Cette guerre est une guerre Otanesque de plus, pour la domination du monde et de ses ressources vitales. Ses promoteurs devraient se retrouver devant la CPI - comme peut-être un jour le sieur Bush, si la plainte d’une Association de Défense des Droits de l’Homme se concrétise...

L’Occident persiste et signe. Dans le mensonge et les crimes ! Le véritable Axe du Mal est Anglo-Américain-Israélien et Français. Ce sont les vrais Etats terroristes de la planète ! Ils dévastent la planète et ils hypothèquent l’avenir de l’humanité...

Eva R-sistons

 

19:10 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Opérations militaires en Libye : accélérateur d’une dislocation géopolitique mondiale ?

 
 
 
Dimanche 24 juillet 2011
 
Opérations militaires de l’OTAN en Libye : accélérateur d’une dislocation géopolitique mondiale ?
 
 
 
Résumé et synthèse par Xavière Jardez  (Revue de presse : GEAB – 6/7/11)
 
   Dans son bulletin GEAB N° 51 (Global Europe Anticipation Bulletin – janvier 2011)*, leLaboratoire Européen d'Anticipation Politique (LEAP) – think tank monégasque dirigé par Franck Biancheri - prévoyait que l’année 2011 serait une année difficile pour ceux qui n’étaient pas préparés à la crise systémique globale, c'est-à-dire « une crise que affecte les fondements même du système (tous les secteurs et tous les relais, et non pas un secteur particulier comme c'était le cas avec la bulle Internet par exemple) et une crise qui affecte simultanément toute la planète (et non pas comme en 1929 un espace atlantique Etats-Unis et Europe de l'Ouest encore peu intégré in fine) ». Selon le LEAP, l’intervention anglo-américano-française en Libye en est la parfaite illustration ainsi qu’un puissant soutien à la dislocation géopolitique mondiale.
 
On demanda à l’opinion publique
 
d’approuver, non de penser
 
   Le vrai contexte du conflit libyen n’a rien à voir avec ce que gouvernements et médias en donnent tant en Grande-Bretagne qu’en France et aux Etats-Unis. Il débute avec la révolution en Tunisie et sa propagation aux autres pays arabes avec des résultats divergents. Dans l’analyse de GEAB 52 (février 2011), la Libye apparaissait dans la catégorie des « pays dont les régimes pouvaient contenir jusqu’à la fin de 2012, en recourant à la violence, les tentatives de changement ». Y figuraient aussi l’Algérie, l’Arabie saoudite, la Syrie contre lesquels, selon le bulletin, ni la Grande-Bretagne, ni la France, ni les Etats-Unis n’oseraient lancer une action militaire « pour défendre les populations »  ou « accélérer le changement » pour les raisons suivantes :
 
- une trop grande population
 
- des régimes dont la déstabilisation serait dangereuse pour l’Occident
 
- des implications régionales potentiellement « explosives »
 
- des obstacles logistiques
 
- une certaine opposition de puissances non-occidentales à une résolution onusienne de soutien
 
- un destin militaire incertain
 
- un fort impact  sur les prix mondiaux du pétrole et du gaz.
 
   La différence de traitement entre la Libye et ces derniers pays est que les opérations militaires y apparaissaient techniquement, politiquement et militairement possibles à moindre risque, contrairement aux pays cités. Kadhafi a été diabolisé dans les médias occidentaux mais a été courtisé, ces dernières années par les leaders occidentaux, notamment Sarkozy lui offrant tous les honneurs, pour lui vendre armes et réacteurs nucléaires. Son pays est vaste mais peu peuplé, croulant sous le pétrole dans une région hostile à la centralisation du pouvoir. Il était donc la cible rêvée si l’on arrivait à donner à cette action militaire une légitimité internationale. Qui fut la suivante :
 
   « Le peuple libyen est attaqué brutalement par un dictateur méprisable ; les démocraties (une espèce de mini-OTAN) doivent protéger de toute urgence le peuple libyen en révolte (dont personne n’a vu de photos même dans Benghazi, à l’inverse de ce qui s’est passé pour les foules en Egypte, au Yémen à Bahreïn, Jordanie), de massacres de masse perpétrés par le dictateur libyen (ici encore pas de preuves, pas de photos) ;  les révolutionnaires ont de plus formé un gouvernement alternatif dont la légitimité doit être soutenue (sans savoir vraiment qui en faisait partie à l’exception de l’ancien ministre de l’intérieur, Abdel Fattah Younis – certainement un grand démocrate - et quelques exilés de Londres et des Etats-Unis depuis des décennies). »
 
   On demanda donc, spécialement en France, à l’opinion publique d’approuver, non de penser.
 
Pas de plan B en cas d’échec occidental
 
   Les jours qui suivirent ont très rapidement montré que le peuple libyen  ne s’est pas soulevé, … que les services secrets français, britanniques et la CIA opéraient en Libye bien avant le « déclenchement » officiel de la rébellion ; que le soutien à cette coalition de la part des pays arabes ou africains a été quasi inexistant ; qu’une large portion de l’Occident (Allemagne,Pologne…) a été opposé à cette intervention militaire ; que Sarkozy, Cameron et Obama n’avaient pas de plan B si le« blitzkrieg » échouait, que la situation était source de risques géopolitiques majeurs pour le monde arabe et l’Europe.
 
(….)
 
   Quels étaient les objectifs des participants à l’intervention militaire ? Pour Obama, pris au piège de l’effondrement du « mur du pétro-dollar » dû à la révolution arabe, et englué dans des problèmes budgétaires, financiers et économiques, à qui il était impossible de s’afficher comme un adversaire direct d’un autre pays musulman après l’Irak et l’Afghanistan, il s’agit de maintenir « le mur » par l’établissement de régimes « amis », de consolider le camp occidental en générant des conflits entre l’Occident et le reste du monde, de vendre des armes et d’engendrer des zones d’instabilité autour de l’Europe pour ralentir toute velléité  d’indépendance stratégique de l’Europe. Pour Cameron, soutien fidèle des Etats-Unis, ses buts traditionnels épousent ceux de leur parrain, et s’y ajoute, celui jamais démenti, d’affaiblir la cohésion de l’Europe continentale. Sarkozy, converti aux vertus de l’américanisme, légitimant au nom de la démocratie, tout action servant les intérêts de l’Occident, a abandonné,  sur l’autel de l’intervention en Libye, les deux pendants de la politique étrangère des dernières décennies, à savoir, le renforcement de la cohésion européenne autour de la France et de l’Allemagne et l’affaiblissement de l’influence US en Méditerranée. Pour Sarkozy, même les plus fervents soutiens à l’intervention en Libye affirment qu’elle est là à des fins de politique domestique, pour remonter sa popularité. Si rien ne marche en Libye, il deviendra pour Obama, le principal coupable.
 
   Quant aux pays arabes, opposés a priori à l’intervention en Libye, ils s’y sont ralliés car le danger pour eux n’est pas Kadhafi, mais les révolutions populaires arabes et tout ce qui peut les affaiblir est le bienvenu.  Ils ont ainsi eu le plaisir de voir l’Occident engager un conflit qui leur évite d’étendre un soutien aux mouvements révolutionnaires qui éclatent chez leurs voisins. Si Israël joue dans ce conflit la carte de la discrétion, il ne fait aucun doute que son influence est primordiale dans le conflit libyen, car il lui permet de miner le mouvement révolutionnaire arabe qui l’inquiète.
 
Cauchemar géopolitique
 
   C’est ainsi que le conflit libyen accélère le processus de dislocation géopolitique mondial selon certaines lignes :
 
- incapacité des Etats-Unis à assumer le leadership militaire. Depuis 1945, c’est la première fois que la coalition qu’ils ont assemblée réunit si peu de pays. L’Occident étant réduit au strict minimum. Il n’y a ni Asiatiques, ni Africains, ni Latino-Américains. Des Arabes, seul le Qatar est visible.
 
- LEAP pense que le conflit libyen aboutira à l’émergence d’un vrai centre européen de défense et au-delà de la défense, la position de l’Allemagne axée sur la diplomatie prévaudra.
 
- failles dans l’unité de l’OTAN
 
- naissance d’une diplomatie Euro-BRIC avec l’abstention de l’Allemagne au Conseil de Sécurité fidèle à sa ligne d’indépendance vis-à-vis de Washington, initiée par Schröeder
 
- impasse de l’Europe sur la « Somalie méditerranéenne » : piraterie, mafias en tous genres, terrorisme, instabilité régionale… ces conséquences sont loin des promesses de changements démocratiques en Libye prophétisées par la coalition.
 
   L’intervention en Libye peut donner lieu à un cauchemar géopolitique pire que celui de la Yougoslavie, l’Irak et l’Afghanistan réunis. Elle est une aubaine pour ceux qui souhaitent affaiblir les mouvements révolutionnaires dans le monde arabe. En France, concernant cette guerre, la propagande médiatique est telle qu’il est impossible d’accorder la moindre foi aux sondages. Le Laboratoire Européen d'Anticipation Politique (LEAP) remarque d’ailleurs que « la cote de popularité d Nicolas Sarkozy continue de chuter, ce qui est bien incompatible avec les fortes adhésions à sa politique libyenne affirmées par les sondeurs » (1).
 
Version intégral :http://www.leap2020.eu/Operation-militaire-en-Libye-Un-accelerateur-puissant-de-la-dislocation-geopolitique-mondiale_a6826.html
 
(1) Alors qu’en mars 63% des Français soutenaient - soi-disant - l’intervention française en Libye, le 1er juillet ils n’étaient plus que 30% à y être « plutôt favorable ». Selon une enquête de l’hebdomadaire Le Point, publiée le 20 juillet : 66% des Français ne souhaitent pas la réélection de Nicolas Sarkozy.
 
* Le bulletin GEAB est la lettre confidentielle duLaboratoire Européen d'Anticipation Politiqueque dirige Franck Biancheri, un des père du programme Erasmus, longtemps conseiller du département des Relations extérieures et pour les Affaires économiques et financières internationales de la Principauté de Monaco. Ses analyses et prévisions suscitent toujours un grand intérêt.
 
 
Par Gilles Munier
Ecrire un commentaire - Partager          
Précédent :Guerre de Libye : du sang sur les...Retour à l'accueil
 
 
PRÉSENTATION
 
 
 
Blog : Le blog de Gilles Munier
 

19:02 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

22/07/2011

Syrie: groupes armés: la preuve par l'image

http://static.skynetblogs.be/media/1356/3089107719.3.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/3089107719.2.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/3089107719.jpg
LIBYE et/ou SYRIE: les copies conformes de l’intervention extérieure et des montages de nos médias “libres” ricano-occidentaux, dans les affaires intérieures des autres pays souverains, des autres peuples..
Mais intervenir militairement en SYRIE serait encore plus grave pour le monde et surtout le monde arabe.
L’Occident capitaliste, impérialiste, colonialiste, veut se débarrasser partout de ses gêneurs qui lui résistent: Iran, Serbie, Corée du Nord, Irak, Cuba, Gaza, Venezuela, Côte d’Yvoir, Zimbabwe, Bolivie,... Soudan, Belarus, ... et imposer partout sa domination mondiale, son système soi-disant “démocratique”.
Quand, c’ est possible et qu’il l’ose, l’Occident fait la guerre, lance ses missiles et met son QG (le Conseil de Sécurité!) de l’Onu et l’Otan en branle ...
Même les pays, à l’intérieur même de l’ EURO-DICTATURE capitaliste sont mis au pas, vassalisés. Exemple: la Grèce, ...
Le capitalisme ne changera jamais de nature . Ce système est pourri jusqu’à la moelle. Il faut le remplacer au plus vite...
RoRo
 
mél
 
Louis Denghien, le 20 (...)

Syrie :
Groupes armés : la preuve par l’image
Par Louis Denghien, le 20 juillet 2011

jeudi 21 juillet 2011, par Comité Valmy


Le petit film que nous mettons en ligne, après qu’il nous a été communiqué par un de nos visiteurs, est la preuve incontestable qu’à Homs – comme dans d’autres villes ou régions de Syrie – les forces de l’ordre ne sont pas uniquement confrontées à des manifestants désarmés et pacifiques, mais sont harcelés par des activistes armés. Cette vidéo, diffusée de puis peu sur Youtube, a été filmée à Homs le vendredi 15 juillet, soit au tout début des troubles inter-communautaires ayant ensanglanté cette grande ville syrienne (au nord de la frontière libanaise et à 160 kilomètres environ au nord de Damas). Selon des propagandistes de l’opposition, le bilan humain serait de 50 victimes en quatre jours, pour une bonne part tombées dans des affrontements entre factions politico-religieuses.<P/>

Le reportage dure moins de deux minutes : c’est suffisant pour constater qu’une situation quasi-insurrectionnelle prévaut dans certains quartiers de cette ville d’un million et demi d’habitants, où cohabitaient jusqu’à présent trois grandes communautés : sunnite, alaouite et chrétienne. On voit donc des policiers syriens, certains en tenue anti-émeute, courir sous une fusillade nourrie. L’un des policiers est touché avant d’avoir pu s’abriter. Il est mis à l’abri par un de ses camarades. La victime, de toute évidence sérieusement touchée, reçoit ensuite les premiers soins, mais on ignore s’il a survécu à ses blessures.

On voit – c’est le cas de le dire – que l’existence d’insurgés armés n’est donc pas un gimmick de la propagande d’un régime désireux de masquer ses exactions et d’évacuer ses responsabilités . Certains médias d’Occident avaient pu faire, si l’on ose dire, la « fine bouche » devant les vidéos et photos des cadavres de policiers et de conscrits, ou des fosses communes, de Jisr al-Choughour, relayant en certains cas la fable d’une mutinerie noyée dans le sang par les troupes fidèles au régime. Mais là, les choses semblent claires et leur interprétation ne souffrir aucune divagation : ce sont bien des policiers syriens qui courent sous les balles de tireurs embusqués.

Oh certes, on imagine bien les désinformateurs comme Rami Abdel Rahmane nous expliquer qu’il s’agit là d’une énième machination du régime, qui ferait tirer sur ses propres hommes par des « moukhabarats » syriens, (ou des pasdarans iraniens, ou des miliciens Hezbollah, ou, pourquoi pas pendant qu’on y est, des mercenaires de Kadhafi ou de Dimitri Medvedev). Mais les faits sont têtus, comme disait Lénine, et les les cyber-activistes sous influence américaine, saoudienne ou qatari auront de plus en plus de mal à « vendre » à l’opinion internationale leurs mise en scène des troubles qui menacent l’équilibre, l’unité et la prospérité de la société syrienne.

http://www.infosyrie.fr/actualite/groupes-armes-la-preuve...

 

22:10 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Un nouvel article sur le blog www.internationalnews.fr

grin/hes
 
From: Hess Madeleine
Sent: Wednesday, July 20, 2011 7:04 AM
 
Subject: Tr : Un nouvel article sur le blog www.internationalnews.fr
 
 
 
----- Message transféré ----
De : Internationalnews <noreply@internationalnews.fr

Envoyé le : Mar 19 juillet 2011, 21h 32min 02s
Objet : Un nouvel article sur le blog www.internationalnews.fr

19/07/2011 21:32:02
Un nouvel article sur le blog www.internationalnews.fr

Le massacre de Sorman (Libye) par l'OTAN

Internationalnews Réseau Voltaire par Thierry Meyssan Pour une fois, Thierry Meyssan ne nous livre pas une analyse froide des évolutions géopolitiques. Il relate les faits dont il est témoin :…

Pour lire la suite cliquez ici

 

Internationalnews

Réseau Voltaire

 

par Thierry Meyssan


Pour une fois, Thierry Meyssan ne nous livre pas une analyse froide des évolutions géopolitiques. Il relate les faits dont il est témoin : l’histoire de son ami l’ingénieur Khaled K. Al-Hamedi. Une histoire faite d’horreur et de sang où l’OTAN incarne le retour de la barbarie.

JPEG - 25.6 ko
L’International Organization for Peace, Care and Relief (IOPCR) est particulièrement active en Algérie, en Iran, au Soudan et en Palestine. Elle porte secours aux victimes des catastrophes naturelles et des conflits armés. Son action exemplaire à Gaza et en Cisjordanie est saluée par tous. Ici Khaled el-Hamedi reçoit la médaille du courage des mains du Premier ministre Ismail Haniyeh. Il a identiquement été décoré par Mahmoud Abbas.

C’était une fête de famille à la libyenne. Tous étaient venus célébrer le troisième anniversaire du petit Al-Khweldy. Les grands parents, les frères et sœurs, les cousins et cousines se pressaient dans la propriété familiale de Sorman, à 70 kilomètres à l’ouest de la capitale : un vaste parc dans lequel ont été construites les petites villas des uns et des autres, de sobres maisons de plain-pied.


Aucun luxe tapageur, mais la simplicité des gens du désert. Une ambiance paisible et unie. Le grand-père, le maréchal Al-Khweldy Al-Hamedi, y élevait des oiseaux —C’est un héros de la Révolution qui a participé au renversement de la monarchie et à la libération du pays de l’exploitation coloniale. Tous sont fiers de lui—. Le fils, Khaled Al-Hamedi, président de l’IOPCR, une des plus importantes associations humanitaires arabes, y élevait des biches. Une trentaine d’enfants couraient en tous sens au milieu des animaux.


On préparait aussi le mariage de son frère Mohammed, parti sur le front combattre les mercenaires étrangers encadrés par l’OTAN. La cérémonie devait avoir lieu ici aussi dans quelques jours. Sa fiancée était déjà radieuse.


Personne n’avait remarqué que, parmi les invités un espion s’était infiltré. Il faisait mine d’envoyer des twitters à ses amis. En réalité, il venait de déposer des balises et il les reliait par le réseau social au QG de l’OTAN.


Le lendemain, dans la nuit du 19 au 20 juin 2011, vers 2h30 du matin, Khaled rentre chez lui après avoir visité et secouru des compatriotes qui fuient les bombardements de l’Alliance. Il est assez proche de sa maison pour entendre le sifflement des missiles et leurs explosions.


L’OTAN en tire huit, de 900 kilos chacun. L’espion avait placé les balises dans les différentes villas. Dans les chambres à coucher des enfants. Les missiles sont tombés à quelques secondes d’intervalles. Les grands parents ont eu le temps de sortir de leur maison avant qu’elle ne soit détruite. Il était déjà trop tard pour sauver enfants et petits-enfants. Lorsque le dernier missile a frappé leur villa, le maréchal a eu le réflexe de protéger son épouse de son corps. Ils venaient de franchir la porte et ont été projetés par le souffle de l’explosion une quinzaine de mètres plus loin. Ils ont survécu.

JPEG - 28.6 ko
La demeure familiale des Al-Hamedi bombardée par l’OTAN.
© Franklin Lamb / Réseau Voltaire

Quand Khaled arrive, ce n’est que désolation. Sa femme, qu’il avait tant aimée, et l’enfant qu’elle portait ont disparus. Ses enfants pour lesquels il aurait tout donné, ont été broyés par les explosions et l’effondrement des plafonds.


Les villas ne sont que ruines. Douze corps déchiquetés gisent sous les décombres. Des biches touchées par les éclats agonisent dans leur enclos.


Les voisins qui ont accouru cherchent en silence des preuves de vie dans les gravois. Mais il n’y a aucun espoir. Les enfants n’avaient aucune chance d’échapper aux missiles. On extrait le cadavre décapité d’un bébé. Le grand-père récite des versets du Coran. Sa voix est ferme. Il ne pleure pas, la douleur est trop forte.


À Bruxelles, les porte-parole de l’OTAN ont déclaré avoir bombardé le siège d’une milice pro-Kadhafi afin de protéger la population civile du tyran qui la réprime.


Nul ne sait comment la chose avait été planifiée par le Comité des cibles, ni comment l’état-major a suivi le déroulement de l’opération. L’Alliance atlantique, ses généraux tirés à quatre épingles et ses diplomates bien pensants, ont décidé d’assassiner les enfants des familles des leaders libyens pour casser leur résistance psychologique.

JPEG - 26 ko
Khaled Al-Hamedi sur les tombes de ses enfants et de son épouse.
© Franklin Lamb / Réseau Voltaire

Depuis le XIIIe siècle, les théologiens et les juristes européens prohibent l’assassinat des familles. C’est un des fondements même de la civilisation chrétienne. Il n’y a guère que la mafia pour passer outre ce tabou absolu. La mafia, et maintenant l’OTAN.


Le 1er juillet, alors qu’1,7 million de personnes manifestaient à Tripoli pour défendre leur pays contre l’agression étrangère, Khaled est allé sur le front apporter du secours aux réfugiés et aux blessés. Des snipers l’y attendaient. Ils ont tenté de l’abattre. Il a été gravement touché, mais selon les médecins ses jours ne sont pas en danger.


L’OTAN na pas fini sa sale besogne.


Réseau Voltaire le 1er juillet 2011

 

Lire/Voir aussi:

Massacres d'enfants par l'OTAN en Libye, reportage de Michel Collon (vidéo)

Les Crimes contre l'Humanité de l'OTAN en Libye/NATO war crimes

Bombing of civilians in Libya deliberate

Dossier Libye/Libya Files

 

Url de cet article:

http://www.internationalnews.fr/article-le-massacre-de-sorman-libye-79273384.html

© 2011 over-blog.com - Tous droits réservés
Pour ne plus recevoir d'information provenant de www.internationalnews.fr, cliquez ici ou copiez et collez l'adresse ci-dessous dans votre navigateur Internet : http://ann.over-blog.com/desinscription.php?email=grianal...

14:04 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

20/07/2011

[Reseau Voltaire] Les principaux titres de la semaine

 
 
Sent: Wednesday, July 20, 2011 2:33 PM
Subject: [Reseau Voltaire] Les principaux titres de la semaine
 
Si ce message ne s’affiche pas correctement, cliquez ici
Réseau Voltaire
Focus
Interdiction d’embarquement vers la Palestine
Les compagnies d’aviation et les États européens sont-ils aux ordres d’Israël ?
par Silvia Cattori
En bref

 
1er juillet 2011 : manifestation monstre à Tripoli
 

 
DSK bientôt libre
 

 
Saoudiens et Anglo-Saxons prennent acte de l’éloignement de leurs intérêts
 

 
Libye : la France arme et encadre les forces « rebelles »
 

 
L’OTAN détruit des installations civiles pour empêcher Thierry Meyssan de s’adresser au peuple libyen
 
Controverses
Fil diplomatique

 
Débat et vote du Sénat français sur l’intervention des forces armées en Libye
 

 
Débat et vote de l’Assemblée nationale française sur l’intervention des forces armées en Libye
 
Veille documentaire

 
Le G-20 sert-il à quelque chose ?
 

 
 
« Tendances »
L’affaire Raëd Salah : les islamistes arabes abandonnent leur « Frère » palestinien
par Pierre Khalaf, Partenaires, 18 juillet 2011
« Tendances »
Retour aux anciennes méthodes coloniales
par Pierre Khalaf, Partenaires, 11 juillet 2011
 
 
 


_______________________________________________
Voltaire-ef mailing list
Voltaire-ef@voltairenet.org
http://lists.voltairenet.org/mailman/listinfo/voltaire-ef

20:10 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

19/07/2011

BELGIQUE: Pourquoi Steven Vanackere soutient-il les rebelles libyens ?


Les pays du Benelux (Belgique, Luxembourg et Pays-Bas) reconnaissent le Conseil national de...
 
 

Pourquoi Steven Vanackere soutient-il les rebelles libyens ?

Les pays du Benelux (Belgique, Luxembourg et Pays-Bas) reconnaissent le Conseil national de transition (CNT) comme « représentant légitime du peuple libyen » a déclaré ce mercredi le ministre Steven Vanackere.


Le Conseil national de transition a été fondé le 27 février 2011, à Benghazi. Il comporte quatre fractions importantes.

Les partisans du roi Idris Senoussi qui ont leur siège en Arabie saoudite, modèle de démocratie s'il en est. Le roi Idris a pris le pouvoir avec l’aide des Britanniques à la fin de la Seconde Guerre mondiale.  Ceux-ci voulaient garder le contrôle du  pétrole lybien.  Idris  a régné en Libye jusqu’en 1969. Son pouvoir reposait sur quelques clans de l’Est de la Libye. Un rapport d'experts français (« Libye : un avenir incertain » http://www.fichier-pdf.fr/2011/07/04/rapport-libye ) affirme que ce groupe ne peut être soupçonné du moindre réflexe démocratique : il veut tout simplement remettre la maison royale au pouvoir.

Les anciens khadafistes qui jusqu’il y a peu, faisaient partie du gouvernement libyen ou de l’appareil militaire.

Les mafieux : L’Est de la Libye est depuis longtemps une sorte de port franc sur lequel les autorités n’exercent que peu de contrôle. Ces quinze dernières années, la mafia locale y a organisé un trafic d’êtres humains de l’Afrique vers l’Europe. Les rentrées de ce commerce s’élevaient à des milliards de dollars. D’après le rapport français déjà cité, ces bandes mafieuses sont responsables des agressions et assassinats racistes contre des Libyens noirs et des Africains à Benghazi.

Enfin, il y a les islamistes radicaux. Depuis les années 90, ils sont actifs en tant que Groupe islamique combattant libyen, ou GICL. Depuis 2007, ils font partie d’al-Qaïda. L’Est de la Libye est renseigné aux États-Unis comme le principal fournisseur de djihadistes qui, en Irak, sont allés combattre contre les occupants américains.

Les experts français disent encore que les forces démocratiques ne constituent qu’une petite minorité, au sein du CNT. Human Rights Watch accuse les rebelles libyens d’avoir déjà arrêté des dizaines de citoyens tout simplement parce qu’ils étaient favorables à Kadhafi. L’une des personnes arrêtées, Mohamed El-Dabr, a été torturée à mort. Les prisonniers ne peuvent s’adresser à aucun avocat et ils n’ont pas encore pu voir le moindre juge.

On serait bien curieux de savoir qui, parmi ce petit club du CNT, a pu séduire les ministres des Affaires étrangères du Benelux.

Entretemps  tous les partis belges continuent à soutenir unanimement l’engagement militaire belge dans la guerre de l’Otan contre la Libye. Même Groen! estime toujours celle-ci « nécessaire pour protéger la population civile contre les crimes de guerre ». Et cela en livrant cette même population à une bande de mafieux, alquaidistes et autres nostalgiques d'un roi au service de l'empire britannique.

Notre pays continue à verser des bombes et à débourser des millions d’euros pour mettre au pouvoir cette bande.

Plus que jamais il est nécessaire d’arriver à une solution négociée, comme le propose par exemple l'Union africaine.

14:12 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

18/07/2011

Le bateau français Dignité Al Karama est dans les eaux internationales. Yamin du collectif 69 Palestine est à bord !

 
From: Pal69
Sent: Monday, July 18, 2011 9:18 AM
 
Subject: Le bateau français Dignité Al Karama est dans les eaux internationales. Yamin du collectif 69 Palestine est à bord !
 

Communiqué

Paris le 17 juillet 2011

 

La Flottille de la liberté n'est pas morte : le bateau français « Dignité Al Karama » est dans les eaux internationales. Il est parti, laissez le passer !


Samedi 16 juillet, le bateau français Dignité al-Karama a fini par l'emporter sur les milles obstacles et tracasseries dont il a été l'objet de la part des autorités grecques. Il a quitté le port de Kastellorizo, en Grèce, et a enfin atteint les eaux internationales. À son bord, en plus des militants français, une délégation qui représente toutes les campagnes internationales menées dans le cadre la Flottille de la liberté II «Restez humains».

 

Parti à l’origine d'un port en Corse fin juin, et battant pavillon français, le Dignité Al Karama est le seul bateau qui a pu se défaire de l'interdiction de naviguer décrétée par les autorités grecques à la demande du gouvernement israélien. La campagne "Un bateau français pour Gaza" a alors décidé d'en faire le porte-parole de l'ensemble de la flottille, pour dénoncer le siège de Gaza, exiger sa levée,  et porter aux Palestiniens un message de solidarité. 

 
A son bord : Stéphane Corriveau (coordinateur du  « Tahrir », bateau canadien pour Gaza), Ayyache Derraji (Journaliste-Al Jazeera), Dror Feiler (Campagne Ship to Gaza-Sweden et président des Juifs européens pour la Paix, musicien), Hilaire Folacci (Marin), Jérôme Gleizes (Membre du bureau exécutif d’Europe Ecologie Les Verts, professeur), Stéphane Guida (Cameraman-Al Jazeera), Amira Hass (Journaliste israélienne-Haaretz), Jacqueline Le Corre (Collectif 14 de soutien au peuple palestinien et Parti communiste français, médecin), Jean Claude Lefort (Député honoraire), Jo Leguen (Navigateur), Claude Léostic (Porte parole de la campagne Un bateau français pour Gaza et vice présidente de l’Association France Palestine Solidarité), Yamin Makri (Collectif 69 de soutien au peuple palestinien, éditeur), Oumayya Naoufel Seddik (Fédération des tunisiens pour une citoyenneté des deux rives, politologue), Vangelis Pissias (Campagne Ship to Gaza-Greece, professeur), Thomas Sommer –Houdeville (Porte parole de la campagne Un bateau français pour Gaza et membre de la Campagne Civile Internationale pour la Protection du Peuple Palestinien, chercheur associé à l’Institut français du Proche-Orient),  et Yannick Voisin (Marin).

 

Le « Dignité Al Karama » porte les valeurs de la campagne Un bateau français pour Gaza et de la coalition internationale : l'exigence de justice et de droit pour mettre un terme au blocus illégal de Gaza, condamné à plusieurs reprises par la communauté internationale. Face aux menaces du gouvernement israélien, nous réaffirmons notre démarche non-violente en solidarité avec les Palestiniens.

 

Il est maintenant parti  laissez le naviguer !!!

 

http://collectif69palestine.free.fr/

 

 

14:02 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

17/07/2011

Chek-point israélien à l'aéroport Zaventem (Bruxelles): Pays “li bres”, ou pays complices du sionisme ?

 
 
Pays “libres”, ou pays complices du sionisme ?
 
Interdit de s’ embarquer pour la Palestine, via l’ aéroport Ben Gourion, au départ de Zaventem (Belgique) et/ou Roissy (France), sur ordre ... d’ Israël. Il faut savoir que le transit par l’ aéroport Ben Gourion est une escale obligée étant donné que le seul aéroport palestinien a été détruit par les bombardements de l’ occupant sioniste ... en 2002 (je crois)...
Ces vidéos prouvent les faits ...
Les frontières d’Israël ne sont donc plus à Tel-Aviv, mais à Bruxelles et/ou Paris ... Et les flics français et/ou belges appliquent les ordres ...
RoRo
 
 
 
 
 
From: Le Brasier
Sent: Friday, July 15, 2011 4:46 PM
To: Djamal Benmerad
Subject: Chek-point israélien à l'aéroport Zaventem (Bruxelles)
 

09:06 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Avec le Sirocco, l'uranium appauvri protège t-il les civils lib yens et européens? L’OTAN = Organisation des Assassins Sans Fron tières !!!

 

L’OTAN = Organisation des Assassins Sans Frontières !!!
RoRo
 
 
mél
 

Avec le Sirocco, l’uranium appauvri protège-t-il les civils Libyens et Européens ?

dimanche 10 juillet 2011, par Comité Valmy


Alerte ! Particules d’uranium appauvri de la Libye à l’Europe via le Sirocco

Les Romains ont donné des noms aux vents de la Méditerranée. Le Sirocco [1] est celui du SE qui vient de la Libye. Quand en Europe on découvre sa voiture, sa terrasse ou des vêtements couverts d’une poussière rouge/ocre, le coupable est le Sirocco et il sera aussi responsable de déposer en Europe les particules d’uranium appauvri avec lequel la Libye est bombardée aujourd’hui. Pour protéger les civils et sauver des vies humaines en Libye, dit-on. Et d’oublier les dommages collatéraux en Europe, dommage !

El Correo

« Les missiles qui portent des pointes dotées d’uranium appauvri correspondent à la perfection à la description d’une bombe sale … Je dirai que c’est l’arme parfaite pour assassiner un paquet de gens. » Marion Falk, experte en physique-chimique à la retraite, du Laboratoire Lawrence Livermore, Californie, Etats-Unis.

Les premières vingt-quatre heures de l’attaque contre la Libye, les B-2 des Etats-Unis ont jeté 45 bombes de 2.000 livres chacune [un peu moins de 1.000 kilos]. Ces énormes bombes avec les missiles Cruise lancés depuis des avions et des bateaux britanniques et français, contenaient des ogives d’uranium appauvri.

L’uranium appauvri est le produit de déchet du processus d’enrichissement de l’uranium. Il est utilisé dans les armes et les réacteurs nucléaires. Parce que c’est une substance très lourde, 1,7 fois plus dense que le plomb, elle est très appréciée par l’armée pour sa capacité à transpercer des véhicules blindés et des édifices. Quand une arme qui porte une pointe d’uranium appauvri frappe un objet solide, comme la paroi d’un char, elle pénètre à travers lui et après explose en formant un nuage incandescent de vapeur. La vapeur se dépose comme poussière, une poussière qui est pas seulement vénéneuse, aussi radioactive.

Un missile avec de l’uranium appauvri au moment de l’impact brûle à 10.000ºC. Quand il atteint un objectif, 30 % sont fragmentés en mitraille. Les 70 % restant s’évaporent en trois oxydes hautement toxiques, dont l’oxyde d’uranium. Cette poussière noire reste suspendue dans l’air, et selon le vent et la climatologie, peut voyager sur de grandes distances. Si vous pensez que l’Irak et la Libye sont très loin, rappelez-vous que la radiation de Chernobyl est arrivée jusqu’au pays de Galles.

C’est très facile d’inhaler des particules de moins de 5 microns de diamètre qui peuvent rester dans les poumons ou dans d’autres organes pendant des années. Cet uranium appauvri inhalé peut causer des dommages rénaux, des cancers du poumon et des os, des problèmes de peau, des troubles neurocognitifs, des anomalies chromosomiques, des syndromes d’immunodéficience et d’étranges maladies rénales et intestinales. Les femmes enceintes qui se trouvent exposées à l’uranium appauvri peuvent mettre au monde des bébés ayant des malformations. Dès que la poussière se vaporise, on ne peut pas espérer que le problème puisse disparaître de si tôt. Comme émetteur de particules alpha, l’Uranium Appauvri a une vie moyenne de 4.500 millions d’années.

Sous la doctrine militaire US « Shock and awe » (« Choc et effroi ») appliquée dans l’attaque contre l’Irak, seulement 1.500 bombes et missiles ont jetés sur Bagdad. Seymour Hersh a affirmé que la seule la « US Third Marine Aircraft Wing » (Troisième division aéroportée de la Marine des Etats-Unis) a jeté plus de « cinq cent mille tonnes de munition ». Et tout cela portait des pointes d’uranium appauvri.

Al Jazeera a informé que les forces d’invasion étasuniennes ont lancé 200 tonnes de matériel radioactif contre des édifices, des maisons, des rues et des jardins de Bagdad. Un journaliste du Christian Science Monitor a emmené avec lui un compteur Geiger jusqu’aux zones de la ville qui avaient subi une sérieuse pluie d’artillerie des troupes étasuniennes. Et il a trouvé des niveaux de radiation de 1.000 à 1.900 fois supérieur à la normale dans ces zones résidentielles. Avec une population de 26 millions d’habitants, cela signifie que les Etats-Unis ont jeté une bombe d’une tonne pour 52 citoyens irakiens, c’est-à-dire environ 20 kilos d’explosif par personne.

William Hague [ministre des Affaires étrangères du Royaume-Uni] a dit que nous allions en Libye « pour protéger des civils et des zones habitées par des civils ». Vous n’avez pas à regarder très loin pour voir qui et quoi se « protège ».

Dans les premières 24 heures, « les Forces Alliées ont dépensé » 100 millions de livres sterling en munitions dotées de pointe à uranium appauvri. Un rapport sur le contrôle de l’armement réalisé par l’Union Européenne affirmait que ses états membres ont signé un accord en 2009 pour l’autorisation de la vente d’armes et de systèmes d’armement à la Libye pour une valeur de 333.657 millions d’euros. La Grande-Bretagne a accordé des autorisations aux entreprises d’armement pour la vente d’armes à la Libye pour montant de 24.700 millions d’euros et le Colonel Kadhafi a aussi payé pour qu’on envoie les SAS [Service Spécial Aérien] pour entraîner en anglais sa 32e Brigade.

Je parie que dans les prochaines 4.500 millions d’années, William Hague ne va pas partir en vacances en Afrique du Nord.

David Wilson Stop the War CoalitionStop the War Coalition, 24 mars 2011.

Traduit de l’espagnol pour El Correo par : Estelle et Carlos Debiasi

Notes

[1] Le sirocco ou jaloque est un vent du sud-est de la méditerranéen. Il vient du Sahara et arrive à des vitesses d’ouragan au nord de l’Afrique et au sud de l’Europe. Au nord de l’Afrique est connu sous son mot arabe Qibli (قبلی). En italien on le nomme Scirocco et Sirocco. En grec, ιρόκος (sirókos), tandis qu’en Croatie, au Monténégro et en Slovénie s’appelle Jus, et Ghibli en Libye. Le sirocco quand il arrive au sud de la France, contient plus d’humidité et il est connu sous le nom du « Marin ».

Aux îles Canaries il est oppressant, chaud et poussiéreux avec le vent s’appelle Buée. Le nom du sirocco dans le sud-ouest de l’Espagne est lebeche, xaloc en catalan. A Malte, il est connu comme xlokk. Il porte normalement une poussière rouge du Sahara et est associé aux orages et à de fortes pluies, le vent est très fort, pendant près de 4 jours. Le sirocco cause des conditions sèches le long de la côte d’Afrique du Nord, des orages en mer Méditerranée et un temps humide et froid en Europe.

Parfois il arrive jusqu’à Paris. La durée du sirocco peut être aussi brève que seulement une demie journée, mais il peut aussi durer quelques jours. Ce vent, souffle toute l’année, mais des vitesses de presque 100 kms par heure se produisent seulement en général pendant l’automne et le printemps. Il atteit son maximum en mars et novembre quand il est très chaud, avec une vitesse maximale d’autour de 100 km/h (55 noeuds). Beaucoup de gens attribuent des problèmes de santé au sirocco aussi bien dû à la chaleur et qu’à la poussière le long des régions côtières de l’Afrique. La poussière dans les vents du sirocco peut causer l’abrasion des instruments mécaniques et pénétrer dans les édifices.

Source :

http://www.elcorreo.eu.org/ ?Avec-le-Sirocco-l-uranium-appauvri-protege-t-il-les-civils&lang=fr 

et http://sos-crise.over-blog.com/article-alerte-particules-d-uranium-appauvri-de-la-libye-a-l-europe-via-le-sirocco-79012661.html

07:46 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

14 juillet, en FRANCE, curieuse journée (III).

 
 
From: Hess Madeleine
Sent: Sunday, July 17, 2011 5:40 AM
 
Subject:  14 juillet, en FRANCE, curieuse journée.
 
Je pense qu'Eva Joly a eu raison lorsqu'elle a dénoncé ces défilés militaires bien trop arrogants qui ne représentent en aucune façon le peuple de France. Cette armée n'est même pas indépendante puisqu'elle dépend du bon vouloir de l'OTAN, donc des USA. C'est une armée qui participe aux massacres de populations qui ne nous ont rien fait : Afghanistan, Libye, Cote d'Ivoire etc. Cette année elle a fait défiler les Dom Tom, toujours colonisés. Il me semble que le 14 juillet est la commémoration de la prise de la Bastille par le peuple de Paris. En quoi  cette armée coloniale serait-elle représentative de ce peuple ?
Ginette Hess Skandrani
 
Je ne soutiens pas particulièrement Eva Joly, vu la dérive sioniste des verts qui m'ont viré car je m'étais engagé sur la décolonisation de toute la Palestine ... mais je la trouve particulièrement courageuse lorsqu'elle ose s'attaquer à un monument comme l'armée.
Objet : Fw: 14 juillet, en FRANCE, curieuse journée.


 
----- Original Message -----
Sent: Saturday, July 16, 2011 10:10 PM
Subject: 14 juillet, en FRANCE, curieuse journée.
 
14 juillet, Fête nationale en FRANCE: un bien nécessaire et judicieux rappel ...
Merci !
RoRo
 
 
 
Sent: Saturday, July 16, 2011 9:47 PM
 
Subject: 14 juillet, curieuse journée.
 
Transfert:
"L'anniversaire d'une révolution est devenue la fête de ce qu'il y a de plus contre-révolutionnaire, l'armée, en particulier l'armée coloniale! Fête du jacobinisme et du racisme.

Il faut pourtant savoir que jusqu'en 1953, il y avait tous les 14 juillet un défilé ouvrier. Cette année-là, La police du gouvernement Laniel a ouvert le feu sur les militants indépendantistes algériens le 1r mai
d'abord, puis le 14 juillet. Depuis cette année-là le défilé ouvrier du14 juillet a été interdit, et la manif du 1er mai réduite à un rassemblement devant la Bourse du Travail. La manif du 1er mai n'a été restaurée qu'en
1967. Retiré aux ouvriers, le 14 juillet ne leur a jamais été rendu."
que dit Eva Joly à propos du 14 juillet? Eva Joly, la candidate pas assez française selon Fillon (se prononce comme fion)
 
En fait, l'Etat français a institué le défilé militaire du 14 juillet en 1980 pour redorer l'image de l'armée française un tantinet flouté par la défaite de 1870. Depuis, l'armée française , quand elle a fait une guerre toute seule, l'a systématiquement perdue... Et devenue professionnelle elle sera peut-être le bourreau du peuple français car on peut s'attendre à tout de la part de mercenaires qui ne peuvent avoir de conscience car "commencer à réfléchir, c'est commencer à désobéir", comme l'indique le règlement miltaire.

 

 

 

 

 

Sent: Thursday, July 14, 2011 11:52 AM
 
Subject: le 14 juillet endeuillé en FRANCE ...
Le 14 juillet 2011, endeuillé en FRANCE ...
Les Français “fêtent” le 14 juillet, leur fête nationale.
Je retiendrai essentiellement que c’ est surtout l’occasion de tout un dégobillage, d’un verbiage, de déclarations militaristes, de va-t-en guerre, de la part d’ Un Etat colonialiste.
Sous couvert de patriotisme et de grandeur nationale, c’ est tout un passé de conquêtes et de guerres injustes qui ressurgit.
Comme cadeau, ce 14 juillet, les Afghans viennent d’ envoyer à la FRANCE: 6 tués.. Je dirai simplement que lorsque l’on mène la guerre à des milliers de kms de ses frontières, il faut s’ attendre à recevoir en retour des ... victimes de guerre. Les autres puissances impérialistes qui agressent l’ Afghanistan, l’ Irak, la Libye, en savent aussi quelque chose. Il doit bien y avoir un prix à payer. Les larmes de crocodiles des gouvernants ne changeront rien...
Outre, les gosses libyens odieusement massacrés par les “frappes” aveugles et/ou ciblées des ricanos-otanos-occidentaux, Sarkozy et ses complices, peuvent aujourd’hui ajouter la mort de soldats français à leur actif.
Mais ont-ils tout simplement une conscience, eux qui nous parlent de “valeurs” à défendre ?
On croit mourir pour la patrie et pour servir le pays (ici la France!) et on meurt tout simplement pour les industriels, les coffres-forts...
Et dire, que dans le passé, que nos médias aux ordres dénonçaient les parades militaires à... l’Est!
Bonne fête quand même au peuple travailleur et révolutionnaire de FRANCE !
RoRo

07:08 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

15/07/2011

BHL, la honte de la philosophie française contemporaine

mél
 
 
----- Original Message -----
From: geoges gastaud
Sent: Thursday, July 14, 2011 9:09 PM
Subject:  BHL veut maintenant "sauver" la Syrie
 

BHL, ou la honte de la philosophie française contemporaine

 

Depuis les années 70 où, fort de ses appuis financiers et médiatiques, ce fulminant personnage occupe les devants de la scène, les médias de la vraie droite et de la gauche « bobo anti-coco » nous présentent B.-H. Lévy comme le Sartre de notre temps. Il est vrai que la place lui est quelquefois disputée par son ami, quelque peu en baisse de régime ces dernières années, André Glucksmann (l’ex-patron de la Gauche prolétarienne aujourd’hui décoré par Sarkozy, qui trouvait admissible la « seconde mort de l’humanité » à l’époque où Reagan préparait allègrement la guerre nucléaire totale contre l’ « Empire du Mal » soviétique !). Mais qu’on se rassure : ancien ministre de l’Education qui a brisé les retraites des enseignants et dénationalisé les ATOS, Luc Ferry n’est plus en état de concourir pour le podium depuis qu’il s’est livré sur les médias à un déballage imprudent, et combien « philosophique ».

Qu’importe que le personnage n’ait jamais produit un concept nouveau et que son « antitotalitarisme » confusionniste mette dans le même sac les nazis fauteurs de Shoah et l’URSS dont De Gaulle disait en 1966 : « les Français savent que c’est la Russie soviétique qui a joué le rôle principal dans leur libération ».

Peu importe, car ce qui compte pour la bourgeoisie et pour ses ours savants de la social-eurocratie, ce n’est pas que BHL soit un bon philosophe, ni même un philosophe tout court.

Ce qui compte c’est qu’il justifie à tous crins le « droit d’ingérence » des puissances impérialistes du nord et de l’ouest contre les Etats qui leur déplaisent au Sud et à l’Est. Le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ? Connais pas ! L’égalité entre les nations ? Une vieillerie ! La guerre devient aussitôt « humanitaire » quand elle est menée par les milliardaires dont se monsieur est fort proche, contre les bouseux du tiers-monde forcément terroristes, surtout s’ils ont quelques velléités de nationaliser le pétrole qui jaillit de leur sol, en privant inhumainement les grandes sociétés capitalistes.

L’homme a un avantage majeur qui fait que, quoi qu’il écrive, il sera toujours « grand philosophe » : il est anticommuniste, il hait le régime cubain, il a les yeux de Chimène pour les exactions de Tsahal, et il n’aime les résolutions de l’ONU que lorsqu’elles ne visent pas l’Etat d’Israël qui les viole depuis des décennies aux dépens du peuple palestinien.

N’est-il pas en outre très méfiant à l’encontre de l’idée de souveraineté nationale à une époque où la grande bourgoisie s’efforce de construite un Empire euro-atlantique sur le dos des peuples et des travailleurs de tout notre sous-continent ?

Alors, après avoir entraîné le président en titre, à la recherche d’une « rédemption » médiatique pour l’attitude inqualifiable d’Alliot-Marie et Cie dans l’affaire tunisienne, à faire la guerre contre le peuple libyen en outrepassant grossièrement la résolution de l’ONU, voilà maintenant, autre bonne action, qu’il est prêt pratiquement, avec Kouchner, Amara et Fabius, à « rouler des mécaniques » contre la Syrie.

Le peuple de Gaza peut crever, celui du Bahrein envahi par la si démocratique Arabie séoudite peut ravaler sa révolution, que lui importe : Netanyahou et la monarchie séoudienne sont du bon côté du manche, que côté qui s’ingère et non du côté qui est « ingéré » par le cannibalisme financier surarmé.

Et qu’on ne nous dise pas que, disant cela, nous cautionnerions tel ou tel régime que vous et vos pareils n’êtes jamais en peine de cautionner tant qu’ils ont l’intelligence de rester sagement dans le camp de l’impérialisme états-uniens, votre guide et votre modèle. Tout bonnement, cette question restera hors sujet tant que les maxi-bandits de l’impérialisme occidental, qui sont responsable de l’ordre économique mondial où 300 personnes possèdent autant que les deux milliards d’hommes les plus pauvres de la Terre, prétendront jouer les justiciers en signifiant aux peuples que certains sont majeurs et que d’autres doivent éternellement rester sous la tutelle des gentils bwanas kouchnérisés et dépoitraillés qui ont remplacé la mission évangélique de l’Eglise de jadis par l’exportation des plans d’ajustement structurels…, par le blabla sur les droits de l’homme made in Wall Street et par la razzia sur les matières premières de ces affreux pays qui-ne-connaissent-pas-la-vraie-démocratie !

Quant à la France, que des millions de gens soient contraints au chômage par la faute de la politique sarkozyste, qu’au nom de l’euro fort et des sacro-saints « marchés financiers » on y détruise, comme en Grèce, berceau de la philosophie et de l’Europe des Lumières, les derniers acquis sociaux, les derniers emplois industriels et les derniers services publics, que des milliers d’éleveurs laitiers, de marins-pêcheurs, de salariés des ex-services publics, de chômeurs traités d’assistés soient plongés dans la dépression et les idées noires étant donné la manière dont on les casse au boulot, le Sire de BHL –qui n’a jamais réellement TRIMé de sa jolie vie dorée-, n’en a que faire : « populisme » que tout cela !

Et c’est pourquoi les vrais philosophes de ce pays, qui sont encore nombreux à respecter leur discipline et à préférer la guerre à la paix et le droit des peuples à vivre sans l’ingérence constante des impérialismes occidentaux, se doivent de réagir d’urgence.

PAS CA ET PAS EN NOTRE NOM s’il vous plait !

Sartre n’était pas du côté des impérialistes et des néo-colonialistes : loin de plastronner dans les médias et de rouler sur l’or, il prenait des risques physiques, à côté bien souvent des communistes, que ce soit pendant la Résistance en écrivant dans Les Lettres françaises clandestines ou en préfaçant La Question interdite d’Henri Alleg aux éditions de Minuit.

Vous n’êtes pas le nouveau Sartre, Monseigneur de BHL, vous êtes l’anti-Sartre par excellence et la honte des philosophes qui, dans notre pays, s’inscrivent encore dans la tradition des Lumières et de la Commune de Paris, contre l’exploitation capitaliste, contre l’impérialisme et pour une société réellement démocratique parce que faisant toute sa place, centrale, à cette immense majorité de citoyens qui vivent, ou qui voudraient tant vivre de leur travail.

Que d’autres que moi s’expriment sur la place publique, qu’ils osent encourir vos foudres et qu’ils rejettent avec le mépris qui convient votre indécent tapage qui n’affiche l’étiquette philosophique que pour mieux crier la guerre et la domination.

 

Georges Gastaud.

 

 

Cri du Peuple 1871

Dimanche 10 juillet 2011

 Escroquerie :

Infosyrie était au meeting « pro-syrien » de BHL

Par Louis Denghien,

Info Syrie

 

BHL.jpg

Sur la photo : Bernard-Henri Lévy s'apprêtant à sauver la Syrie, après la Libye, après l'Irak, l'Afghanistan, le Darfour et la Bosnie...

C’est dans le cadre élégant et éminemment bobo du cinéma Saint-Germain-des-Prés, à un jet de bouchon de champagne du célèbre café des Deux Magots, que le dandy, lobbyiste atlanto-sioniste et imposteur littéraire Bernard-Henri Lévy tenait, lundi 4 juillet (jour de l’Independance day américain, au fait), la réunion de lancement de son assoce-gadget SOS Syrie, en présence de personnalités bien connue pour leur engagement pro-palestinien et pro-arabe en général comme Laurent Fabius, Bernard Kouchner, André Glucksmann, Frédéric Encel, Fadela Amara jouant ici le rôle du harki et Dominique Sopo, patron de SOS Racisme, celui de la potiche antiraciste.

Naturellement, Infosyrie se devait d’être présent à cette dernière manipulation politico-médiatique bien parisienne, juste avant les vacances.

Choses vues, et entendues.

(Presque) autant de CRS que de participants

 

La première chose qu’on remarque, c’est la grosse vingtaine de véhicules de CRS qui s’étirent le long du boulevard Saint-Germain puis de la rue Bonaparte : il paraît que l’initiative de BHL et de sa revue atlantiste de langue française La Règle du Jeu a suscité des réactions contrastées dans les milieux arabes de Paris. Devant le cinéma, une centaine de personnes, policiers en civil inclus, certaines lancées dans des débats sur le Proche-Orient.

Dès l’entrée on a l’impression d’un événement mondain autant que politique : il y a des hôtesses qui accueillent les people de l’américano-sionisme parisien, et vont les placer dans le carré VIP de la réunion.

Justement nous descendons dans le cinéma ; on remarque, appuyés contre le mur, quatre ou cinq malabars à l’évidence chargés du service d’ordre (peut-être recrutés par SOS Racisme, partenaire de la soirée). La salle du cinéma contient 208 places assises. Elles se remplissent à peu près toutes, avec le renfort de journalistes, et une cinquantaine de personnes se tiennent debout ou assises à même la moquette. Un rapide coup d’oeil confirme que les Arabes sont en nette minorité dans cette assistance (un peu comme parmi les parrains de SOS Syrie, tiens).

On croise assez vite BHL qui a revêtu sa tenue réglementaire d’intello combattant : costume gris bien coupé, chemise blanche ouverte, brushing de vieux minet et air grave et concerné. Un peu plus loin son alter égo moins élégant André Glucksmann donne une interview à l’un des nombreux micros présents pour cette circonstance minuscule mais néanmoins abondamment relayée.

Un journaliste arabe parle interminablement devant la caméra d’une télévision non identifiée. Assis au dernier rang de la salle, le journaliste de France 2 Philippe Rochot, otage au Liban en 1986, est interrogé par une dame de RFI : il explique que même s’il ne cautionne pas forcément tout ce qui sera dit ce soir, il est content qu’on s’intéresse à la Syrie ; la journaliste lui fait remarquer que la réunion fait l’objet de polémiques ; Rochot admet que les organisateurs de celle-ci sont "assez marqués" , mais bon…

La réunion débute peu avant 21 heures par un film d’une quinzaine de minutes retraçant l’histoire de la Syrie indépendante, et l’on en arrive rapidement à l’actualité : des vues de manifestations, de victimes ensanglantées et de policiers répressifs se succèdent ; bien sûr, il est beaucoup question de Hamza, enfant tombé au cours d’une manifestation à Deraa, et dont le cadavre décomposé est présenté rituellement comme portant des traces de torture (voir notre article Le martyr que trop de gens attendaient) ; on a même droit une petite séquence consacrée au colonel Harmoush, ce déserteur de l’armée syrienne qui prétendait, devant la BBC notamment, avoir sauvé la population  de Jisr al-Choughour, en plaçant des mines anti-chars avec une vingtaine de ses hommes (voir notre article Déserteur et/ou menteur), avant que la même BBC reconnaisse que le colonel était peut-être un déserteur mais surtout un bidonneur : on a les témoins de moralité qu’on peut.

A propos de témoins de moralité, l’actrice Angelina Jolie,  en visite promotionnelle dans un camp de réfugiés syriens en Turquie, a droit à 2 bonnes minutes d’interview : c’est largement suffisant pour qu’on saisisse toute la finesse de ses analyses géopolitiques, et c’est complètement raccord avec la tonalité très fashion de cette soirée de gala SOS Syrie. Naturellement, on nous assène la comparaison de Bachar avec Hitler, ça ne mange pas de pain et ça fait toujours genre…

Incidents

Le film achevé, un collaborateur de La Règle du Jeu annonce les festivités à venir, salue les personnalités présentes, physiquement ou via un message de soutien : Martine Aubry, Bertrand Delanoe, Laurent Fabius, Bernard Kouchner, François Bayrou, Jane Birkin, Xavier Beauvois. Le « maitre-Jacques » de la soirée explique que ce qui a décidé Lévy et ses amis à agir, c’est le « silence assourdissant de la communauté internationale et des grandes consciences » sur la Syrie (on ne doit pas regarder la même télévision !)

 Il est interrompu par un jeune homme barbu qui dénonce, au nom de l’opposition syrienne, l’escroquerie politique et morale de cette réunion, dont le but n’est pas vraiment de soutenir le peuple syrien : le perturbateur est ceinturé par deux ou trois malabars et évacué sans ménagement vers une sortie, mais continue de hurler son indignation.

 

Un autre pilier de la revue de BHL, Bernard Schalscha, lui succède pour raconter la genèse de l’opération SOS Syrie. Mais cette fois c’est une jeune fille arabe, épaulée par un garçon, qui se lève et crie que les organisateurs de la réunion se foutent bien du peuple syrien, et d’ailleurs elle les désigne franchement comme « sionistes » : elle et son compagnon sont expulsés à leur tour par les gros bras.

Shalscha fait le malin imperturbable : « Quand ces gens-là disent « sionistes », explique-t-il, il faut traduire par « juifs »". Ce qui lui attire une nouvelle réaction depuis le fond de la salle : un type se lève à son tour et dit que « sioniste, désolé, mais ça veut dire sioniste ! » ; le ton est moins agressif, mais ferme ; Schalscha lui demande, un rien menaçant, de se taire ou de partir. Obéissant ou expulsé – nous n’avons pas bien vu – l’intervenant se tait. La réunion peut suivre tranquillement son cours mensonger.

 BHL & son téléphone rouge

 

A 21h10, BHL monte au micro : pendant un quart d'heure, il explique comment avec une poignée d’amis, il a ressenti la nécessité de faire quelque chose pour ce peuple syrien si sympathique comme il l’avait déjà fait avec André (Glucksmann) et Bernard (Kouchner) pour la Bosnie, la Tchétchénie (un coup de patte à Poutine, soutien de Bachar, au passage) ou encore le Darfour. Et BHL, qui, il faut le reconnaître n’a peur de rien, de citer sa démarche exemplaire pour le cas libyen : « J‘ai passé un coup de fil, au bon numéro, dit-il en substance, et tout est allé très vite ! » Eh oui, un simple coup de fil à son ami Sarkozy, par-dessus la tête du ministre Juppé, et la guerre a aussitôt démarré en Libye, simple mais il fallait y penser ! Lévy-Botul évoque aussi l’engagement solennel pris par sa revue de soutenir la révolution syrienne jusqu’au départ de Bachar al-Assad, et dans l’immédiat d’accueillir les étudiants syriens désireux de poursuivre leur cursus en exil. L’ex-mari d’Arielle Dombasle dit encore que la France est un pays de débats, parfois violent, mais où les gens biens de droite et de gauche savent s’unir pour la bonne cause.

Si tous les gars du petit monde de Saint-Germain-des-Prés pouvaient se donner la main…

L’animateur-modérateur (sic) de la réunion lit ensuite des messages de soutien de Martine Aubry et de Bertrand Delanoe, des « gens biens » de gauche qui, sur ce sujet comme sur d’autres, disent la même chose que les « gens bien » de droite Sarkozy et Bayrou. Tout de même, présidentielle oblige, Martine lance un coup de griffe à Nicolas, coupable d’avoir invité Bachar al-Assad à un récent défilé du 14 juillet.

Tiens, une Syrienne ! C’est Lama Atassi, présentée par BHL comme issue d’une grande famille de Syrie, et en tout cas membre de cette opposition sous influence américaine et sous domination des Frères musulmans, qui a tenu naguère congrès à Antalya en Turquie. Lama Atassi, jeune femme parlant un bon français, explique que son discours a été rédigé avec l’aide des plumitifs de la Règle du Jeu décidément très attentionnés pour les Arabes. Il est, ce discours, sans surprise, maximaliste, appelant au soulèvement anti-Bachar ; Mlle Atassi ne parle pas des Frères musulmans, pourtant présents en force à Antalya, ni d’ailleurs des opposants plus modérés réunis voici quelques jours à l’hôtel Sheraton de Damas.

Peut-être que ça gênait les co-rédacteurs de La Règle du Jeu…

Après c’est le réalisateur comblé du film Des hommes et des dieux, Xavier Beauvois, qui monte à la tribune ; il donne vite le sentiment de moins bien parler le français que Lama Atassi, et bafouille de toutes façons les lieux communs bien pensants qui lui servent apparemment de vision du monde et de la Syrie. Lénine appelait ce genre de compagnon de route des "idiots utiles" . Beauvois, « trop rebelle » comme disent les jeunes, passe des manifestants de Deraa aux sans-papiers en France, espérant que de nombreux réfugiés syriens en obtiennent très vite (des papiers) du gouvernement français.

 Kouchner : une intervention militaire hélas « impensable »

 

Puis le théoricien du droit d’ingérence, Bernard Kouchner lui-même, prend la parole : de ce ton grave et « inspiré » – un peu le registre Dominique de Villepin – qu’on lui connaît, l’ex-ministre-potiche des Affaires étrangères de Sarkozy crache carrément le morceau : il faut, en renversant Bachar, briser l’axe Hamas-Hezbollah-Damas-Téhéran, trop peu « american & israelian friendly » en quelque sorte. Hélas, reconnaît-il, une intervention militaire en Syrie est impensable, car il n’existe pas de consensus là-dessus à l’ONU (nouvelle allusion perfide à la Russie, autre grand méchant de la soirée).

Kouchner reconnaît aussi que le précédent irakien est plutôt un " mauvais exemple" , qui continue de polluer un peu son concept d’ "ingérence humanitaire ", avec notamment le sort peu enviable des minorités chrétiennes livrées à la haine des extrémistes musulmans.

Bref, c’est mal parti pour faire grand chose contre le régime de Damas, mais Kouchner réclame quand même, pour le principe, le départ de Bachar.

Place à Radwan Badini, professeur d’université et président de « Syria in change for Democracy » (en américain dans le texte), un autre congressiste d’Antalya. Lui parle surtout pour la minorité kurde, dont il est issu. Notamment il dénonce la politique d’immigration arabe du gouvernement syrien en zone kurde qui tend à faire basculer la majorité démographique.

Que pensent BHL et ses séides de cette dénonciation de l’immigration-invasion ? Tout de même, Radwan Badini se réclame d’une Syrie unie, et refuse toute intervention étrangère, même si elle est déclenchée sur simple coup de fil de BHL.

Et voici Jane Birkin, idiote plus trop ravissante et fidèle compagnon de toutes les manips de la bande à Lévy : de sa voix de très vieille petite fille ingénue-bouleversée, elle lit le message d’un opposant syrien de l’intérieur qui parle, entre autres, de filles violées devant leurs mères, d’enfants tués devant leurs parents : un moment d’émotion démocratique.

 

A qui le tour ? A Axel Poniatowski, député UMP, chargé de représenter ce soir, par ordre décroissant d’importance, la droite, le gouvernement et Jean-François Copé. On retiendra de sa péroraison qu’il mélange allègrement les situations de la Tunisie, de l’Egypte, de la Libye, oubliant que MM Ben Ali et Moubarak étaient les meilleurs amis de ses amis américains et israéliens.

A un moment, Axel P. commet un lapsus assez révélateur, dénonçant la « Russie » au lieu de la Syrie ! Sinon, le député sarkozyste déplore comme son ami « Bernard » (Kouchner) qu’une intervention de type OTAN soit impossible en Syrie, regrette que la Ligue arabe refuse de condamner le régime de Damas, mais met tout son espoir de démocrate dans de sévères sanctions économiques et financières.

Puis c’est un nouvel opposant syrien, Ashraf Almmoqdad de Deraa et d’ailleurs, paraît-il, cousin du jeune Hamza, martyr officiel de l’opposition syrienne ; dirigeant d’un syndicat étudiant de Damas, il est le seul à s’exprimer en arabe, mais c’est pour dire peu ou prou la même chose que BHL.

De l’air !

C’est là que nous avons décidé d’interrompre l’expérience, loupant ainsi un message enregistré  de François Bayrou et un prêche « en direct » d’André Glucksmann. Cécile Duflot, des Verts, et Rama Yade, de la "gauche de la droite", se sont, paraît-il, contentées de se montrer.

Nous avons, de toute façon, compris le message de la soirée : Vive la Syrie sous influence atlanto-sioniste !

Nous quittons le cinéma Saint-Germain, pour un soir point de critallisation de l’escroquerie intellectuelle et du mensonge politique, en nous demandant si BHLet ses amis poursuivront leur combat pour une Syrie libre au Café de Flore ou bien chez Lipp.

 

Et puis aussi nous avons une petite pensée triste pour les opposants syriens sincères : à partir du moment où leur cause est prise en main par un Bernard-Henri Lévy, elle est évidemment déshonorée, décrédibilisée, en attendant d’être démodée.

  infosyrie.jpg  INFO SYRIE Agence de réinformation sur l'actualité en Syrie

canempechepasnicolas

 

14:42 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

14/07/2011

L'engagement militaire en Libye est maintenu à 482 voix contre 2 7

 
 
L'engagement militaire en Libye est maintenu à 482 voix contre 27
 
SALOPERIE DE GUERRE !
RoRo
 
 
Subject: Fw: L'engagement militaire en Libye est maintenu à 482 voix contre 27
mél
 
L’’engagement militaire en Libye est maintenu

le 13 juillet 2011

 

 

 (Note de RoRo: avec eux, la “démocratie”, la “liberté”, l’”égalité”, la “justice”, la “fraternité”, les “droits de l’ homme” et “humanitaires” tombent du ciel ...)

 

Les députés français ont voté hier soir en faveur de la poursuite de l’‘intervention armée de la France en Libye, à 482 voix contre 27 (principalement les communistes).

Les sarkoziens, la droite, le centre, les verts, les “socialistes”, même combat impérialiste, otanien et colonialiste !

 

Les communistes et le député PS des Landes Henri Emmanuelli ont voté contre. Ce dernier a invoqué « la liberté des peuples à s’autodéterminer. »

 

Le résultat du vote effectué hier 12 juillet sur la prolongation de l'intervention militaire en Libye est sans appel. A l'Assemblée nationale, 482 députés ont voté pour, et seulement 27 contre. Au Sénat, 314 élus ont voté pour, 24 contre. Cette consultation au Parlement a été rendue obligatoire par les modifications constitutionnelles adoptées en 2008.

 
Nicolas Dupont-Aignan s'est bâillonné d'une écharpe tricolore, mardi après-midi, à l'Assemblée nationale, lors des débats sur la prolongation ou non de l'intervention française en Libye. Comme plusieurs élus, il protestait contre l'impossibilité pour les neuf députés non inscrits de s'exprimer individuellement, alors que les parlementaires, désignés par chaque groupe politique constitué, eux, ont pu s'exprimer. 


Elu non inscrit de l'Essonne, Nicolas Dupont-Aignan a rappelé qu'«à chaque débat dans cet hémicycle, les députés (...) qui n'appartiennent à aucun groupe ont un temps de parole de cinq minutes». Or, déplore t-il, «comme par hasard, quand il s'agit de discuter [...] de la question de la Libye, le temps de parole des non inscrits est supprimé (...). C'est indigne de notre hémicycle, nous sommes élus comme les autres, nous représentons autant que chacun notre peuple», s'est-il exclamé avant de se bâillonner durant l'intervention du Premier ministre François Fillon.
 
 

13:08 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

le 14 juillet endeuillé en FRANCE ...

Le 14 juillet 2011, endeuillé en FRANCE ...
 
Les Français “fêtent” le 14 juillet, leur fête nationale.
 
Je retiendrai essentiellement que c’ est surtout l’occasion de tout un dégobillage, d’un verbiage, de déclarations militaristes, de va-t-en guerre, de la part d’ Un Etat colonialiste.
 
Sous couvert de patriotisme et de grandeur nationale, c’ est tout un passé de conquêtes et de guerres injustes qui ressurgit.
 
Comme cadeau, ce 14 juillet, les Afghans viennent d’ envoi à la FRANCE: 5 tués. Je dirai simplement que lorsque l’on mène la guerre à des milliers de kms de ses frontières, il faut s’ attendre à recevoir en retour des ... victimes de guerre. Les autres puissances impérialistes qui agressent l’ Afghanistan, l’ Irak, la Libye, en savent aussi quelque chose. Il doit bien y avoir un prix à payer. Les larmes de crocodiles des gouvernants ne changeront rien...
 
Outre, les gosses libyens odieusement massacrés par  les “frappes” aveugles et/ou ciblées des ricanos-otanos-occidentaux, Sarkozy et ses complices, peuvent aujourd’hui ajouter la mort de soldats français à leur actif.
 
Mais ont-ils tout simplement une conscience, eux qui nous parlent de “valeurs” à défendre ?
 
On croit mourir pour la patrie et pour servir le pays (ici la France!) et on meurt tout simplement pour les industriels, les coffres-forts...
 
Bonne fête quand même au peuple travailleur et révolutionnaire de FRANCE !
 
RoRo

09:58 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

13/07/2011

Sarkozy, combien d'enfants as-tu tués cette nuit ?

 
 
Sarkozy, combien d'enfants as-tu tués cette nuit ?
 
témoignage sur place de Michel COLLON, journaliste belge bien connu ...
 
From: Xarlo@...
Sent: Wednesday, July 13, 2011 10:41 AM
To:
Subject: Crimes contre l'Humanité... qui osera les emmener devant un tribunal?
 
Il s'agit pourtant d'un génocide contre le monde arabe dans son ensemble... Nuremberg?
les tueries "humanitaires", ça suffit !!
 
 
 

 

12:30 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

BELGIQUE-Palestine: TEMOIGNAGE DE MYRIAM DE LY

 
“Démocrates”, les sionistes de Tel-Aviv ... !
RoRo
 
From: Hess Madeleine
Sent: Monday, July 11, 2011 7:24 PM
 
Subject: TEMOIGNAGE DE MYRIAM DE LY (de CHARLEROI-Dampremy)
 
 
Objet : TEMOIGNAGE DE MYRIAM DE LY

http://www.europalestine.com/spip.php?article6312

http://www.fischer02003.over-blog.com/article-temoignage-de-myriam-de-ly-79159112.html

http://www.convergencedesluttes.fr/index.php?post/2011/07/11/TEMOIGNAGE-DE-MYRIAM-DE-LY

Témoignage de Myriam de Ly libérée de la prison de Ramleh à Tel Aviv

Dimanche 10 juillet 2011

Myriam de Ly vient de rentrer en Belgique ce matin avec Jan Cool, tous deux participants à la mission Bienvenue en Palestine, et libérés pour raisons de santé.
 
"Jan, qui fut médecin dans les camps palestiniens au Liban, et retenu en otage pendant treize mois, a fait une violente crise d’angoisse hier à la prison", raconte Myriam. "Alors qu’il souffre d’une pathologie rénale, les Israéliens lui ont confisqué ses médicaments et l’eau commençait à s’accumuler dans ses jambes. Mais la crise s’est déclenchée alors qu’il entendait le récit des brutalités exercées sur ses compatriotes femmes d’origine arabe."
 
Partis de Bruxelles vendredi matin par un vol de la compagnie Swiss Air, nous avons été arrêtés à l’aéroport Ben Gourion et nous nous sommes retrouvés vers 15 heures dans la salle des "suspects" à une quarantaine de passagers de diverses nationalités ayant déclaré que nous souhaitions nous rendre à Bethléem.
 
S’en est suivie une attente de plusieurs heures pendant laquelle des policiers israéliens venaient appeler pour interrogatoire, uniquement des personnes ayant un nom à consonance arabe, tandis que des "faux voyageurs" s’asseyaient parmi ceux qui attendaient pour ... nouer la conversation..
 
Finalement tous les participants à la mission Bienvenue Palestine se sont retrouvés dans un local en étage. Là, nous avons refusé une proposition de ne laisser passer que les personnes les plus âgées (83, 77, 70 ans). Nous avons alors fait une contre-proposition : tout le groupe part à Bethléem et nous resterons à Bethléem. Ce qui nous fut refusé.
 
Puis, comme nous n’avions pas l’air abattu, mais nous chantions au contraire dans toutes les langues et nous racontions nos expériences dans nos pays respectifs, Mick Napier rapportant notamment les progrès de la campagne BDS en Grande-Bretagne, une vingtaine de soldats sont arrivés et ont commencé à nous frapper, tandis que les policiers riaient et nous provoquaient verbalement, après avoir volé les appareils et portables de tous ceux qui tentaient de prendre des photos de ces violences.
 
"Joyce, une britannique de 70 ans a été jetée par terre et tabassée. Mick Napier, qui s’était interposé pour protéger quelqu’un, s’est retrouvé avec des menottes aux pieds et aux mains pendant trois heures. Puis vers 22 heures, tout le monde a été délesté de l’ensemble de ses effets personnels et jeté dans des fourgons cellulaires qui sont restés moteurs allumés sans bouger pendant deux heures, avec impossibilité de se rendre aux toilettes.
 
Finalement nous avons tous été conduits dans une salle commune de la prison de Ramleh, où une "assistante sociale" est venue demander à chacun d’entre nous si nous avions des "antécédents suicidaires" !!.

Puis dix repas d’avion nous ont été remis pour un total de vingt cinq femmes, et à 2 heures 30 du matin nous avons été mis dans des cellules par groupes de cinq, et j’ai donc dormi avec deux françaises, une Irlandaise et une Anglaise, jusqu’à 8 heures, heure à laquelle nos geôliers sont venus tambouriner sur nos portes.
 
Je ne me suis levée que lorsque le Consul de Belgique à Tel Aviv est venu nous voir dans une salle où ont été réunis une vingtaine de Belges. En revanche l’avocate Gaby Lasky n’a pas été autorisée à nous parler collectivement mais seulement individuellement.
 
Quand j’ai repris l’avion j’avais subi entre sept et huit fouilles corporelles et de mes bagages.
 
Mais, si j’ai dû revenir pour des raisons de santé, ma détermination n’est pas davantage entamée que celle de mes camarades qui exigent de pouvoir se rendre en Cisjordanie. Et l’occupant israélien, loin de me terroriser, m’a donné davantage de raisons de me mobiliser pour la liberté du peuple palestinien."
 
Témoignage de Myriam De Ly recueilli par CAPJPO-EuroPalestine

 

 

10:56 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

07/07/2011

ITALIE: Base US de Pise pour la guerre en Libye

En réalité, nos gouvernants “démocrates”, par l’ agression impérialiste, l’occupation colonialiste, la guerre et le pillage, sont des massacreurs ... !!!
Vive donc le Monde “libre” ...
RoRo
 
 
 
mél
 
Jeudi 7 juillet 2011 4 07 /07 /Juil /2011 07:10

Pise/BASE DE LA GUERRE EN LIBYE  

Les avions invisibles de Camp Darby

et les bombes transportées par trains

Manlio Dinucci

Fin de l’’alarme à Pise : « Aucun avion ne survole la ville en transportant des bombes ou des engins de ce genre ». C’est ce qu’a rapporté au conseil municipal le maire Marco Filippeschi (Partito democratico, NdT),après s’être « entretenu » avec le Colonel Raffaele Iubini, commandant italien de la base étasunienne de Camp Darby, et avec le général Stefano Fort, commandant de la 46èmeBrigade aérienne. « Tous les deux m’ont dit que les nouvelles rapportées par la presse sont absolument dénuées de tout fondement ».

Nous sommes-nous donc trompé quand, le 1erjuin, nous avons rapporté sur il manifesto la dénonciation de la Coordination No Hub ?

Celle-ci se base sur des faits précis : l’intensification des vols militaires de C-130J et autres avions cargos au-dessus de Pise depuis qu’a commencé la guerre en Libye ; la déclaration du porte-parole du Pentagone, Dave Lapan, confirmée le 10 juin par le secrétaire à la défense en personne, Robert Gates, que les Etats-Unis fournissent aux alliés des munitions, parmi lesquelles des bombes intelligentes à guidage de précision.

Elles sont stockées dans la base limitrophe étasunienne de Camp Darby. Notre situation, a dit un des commandants de la base, nous offre « des capacités logistiques uniques car notre dépôt est à 30 minutes de l’aéroport de Pise ».

Peu convaincante donc la réponse selon laquelle « les informations rapportées par la presse sont absolument dénuées de tout fondement ».

Que transportent les avions cargos qui décollent en continu de l’aéroport de Pise, en direction du sud ?

Des souvenirs de la Piazza dei miracoli, ou des armes pour les rebelles libyens et des bombes pour attaquer Tripoli ?

En trois mois les avions de l’OTAN ont accompli 13.000 missions en Libye, dont 5.000 d’attaque avec bombes et missiles. Dans une interview à Defense News, le chef d’état-major de l’aéronautique, le général Giuseppe Bernardis, a spécifié que les avions italiens utilisent des bombes Jdam, Paveway II et III, Paveway III potentialisées et des missiles de croisière à longue portée Storm Shadow, lançables depuis des avions.

L’aéronautique militaire elle-même publie la photo d’un C-130J d’où sont larguées des bombes Gbu-16, en spécifiant que les C-130J « hot cargo » garantissent l’approvisionnement nécessaire en armement pour l’opération « Protecteur unifié ».

Et pourquoi, pour répondre à la Coordination No Hub, a-t-on dérangé Alessandro Mobono, expert des Nations Unies en déminage humanitaire et en ravitaillement en munitions ?

Sur La Nazione il assure que « tout le ravitaillement en munitions transporté est muni de dispositifs de sécurité pour le maniement et le transport hyper-testés, et qu’en cas d’accidentd’un avion, ils n’explosent que très difficilement, disons à 99% : donc, tranquilles, rien ne peut arriver et ne créons pas un alarmisme injustifié ».

Il admet de cette façon, cependant, que les avions cargos transportent des bombes.

Moins tranquillisant encore est ce que rapporte le maire de Pise qui, alors qu’il assure qu’ « aucun avion ne survole la ville en transportant des bombes », spécifie que « les transports sont effectués par le Canal des Navicelli (qui relie Camp Darby au port de Livourne, voir en fin de textei, NdT) et par chemin de fer, en grande partie je crois par le Canal des Navicelli, si j’ai bien compris ». Tranquilles alors : les bombes passent dans des zones habitées sur des wagons de chemins de fer et sur des péniches, pour être chargées sur les bateaux dans le port de Livourne.

En attendant, à Pise, la Municipalité organise aujourd’hui (dimanche 3 juillet 2011) la première « Journée nationale pour les Victimes du devoir », avec sauts de parachutistes de la Brigade Folgoreet survol de la ville par des avions militaires.

Et à la 46èmeBrigade aérienne se tient l’ « Art Expo 46 », exposition artistique parrainée par la Mairie et la Province, avec exposition de tableaux genre celui qui « esquisse une idée de ville sur fond parsemé de petits avions qui veillent sur nous ».

Edition du 3 juillet 2011 de

il manifesto,

http://www.ilmanifesto.it/area-abbonati/in-edicola/manip2n1/20110703/manip2pg/08/manip2pz/306044/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

i NdT : Le Canal des Navicelli a été construit sous le règne de Cosme 1er de Médicis au XVIème siècle pour relier Pise (et Florence) au port de Livourne.

Selon http://it.wikipedia.org/wiki/Canale_dei_Navicelli « le Canal des Navicelli revêt en outre une importance stratégique militaire notable, du fait qu’il traverse la base militaire de Camp Darby, à Tombolo, constituant une composante déterminante pour les trafics de la base ».

Une jolie manière de présenter les choses.

INFO REPRISE SUR
LE BLOG DE JACQUES TOURTAUX
 
canempechepasnicolas
 

 

10:10 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

BELGIQUE: [alerte_otan] TR: Lancement de la campagne intal: F-16 hors de Libye

 

De : Mario Franssen [mailto:mario.franssen@intal.be]
Envoyé : mardi 5 juillet 2011 19:51
À :
Objet : Lancement de la campagne intal: F-16 hors de Libye

à tous les membres et sympathisants

Intal lance une campagne contre la guerre de l'OTAN en Libye
30 signatures pour chacun des 150 parlementaires

Le 17 mars 2011, 9 pays du Conseil de Sécurité des Nations Unies votaient la résolution 1973. S'appuyant sur cette résolution, le 18 mars, le Parlement belge décide d' aller en guerre contre la Libye. Aucun parlementaire n'a voté contre cette décision.

"2003: Irak, 2011: Libye", il s'agit du slogan scandé par intal lors de la manifestation dimanche 20 mars 2011. Aujourd'hui, nous devons en finir avec cette guerre qui n'apporte que de la misère et qui ne sauve absolument pas les citoyens. Est-ce que ce ne sont pas plutôt les intérêts économiques et géostratégiques qui sont en jeux, et donc plutôt les grandes puissances occidentales que les citoyens libyens ?

Sur base d'une visite en Libye au mois de juin, intal a décidé de faire campagne contre la participation belge à l'attaque de l'OTAN sur la Libye. Nous exigeons que cela cesse immédiatement. Les F-16 belges doivent rentrer directement en Belgique.

Objectifs

Afin de soutenir cette exigence, intal souhaiterait recueillir 30 signatures pour chacun des 150 parlementaires, avant le début de l'année parlementaire, fin septembre 2011. Nous vous lançons le défi de prendre un parlementaire à votre compte et de rassembler 30 signatures. Vous pouvez télécharger ici la pétition.

Qui, quoi, où ?

L'objectif est de rassembler 4.500 signatures en moins de trois mois. Nous comptons sur vous ! Emportez la pétition lors de festivals, fêtes de famille, camps, à la piscine, en terrasse. Demandez à vos amis de signer la pétition et peut-être qu'eux-même se lanceront à la recherche de signatures.

Vous êtes actif dans une association, une maison de jeunes, un mouvement de solidarité, ... ? Parlez-en et réunissez-vous pour partir en festival avec des pétitions à signer sous les bras. Vous pourrez alors à n'importe quel moment récolter des signatures à l'attention des parlementaires.
Vous pouvez renvoyer les pétitions signées à : intal, chaussée de Haecht 53, 1210 Bruxelles.

Digital

Vous pouvez soutenir la campagne de deux manières différentes. Premièrement, via le formulaire en ligne que vous trouverez sur le site d'intal. Idéal pour envoyer la pétition par e-mail à tous vos amis et contacts. Deuxièmement, via Facebook. Vous pouvez soutenir la campagne en adhérant à la campagne ...et en invitant vos amis à faire de même !

Vous pouvez également suivre de près la campagne via le blog de la campagne sur www.intal.be.

Bonne chance!

=> Téléchargez la pétition
=> Rejoignez la campagne via Facebook
=> Signez la pétition en ligne
=> Devenez membre d'intal et renoncez à la guerre en Libye
=> Le page de la campagne

Le texte de la pétition

Ministres et Parlementaires,
la Belgique est en guerre en Libye et vous êtes responsables!

Chers Ministres De Crem, Vanackere
Chers Parlementaires,

Nous exigeons que la participation Belge à l’attaque de l’OTAN en Libye cesse immédiatement. Les F-16 belges doivent rentrer tout de suite.

- La guerre en Libye a été présentée comme une guerre pour sauver des civils et pour la démocratie. Les motivations réelles sont en fait de pouvoir s’approprier les richesses de la Libye et de protéger les intérêts géo-stratégiques de l’Occident. C’est ce que nous apprennent les guerres en Irak et en Afghanistan.

- Les civils tués en Libye et les centaines de milliers de réfugiés démontrent que les F-16 belges qui participent à l’offensive de l’OTAN ne sauvent pas des civils mais au contraire font plus de victimes.

- En ces temps de grande crise économique et politique, la Belgique arrive à décider en 1 journée de partir en guerre. Entamer un guerre ne constitue pourtant pas une "affaire courante".

- La guerre contre la Libye coûte chaque mois 5.000.000 € à la Belgique. Ceci correspond au salaire mensuel brut de plus de 2000 enseignants ou infirmiers débutants.

- Les problèmes en Libye doivent être résolus par les Libyens et ceci sans ingérence indésirée.


Uitschrijven van deze mailinglist
www.intal.be, 02/209.23.50, info@intal.be

Haachtsesteenweg 53
Brussel 1210
Belgium



Uitschrijven uit ALLE mailings van intal

__._,_.___
Activités récentes:
    Pour vous désabonner de cette liste de diffusion, envoyez un email à :
    alerte_otan-unsubscribe@yahoogroupes.fr

    Pour retrouver les messages précédemment envoyés : http://fr.groups.yahoo.com/group/alerte_otan/messages

    Cette liste est gérée par des membres du Comité de Surveillance OTAN. Les opinions éventuellement exprimées n'engagent que les auteurs des messages, et non le CSO.
    .

    __,_._,___

    09:30 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

    06/07/2011

    [alerte_otan] Rapine à main armée à Tripoli (Manlio Dinucci)

     
    ----- Original Message -----
     
    Sent: Tuesday, July 05, 2011 9:39 PM
    Subject: [alerte_otan] Rapine à main armée à Tripoli (Manlio Dinucci)
     
     

    Rubrique L’art de la guerre
    Rapine à main armée à Tripoli
    Manlio Dinucci
    5/7/2011
     
    Que feriez-vous si une banque, à laquelle vous avez confié 100.000 euros pour les faire fructifier, vous communiquait qu’en une année ils se sont réduits à moins de 2.000 euros ? 
     
    C’est ce qui est arrivé à la Libye, d’après une enquête du Wall Street Journal. Après que les USA et l’Ue aient révoqué l’embargo en 2004, affluèrent en Libye des dizaines de banques et sociétés financières étasuniennes et européennes. Parmi lesquelles Goldman Sachs, une des plus grandes banques d’investissement du monde, dont le siège principal est à New York. Dans la première moitié de l’année 2008, l’Autorité libyenne d’investissement lui confia 1 milliard et 300 millions de fonds souverains (capitaux de l’Etat investis à l’étranger). La banque Goldman Sachs les investit dans un panier de valeurs et en actions de six sociétés : l’étasunienne Citigroup Inc., la banque italienne Unicredit et l’espagnole Santander, la compagnie allemande d’assurances Allianz, la compagnie énergétique française Electricité de France et l’italienne Eni. Un an après, Goldman Sachs communiqua à l’Autorité libyenne qu’à cause de la crise financière, le fonds libyen avait perdu 98% de sa valeur, les 1 milliard et 300 millions se réduisant à 25 millions de dollars. Les responsables de l’Autorité  libyenne, furieux, convoquèrent à Tripoli le responsable de Goldman Sachs pour l’Afrique du Nord. La rencontre fut turbulente, si bien que Goldman Sachs évacua précipitamment  ses employés de Tripoli, craignant qu’ils ne fussent arrêtés. Comme la Libye menaçait d’intenter un procès, qui aurait compromis la réputation de la banque aux yeux d’autres investisseurs institutionnels, Goldman Sachs lui offrit en dédommagement des actions privilégiées de la banque elle-même.  Mais les Libyens étant à juste titre soupçonneux, l’accord ne fut pas signé. Restait ainsi ouverte la possibilité, redoutée par Goldman Sachs, que l’Autorité libyenne n’entreprit un procès international. Des cas analogues de « mauvaise administration de l’argent libyen » sont rapportés par une enquête publiée par le New York Times. Par exemple, la société Permal -unité de Legg Mason, une des principales sociétés de gestion d’investissements, dont le siège est à Baltimore- a administré 300 millions de dollars de fonds souverains libyens, qui ont perdu 40% de leur valeur entre janvier 2009 et septembre 2010. En compensation, Permal a perçu 27 millions de dollars pour ses prestations. Même chose pour d’autres banques et sociétés financières, comme la hollandaise Palladyne, la française BNP Paribas, la britannique HSBC et le Crédit Suisse. L’Autorité libyenne menaçait d’entreprendre contre elles des actions judiciaires internationales, qui auraient endommagé l’image de ces « prestigieux » organismes financiers. Le tout s’est résolu de façon heureuse quand, en février dernier, Etats-Unis et Union européenne ont « congelé » les fonds souverains libyens. Leur « surveillance » a été confiée à ces mêmes banques et sociétés financières qui les avaient si bien gérés.
     
    Et, du vol, on est passé à la rapine à main armée quand la guerre a commencé, en mars. A l’abri des chasseurs-bombardiers de l’OTAN, HSBC et d’autres banques d’investissement ont débarqué à Benghazi pour créer une nouvelle  « Central Bank of Libya », qui leur permettra de gérer les fonds souverains libyens « congelés » et les nouveaux qu’ils tireront de l’exportation pétrolifère. Cette fois, sans aucun doute, en obtenant de forts rendements.
     
    Edition de mardi 5 juillet 2011 de il manifesto
    http://www.ilmanifesto.it/area-abbonati/in-edicola/manip2...
    Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio
     
    commentaire de M-A.Patrizio
     
    Voir aussi à propos du sort du fonds souverain libyen, l'article de T. Meyssan :
    http://www.voltairenet.org/a170056 , en particulier le (dernier) paragraphe :
    Le grain de sable
    [...]
    Bien que le détail exact du montage imaginé par Dominique Strauss-Kahn pour créer cette nouvelle monnaie de réserve adossée aux Droits de tirages spéciaux du FMI soit secret, il apparaît que la Libye y jouait un rôle clé : à titre expérimental, c’est la Banque centrale libyenne qui la première avait décidé de fonder sa monnaie, le dinar, sur l’or et au delà sur les DTS. La chose est d’autant plus importante que la Libye dispose d’un fond souverain parmi les mieux dotés du monde (il est même un peu plus riche que celui de la Russie).
    Or, en entrant en guerre contre la Libye, la France et le Royaume-Uni ont provoqué un gel théorique des avoirs non seulement de la famille Kadhafi, mais de l’État libyen. Pis, Paris et Londres ont dépêché des cadres de la banque HSBC à Benghazi pour créer une Banque centrale libyenne rebelle et tenter de s’emparer des avoirs nationaux. Sans que l’on sache si Nicolas Sarkozy et David Cameron se sont laissés emporter par l’ivresse de leur force ou ont agi sur instruction de leurs mandants à Washington, le fragile édifice élaboré par Dominique Strauss-Kahn s’est effondré.
    Selon nos contacts à Tripoli, au moment de son arrestation, DSK partait à Berlin pour trouver une solution avec la chancelière Angela Merkel. Il devait ensuite partir avec un émissaire de Mme Merkel négocier avec des représentants du colonel Kadhafi —voire avec lui directement—. La signature du Guide libyen étant indispensable au déblocage de la situation.
    On assiste désormais à une guerre financière d’une ampleur jamais égalée : alors que la situation économique des États-Unis vacille et que le dollar pourrait devenir rapidement une monnaie de singe, l’accord conclu au G8 et avalisé au G20, mis en œoeuvre par le FMI en coordination avec la Banque mondiale et les milieux bancaires internationaux dont DSK était le champion, est suspendu. La domination du dollar est intacte quoique plus que jamais artificielle ; ce dollar que les États émergents voulaient relativiser, mais sur lequel le complexe militaro-industriel israélo-états-unien assoit sa puissance.

    Dans ce contexte que vaut l’honneur d’un homme ?"

     
    __,_._,___

    23:16 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

    04/07/2011

    Sur le fascisme des puissances de l'Axe et le fascisme moderne

    Sent: Thursday, June 23, 2011 4:40 AM
     
    Subject: Sur le fascisme des puissances de l'Axe et le fascisme moderne
     


     

    Sur le fascisme des puissances de l'Axe et le fascisme moderne

     

    La définition du terme « fascisme» a d'abord été donnée par George Dimitrov dans le Rapport au 7ème Congrès de l'Internationale communiste (1935).

    Elle est reprise dans le «Petit dictionnaire philosophique» de Rosenthal et Ioudine (1955) VOIR DÉFINITION À LA SUITE DE CE TEXTE.

     

    En lisant les définitions de Dimitrov et de Rosenthal et Ioudine, on se rend compte que le fascisme moderne ressemble au fascisme des puissances de l'Axe des années 20, 30 et 40, et que, pour l'instant, les États-Unis joue le même rôle et présente les mêmes caractéristiques que le fascisme nazi.

     

    Le fascisme proprement dit est né vers 1922, nom donné par Mussolini à son mouvement.  Il avait été précédé par les gouvernements de Noske en Allemagne et de Horthy en Hongrie, suite aux tentatives des communistes allemands et hongrois d'instaurer la dictature du prolétariat.  Ces partis révolutionnaires, inspirés par la Révolution socialiste d'Octobre 1917 en Russie, n'avaient pas su préparer, comme Lénine l'avait fait, un parti communiste profondément implanté dans le prolétariat et la paysannerie pauvre après un long travail des marxistes russe et de leur exceptionnel dirigeant, Lénine, de 1895 à 1917.

     

    Le fascisme a donc existé avant, pendant et après la montée (1922) et la chute des fascismes (1945) de l'Axe, de l'avant-guerre à la destruction de l'Axe.

    Le fascisme n'est pas mort en 1945, avec l'écrasement de l'Allemagne nazie par l'Armée rouge dirigée par Staline.  L'Angleterre et les USA, alors étaient encore des "Alliés" de l'URSS était prêts à collaborer avec les nazis pour écraser l'URSS.  Churchill, avait pensé faire une paix séparée avec les nazis pour se retourner contre l'URSS.  Il avait aussi pensé s'allier aux troupes nazies défaites, leur rendre les armes et marcher avec les troupes britanniques contre Moscou.

     

    Après la victoire soviétique et des autres alliés, l'URSS, sous la direction de Staline, était devenu la seconde puissance mondiale sur tous les plans (économique, politique, social, militaire, technique, scientifique) et le centre du développement des démocraties populaires dans le monde.  Mais cette puissance était socialiste et les puissance impérialistes allaient se coaliser pour la détruire.

     

    C'est ainsi qu'en 1946, Churchill, prenant la direction idéologique des puissances impérialistes mondiales a lancé l'appel à la «Guerre froide» et les guerres chaudes contre le communisme.  La guerre mondiale avait déclenché dans tous les pays dominés, des luttes de libération nationale et des révolutions socialistes, qui étaient en voie de renverser l'impérialisme.

     

    L'appel de Churchill à la guerre froide (1946) a été le début du développement du fascisme moderne.  Le fascisme moderne vise à briser les luttes anti-impérialistes et les luttes pour le socialisme.  Depuis 1946, le fascisme moderne s'est étendu par le renversement de gouvernements progressistes, par des coups d'États fascistes et l'instalation de régimes militaires, par des guerres civiles et des interventions étrangères d'une puissance encore plus grande que celle des hordes nazies en Asie, en Afrique et en Amérique latine.

     

    Le livre «Un autre regard sur Staline» (1994) de Ludo Martens contient un chapitre intitulé «Les États-Unis prennent la relève de l'Allemagne nazie». Il décrit la doctrine Truman, de domination mondiale, le Plan Marshall, qui causa entre autre la rupture de Tito du camp socialiste et le développement du révisionnisme yougoslave, le plan Dulles d'infiltration, de corruption et de destruction de l'intérieur des partis communistes, le coup d'État de Khrouchtchev.

     

    Les puissances impérialistes, grâce au coup d'État par Khrouchtchev, ont obtenu pénétré le Parti communiste soviétique.  Khrouchtchev entreprend l'abandon des principes marxistes-léninistes, le démantèlement des structures socialistes, la destruction de l'URSS de Lénine et de Staline, des Partis communistes, du Mouvement communiste international.  Le fascisme peut aujourd'hui se développer librement, les révisionnistes ont bloqué temporairement la progression du marxisme-léninisme en brisant idéologiquement, politiquement et organisationnellement l'unité communiste de Lénine et de Staline.

    Aujourd'hui, les premiers noyaux de reconstruction marxiste-léniniste apparaissent dans la plupart des pays (Russie, Brésil, Bulgarie, Canada, Chili, États-Unis, France, Inde, etc.).  Actuellement les communistes doivent étudier, diffuser, appliquer le marxisme-léniniste, reconstruire dans chaque pays un Parti communiste véritable et dans le monde le Mouvement communiste international.

     

    Reconstruction communiste Canada - pueblo@sympatico.ca - Unité contre la crise, le fascisme et la guerre

     



    Définition du «Petit dictionnaire philosophique» publié sous la direction de M. Rosenthal et de P. Ioudine par les Éditions en langues étrangères, Moscou 1955, et publié en fac-similé par les Éditions Eugène Varlin, en 1977.

     

    «Fascisme : Forme la plus réactionnaire, ouvertement terroriste, de la dictature du capital financier, instaurée par la bourgeoisie impérialiste dans le but d’écraser la résistance de la classe ouvrière et de tous les éléments progressistes de la société.  Le fascisme est une manifestation de cette réaction politique dans tous les domaines, qui est le propre du capitalisme au stade suprême de son développement, au stade impérialiste.  L’établissement du fascisme atteste que les classes bourgeoises dominantes ne sont plus à même de gouverner, de conserver leur pouvoir par les moyens ordinaires, «démocratiques», que les aspirations croissantes des masses populaires à la liberté ne peuvent plus être réprimées que par la violence et la terreur sanglante.  Ce qui caractérise le fascisme, c’est la suppression des libertés démocratiques, même les plus élémentaires, la destruction des organisations ouvrières et des autres organisations progressistes, l’instauration d’un régime de terreur déclaré pour maintenir le pouvoir de la bourgeoisie ; c’est la préparation et le déclenchement de guerres de rapine dans le but d’asservir les peuples indépendants et de conquérir la domination mondiale.

     

    Le régime fasciste a été instauré d’abord en Italie (1922), puis en Allemagne (1933) et dans plusieurs autres pays : en Espagne, en Pologne, en Bulgarie, etc.  L’avènement du fascisme avait été favorisé par la politique de trahison pratiquée par les social-démocrates.  En Allemagne il s’était affublé du masque du «national-socialisme».

     

    Dans le domaine idéologique, le fascisme est le plus franc obscurantisme, une «philosophie» et une «morale» qui prônent la haine de l’homme et le brigandage.  Le fascisme s’appuie sur la théorie raciste (V. Eugénique; Racisme) d’après laquelle la bourgeoisie de telle ou telle nation aurait droit à la domination mondiale, serait la seule race «supérieure».  Les hitlériens préconisaient une «science» particulière : la géopolitique (V.), qui justifiait les prétentions impérialistes à l’«espace vital», c’est-à-dire la conquête de terres étrangères.  Les «philosophes» fascistes rejetaient les acquisitions de la culture et les détruisaient, proclamaient la supériorité des instincts bestiaux sur la raison humaine.  Ils établirent le culte mystique du «sang racial», le culte de la personne du «führer», etc.

     

    Le mérite historique du peuple soviétique à l’égard de toute l’humanité progressiste est d’avoir été à la tête de la lutte contre le fascisme dans la deuxième guerre mondiale et d’avoir joué un rôle décisif dans la défaite de l’impérialisme allemand et japonais.  Malgré la débâcle du fascisme à la suite de la deuxième guerre mondiale, les éléments réactionnaires de certains pays impérialistes tentent de le ressusciter.»

     


    Pour en savoir un peu plus, n'hésitez pas à cliquer sur mes liens et/ou à vous inscrire volontairement ... 

    http://romainroger.blogspot.com/

    http://courcelles.skynetblogs.be/

     http://www.facebook.com/RomainRogerdeCourcelles

    http://twitter.com/#!/RoRoCourcelles

    http://romaincourcelles.wordpress.com/author/romaincource...

    http://en.gravatar.com/romaincourcelles                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           http://www.6pourcent.be

    http://www.taxedesmillionnaires.be/

    http://fr.netlog.com/rogerromain                                                                                                                                                                                                                                                                                                        

    roger.romain@skynet.be

    18:16 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

    La guerre contre la Libye est une catastrophe économique pour l' Afrique et l'Europe (Réseau Voltaire)

    Bref, on peut dire tout ce que l’on veut de Kadhafi –en bien et/ou en mal-, mais les ricano-otano-occidentaux qui assiègent la Libye (comme hier le Vietnam, la Serbie, l’Irak, l’ Afghanistan) sont des gangsters internationaux ...
    RoRo
     
     
    ----- Original Message -----
     
    Sent: Sunday, July 03, 2011 11:45 PM
    Subject: [alerte_otan] La guerre contre la Libye est une catastrophe économique pour l'Afrique et l'Europe (Réseau Voltaire)
     
     

    La guerre contre la Libye est une catastrophe économique pour l’Afrique et l’Europe
    par Thierry Meyssan | Tripoli (Libye) | 3 juillet 2011
    http://www.voltairenet.org/La-guerre-contre-la-Libye
     
    L’un des mobiles de la guerre contre la Libye est de stopper le développement du continent noir, de permettre l’installation de la base militaire de l’US Africom en Cyrénaique, et de débuter l’exploitation coloniale de l’Afrique au profit des États-Unis. Pour comprendre ces enjeux cachés, le Réseau Voltaire à interrogé Mohammed Siala, ministre de la Coopération et administrateur du fonds souverain libyen.

    Réseau Voltaire : Votre pays est riche en gaz et en pétrole. Vous avez capitalisé 70 milliards de dollars au sein de l’Autorité libyenne d’investissement. Comment utilisez-vous cette manne ?
     
    Mohammed Siala : Nous disposons d’importantes ressources, mais elles ne sont pas renouvelables. Nous avons donc créé l’Autorité libyenne d’investissement pour protéger la richesse des générations futures, comme l’ont fait les Norvégiens par exemple. Cependant, nous consacrons une partie de ces fonds au développement de l’Afrique. Cela signifie que nous avons placé plus de 6 milliards de dollars dans des actions de développement du continent, en matière d’agriculture, de tourisme, de commerce, de mines, etc.
     
    Nous avons placé le reste des fonds dans des secteurs différents, des pays différents, des monnaies différentes. Partout, y compris aux USA et en Allemagne, ce qui leur a malheureusement permis de geler certains de nos avoirs.
     
    Réseau Voltaire : Techniquement, comment ce gel est-il mis en œoeuvre ?
     
    Mohammed Siala : Le gel des avoirs est régi par les lois bancaires du pays où ils sont placés. La règle est qu’ils bloquent nos comptes, mais que nous pouvons en obtenir parfois la libération si nous portons le litige devant un Comité des réclamations et si nous prouvons qu’ils étaient destinés à certains usages. Par exemple, je viens à l’instant de plaider le dégel de fonds destinés à verser des bourses aux 1 200 étudiants que nous avons envoyés en Malaisie. Nous essayons de faire de même pour tout ce qui touche aux allocations sociales ou aux frais d’hospitalisation de nos ressortissants à l’étranger.
     
    Il arrive que certains pays nous autorisent à utiliser des fonds pour l’achat de nourriture ou de médicaments. En principe, c’est notre droit, mais beaucoup refusent de dégeler les sommes nécessaires ou font traîner les choses. Par exemple, en Italie, l’État refuse tout usage de nos avoirs. En Allemagne, l’État autorise les usages humanitaires, mais ce sont certaines banques qui refusent de dégeler les fonds nécessaires. Les interprétations de la résolution sont complètement différentes selon les États. Nous réclamons une règle claire : ce qui est permis est autorisé et ce qui ne l’est pas est interdit. Pour le moment, l’interprétation est politique et la force prévaut sur le droit.
     
    Réseau Voltaire : Est-ce le seul problème que vous rencontrez pour vos approvisionnements ?
     
    Mohammed Siala : Nous devons aussi faire face au blocus maritime que l’OTAN a mis en place sans base légale. Ils interdisent notre approvisionnement, ou le retardent, y compris pour des cargaisons alimentaires. Ils s’appliquent surtout à empêcher notre livraison en essence, même si cela n’est pas prévu par les résolutions pertinentes de l’ONU. Nous avons ainsi un pétrolier qui patiente depuis un mois à Malte. Pour chaque bateau, ils discutent le double usage de ce qu’il transporte. L’essence est destinée aux véhicules civils. Mais ils disent qu’elle peut l’être aussi par des voitures de l’armée. Nous répondons qu’ils ne peuvent nous interdire de l’utiliser pour les ambulances, etc. Quoi qu’il en soit, depuis le début du conflit, ils empêchent toute livraison d’essence. Or, nous sommes dépendants des raffineries étrangères pour environ un tiers de notre approvisionnement. D’où la pénurie actuelle. En théorie, ils ont uniquement le droit d’inspecter les navires pour s’assurer qu’ils ne transportent pas d’armes. Mais en pratique, ils déploient illégalement un blocus maritime.
     
    Ils ont ordonné à des bateaux russes et chinois de faire demi-tour. Leurs États doivent alors déposer une plainte devant le Comité des sanctions de l’ONU pour discuter de l’interprétation des résolutions. C’est une procédure interminable et dissuasive. Aucune base légale ne les autorise à agir ainsi, mais ils le font de force, sûrs de leur impunité.
     
    Nous parvenons toutefois à nous approvisionner par voie terrestre, mais cela est dérisoire : nous avons besoin d’un mois pour transporter par camion ce que nous pouvons décharger en une journée dans nos ports.
     
    Réseau Voltaire : Votre pays a multiplié les constructions d’infrastructures, notamment les gigantesques travaux d’irrigation de la Man Made River. Quels sont vos projets en cours ?
     
    Mohammed Siala : Il existe un chemin de fer qui parcourt l’Afrique du Nord, sauf la Libye. Nous voulons le compléter pour nous intégrer dans l’économie régionale et la dynamiser. Les Chinois construisent le tronçon Tunisie-Syrte. Les Russes sont chargés de Syrte-Benghazi. Une négociation était en cours avec l’Italie pour le tronçon Benghazi-Égypte ainsi que pour les locomotives. Nous avons aussi commencé la construction d’une ligne transcontinentale nord-sud, avec le tronçon Libye-N’Djamena. Ce sont des investissements considérables d’intérêt international et nous avions cru que le G8 nous aiderait. Il l’avait promis, mais nous n’avons rien vu venir.
     
    Nous sommes âpres en affaires et nous avons utilisé les appels d’offre pour obliger nos prestataires à baisser leurs prix. Lors de sa visite ici, Vladimir Poutine a convenu d’aligner les tarifs des entreprises russes sur ceux de ses compétiteurs chinois. Nous avons pu ainsi diversifier nos partenaires.
     
    Réseau Voltaire : Avec la guerre, que vont devenir ces projets ?
     
    Mohammed Siala : Tous ces chantiers sont interrompus avec le gel des avoirs. Mais nous poursuivons les appels d’offre pour les tronçons à réaliser parce que nous sommes certains que la guerre est momentanée et que les travaux reprendront. Nous nous préparons à poursuivre les contrats provisoirement interrompus pour raison de « force majeure ».
     
    La guerre a désespéré nos partenaires. Les Chinois ont ici 20 milliards de dollars de contrats, les Turcs 12 milliards. Viennent ensuite les Italiens, les Russes, puis les Français. Ce n’était pas leur intérêt de laisser faire cette agression, encore moins d’y participer. Probablement certains ont–ils reçu des compensations en dessous de table, mais nous n’avons aucune information précise à ce sujet. D’autres espèrent avoir plus en conquérant notre pays et en s’attribuant eux-mêmes les contrats de reconstruction.
     
    Réseau Voltaire : Quelles sont les conséquences du gel de vos avoirs pour l’Afrique ?
     
    Mohammed Siala : En bloquant nos avoirs, ils ont aussi bloqué nos actions de développement en Afrique. Le continent ne parvient qu’à exporter des produits bruts. Nous investissons pour qu’ils soient transformés en Afrique et commercialisés par les Africains. Il s’agit de créer des emplois et de conserver la plus-value en Afrique. D’un côté les Européens nous encouragent car cette politique assèche les flux migratoires, d’un autre, ils s’y opposent parce qu’ils doivent renoncer à l’exploitation coloniale.
     
    Les Occidentaux veulent maintenir l’Afrique dans une situation où elle n’exporte que des produits bruts, des commodités.
     
    Par exemple, lorsque le café produit en Ouganda est exporté en Allemagne d’où il est commercialisé, la plus-value reste en Allemagne. Nous avons financé des installations pour la torréfaction, la mouture, le packaging etc. La part de rémunération des Ougandais est passée de 20% à 80%. Évidemment, notre politique entre en conflit avec celle des Européens. C’est un euphémisme.
     
    Nous finançons des rizières au Mozambique et au Libéria, à hauteur de 32 millions de dollars par projet et créons chaque fois 100 000 emplois. Nous visons d’abord l’autosuffisance alimentaire de chaque État africain, et seulement après les marchés d’exportation. Sans aucun doute, nous entrons en conflit avec ceux qui produisent et exportent du riz, surtout s’ils spéculent avec.
     
    Nous construisons aussi des routes. Par exemple depuis la Libye à travers le Niger. Nous avons déjà relié le Soudan à l’Érythrée ce qui bouleverse l’économie régionale et ouvre des perspectives de développement. Il désormais possible de faire circuler des marchandises par route et par mer.
     
    Réseau Voltaire : Peut-on dire que la Libye a peu d’alliances diplomatiques, mais que vous avez élaboré des alliances économiques qui vous protègent. Peut-on parler de diplomatie des investissements ?
     
    Mohammed Siala : Oui.
     
    Par exemple, nous finançons pour 50 millions de dollars la construction par des entreprises chinoises d’un canal de 32 kilomètres au Mali pour l’irrigation des zones agricoles. Le gel de nos avoirs interrompt d’importants projets agricoles dans ce pays. S’il se poursuit, un problème alimentaire se posera rapidement et les populations reprendront et accélèreront leur migration vers l’Europe. En définitive, les Européens ne peuvent pas se permettre de stopper notre effort de développement du continent. Ils n’ont pas d’alternative à notre politique.
     
    Réseau Voltaire : Disposez-vous d’un dispositif qui vous permette de payer vos commandes sur le marché international malgré le gel de vos avoirs. Votre pays est attaqué, je pense bien sûr à l’achat d’armes et munitions.
     
    Mohammed Siala : Nous résistons depuis quatre mois et demi. Nous avons tiré les leçons de l’embargo et étions prêts au premier jour. Beaucoup d’États nous observent et veulent prendre des mesures similaires pour se protéger eux aussi de l’impérialisme.
    Thierry Meyssan
    __._,_.___
    Activités récentes:


      Pour retrouver les messages précédemment envoyés : http://fr.groups.yahoo.com/group/alerte_otan/messages

      Cette liste est gérée par des membres du Comité de Surveillance OTAN. Les opinions éventuellement exprimées n'engagent que les auteurs des messages, et non le CSO.


       
      .

      __,_._,___

      10:44 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

      03/07/2011

      Libye : La politique de la France en Libye de plus en plus criti quée : Un nouvel article sur le blog atlasalternatif.over-blog.c om

      Et en BELGIQUE, qu’ en pense le Ministre de la “défense” nationale, le fameux Pieter De Crem
      (“chrétien” “démocrate” flamand) ???
      RoRo
       
      -----Message d'origine-----
      From: Hess Madeleine
      Sent: Saturday, July 02, 2011 11:00 PM
       
      Objet : TR: Libye : La politique de la France en Libye de plus en plus
      critiquée : Un nouvel article sur le blog atlasalternatif.over-blog.com
       
       
      La politique de la France en Libye de plus en plus critiquée.
       
      Pour lire la suite cliquez ici (
      http://atlasalternatif.over-blog.com/article-la-politique-de-la-france-en-li
       
       
       
      L'action militaire de la France en Libye de plus en plus critiquée.
       
      La décision de la France révélée par le Figaro mercredi dernier de
      livrer des armes aux insurgés libyens de Benghazi suscite l'indignation dans
      le monde. Le président de la Commission de l'Union africaine, Jean Ping, a
      déclaré à la BBC le jeudi 30 juin que ces livraisons d'armes favorisaient
      "le risque d'une guerre civile, le risque d'une partition de l'Etat, le
      risque d'une "somalisation" du pays, le risque de prolifération des armes en
      lien avec le terrorisme".
       
      Le ministre russe des affaires étrangères Sergueï
      Lavrov a qualifié cette livraison d'armes de "violation grossière de la
      résolution 1970 du Conseil de sécurité de l'Onu". Paris a tenté de se
      défendre en déclarant qu'il ne s'agit que d'armes légères,
      larguées à l'occasion d'opérations d'aide humanitaire  en faveur de populations
      sous la menace des troupes de Mouammar Kadhafi dans une région située à quelques
      dizaines de kilomètres de Tripoli, mais ces assertions sont invérifiables
      pour le moment.
       
       
       
      Par ailleurs, le nombre de morts civils depuis le 19 mars dû aux frappes
      aériennes de l'OTAN selon les sources gouvernementales de Tripoli
      approcherait le millier de morts, dont beaucoup d'enfants, un paradoxe pour
      une mission militaire qui se réclamait d'une résolution de l'ONU visant à
      "protéger les civils".
       
      Ce chiffre n"inclut pas les effets indirects  désastreux de la guerre sur les
      infrastructures de santé (autrefois exemplaires) et les services sociaux libyens (alors qu'un
      soutien moins radical des Occidentaux aux insurgés aurait déjà permis le mise en oeuvre de
      négociations).
       
       
       
      Le bilan humain ne prend pas en compte non plus les effets de l'utilisation
      possible par l'OTAN d'armes à uranium appauvri - dénoncée par des organismes
      britanniques comme Uranium Weapons Network et la Campagne pour le
      Désarmement nucléaire (on attend toujours que les députés au parlement
      européen,
      notamment écologistes,
      lancent une commission d'enquête sur le sujet). Un gâchis d'autant plus préoccupant
      qu'il n'a débouché sur aucune avancée politique concrète, le gouvernement de Muammar
      Kadhafi s'étant considérablement renforcé en Tripolitaine, tirant profit du réflexe
      patriotique provoqué par l'agression de l'OTAN.
       
       
       
      Le 30 mai dernier, le rapport du Centre international de recherche et
      d’études sur le terrorisme et d’aide aux victimes du terrorisme (CIRET-AVT1)
      dressait déjà le bilan suivant de la décision française d'intervenir en
      Libye (après l'envoi d'une mission à Belghazi et Tripoli) :
       
       
       
      "La décision unilatérale de Nicolas Sarkozy a stupéfié ses alliés allemands
      et italiens - c’est l’une des raisons de l’abstention de Berlin sur ce
      dossier à l’ONU – alors que son ministre des Affaires étrangères Alain Juppé
      semble avoir été placé dans une situation comparable à celle de Colin Powell
      en 2003, lors du déclenchement de l’invasion de l’Irak. Il a dû en effet
      défendre une position qu’il n’avait pas choisie et à laquelle il ne semble
      pas avoir été associé.
       
       
       
      (...)Les illusions du président Sarkozy ont été renforcées par les
      déclarations outrancières des représentants de la toute jeune révolution
      libyenne et l’enthousiasme – légitime – de la population de Benghazi. Les
      dirigeants du CNT clament que « la décision du président français a sauvé
      plus d’un million de vie humaines » et que c’est l’amitié entre la France et
      le CNT qui a permis l’évolution actuelle la survie de la rébellion.
       
       
      Indéniablement, la France et son président bénéficient d’une cote d’amour
      inégalée sinon inégalable dans toute la Cyrénaïque. La délégation, composée
      en majorité de Français, a reçu en tous lieux un accueil très favorable. Les
      drapeaux français sont arborés partout et sont même vendus dans les
      kiosques. A Derna, nos interlocuteurs nous ont déclaré avoir déjà noté une
      nette augmentation des demandes d’inscription à l’université en faculté de
      français, surtout de la part des femmes.
       
       
      Il convient de reconnaître que le nom du président français n’aura sans
      doute jamais été aussi prononcé dans un pays étranger. S’il est encensé à
      l’Est, il est honni à l’Ouest, mais tout aussi présent dans les
      attroupements populaires et les médias, comme si la France seule était
      responsable de la situation aux yeux des deux parties. Les Libyens fidèles
      au régime font toutefois une nette différence entre le peuple français et
      son président.
       
       
      Cette hypermédiatisation de la participation française est particulièrement
      trompeuse et dangereuse. Certes, certains contrats secrets ont déjà été
      conclus avec les insurgés, mais rien n’assure aujourd’hui que le pari du
      président Sarkozy de renverser le régime sera tenu. En cas de maintien au
      pouvoir de Kadhafi, les entreprises françaises se retrouveront dans une
      position extrêmement défavorable. En cas de partition du pays ou de
      négociation entre les parties, la France ne pourra jouer aucun rôle
      d’arbitre tant le ressentiment à l’égard de son président est fort à
      Tripoli.
       
       
      Nous sommes convaincus que cet engagement irréfléchi de Paris dans le
      conflit libyen fait le jeu de Washington, qui laisse Nicolas Sarkozy
      s’afficher en moteur de la coalition, au risque, en cas d’échec, d’endosser
      toute la responsabilité de cette affaire. L’attitude plus discrète du
      président Obama permettra alors aux Etats-Unis de tirer les marrons du feu."
       
      Le rapport évoquait aussi le coût financier élevé de cette guerre et les
      bénéfices que les organisations terroristes comme Al Qaïda étaient
      susceptibles d'en retirer.
      -----
      Ci dessous interview par Russia Today de Vijay Prashad, contributeur du
      livre "Atlas alternatif", sur la Libye (il évoque notamment la propagande de
      guerre autour des soi-disants viols collectifs et de la distribution de
      viagra dans l'armée gouvernementale libyenne)
       
      > © 2011 over-blog.com - Tous droits réservés
       

      09:18 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

      02/07/2011

      Site du Comité Valmy

      Sent: Saturday, July 02, 2011 6:33 PM
       
      Subject: Site du Comité Valmy
       
       
       
              valmy   Comité Valmy   mailto:info@comite6valmy.org    -   www.comite-valmy.org                                                                                                                  
             nouveautés  

              MESSAGE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE BOLIVARIENNE DU VENEZUELA, HUGO CHAVEZ,
              A LA NATION - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1612

              La Syrie cible de tentatives de déstabilisation - Le colonialisme des temps modernes -Par Oussama Charabeh
              http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1608

              Selon que vous serez puissant ou misérable... par eva R-sistons
              http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1610

              70ème anniversaire de l’Opération Barbarossa - Extraits du chapitre 1 de Staline - Histoire et critique d’une
              légende noire de Domenico Losurdo - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1604
       


               Libye :  Interviews 1) de la fille de Mouammar Kadhafi- 2) de Ali al-Ahwal, coordinateur du Forum des tribus
              http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1611

              Écouter Alexandre... Michel Naudy - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1609

              Guerres étasuniennes : Maurizio Matteuzzi - Ne pas manquer de plus, l'impressionnante horloge de la dette
              http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1606

              Journal télévisé Lybien en français +2ème vidéo en direct - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1607

              L’affaire Aurore Martin : le vrai visage du mandat d’arrêt européen par Jean-Claude Paye
              http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1605

              Agression nazie contre l’URSS : l’Occident a laissé faire  par Lev Sotskov
              http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1603

              Jean-Jacques Rosa. L’euro : comment s’en débarrasser - La lettre volée
              http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1602

              GRÉVE GÉNÉRALE DE 48 HEURES EN GRECE : LE PAME EN POINTE DU COMBAT - PRCF
              http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1601

              Laïcité Inch’allah - Nadia El Fani obtient le prix international de la laïcité
              http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1600

              Rubrique L’art de la guerre, Chroniques d’un monde à l’envers - Manlio Dinucci
              http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1598

              Anatomo-pathologie de la Dette - Léon Camus - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1595

              Vergès/Dumas/Kadhafi - L’épître du procureur Bilger par Pierre Lévy -
              http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1599

              Tripoli bombardé ne faiblit pas par Thierry Meyssan - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1597

              Santé : Suppression de "l’hypertension artérielle sévère" de la liste des affections de longue durée
              http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1596

              06 - Défense de la commune versus mœurs bananières Intervention d' Émile Tornatore Maire du Broc
              http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1594

              La désignation de Jean-Luc Mélenchon ne règle rien - Gauche Communiste
              http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1593

              Ollanta Humala veut réunifier le Pérou et la Bolivie - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1592

              Trois soldats américains tués en Irak - http://www.comite-valmy.org/spip.php?breve564

              Afghanistan : l’Otan perd trois drones en deux jours - http://www.comite-valmy.org/spip.php?breve563
             

      19:10 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

      01/07/2011

      Il y a 70 ans - Invasion nazie de l'URSS - Discours de Staline

       
       
      Sent: Friday, July 01, 2011 12:25 PM
       
      Subject: Il y a 70 ans - Invasion nazie de l'URSS - Discours de Staline
       

      Il y a 70 ans - Invasion nazie de l'URSS - Discours radiodiffusé de de Staline, le 3 juillet 1941

      Fin septembre 1938 : sachant que la machine de guerre allemande était prête à attaquer des territoires pour en piller les ressources, les gouvernements anglais et français signèrent l'Accord s'attendant à ce qu'Hitler envahisse l'URSS pour son blé et ses richesses naturelles. Le premier ministre anglais Chamberlain, le président du Conseil français Daladier, le dictateur fasciste allemand Hitler et le dirigeant fasciste italien Mussolini signèrent l'Accord de Munich, dans la ville-même où fut fondé le parti national-socialiste.  L'Accord fut une grande imposture dans l'histoire de l'humanité; sous couvert de «paix» et de «détente», l'Accord autorisait l'expansion et l'agression du fascisme allemand; sous prétexte de «règlement raisonnable des conflits», il signifiait l'abandon des petits États. L'Accord fut la manifestation concrète de la politique d'apaisement : l'Angleterre et la France, pour apaiser les impérialismes allemand et italien, cédaient de plus en plus face à leurs agressions dans le monde.  Depuis longtemps déjà Staline se préparait à une invasion de l'URSS par l'un ou l'autre des deux blocs impérialistes : le bloc anglo-français ou le bloc germano-italien.  Peu après la signature de l'Accord de Munich, Staline, sachant que les forces militaires de l'URSS étaient insuffisantes, signa avec Hitler le Pacte de non-agression germano-soviétique, et continua à préparer l'URSS à une attaque d'un des 2 blocs.

      Hitler, poussé par la nécessité urgente de l'Allemagne d'envahir et de piller d'autres pays, envahi plusieurs pays.  L'Angleterre, se sentant menacée, déclara la guerre à l'Allemagne.  La 2ème guerre mondiale avait commencé.

      Hitler, trop sûr de ses victoires foudroyantes en Europe et de la faiblesse de l'URSS, rompit le Pacte de non-agression germano-soviétique le 22 juin 1941 et lança une des plus grandes offensives militaires de l'histoire contre l'URSS.  Le 3 juillet, Staline fit le discours radiodiffusé reproduit ci-dessous.  Sous la direction de Staline, les peuples soviétiques allait battre à plate couture l'Allemagne nazie.  (Le texte et la photo de Staline sont tirés du journal du PCCML)

      Discours radiodiffusé de Staline
      - 3 juillet 1941, Moscou -

      Camarades ! Citoyens !
      Frères et Soeurs !
      Combattants de notre armée et de notre flotte !
      Je m'adresse à vous, mes amis !

      Joseph Staline, dirigeant légendaire
      de l'Union soviétique

      La perfide agression militaire de l'Allemagne hitlérienne, commencée le 22 juin, se poursuit contre notre Patrie. Malgré la résistance héroïque de l'Armée rouge, et bien que les meilleures divisions de l'ennemi et les unités les meilleures de son aviation aient trouvé la mort sur les champs de bataille, l'ennemi continue à se ruer en avant, jetant sur le front des forces nouvelles. Les troupes hitlériennes ont pu s'emparer de la Lituanie, d'une grande partie de la Lettonie, de la partie ouest de la Biélorussie, d'une partie de l'Ukraine occidentale. L'aviation fasciste étend l'action de ses bombardiers, en soumettant au bombardement Mourmansk, Orcha, Moguilev, Smolensk, Kiev, Odessa, Sebastopol. Un grave danger pèse sur notre Patrie.
      Comment a-t-il pu se faire que notre glorieuse Armée rouge ait abandonné aux troupes fascistes une série de nos villes et régions ? Les troupes fascistes allemandes sont-elles vraiment invincibles comme le proclament sans cesse à cor et à cri les propagandistes fascistes fanfarons ?
      Non, bien sûr. L'histoire montre qu'il n'a jamais existé et qu'il n'existe pas d'armées invincibles. On estimait que l'armée de Napoléon était invincible. Mais elle a été battue successivement par les troupes russes, anglaises, allemandes. L'armée allemande de Guillaume, au cours de la première guerre impérialiste, était également considérée comme une armée invincible ; mais elle s'est vu infliger mainte défaite par les troupes russes et anglo-françaises, et elle a été finalement battue par les troupes anglo- françaises. Il faut en dire autant de l'actuelle armée allemande fasciste de Hitler. Elle n'avait pas encore rencontré de sérieuse résistance sur le continent européen. C'est seulement sur notre territoire qu'elle a rencontré une résistance sérieuse. Et si à la suite de cette résistance les meilleures divisions de l'armée fasciste allemande ont été battues par notre Armée rouge, c'est que l'armée fasciste hitlérienne peut également être battue et le sera comme le furent les armées de Napoléon et de Guillaume.
      Qu'une partie de notre territoire se soit néanmoins trouvée envahie par les troupes fascistes allemandes, cela s'explique surtout par le fait que la guerre de l'Allemagne fasciste contre l'URSS a été déclenchée dans des conditions avantageuses pour les troupes allemandes et désavantageuses pour les troupes soviétiques. En effet, les troupes de l'Allemagne, comme pays menant la guerre, avaient été entièrement mobilisées. Cent soixante-dix divisions lancées par l'Allemagne contre l'URSS et amenées aux frontières de ce pays se tenaient entièrement prêtes, n'attendant que le signal pour se mettre en marche. Tandis que, pour les troupes soviétiques, il fallait encore les mobiliser et les amener aux frontières. Chose très importante encore, c'est que l'Allemagne fasciste a violé perfidement et inopinément le pacte de non-agression conclu, en 1939, entre elle et l'URSS sans vouloir tenir compte qu'elle serait regardée par le monde entier comme l'agresseur. On conçoit que notre pays pacifique, qui ne voulait pas assumer l'initiative de la violation du pacte, ne pouvait s'engager sur ce chemin de la félonie.
      On peut nous demander : comment a-t-il pu se faire que le Gouvernement soviétique ait accepté de conclure un pacte de non-agression avec des félons de cette espèce et des monstres tels que Hitler en Ribbentrop ? Le Gouvernement soviétique n'a-t-il pas en l'occurrence commis une erreur ? Non, bien sûr. Le pacte de non-agression est un pacte de paix entre deux États. Et c'est un pacte de ce genre que l'Allemagne nous avait proposé en 1939. Le Gouvernement soviétique pouvait-il repousser cette proposition ? Je pense qu'aucun État pacifique ne peut refuser un accord de paix avec une puissance voisine, même si à la tête de cette dernière se trouvent des monstres et des cannibales comme Hitler et Ribbentrop. Cela, bien entendu, à une condition expresse : que l'accord de paix ne porte atteinte, ni directement ni indirectement, à l'intégrité territoriale, à l'indépendance et à l'honneur de l'État pacifique. On sait que le pacte de non-agression entre l'Allemagne et l'URSS était justement un pacte de ce genre.
      Qu'avons-nous gagné en concluant avec l'Allemagne un pacte de non-agression ? Nous avons assuré à notre pays la paix pendant un an et demi et la possibilité de préparer nos forces à la riposte au cas où l'Allemagne fasciste se serait hasardée à attaquer notre pays en dépit du pacte. C'est là un gain certain pour nous et une perte pour l'Allemagne fasciste.
      Qu'est-ce que l'Allemagne fasciste a gagné et qu'est-ce qu'elle a perdu, en rompant perfidement le pacte et en attaquant l'URSS ? Elle a obtenu ainsi un certain avantage pour ses troupes pendant un court laps de temps, mais elle a perdu au point de vue politique, en se démasquant aux yeux du monde comme un agresseur sanglant. Il est hors de doute que cet avantage militaire de courte durée n'est pour l'Allemagne qu'un épisode, tandis que cet immense avantage politique de l'URSS est un facteur sérieux et durable, appelé à favoriser les succès militaires décisifs de l'Armée rouge dans la guerre contre l'Allemagne fasciste.
      Voilà pourquoi toute notre vaillante armée, toute notre vaillante flotte navale, tous nos aviateurs intrépides, tous les peuples de notre pays, tous les meilleurs hommes d'Europe, d'Amérique et d'Asie, enfin tous les meilleurs hommes de l'Allemagne flétrissent l'action perfide des fascistes allemands et sympathisent avec le Gouvernement soviétique, approuvent la conduite du Gouvernement soviétique et se rendent compte que notre cause est juste, que l'ennemi sera écrasé, et que nous vaincrons.
      La guerre nous ayant été imposée, notre pays est entré dans un combat à mort avec son pire et perfide ennemi, le fascisme allemand. Nos troupes se battent héroïquement contre un ennemi abondamment pourvu de chars et d'aviation. L'Armée et la Flotte rouges, surmontant de nombreuses difficultés, se battent avec abnégation pour chaque pouce de terre soviétique. Les forces principales de l'Armée rouge, pourvues de milliers de chars et d'avions, entrent en action. La vaillance des guerriers de l'Armée rouge est sans exemple. La riposte que nous infligeons à l'ennemi s'accentue et se développe. Aux côtés de l'Armée rouge le peuple soviétique tout entier se dresse pour la défense de la Patrie.
      Que faut-il pour supprimer le danger qui pèse sur notre Patrie et quelles mesures faut-il prendre pour écraser l'ennemi ?
      Il faut tout d'abord que nos hommes, les hommes soviétiques, comprennent toute la gravité du danger qui menace notre pays et renoncent à la quiétude et à l'insouciance, à l'état d'esprit qui est celui du temps de la construction pacifique, état d'esprit parfaitement compréhensible avant la guerre, mais funeste aujourd'hui que la guerre a radicalement changé la situation. L'ennemi est cruel, inexorable. Il s'assigne pour but de s'emparer de nos terres arrosées de notre sueur, de s'emparer de notre blé et de notre pétrole, fruits de notre labeur. Il s'assigne pour but de rétablir le pouvoir des grands propriétaires fonciers, de restaurer le tsarisme, d'anéantir la culture et l'indépendance nationales des Russes, Ukrainiens, Biélorussiens, Lituaniens, Lettons, Estoniens, Ouzbeks, Tatars, Moldaves, Géorgiens, Arméniens, Azerbaïdjans et autres peuples libres de l'Union soviétique ; de les germaniser, d'en faire les esclaves des princes et des barons allemands. Il s'agit ainsi de la vie ou de la mort de l'État soviétique, de la vie ou de la mort des peuples de l'URSS ; il s'agit de la liberté ou de la servitude des peuples de l'Union soviétique. Il faut que les hommes soviétiques le comprennent et cessent d'être insouciants ; qu'ils se mobilisent et réorganisent tout leur travail selon un mode nouveau, le mode militaire, qui ne ferait pas quartier à l'ennemi.
      Il faut aussi qu'il n'y ait point de place dans nos rangs pour les pleurnicheurs et les poltrons, les semeurs de panique et les déserteurs ; que nos hommes soient exempts de peur dans la lutte et marchent avec abnégation dans notre guerre libératrice pour le salut de la Patrie, contre les asservisseurs fascistes. Le grand Lénine, qui a créé notre État, a dit que la qualité essentielle des hommes soviétiques doit être le courage, la vaillance, l'intrépidité dans la lutte, la volonté de se battre aux côtés du peuple contre les ennemis de notre Patrie. Il faut que cette excellente qualité bolchevique devienne celle des millions et des millions d'hommes de l'Armée rouge, de notre flotte rouge et de tous les peuples de l'Union soviétique.
      Il faut immédiatement réorganiser tout notre travail sur le pied de guerre, en subordonnant toutes choses aux intérêts du front et à l'organisation de l'écrasement de l'ennemi. Les peuples de l'Union soviétique voient maintenant que le fascisme allemand est inexorable dans sa rage furieuse et dans sa haine contre notre Patrie qui assure à tous les travailleurs le travail libre et le bien-être. Les peuples de l'Union soviétique doivent se dresser pour la défense de leurs droits, de leur terre, contre l'ennemi.
      L'Armée et la Flotte rouges ainsi que tous les citoyens de l'Union soviétique, doivent défendre chaque pouce de la terre soviétique, se battre jusqu'à la dernière goutte de leur sang pour nos villes et nos villages, faire preuve de courage, d'initiative et de présence d'esprit, – toutes qualités propres à notre peuple.
      Il nous faut organiser une aide multiple à l'Armée rouge, pourvoir au recrutement intense de ses rangs, lui assurer le ravitaillement nécessaire, organiser le transport rapide des troupes et des matériels de guerre, prêter un large secours aux blessés.
      Il nous faut affermir l'arrière de l'Armée rouge, en subordonnant à cette oeuvre tout notre travail ; assurer l'intense fonctionnement de toutes les entreprises ; fabriquer en plus grand nombre fusils, mitrailleuses, canons, cartouches, obus, avions ; organiser la protection des usines, des centrales électriques, des communications téléphoniques et télégraphiques ; organiser sur place la défense antiaérienne.
      II nous faut organiser une lutte implacable contre les désorganisateurs de l'arrière, les déserteurs, les semeurs de panique, les propagateurs de bruits de toutes sortes, anéantir les espions, les agents de diversion, les parachutistes ennemis en apportant ainsi un concours rapide à nos bataillons de chasse. Il ne faut pas oublier que l'ennemi est perfide, rusé, expert en l'art de tromper et de répandre de faux bruits. De tout cela il faut tenir compte et ne pas se laisser prendre à la provocation. Il faut immédiatement traduire devant le Tribunal militaire, sans égard aux personnalités, tous ceux qui, semant la panique et faisant preuve de poltronnerie, entravent l'oeuvre de la défense.
      En cas de retraite forcée des unités de l'Armée rouge, il faut apporter tout le matériel roulant des chemins de fer, ne pas laisser à l'ennemi une seule locomotive, ni un seul wagon ; ne pas laisser à l'ennemi un seul kilogramme de blé, ni un litre de carburant. Les kolkhoziens doivent apporter tout leur bétail, verser leur blé en dépôt aux organismes d'État qui l'achemineront vers les régions de l'arrière. Toutes les matières de valeur, y compris les métaux non ferreux, le blé et le carburant qui ne peuvent être évacués doivent être absolument détruites.
      Dans les régions occupées par l'ennemi il faut former des détachements de partisans à cheval et à pied, des groupes de sabotage pour lutter contre les unités de l'armée ennemie, pour attiser la guérilla en tous lieux, pour faire sauter les ponts et les routes, détériorer les communications téléphoniques et télégraphiques, incendier les forêts, les dépôts, les convois. Dans les régions envahies il faut créer des conditions insupportables pour l'ennemi et tous ses auxiliaires, les poursuivre et les détruire à chaque pas, faire échouer toutes les mesures prises par l'ennemi.
      On ne peut considérer la guerre contre l'Allemagne fasciste comme une guerre ordinaire. Ce n'est pas seulement une guerre qui se livre entre deux armées. C'est aussi la grande guerre du peuple soviétique tout entier contre les troupes fascistes allemandes. Cette guerre du peuple pour le salut de la Patrie, contre les oppresseurs fascistes, n'a pas seulement pour objet de supprimer le danger qui pèse sur notre pays, mais encore d'aider tous les peuples d'Europe qui gémissent sous le joug du fascisme allemand. Nous ne serons pas seuls dans cette guerre libératrice. Nos fidèles alliés dans cette grande guerre, ce sont les peuples de l'Europe et de l'Amérique y compris le peuple allemand qui est asservi par les meneurs hitlériens. Notre guerre pour la liberté de notre Patrie se confondra avec la lutte des peuples d'Europe et d'Amérique pour leur indépendance, pour les libertés démocratiques. Ce sera le front unique des peuples qui s'affirment pour la liberté contre l'asservissement et la menace d'asservissement de la part des armées fascistes de Hitler. Ceci étant, le discours historique prononcé par le Premier ministre de Grande-Bretagne, Monsieur Churchill, sur l'aide à prêter à l'Union soviétique et la déclaration du gouvernement des États-Unis se disant disposé à prêter assistance à notre pays ne peuvent susciter qu'un sentiment de reconnaissance dans le coeur des peuples de l'Union soviétique ; ce discours et cette déclaration sont parfaitement compréhensibles et significatifs.
      Camarades, nos forces sont incalculables. L'ennemi présomptueux s'en convaincra bientôt. Aux côtés de l'Armée rouge se lèvent des milliers d'ouvriers, de kolkhoziens et d'intellectuels pour la guerre contre l'agresseur. On verra se lever les masses innombrables de notre peuple. Déjà les travailleurs de Moscou et de Léningrad, pour appuyer l'Armée rouge, ont entrepris d'organiser une milice populaire forte de milliers et de milliers d'hommes. Cette milice populaire, il faut la créer dans chaque ville que menace le danger d'une invasion ennemie ; il faut dresser pour la lutte tous les travailleurs qui offriront leurs poitrines pour défendre leur liberté, leur honneur, leur pays, dans notre guerre contre le fascisme allemand, pour le salut de la Patrie.
      Afin de mobiliser rapidement toutes les forces des peuples de l'URSS, en vue d'organiser la riposte à l'ennemi qui a attaqué perfidement notre Patrie, il a été formé un Comité d'État pour la Défense, qui détient maintenant la plénitude du pouvoir dans le pays. Le Comité d'État pour la Défense a commencé son travail, il appelle le peuple entier à se rallier autour du Parti de Lénine et de Staline, autour du Gouvernement soviétique, pour soutenir avec abnégation l'Armée et la Flotte rouges, pour écraser l'ennemi, pour remporter la victoire.
      Toutes nos forces pour le soutien de notre héroïque Armée rouge, de notre glorieuse Flotte rouge !
      Toutes les forces du peuple pour écraser l'ennemi !
      En avant vers la victoire !

      (Oeuvres de Staline, Tome XVI, NBE, Paris, 1975)

       

      Pour en savoir un peu plus, n'hésitez pas à cliquer sur mes liens et/ou à vous inscrire volontairement ...

      http://romainroger.blogspot.com/

      http://courcelles.skynetblogs.be/

      roger.romain@skynet.be                                                                                                                                                     

      http://www.facebook.com/RomainRogerdeCourcelles

      http://twitter.com/#!/RoRoCourcelles

      http://romaincourcelles.wordpress.com/author/romaincource...

      http://en.gravatar.com/romaincourcelles

      http://www.6pourcent.be

      http://www.taxedesmillionnaires.be/

      http://fr.netlog.com/rogerromain

                                                                                                                                                                                                         &

      13:14 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

      Tu viens avec nous en Libye? Evidemment!

      http://static.skynetblogs.be/media/1356/793089778.7.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/libya_mapgif66b2-54395-thumb.7.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/167470485.7.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/2677944014.7.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/securedownlo9b5e-153d3-thumb.7.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/article_pdf-thumb.7.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/sobre-thumb.7.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/793089778.6.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/libya_mapgif66b2-54395-thumb.6.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/167470485.6.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/2677944014.6.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/securedownlo9b5e-153d3-thumb.6.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/article_pdf-thumb.6.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/sobre-thumb.6.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/793089778.5.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/libya_mapgif66b2-54395-thumb.5.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/167470485.5.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/2677944014.5.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/securedownlo9b5e-153d3-thumb.5.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/article_pdf-thumb.5.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/sobre-thumb.5.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/793089778.4.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/libya_mapgif66b2-54395-thumb.4.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/167470485.4.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/2677944014.4.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/securedownlo9b5e-153d3-thumb.4.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/article_pdf-thumb.4.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/sobre-thumb.4.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/793089778.3.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/libya_mapgif66b2-54395-thumb.3.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/167470485.3.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/2677944014.3.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/securedownlo9b5e-153d3-thumb.3.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/article_pdf-thumb.3.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/sobre-thumb.3.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/793089778.2.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/libya_mapgif66b2-54395-thumb.2.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/167470485.2.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/2677944014.2.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/securedownlo9b5e-153d3-thumb.2.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/article_pdf-thumb.2.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/sobre-thumb.2.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/793089778.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/libya_mapgif66b2-54395-thumb.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/167470485.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/2677944014.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/securedownlo9b5e-153d3-thumb.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1356/article_pdf-thumb.gifhttp://static.skynetblogs.be/media/1356/sobre-thumb.gif
      From: melusine
      Sent: Thursday, June 30, 2011 10:25 PM
       
      Subject: Tu viens avec nous en Libye? Evidemment!
       

      Tu viens avec nous en Libye ? Evidemment !
      Mario Franssen

      envoyer l'article par mail envoyer par mail | Partager 

      29 juin 2011

      Article en PDF : Enregistrer au format PDF

      Vendredi matin 18 mars 2011, mon radio réveil s’enclencha et j'eu directement droit à une interview avec le ministre des Affaires Etrangères Vanackere. Il trépignait d'impatience de pouvoir partir en guerre contre la Libye.


      Et malgré que les deux premiers points de la résolution 1973 du Conseil de Sécurité de l'ONU appèlent à une solution diplomatique, Vanackere ne parlait que du point 3 selon lequel ‘toutes les mesures’ sont permises. Il était donc très clair à quoi on pouvait s’attendre. Cela m'a rendu malade et j'ai juré.

       

      La guerre me rend malade

      Je ne sais pas ce que les gens ressentent lorsque l’on bat les tambours de guerre, mais moi j’en suis littéralement malade. Et quelques heures plus tard, après le débat au Parlement Belge, je ne me sentais pas mieux. Personne, je veux donc dire pas un seul membre du parlement, n’a voté contre ou s’est abstenu lors du vote sur le soutien de la Belgique à la guerre. Et cela alors que les membres de notre parlement ont l'habitude de palabrer durant des mois avant de prendre une décision et sont à ce jour occupés depuis plus d’un an à la formation d'un gouvernement.

      Mercredi matin 8 juin, j’ai reçu un appel … me demandant si je voulais aller en Libye. Comme le souligne Michel Collon : “chaque guerre est précédée par des média-mensonges”, c’était donc une occasion unique d'aller m’en rendre compte sur place. Je n’ai donc pas hésité très longtemps, et vendredi 10 juin nous sommes partis avec 4 autres belges en direction de Tunis, en Tunisie. De là, nous avons continué le samedi matin avec 9 autres participants internationaux en direction de Tripoli, un voyage en car de 17 heures. Pendant 3 jours nous avons participé à une mission d’observation et à une conférence sur la guerre et les droits de l’homme sur invitation de l’ “Association des Avocats et Juristes de la Méditerranée”.

       

      “Vas-tu soutenir Kadhafi ?”, ai-je plusieurs fois entendu. J’ai fait partie de ce voyage afin de me rendre compte moi-même des conséquences des bombardements de l’OTAN sur Tripoli. Contrairement à Van Rompuy, Sarkozy, Berlusconi, Obama ou Verhofstadt, qui étaient honorés de serrer la main à Kadhafi lorsqu’il s'agissait de signer des contrats, je n’ai aucune affinité avec Kadhafi. Cela ne veut pas dire pour autant que je ne vais pas m’’opposer à une guerre de l’’OTAN qui défend uniquement les intérêts occidentaux. Surtout lorsque nous examinons le palmarès de l’OTAN. S’ils bombardaient vraiment pour défendre les droits de l’homme – ce qui me semble déjà une contradiction en soi – on peut alors trouver d’autres adresses comme l’Arabie Saoudite par exemple. Rappelons-nous l’histoire du 'bon' et 'mauvais' Arabe vers laquelle renvoie Mohamed Hassan lors de son interview avec Michel Collon concernant l’histoire de la Libye. Un bon Arabe se soumet aux intérêts occidentaux, contrairement au mauvais Arabe. Lorsque Kadhafi était en France il y a quelques mois, il faisait encore partie de la première catégorie, car il ne fut pas arrêté à l’Elysée, à présent il fait partie de la deuxième.

       

      Le calme règne dans la zone de guerre

      Alors que nous approchions de la frontière Tunisie/Libye, la tension augmenta dans le car. L’un des participants Tunisiens de la délégation reçut un appel. Al Jazeera annonça qu’ il y avait des affrontements à Zawiyah, une ville située sur le chemin vers Tripoli. Après quelques minutes de discussion, il fut décidé de continuer notre chemin. Nous avons appris par la suite qu’un groupe de rebelles avait essayé d’occuper la ville, mais n’y était pas parvenu. Lorsque vers 3 heures du matin nous roulions à travers la ville, tout était très calme.

      En chemin vers Tripoli, notre car fut quelques fois contrôlé par des policiers en uniforme. Nous n'avons aperçu ni char, ni matériel militaire lourd. A Tripoli également, tout était remarquablement calme. Pas de soldats ni de tanks dans les rues. Les bazars étaient agréablement animés. De petits bus de transport faisaient des allers-retours et les gens étaient à la plage. Pas tout à fait une situation de guerre comme je me l’étais imaginée. En tout cas, pas une ville qui pourrait tomber à chaque moment, comme nous le fait croire l’OTAN lorsqu’ils parlent de la période post-Kadhafi. Pourtant, les habitants de Tripoli avaient quand même peur. La ville est régulièrement bombardée et ils peuvent donc en être victime à chaque instant.

       

      L’OTAN part en guerre

      Pendant 3 jours, nous sommes restés à Tripoli et nous pouvions nouer des contacts. Entre les conférences et les visites organisées, nous nous sommes rendus seuls en ville en reconnaissance. Les réactions des gens avec lesquels nous parlions étaient toujours les mêmes. Aussi bien le représentant des clans en Libye, la communauté africaine en Libye, les propriétaires de magasins, les étudiants et l’homme de la rue nous ont confirmé leur soutien au gouvernement. Tous condamnaient l’attaque de l’OTAN qui n’est là que pour « voler les richesses Libyennes ». Et malgré qu’un certains d’entre eux étaient également critiques vis-à-vis du gouvernement, ils n’encensèrent pas pour autant les rebelles qu’ils qualifient unanimement comme : “Al Qaeda, maffieux, opportunistes, ...”. Depuis le début, il s’agit d’une rébellion armée qui a commencé en Occident. Ils n’ont aucune confiance dans les leaders de la rébellion qui ont combattu en Afghanistan contre l’occupation des Etats-Unis, ou dans des opportunistes qui se trouvaient auparavant dans le gouvernement et qui font tout à coup volte-face.

      Au même moment, ils nous mettent en garde - nous Européens - du fait qu'en cas de victoire des rebelles, la Libye deviendrait un pôle d’attirance pour les extrémistes religieux, du Mali au Soudan. L’Europe ne doit pas s’étonner que de cette ‘nouvelle’ Libye, des attentats soient planifiés contre l’Europe. La Libye va être tiraillée entre des guerres de clans, entre Arabes et Africains. Le développement du pays et de toute l’Afrique du Nord sera miné. La Libye s’oriente plus vers l’Afrique que vers le monde Arabe et les 4.000.000 d'étrangers en Libye ont génèré jusqu’au début de la guerre, des ressources pour les pays voisins. Ils nous ont mis en garde contre la "Somalisation" de la Libye, ce qui finalement déstabilisera toute la région.

      L’OTAN avait espéré que le régime libyen s’écroulerait de l’intérieur. L’Occident savait probablement que les ministres de la Justice, des Affaires Etrangères et Intérieures, et d’autres diplomates retourneraient leurs vestes. Néanmoins, le gouvernement tient toujours bon et l’OTAN se retrouve avec un fameux problème. A Tripoli, les gens nous ont confirmé que la population avait été armée (note de RoRo: donc par le régime de Kadhafi). On parle de 2.000.000 armes qui ont été distribuées. Ce ne sera donc pas évident pour l’OTAN de contrôler Tripoli. Sûrement pas s’ils ne comptent que sur les rebelles, qui ne font plus aucune avancée depuis des semaines et ce malgré l’aide des bombardements de l’OTAN.

       

      Cibles civiles et infrastructure

      Sur ces 3 jours, nous avons pû visiter l’ancien centre de la ville, l’Académie, La Place Verte, le Bab Al Azizia et la maison bombardée du fils de Kadhafi. Chacune de ces places est une cible ou peut en devenir une, pour l’OTAN. Dans le centre ville, nous avons visité tous les jours le souk et avons discuté avec les commerçants. Quelques jours plus tard un autre souk fut bombardé. Nous avons également visité l’Académie. Des étudiants y suivent une formation afin d’obtenir un master ou un doctorat en langues ou en sciences. Le même jour, l’OTAN bombarda l’université de Al Fatah à Tripoli. Lors du bombardement du 30 avril sur la maison de Saif Al-Arab, le fils de Kadhafi ainsi que trois de ses enfants sont morts. En 1986, les Etats-Unis ont bombardé Bab Al Azizia, la résidence de Kadhafi. Aujourd’hui c’est une place centrale où les Libyens viennent montrer leur soutien au gouvernement. On y trouve de nombreuses familles et des étrangers venus de toute l’Afrique. Depuis le début de la guerre, le 19 mars, cette place a été déjà bombardée à trois reprises.

      Il apparaît que l’OTAN bombarde des cibles civiles et des infrastructures à Tripoli, ce qui est illégal, même selon la résolution 1973. Les Tripolitains n’en sont pas pour autant découragés et s’opposent encore plus fort contre l’OTAN. Sur la Place Verte centrale, peu après notre départ - le 17 juin (4 mois après le début de la rébellion) - des centaines de milliers de Libyens se retrouvèrent pour exprimer leur soutien au gouvernement. Ce qui fit dire au journaliste de la chaîne CNN “... this crisis in Libya isn't ending any time soon”.

       

      Le Hold-up du siècle

      Avec les participants à la conférence nous avons eu le temps d’analyser les enjeux de la guerre et d’échanger nos opinions. L’indépendance de la Libye, qui n'a pas d'emprunt auprès de la Banque Mondiale ou du FMI, exaspère l'Occident. Ce que je ne savais pas c’est que la Libye possède plus de 143 tonnes d’or (valeur de +/- 4,8 milliard d’euro). Une quantité non négligeable dans des temps de crise financière. Cette attaque de l’OTAN s'avère ainsi être le hold-up du siècle. La Libye est également la force motrice pour l’établissement d’une banque Africaine de développement et à plus long terme, elle pense aussi à une monnaie unitaire Africaine. Ce n’est pas pour rien que la Libye est appelée la mère de l’Afrique. La guerre devient donc une nouvelle guerre coloniale qui menace l’indépendance des pays Nord-africains et menace par extension toute l’Afrique. N’oublions pas que l’Afrique est un continent très riche. Étant donné que les relations entre la Libye et le reste de l’Afrique sont très solides, il est logique que la Libye reçoive à ce titre l’aide des pays voisins. C'est ainsi qu'il y a des allers-retours de camions entre la Tunisie et la Libye. Il en est de même avec l’Algérie et le Niger.

       

      Tout le monde était d’accord pour dire que l’Occident convoite aussi le pétrole (9e au monde sur le plan des réserves avérées), le gaz (23e) et l'uranium. Dans le même temps, l’intervention militaire menace aussi les révoltes populaires en Tunisie et en Egypte. Il était clair pour tout le monde que la rébellion en Libye n’est pas comparable avec ces révoltes et veut obtenir exactement le contraire. L’occident veut à tout prix éviter un front indépendant « Tunisie-Libye-Egypte ». Cela menacerait leurs intérêts géostratégiques dans la région. Le canal de Suez doit rester accessible et Israël ne peut être menacé.

      Et enfin encore ceci : n’oublions pas que la Libye est un des nombreux pays qui coopère actuellement avec la Chine, l’Inde, le Brésil,.... Le monde unipolaire, dans lequel les Etats-Unis déterminent ce qui se passe dans le monde, est en train de changer vers un monde multi-polaire. La crise économique touche surtout l’occident et la force économique des Etat-Unis s’en trouve défiée. Obama fait donc tout ce qu’il peut pour ne pas perdre la position dominante des Etats-Unis. Néanmoins il apparaît qu’il y a à présent un vent contraire. Aux Etats-Unis, une dizaine de membres du congrès contestent la légalité de cette guerre. A l’intérieur de l’OTAN, les oppositions augmentent du fait que la guerre se prolonge plus que prévu et que l'addition, surtout pour la France, augmente considérablement. Pour la Belgique le problème n’est apparemment pas le même. De Crem vient d’annoncer que la Belgique pourra honorer son engagement en Libye pendant une durée indéterminée, même si la facture s'élève déjà à 5.000.000 euro par mois. (Note de RoRo: pour leurs sales guerres impérialistes et colonialistes, il y a toujours du fric. Pas besoin d’ organiser des collectes parmi la population et recourir à la mendicité publique organisée!)

       

      Alors « diplomatie » quand-même ?

      Il apparaît que ce que notre ministre Vanackere et nos parlementaires n’ont jamais voulu, est quand même en train d'arriver. Comme les articles 1 & 2 de la résolution 1973 du Conseil de Sécurité de l'ONU le demandent, des initiatives diplomatiques émergent de partout afin de mettre un terme à la guerre. Il y a déjà des contacts entres les autorités Libyennes et les rebelles. La Russie demande depuis longtemps de laisser faire le travail diplomatique ; Amr Mousa de la Ligue Arabe appelle à un cessez-le-feu et à une solution politique. « Last but not least », Groen ! demande un-cessez-le-feu temporaire (temporaire ????). Ils s’inspirent peut-être des déclarations de Robert Gates, ministre de la Défense des Etats-Unis, sur la guerre en Afghanistan : “Cette sorte de guerre se termine généralement par des pourparlers”. On peut douter du fait que l’Occident et les rebelles vont s’inscrire dans ces propositions. Les propositions venant du Venezuela, de la Turquie et de l’Union Africaine avaient déjà été rejettées auparavant. De plus, la proposition du gouvernement Libyen d’organiser des élections a peu de chance d’aboutir. Tout comme en Palestine, ce ne seront probablement pas ‘nos’ hommes qui gagneront.

       

      A la recherche d’informations

      De retour en Belgique, un tel voyage vous poursuit. Je me suis donc mis immédiatement à la recherche de plus d’informations sur la Libye. Ce n’est pas évident de trouver des informations qui n’émanent pas des médias Occidentaux, d’Al Jazeera, ou des médias libyens (oui, ils existent). Je suis ainsi tombé sur ce rapport récent : “Libye : Un avenir incertain - Compte-rendu de mission d’évaluation auprès des belligérants libyens”, d’une mission d’observation française indépendante. Pour être honnête, j’étais assez déçu après l’avoir lu. Non pas à cause du contenu, mais soudainement je n’avais plus rien à raconter de mon voyage. Le rapport, écrit par des experts indépendants, compte 44 pages et traite de toutes les facettes de la guerre en Libye. Un « must » pour tout un chacun qui veut juger de la situation en étant bien informé.

      Et avant d’oublier : cette guerre n’a rien à voir avec les droits de l’homme. Vous vous en doutiez déjà, non ?


      Source : INTAL

       

      Investig'action

       

       

      10:28 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | |  Imprimer | | |