27/03/2010

25/03/10: 11 ANS DEPUIS LE DEBUT DU BOMBARDEMENT PAR L’OTAN ...

----- Original Message -----
To: 
Sent: Thursday, March 25, 2010 11:03 PM
Subject: [alerte_otan] 11 ans depuis le début du bombardement par l'Otan

 11 ANS DEPUIS LE DEBUT DU BOMBARDEMENT PAR L’OTAN   
Le 24 mars 2010

 
A travers la Serbie est marqué 11 ans depuis le début de bombardement de l’ex-République fédérale de Yougoslavie par l’Alliance militaire de l’OTAN sous prétexte qu’en raison des positions de Belgrade avaient échoué les négociations sur le futur statut du Kosovo-Metochie. Dans les villes qui étaient les cibles de l’aviation de l’OTAN, le 24 mars 1999 ont eu lieu des rassemblements commémoratifs et l’hommage est rendu aux victimes. Pendant les 78 jours de l’opération aérienne, intitulée „L’ange miséricordieux“, exécutée pour la première fois sans approbation du Conseil de sécurité de l’ONU, sont morts plus de 1 000 éléments de l’Armée de Yougoslavie et de la police serbe et environ 2 500 civils. Un aperçu de la plume de Mirjana Nikolic.
 
Le patriarche serbe Irénée a servi, à l’église de Saint-Marc à Belgrade, le requiem pour toutes les victimes innocentes de l’agression par l’OTAN et les combattants morts en défendant leur patrie. Le ministre de l’Intérieur, Ivica Dacic a déposé la gerbe sur le monument aux éléments de l’Armée de Yougoslavie sur la colline Strazevica, près de Belgrade. Dacic a déclaré que le bombardement de 1999 ne devrait pas être oublié et qu’il faut tirer des leçons pour l’avenir de cet événement. Il a notamment mis en relief l’obligation de l’Etat de prendre soin des familles des éléments de l’armée et de la police qui sont morts, mais aussi des civils qui ont péri dans l’agression. Le ministre de la Défense, Dragan Sutanovac a déposé à Valjevo des gerbes sur le monument érigé au colonnel pilote Milenko Pavlovic et sur le monument des victimes de la région de Valjevo mortes pour la patrie entre 1990 et 1999. Le secrétaire d’Etat au Ministère du Travail et de la politique sociale, Zoran Martinovic a déposé la gerbe sur le monument dans le parc de Tasmajdan, à Belgrade, érigé en l’honneur des enfants morts pendant les bombardements de la Serbie par l’OTAN et il a rappelé que 89 enfants sont morts pendant l’agression. Le maire de Belgrade, Dragan Djilas et le directeur de Radio et télévision de Serbie, Aleksandar Tijanic ont déposé des fleurs devant le monument „Pourquoi?“ en signe de souvenir des 16 employés de la RTS morts dans le bombardement du bâtiment de ce média par l’OTAN.
 
Le bombardement, qualifié d’agression par le gouvernement de la République fédérale de Yougoslavie et par de nombreux experts juridiques de Serbie et du monde, a suivi après des négociations échouées sur le règlement de la crise au Kosovo, qui ont eu lieu à Rambouillet et à Paris, en février et en mars 1999. Lors des négociations avec la délégation des Albanais du Kosovo, en France, en présence des médiateurs, les autorités serbes ont refusé d’accepter l’annexe militaire au contrat qui signifierait, selon les interprétations, l’occupation du pays. Le Parlement serbe a adopté le 24 mars 1999 la décision sur la non-acceptation des troupes étrangères, et le même soir, à 19 heures 45, les forces de l’OTAN ont entamé le bombardement, sur l’ordre du secrétaire général de l’OTAN de l’époque, Javier Solana (note de RoRo: "socialiste" espagnol). Le gouvernement yougoslave a proclamé la même nuit l’état de guerre. Un conflit de la police et des éléments de l’Armée libératrice du Kosovo terroriste dans le village Racak, le 15 janvier 1999, a servi de motif immédiat pour l’attaque de l’OTAN. Le chef de la mission d’observateurs de l’OSCE, William Walker a proclamé la mort de 45 Albanais de massacre de civils innocents, avant l’ouverture d’une enquête officielle. Les représentants officiels de la Serbie affirmaient cependant qu’à Racak avait eu lieu un conflit entre la police et les terroristes albanais.
 
Pendant l’opération ont eu lieu plus de 2 000 attaques aériennes. 45 ponts routiers et 28 ponts ferroviaires ont été démolis, de même que l’ambassade de Chine à Belgrade, environ 300 écoles, plusieurs dizaines d’hôpitaux et 176 monuments de culture serbes ont subi des dommages graves et légers. Selon les estimations d’experts, le dommage matériel causé par les bombardements est évalué à plus de 30 milliards de dollars. Presque tous les transmetteurs de Radio et télévision de Serbie ont été démolis, y compris la tour à Avala.
 
Suite à plusieurs initiatives diplomatiques, l’intervention militaire a été achevée par la signature de l’Accord technico-militaire le 9 juin 1999 à Kumanovo, et trois jours plus tard a commencé le retrait de l’Armée de Yougoslavie et de la police serbe du Kosovo-Metochie. Le secrétaire général de l’OTAN a issu l’ordre sur l’arrêt des bombardements le 10 juin, et le même jour le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté la Résolution 1244. Environ 37 000 soldats de 36 pays sont arrivés au Kosovo dans la composition de la Kfor. A l’entre-temps, le nombre d’effectifs est réduit à 10 000. Selon les données de l’UNHCR, environ 230 000 Serbes et autres non-albanais ont quitté le Kosovo depuis l’arrivée des forces de la paix, tandis que seulement environ 16 000 personnes déplacées sont revenues dans la Province.

19:58 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Politique | Lien permanent | Tags : histoire, courcelles, usa, presse, otan, guerre, television, romain, fascisme, imperialisme, euro-dictature, silence, medias, agression, nazisme, kosovo, yougoslavie | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.