19/03/2008

19/03/2008: la vérité historique sur le Tibet ...

 -------- Message original --------
Sujet: la vérité historique sur le Tibet du blog canempechepasnicolas
Date: Wed, 19 Mar 2008 08:30:38 +0100
Répondre à :: melusine <melusine@nerim.net>
Pour :: sortir de l europe <sortirdeleurope@yahoogroupes.fr>

 "le Toit du monde"...

Depuis le 10 mars, les médias se répandent en nouvelles alarmistes sur la situation au Tibet. 
D'abord, il fut question de "manifestations de moines bouddhistes" à Lhassa, la capitale, présentées comme "un défi au régime chinois", de rassemblements forts de "300 à 400 moines du grand monastère de Trepung, situé à moins d'une dizaine de kilomètres du centre-ville, ont défilé dans les rues pour finir par s'asseoir en un groupe contact dans une artère de la ville"
. Cela se passait le lundi. "Mardi, après l'arrestation de certains d'entre eux, plus d'un demi-millier de moines ont de nouveau organisé une manifestation, demandant la libération de leurs 'frères, appréhendés la veille (...) Les forces de sécurité ont dispersé les manifestants en tirant des grenades lacrymogènes".
C'est ainsi que Le Monde daté du 14 mars relate les premiers incidents. Le quotidien précise que les "témoignages" ont été "relayés par Radio Free Asia".
C'est tout dire ! Chacun se souvient de "l'objetivité" de la radio de la CIA, Free Europe, qui sévit durant la guerre froide pour inciter les citoyens de l'Europe de l'Est à se soulever contre "la domination soviétique". Le Monde s'y référe cependant pour relater les évènements du Tibet.
En fait, les images en direct, données à la télé, ne reflétaient pas la violence décrite par la presse. On voyait des policiers en chemisette, sans casques, ni lance-grenades disperser les manifestants. 
On peut, certes, regretter que les manifestations soient réprimées. 
Mais l'indignation exprimée à ce sujet par les médias,  ne se retrouve guère lorsque ce sont les soldats de la KFOR, des militaires français, qui refoulent, hier, une manifestation de la minorité serbe au Kosovo, à coup de grenades lacrymogènes,faisant des dizaines de blessés. 
Mais revenons au Tibet.
Vendredi, on apprenait que nombre de boutiques chinoises, de bâtiments officiels, de pagodes, étaient délibérément saccagés, incendiés dans le centre de Lhassa, par des manifestants tibetains. Aussi, les autorités chinoises ont interdit le centre-ville, déployant des forces de police et de l'armée pour faire cesser les émeutes. Dans aucun pays, le gouvernement ne laisserait, sans réagir, de tels désordres au coeur de leur capitale. Imaginons le faubourg Saint-Honoré ou les Champs-Elysées mis à sac par des manifestants ? Que ferait le Président ? Les CRS et les gendarmes mobiles, en tenue de combat - ils le sont déjà pour le moindre rassemblement pacifique - réagiraient avec leur brutalité habituelle. Et nos médias d'applaudir ! 
A Lhassa, les autorités parlent de 16 morts. Réfugié en Inde, le Dalaï-Lama en dénonce des centaines. Peu d'informations parviennent en Occident sur la situation actuelle, sinon que l'armée quadrille la ville et que le calme est revenu. 
C'est le moment choisi pour développer une campagne hostile au gouvernement chinois. Le Monde titre en première page : "L'armlée chinoise tire sur les manifestants" et l'éditorial du quotidien, "Etat de siège", écrit : "Les évènements de Lhassa vont doper toutes les opposants à la tenue des JO, qui dénoncent depuis des mois (donc, bien avant les évènements du Tibet !), l'effet de légitimation que recherche le PCC à travers ce grand rendez-vous sportif". 
Car l'objectif, c'est d'imposer le boycott des Jeux Olympiques de Pékin, manifestation mondiale qui risque de donner au régime une aura, magnifiant les "communistes". L'opération était déjà en cours à propos du Darfour, province du Soudan, où l'impérialisme, alléché par l'odeur du pétrole, cherche à déstabiliser le régime de Khartoum, trop ouvert aux Chinois.
Et que peut penser l'opinion publique, en France, à la vue et à la lecture, des évènements de Lhassa, vus et corrigés par nos médias ?
Tels qu'ils sont présentés, c'est sûr : 
"
les méchants communistes chinois qui ont 'envahi' le Tibet, veulent maintenir leur 'occupation' par la force !".
Personne ne rappelle que le Tibet fait partie de la Chine des Empereurs depuis sept siècles. 
Lisons ce qu'en dit l'Atlas Historique Duby, publié par Larousse :
"A partir des années 1890, l'arrivée de nouvelles grandes puissances (surtout le Japon) et l'irritation des rivalités interimpérialistes (anglo-russes dans la zone qui s'étend du Détroit au Tibet; anglo-allemandes au Proche-Orient; russo-japonaises en Mandchourie) bloque le processus de colonisation politique; mais le maintien de l'indépendance formelle de l'Empire ottoman, de la Perse (Iran) et de la Chine s'accompagne du renforcement de l'impérialisme économique, qui transforme ces Etats en semi-colonies".
En fait, après la victoire de 1918, le Tibet déclaré "indépendant", est placé sous influence britannique.
Avant, au sein de l'Empire chinois, et jusqu'à l'arrivée de l'Armée populaire chinoise, en 1951, le Tibet est sous un régime théocratique, dominé par les moines bouddhistes qui accaparent richesse et pouvoir.
La population est maintenue dans un état de pauvreté et d'arriération totale. 
Ce ont les Chinois qui font accéder le Tibet à la modernité.
Cette vérité-là, aucun média ne vous la fera connaître.

Même L'Humanité, du 17 mars, titre : 
"Révoltes réprimées sur le Toit du monde", et en sous-titre :"Poigne de fer de Pékin contre les émeutes religieuses qui ont éclaté au Tibet et dans les provinces voisines".
Avec ces titres de choc, le journal - qui se dit 'communiste' - commente les évènements en puisant aux sources opposées. Heureusement, en bas de page, un rappel historique nous apprend que :
"Dans les 'Orphelins de la guere froide', de John Kenneth Knaus, un ancien de la CIA révèle comment l'agence appuie la guérilla tibaitaine pour s'opposer aux communistes. Entre 1957 et 1961, les Américains ont entraîné dans les montagnes du Colorado, avant de les envoyer combattre les Chinois sur le toit du monde. L'insurrection de 1959 est un échec et les leaders religieux s'enfuient en Inde".
Cet intéressant rappel n'est suivi d'aucun rapprochement avec la situation actuelle. 
Au contraire, l'auteur de l'article, Dominique Bari, qui a sous-titré ses propos d'un catégorique : "Le développement économique de cette région autonome ne profite pas aux Tibétains".
 Et de terminer son article par une citation :
"La Chine a inondé le Tibet de colons chinois; elle déverse de l'argent dans de mégas projets comme le train qui accroît son contrôle, elle attaque brutalement la culture tibétaine et la religion".
Et Dominique Bari de préciser que l'auteur de cette appréciation se nomme "Tenzin Dorjee, vice-directeur de l'organisation "Students for a Free Tibet", sans s'en démarquer le moins du monde...
C'est ainsi que les lecteurs de L'Huma sont informés !
Peut-on s'étonner ensuite de l'opinion des Français ?

http://canempechepasnicolas.over-blog.com/

16:36 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.