07/02/2008

14/01/2008: Au Pakistan, les Etats-Unis dansent sur un volcan ...

Au Pakistan, les Etats-Unis dansent sur un volcan
Mohamed Hassan  Envoyer à un(e) ami(e)    Imprimer

 

sur http://www.michelcollon.info

 
L’assassinat, le 27 décembre, de la candidate pakistanaise à la présidence a choqué le monde entier. Pour y voir un peu plus clair, nous avons interviewé Mohamed Hassan, spécialiste marxiste du Moyen-Orient. Interview réalisée par Tony Busselen.
 
Le Pakistan était déjà une poudrière mais, depuis l'assassinat, des émeutes ont éclaté à peu près partout. Les élections prévues le 8 janvier sont reportées au 18 février. Qu’est-ce qui est en jeu ?

Mohamed Hassan. Le Pakistan n’existe que depuis 1947 et, à ce jour encore, sa classe politique est demeurée faible. Le pays a surtout connu des dictatures militaires qui dépendent complètement du soutien financier des USA. Entre deux coups d’état, il y a eu plusieurs courtes périodes durant lesquelles des présidents élus sont arrivés au pouvoir. Ainsi, dans les années 70, Zulfikar Ali Bhutto, le père de Benazir, a été élu président, puis Premier ministre. En 1977, il était renversé par l’armée et pendu deux ans plus tard. Benazir Bhutto a été deux fois Premier ministre (1988-1990 et 1993-1996). En 1996, elle a été accusée de corruption et a dû fuir le pays.

Benazir Bhutto incarnait-elle une alternative démocratique, par rapport à la dictature militaire ?

Mohamed Hassan. Le PPP, parti dont Benazir Bhutto a hérité de la part de son père, est un parti populiste qui promet des réformes sociales. Il est donc naturel que la majorité de la population pauvre du Pakistan place ses espoirs dans ce parti. La mort de Benazir a donc déclenché un mouvement de protestation de masse.
Mais les Bhutto font partie de l'élite pakistanaise, ils constituent l'un des clans féodaux les plus riches du pays et les accusations de corruption n'étaient certainement pas sans fondement. Le mari de Benazir Bhutto qui, aujourd'hui, reprend la direction de fait du PPP, est appelé « Monsieur 10 % », en raison des pots-de-vin qu'il exigeait naguère auprès de chaque institution publique. D'ailleurs, Benazir Bhutto elle-même est revenue d'exil en octobre dernier, non sans avoir promis au gouvernement Bush d'œuvrer en faveur d'une présence américaine plus importante au Pakistan. C'est pour cette raison qu'un auteur pakistanais connu la surnomme « la fille des USA ».

Qui est derrière cet assassinat ?
? Mohamed Hassan. En ce moment, ce n’est pas encore très clair. Très vraisemblablement, la crise pakistanaise est liée à la guerre d’occupation menée par les USA et l’Otan en Afghanistan. Les USA veulent accroître considérablement leur présence militaire au Pakistan, mais les sentiments antiaméricains très vifs de la population pakistanaise rendent une telle opération très délicate. Après tout, Musharraf est un dictateur militaire qui pourrait être renversé par une insurrection populaire allumée par les partis de l’opposition réunis. C’est pourquoi les principales figures de l’opposition, dont Benazir Bhutto, ont voulu absolument revenir et participer aux élections.

Celles-ci devaient ensuite rendre possible la constitution d'un gouvernement proaméricain qui aurait eu plus de crédit parmi la population. Vraisemblablement, un gouvernement de coalition comprenant la Ligue Musulmane de Musaharaf, le PMLQ, et le PPP de Bhutto. À première vue, cet agenda a été mis sens dessus dessous par l'assassinat de Bhutto et on pourrait donc penser que ce dernier est à imputer à des adversaires des USA.
? Mais l’assassinat peut avoir eu pour but de ne plus donner le moindre choix à l’élite pakistanaise: soit l'unité sous la direction des Etats-Unis ou alors le chaos de la guerre civile et la balkanisation du pays. Dans ce cas, on ne peut exclure non plus que les services secrets américains soient impliqués.
Et finalement, la plupart des partis d'opposition ont accepté de participer aux élections prévues pour le 18 février. Il semble ainsi que l'on soit retombé de nouveau dans le scénario voulu par les Américains.

Pourquoi les USA veulent-ils renforcer leur emprise sur le Pakistan et installer des troupes en territoire pakistanais ?

? Mohamed Hassan. La guerre menée par les USA dans le voisinage de l’Afghanistan ne se déroule absolument pas comme souhaité. Après cinq ans, la résistance gagne en puissance. Les USA et l’Otan enregistrent bien çà et là un succès mais ils doivent de plus en plus recourir à des attaques aériennes. Récemment, le journal anglais The Morning Star publiait des chiffres à ce propos : 2 926 attaques aériennes l’an dernier, contre 1 770 en 2006 et ... seulement 86 en 2004! Cela montre que les USA perdent du terrain au sol.?
Le mois dernier, une enquête de l’ONG pro-occidentale Asia Foundation constatait que 80 % des Afghans en avaient par-dessus la tête du gouvernement proaméricain et de l’occupation.? Le cauchemar des généraux américains et de l’Otan, c’est de voir couper leurs lignes d’approvisionnement à l'intérieur du Pakistan. Dans ce cas, les troupes occidentales n’auraient pratiquement d’autre choix que de se retirer. Cette défaite constituerait un énorme revers pour toute la stratégie hégémonique de Washington dans la région et elle pourrait même y mettre en danger l’existence future de l’alliance de l’Otan.

Comment expliquez-vous les sentiments nettement anti-US au Pakistan ? L'actuel président Musharraf tout autant que Bhutto sont quand même pro-US ?

Mohamed Hassan. Une majorité croissante de la population vit dans la pauvreté et, en tant que musulmane, perçoit la guerre en Afghanistan comme une guerre contre tous les musulmans. Et de larges franges de l'élite pakistanaise, partis de l’opposition et cadres supérieurs de l’armée y compris, de confession islamiste eux aussi, ont une relation amour - haine avec les USA. D'un côté, ils dépendent très fortement de l'aide financière des USA mais d'un autre, ils en sont très mécontents.
La bourgeoisie industrielle pakistanaise rêve depuis des années déjà d’avoir accès – via l’Afghanistan – à l’énorme marché de débouchés des nouvelles républiques indépendantes de l’ancienne Union soviétique en Asie centrale. Tant qu’a duré la guerre froide, elle a lutté, côte à côte, avec les USA, contre la présence militaire de l’URSS d’alors en Afghanistan. D'ailleurs, c'est surtout sous Reagan que beaucoup de constructions militaires ont été installées sur le territoire dans le cadre d'une stratégie de repoussement (roll back) avec laquelle ils comptaient miner l'URSS.

La guerre en Afghanistan contre l'URSS, qui a duré de 1979 à 1989, a été une période cruciale pour comprendre ce qui passe aujourd'hui dans cette région. Osama Ben Laden, milliardaire saoudien intégriste, a été recruté à cette époque par les services secrets saoudiens pour aller « combattre le communisme » avec la CIA en Afghanistan.
Grâce au soutien du Pakistan, les moudjahiddines afghans étaient parvenus à chasser l’armée russe de l’Afghanistan.
Mais, après le retrait soviétique de 1989, les USA ont tout simplement laissé tomber la région. En effet, pour les cyniques stratèges américains, le but n'était pas la stabilisation et le développement économique de la région et encore moins la protection de l'Islam face aux “communistes diaboliques” mais les intérêts économiques et géostratégiques de leurs multinationales. C'était la seule chose qui comptait pour eux. Cela apparaît clairement lorsqu'ils ont envahi l'Irak dans les années 90 et construit des bases militaires sur la “terre sacrée” d'Arabie Saoudite. Oussama Ben Laden s'est alors retourné contre les USA et a fondé Al Qaeda.

Dans les années 90, au lieu de pouvoir cueillir les fruits de sa victoire contre les Russes, la bourgeoisie et l’élite militaire du Pakistan ont vu l’Afghanistan sombrer dans un chaos où les seigneurs de guerre se combattaient entre eux. Durant cette période, les élites pakistanaises ont soutenu les talibans. Les talibans étaient des gens assez jeunes formés dans les écoles du Madras au Pakistan et envoyés ensuite en Afghanistan pour y remettre de l'ordre.

Ils y sont finalement parvenus grâce à une stricte application de la charia. Non seulement les Etats-Unis avaient abandonné la région à son sort mais quand Bush n'a plus eu l'assurance de la fidélité de leur allié Ben Laden (parce que celui-ci avait glissé tout doucement vers une opposition radicale aux USA), la pression n'a pas cessé de monter.
Après l'attaque des deux tours du WTC du 11 septembre 2001, une attaque en règle contre l'Afghanistan a été rondement menée car elle était depuis longtemps bien préparée. Mais cette attaque – menée alors que les talibans étaient encore alliés à l’élite pakistanaise - a été un nouveau coup dur pour celle-ci.

De même, le soutien financier qu’elle reçoit des Etats-Unis pour soutenir leur effort de guerre dans cette région ne peut qu’entretenir le sentiment de déception et de rancœur de la bourgeoisie pakistanaise envers ces mêmes Etats-Unis.
La haine contre les Etats-Unis, qui s’est installée chez Ben Laden après le retrait de l’URSS et le désengagement des USA (même si Ben Laden avait été soutenu financièrement pendant de longues années par la CIA, ne l’oublions pas), cette haine s'est introduite aussi dans le coeur de l'élite pakistanaise.

On peut donc dire que les USA dansent sur une corde raide, au Pakistan. Au début de cet interview, vous disiez que la bourgeoisie pakistanaise était faible, que voulez-vous dire par là?

Mohamed Hassan. Si vous voulez comprendre l'extrême pauvreté du Pakistan pendant le féodalisme et la faiblesse de la bourgeoisie actuelle, vous devez retourner à l'origine de la fondation de l'Etat pakistanais, sous le colonialisme, en Inde britannique. Aussi bien le Pakistan actuel que le Bengladesh et l'Inde formaient un ensemble à cette époque-là. L'impérialisme britannique a utilisé le système féodal réactionnaire de l’Inde pour la gestion des produits agricoles et a aussi soutenu le système des castes multiséculaire.

En Europe, l’idée est répandue que l'Inde est avant tout un pays de sagesse séculaire et de paix intérieure. Mais l'opposition à l'occupation britannique a souvent été très violente. En 1857, par exemple, a lieu la révolte des Sepoys, soldats indiens incorporés dans les légions britanniques. Leur violence a été telle que les Anglais ont été profondément choqués et Karl Marx lui-même a condamné leur attitude “effroyable, horrifiante et indescriptible” . Néanmoins, Marx ajoute que la “respectable Angleterre” elle-même a eu des attitudes atroces. Et, précise-t-il, aussi méprisable qu'ait été le comportement des Sepoys, il n'était rien de plus que le miroir du comportement de l'Angleterre en Inde.

Et, après les Sepoys, toute une série d’autres courants d'opposition ont suivi. Pour pouvoir contrôler un territoire aussi grand, les Britanniques ont installé des chemins de fer permettant de déplacer leurs troupes aussi vite que possible. Seulement ces nouvelles voies rapides de circulation ont aussi favorisé le développement du commerce et l'avènement du capitalisme et... l'insatisfaction envers le colonialisme qui soutenait un système féodal ancestral.

En 1885, un jeune britannique du nom de David Hume, a circulé à travers tout le territoire. Il a été choqué par les contrastes: vous connaissez bien cette image des coloniaux britanniques jouant au cricket ou au polo, habillés de chemises blanches immaculées, dans leur club et à proximité de la famine et de la pauvreté. Hume a vu cela partout et a perçu le danger inévitable de réactions explosives et d'une guerre d'indépendance sanglante. C’est lui qui a fondé le parti du Congrès. Il voulait appliquer des réformes à l'intérieur du cadre colonial: “Nous devons encadrer l'élite indienne et les former à la cogestion du pays.”
Plus tard, ce parti du Congrès a évolué vers un parti plus nationaliste, dont Gandhi et Nehru ont d'ailleurs été les leaders. Aujourd'hui, ce parti est encore le plus important d'Inde. Mais il n'a jamais réellement pu se contenter du paternalisme et du réformisme de Hume et ne peut donc pas être comparé, par exemple, au parti nationaliste chinois de Sun Ya Sen, le Kuomintang. En tout cas, ce parti, après sa création, a tout de suite dépassé les 100.000 membres et a intégré aussi bien les musulmans que les hindous.

N'y avait-il aucun lien entre les musulmans et les hindous à cette époque?

Mohamed Hassan. Non. L'Inde est traditionnellement un pays hindou régi par un système de castes réactionnaire et féodal. Vous appartenez à la caste dans laquelle vous êtes né et cette caste détermine votre emploi et vos relations humaines. La caste la plus haute est celle des Brahmanes, les prêtres. La plus basse est celle des intouchables. En comparaison avec l'hindouisme, l'Islam est une religion progressiste qui se montre plus souple avec les commerçants et les employés. Un peu comme le protestantisme dans l'Europe du moyen - âge.

Mais l'Islam s'introduit progressivement avec ou sans violence à l'intérieur de l'Inde. Pas mal d'hindous se convertissent à l'Islam pour échapper à la caste dans laquelle ils sont nés. Et le développement du commerce et des échanges qui a suivi la construction du chemin de fer a aussi servi l'élargissement de l'Islam.

Et qu'en est-il de cette lutte importante entre les musulmans et les hindous dont on parle si souvent lorsqu'il est question de l'Inde?

Mohamed Hassan. C'est lié à la naissance du Pakistan justement. En fait, la bourgeoisie islamiste du parti du Congrès a constaté qu'ils étaient en minorité par rapport aux hindous. Aussi un certain Ali Gena érigea-t-il la ligue islamiste en 1920. L'idée centrale de cette ligue était que les musulmans avait besoin de leur propre territoire. Quelle ironie ! Gena était un laïque pour qui l'Islam était avant tout un instrument pour créer son propre Etat et y fonder un marché pour une partie de la bourgeoisie.

La guerre d'indépendance de l'Inde a été très violente. Les Britanniques avaient quatre atouts dans leur jeu : le vieux système des castes, la rivalité religieuse entre les musulmans et les hindous, la partition du pays en mini - États qui avaient reçu leur autonomie et enfin l'opposition entre le Nord où vivent les Indiens à peau blanche et le Sud.

Gandhi développa une stratégie pour lutter contre cette division, mais ne s'est finalement pas mêlé de contrôler la rivalité religieuse entre les musulmans et les hindous. La ligue musulmane a exigé son propre territoire et entrepris une guerre sanglante au cours de laquelle des centaines de milliers de personnes périrent.

Ainsi naquit le Pakistan en 1947 - au début simple dominion colonial de la Grande-Bretagne - qui était indépendant du reste de l'Inde. Et trois ans plus tard (en 1950), il devint indépendant. Dix millions de musulmans durent se réfugier au Pakistan et plusieurs millions d'hindous durent le quitter. Des familles furent éclatées, car elles habitaient des deux côtés de la frontière... Cette guerre est l'origine de la tension encore très vive qui existe entre le Pakistan et l'Inde aujourd'hui. Encore aujourd'hui le 14 août est le jour de fête nationale pour la séparation du Pakistan avec l'Inde. Et ce n’est pas pas celle de 1950 quand le Pakistan s'est débarrassé de la Grande-Bretagne.

Mais qu'en est-il exactement de cette faiblesse de la bourgeoisie pakistanaise?

Mohamed Hassan. La bourgeoisie pakistanaise a voulu conquérir un marché et construire un Etat de manière artificielle. La meilleure manière de fonder un Etat national consiste à créer et soutenir des critères objectifs, tels que l'unité géographique et économique. Mais le Pakistan est en premier lieu construit sur base de croyances religieuses. Cela rend l'édifice très fragile.

Pour résoudre le problème des différentes langues parlées dans le pays, Ali Gena avait, par exemple, choisi l’urdu comme langue de référence nationale. Or, l’urdu est une langue minoritaire utilisée par moins de 7% de la population.

Mais surtout, la forme géographique de l'Etat semble ingérable. Le Pakistan est partagé en deux parties, à l'ouest, le Pakistan proprement dit et, à l'Est, c’est le Bangladesh. Il s'agit d'une répartition plus ancienne que la création du Pakistan basée sur les différences religieuses entre les Bengalais pratiquée entre 1905 et 1911 sous la férule des Britanniques après différentes révoltes des paysans bengalais au 19e siècle.

Et les habitants du Bangladesh sont donc aujourd'hui surtout des musulmans membres de la ligue musulmane. Mais ils ne sont malgré tout pas satisfaits de l'Etat pakistanais. Sur la carte, vous verrez que les deux parties sont situées à plus de 1.000 kilomètres de distance l'une de l'autre. Calcutta, la capitale des Bengalais, était jadis le centre administratif des Indes britanniques. Les habitants du Bangladesh ont vu cette fonction glisser de Calcutta vers Islamabad. Au Bengale, personne ne parle l’urdu. En outre, l'armée pakistanaise est majoritairement constituée de soldats provenant de l'ouest du Pakistan. Résultat : après une guerre qui a tué un million d'hommes, le Bangladesh a été détaché du Pakistan en 1971.

La partie du Pakistan qui a survécu n'est pas une base suffisamment solide pour satisfaire l'élite pakistanaise?

Mohamed Hassan. Pour pouvoir survivre en tant qu'Etat, en tenant compte de la pénétration systématique de l'armée dans la vie politique, le Pakistan a pu compter sur le soutien de la Grande-Bretagne dans les années 80 et des Etats-Unis depuis 2001. Les quatre régions les plus importantes au Pakistan sont : le Penjab, Sindh, le Baloutchistan et les terres du nord où vivent les Pachtounes. Chacun de ces territoires a des antécédents différents.

Le Penjab formait dans l'Inde britannique et sous le colonialisme une province commune avec le Penjab indien. Les habitants étaient principalement des Sikhs, une variante de l'hindouisme et ils étaient volontiers engagés dans l'armée britannique pour leur forte constitution physique. Avec l'indépendance du Pakistan, le Penjab a été divisé en un Penjab pakistanais et un Penjab indien.

Les habitants du Penjab constituent 55% de la population pakistanaise et le territoire couvre 26% du Pakistan. Au Penjab, l'élite provient de la noblesse féodale qui envoie ses fils à l'armée et qui a donc, encore aujourd'hui, une forte influence sur elle. Une armée qui lutte toujours aujourd'hui pour les intérêts du pouvoir colonial et l'impérialisme d'aujourd'hui. Ce n'est pas un hasard si l'armée pakistanaise sous la conduite du colonel Zia Ul Haq, dernier dictateur en date du Pakistan est, par exemple en 1970, intervenue en Jordanie pendant le septembre noir au cours duquel trente mille Palestiniens ont été tués.

Le Baloutchistan empiète sur l'Iran, le Pakistan et l'Afghanistan. A la fin du 19e siècle, le territoire a été partagé par une commission anglo-iranienne entre ces trois territoires actuels. 5% à peine du peuple pakistanais habite sur ces régions qui constituent le Baloutchistan, mais le territoire couvre 44% du Pakistan.

En outre, il s'agit de la plus riche région du Pakistan en ce qui concerne le pétrole et les réserves de gaz. En tant que province frontalière avec l'Afghanistan et l'Iran et porte de passage pour les pipe-lines reliant l'Inde et l'Iran, elle est considérée comme la partie la plus stratégique du Pakistan par les forces de l'alliance américano-britannique.

Mais il y a encore une autre raison à l'importance stratégique de la région : depuis 2002, la Chine finance la construction d'un port en haute mer à Gwadar dans la mer d'Arabie, pas très loin de la route d'Hormuz où passent la plus grosse partie des réserves de pétrole chinois et 30% des réserves mondiales. Un peu plus loin, l'autoroute de Karakoram, qui relie Gwadar avec la province chinoise de Xinjang, a été élargie. La province deviendra donc dans un avenir proche un important endroit de passage pour les provinces intérieures de la Chine et la mer.

La province Sindh et la province du Nord existent-t-elles encore?

Mohamed Hassan. Oui, la région Sindh est l'endroit où l'on trouve le plus d'industries. Les Bhuttos sont originaires de cette région et font partie de l'élite féodale richissime qui y a des activités industrielles. Les habitants de Sindh constituent 18% du peuple pakistanais et la province couvre 23% du territoire pakistanais.

Et là, on trouve aussi la région du Nord où vivent les Pachtounes. Les Pachtounes sont des tribus afghanes qui en 1879, après la deuxième guerre de l'Angleterre contre l'Afghanistan, ont été annexées par l'Empire colonial anglo-indien de l'époque. Les Pachtounes forment 13,5% du peuple pakistanais et leur territoire forme 9% du territoire pakistanais. Ils sont étroitement liés avec le peuple afghan et les nationalistes afghans considèrent que ce territoire leur revient de droit.
Les élites pakistanaises, de leur côté, considèrent l'Afghanistan comme l'arrière-cour du Pakistan et la porte d'accès vers les marchés d'Asie centrale.

Aussi, ménagent-ils les Afghans tout en essayant de les garder sous leur contrôle. Pendant la guerre contre l'Union soviétique, pratiquement toutes les tribus ont été armées par le Pakistan, mais chaque une d'entre elles était approché séparément et recevait des armes qui n’étaient pas compatibles avec les armes reçues par les autres tribus. Ceci pour éviter que les tribus afghanes ne s’unissent pour former une armée opposée au Pakistan. Dans les années 90, les talibans ont été formés dans les écoles religieuses du Madras dans le nord du Pakistan pour maintenir l'Afghanistan sous le contrôle des services de sécurité pakistanais.

Un ami pakistanais m'a dit qu'il ne croyait pas que le Pakistan puisse continuer d'exister sous la forme d'un pays uni. Est-ce qu'on ne doit pas s'attendre à une balkanisation?

Mohamed Hassan. Le peuple pakistanais vit dans une pauvreté oppressante qui contraste avec le mode de vie richissime mené par les élites corrompues qui ont succédé aux colonialistes britanniques. La pression est énorme et la vie commune entre les deux classes est difficile. Il existe bien des forces intermédiaires. Au Béloutchistan, le peuple, se sentant laissé pour compte, a mis sur pieds, ces dernières années, des mouvements de résistance. Les Pachtounes réclament un Afghanistan indépendant et s'opposent aux relations d'amitié qui lient les généraux pakistanais et les Etats-Unis.

Une guerre civile entraînerait des dommages collatéraux effroyables et des pays comme l'Inde et l'Iran seraient touchés. Une telle guerre serait impossible à contrôler par les Etats-Unis et les troupes de l'OTAN. Il suffit de regarder ce qui se passe en Irak et en Afghanistan.

Les différentes ailes de l'élite pakistanaise sont bien conscientes du danger et se montrent de plus en plus nationalistes. En outre, les pays voisins tels que la Chine et l'Inde, ont besoin de se développer grâce à un climat paisible dans la région.
La Chine, particulièrement, applique une politique de stabilisation intensive dans la région. Elle est aujourd'hui le troisième partenaire du Pakistan. Le commerce entre les deux pays augmente à un rythme de 30% l'an et depuis janvier 2006 une zone de libre-échange a été instituée entre les deux pays. La taxe d'importation a été supprimée des deux côtés pour un grand nombre de produits.

J'ai déjà parlé des investissements chinois dans le port de Gwadar. Les neuf premiers mois de 2006, les entreprises chinoises ont investi pour 8,6 milliards de dollars de contrats de projets de construction. De plus, la Chine encourage le libre échange entre le Pakistan et l'Inde et leur donne d'ailleurs l'exemple. Ainsi, la Chine, malgré de longues années de problèmes frontaliers avec l'Inde, a fait l'effort de négocier sérieusement et de redessiner une frontière clairement déterminée. La Chine est aussi le deuxième partenaire le plus important de l'Inde. Le commerce et les projets économiques sont les meilleurs facteurs de stabilité.

Comment le peuple pakistanais pourrait-il sortir de la misère?

Mohamed Hassan. En en finissant avec l'héritage du colonialisme dont ils sont encore prisonniers actuellement. L'Inde et le Pakistan forment un seul pays, la seule différence est la religion. Mais n'oublions pas que l'Inde d'aujourd'hui, après l'Indonésie avec ses 200 millions de musulmans, est toujours le deuxième plus grand pays musulman au monde.

Les deux pays présentent un intérêt et des possibilités économiques réels pour la Chine et ils ont tous deux intérêt à construire des relations de confiance avec elle. Et finalement, la plus importante réforme dont les deux pays ont besoin pour voir démarrer leur économie est de se débarrasser de la conception féodale de la possession du territoire. Une véritable réforme agraire doit avoir lieu permettant aux paysans de travailler pour leur propre compte.



Livres de bases sur l'Inde et le Pakistan:

• “The First Indian War of Independence (1857-1858) and the East India Company (June-August 1853)” by Marx & Engels in the New-York Daily Tribune July 1857 - October 1858?www.marxists.org/archive/marx/works/1857/india/index.htm
• “Indië Today” by Palme Dutt, 1940, London
• “Indië and the Radj, 1919-1947” by Funiti Kumar Ghosh, vol I + II, 1989, Pinguin books
• “Can Pakistan survive?” by Tariq Ali, 1989, Pinguin books.
• “The struglle within Islam”, Rafif Zakaria, 1989, Pinguin Publishing House
• “Pakistan, the roots of dictatorschap” by Hassan Gardizi and Jamil Rachid, 1983, Zed books
• “Islam, Politics and states, the Pakistan experience” by Asjkahar Khan, Zed books, 1985.

Analyses récentes:

• U.S. Troops to Head to Pakistan, William Arkin, Washington Post, december 26th, 2007?http://blog.washingtonpost.com/earlywarning/2007/12/musharrafs_woes_have_opened_a.html
• Germany faces taliban pincer in Afghanistan, bij Alexander Szandare and Susanne Koelbi, Der Spiegel december 17, 2007?www.spiegel.de/international/world/0,1518,523805-2,00.html
• Bhutto’s death a blow to ‘war on terror’ by MK Bhadrakuma, Asia Times 3 january?www.atimes.com/atimes/South_Asia/JA03Df02.html
• Bhutto’s Assassination: who gains?, F. William Engdhal, Global Research, January 4, 2008?www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=7728
• The destabilzation of Pakistan, by Prof. Michel Chossudobsky, Global research, december 30, 2007?http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=7705
• The Plan to topple Pakistan Military, Ahmed Quraishi, chowk.com, November 29, 2007?www.chowk.com/articles/13060

21:48 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.